Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Le Muséum et le monde

Le Muséum et l'Europe

Pietro Corsi

Note de l’éditeur

Corsi, P., 1997. Le Muséum et l’Europe, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 635-647. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

1Le titre de ma communication, le Muséum et l'Europe, bien que modeste, n’en est pas moins ambitieux et il impose de clarifier à l’avance ce dont il s’agit. J’essayerai avant tout de proposer des considérations générales qui représentent un commentaire à une partie de la discussion entamée sur les éléments de continuité et de rupture entre le Jardin du roi et le Muséum d’Histoire naturelle. Je citerai aussi des cas spécifiques de rapports entre le Muséum et l’Europe tirés de mes recherches sur le sciences naturelles italiennes du commencement du XIXème siècle, pour aboutir enfin à des considérations finales qui visent à proposer un projet concret de recherche sur le rayonnement du modèle Muséum, au double niveau d’organisation de la recherche naturaliste et des théories biologiques, dans l’Europe du XIXème siècle.

  • 1 Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire n (...)

2Il est utile de souligner avant tout qu’il serait dangereux de tracer des lignes de démarcation excessivement rigides entre le Jardin du roi et le Muséum à propos du Muséum et de l’Europe, même s’il est évident que ce fut avec l’institution du Muséum, l’agrandissement des collections et leur classification, les propositions théoriques élaborées par plusieurs professeurs de l’établissement et leur renommée internationale, que les contacts entre l’institution parisienne et la communauté savante européenne prirent un nouvel essor. Il faut préalablement souligner que Buffon avait déjà eu, en son temps, besoin d’un réseau de correspondants, d’amis, de naturalistes amateurs, de voyageurs, de fonctionnaires coloniaux, pour compléter certaines parties de son Histoire naturelle ou rédiger les Époques de la nature. On connaît bien aussi l’emploi que Buffon faisait du personnel du Jardin des plantes pour établir des contacts ou recueillir des informations sur toute une série de questions qui l’occupaient. Lamarck reçu sa première promotion au Jardin, par ailleurs presque symbolique, pour accompagner Buffon dans un voyage à travers les institutions minéralogiques et les jardins botaniques du Nord de l’Europe1.

  • 2 Olmi (Giuseppe), ““Molti amici in vari luoghi” : studio della natura e rapporti epistolari nel sec (...)
  • 3 Laissus (Yves), “Les Naturalistes français en Amérique du Sud au XVIIIème siècle : les conditions (...)
  • 4 Archivio di Stato, Torino, Istruzione universitaria, Mazzo 3, no 10, 16, 20 ; Monticelli (E S.), “ (...)

3Bien sûr, la tradition consistant à établir des réseaux savants nationaux et internationaux ne remonte pas à Buffon. Les collections privées et publiques, à partir de l’époque des wunderkammern, se constituaient et se préservaient grâce à des réseaux de correspondants et à un mouvement d’achat et de vente qui suivait les fortunes privées et publiques de leurs propriétaires2. En tout cas, même si les jardins des plantes, ou, pour mieux dire, “gli orti botanici” étaient nés en Italie, ce fut sans doute le Jardin des plantes, sous la direction de Buffon, qui au XVIIIème siècle constitua un modèle d’organisation que plusieurs États européens se proposaient d’imiter et que de nombreux naturalistes visitaient3. La double finalité de chanter les merveilles de la nature, source d’enseignement et d’amélioration morale et de tirer de la nature toutes les ressources qu’elle pouvait offrir, constituait une priorité affirmée par Buffon ainsi que, par exemple, par les fondateurs de l’Accademia dei Georgofili, établie à Florence en 1753, ou par les naturalistes qui à partir des années 1770 proposaient de doter l’Académie des sciences de Turin d’un Musée d’histoire naturelle, ou l’Université de Naples d’un établissement semblable4.

  • 5 Bourde (André J.), Agronomie et agronomes en France au XVIIIème siècle, Paris : SEVPEN, 1967, 3 vo (...)

4La rhétorique de l’utilité publique et morale des sciences naturelles était déjà en place pendant les dernières décennies de l’Ancien Régime : on améliorera l’État, et on évitera les désordres civils, assurait-on, grâce à la réforme de l’agriculture, à l’acclimatation d’espèces végétales et animales provenant des nouveaux mondes qu’on commençait à exploiter, à l’effort pour améliorer les connaissances techniques et les qualités morales du peuple en général, et des agriculteurs en particulier5. Les stratégies et les finalités institutionnelles. le style rhétorique, les formes de communication parmi les savants européens s’étaient donc déjà constitués quand les succès politiques, idéologiques et militaires de la France révolutionnaire et napoléonienne constituèrent les prémisses des remarquables transformations que le Jardin du roi, devenu Muséum national d’Histoire naturelle, connues pendant les premières décennies du XIXème siècle.

  • 6 Sloan (Phillip R.), Richard Owen : the Hunterian lectures in comparative anatomy, may and june 183 (...)

