Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Le Muséum et le monde

L'anatomie philosophique, l’évolution et les muséums : les relations entre le Muséum et Harvard

Toby Anita Appel

Note de l’éditeur

Appel, T. A., 1997. L’Anatomie philosophique, l’évolution et les muséums : les relations entre le Muséum et Harvard, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 649-671. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

1Dans l’Amérique du milieu du XIXème siècle, l’Université d’Harvard à Cambridge, Massachusetts, devint un centre d’étude d’une histoire naturelle d’un genre nouveau, axée sur les muséums et à l’approche éminemment philosophique. Les deux hommes qui formèrent une génération de chercheurs de muséum en zoologie, en embryologie, en paléontologie et en anatomie comparée, furent Louis Agassiz (1807-1873), d’origine suisse, et Jeffries Wyman (1814-1874), chercheur en anatomie comparée, américain, tous deux nommés professeurs à Harvard en 1847. La combinaison d’attention au détail et de morphologie idéale qui caractérise leurs travaux provenait de leur formation européenne et en particulier de leur expérience au Muséum d’Histoire naturelle de Paris.

2Nous abordons ici trois épisodes liés entre eux, associant les naturalistes d’Harvard au Muséum, et en particulier à l’héritage de Cuvier, de Geoffroy Saint-Hilaire et de Lamarck. Nous évoquons tout d’abord l’histoire de deux jeunes médecins et naturalistes, Agassiz et Wyman, qui investirent leurs chances dans un voyage coûteux à Paris dans l’espoir que les ressources du Muséum d’Histoire naturelle seraient déterminantes pour faire la différence entre une carrière de médecin qui ne les tentait guère et l’occasion rare de gagner leur vie en tant que naturalistes. Cette section donne deux illustrations des raisons pour lesquelles le Muséum attirait les étrangers.

3La seconde partie (qui, je l’admets, est une digression), retrace l’histoire fascinante mais peu connue de la tentative que fit le ministre français de l’Instruction publique pour placer Louis Agassiz à la tête du Muséum d’Histoire naturelle. Le dernier épisode concerne deux élèves d’Agassiz et Wyman, Alpheus Hyatt (1838-1902) et Alpheus Spring Packard, Jr. (1839-1905) qui, sous l’influence de L’Origine des espèces de Darwin, adoptèrent le néo-lamarckisme. Packard, en particulier, cherchait à ériger Lamarck en fondateur de la doctrine de l’évolution. Cette quête mena Packard à effectuer, dans la dernière année du XIXème siècle, un voyage au Muséum où, avec l’aide de professeurs du Muséum eux-mêmes lamarckiens, il effectua les recherches pour son ouvrage Lamarck, the founder of evolution.

4Le lien entre ces diverses histoires est la relation, dans le cadre d’un muséum, entre l’anatomie philosophique ou la morphologie idéale et l’évolution. L’immersion dans l’anatomie philosophique vécue par Agassiz et Wyman au Muséum, et d’une manière plus générale au cours de leur formation en Europe, imprégna leurs recherches et leur enseignement. Même si l’anatomie philosophique, sous la forme enseignée par Agassiz et Wyman, n’était pas en elle-même en contradiction avec l’évolution, elle était inconciliable avec la sélection naturelle darwinienne. Ce n’est pas par hasard que des élèves d’Agassiz et de Wyman adoptèrent les idées de Lamarck. En effet, l’anatomie philosophique présupposait un plan ou un projet. Si l’on excluait une forme théologique de l’évolution comme celle adoptée par Wyman, l’anatomie philosophique était plus facile à rattacher à Lamarck qu’à Darwin.

Deux jeunes naturalistes à Paris

  • 1 Cité par : Coleman (William), “A Note on the early relationship between George Cuvier and Louis Ag (...)
  • 2 Agassiz (Louis), Brouillon de lettre à Georges Cuvier, s.d. (Université de Harvard, Houghton Libra (...)

5Lorsque Louis Agassiz arriva à Paris en décembre 1831 à l’âge de vingt-quatre ans, il avait déjà obtenu un diplôme de médecine et un doctorat en histoire naturelle à l’Université de Munich. Ayant étudié à Heidelberg et à Munich avec des professeurs comme Heinrich Georg Bronn, Friedrich Tiedemann, Friedrich Leuckart, Ignatius Döllinger et Lorenz Oken, Agassiz possédait déjà une solide formation de naturaliste. Mais, malgré ses professeurs allemands, Agassiz reconnaissait surtout comme maître, Cuvier qu’il n’avait pas encore rencontré. Il lui avait écrit en 1829 qu’il dédiait sa première publication importante (la description du poisson ramené du Brésil par le voyageur-naturaliste Johann von Spix de Munich, alors décédé) “à celui auquel il doit le peu qu’il a acquis. Oui, Monsieur, ce sont vos ouvrages qui m’ont inspiré le goût d’une étude scientifique de la nature”1. Dans un long fragment impétueux, rédigé à peu près à la même époque mais jamais envoyé, Agassiz décrivait sa formation et ses travaux, exprimait son ardent désir d’être naturaliste-voyageur, et sollicitait de Cuvier des conseils sur sa carrière, de “vous que je révère comme mon père, et dont les ouvrages ont été jusqu’ici presque mon unique guide”2.

  • 3 Lettre de Louis Agassiz à Rose Mayor Agassiz, 30 novembre 1831 (ibid., bMs 1419 [80]) et Lettre d’ (...)

6L’année 1831 vit Agassiz retourner chez ses parents pour commencer, selon le souhait de ces derniers, une carrière de médecin, tout en rassemblant des matériaux en vue de futures publications sur les poissons fossiles et les poissons européens d’eau douce. Dans cette situation frustrante, Agassiz fit le pari de se rendre à Paris, en compagnie de son artiste-assistant, pour travailler sur les collections du Muséum et faire la connaissance de Cuvier. Pour faire plaisir à ses parents, il affirma tout d’abord que l’un des objectifs de son voyage à Paris était d’acquérir une expérience clinique dans les hôpitaux parisiens et d’étudier l’épidémie de choléra. Quittant la Suisse en octobre 1831, il s’arrêta délibérément aux muséums de Karlsruhe, Heidelberg et Strasbourg, dont il fit dessiner les spécimens afin d’avoir des connaissances nouvelles à présenter à Cuvier3.

  • 4 Copie d’une lettre de Louis Agassiz à François Mayor, 16 février 1832 (Université de Harvard, Houg (...)

7Cuvier reçut Agassiz courtoisement quoiqu’avec une certaine raideur, l’invita à ses salons du samedi, et lui donna accès à la Galerie d’anatomie comparée et à la collection de poissons fossiles du Muséum. Il mit à la disposition d’Agassiz et de son assistant un endroit de son laboratoire consacré aux poissons, où Agassiz travaillait chaque jour à la description et à l’illustration des collections (après avoir suivi les cours cliniques le matin). Mais le succès du voyage à Paris d’Agassiz devait être déterminé par une marque supplémentaire de l’estime de Cuvier. Un soir de février 1832, à l’un de ses salons, Cuvier, impressionné par les connaissances et l’activité d’Agassiz, offrit à ce dernier son dossier de notes et de dessins sur les poissons fossiles du British Museum et d’ailleurs, ses “spécimens de substitution” comme Martin Rudwick les a si justement appelés. Comme Agassiz devait l’écrire à sa famille, Cuvier renonçait en faveur du jeune naturaliste à son propre projet d’ouvrage sur les poissons fossiles4.

  • 5 Sur ce débat et ses conséquences, voir Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate : French biolog (...)
  • 6 Agassiz (Louis), Address delivered on the centennial anniversary of the birth of Alexander von Hum (...)

8À l’époque du séjour d’Agassiz à Paris, la controverse entre Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire battait son plein. Le débat officiel devant l’Académie était terminé, mais les deux rivaux exploitaient toutes les occasions de s’attaquer mutuellement en public. En particulier, Cuvier utilisait la tribune que lui procurait un cours au Collège de France sur l’histoire des sciences pour condamner les idées morphologiques de Geoffroy Saint-Hilaire et des philosophes de la nature allemands5. Le baron Alexander von Humboldt, qui se lia d’amitié avec Agassiz et lui prêta de l’argent pour alléger ses difficultés financières, s’asseyait fréquemment à côté d’Agassiz aux cours de Cuvier. Comme Agassiz devait s’en souvenir plus tard, Humboldt lui chuchotait des critiques selon lesquelles “malgré les défauts que la doctrine de l’unité [de type chez les vertébrés] pouvait encore comporter, elle devait être essentiellement vraie, et Cuvier aurait dû la défendre au heu de s’y opposer”6.

  • 7 Voir Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate..., op. cit., chap. 6.
  • 8 Kuhn-Schnyder (E.), “Louis Agassiz als Paläontologe”, in Schweizerische Naturforschende Gesellscha (...)
  • 9 Agassiz (Louis), Recherches sur les poissons fossiles..., op. cit., vol. I, chap. 5 ; Gould (Steph (...)

9Malgré les arguments fondés que Cuvier pouvait opposer aux idées transformistes, il ne lui était guère possible d’endiguer le succès de la morphologie idéale de Geoffroy Saint-Hilaire, basé sur les homologies et l’unité de composition, la théorie de la récapitulation et la théorie vertébrale du crâne. Une anatomie philosophique modifiée, dans les limites des quatre embranchements de Cuvier, fut adoptée par presque tous les grands noms de l’histoire naturelle française7. Ce ferment d’idées eut son impact sur le jeune Agassiz. Il devait évoquer en 1835 les batailles des deux grandes écoles, celle de Cuvier qui s’efforçait d’établir une classification rigoureuse selon l’organisation interne des espèces vivantes et fossiles et celle des philosophes de la nature français et allemands qui recherchaient une unité de plan et de composition dans des espèces conçues comme représentant les différents degrés de développement d’un seul être. Au milieu de ces controverses, Agassiz déclarait distinguer une nouvelle direction grâce à la comparaison du développement individuel des organismes et de leur succession géologique8. Il espérait, dans son propre travail, faire la synthèse des deux écoles en limitant l’utilisation des homologies et de la théorie de la récapitulation au cadre des embranchements. Son histoire des poissons fossiles établissait des homologies entre les poissons et les autres classes de vertébrés et comparait le développement embryonnaire chez les poissons à la succession des poissons dans l’empreinte géologique9.

