Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Le Muséum et le monde

Le Muséum de Paris vient à Londres

Phillip R. Sloan

Note de l’éditeur

Sloan, P. R., 1997. Le Muséum de Paris vient à Londres, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 607-634. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Owen (Richard), “Report to the board of curators of the Museum of the Royal College of surgeons on (...)

1“Chaque animal montre donc dans un nombre plus ou moins grand de préparations son système musculaire, digestif, circulatoire, respiratoire, nerveux et reproducteur. Mais les modifications de ces divers organes ne sont nulle part réunies de manière à mettre en évidence leur physiologie : et c’est en cela que consiste la différence essentielle entre le principe de classement des Muséums de Hunter et de Cuvier, que l’un illustre le plan de l’animal, l’autre le plan de la Nature – l’un met en évidence la physiologie, l’autre l’histoire naturelle”1.

2Ces mots, écrits en septembre 1831 par Richard Owen, jeune spécialiste britannique d’anatomie comparée, à la suite de sa première visite au Muséum de Paris en août, expriment sa réaction après son examen détaillé de l’une des composantes du Muséum de Paris, la Galerie d’anatomie comparée de Georges Cuvier. Ces commentaires nous procurent une certaine vision de l’influence générale et de l’extension internationale du Muséum national au moment où commençait une interaction créatrice entre son ensemble unique de structures institutionnelles, son organisation démocratique de la connaissance biologique, et les structures et les institutions plus anciennes d’autres traditions nationales. Ces traditions ne recevaient pas passivement les travaux des naturalistes parisiens, mais les critiquaient, les modifiaient et les transformaient, s’en servant comme d’un faire-valoir à partir duquel elles pouvaient innover.

3Nous proposons ici une analyse comparative des institutions à une échelle restreinte : nous examinerons les interactions entre la Galerie de Cuvier et une institution semblable aux objectifs théoriques généralement équivalents et aux dimensions physiques analogues, le Muséum d'anatomie comparée de John Hunter, situé au Royal College of surgeons de Londres. En limitant notre analyse à ces deux institutions comparables, qui connurent une évolution parallèle remarquable au cours de la période allant de 1793 à 1832, nous pourrons mieux comprendre comment un même ensemble de matériel scientifique était organisé et comment les résultats le concernant étaient communiqués à un public général et professionnel. Cette comparaison nous montrera également comment certaines questions, qui reflétaient des traits stylistiques particuliers de la science parisienne de cette période, se transformèrent en passant à une autre tradition nationale.

4En comparant le Muséum de Hunter et celui de Paris, il faut, bien entendu, garder à l’esprit plusieurs différences importantes. Le Jardin des plantes était à l’origine un jardin botanique, auquel avait été progressivement ajouté au cours du XVIIIème siècle l’enseignement des sciences théoriques dans d’autres domaines. L'anatomie comparée, quoique pratiquée au Jardin des plantes depuis l’époque de Winslow et de Duverney, y était beaucoup moins importante que les autres domaines de recherche jusqu’aux années 1790. Rien à Londres ne ressemblait véritablement à cette institution dans ses traits généraux. Le Muséum de Hunter n’avait aucun lien avec la botanique systématique ou pratique. Quant aux animaux empaillés, aux fossiles et aux minéraux, ils étaient généralement conservés un peu plus loin, au British Museum de Hans Sloane. Les cours de chimie et de physiologie, éléments importants des activités d’enseignement du Muséum de Paris, en particulier après sa réorganisation de 1793, n’étaient pas associés au Muséum de Hunter ni au College of surgeons, mais étaient dispensés dans les écoles d’anatomie et les résidences privées, à la Royal Institution, ou encore dans les nouvelles universités de la capitale, qui commencèrent à voir le jour en 1827 avec la création de l’Université de Londres. Le Hunterian Museum était un muséum spécialisé destiné à servir le corps des chirurgiens professionnels, plutôt que l’expression des intérêts d’une corporation de professeurs de “philosophie naturelle” explorant les différentes composantes théoriques des sciences de la vie.

5Mais si l’on tient compte de ces différences évidentes, les nombreux contacts qui devaient se développer entre le Muséum de Hunter et la Galerie de Cuvier allaient constituer une des plus importantes relations extérieures établies par le Muséum de Paris au début du XIXème siècle.

6Aussi bien pour le Muséum de Paris que pour le Muséum de Hunter à Londres, 1793 fut une année importante. Pour l’un, elle apportait la restructuration majeure, codifiée par le Décret de la Convention du 10 juin 1793, qui lui permit de survivre à la destruction générale des institutions universitaires par les Jacobins. Cette réorganisation lui conférait un caractère particulièrement démocratique qui le rendait unique parmi les institutions scientifiques du XIXème siècle. Pour le Muséum de Hunter, le 16 octobre 1793 marquait le soudain décès de son fondateur, John Hunter, et le début, pour la collection de Hunter, d’une période d’incertitude qui devait prendre fin en 1799 avec l’achat du Muséum grâce à une subvention du Parlement ; il fut alors placé sous le contrôle de la London Company of surgeons, récemment réorganisée. De manières très différentes, le rôle joué par les assemblées parlementaires nationales dans la reconstitution de chacune de ces institutions devait influencer leur développement. Les cours des professeurs, la réglementation de l’accès du public et les responsabilités particulières de membres importants du personnel étaient déterminés, dans un cas comme dans l’autre, par un décret parlementaire plutôt que par une décision interne prise par des professionnels.

Contrôler la nature de l’intérieur : le Cabinet de Cuvier

  • 2 J’ai utilisé la version de ce décret de la Convention telle que la reproduit Fischer von Waldheim (...)
  • 3 Voir la réaction de l’Assemblée des professeurs du 3 frimaire an II [23 novembre 1793], aux décret (...)