5Jusqu’à des temps très récents, l’attention s’est dirigée, en ce qui concerne le Muséum, vers la phase, qu’on pourrait qualifier d’“acquisitive” (en empruntant le terme à la phrénologie), des rapports entre le Muséum et l’Europe : on le sait, les collections d’histoire naturelle faisaient partie des trésors que les armées révolutionnaires et napoléoniennes ramenaient à Paris comme trophées de guerre. On pourrait même soutenir que pendant deux ou trois décennies la concentration de quelques-unes des meilleures collections européennes, ajoutées à celles du Muséum, donna un avantage compétitif aux savants français vis-à-vis de leurs collègues d’autres pays. L'avantage, on le sait bien, n’était pas destiné à durer longtemps6.

6Pour ne citer qu’une raison parmi plusieurs autres, à partir de la fin des années 1820, le développement considérable des sciences de la vie, de la paléontologie, de la géologie ou de la botanique en Angleterre, soutenu par la possibilité d’avoir à disposition le plus grand empire colonial jamais connu dans l’histoire de l’humanité, incitait les savants anglais à se tourner vers Paris du fait de l’importance des collections parisiennes.

7Il convient à ce propos de recentrer notre attention sur ce que le Muséum a donné à l’Europe – de bon ou de mauvais gré – et non plus seulement se concentrer sur ce que l’Europe a donné au Muséum. En d’autres termes, il nous faut poser la question de l’influence exercée par le Muséum dans le développement des sciences naturelles en Europe, en commençant par l’apport considérable offert à l’apprentissage pratique et théorique d’une génération entière de naturalistes européens.

  • 7 Maulitz (R. C), “Channel Crossing : the lure of french pathology for english medical students, 181 (...)

8Des raisons d’affinité idéologique, surtout pendant la phase révolutionnaire et dans les premières années de la domination napoléonienne et, par la suite, la prééminence politique et culturelle exercée par la capitale française sur l’Europe conquise ou assujettie, menaient à Paris des centaines de naturalistes, agronomes, minéralogistes, géologues et étudiants en médecine. Par exemple, pour des raisons complexes et déjà bien explorées par les historiens de la période, les Anglais, surtout les étudiants en médecine, constituaient avec les Italiens, pendant la Restauration, l’un des groupes nationaux les plus nombreux. En conclusion, suivre les cours donnés au Muséum faisait partie essentielle de la formation des docteurs, des fonctionnaires techniques des différents pays et, bien sûr, des naturalistes, des géologues, des minéralogistes, des chimistes7.

9En même temps, le Muséum, dans ses articulations institutionnelles, éditoriales et même architectoniques, devint un modèle que plusieurs pays cherchèrent à imiter, avec plus ou moins de succès. Permettez-moi de revenir aux exemples italiens que j’ai eu l’occasion d’étudier. Ainsi, pour prendre un exemple, le désir d’imiter Paris se montra en Italie, à Turin comme à Naples et à Milan, difficile à réaliser, même pendant la période de l’administration française de plusieurs régions du pays. Seule Milan réussira au milieu du XIXème siècle à établir un Museo di scienze naturali qui existe encore et qui est très actif, tandis qu’a Naples et à Turin les musées d’histoire naturelle, liés à l’université, ont connu une alternance de fortunes qu’il serait trop compliqué de décrire dans le cadre de cet article. Il suffit de dire que les fondateurs de ces musées, ou au moins ceux qui s’efforcèrent de les agrandir et de les administrer, avaient étudié ou s’étaient perfectionnés à Paris. Ainsi, on comprend bien comment le Musée de zoologie de l’Université de Naples, institué sous le gouvernement français en 1813, mais ouvert, grâce aux efforts de Giosué Sangiovanni (élève de Lamarck et de Cuvier), seulement en 1845, était structuré sur deux galeries qui reproduisaient a l'échelle la galerie des oiseaux du Muséum. La décadence scientifique de Naples à partir de années 1840-1850 et la situation prévalant en Italie dans les dernières décennies, ont paradoxalement contribué à conserver ces magnifiques galeries comme elles étaient au temps de leur ouverture.

  • 8 “Sa Majesté ne trouve pas les arguments suffisants pour souscrire à la requête” (Archivio di Stato (...)

10Des difficultés d’ordre économique et institutionnel, y compris les bouleversements politiques provoqués par la Restauration, rendirent problématique, ou pour mieux dire presque impossible, la continuation du travail dans plusieurs institutions italiennes. Franco Andrea Bonelli, un autre élève de Lamarck et de Cuvier sur lequel nous allons revenir, nommé professeur de zoologie à l’Université de Turin en 1811, adressa en 1818 une pétition au roi, en demandant la permission de voyager pendant quelques mois chaque année, pour visiter les collections européennes et compléter l’exploration des territoires du royaume ; il arriva aussi à suggérer d’être nommé “naturaliste du roi”, et d’être chargé de voyages d’exploration dans des terres lointaines. Bonelli souligna les avantages des sciences naturelles pour le bien-être économique du pays et essaya d’éveiller le patriotisme du souverain en lui rappelant que tous les principaux pays d’Europe étaient engagés dans l’exploration de la flore et de la faune du monde. “S.M. non trova sufficienti motivi per aderire alla domanda”8, fut la sèche et définitive réponse à la pétition.