  • 10 Agassiz (Louis), Recherches sur les poissons fossiles..., op. cit., vol. I, pp. 5-6, où il traite (...)
  • 11 Marcou affirme qu’Agassiz espérait obtenir un poste en France, mais rien dans sa correspondance de (...)

10L’expérience parisienne d’Agassiz s’avéra déterminante pour l’établir dans une carrière de naturaliste. Non seulement il avait désormais matière à écrire un ouvrage majeur sur les poissons fossiles10, mais après la mort de Cuvier, avec l’aide et l’encouragement de Humboldt, Agassiz obtint un poste de professeur d’histoire naturelle au nouveau Lycée de Neuchâtel, en Suisse. Il quitta Paris en septembre 1832 pour entrer dans ses nouvelles fonctions11. Pendant les douze années qui suivirent, Agassiz acheva son étude des poissons fossiles et des poissons européens d’eau douce, ainsi que plusieurs autres ouvrages importants et mit au point la célèbre théorie de la glaciation qui lui permit d’acquérir une renommée mondiale. Durant toute sa carrière, Agassiz devait être connu comme l’élève de Cuvier et l’ami de Humboldt.

  • 12 Sur Wyman, voir Appel (Toby A.), “Jeffries Wyman, philosophical anatomy and the scientific recepti (...)

11En mai 1841, Jeffries Wyman, alors âgé de vingt-six ans, arriva à Paris avec une formation nettement inférieure à celle que possédait Agassiz à son arrivée à Paris. Diplômé de la Faculté de Harvard et de l’École médicale de Harvard, Wyman n’avait guère reçu de formation théorique en histoire naturelle, car il n’existait alors presque aucun cours dans ce domaine en Amérique. L'histoire naturelle était pratiquée en Amérique par des enseignants universitaires, des médecins, des marchands et autres, qui se réunissaient dans des sociétés à l’échelon local, comme la Société d’histoire naturelle de Boston fondée en 1830. Le principal professeur d’histoire naturelle de Wyman avait été John Collins Warren, professeur d’anatomie à l’École médicale de Harvard et chirurgien à l’Hôpital général du Massachusetts, qui associait à ces activités un fort intérêt pour l’anatomie comparée12.

FIG. 1 - Agassiz (Louis) 1807 - 1873. D’après une photo communiquée par Mme Augusta Major née Agassiz.

  • 13 Desmond (Adrian), “Lamarckism and democracy : corporations, corruption and comparative anatomy in (...)
  • 14 Voir par ex. Warner (John Harley), The Therapeutic perspective : medical practice, knowledge, and (...)

12En comparaison de l’histoire naturelle telle qu’elle se pratiquait en Europe, l'histoire naturelle américaine était plutôt descriptive et ne possédait guère de cadre théorique, mis à part un vernis de théologie naturelle. À Londres, dans les années 1830, les idées de Geoffroy Saint-Hilaire et de Lamarck furent, comme l’a montré Adrian Desmond, largement adoptées par des médecins radicaux dans leur lutte idéologique contre le pouvoir et les privilèges du Royal College of physicians et du Royal College of surgeons13. En Amérique, Lamarck, et surtout Geoffroy Saint-Hilaire, étaient beaucoup moins connus. Dans une nation où les écoles de médecine étaient pour la plupart privées (elles appartenaient aux professeurs) et où il existait peu de restrictions à la pratique de la médecine, les querelles acharnées entre médecins portaient, au XIXème siècle, sur les systèmes thérapeutiques et non sur la morphologie et l’évolution14.

  • 15 À propos des médecins américains à Paris, voir Jones (Russell M.), “American doctors in Paris, 182 (...)

13Jeffries Wyman fit partie de quelque sept cents médecins américains, récemment diplômés pour la plupart, qui firent le voyage jusqu’à Paris entre les années 1820 et la fin des années 1850. Parce que les études médicales en Amérique étaient de courte durée et n’apportaient qu’une expérience clinique limitée, les médecins américains affluaient à Paris, la Mecque de la médecine, pour assister aux cours des membres illustres de l’École clinique de Paris, observer leurs opérations chirurgicales, et les suivre dans les services des hôpitaux parisiens. Certains goûtaient aussi à la merveilleuse variété de cours scientifiques gratuits donnés au Muséum et en d’autres lieux de Paris15.

  • 16 Appel (Toby A.), “A Scientific career in the age of character...”, art. cit., pp. 100-101.

14Quoique loin d’être aussi ambitieux qu’Agassiz, Wyman aspirait à un poste d’histoire naturelle à Harvard et savait que des études à Paris l’aideraient à atteindre ce but. Lorsqu’il acheva ses études de médecine, Wyman était devenu un membre actif de la Société d'histoire naturelle de Boston et s’intéressait particulièrement à l’anatomie comparée, mais il n’avait pas de situation fixe. Dans le but d’aider ce jeune homme pauvre mais talentueux à se faire connaître, John Amory Lowell, le fondateur à Boston des cours Lowell (ceux-là même qui devaient plus tard amener Agassiz en Amérique), permit à Wyman de donner une série de leçons sur l’anatomie comparée. Wyman décida d’utiliser les honoraires généreux de mille dollars, une somme prodigieuse pour lui, pour se rendre à Paris16.

  • 17 Lettre de Jeffries Wyman à David Humphries Storer, 31 août 1841, citée dans Gifford (George), “An (...)
  • 18 Lettre de Jeffries Wyman à Rufus Wyman, 27 mai 1841 (Harvard medical school, Boston, Countway Libr (...)
  • 19 Lettre de Wyman à Morrill Wyman, 24 juin 1841 ; Lettre de Wyman à Storer, 31 août 1841 (ibid.). Wy (...)
  • 20 Lettre de Wyman à Morrill Wyman, 24 juin 1841, citée. Wyman notait lui aussi la froideur cérémonie (...)

15De tous les médecins américains qui étudièrent à Paris, Wyman fut peut-être celui qui sut tirer le plus grand profil des installations du Muséum. Non content de se rendre dans les hôpitaux et d’assister à des cours de médecine, Wyman allait quotidiennement au Muséum. Les richesses de celui-ci dépassaient, disait-il, tout ce qu’il avait pu imaginer (il trouvait cependant les collections d’anatomie comparée “entièrement négligées depuis l’époque de Cuvier”)17. Il conçut le projet d’étudier systématiquement toutes les galeries et assista à tous les cours proposés18. Ses lettres au pays mentionnent la physiologie comparée enseignée par Flourens, les invertébrés par Valenciennes, l’histoire naturelle de l’homme par Serres, les mammifères et les oiseaux par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, la chimie par Gay Lussac, les reptiles par Duméril, la physiologie des végétaux par Adolphe Brongniart, et surtout l’anatomie comparée par de Blainville. Il assista également au premier cours d’embryologie de Victor Coste au Collège de France, ce qui, devait-il déclarer plus tard, avait suscité l’intérêt pour le sujet qu’il allait conserver toute sa vie19. Comme Agassiz, Wyman se rendait aux réunions du lundi de l’Académie des sciences où il vit lui aussi Humboldt, maintenant âgé. Mais, à la différence d’Agassiz, c’étaient les cours et les collections que Wyman venait chercher à Paris, plutôt que les contacts avec les savants français20.

  • 21 Ibid.
  • 22 Lettre de Wyman à Storer, 31 août 1841, citée.
  • 23 Lettre de Jeffries Wyman à John Collins Warren, 30 décembre 1841 (Massachusetts historical Society (...)
  • 24 Lettre de Jeffries Wyman à John Collins Warren, 29 mai 1842 (ibid.) ; Lettre de Wyman à Rufus Wyma (...)

16Habitué à une tradition d’histoire naturelle plus empirique, Wyman relevait avec une certaine réprobation, dans ses lettres à sa famille et à des naturalistes plus âgés à Boston, que certains des cours étaient trop théoriques, “en particulier ceux de Serres le transcendantaliste, qui sont un peu trop spéculatifs”21. “Serres et Saint-Hilaire”, écrivait-il, “ne vous donnent guère que les célèbres lois de “l’arrêt du développement” et de “l’unité de composition””22. Plusieurs mois plus tard, après une description d’une leçon de de Blainville où celui-ci affirmait que le squelette tout entier, y compris le crâne, était une série de vertèbres modifiées, Wyman observait : “ce résumé imparfait vous donnera une idée du degré jusqu’où M. de Blainville pousse ses idées transcendantales, qui sont beaucoup plus extravagantes que celles de tous les autres anatomistes français, sans excepter M. Saint-Hilaire”23. Wyman se vit encore inculquer la morphologie à Londres, lorsqu’après une année entière au Muséum il passa deux mois au Hunterian Museum de Londres avec Richard Owen, qui lui-même était grandement influencé par les naturalistes parisiens. Quoiqu’impressionné par la plupart des collections du Muséum, Wyman, lui, trouvait le Hunterian Museum fort supérieur sur le plan de l’anatomie comparée24.

  • 25 Appel (Toby A.), “A Scientific career in the age of character...”, art. cit., pp. 101-103.

17Lorsque Wyman retourna en Amérique en 1842, il était le spécialiste d’anatomie comparée le mieux formé d’Amérique et eut tôt fait d’acquérir une réputation de naturaliste philosophique. Il fut engagé en 1843 pour enseigner l’anatomie dans une école de médecine de Richmond, Virginie. Après avoir publié assidûment pendant quelques années, Wyman parvint à son but en 1847, lors du départ à la retraite de John Collins Warren, qui donnait un cours d’anatomie comparée à la Faculté de Harvard : il fut nommé professeur d’anatomie comparée à Harvard25.

  • 26 Cependant, Wyman ne s’intéressait guère à la taxinomie et s'occupait plus qu’Agassiz de physiologi (...)
  • 27 Lurie (Edward), Louis Agassiz..., op. cit. Agassiz faisait partie d’un groupe de savants de premie (...)
  • 28 Appel (Toby A.), “A scientific career in the age of character...”, art. cit.