7Les décrets de la Convention du 10 juin 1793, ratifiant le projet de réorganisation démocratique du Muséum élaboré par Joseph Lakanal et du 11 décembre 1794 (21 frimaire an III) étendant considérablement son territoire au-delà des additions effectuées sous la longue intendance de Buffon, pour inclure tout le terrain et les bâtiments délimités par la rue Poliveau, la rue de Seine (aujourd’hui rue Cuvier), la rue Saint Victor, le boulevard de l’Hôpital et le quai Saint Bernard2, permirent de concrétiser la recommandation du projet original des professeurs en date du 20 août 1790 quant à l’établissement d’installations réservées à l’étude anatomique et à la recherche chimique, s’ajoutant au nouvel amphithéâtre de Buffon toujours en construction à l’extrême nord du domaine3.

  • 4 Bien que Mertrud fût officiellement chargé de cet enseignement, la pratique du cumul lui permettai (...)
  • 5 Barthélemy (Guy), Les Jardiniers du roi : petite histoire du Jardin des plantes de Paris, Clecy : (...)

8Les nouveaux terrains acquis au nord-est à la Révolution comprenaient des bâtiments qui devaient servir de résidences supplémentaires pour les professeurs. Ils apportaient également un espace supplémentaire pour l’extension des installations scientifiques. À l’intérieur de cet espace géographique nouveau, le jeune Georges Cuvier, nommé en novembre 1795 assistant d'Antoine-Louis François Mertrud en anatomie animale, allait pouvoir développer aussi bien en théorie que concrètement ses idées nouvelles sur la classification et sur les rapports entre forme et fonction chez les animaux. Quoique n’étant qu’un assistant de Mertrud, Cuvier commença à donner un développement théorique à ces questions dans des cours qu’il commença à assurer peu après sa nomination4. Une fois élu à la chaire laissée vacante par la mort de Mertrud en 1802 et désormais rebaptisée chaire d’anatomie comparée, Cuvier fut en mesure de réaliser concrètement ces idées dans une structure géographiquement située à environ trois cents mètres au sud-ouest du principal Cabinet d’histoire naturelle et qui allait effectivement devenir son muséum personnel. Ayant obtenu l’ancien appartement de Mertrud, il accédait à des locaux contigus au mur ouest des bâtiments de l’ancienne résidence religieuse de la Communauté des nouveaux convertis, l’un des bâtiments acquis par le Muséum lors de son expansion révolutionnaire de 17945. L’acquisition de cette vaste structure fournissait à Cuvier la situation idéale pour poursuivre ses ambitieux projets. Cette structure, dont la partie sud encore conservée sert aujourd’hui à des ateliers de réparation, à des bureaux et à quelques petits laboratoires, comportait à l’origine un grand bâtiment rectangulaire, occupant une surface d’environ soixante mètres sur cinquante (voir fig. 1).

FIG. 1 - L’ancien couvent annexé au Muséum en 1794. Le Cabinet de Cuvier forme l'aile sud, avec son appartement attenant à l’ouest. L’amphithéâtre apparaît à gauche et une partie de la Ménagerie à droite. Source : Bernard (Pierre), Couailhoc (L.), Lemaout (G.), Lemaout (E.), Le Jardin des plantes : description complète, historique et pittoresque du Muséum d'Histoire naturelle, Paris : Curmer, 1842, vol. I.

  • 6 Je n’ai pu trouver de dessin architectural détaillé de ce bâtiment original. Les détails ont été c (...)

9La section sud de ce bâtiment comprenait une longue structure de deux étages, d’environ soixante mètres de long, divisée en deux sections au rez-de-chaussée par un passage donnant sur la cour intérieure. Des escaliers, dans les petites ailes à chaque extrémité, menaient à une série de huit pièces plus petites d’environ quatre virgule six mètres sur six, auxquelles on accédait par des portes centrales. L'éclairage provenait, au rez-de-chaussée, d’une série de huit doubles fenêtres le long des côtés, et à l’étage supérieur, de fenêtres situées de chaque côté des pièces et peut-être de verrières6.

10L'appartement de Cuvier, contigu au coin sud-ouest de ce bâtiment, était stratégiquement situé pour coloniser cet espace. En perçant le mur entre sa résidence et la dernière pièce à l’ouest, il put accéder directement à l’étage supérieur du bâtiment et en fit, en pratique, l’extension de ses appartements privés. La conjonction de pièces qui en résulta allait être sa base géographique d’opérations pour le reste de sa vie scientifique.

11La séparation géographique entre le muséum de Cuvier et les principales galeries d’histoire naturelle donne une expression concrète à la rivalité qui devait se développer au cours des premières décennies du siècle entre Cuvier et ses confrères Jean-Baptiste Lamarck et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. Leurs célèbres débats ne concernaient qu’en partie des questions purement théoriques. Il s’agissait aussi de débats axés sur le contrôle des différents espaces d’exposition au sein du domaine du Muséum.

FIG. 2 - Illustration de l’intérieur de la salle de la Baleine du Cabinet de Cuvier, rez-de-chaussée.

  • 7 Fischer décrit la présentation des mammifères, des oiseaux, des reptiles et des poissons qui devai (...)
  • 8 Cette approche était aussi dictée par les règlements de la Convention. Le Décret de la Convention (...)
  • 9 La sortie par l’entrée principale de la Galerie de Cuvier menait presque directement à la ménageri (...)