11Pour Bonelli, il ne s’agissait pas de faire concurrence au Muséum de Paris – sans parler du fait qu’il avait même formulé des réserves sur l’organisation des collections qu’il avait étudiées lors de sa visite à Paris – mais d’obtenir la possibilité de continuer son propre travail, d’acheter des livres, de compléter la classification des exemplaires déjà déposés en désordre dans les étroits locaux du Musée, dont il devint directeur en 1825. Les moyens nécessaires au fonctionnement ne furent jamais mis à disposition du Musée de zoologie dans des quantités acceptables et Bonelli, comme d’ailleurs ses successeurs, se trouva obligé de conduire des recherches limitées au territoire du Piémont, duquel il tira le maximum d’avantage théorique.

  • 9 Lyell (K. M.) (sous la dir.), Life, letters and journals of Charles Lyell, Bart., [reprint origina (...)

12Le cas de Turin, comme celui de Naples – nous pensons à Oronzio Costa et à ses études sur les mollusques et les coquillages du napolitain, si estimées par Charles Lyell – nous invite à réfléchir sur l’importance du rapport centre-périphérie, sur la marginalisation progressive à laquelle, faute de moyens, de collections, de livres, de personnel, plusieurs savants d’un pays comme l’Italie, héritiers d’une tradition remarquable d’études naturalistes, lurent relégués au cours du XIXème siècle9.

13L’étude des rapports entre le Muséum et l’Europe ne soulève pas seulement des problèmes d’histoire institutionnelle (accumulation des biens scientifiques, division du travail scientifique entre centre et périphérie, marginalisation, etc.), mais nous permet aussi d’approfondir la compréhension de phénomènes théoriques d’une très grande importance dans l’histoire de la science et de la culture européenne de l’époque : en premier lieu, le problème de la constitution en Europe de lignes de pensée transformiste dont on ne comprend pas bien encore la dynamique conceptuelle et la portée scientifique et culturelle. Il est en tout cas clair que l’enseignement de Lamarck au Muséum y joua un rôle primordial.

FIG. 1 - Bonelli (Franco Andrea) 1748 – 1830. Litho sur chine (vers 1830) de Giovanni Battista Biscarra. Extr. de De Filippi (Filippo) et al., II Darwinismo in Italia, Turin : Union typographique, 1983.

  • 10 Corsi (Pietro), ““Darwiniens” et “lamarckiens” à Turin (1812-1894)”, in Conry (Yvette) (sous la di (...)

14Je voudrais développer ce thème avec l’aide de Franco Andrea Bonelli, un auteur auquel j’ai déjà dédié quelques travaux et auquel je reviens après l’étude de l’importante collection de manuscrits que M. le professeur Pietro Passerin d’Entrèves a mis à ma disposition10. Je me propose d’illustrer les rapports de Bonelli avec le Muséum d’Histoire naturelle de Paris et ses professeurs et d’éclairer celles de ses idées qui présentent des éléments d’intérêt pour notre thème.

  • 11 Passarin d’Entrèves (P), Sella Gentile (G.), “Franco Andrea Bonelli zoologo trasformista", Studi p (...)

15La première rencontre entre Bonelli et le Muséum n’avait pas été heureuse. En 1807, à l’âge de vingt ans, le jeune entomologiste avait lu, puis publié, un Specimen Faunae Subalpinae, qui fut critiqué par Latreille et peut-être, comme Pietro Passerin d’Entrèves l’a suggéré, par Massimiliano Spinola, entomologiste de Gênes et ami de Bonelli. La réponse pleine de colère de notre naturaliste – c’était un homme qui n’avait pas la diplomatie parmi ses vertus – nous offre un témoignage fort intéressant du travail quotidien et de ses difficultés d’un naturaliste de province – même s’agissant d’une province de l’importance du Piémont. Dans sa réponse à Spinola, datée du 9 mars 1808, Bonelli écrit : “s’il était si facile pour moi de me procurer (ou seulement de pouvoir les examiner) les ouvrages qui me manquent, comme il l’est pour un monsieur le comte Spinola, ou un monsieur Latreille au milieu d’immenses musées, de bibliothèques très fournies, et à des additions continuelles, et bien il serait plus difficile pour monsieur de Latreille de m’adresser de tels reproches ; et pour prouver ça, et en plus, que je fais ce que je peux, je dirais seulement que mes propres fortunes ont souffert récemment quelque petit désordre, que je dois exclusivement à cette putain insatiable que nous appelons l’histoire naturelle”11.

  • 12 Ibid., p. 36.

16Bonelli continue sa lettre avec une description de l’état déplorable des bibliothèques à Turin. Avant la Révolution, la bibliothèque de l’Académie des sciences de Turin était capable de tenir tête à celles de Paris. Mais avec la Révolution et ses conséquences, elle n’avait plus de moyens pour compléter les collections : “les ouvrages d’Olivier, Cramer, Ernst, etc.., sont pour la plupart incomplets [...] nous n’avons rien acheté en entomologie depuis dix ans, à l’exception des sept tomes d’Esper, qui par ailleurs ne servent à rien”12.