18L'année précédente, en 1846, Louis Agassiz, qui avait atteint un statut de maître de la science de l’Ancien Monde, avait été invité en Amérique pour donner une série de cours Lowell. Il y resta et, en 1847, quelques mois après la nomination de Wyman, on créa pour lui un poste de professeur de zoologie et de géologie dans la toute nouvelle Lawrence scientific school de Harvard. Wyman et Agassiz avaient en commun leur connaissance du même domaine26, mais leur personnalité était très différente. Agassiz était charismatique, il élaborait d’ambitieux projets de publication, était toujours prêt à engager une controverse et aspirait à construire des institutions nationales pour la science américaine27. Wyman, surtout célèbre en tant qu’auteur de la première description du gorille, évitait les projecteurs et écrivait des études techniques plutôt que des ouvrages et des articles populaires qui auraient pu attirer davantage l’attention. Il était cependant l’objet de l’admiration générale parmi les savants pour la modestie de son caractère et pour son évident dévouement à la science, que ne compromettait aucune ambition personnelle28.

  • 29 Appel (Toby A.), “Jeffries Wyman...”, art. cit.
  • 30 Wyman (Jeffries), “On symmetry and homology in limbs”, Proceedings of the Boston society of natura (...)

19Agassiz et Wyman écrivaient l’un comme l’autre dans un cadre défini par les quatre embranchements et la morphologie idéale. Tous deux combinaient dans leurs recherches l’anatomie comparée, la paléontologie et l’embryologie. Malgré les différences qui existaient entre leurs théories, tous deux considéraient que l’univers fonctionnait selon des lois ou des schémas organisateurs conçus par un Créateur intelligent et bienveillant. Les positions théoriques adoptées par Wyman se rapprochaient surtout, comme je l’ai montré ailleurs, de celles de Richard Owen29. 11 trouvait des homologies au sein des embranchements mais pas entre eux et utilisait dans sa recherche la théorie vertébrale du crâne, la tératologie, les arrêts de développement et la théorie de la récapitulation. Certaines de ses dernières publications développaient le concept que proposait Owen d’un archétype des vertébrés. Dans l’un de ses articles les plus audacieux, il avançait l’idée que l’archétype des vertébrés devait être modifié pour refléter la symétrie primitive de l’avant et de l’arrière chez les animaux, et que les bras et les jambes n’étaient pas des images sérielles les uns des autres mais plutôt des images spéculaires. Même après être devenu évolutionniste, Wyman croyait qu’“une conception telle que celle attachée à l’archétype est nécessaire dans nos tentatives d’étudier l’idée créatrice qui sous-tend toute structure animale, en dehors de l’adaptation aux modes d’existence de chaque espèce ; et dans la mesure justement où une telle conception se base sur une connaissance de plus en plus complète du plan de structure et de développement, l’anatomie deviendra proportionnellement plus philosophique”30.

  • 31 Agassiz (Louis), “On animal morphology”, Proceedings of the American association for the advanceme (...)

20“L’idée créatrice” sous-tendait également la philosophie transcendantale de la nature telle que l’entendait Agassiz, une philosophie complexe et originale élaborée sous sa forme la plus complète dans son Essay on classification (ouvrage qui fut traduit en français). Les régularités de la nature, partout où Agassiz les trouvait, étaient la preuve de la “pensée d’une Intelligence Suprême manifestée dans la réalité matérielle”. Chez les poissons et dans les autres groupes, Agassiz discernait un triple parallélisme entre la succession géologique, le développement embryonnaire et les séries de formes adultes. Il identifiait des types “prophétiques” (des fossiles qui “combinent dans leur structure des particularités qui à des périodes postérieures ne s’observent que chez des types différents et distincts”) et des types “embryonnaires” (des fossiles montrant sous leur forme adulte des caractères ne se trouvant chez les animaux vivants qu’au stade de l’embryon). Agassiz tenta de définir les différents niveaux de classification : embranchement, classe, ordre, famille, genre et espèce, de façon à ce que ces termes aient la même signification pour tous les animaux (sur le plan morphologique). Même la distribution géographique n’était pas le résultat d’une dispersion ou d’une migration accidentelle des organismes, mais celui d’un dessein délibéré31.

Interlude : une invitation à diriger le Muséum

  • 32 Lurie (Edward), Louis Agassiz·.·, op. cit., pp. 222-224. Elizabeth Cary Agassiz ne mentionne pas, (...)
  • 33 Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in(...)

21Lorsque j’ai lu pour la première fois la biographie d’Agassiz par l’historien des sciences Edward Lurie, j’ai été extrêmement surpris d’apprendre qu’en 1859 Agassiz avait été pressenti pour devenir le directeur du Muséum d’Histoire naturelle, un honneur qui, pour Lurie, convenait tout naturellement à l’œuvre et à la renommée d’Agassiz. Selon Lurie, Agassiz avait magnanimement refusé cette occasion unique afin de rester dans son cher pays d’adoption, les États-Unis32. Cette offre me sembla à l’époque hautement invraisemblable et j’étais depuis longtemps curieux d’en examiner les circonstances. Pourquoi, me demandais-je, pourquoi donc les professeurs du Muséum auraient-ils voulu placer un Suisse naturalisé américain à la tête d’une institution marquée par le nationalisme et même par le népotisme ? Mes recherches m’apprirent que les professeurs n’avaient joué aucun rôle dans l’honneur conféré à Agassiz. Au contraire, l’offre d’abord de la chaire de paléontologie puis du poste de directeur représentait une nouvelle manœuvre de la part du ministre français de l’Instruction publique, Gustave Rouland, dans un conflit opposant alors le Ministère aux professeurs du Muséum et qui a été étudié par Camille Limoges33. Selon la loi de 1793, l’Assemblée des “professeurs-administrateurs” du Muséum choisissait un directeur parmi ses membres pour un mandat d’un an à la fois. Le poste de directeur était honorifique et ne conférait pas de pouvoir réel sur les professeurs. Rouland et ses prédécesseurs souhaitaient depuis longtemps obtenir un plus grand contrôle du Muséum en s’arrangeant pour nommer un directeur permanent sous l’autorité du Ministère.

  • 34 Sur d’Orbigny et les aspects politiques de la chaire de paléontologie, voir Brygoo (Édouard-Raoul) (...)
  • 35 Lettre de Gustave Rouland à Louis Agassiz, 19 août 1857 (Université de Harvard, Houghton Library, (...)

22En 1857, alors qu’il était à Harvard depuis dix ans, Agassiz eut la surprise de recevoir une courte lettre de Rouland lui offrant la chaire de paléontologie du Muséum, alors vacante. Cette chaire avait été créée en 1853 pour Alcide d’Orbigny, contre la volonté des professeurs du Muséum qui voyaient d’un mauvais œil cette intrusion dans leurs affaires et considéraient qu’il appartenait à chaque professeur de collecter les fossiles se rapportant à son propre domaine. Après la mort de d’Orbigny le 30 juin 1857, les professeurs nommèrent d’Archiac le 4 août pour le remplacer34. Rouland prit cependant les choses en main, écrivant à Agassiz le 19 août : “vous êtes Français, vous avez enrichi votre pays natal de travaux éminents et de recherches laborieuses. Vous êtes membre correspondant de l’Institut. L’Empereur serait heureux de ramener en France un savant distingué, un professeur renommé. Je viens vous offrir en son nom la chaire vacante, et notre patrie se féliciterait de retrouver un de ses enfants les plus dévoués à la science”35.

  • 36 Lettre de Louis Agassiz à Gustave Rouland, 25 septembre 1857, brouillon (ibid., bMs Am 1419 [135]) (...)
  • 37 Lettre de Gustave Rouland à Louis Agassiz, 17 novembre 1857 (Université de Harvard, Houghton Libra (...)

23Le remerciant pour ce grand honneur, Agassiz répondit : “le monde entier considère le Jardin des plantes comme l’établissement le plus important qui existe pour les sciences naturelles”. Tout en refusant à regret la chaire en évoquant les nombreuses années de travail qu’il avait en projet en Amérique et en rectifiant l’erreur du ministre quant à sa nationalité, Agassiz laissait la porte ouverte à de futures négociations36. Rouland réitéra son offre en novembre 1857, en disant que l’Empereur serait prêt à lui réserver la chaire pendant un an ou même deux et à faire de lui un citoyen français. Agassiz, qui était en voyage dans le Golfe du Mexique et ne reçut la lettre qu’en avril 1858, atermoya encore mais ne refusa pas ouvertement la chaire37.

  • 38 Ministre de l’Instruction publique et des cultes, Rapport présenté à S. Exc. le ministre de l’Inst (...)

24Cet échange épistolaire avec Agassiz eut lieu juste avant la constitution par le ministre, en mai 1858, d’une nouvelle Commission sous la direction du général Allard pour examiner l’organisation du Muséum. Le rapport de la Commission Allard affirma que l’intérêt de l’État et les principes d’une bonne administration exigeaient la nomination d’un directeur permanent. Les professeurs, eux, devaient répondre plus tard dans un pamphlet que l’administration actuelle du Muséum convenait à une organisation scientifique dotée de services multiples38.

  • 39 Lettre de Charles Martins à Louis Agassiz, 23 août 1858 (Université de Harvard, Houghton Library, (...)
  • 40 Lettre de Louis Agassiz à Charles Martins, 8 novembre 1858 (ibid., bMs Am 1419 [140]).

25Des amis informés de la controverse avisèrent Agassiz que c’était lui que le ministre avait l’intention de nommer directeur et l’avertirent de la situation politique déplaisante liée à ce poste et de la difficulté d’apporter des changements significatifs au Muséum. Charles Martins, du Jardin des plantes de Montpellier, lui écrivit en août 1858 comme si l’offre du poste de directeur avait déjà été faite : “nous nous sommes félicités non pour nous, mais pour vous, que vous ayez refusé la place de directeur du Muséum, vous auriez eu des ennuis sans fin et auriez pu difficilement améliorer l’établissement qui a des vices inhérents à sa constitution”39. Agassiz répondit que son travail en Amérique l’empêchait de retourner en Europe pour le moment, “et comme vous l’avez très bien compris, je préfère édifier du nouveau ici que d’aller batailler au milieu des coteries de Paris. On m’offrirait un pouvoir absolu pour la réorganisation du Jardin des plantes avec un revenu de cinquante mille francs que je ne l’accepterais pas. J’aime mieux mon indépendance”40.

  • 41 Lettre de Gustave Rouland à Louis Agassiz, “très confidentielle”, 21 août 1859 (ibid., bMs Am 1419 (...)