12Les visiteurs du Muséum de Paris étaient confrontés, lorsqu’ils parcouraient le domaine, à des interprétations étonnamment divergentes de l’arrangement “naturel” des formes. Les principales galeries d’histoire naturelle, à l’ouest, présentaient des séries de cabinets de spécimens animaux (vertébrés et invertébrés) montés, disposés à cette époque, selon les classifications de Lacepède ou de Lamarck7. Au contraire, la nouvelle galerie de Cuvier était basée sur l’anatomie interne des animaux, mettant en évidence cette union intime de la physiologie, de la structure et des conditions d’existence qui constituait le fondement de l’approche de la biologie propre à Cuvier8. La galerie était également toute proche de la nouvelle ménagerie, fondée en 1794 et qui montrait au public des animaux sauvages et domestiques dans un semblant d’état de nature9. Dès le début de sa carrière publique, l’ambition qu’avait Cuvier de contrôler toutes les branches de la nature à partir de sa perspective d’anatomie interne est évidente. Ses tables de classification, annexées à la fin du premier volume des Leçons d’anatomie comparée de 1800, ne se limitaient pas au matériel dont il avait la responsabilité immédiate, mais appliquaient ses principes de classification aux autres parties du règne animal, y compris les insectes, les mollusques, les articulés, les oiseaux, les mammifères et les poissons, groupes qui étaient en principe sous le contrôle de Lacepède, Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire à la galerie d’histoire naturelle.

  • 10 Cf. Cuvier (Georges), “Notice sur l’établissement de la collection d’anatomie comparée du Muséum”,(...)

13Lorsque Cuvier devint titulaire de la Chaire et commença à élaborer son Cabinet en 1802, l’essentiel du matériel anatomique était conservé de façon assez désordonnée dans une pièce en sous-sol. Selon sa description de la situation de 1802, il avait à sa disposition cinq cent vingt-six squelettes entiers, dont la plupart (cent deux et cent soixante-quinze respectivement) étaient des squelettes d’oiseaux et de poissons ; sept cent treize présentations ostéologiques différentes, dont la plupart étaient des os crâniens désarticulés ; mille cent trente-six préparations d’organes de vertébrés dans l’alcool et cinq cent vingt-trois autres spécimens d’invertébrés entiers ou disséqués. Le total de deux mille huit cent quatre-vingt-dix-huit était bien loin des seize mille six cent soixante-cinq préparations et présentations différentes qui allaient constituer le Cabinet à sa mort en 183210.

  • 11 Je n’ai pu trouver de catalogue tout à fait détaillé du Muséum original. Le catalogue publié par V (...)
  • 12 En plus des descriptions manuscrites d’Owen, je me suis référé en particulier à Fischer von Waldhe (...)

14Les ouvrages publiés par Cuvier, les Leçons d’anatomie comparée (1800-1805), les Recherches sur les ossements fossiles (1812) et Le Règne animal (1817), nous renseignent amplement sur ses idées théoriques sur l’anatomie animale et les rapports entre forme et fonction. Malheureusement, ces écrits nous en disent très peu sur les arrangements particuliers de spécimens et sur le type de présentation que rencontraient les visiteurs de la Galerie de Cuvier. Plusieurs descriptions du Cabinet échelonnées sur un certain nombre d’années nous permettent néanmoins de reconstruire, au moins en partie, l’organisation originale des présentations et de comprendre dans une certaine mesure les changements apportés par la suite avec l’extension du Cabinet au cours des trente années qui suivirent11. Le Cabinet ne fut ouvert au public qu’en 1806, mais l’accès à la collection avait été autorisé avant cette date à certains visiteurs, dont les notes nous fournissent les premières descriptions12. Le remaniement intérieur de la galerie devait se poursuivre pendant la période où Cuvier en était le directeur jusqu’en 1817 ; les dix salles qu’elle comptait à l’origine en 1802 passèrent à douze en 1831, les nouvelles salles ayant apparemment été créées en subdivisant les galeries du rez-de-chaussée.

15Même si certaines modifications de détail des arrangements eurent lieu à l’époque de Cuvier, il paraît évident que les visiteurs du Cabinet de Cuvier étaient soigneusement confrontés à un arrangement théorique des organismes, où une théorie précise des rapports entre forme et fonction se développait au fur et à mesure qu’on les guidait à travers la série de salles dans un ordre préétabli. La visite commençait habituellement au rez-de-chaussée avec de grands squelettes entiers de baleines et de grands quadrupèdes et des squelettes humains entiers, après quoi venaient une série de salles à l’étage supérieur qui confrontaient d’abord le visiteur à des squelettes entiers et à des présentations de muscles superficiels. Ce n’était qu’alors qu’on pénétrait à l’intérieur des organismes, avec des présentations de parties de squelettes désarticulées et des systèmes fonctionnels préservés séparément dans l’alcool.

  • 13 Voir les planches dans Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, 2ème éd., Paris : Corchard et (...)

16En analysant la rhétorique de ces présentations, il est important de noter que les dispositions de Cuvier n’aboutissaient jamais directement à une présentation comparative d’animaux ou de parties d’animaux appartenant à des embranchements différents. Par exemple, aucun effort n’était fait pour comparer directement le système digestif d’un invertébré et celui d’un vertébré, ni même pour comparer de telles structures à l’intérieur des embranchements13.

  • 14 C’est là un point crucial de son attaque du transformisme et de l’unité de plan. Voir en part. Cuv (...)

17L’importance, pour la théorie de l’anatomie que professait Cuvier, de ce schéma de présentation structurée est évidente. Les organismes, nous répète Cuvier, ne doivent pas être considérés comme de simples assemblages de parties réunies au hasard. Ce sont des ensembles coordonnés dans lesquels seules certaines combinaisons d’organes et de structures sont possibles. On ne saurait leur imposer une unité de plan fictive qui serait basée sur la possession commune de quelques structures ou de quelques fonctions, comme la présence d’yeux et d’ouïes semblables chez les poissons et les mollusques céphalopodes14.

  • 15 Le décompte des spécimens est tiré de Cuvier (Georges), “Notice sur l'établissement...”, art. cit.
  • 16 Élaboré d'après Owen (Richard), “Report to Museum curatore” et “Paris Notebook”, arch. cit. Le déc (...)