  • 13 Outram (Dorinda), “Education and the State in the italian departments annexed to France, 1802-1814 (...)

17Le 21 mai 1809 Michele Spirito Giorna, un professeur très aimé de Bonelli, mourut et laissa vacantes ses places à l’Académie et à l’Université. Celle de l’Académie fut immédiatement offerte à Bonelli, qui, investi d’une nouvelle autorité, eut la chance de rencontrer Latreille en personne, à Marseille, et de jouir du fait d’avoir obtenu sa place à l’Académie de Turin avant que Latreille obtienne la sienne à l’Institut de Paris. Les rapports personnels de Bonelli avec le Muséum sont donc établis et la campagne pour obtenir la chaire de Giorna à l’Université peut commencer. Latreille proposa à Cuvier le nom du jeune turinois pour la liste des candidats propres à remplir la chaire d’histoire naturelle de Turin. En avril 1810, Cuvier visita Turin, au cours de son voyage pour réorganiser les universités italiennes13. Bonelli le rencontra, lui montra ses collections et Cuvier invita son jeune collègue italien à suivre les cours du Muséum pour se perfectionner. Au mois d’août Bonelli était déjà parti pour Paris, où il arriva le 15 septembre, après avoir fait son voyage à pied.

  • 14 Passarin d’Entrèves (P.), Sella Gentile (G.), “Franco Andrea Bonelli... ”, art. cit., p. 38.

18Dans une lettre fameuse, Bonelli décrit à son frère ses premières réactions : “la vue du Muséum et de la Ménagerie que monsieur Cuvier me fit voir en grand et que je visiterai plus en détail à mon aise m’a offert un tel spectacle pour voir lequel je ferai bien trois cents lieues, si je ne l’avais pas encore vu, et contribuèrent beaucoup à m’y attacher la politesse que j’y ai reçu soit de monsieur Cuvier, Lamarck et Geoffroy que de tous les aides naturalistes. Le Muséum n’est ouvert pour le public que pendant six heures de deux jours de la semaine, il est ouvert pour moi à chaque heure et tous les jours. On m’a encore autorisé de porter chez-moi tous les Carabes et les livres qui les concernent pour y travailler plus à mon aise, je puis visiter à la main tous les autres animaux, ce qui me sera très utile pour mes études. Monsieur Cuvier m’a invité à assister à une séance de l’Institut qui a eu lieu le 17 et à laquelle j’ai fait la connaissance de Lamarck, Geoffroy, Bosc, Humboldt. Monsieur de Lamarck, m’ayant trouvé partisan de quelques-unes de ses idées me prit en amitié et m’instruisit sur bien de choses et m’accorda de grandes facilités pour étudier les animaux invertébrés, puisque cette partie du Muséum est sous sa direction”14.

  • 15 Ibid., pp. 38-39.
  • 16 Salles (Isidore) (pseud. Isidore Salles de Gosse), Histoire naturelle, drolatique et philosophique (...)

19L’enthousiasme de la première rencontre est bientôt modéré par la dure réalité de la vie quotidienne au Muséum. Latreille est chargé des échanges des doubles des collections, mais Bonelli apprend très vite que son collègue n’aime rien donner en échange de beaucoup : “pour avoir quelque chose de lui, il faut le presser et profiter du moment où il veut l’un de vos insectes”. Il découvre aussi qu’il vaut mieux garder pour soi les découvertes qu’on fait : les luttes pour la priorité sont à l’ordre du jour : “je me trouve obligé à travailler sans ouvrir la bouche, et à ne pas consulter les experts”15. Les lettres écrites par Bonelli à des membres de sa famille et à Spinola sont d’un grand intérêt pour les informations qu’il nous donne sur la communauté entomologique de Paris pendant les années 1810 et 1811 et notamment sur les pratiques d’échange et d’achat des exemplaires que les naturalistes entreprenaient pour leur propre compte ou pour celui du Muséum, souvent sans séparer les deux niveaux d’une façon bien marquée. De telles pratiques donneront lieu dans les années qui suivirent à des critiques et à des attaques contre les professeurs de l’établissement parisien16.

20Bonelli est aussi doué d’une capacité de travail qui lui vaut le respect de tous : Cuvier le rencontre souvent et Lamarck le considère comme un élève (un autre élève Italien, après le favori Giosuè Sangiovanni), qui promet de faire bon usage de son enseignement. Cuvier provoque la nomination de Bonelli à la chaire de zoologie de l’Université de Turin le 5 mars 1811, avec l’appui de lettres de recommandation signées par plusieurs professeurs du Muséum, dont, bien sûr, Lamarck.

  • 17 Cité par Camerario (L.), “Materiali per la storia della zoologia in Italia nella prima metà del se (...)