26Mais Agassiz n’en resta pas là. En juillet 1859, peu après avoir posé la première pierre de son Muséum de zoologie comparée à Harvard, il se rendit en Europe, en partie pour rencontrer Rouland. Rouland fit miroiter à Agassiz la perspective, s’il acceptait la chaire de professeur, de devenir directeur du Muséum avec le pouvoir de le réorganiser. Nous ne possédons de cette offre que des preuves indirectes, mais les professeurs tinrent pour acquis qu’une offre avait été faite et Agassiz ne démentit pas leurs affirmations. Rouland soutira à Agassiz la promesse de rédiger un mémorandum confidentiel sur le statut, les buts et les moyens d’une amélioration du Muséum. Agassiz quitta ensuite la France pour rendre visite à sa famille en Suisse41.

  • 42 Lettre d’Achille Valenciennes à Louis Agassiz, 4 août 1859 (Université de Harvard, Houghton Librar (...)
  • 43 Lettre d’Achille Valenciennes à Louis Agassiz, 14 août 1859 (ibid., bMs Am 1419 [694]).
  • 44 Lettre d’Achille Valenciennes à Elizabeth Cary Agassiz, 9 ? août 1859 (ibid., bMs Am 1419 [693]).
  • 45 Lettre de Valenciennes à Agassiz, 14 août 1859, citée.
  • 46 Lettre de Rouland à Agassiz, 21 août 1859, citée.

27Valenciennes, l’ami le plus proche que comptait Agassiz parmi les professeurs, lui écrivit plusieurs lettres anxieuses le pressant de ne pas rédiger le mémorandum, car le ministre ne le montrerait à personne, mais se vanterait de son existence et en ferait un prétexte pour détruire le Muséum. “Vous [avez] affaire à un homme bien dangereux, bien séduisant, ayez confiance dans votre vieil ami”, écrivait-il42. Henri Milne-Edwards fit dire à Agassiz que le ministre était “un fourbe” à qui il ne fallait pas faire confiance43. Valenciennes se tourna même vers Elizabeth Cary Agassiz, qui avait accompagné son époux en Europe : “employez tous vos charmes”, lui écrivit-il, pour convaincre Agassiz de ne rien écrire. Il ajoutait que l’ovation chaleureuse faite à Agassiz au Muséum et à l’Académie des sciences n’aurait jamais eu lieu si Agassiz avait été présenté comme un nouveau Sénateur impérial appelé à diriger le Muséum. “Il faut qu’il fasse savoir qu’il n’ose pas se mêler d’une chose aussi difficile”44. Valenciennes encourageait plutôt Agassiz à “créer à Cambridge un musée composé sur les principes du Muséum fondé en 1790 par les Daubenton, Lacepède, Jussieu, Thouin...”45. À la fin du mois d’août 1859, le ministre gardait toujours l’espoir qu’Agassiz écrirait le mémorandum confidentiel et finirait par accepter la chaire de paléontologie46.

  • 47 Lettre de Louis Agassiz à James Walker, 26 avril 1858 (ibid., bMs Am 1419 [139]) ; Lurie (Edward),(...)

28Heureusement pour la France et pour l’Amérique, Agassiz ne mordit pas à l’hameçon du ministre. Il comprit que les promesses de ce dernier étaient impossibles à tenir. S’il devenait professeur ou directeur par une intervention directe du ministre, il se trouverait dans une situation intenable vis-à-vis des amis qu’il comptait parmi les professeurs. Agassiz préféra donc exploiter cette marque de faveur pour obtenir un plus grand soutien pour son Muséum de zoologie comparée. Même avant le départ d’Agassiz pour l’Europe, des amis veillèrent à ce que la correspondance entre Agassiz et le ministre français soit publiée dans la presse de Boston. Agassiz envoya à James Walker, le président de l’Université de Harvard, une copie de la seconde lettre de Rouland suivie d’une requête pour un soutien accru à ses collections47.

  • 48 Brygoo (Édouard-Raoul), “Alcide d’Orbigny, 1802-1857”, art. cit. ; Limoges (Camille), “The Develop (...)

29Les avances faites à Agassiz par le ministre prirent fin avec la nomination d’Archiac, le candidat des professeurs, à la chaire de paléontologie en juin 1861. En 1863, le ministre décréta que les professeurs du Muséum nommeraient désormais un directeur pour un mandat de cinq ans au lieu d’un. Ce compromis donnait théoriquement au ministre un pouvoir plus important sur les affaires du Muséum, quoique selon Limoges la réforme soit restée “en grande partie inopérante”48.

  • 49 Appel (Toby A.), “A Scientific career in the age of character...”, art. cit. Sur l’emblème de Cuvi (...)

30Au cours de la période allant de 1857 à 1866, Agassiz et Wyman établirent à Cambridge et Boston leur propre muséum, où leurs élèves reçurent une formation en histoire naturelle. Ces institutions s’inscrivaient dans une vague de construction de nouveaux muséums en Amérique. Le Muséum de zoologie comparée d’Agassiz est bien connu, mais on sait moins que Jeffries Wyman obtint lui aussi un muséum important sur le campus d’Harvard en 1857. Son muséum, connu comme le Muséum d’anatomie comparée, abritait sa collection personnelle de spécimens et était situé dans une grande salle à deux étages, éclairée par une verrière, dans le nouveau bâtiment de Boylston Hall, près de l’actuelle bibliothèque Widener. La Société d’histoire naturelle de Boston, qui avait pour emblème un buste de Cuvier, acquit également en 1864 un nouveau bâtiment qui devint un muséum public et dont la façade fut ornée des noms d’Aristote, de Linné et de Cuvier. Wyman fut président de la société pendant quatorze ans, de 1856 à 1870. Enfin, en 1866, le philanthrope George Peabody fit un legs à Harvard pour fonder le Peabody museum of archeology and ethnology, étant entendu que Wyman serait placé à sa tête. Ces institutions, ainsi que la Lawrence scientific school, faisaient toutes partie des structures destinées à l’enseignement de l’histoire naturelle à Harvard49.

  • 50 Wyman était l’un des cinq professeurs du Muséum de zoologie comparée. Sur le Muséum de zoologie co (...)

31À eux deux, Agassiz et Wyman formèrent une génération de chercheurs dont les carrières furent, comme celles de leurs professeurs, modelées par l’environnement du Muséum. Ils représentaient une génération de transition ; les élèves de la génération suivante obtinrent des doctorats et devinrent essentiellement des savants de laboratoire. Parmi ces élèves des années 1860 figuraient Alfred Bickmore, Alpheus Hyatt, Edward S. Morse, Alpheus Spring Packard, Fredrick W. Putnam, Nathaniel S. Shaler, Addison Amory Verrill et Burt Green Wilder. Ils travaillaient comme assistants sous la direction d’Agassiz au Muséum de zoologie comparée, suivaient les cours de Wyman, présentaient des communications devant la Société d’histoire naturelle de Boston et publiaient dans ses revues. Un certain nombre d’entre eux allaient être amenés à diriger leur propre muséum50.

  • 51 Dexter (Ralph W), “The Salem secession of Agassiz zoologists”, Essex Institute historical collecti (...)

32Le Muséum eut de la chance de ne pas avoir Agassiz comme directeur, car dans son propre Muséum de zoologie comparée celui-ci se comporta en tyran, tentant d’empêcher ses assistants d’avoir des activités professionnelles indépendantes. Un groupe d’élèves réagit contre le détesté “Règlement” promulgué par Agassiz en 1863 en quittant Agassiz en masse. Quatre élèves, Hyatt, Packard, Frederick W. Putnam et Edward S. Morse, tentèrent de constituer leur propre muséum à Salem, Massachusetts selon les principes républicains ; cette mutinerie est connue depuis sous le nom de “sécession de Salem”. Cependant, à la fin de la vie d’Agassiz, celui-ci s’était à peu près réconcilié avec ses anciens élèves. Plus tard dans leur carrière, d’anciens élèves comme Packard et Hyatt reconnaissaient volontiers leur dette intellectuelle envers Agassiz51.

L’anatomie philosophique et le néo-lamarckisme

  • 52 Agassiz (Louis), “Evolution and permanence of type”, Atlantic monthly, no 33, 1874, pp. 92-101. Ag (...)
  • 53 Winsor (Mary R), “Louis Agassiz and the species question”, art. cit.

33La fondation des muséums d’Agassiz et de Wyman et la formation de leurs élèves coïncidèrent avec le débat sur l’évolution suscité par Darwin. Agassiz demeura un adversaire de l’évolution jusqu’à sa mort en 1873. Dans un article rédigé peu avant sa mort, intitulé “Évolution and the permanence of type”, Agassiz défendait les quatre embranchements de Cuvier, quatre plans structurels distincts et quatre modes de croissance sans lien matériel entre eux52. Mary R Winsor estime que la personnalité autoritaire d’Agassiz, plus que ses doctrines scientifiques, l’empêchait de modifier en rien ses positions53.

  • 54 Wyman (Jeffries), “Compte rendu de Richard Owen : Monograph on the Aye-Aye (Chiromys Madagascarien (...)

34Wyman, par contre, se montra réceptif à l’ouvrage de Darwin et était converti à l’idée de l’évolution vers. 1863. Si l’on n’adoptait pas l’idée d’évolution, il fallait supposer, selon ses propres termes, une création soudaine et mystérieuse d’espèces à partir d’atomes de terre et d’air. Mais, devait-il expliquer à Richard Owen, “dans le monde naturel, dans quelque direction que nous regardions, nous voyons juste le contraire, l’ordre de la Nature étant d’abord le simple et ensuite le complexe”. Wyman semble avoir cru en une évolution théiste, en accord avec l’anatomie philosophique et dans laquelle le Créateur aurait ordonné à l’avance toutes les différentiations entre les organes, dans un processus analogue au développement embryonnaire. Sa conversion précoce à l’évolution aida les élèves d’Agassiz à rompre avec la fixité des espèces54. À la mort d’Agassiz, tous ses élèves étaient évolutionnistes. Aucun n’adoptait cependant une approche totalement darwinienne.

  • 55 Gould (Stephen Jay), “Alpheus Hyatt”, in Gillispie (Charles C.) (sous la dir.), Dictionary of scie (...)