Fischer 1803 (env. 2.871 préparations) (10 salles)15

Deleuze, 1822 (11.486 préparations) (12 salles)

Deleuze, 1822 (11.486 préparations) (12 salles)16

Rez-de-chaussée, aile ouest

Squelettes humains ; momies égyptiennes ; singes ; lémuriens ; porcs-épics ; grands rongeurs ; squelettes de nains humains

(3 salles plus petites)
a. bovins ; antilopes h. cervidés
c. chameaux ; lamas

Comme chez Deleuze avec des salles plus petites pour la dissection, le modelage, le dessin etc.

Rez-de-chaussée, aile est

Grands squelettes de baleines ; marsouins, narvals ; morses

(Quatre subdivisions)
a. squelettes de chevaux ; de porcs ; de tapirs
b. salle de la baleine ; grands pachydermes ; grands carnivores ; hippopotames ; rhinocéros ; girafes
c. squelettes de grands ruminants ; cervidés d. ostéologie humaine ; différences raciales ; fœtus humains

Comme chez Deleuze

1ère salle, étage supérieur (= 3ème salle)

Chats ; chiens ; martres ; ours ; chauve-souris ; lémuriens volants ; fourmiliers ; pangolin, paresseux ; tapirs ; rhinocéros

Crânes de vertébrés ; crânes humains ; singes ; crânes de carnivores ; édentés ; éléphants ; ruminants ; petites baleines

Crânes d’animaux adultes, dont un de chaque genre de quadrupèdes ; crâne de rhinocéros, d’éléphants

2ème salle, étage supérieur (= 4ème salle)

Gnous ; gazelles ; diverses antilopes ; cornes

(3 subdivisions)
a. Crânes d’oiseaux, de reptiles, de poissons ;
b. Os crâniens désarticulés ;
c. Os de pieds ; vertébrés

Os désarticulés de crânes de poissons de la plupart des genres ; crânes de fœtus ; squelettes fœtaux

3ème salle, étage supérieur (= 5ème salle)

Cervidés à cornes ; caméléopards ; girafes ; porcs ; chevaux ; phoques

Squelettes de petits mammifères ; echidnés ; ornithorynques ; dents de divers animaux

Dentition du lion, du chien, de l’homme, du chimpanzé ; dents d’éléphants

4ème salle, étage supérieur (= 6ème salle)

Dents d’animaux, squelettes de batraciens et de poissons, crânes humains de diverses tribus, crânes de singes, divers crânes de mammifères ; squelettes de poissons

Squelettes d’oiseaux entiers ; autruches ; squelettes de tortues marines ; présentation comparative du développement des dents chez les vertébrés ; squelettes de crocodiles

Squelettes de tortues, d’oiseaux, babouins ; mâchoires de poissons ; crânes de raies et de requins ; crâne de dugongs ; dents de baleines, de crocodiles et de reptiles ; grands hérons

5""'salle, étage supérieur (= 7ème salle)

Squelettes d’oiseaux ; préparations en cire d’appareil veineux et artériel de pinson

Présentations ostéologiques de squelettes de reptiles ; squelettes de tous les genres de poissons ; mâchoires de raies et de requins ; appareil hyoïdien et larynx de mammifères

Préparations ostéologiques de poissons, reptiles, os Hyoïdes

6ème salle, étage supérieur (= 8ème salle)

Invertébrés ; organes individuels disposés de façon à permettre la comparaison

Système musculaire ; moulages en plâtre de corps humains écorchés ; muscles disséqués dans l’alcool

Moulages en plâtre de muscles ; préparations de muscles superficiels de quatre classes de vertébrés

7ème salle, étage supérieur (= 9ème salle)

Sans équivalent

Organes des sens ; larynx d’oiseaux ; cerveaux et yeux d’un grand nombre d’animaux dans l’alcool ; os de l’oreille, de l’homme aux reptiles et aux poissons ; système nerveux ; têtes humaines desséchées

Systèmes nerveux et cutané ; peaux de porcs-épics, de tortue ; écailles de crocodiles ; laines, griffes, plumes, os de l’oreille ; yeux ; divers cerveaux, dont celui de la Vénus hottentote

8ème salle, étage supérieur (= 10ème salle)

Sans équivalent

Préparations générales de viscères, en partie. fonctions digestives ; préparation en cire de l’anatomie du poulet

Viscères de mammifères et de poissons dans l’alcool ; requins, organes électriques

9ème salle, étage supérieur

Sans équivalent

Organes circulatoires et sécrétoires ; séries de cœurs de mammifères, reptiles, poissons ; quelques injections ; langues et larynx ; vessies natatoires ; développement du fœtus chez les animaux vivipares et ovipares

Systèmes organiques isolés ; tube bronchial d’éléphants ; système digestif de grands mammifères ; présentations de système sanguin humain ; systèmes génital et urinaire ; organes génitaux de la “Vénus hottentote” ; poumons de panthères

10ème salle, étage supérieur

Monstres ; fœtus de différents âges de nombreux animaux ; mollusques ; articulés ; zoophytes ; modèles en cire de mollusques à coquille

Mollusques à coquille ; parties dures d’insectes et de crustacés ; méduses ; céphalopodes ; vers ronds ; crânes d’éléphants

FIG. 3 - Plan du cabinet de Cuvier, 1803 – 1832.

  • 17 Voir Cuvier (Georges), Leçons d'anatomie comparée, op. cit., vol. I, art. 4.
  • 18 Le seul groupe important de spectateurs qui faisait peut-être exception à cette présentation orche (...)

18La présence de toute structure doit être conforme à la loi établissant sa corrélation avec toutes les autres parties17. La forme suit la fonction et est définie par elle. Les spécimens exposés par Cuvier étaient soigneusement disposés de manière à faire percevoir au visiteur cette étroite coordination de la forme et de la fonction, élucidant ainsi l’intime adaptation de la fonction et de la structure de l’animal à ses conditions de vie18.