21Bonelli n’a pas beaucoup écrit. Son travail s’est concentré sur la classification des collections de son musée, surtout les collections entomologiques et sur l’enseignement : les textes de ses cours ont été déjà publiés par le zoologiste-historien Lorenzo Camerano dans les premières années de notre siècle et j’ai eu l’occasion de les analyser ailleurs. Les cahiers originaux des cours sont perdus ; en revanche, l’importante collection de ses manuscrits composée des notes qu’il avait prises aux cours de Lamarck, de Geoffroy Saint-Hilaire et de Cuvier a été retrouvée par Pietro Passerin d’Entrèves. Tous ces documents nous permettent d’avoir une idée précise de la position de Bonelli vis-à-vis de Lamarck, et du problème du transformisme. “La nature tend à se modifier par deux motifs et deux marches différentes ; Fune est indépendante, l’active, l’autre est soumise aux circonstances, c’est la passive. L’indépendante est celle par laquelle elle tend naturellement à se développer, à se perfectionner. L’autre marche est celle que les êtres tiennent en mettant leurs fonctions, et par conséquent leur organisation, en rapport avec les circonstances environnantes”17.

  • 18 Ibid., p.23.

22Comme je l’ai déjà remarqué, pour Bonelli, ainsi que pour Lamarck, il ne s’agit pas ici d’une “force vitale” ni d’une “volonté” de progression. La tendance est déduite a posteriori, de l’observation de l’ordre gradué des productions organiques : “de l’existence de cette chaîne, on tire les preuves directes de la tendance de la nature à se développer et à perfectionner l’organisation ; et de l’existence des branches latérales celle de sa tendance à se mettre en rapport avec les circonstances environnantes et influentes”18.

  • 19 Bonelli (Franco Andrea), “Lettera in risposta alle osservazioni fattemi dal Sig. Ziegler sulla opi (...)
  • 20 Corsi (Pietro), ““Darwiniens” et “lamarckiens” à Turin (1812-1894)”, art. cit., pp. 52-56.

23Mais son adhésion aux théories de Lamarck s’arrête ici. Bonelli a des doutes sur le pouvoir des habitudes à créer des organes qui n’existent pas, il est convaincu que la théorie lamarckienne devrait être conciliée avec les embranchements de Cuvier, qu’il interprète comme le résultat de générations spontanées structurellement et fonctionnellement différenciées et enfin il critique la propension de son collègue pour des théories issues de l’imagination plutôt que de l’observation19. Bonelli critique sévèrement Lamarck et les pratiques classificatoires des professeurs du Muséum. Lamarck en particulier n’a pas fait attention aux localités de provenance des exemplaires de sa collection. Au lieu de collecter plusieurs animaux de la même espèce provenant de la même localité, ainsi que d’autres parties de la région de distribution propre à l’animal, il s’est contenté d’avoir un ou deux exemplaires par espèce, sans souvent savoir s’il s’agissait d’un animal jeune ou vieux, provenant des collines ou des plaines, des bords d’une rivière ou du centre d’une prairie. La distribution géographique des animaux, étudiée grâce à des collections qui visent à ordonner plusieurs individus recueillis localité par localité, donne la preuve du pouvoir des circonstances à modifier les formes : sa propre collection de coléoptères du Piémont en constitue, dit-il, un témoignage très convaincant. La théorie des climats, couplée d’une théorie géologique qui postule des changements lents ou parfois rapides, mais en tout cas affectant les formes de vie, est la base de la doctrine transformiste de Bonelli20.

  • 21 Bonelli (Franco Andrea), “Lettera in risposta alle osservazioni fattemi dal Sig. Ziegler...”, lett (...)
  • 22 Bonelli (Franco Andrea), “Lettera in risposta alle osservazioni fattemi dal Sig. Ziegler...”, lett (...)

24Dans une lettre de janvier 1813 à Friedrich Ziegler, directeur du Musée de Munich, Bonelli nous offre une présentation organique, et en même temps une défense, de ses théories. Il demande à son correspondant de ne pas parler à d’autres du contenu de sa lettre, qui pourrait être mal interprétée par des esprits étroits21. Ce que la domestication produit dans les animaux, écrit Bonelli à son ami, la nature le fait tous le jours, dans le cours des centaines et des milliers d’années. En fait, si, au fond, la domestication n’est rien d’autre que le changement par l’homme du milieu et de la nourriture des animaux, les inévitables transformations des milieux au cours des âges de la terre produiront dans les animaux des changements bien plus remarquables et durables. On pourrait même conclure que dans le processus de domestication l’homme n’est que l’auxiliaire de la nature : il ne fait que changer les conditions de vie de l’animal, mais c’est la nature elle-même qui produit les modifications de forme22.

25La crainte exprimée par Ziegler que les idées de son ami ne jettent les classifications dans le chaos, ne se justifie pas. On doit distinguer soigneusement le travail du naturaliste pratique, du classificateur qui étudie les animaux tels qu’ils sont aujourd’hui et le travail de réflexion philosophique qui nous permet de saisir les lois responsables de la formation successive des êtres vivants. Comme plusieurs naturalistes du XIXème siècle, Bonelli introduisait une distinction marquée entre l’activité classificatoire et l’interprétation de l’ensemble du travail de recherche, entre le niveau des discours introductifs dans lesquels on discute les lois de la nature et leurs effets et celui de la présentation méticuleuse de son propre travail descriptif.