35Après 1885, deux élèves d’Agassiz et de Wyman, Alpheus Hyatt et Alpheus Spring Packard, se déclarèrent “néo-lamarckiens”, un terme inventé par Packard. Hyatt, un paléontologue des invertébrés, devint en 1870 directeur du muséum de la Société d’histoire naturelle de Boston. Packard, un entomologiste, devint professeur à la Brown University de Rhode Island après avoir dirigé un muséum à Salem, Massachusetts et publia de nombreux textes sur l’entomologie55. Le point de départ de Hyatt et Packard n’était pas Lamarck, mais plutôt la morphologie idéale et ils défendaient tout particulièrement la théorie de la récapitulation. Ce ne fut que plus tard qu’ils modifièrent leurs opinions sur la morphologie pour prendre en compte l’évolution.

  • 56 Orbigny (Alcide d’), Paléontologie française : description zoologique et géologique de tous les an (...)
  • 57 Hyatt (Alpheus), “On the parallelism between the different stages of life in the individual and th (...)

36Le premier article de Hyatt, publié en 1866, qui évitait de mentionner l’évolution, appliquait la morphologie idéale aux ammonites et aux nautiles. Il y développait une idée trouvée chez Alcide d’Orbigny, selon laquelle les coquilles des ammonites fossiles révélaient, à travers leurs cavités internes et leurs septes formés successivement, les changements morphologiques subis par les individus de la conception à la mort. D’Orbigny avait découvert un schéma de stades du développement individuel comprenant l’état embryonnaire, la croissance et la dégénérescence (la vieillesse)56. Puisque les coquilles fossiles révélaient ainsi leur ontogénie, Hyatt pouvait appliquer le concept de parallélisme proposé par Agassiz. Hyatt voyait un parallélisme entre le développement d’un individu d’ammonite ou de nautile de la naissance à la vieillesse et l’histoire géologique des diverses séries d’ammonites et de nautiles. À la fin de chaque série géologique d’organismes, il existait une période de déclin et d’extinction correspondant à la vieillesse et à la mort d’un individu. Il énonçait ce qui allait devenir sa loi de l’accélération : que les caractères adultes des espèces inférieures sont repoussés dans les stades embryonnaires des espèces supérieures ou postérieures et qu’au fur et à mesure que les caractères adultes sont ainsi repoussés, ils sont compressés ou accélérés, certains de ces caractères disparaissant de la séquence57.

  • 58 Hyatt (Alpheus), “Compte rendu de J.W. Dawson : Modem ideas of derivation”, American naturalist, n(...)
  • 59 Packard (Alpheus Spring), “On the embryology of limulus polyphemus”, Proc. am. assn. adv. science,(...)
  • 60 Hyatt (Alpheus), Phylogeny of an acquired characteristic, New York : Arno Press, 1980, pp. 358-359 (...)
  • 61 Voir par ex. Packard (Alpheus Spring), The Cave fauna of North America, with remarks on the anatom (...)
  • 62 Pamela Henson a montré comment la conviction qu’avait Packard de l’effet direct de l’environnement (...)

37Lorsque Hyatt adopta publiquement la doctrine de l'évolution en 1870, il pensait que la loi de l’accélération en elle-même pouvait expliquer l’évolution. L'évolution ne se produisait pas par sélection naturelle mais selon “des itinéraires prédéterminés de progrès et de déclin”58. Packard semble lui aussi avoir d’abord considéré que la loi de l’accélération pouvait expliquer les changements organiques. Il invoqua l’accélération en 1870 pour expliquer les stades du développement du Limule ou crabe des Moluques, comparant l’un de ces stades à l’espèce éteinte des trilobites, puis à nouveau en 1873 pour expliquer la phylogénie des insectes59. Plus tard, Hyatt et Packard reconnurent qu’ils avaient besoin d’un mécanisme naturel permettant d’ajouter de nouveaux caractères, c’est-à-dire d’une explication de l’origine de la variation. Le mécanisme le plus séduisant était la réaction de l’animal à l’environnement, que ce soit par l’effort ou l’usage ou le défaut d’usage, ou par l’effet direct de l’environnement sur l’animal. Hyatt devait finalement arguer qu’à chaque nouvelle ère géologique, les ammonites et les nautiles avaient fait un effort pour s’adapter aux conditions nouvelles de leur environnement60. Packard écrivit une série d’articles et d’ouvrages sur les animaux cavernicoles, où il affirmait que la réaction des animaux aux conditions nouvelles des cavernes, en particulier l’usage et le défaut d’usage, constituait la meilleure explication de la cécité et d’autres changements morphologiques61. Dans des articles ultérieurs, Packard mettait l’accent sur l’effet direct de l’environnement sur les organismes. Il attribuait ce facteur d’évolution davantage à Geoffroy Saint-Hilaire et à Buffon qu’à Lamarck (voir ci-dessous)62.

  • 63 Packard (Alpheus Spring), “A Half-century of evolution, with special reference to the effects of g (...)

38L’invocation des facteurs d’environnement lamarckiens conjointement avec l’isolation des organismes subissant les changements, permettait à Hyatt et Packard d’expliquer les lacunes dans la succession des fossiles, rendait possible une évolution plus rapide que ne le pouvait la sélection naturelle et permettait la rétention du schéma. Les facteurs lamarckiens semblaient obéir à des lois que ne permettaient pas les variations fortuites, la lutte pour l’existence et la survie statistique du plus apte. Les espèces, pour quelqu’un imprégné de morphologie idéale, s’étaient peut-être développées au cours du temps, mais elles s’étaient développées selon des schémas et des lois imposés à la nature — dans le cas de Packard, par un Créateur. Packard écrivait en 1898 : “le savant [...] ne peut guère nier que ce processus d’évolution, si divers et comportant des avancées non seulement matérielles mais aussi mentales et morales, s’est poursuivi d’une manière ordonnée et progressive. L'impression qui reste à l’esprit est que tous ces changements, inorganiques et organiques, ont été intentionnels plutôt que fortuits, qu’ils sont le résultat de l’action de lois naturelles imprimées dans la matière par une intelligence et une force qui est extérieure, mais cependant immanente, à toutes les choses matérielles”63.

  • 64 Sapp (Jan), Where the truth lies : Franz Mœwus and the origins of molecular biology, Cambridge : C (...)
  • 65 Packard (Alpheus Spring), “Introduction”, in Sterling Kingsley (John) (sous la dir.), The Standard (...)
  • 66 Ibid., pp. LI-LII.
  • 67 Ibid., p. LI ; Packard (Alpheus Spring), Lamarck, the Jounder of evolution : his life and work, wi (...)
  • 68 Sur les néo-lamarckiens américains, voir Greenfield (Theodore John), Variation, heredity, and scie (...)

39L’histoire des sciences connaît depuis peu une vague d’intérêt pour les mythes des fondateurs, en particulier celui qui érige Mendel en fondateur de la génétique64. Un autre mythe du fondateur qui eut moins de succès fut la tentative d’ériger Lamarck en “fondateur de l’évolution”. En 1885, en partie en réaction contre August Weismann et le développement du mouvement néo-darwinien, Packard inventa le terme de “néo-lamarckianisme” (plus tard abrégé en néo-lamarckisme) pour désigner ce qu’il appelait les facteurs modernes de l’évolution. “Les grands résultats de son œuvre”, écrivait-il de Lamarck en 1885, “furent des idées claires sur l’unité d’organisation du règne animal, la filiation de toutes les formes animales, et l’influence des agents extérieurs sur la variation des espèces [...]”65. Lamarck n’avait pu convaincre ses contemporains parce que son œuvre abondait en “interprétations prématurées sans fondement factuel solide”, mais aussi en raison des “puissants contre-courants établis par Cuvier, Agassiz et par des préjugés communs”66. Le préfixe “néo” était nécessaire car, selon Packard, Lamarck ne connaissait que peu, ou pas du tout, la morphologie, l’embryologie, la paléontologie, la biogéographie, la cytologie et la microscopie, qui étaient toutes intégrées à la théorie moderne de l’évolution67. Les néo-lamarckiens américains, qui comprenaient aussi Edward Drinker Cope et John Ryder, constituaient un groupe cohérent non parce qu’ils partageaient les mêmes idées (ils admettaient que ce n’était pas le cas), mais parce qu’ils étaient des amis se reconnaissant dans cette dénomination et se citant les uns les autres. Packard et Hyatt demeurèrent des amis particulièrement proches pendant toute leur carrière scientifique68.

  • 69 Packard (Alpheus Spring), Lamarck..., op. cit.
  • 70 Sur le lamarckisme chez les anthropologues français, voir Harvey (Joy), “Evolutionism transformed  (...)
  • 71 Packard (Alpheus Spring), Lamarck..., op. cit., pp. V-X ; Perrier (Edmond), “Lamarck et le transfo (...)
  • 72 Packard (Alpheus Spring), Lamarck..., op. cit., p. 34.

40En 1899, Packard se rendit à Paris où il passa le printemps et l’été, passant la majeure partie de son temps au Muséum pour ses recherches en vue du premier ouvrage important consacré à Lamarck, Lamarck, the Jounder of evolution. Ce livre de quatre cent quarante-cinq pages, publié en 1901, comprenait une biographie, des extraits des écrits de Lamarck, une bibliographie et un long développement sur le néo-lamarckisme en Europe et en Amérique69. Packard eut le plaisir de constater qu’en France aussi, on attribuait à Lamarck un statut de fondateur. Au Muséum et ailleurs, les naturalistes français coopérèrent avec Packard au plus haut point. Alfred Giard, de la Faculté des sciences, lui prêta des livres rares et lui fournit des exemplaires de ses propres essais sur l’évolution, l’anthropologue Adrien de Mortillet lui procura les données biographiques rassemblées sur Lamarck par le groupe de disciples qui avaient constitué une Réunion Lamarck dans les années 188070. Au Muséum, Edmond Perrier lui donna son article “Lamarck et le transformisme actuel, tiré du volume commémoratif du centenaire du Muséum. E.T. Hamy, l’archiviste du Muséum, lui procura ses écrits historiques sur la fondation du Muséum et sur ses premières années et donna à Packard accès aux archives du Muséum, en particulier aux procès-verbaux reliés des Assemblées des professeurs71. Packard, qui relata l’histoire de la fondation du Muséum dans son livre en exagérant le rôle de Lamarck, avait une haute opinion du Muséum tel qu’il était au début du siècle. Il écrivait : “le Muséum a la même organisation aujourd’hui qu’en 1793, étant depuis plus d’un siècle le principal centre biologique de France, et avec ses magnifiques collections il n’a jamais été aussi utile au progrès de la science qu’à présent”72.