  • 19 “M. Cuvier donna au Muséum la collection [d’ossements fossiles] qu’il avait rassemblée, et quoiqu’ (...)

19Un autre trait marquant des présentations de Cuvier, en particulier si l’on considère le rôle important qu’il joua dans ce domaine, est l’absence de spécimens fossiles. À quelques exceptions près, les fossiles étaient conservés ailleurs, dans les principales galeries d’histoire naturelle. Le visiteur, dans ce cas précis, n’était pas confronté aux questions relatives aux rapports des formes vivantes et éteintes19.

20Les idées novatrices de Cuvier, diffusées par écrit et communiquées visuellement aux visiteurs de son muséum, durent faire face à partir de 1813 à l’importance croissante d’un muséum concurrent outre-Manche, qui constituait par bien des points une remise en question beaucoup plus importante de sa propre théorie de l’arrangement que les galeries d’histoire naturelle situées au sein du Muséum de Paris lui-même.

Le Muséum de Hunter : à la recherche d’une justification

  • 20 Sur l’histoire du Muséum de Hunter, voir Dobson (Jesse), “John Hunter’s Museum”, ch. 31 in Cope (V (...)
  • 21 William Clift a noté le nombre de visiteurs à la collection entre 1800 et 1806 (en moyenne trente- (...)
  • 22 “Les progrès également que [l’anatomie comparée] avait faits dans ce pays, et les travaux extraord (...)
  • 23 Les nouvelles installations du Hunterian ouvrirent officiellement le 13 mai 1813. Le règlement n’a (...)

21Au cours de la première décennie du siècle, alors que la Galerie de Cuvier acquérait la réputation internationale d’être le grand muséum d’anatomie comparée du monde, la collection de Hunter demeurait quasiment inaccessible sauf à quelques visiteurs privilégiés, restant enfermée de 1793 à 1806 au domicile de Hunter à Leicester Square, puis entre 1806 et 1813 dans les nouvelles installations encore inachevées du College of surgeons à Lincoln’s Inn Field20. Il s’est avéré difficile d’évaluer exactement le degré de contact entre le Muséum de Hunter et la Galerie de Cuvier avant 181321. Rétrospectivement, les chercheurs britanniques devaient plus tard affirmer que Cuvier connaissait probablement l'existence du Muséum de Hunter avant de constituer le sien, peut-être par l’intermédiaire de réfugiés résidant à Londres durant les premières années de la Révolution22. Mais la comparaison détaillée des deux collections ne devint possible qu’en 1814, lorsque les hostilités politiques entre la France et l'Angleterre eurent cessé, du moins jusqu’au soudain retour de Napoléon23. Alors que les Britanniques avaient au moins accès à l’essentiel des théories biologiques de Cuvier, sinon à un catalogue imprimé de sa collection, il n’existait pas de description détaillée ni de catalogue de la collection de Hunter jusqu’à la parution des volumes de l’imposant Descriptive and Illustrated Catalogue (1830-1840). Avant cela, il n’existait que des guides très sommaires de la collection. On ne pouvait connaître en détail le Hunterian Museum qu’en s’y rendant personnellement.

  • 24 Noté comme visiteur le 11 août (Archives du Royal College of surgeons, Carnet de William Clift pou (...)
  • 25 Visita le Muséum le 27 août (Archives du Royal College of surgeons, Carnet de William Clift).
  • 26 Visites notées les 10, 15, 16, 17, 20, 24 septembre (Archives du Royal College of surgeons, Carnet (...)

22Avec la normalisation des relations politiques, des membres importants du Muséum de Paris commencèrent à établir des contacts personnels. En été 1814, le Hunterian Museum reçut peut-être entre autres la visite de Lamarck24 et sûrement celle de Frédéric Cuvier25 et d’Henri de Blainville, qui devait succéder à Cuvier à la chaire d’anatomie comparée et à la direction de la Galerie. De Blainville montra un vif intérêt pour le Hunterian Museum, s’y rendant en tout six fois pour faire des croquis des présentations26.

  • 27 Sur le plagiat de Home et les détails de cette destruction, voir Dobson (Jessie), William Clift, L (...)

23L'ouverture au public de la collection somptueusement présentée ne faisait que souligner les incertitudes entourant la collection de Hunter. À la différence de la situation de Paris, où les professeurs pouvaient organiser leurs galeries conformément à leurs propres intérêts théoriques, des restrictions considérables étaient imposées à Londres quant aux rapports entre théorie, collection et présentation visuelle. Les conditions imposées lors de l’achat de la Collection de Hunter par le Parlement en 1799 faisaient du Hunterian Museum un monument historique devant être conservé perpétuellement en l’honneur de son fondateur. Le but quasiment unique de son premier conservateur, William Clift, était de préserver la collection dans l’ordre exact où John Hunter l’avait laissée à sa mort, n’ajoutant de nouveaux spécimens qu’en les intégrant à la structure générale créée par Hunter. Mais l’arrangement du Hunterian Museum était considéré, selon plusieurs témoignages contemporains, pour le moins étrange et faisant appel à des idiosyncrasies. John Hunter était mort subitement en 1793, sans laisser d’ouvrage publié pour élucider les principes régissant sa collection. La destruction de la majeure partie des manuscrits de Hunter en 1823 par son gendre et exécuteur testamentaire, Everard Home, le premier professeur de la chaire Hunter d’anatomie comparée, qui les avait apparemment plagiés abondamment, signifiait que les autres ne disposaient que de peu de documentation pour les aider à comprendre la collection27.

FIG. 4 - Les Séries physiologiques de Hunter, 1818.