26Bonelli est le type de naturaliste provenant d’une tradition de recherche et animé par des présupposés théoriques qui n’étaient pas ceux privilégiés par les professeurs du Muséum. Par ailleurs, la visite des collections du Muséum et l’enseignement de Lamarck, de Cuvier et de Geoffroy Saint-Hilaire modifièrent ses opinions à divers sujets, lui permit de perfectionner sa technique de classification et la rencontre avec Lamarck confirma la validité de ses propres hypothèses transformistes, qui provenaient du complexe univers intellectuel de la théorie des climats. Son enseignement, l’organisation des collections du Musée de zoologie de Turin, l’influence directe et indirecte sur d’autres naturalistes du nord de l’Italie ont eu des conséquences importantes sur les débats transformistes et évolutionnistes en Italie, jusqu’au débat sur l’œuvre de Darwin.

  • 23 Desmond (Adrian), The Politics of evolution : morphology, medicine, and reform in radical London, (...)
  • 24 Todes (Daniel Philip), Darwin without Malthus : the struggle for existence in russian evolutionary (...)

27S’agit-il d’un cas isolé, ou peut-on regarder Bonelli comme le représentant d’un monde que nous ne connaissons pas encore bien ? Il est évident que je partage la deuxième opinion. Dans l’Italie des premières décennies du XIXème siècle, plusieurs naturalistes ayant connu Lamarck, parce qu’ils avaient été ses élèves, ou avaient lu ses ouvrages, interprétaient les théories du maître français suivant les présupposés de leur conception de la nature. Souvent, les théories de Lamarck étaient corrigées ou révisées suivant Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Bory de Saint Vincent, mais aussi Erasmus Darwin ou Goethe. Le phénomène que j’ai décrit n’est sûrement pas limité à l’Italie. Adrian Desmond nous a fait connaître les Bonelli anglais et j’ai montré ailleurs comment en Angleterre la diffusion des idées et des interprétations de Lamarck à partir des années 1820-1830, provoqua des réactions et la mise en place de stratégies défensives même à l’intérieur de l’Église anglicane23. Dans son livre sur les débats darwiniens en Russie, Daniel Todes nous a parlé des naturalistes de ce pays qui, bien avant 1859, avaient été influencés par les ouvrages de Lamarck et de Geoffroy Saint-Hilaire et qui ont donc lu Darwin dans le contexte d’un débat sur l’évolution qui avait ses racines dans l’enseignement du Muséum24.

  • 25 Vachon (Max), “Lamarck professeur”, in Lamarck et son temps, Lamarck et notre temps : Colloque int (...)

28Il est évident, à mon avis, qu’on doit prêter plus d’attention, et même une attention systématique, à la liste des cent cinquante élèves étrangers qui suivirent les cours de Lamarck au Muséum, que Max Vachon n’a pas eu le temps d’éditer25. Combien d’entre eux ont entrepris une carrière dans les sciences, la médecine, la pharmacie, l’anthropologie, l’agriculture ou les arts vétérinaires, ont proposé, à un niveau local, professionnel, politique ou idéologique les idées de Lamarck, ou leur propre interprétation ou révision critique des propos théoriques de leur maître ? Combien d’entre eux ont contribué, et à quel niveau d’efficacité, d’originalité et de pratique concrète scientifique, à constituer le complexe réseau de théories évolutionnistes présent dans divers pays européens à partir de la fin des années 1810 ?

  • 26 Grâce à l’aide de Mme Ducreux, Conservateur de la Bibliothèque centrale du Muséum, il a été possib (...)

29Comme Bonelli le voulait, il est peut-être temps de collectionner nos auteurs en faisant attention aux variations locales, ne se contentant pas d’un seul exemplaire, mais en reconstituant les populations de naturalistes et d’idées dans leurs propres niches intellectuelles et chronologiques, en évitant les hagiographies édifiantes ou les vides téléologies historiographiques. Il est donc temps de reprendre le travail où Max Vachon l’avait laissé et de procéder à l’édition de la liste des élèves de Lamarck : condition préliminaire pour une étude systématique du transformisme européen des premières décennies du XIXème siècle et pour apprécier d’une façon concrète l’une des dimensions les plus intéressantes — et paradoxalement la moins connue — de l’héritage scientifique et culturel du Muséum26.

Notes

1 Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Impr. nationale, 1893, 162 p. ; Lamy (Édouard), Les Cabinets d’histoire naturelle en France au XVIIIème siècle et le cabinet du roi (1635-1793), Paris : E. Lamy, [1930], 58 p. ; Falls (W), “Buffon et l’agrandissement du Jardin du roi à Paris”, Archives du Muséum, 1933, pp. 131-198 ; Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in Fox (Robert), Weisz (George), (sous la dir.), The Organization of science and technology in France (1808-1914), Cambridge : Cambridge University Press, 1980, pp. 211-240 ; Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme : sa vie, son oeuvre, Paris : Société zoologique de France, 1909, 481 p.

2 Olmi (Giuseppe), ““Molti amici in vari luoghi” : studio della natura e rapporti epistolari nel secolo XVI”, Nuncius : annali di storia della scienza, no 6, 1991, pp. 3-31 et Olmi (Giuseppe), L’Inventario del mondo : catalogazione della natura e luoghi del sapere nella prima età moderna, Bologna : Il Mulino, c. 1992, 457 p.