  • 73 Ibid., p. 2.

41Employant la terminologie morphologique d’Agassiz, Packard comparait Lamarck à l’un des “types prophétiques” de la paléontologie de son maître : “en tant que philosophe zoologiste, Lamarck n’avait pas son pareil à son époque. Toutefois, la période où il vécut n’était pas mûre pour une adoption générale et sans réserve de la théorie de la descendance. De même que dans le monde organique nous discernons ici et là des types prophétiques, anticipant, par leur nature synthétique générale, l’arrivée, longtemps après, de types plus spécialisés, ainsi Lamarck anticipa de plus d’un demi-siècle les principes fondateurs des théories évolutionnistes d’aujourd’hui”73.

  • 74 Ibid., pp. 215 et 396-397.

42Par les “théories évolutionnistes d’aujourd’hui”, Packard entendait bien sûr les théories néo-lamarckiennes. Ainsi Lamarck était-il un précurseur, mais pas de Darwin. Geoffroy Saint-Hilaire et Buffon étaient également cités comme ayant contribué au néo-lamarckisme, Geoffroy Saint-Hilaire pour sa doctrine des homologies qui ouvrait la voie à la morphologie moderne et aussi bien Geoffroy Saint-Hilaire que Buffon pour leur insistance sur l’effet direct de l’environnement sur l’organisation animale74.

  • 75 Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 2228, Papiers Edmond Perrier, dossier “Monuments Lamarck au Mu (...)

43Ni Packard ni Hyatt ne devaient vivre assez longtemps pour voir Edmond Perrier, alors directeur du Muséum, y inaugurer une statue de Lamarck, érigée par souscription publique. La cérémonie eut lieu le 13 juin 1909, neuf jours avant la grande commémoration du centenaire de la naissance de Darwin à Cambridge. Alors que Lamarck avait été appelé “le véritable créateur de la doctrine transformiste” (terme plus français) sur la brochure de souscription, il devenait sur la statue “Fondateur de la doctrine de l'évolution”75.

  • 76 Perrier (Edmond), Inauguration du monument Jean de Lamarck au Muséum d’Histoire naturelle le 13 ju (...)

44Le lamarckisme de Perrier différait de celui de Packard ou de Hyatt — il insistait sur les colonies animales et sur la division physiologique du travail en plus de l’accélération embryogénique (la tachygenèse) —, mais Perrier préférait Lamarck à Darwin pour les mêmes raisons. Packard aurait été d’accord avec le sentiment qu’exprima Perrier lors de la cérémonie, à savoir que “la doctrine de Lamarck [... ] c’est la glorification sereine du travail et de l’intelligence, aucune part n’y est faite au désordre ; le progrès s’accomplit méthodiquement [...]”76. En Amérique comme en France, l’évolution, lorsqu’elle venait s’ajouter à un attachement antérieur à l’anatomie philosophique à l’image de celle que le Muséum diffusait depuis longtemps, conduisait plus facilement à la sélection naturelle de Lamarck qu’à celle de Darwin.

Notes

1 Cité par : Coleman (William), “A Note on the early relationship between George Cuvier and Louis Agassiz”, Journal of the history of medicine, no 18, 1963, p. 61 ; Spix (Johann Baptist von), Agassiz (Louis), Martius (Karl Friedrich Philipp von), Selecta genera et species pisci um : quos in itinere per Brasiliani annis MDCCCXVII-MDCCCXX jussu et auspiciis Maximiliani Josephi I collegit et pingendos curavit Dr. J.B. Spix... digessit, descripsit et observationibus anatomicus Dr. L. Agassiz, prefatus est et edidit itineris socius Dr. F.C. Ph. de Martius, Monachii [Munich] : Typis C. Wolf, 1829-[1831], [XVIII-152] p. Sur la première partie des études d’Agassiz avant son départ pour Paris, voir Lurie (Edward), Louis Agassiz : a life in science, Chicago : University of Chicago Press, 1960, pp. 1-53 ; Marcou (Jules), Life, letters, and works of Louis Agassiz, New York : Macmillan and Co, 1895, vol. I, pp. 1-33 ; Agassiz (Elizabeth Cary), Louis Agassiz : his life and correspondence, London : Macmillan, 1885, 2 vol., pp. 1-159. Ce dernier ouvrage contient le récit autobiographique d’Agassiz sur ses études, pp. 144-157.

2 Agassiz (Louis), Brouillon de lettre à Georges Cuvier, s.d. (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [22]) ; Coleman (William), “A Note on the early relationship...”, art. cit., pp. 53-54. Voir également la traduction anglaise dans Agassiz (Elizabeth Cary), Louis Agassiz..., op. cit., pp. 103-108. Dans un autre brouillon de lettre à Cuvier, sans date mais postérieur, Agassiz annonçait son intention de venir à Paris étudier les spécimens de poissons fossiles du Muséum (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [33]).

3 Lettre de Louis Agassiz à Rose Mayor Agassiz, 30 novembre 1831 (ibid., bMs 1419 [80]) et Lettre d’Agassiz à Rodolphe Agassiz, 18 décembre 1831 (ibid., bMs Am 1419 [81]). Sur le séjour à Paris d’Agassiz, voir Lurie (Edward), Louis Agassiz..., op. cit., pp. 53-71 ; Marcou (Jules), Life, letters..., op. cit., vol. I, pp. 33-49 ; Agassiz (Elizabeth Cary), Louis Agassiz..., op. cit., pp. 158-205. Des extraits de la plupart des lettres citées dans cette section sont donnés en traduction anglaise par Elisabeth Cary Agassiz.

4 Copie d’une lettre de Louis Agassiz à François Mayor, 16 février 1832 (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [83]). Voir aussi Agassiz (Louis), Recherches sur les poissons fossiles..., Neuchâtel : Petitpierre, 1833-1843, vol. I, pp. X et 6. Malgré ce traitement de faveur, Agassiz trouva Cuvier et les naturalistes français cérémonieux et froids dans leurs manières. Ses lettres à sa famille mentionnent “cette extrême politesse froide” : cf. Louis Agassiz à Olympe Agassiz, 15 janvier 1832 (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [82]).

5 Sur ce débat et ses conséquences, voir Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate : French biology in the decades before Darwin, New York : Oxford University Press, 1987, chap. 5 (Monographs on the history and philosophy of biology).

6 Agassiz (Louis), Address delivered on the centennial anniversary of the birth of Alexander von Humboldt under the auspices of the Boston Society of natural history, Boston : Boston Society of natural history, 1869, pp. 42-43. Les problèmes financiers d’Agassiz et l’offre que lui fit Humboldt d’une ligne de crédit de mille francs sont décrits en détail dans les documents suivants : Lettre de Rose Mayor Agassiz à Louis Agassiz, 21 mars 1832 (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [188]), Lettre d’Agassiz à Rose Mayor Agassiz, 25 mars 1832 (ibid., bMs Am 1419) et Lettre d’Agassiz à Rose Mayor et Rodolphe Agassiz, mars 1832 (ibid., bMs Am 1419 [84]).

7 Voir Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate..., op. cit., chap. 6.

8 Kuhn-Schnyder (E.), “Louis Agassiz als Paläontologe”, in Schweizerische Naturforschende Gesellschaft (sous la dir.), Louis Agassiz, 1807-1873 : Vorträge an der Gedenkfeier zum 100. Todestag, gehalten an der 153. Jahresversammlung der Schweizerischen Naturforschenden Gesellschaft, Lugano, 20 Oktober 1973, [Zürich : Kommission Gebr. Fretz, 1974], p. 88, note 30 (Denkschriften der Schweizerischen Naturfoschenden Gesellschaft ; 89). Je remercie Eric Salf pour cette référence. Dans un mémorandum écrit juste après la mort de Cuvier, Agassiz faisait l’éloge de Cuvier pour la clarté et la rigueur de sa méthode mais reconnaissait aussi qu’il était un critique sévère des nouveaux “systèmes” : cf Baer (Jean G.), “Un Manuscrit inédit de Louis Agassiz sur Cuvier”, Musée neuchâtelois, 3ème série, no 11, 1974, pp. 39-45.

9 Agassiz (Louis), Recherches sur les poissons fossiles..., op. cit., vol. I, chap. 5 ; Gould (Stephen Jay), Ontogeny and phylogeny, Cambridge, Mass. : Belknap Press of Harvard University Press, 1977, pp. 66-67.

10 Agassiz (Louis), Recherches sur les poissons fossiles..., op. cit., vol. I, pp. 5-6, où il traite des collections de Paris.

11 Marcou affirme qu’Agassiz espérait obtenir un poste en France, mais rien dans sa correspondance de l’époque ne l’indique. Après la mort de Cuvier, Valenciennes l’invita à collaborer à l'Histoire naturelle des poissons, sur laquelle il avait travaillé avec Cuvier, mais Agassiz préféra garder son indépendance d’action : cf. Marcou (Jules), Life, letters..., op. cit., vol. I, pp. 45-47 et Lettre d’Agassiz à Auguste Agassiz, 1er juin 1832 (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [91]).

12 Sur Wyman, voir Appel (Toby A.), “Jeffries Wyman, philosophical anatomy and the scientific reception of Darwin in America”, Journal of the history of biology, no 21, 1988, pp. 69-94 et Appel (Toby A.), “A Scientific career in the age of character : Jeffries Wyman and natural history at Harvard”, in Elliott (Clark A.), Rossiter (Margaret W), (sous la dir.), Science at Harvard University : historical perspectives, Bethlehem : Lehigh University Press, c. 1992, pp. 96-120. Wyman était le grand-père du biophysicien et hématologue du même nom qui fit une grande partie de sa carrière en France.

13 Desmond (Adrian), “Lamarckism and democracy : corporations, corruption and comparative anatomy in the 1830’s”, in Moore (James R.) (sous la dir.), History, humanity and evolution : essays for John C. Greene, Cambridge : Cambridge University Press, 1989, pp. 99-130 ; Desmond (Adrian), The Politics of evolution : morphology, medicine, and reform in radical London, Chicago : University of Chicago Press, 1989, X-503 p. (Science and its conceptual foundations).

14 Voir par ex. Warner (John Harley), The Therapeutic perspective : medical practice, knowledge, and identity in America, 1820-1885, Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1986, 367 p. et Gevitz (Norman) (sous la dir.), Other healers : unorthodox medicine in America, Baltimore : John Hopkins University Press, c. 1988, 302 p.