  • 28 D’après l’analyse de [Blizard] in Synopsis of the arrangement..., op. cit. Voir également [Owen (R (...)

24Hunter avait organisé ses spécimens en deux séries principales, la Série pathologique et la Série physiologique, auxquelles s’ajoutait une autre collection de matériel ostéologique. L'organisation insolite de la Série physiologique, qui formait l’essentiel de la collection, apparaît dans l’analyse suivante, élaborée à partir du Guide du visiteur de 181828.

  • 29 Clift (William) Synopsis of the arrangement..., op. cit.

25Les visiteurs de la collection du Hunterian Museum étaient, à cette époque, guidés en groupe par le conservateur, William Clift, par un assistant, ou, rarement, par un membre du Conseil. La visite commençait généralement par des présentations de sève et de sang, puis des présentations isolées de fibres musculaires, d’os, de dents, de jointures, de nageoires et d’autres organes locomoteurs, pour se poursuivre avec les organes digestifs, ceux de la sécrétion, le système nerveux, les organes des sens, le tégument et les organes liés à des fonctions particulières. Le visiteur passait ensuite à la seconde grande subdivision présentant les organes de la reproduction, le développement embryologique, et les monstruosités fœtales. Sur le parterre central, dans un cabinet situé à l’extrémité de la galerie, se trouvaient de grands squelettes, des crânes, des animaux empaillés, diverses têtes humaines dans des produits de conservation et une série d’animaux non disséqués29. Une présentation distincte était consacrée aux anomalies et aux conditions pathologiques des organes et une autre était essentiellement consacrée aux comparaisons du système squelettique.

  • 30 Ibid., pp. 3-4.

26À la différence des présentations de Cuvier, celles de Hunier réunissaient fréquemment des organes isolés et des structures appartenant à des formes très différentes, y compris des vertébrés et des invertébrés, et même des végétaux et des animaux, franchissant ainsi les frontières entre embranchements qui restaient inviolables dans les présentations de Cuvier. On trouvait par exemple dans la section “organes digestifs” une série de spécimens en bocaux, où étaient alignés des becs de mollusques céphalopodes, le “bec” d’un poisson perroquet, des becs d’oiseaux et des dents de mammifères. Les présentations de parties de squelettes comprenaient des parties de squelettes intactes et désarticulées aussi bien de mammifères que d’oiseaux et de poissons, ainsi que des spécimens fossiles. Selon les termes du premier Guide du visiteur de la collection de Hunter, rédigé en 1818 : “la Collection consiste en des exemples illustrant les diverses structures d’organes similaires chez différents végétaux et animaux ; disposés de telle façon que chaque groupe d’organes constitue une série distincte, ou un maillon dans une chaîne de gradations de structure, du plus simple au plus complexe”30.

  • 31 Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, op. cit., vol. I, art. 4. Voir également Cuvier (Geo (...)

27Les éléments dissociés présentés dans ces séries, qui se voulaient graduées, violaient directement un axiome central de l’anatomie comparative de Cuvier, à savoir que la conjonction de structures isolées, dissociées du tout coordonné de l’organisme, menait à des comparaisons fallacieuses, sur la base desquelles étaient construites les théories illusoires de “l’unité de type” et du transformisme31.

  • 32 Home (Everard), Lectures on comparative anatomy : in which are explained the préparations in the H (...)

28Les intentions ayant motivé cette étrange disposition devaient être une source continuelle de perplexité autant pour les visiteurs que pour les conférenciers du College of surgeon au cours de ces premières décennies. Heureusement, Everard Home devait tout de même éclairer quelque peu la théorie motivant la collection Hunter dans ses premières conférences d’anatomie comparée de 1810, publiées en 1814 : “cet arrangement ne ressemble en rien à celui d’autres naturalistes. Il n’est guère favorable à l’étude de l’histoire naturelle, mais est particulièrement adapté à ceux qui comptent se consacrer à l’anatomie comparée. C’est une tentative de classer les animaux selon leurs organes vitaux et leurs autres organes internes, constituant l’ensemble en une série de gradations qui commence par les animaux ayant la structure la plus simple et suit un ordre croissant au fur et à mesure que leurs parties deviennent plus nombreuses, jusqu’à ce qu’on arrive à l’homme, dont les organes sont les plus complexes et qui constitue le plus haut maillon de la chaîne. Conformément à ce plan, le système de M. Hunter commence par les animaux n’ayant rien d’analogue à une circulation ; suivent ensuite d’autres possédant quelque chose qui y ressemble ; ensuite encore des animaux où elle est distincte ; et ainsi de suite, à travers toutes les complications qui mènent presqu’imperceptiblement à l’homme, chez qui le cœur est le plus complexe. Tous les organes d’un corps animal sont organisés en des séries distinctes, commençant par l’état le plus simple où un organe se rencontre dans la nature, et le suivant à travers toutes les variations sous lesquelles il apparaît chez les animaux les plus complexes”32.

29Cette “structure rhétorique” de la présentation de Hunter était censée révéler les fonctions fondamentales de la vie en les présentant à travers une série allant de leurs manifestations les plus simples à leurs expressions les plus complexes, dans des arrangements ne faisant aucune distinction entre ce que Richard Owen devait plus tard appeler les rapports “d’analogie” et “d’homologie”. Ces présentations ne suggéraient pas une unité de plan unique et ne pouvaient non plus conduire à l’hypothèse de la manifestation d’une seule série de formes avec des gradations. Au lieu de cela, on rencontrait un grand nombre de séries fonctionnelles entremêlées, qui ne pouvaient être organisées en une classification systématique. À la nette différence du Muséum de Cuvier, aucun effort n’était fait pour présenter les parties isolées en relation avec les fonctions coordonnées d’organismes entiers liées à leurs conditions de vie. En voyant à la fois le muséum de Cuvier et celui de Hunter, on n’aurait pas manqué d’être frappé par le contraste dans l’organisation des choses et l’interprétation des organismes. Cela sous-entendait des théories de l’organisme totalement différentes et des idées opposées quant au rapport entre fonction et structure.