3 Laissus (Yves), “Les Naturalistes français en Amérique du Sud au XVIIIème siècle : les conditions et les résultats”, in Taillemite (Étienne), Mollat (Michel), (sous la dir.), L’importance de l’exploration maritime au Siècle des Lumières : à propos du voyage de Bougainville : table ronde, Paris : C.N.R.S., 1982, pp. 65-78 ; Laissus (Yves), “Le Jardin du roi, extr. de Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1964, pp. 287-341 ; Olmi (Giuseppe), “Alle origini della politica culturale dello stato moderno : dal collezionismo privato al Cabinet du roi", La Cultura, no 16, 1978, pp. 471-484 ; Andersen (E.), “Some possible sources of the passages on Guiana in Buffon’s Époques de la Nature’’, Trivium, t. V, 1970, pp. 72-84 et t. VI, 1971, pp. 81-94 ; Andersen (E.), “More about some possible sources of the passages on Guiana in Buffon’s Époques de la nature", ibid., t. VIII, 1973, pp. 83-94 et t. IX, 1974, pp. 70-80 ; Andersen (E.), “La Collaboration de Sonnini de Manoncourt à l’Histoire naturelle de Buffon”, Studies on Voltaire and the Eighteenth-century, no 120, 1974, pp. 329-358 ; Roger (Jacques), Buffon : un philosophe au Jardin du roi, Paris : Fayard, c. 1989, 645 p.

4 Archivio di Stato, Torino, Istruzione universitaria, Mazzo 3, no 10, 16, 20 ; Monticelli (E S.), “Notizie sull'origine e sulle vicende del Museo zoologico della Reale Università di Napoli”, Annali del Museo di zoologia dell’Università di Napoli, t. I, no 2, 1906 ; Ciufoletti (Z.), “LAccademia economico-agraria dei Georgofili”, Quaderni storici, no 12, 1977, pp. 865-875.

5 Bourde (André J.), Agronomie et agronomes en France au XVIIIème siècle, Paris : SEVPEN, 1967, 3 vol. ; Gillispie (Charles C.), Science and polity in France at the end of the Old Regime, Princeton, N. J. : Princeton University Press, 1980, 601 p.

6 Sloan (Phillip R.), Richard Owen : the Hunterian lectures in comparative anatomy, may and june 1837, London : Natural History Museum publications, 1992, XVI-340 p.

7 Maulitz (R. C), “Channel Crossing : the lure of french pathology for english medical students, 1816-1836”, Bulletin of the history of medicine, no 55, 1981, pp. 475-496 ; Mazumdar (RM.H.), “Anatomical physiology and the reform of medical education : London, 1825-1835”, Bulletin of the history of medicine, no 57, 1983, pp. 230-246.

8 “Sa Majesté ne trouve pas les arguments suffisants pour souscrire à la requête” (Archivio di Stato, Torino, Istruzione Universitaria, Mazzo 3, Museo di storia naturale).

9 Lyell (K. M.) (sous la dir.), Life, letters and journals of Charles Lyell, Bart., [reprint originally published : London : J. Murray, 1881, 80 p.], New-York : Ans press, [1983], vol. I, p. 238 ; sur Oronzo Costa, voir aussi le Dizionario biografico degli Italiani, Roma : Instituto della enciclopedia italiana, 1960-c. 1995, vol. XXX, pp. 235-238.

10 Corsi (Pietro), ““Darwiniens” et “lamarckiens” à Turin (1812-1894)”, in Conry (Yvette) (sous la dir.), De Darwin au darwinisme : science et idéologie : Congrès international pour le centenaire de la mort de Darwin, Paris-Chantilly, 13-16 septembre 1982, Paris : Vrin, 1983, pp. 49-66 et “Recent studies of french and italian reactions to Darwin”, in Kohn (David), Kottler (Malcolm), (sous la dir.), The Darwinian heritage : including proceedings of Charles Darwin centenary Conference, Florence Center for the history and philosophy of science, june 1982, Princeton : Princeton University Press, c. 1985, pp. 711-729.

11 Passarin d’Entrèves (P), Sella Gentile (G.), “Franco Andrea Bonelli zoologo trasformista", Studi piemontesi, no 14, 1985, p. 35.

12 Ibid., p. 36.

13 Outram (Dorinda), “Education and the State in the italian departments annexed to France, 1802-1814”, Ph. D. : University of Cambridge, 1974 et “Education and politics in Piedmont, 1796-1814”, Historical journal, no 19, 1976, pp. 611-633.

14 Passarin d’Entrèves (P.), Sella Gentile (G.), “Franco Andrea Bonelli... ”, art. cit., p. 38.

15 Ibid., pp. 38-39.

16 Salles (Isidore) (pseud. Isidore Salles de Gosse), Histoire naturelle, drolatique et philosophique des professeurs du Jardin des plantes, des aides-naturalistes, préparateurs, etc., attachés à cet établissement, accompagnée d’épisodes scientifiques et pittoresques, Paris : G. Sandré, 1847, 296 p.