15 À propos des médecins américains à Paris, voir Jones (Russell M.), “American doctors in Paris, 1820-1821 : a Statistical profile”, Journal of the history of medicine, no 25, 1870, pp. 143-157 et Warner (John Harley), “Remembering Paris : memory and the american disciples of French medicine in the Nineteenth-century”, Bulletin of the history of medicine, no 65, 1991, pp. 301-325. Warner a identifié plusieurs autres médecins ayant étudié au Muséum, dont Stephen Henry Bronson, un élève de Wyman, qui suivit des cours de Serres et Milne-Edwards et travailla au Laboratoire d’anatomie comparée en 1867-1868 et Gabriel Maningault qui travailla au Laboratoire d’anatomie comparée de Gratiolet et devint finalement Conservateur du Muséum de l’Université de Charleston, Caroline du Sud (communication privée).

16 Appel (Toby A.), “A Scientific career in the age of character...”, art. cit., pp. 100-101.

17 Lettre de Jeffries Wyman à David Humphries Storer, 31 août 1841, citée dans Gifford (George), “An American in Paris, 1841-1842 : four letters from Jeffries Wyman”, Journal of the history oj medicine, no 22, 1967, lettre pp. 275-279.

18 Lettre de Jeffries Wyman à Rufus Wyman, 27 mai 1841 (Harvard medical school, Boston, Countway Library, Jeffries Wyman Papers).

19 Lettre de Wyman à Morrill Wyman, 24 juin 1841 ; Lettre de Wyman à Storer, 31 août 1841 (ibid.). Wyman annonçait son intention d’assister à des cours d’Audouin sur les insectes, de Cordier sur la géologie et de Mirbel sur la botanique, mais on ignore s’il le fit réellement. Il observait que les cours n’étaient généralement suivis que par une vingtaine ou une trentaine d’étudiants, à part ceux de Gay Lussac qui attiraient un public de cent cinquante personnes. Voir Lettre de Wyman à Rufus Wyman, 27 mai 1841, citée. Sur Coste, voir Lettre de Jeffries Wyman à Henry R Bowditch, 6 février 1869 (Harvard medical school, Boston, Countway Library).

20 Lettre de Wyman à Morrill Wyman, 24 juin 1841, citée. Wyman notait lui aussi la froideur cérémonieuse des naturalistes français.

21 Ibid.

22 Lettre de Wyman à Storer, 31 août 1841, citée.

23 Lettre de Jeffries Wyman à John Collins Warren, 30 décembre 1841 (Massachusetts historical Society, Boston).

24 Lettre de Jeffries Wyman à John Collins Warren, 29 mai 1842 (ibid.) ; Lettre de Wyman à Rufus Wyman, 15 juin 1842 (Harvard medical school, Boston, Countway Library, Jeffries Wyman Papers). Warren avait fourni à Wyman une lettre d'introduction à William Clift. Wyman put assister à la dernière leçon du cours d’Owen sur l’anatomie comparée et la physiologie du système nerveux. Sur les leçons d’Owen, voir Rupke (Nicholas), “Richard Owen’s Hunterian lectures on comparative anatomy and physiology, 1837-1855”, Medical history, no 29, 1985, pp. 237-258, en part. p. 243 et Sloan (Phillip R.), Richard Owen : the Hunterian lectures in comparative anatomy, may and june 183 7, London : Natural history Museum publications, 1992, XVI-340 p. Sur Owen et les naturalistes parisiens, voir la contribution de Phillip R. Sloan au présent volume et Desmond (Adrian), The Politics of evolution..., op. cit., pp. 276-372.

25 Appel (Toby A.), “A Scientific career in the age of character...”, art. cit., pp. 101-103.

26 Cependant, Wyman ne s’intéressait guère à la taxinomie et s'occupait plus qu’Agassiz de physiologie humaine et comparée.

27 Lurie (Edward), Louis Agassiz..., op. cit. Agassiz faisait partie d’un groupe de savants de premier plan connus sous le nom des Lazzaroni, attachés à promouvoir les institutions scientifiques nationales américaines : cf. Bruce (Robert V), The Launching of modem american science, 1846-1876, Ithaca : Cornell University Press, 1988.

28 Appel (Toby A.), “A scientific career in the age of character...”, art. cit.

29 Appel (Toby A.), “Jeffries Wyman...”, art. cit.

30 Wyman (Jeffries), “On symmetry and homology in limbs”, Proceedings of the Boston society of natural history, no 11, 1866-1868, p. 278.

31 Agassiz (Louis), “On animal morphology”, Proceedings of the American association for the advancement of science, no 2, 1849, p. 412 ; Agassiz (Louis), “On the difference between progressive, embryonic, and prophetic types in the succession of organic beings through the whole range of geological times”, ibid., pp. 432-438 ; Agassiz (Louis), Essay on classification, Cambridge : Belknap Press of Harvard University Press, 1962, pp. 115-116. Sur les positions d’Agassiz sur la morphologie et la taxinomie, voir Gould (Stephen Jay), Ontogeny and phylogeny, op. cit., pp. 63-68 et Winsor (Mary R), “Louis Agassiz and the species question”, in Coleman (William), Limoges (Camille), (sous la dir.), Studies in history of biology, Baltimore ; London : John Hopkins University Press, 1979, vol. III, pp. 89-117.

32 Lurie (Edward), Louis Agassiz·.·, op. cit., pp. 222-224. Elizabeth Cary Agassiz ne mentionne pas, elle non plus, l’aspect politique de cette offre : cf. Agassiz (Elizabeth Cary), Louis Agassiz…, op. cit., pp. 550-554. Le biographe d’Agassiz, Jules Marcou, un géologue français qui se rendit en Amérique, situa quant à lui l’offre dans son contexte français. Sévère critique du Muséum, Marcou approuvait la tentative que faisait le Ministère pour le réformer, mais à son avis le Ministère avait offert trop peu et trop tard lorsqu’il avait invité Agassiz à accepter la chaire de paléontologie ; le gouvernement aurait dû offrir un poste à Agassiz en 1846 ou en 1853 : cf. Marcou (Jules), Life, letters..., op. cit., vol. Il, pp. 69-74. Sur la critique du Muséum par Marcou, voir Marcou (Jules), De la science en France, Paris : C. Reinwald, 1869, pp. 209-245, et en part. les pp. 230-238 sur Agassiz. Je remercie Daniel Goujet pour cette référence.

33 Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in Fox (Robert), Weisz (George), (sous la dir.), The Organization of science and technology in France, 1808-1914, Cambridge : Cambridge University Press, 1980, pp. 226-228. Voir également la contribution de Camille Limoges au présent volume.

34 Sur d’Orbigny et les aspects politiques de la chaire de paléontologie, voir Brygoo (Édouard-Raoul), “Alcide d’Orbigny, 1802-1857”, juin 1992, article non publié. Je remercie le professeur Philippe Tacquet qui m’a procuré un exemplaire de ce manuscrit. Voir également Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris...”, art. cit., pp. 227-228 et Marcou (Jules), De la science en France, op. cit., pp. 230-238.

35 Lettre de Gustave Rouland à Louis Agassiz, 19 août 1857 (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [579]).

36 Lettre de Louis Agassiz à Gustave Rouland, 25 septembre 1857, brouillon (ibid., bMs Am 1419 [135]). Cette version diffère quelque peu de celle publiée par Marcou : cf. Marcou (Jules), Life, letters..., op. cit., vol. II, pp. 71-72.

37 Lettre de Gustave Rouland à Louis Agassiz, 17 novembre 1857 (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [580]) ; Lettre de Louis Agassiz à Rouland, 26 avril 1858, brouillon (ibid., bMs Am 1419 [138]).

38 Ministre de l’Instruction publique et des cultes, Rapport présenté à S. Exc. le ministre de l’Instruction publique et des cultes par la Commission chargée d’étudier l’organisation du Muséum d’Histoire naturelle, arrêté du 21 mai 1858, Paris : Impr. impériale, 1858 [Rééd. décembre 1862] ; Mémoire des professeurs-administrateurs du Muséum d’Histoire naturelle, en réponse au Rapport fait en 1858 par une Commission chargée d’étudier l’organisation de cet établissement, Paris : Mallet-Bachelier, 1863. Voir également la contribution de Camille Limoges au présent volume. Une commission gouvernementale avait déjà fait un rapport sur le Muséum en 1849.

39 Lettre de Charles Martins à Louis Agassiz, 23 août 1858 (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [477]).

40 Lettre de Louis Agassiz à Charles Martins, 8 novembre 1858 (ibid., bMs Am 1419 [140]).

41 Lettre de Gustave Rouland à Louis Agassiz, “très confidentielle”, 21 août 1859 (ibid., bMs Am 1419 [581]). Sur le voyage en Europe d’Agassiz, voir Lurie (Edward), Louis Agassiz..., op. cit., pp. 237-238 ; Agassiz (Elizabeth Cary), Louis Agassi..., op. cit., pp. 561-563. Aucun ne traite de la politique du Muséum.

42 Lettre d’Achille Valenciennes à Louis Agassiz, 4 août 1859 (Université de Harvard, Houghton Library, bMs Am 1419 [692]).

43 Lettre d’Achille Valenciennes à Louis Agassiz, 14 août 1859 (ibid., bMs Am 1419 [694]).

44 Lettre d’Achille Valenciennes à Elizabeth Cary Agassiz, 9 ? août 1859 (ibid., bMs Am 1419 [693]).

45 Lettre de Valenciennes à Agassiz, 14 août 1859, citée.

46 Lettre de Rouland à Agassiz, 21 août 1859, citée.

47 Lettre de Louis Agassiz à James Walker, 26 avril 1858 (ibid., bMs Am 1419 [139]) ; Lurie (Edward), Louis Agassiz..., op. cit., pp. 224-225.

48 Brygoo (Édouard-Raoul), “Alcide d’Orbigny, 1802-1857”, art. cit. ; Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris...”, art. cit., p. 226.

49 Appel (Toby A.), “A Scientific career in the age of character...”, art. cit. Sur l’emblème de Cuvier, voir The Boston Society of natural history, 1830-1930, Boston : printed for the Society, 1930.