Cuvier au Hunterian

  • 33 Les registres de visiteurs n’existent malheureusement pas pour cette période. Les carnets quotidie (...)
  • 34 Voir Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary Fran (...)
  • 35 Carnet de Clift pour 1818 (Archives du Royal College of surgeons, Clift Papers) : la conférence d’ (...)

30Après l’afflux initial de visites du personnel du Muséum de Paris au nouveau Hunterian durant l’été 1814, dont une du frère de Cuvier, Frédéric, les contacts personnels connurent une interruption de quatre années, jusqu’à la première visite de Georges Cuvier en mai et juin 181833. Cuvier voyageait en Grande-Bretagne en sa qualité d’inspecteur de l’Université de France, qui succéda à l’Université impériale à la Restauration, poste administratif qui lui avait auparavant permis de passer en revue les muséums et les collections de Hollande, d’Italie et d’Allemagne34. Il passa près de six semaines en Grande-Bretagne, accompagné de son épouse et de sa fille ainsi que de son proche collaborateur Charles-Léopold Laurillard, le garde des galeries d’anatomie comparée. Pendant son séjour, il visita des musées, étudia l’Université d’Oxford, alla voir William Herschel et ses télescopes et rencontra même Georges IV Après avoir rencontré William Clift lors d’un dîner chez Sir Joseph Banks le 31 mai, il effectua le lendemain sa première visite au Hunterian. Des visites successives de Cuvier sont signalées le 6 et le 19 juin, y compris sa présence à l’une des conférences Hunter donnés par Anthony Carlisle35.

  • 36 Les contacts les plus étroits établis par Clift semblent avoir été avec l’assistant de Cuvier, Lau (...)

31Quoiqu’il ait été difficile de réunir des documents sur la réaction de Cuvier lui-même au Hunterian, ses contacts étaient de toute évidence conviviaux et sa visite suscita les premiers contacts du personnel du Hunterian avec le Muséum de Paris après sa réorganisation. En automne 1819, William Clift passa six semaines à visiter l’établissement parisien et noua à cette occasion plusieurs amitiés durables qui allaient marquer le point de départ d’une époque d’échange de matériel entre les deux muséums et d’autres contacts scientifiques36.

  • 37 Cuvier (Georges), Rapport historique sur les progrès des sciences naturelle depuis 1789, et sur le (...)

32Ces contacts personnels, malgré leur convivialité de surface, donnèrent aussi naissance à un sentiment de rivalité entre les deux institutions. Les Britanniques, prompts à souligner que Hunter avait commencé à donner des cours sur ces sujets dès 1776, s’empressaient de proclamer la supériorité de la collection du Hunterian sur celle de Paris et de suggérer le caractère dérivatif de l’anatomie comparée de Cuvier. Cuvier, quant à lui, n’accordait que peu d’attention à Hunter dans ses écrits et ne reconnaissait guère son rôle et il continuait à agacer les professeurs de la chaire Hunter en décrivant fréquemment ce dernier comme une figure mineure de l’histoire de l’anatomie comparée dans les éditions successives de son Rapport historique sur les progrès des sciences naturelles37.

FIG. 5 - Dessin par William Clift de l'intérieur de la Galerie originale du Hunterian Museum, Royal College of surgeons, vers 1834. Source : Bibliothèque du Royal College of surgeons, Londres.

  • 38 Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate : French biology in the decades before Darwin, New Yor (...)

33Mais le sentiment croissant de rivalité devait aussi avoir des répercussions considérables sur le plan théorique. Lorsque le personnel du College of surgeons apprit les débats des zoologistes français au Muséum de Paris et aux séances de l’Académie des sciences38, il envisagea ces controverses depuis la perspective de la collection de Hunter, qui imposait à sa réflexion d’intéressantes conditions préalables et suggérait des conclusions différentes.

34La première de ces contraintes était dictée par la structure physique du muséum de Hunter. Cette collection ne visait à exposer ni une unité de plan, ni une série graduée d’organismes. Elle n’étayait pas non plus l’affirmation selon laquelle les formes étaient strictement enfermées dans des embranchements sans qu’il existe de rapports hors de ces groupes naturels. Les comparaisons étaient larges et extensives et confondaient ces divers groupes. En outre, les professeurs du Hunterian n’étaient pas libres de réorganiser ou de modifier cette collection en fonction des nécessités de leurs propres théories.

35À cela s’ajoutait une contrainte spatiale et visuelle. Tel qu’il se présentait aux visiteurs du College entre 1813 et 1835, le muséum avait la forme d’une longue galerie avec des alcôves de chaque côté et éclairée par trois grandes verrières circulaires.

  • 39 Le catalogue de Valenciennes et Pentland (Catalogue des préparations anatomiques..., op. cit.) don (...)

36On ne parcourait la collection que sous la direction de l’un des conservateurs du muséum et en général au sein d’un groupe nombreux. Les spécimens n’étaient pas séparés en salles distinctes comme ils l’étaient dans le Cabinet de Cuvier. La collection regroupait également en un seul lieu les présentations fonctionnelles, l’ostéologie comparative, les anomalies pathologiques, les fossiles, et une quantité limitée de spécimens empaillés, tout cela dans un ordre bizarre. Le grand nombre d’invertébrés représentés dans la collection de Hunter étaient dispersés un peu partout dans la collection plutôt que rassemblés dans une seule salle39. Autrement dit, le Muséum de Hunter rassemblait dans ses arrangements des formes de présentation qui étaient géographiquement séparées au Muséum de Paris et donnait, de manière originale, une image de la vie organique plus unifiée que celle que l’on trouvait à Paris. Cela devait jouer un rôle important dans les débats théoriques où allaient s’engager les chercheurs en anatomie comparée dans les années 1830.