17 Cité par Camerario (L.), “Materiali per la storia della zoologia in Italia nella prima metà del secolo diciannovesimo. VII : I Manoscritti di Franco Andrea Bonelli, VI”, Bollettino dei Musei di zoologia e di anatomia comparata della R.U. di Torino, no 23, 1908, pp. 36-37, n. 591.

18 Ibid., p.23.

19 Bonelli (Franco Andrea), “Lettera in risposta alle osservazioni fattemi dal Sig. Ziegler sulla opinione da me emessa, che il carabus celatus Fab. bbia potuto essere originariamente una varietà costante ossia razza nella specie del carabus cyaneus F.”, (Torino : Museo di zoologia dell’Università, Biblioteca, ms., p. 3) : “[...] lo stesso Sig. Lamarck nella sua Philosophie zoologique profittando, credo, delle osservazioni di Pallas, Buffon e vari altri zoologi osservatori, ha dato molte prove indirette in favore di tale dottrina, e ne avrebbe senza fallo tratto un molto miglior partito, se avesse studiato un più gran numero d’animali, se fosse disceso negli ultimi dettagli di qualche porzione di zoologia, e se finalmente fosse stato più minuto osservatore, e non si fosse lasciato troppo guidare dalla sola immaginazione”. Une version légèrement differente de cette lettre a été publiée par Camerano (Lorenzeo), “Materiali per la storia della zoologia in Italia...”, n. 586.

20 Corsi (Pietro), ““Darwiniens” et “lamarckiens” à Turin (1812-1894)”, art. cit., pp. 52-56.

21 Bonelli (Franco Andrea), “Lettera in risposta alle osservazioni fattemi dal Sig. Ziegler...”, lettre citée, p. 3 : “Queste idee [...] sono elleno-stesse la conseguenza d’un numero considerevole d’osservazioni, di cui potrei riempire un grosso volume se tutte le volessi mettere in chiaro ; ma alcuni motivi mi consigliano al non farne uso, ed a pregare anzi V.S. di rimandarmi questo stesso scritto, quando l’avrà esaminato ed un poco meditato” ; et encore, pp. 9-10 : “Qualunque sia l’idea Sublime che mi fò di colui che regge l’universo, e qualunque puerile possa parer quella di farlo artefice ti tante inezie, sicuramente il maggior numero vedrebbe male queste mie riflessioni, e mi accuserebbe di temerarietà, fors’anche d’incredulità ; il singolarizzarsi altronde con idee poco analoghe a quelle del comune degli uomini, è sempre cosa cattiva per se stessa, nociva al proprio individuo, ed al buon ordine della Società, onde questi pensieri, ancorché sicuramente non nuovi, buoni o cattivi non hanno da pubblicarsi né communicarsi a nessuno, al più a qualche buon amico di buon senno, ed incapace come V.S. di farne uso cattivo...”.

22 Bonelli (Franco Andrea), “Lettera in risposta alle osservazioni fattemi dal Sig. Ziegler...”, lettre citée, p. 2 : “[...] mi vedo forzato [...] a credere [...] che in tutte queste produzioni di razze novelle, l’uomo sia entrato per nulla, giaché non si può calcolar come causa efficiente il trasportar che l’uomo fece, degli animali in diversi climi, il costringerli a certi cibi loro insoliti, l’assoggetarli a certe occupazioni ed abitudini da loro nello stato naturale non conosciute etc. nel che mi pare che unicamente consista la domesticità ; ma bensì i climi stessi, i cibi, le occupazioni ed abitudini prese, le quali qualunque sia il padrone dell’animale, hanno sempre sopra questo un eguale e costante identica maniera di agire, per se indipendente dall’uomo stesso : onde risulta ognora chiaramente, che se la causa mediata ed indiretta di tante trasformazioni è l’uomo, la vera causa ossia l’immediata ed efficiente è sempre la natura stessa”.

23 Desmond (Adrian), The Politics of evolution : morphology, medicine, and reform in radical London, Chicago : Chicago University Press, 1989, X-503 p. (Science and its conceptual foundations) ; Corsi (Pietro), Science and religion : Baden Powell and the anglican debate, 1800-1860, Cambridge : Cambridge University Press, 1988, 346 p.

24 Todes (Daniel Philip), Darwin without Malthus : the struggle for existence in russian evolutionary thought, New York : Oxford University Press, 1989, 221 p. (Monographs on the history and philosophy of biology).

25 Vachon (Max), “Lamarck professeur”, in Lamarck et son temps, Lamarck et notre temps : Colloque international dans le cadre du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires de Chantilly, Paris : Vrin, 1981, pp. 233-247 et “Lamarck et son enseignement au Muséum”, Histoire et nature, no 17-18, 1981, pp. 7-11.

26 Grâce à l’aide de Mme Ducreux, Conservateur de la Bibliothèque centrale du Muséum, il a été possible de reprendre le travail où Max Vachon l’avait laissé.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Bonelli (Franco Andrea) 1748 – 1830. Litho sur chine (vers 1830) de Giovanni Battista Biscarra. Extr. de De Filippi (Filippo) et al., II Darwinismo in Italia, Turin : Union typographique, 1983.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540