50 Wyman était l’un des cinq professeurs du Muséum de zoologie comparée. Sur le Muséum de zoologie comparée, voir Winsor (Mary P), Reading the shape of nature : comparative zoology at the Agassiz Museum, Chicago : University of Chicago Press, 1991, XVIII-324 p. (Science and its conceptual foundations) et Lurie (Edward), Louis Agassiz..., op. cit.

51 Dexter (Ralph W), “The Salem secession of Agassiz zoologists”, Essex Institute historical collections, no 101, 1965, pp. 27-39 ; Winsor (Mary P.), Reading the shape of nature..., op. cit., pp. 43-65 ; Barrow (Mark V), “A Legacy of Agassiz ? : entrepreneurial natural history in America, 1860-1880”, communication présentée au “Joint Atlantic Seminar in the history of biology”, 6 avril 1991. Le Règlement a été publié dans Lurie (Edward), Louis Agassiz..., op. cit. (photographie après la p. 84).

52 Agassiz (Louis), “Evolution and permanence of type”, Atlantic monthly, no 33, 1874, pp. 92-101. Agassiz écrivait : “plus je considère le vaste complexe du monde animal, plus je suis certain que nous ne sommes pas encore parvenus à son sens caché, et plus je regrette que les esprits jeunes et ardents de notre époque s’adonnent aux spéculations plutôt qu’à une observation minutieuse et exacte” (p. 101).

53 Winsor (Mary R), “Louis Agassiz and the species question”, art. cit.

54 Wyman (Jeffries), “Compte rendu de Richard Owen : Monograph on the Aye-Aye (Chiromys Madagascariensis Cuvier)”, American journal of science, 2ème série, no 36, 1863, pp. 294-299 ; Lettre de Jeffries Wyman à Richard Owen, juin 1863 (Royal College of surgeons, Londres) ; Appel (Toby A.), “Jeffries Wyman...”, art. cit. Packard présenta Wyman comme un évolutionniste dans sa notice nécrologique : Packard (Alpheus Spring), “Memoir of Jeffries Wyman, 1814-1874”, National Academy of sciences : biographical memoirs, no 2, 1886, pp. 77-126.

55 Gould (Stephen Jay), “Alpheus Hyatt”, in Gillispie (Charles C.) (sous la dir.), Dictionary of scientific biography, New York : Scribner’s sons, 1970-1980, vol. VI, pp. 613-614 ; Norland (Calvert E.), “Alpheus Spring Packard, Jr.”, ibid., vol. X, pp. 272-274.

56 Orbigny (Alcide d’), Paléontologie française : description zoologique et géologique de tous les animaux mollusques et rayonnés fossiles de la France. Vol. I : Terrains crétacés, Paris : hauteur, 1840-1889, pp. 376-382.

57 Hyatt (Alpheus), “On the parallelism between the different stages of life in the individual and those in the entire group of mollusks of the order tetrabranchia”, Memoirs, Boston Society of natural history, no l, 1866-1868, pp. 193-209. Les idées de Hyatt sont traitées dans Gould (Stephen Jay), Ontogeny and phylogeny, op. rit., pp. 91-100 ; Rainger (Ronald), “The Continuation of the morphological tradition : american paleontology, 1880-1910”, Journal of the history of biology, no 14, 1981, pp. 140-143 ; Bowler (Peter J.), The Eclipse of darwinism : anti-darwinian evolution theories in the decades around 1900, Baltimore : John Hopkins University Press, c. 1983, pp. 127-130 et 163-164 ; Greenfield (Theodore John), Variation, heredity, and scientific explanation in the evolutionary theories of four american neo-lamarckians, 1867-1897, Th. D. : University of Wisconsin, 1986. Voir également la note 68 ci-dessous.

58 Hyatt (Alpheus), “Compte rendu de J.W. Dawson : Modem ideas of derivation”, American naturalist, no 4, 1870, p. 237.

59 Packard (Alpheus Spring), “On the embryology of limulus polyphemus”, Proc. am. assn. adv. science, no 19, 1870, pp. 247-255 ; Packard (Alpheus Spring), Our common insects : a popular account of the insects of our fields, forests, gardens and houses, Salem : Naturalists’ Agency, 1873, pp. 148-186. Packard adoptait aussi le concept d’un “archétype idéal”, dans ce cas, un ancêtre hypothétique des insectes ayant la forme d’un vers (p. 151).

60 Hyatt (Alpheus), Phylogeny of an acquired characteristic, New York : Arno Press, 1980, pp. 358-359 (The History of paleontology) [Reprint of the 1893 ed. published by the American philosophical Society Philadelphia]. Greenfield montre qu’en particulier dans leurs premiers écrits, les néo-lamarckiens américains s’intéressaient plus à l’origine des variations qu’à l’hérédité. Voir Greenfield (Theodore John), Variation, heredity, and scientific explanation..., op. cit.

61 Voir par ex. Packard (Alpheus Spring), The Cave fauna of North America, with remarks on the anatomy of the brain and origin of the blind species, New York : Arno Press, 1977, 156 p. (History and ecology). Sur les animaux cavernicoles, voir Bocking (Stephen), “Alpheus Spring Packard and cave fauna in the evolution debate”, Journal of the history of biology, no 21, 1988, pp. 425-456.

62 Pamela Henson a montré comment la conviction qu’avait Packard de l’effet direct de l’environnement le mena à un système de classification des insectes différent de celui de l’entomologiste de Cornell, le darwinien John Henry Comstock : cf. Henson (Pamela Marianne), Evolution and taxonomy : J.H. Comstock’s research school in evolutionary taxonomy at Cornell University, 1874-1930, Th. D. : University of Maryland, 1990, pp. 177-185.

63 Packard (Alpheus Spring), “A Half-century of evolution, with special reference to the effects of geological changes on animal life”, American naturalist, no 32, 1898, p. 673. Hyatt évitait cependant de discuter d’un Créateur, car il considérait que les forces autres que les forces physiques dépassaient le domaine de la science : cf. Hyatt (Alpheus), “Heredity”, in éd. Mary L. Sargent, Boston : James R. Osgood, 1880, pp. 322-323.

64 Sapp (Jan), Where the truth lies : Franz Mœwus and the origins of molecular biology, Cambridge : Cambridge University Press, 1990, pp. 27-55 ; Brannigan (Augustine), “The Reification of Gregor Mendel”, Social studies of science, no 9, 1979, pp. 432-454.

65 Packard (Alpheus Spring), “Introduction”, in Sterling Kingsley (John) (sous la dir.), The Standard natural history. Vol. I : Lower invertebrates, Boston : S.E. Cassing, 1885, p. LU. Sur l’emploi des termes “néo-lamarckien” et “néo-larmackisme”, voir pp. LIII-LIV.

66 Ibid., pp. LI-LII.

67 Ibid., p. LI ; Packard (Alpheus Spring), Lamarck, the Jounder of evolution : his life and work, with translation of his writing on organic evolution, New York : Longmans, Green and Co., 1901, p. 384 [rééd. New York : Arno Press, 1980, 451 p.].

68 Sur les néo-lamarckiens américains, voir Greenfield (Theodore John), Variation, heredity, and scientific explanation..., op. cit. ; Bowler (Peter J.), The Eclipse of darwinism..., op. cit., pp. 118-140 ; Burkhardt (Richard W.), “Lamarckism in Britain and the United States", in Mayr (Ernst), Provine (William B.), (sous la dir.), The Evolutionary Synthesis : perspectives on the unification of biology, Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1980, pp. 343-352 ; Pfeifer (Edward J.), “The Genesis of american neo-lamarckism”, Isis, no 56, 1965, pp. 156-167. Packard, qui mourut trois ans après Hyatt, écrivit la notice nécrologique de son ami : cf. Packard (Alpheus Spring), “Alpheus Hyatt”, Proceedings of the American Academy of arts and sciences, no 37, 1903, pp. 715-727. Parmi les néo-lamarckiens, Cope était le mieux connu en France.

69 Packard (Alpheus Spring), Lamarck..., op. cit.

70 Sur le lamarckisme chez les anthropologues français, voir Harvey (Joy), “Evolutionism transformed : positivists and materialists in the Société d’anthropologie de Paris from Second Empire to Third Republic”, in Oldroyd (David), Langham (Ian), (sous la dir.), The Wider domain of evolutionary thought, Dordrecht : D. Reidel, c. 1983, p. 302.

71 Packard (Alpheus Spring), Lamarck..., op. cit., pp. V-X ; Perrier (Edmond), “Lamarck et le transformisme actuel”, in Centenaire de la fondation du Muséum d'Histoire naturelle, 10 juin 1793 - 10 juin 1893 : volume commémoratif, Paris : Impr. nationale, 1893, pp. 471-519. Le récit par Hamy de la fondation du Muséum se trouve aussi dans ce volume du centenaire.

72 Packard (Alpheus Spring), Lamarck..., op. cit., p. 34.

73 Ibid., p. 2.

74 Ibid., pp. 215 et 396-397.

75 Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 2228, Papiers Edmond Perrier, dossier “Monuments Lamarck au Muséum et à Bazentin (Somme)”. Voir en part. “Muséum d’Histoire naturelle : souscription universelle pour élever un monument à Lamarck”, s.d. Les Américains mentionnés sur la brochure de souscription étaient Alexander Agassiz, le fils de Louis Agassiz ; Henry Fairfield Osborn, le disciple et biographe d’E.D. Cope ; Bashford Dean, un proche d’Osborn, qui associait l’embryologie et la paléontologie pour étudier l’évolution des poissons. La commémoration Darwin se tint du 22 au 24 juin.

76 Perrier (Edmond), Inauguration du monument Jean de Lamarck au Muséum d’Histoire naturelle le 13 juin 1909, Paris : Gauthier-Villars, 1909, p. 14. Sur les idées de Perrier sur l’évolution, voir Perrier (Edmond), “Lamarck et le transformisme actuel”, art. cit. ; Perrier (Edmond), La Philosophie zoologique avant Darwin, Paris : Félix Alcan, 1884, 288 p. (Bibliothèque scientifique internationale ; 47), [Perrier inclut un chapitre sur Agassiz, pp. 200-213] ; Limoges (Camille), “Edmond Perrier”, in Gillispie (Charles C.) (sous la dir.), Dictionary of scientific biography, op. cit., vol. X, pp. 522-523.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Agassiz (Louis) 1807 - 1873. D’après une photo communiquée par Mme Augusta Major née Agassiz.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteur

Université de Floride, États-Unis

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540