Owen au Muséum de Paris

  • 40 La présence de Cuvier aux Assemblées des professeurs du Muséum est mentionnée jusqu’au 13 juillet (...)
  • 41 Cuvier est mentionné dans le livre des visiteurs de la bibliothèque du Hunterian le 6 août, en com (...)

37Au milieu des troubles de la Révolution de Juillet 1830, Cuvier s’absenta de Paris de la mi-juillet au 24 août, pour se rendre à nouveau en Angleterre40. Le 6 août, en compagnie de cinq éminents médecins et anatomistes anglais et écossais, il effectua une seconde visite au Hunterian Museum, où il eut pour guide le jeune assistant conservateur Richard Owen41. L’année suivante, Owen fut invité à visiter pour la première fois le Muséum de Paris à l’occasion du premier anniversaire du règne de Louis-Philippe.

  • 42 Owen (Richard), “Notes relating to the Gallery Catalogue, 1831” (Archives du Royal College of surg (...)
  • 43 Ibid., fol. 3 recto : “se référer uniquement aux fonctions de digestion ou d’assimilation, et de r (...)

38La date de cette visite à Paris fut déterminante pour la suite de la carrière d’Owen. Owen et William Clift étaient à cette époque occupés à la longue préparation du volumineux Descriptive and Illustrated Catalogue du Hunterian Museum, le document qui devait par la suite étayer la collection d’une documentation et d’une analyse théorique détaillées. Lors de la préparation de ces volumes, chacun des spécimens fit l’objet d’une nouvelle description et une nouvelle numérotation fut établie, après l’élimination des doubles et des spécimens en mauvais état. Le Catalogue ostéologique avait été achevé en février 1831 et le 2 avril les travaux sur la première section du Catalogue physiologique avaient commencé42. Owen notait à cette époque sa frustration devant l’absence de justification théorique cohérente à la collection du Hunterian, observant que la collection actuelle semblait “to refer only to the functions of digestion or assimilation, and reproduction, without which no species of organized being could exist. But the preparations imply a different signification, viz., all those organs that an individual organism makes use of for its own convenience and preservation ; and exemplify parts concerned in functions not essential to existence as an organized body, viz the instruments of locomotion and of the Senses”43.

  • 44 Lettre d’Owen à William Clift, 2 août 1831 (Temple University Owen correspondence, vol. 1, fol. 12 (...)
  • 45 Cuvier ne fut pas son guide pour cette visite. Owen dit seulement avoir été conduit à la Galerie p (...)
  • 46 Lettre d’Owen à William Clift, 2 août 1831, arch. cit. et “Paris notebook”, arch. cit., fol. 11 re (...)
  • 47 Voir Owen (Richard), On the anatomy of vertebrates..., London : Longmans, Green and Co., 1866-1868 (...)

39Owen quitta Londres pour la France le 27 juillet 1831 et arriva à Paris le 29. Après une rencontre cérémonieuse avec Cuvier dans ses appartements le 1er août, Owen visita l’ensemble du domaine du Muséum avec pour guide Alphonse Royer, une relation de Clift44. Le mardi, il commença sa minutieuse visite, salle par salle, de la Galerie de Cuvier, ce qui l’occupa jusqu’au vendredi, où il décida de refaire la visite, mais cette fois en sens inverse45. Commençant donc par les présentations d’invertébrés entiers et disséqués, et voyant les présentations de systèmes organiques distincts et de parties désarticulées avant celles de formes entières, Owen put percevoir la collection sous une forme plus compatible avec les arrangements du Hunterian que n’aurait pu le faire le visiteur ordinaire. Au cours des deux semaines qui suivirent, il resta au Muséum pour visiter les salles de dissection et de moulage de la Galerie de Cuvier et assista à deux leçons d’anatomie comparée données par Flourens dans l’amphithéâtre voisin. Il assista également à deux séances de l’Académie des sciences les 1er et 16 août46. Il semble que les débats de ces séances soient à l’origine de son intérêt pour la résolution du conflit opposant Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire47.

  • 48 Owen (Richard), “Mr. Owen’s plans for obtaining more space for the display of the Collection” (Arc (...)
  • 49 Le Conseil approuva le projet d’agrandissement du Muséum présenté par les Conservateurs à la suite (...)

40Owen regagna Londres avec la conviction que plusieurs améliorations pourraient être apportées à la disposition du Hunterian Museum, y compris des changements portant sur l’éclairage et sur l’arrangement et la présentation des spécimens. Il proposait l’emploi de cabinets de présentation semblables à ceux de Cuvier et un meilleur arrangement du matériel dans l’espace existant48. Ces suggestions, s’ajoutant à l’impression d’entassement ressentie de toute évidence par les visiteurs du Hunterian Museum en ce début des années 1830, influencèrent la décision des administrateurs du College of surgeon et du Muséum d’entreprendre, en 1833, une ambitieuse reconstruction de leur institution respective49.

FIG. 6 - Esquisse par T.H. Shepherd de la principale Galerie de physiologie du Hunterian Museum, vers 1845. Richard Owen est très probablement le personnage en toge qui guide la visite. Les grandes vitrines du parterre central étaient inspirées de celles du Muséum de Cuvier. La Série pathologique se trouvait dans un muséum plus petit à l'ouest. Source : Bibliothèque du Royal College of surgeons, Londres.

41Après ce réaménagement complet, dans le nouvel établissement construit sous la direction de l’éminent architecte Sir Charles Barry, le Muséum était constitué de deux grandes salles bien éclairées, la plus grande consacrée à la Série physiologique, la plus petite au matériel pathologique. Des vitrines, élaborées sur le modèle des armoires de Cuvier, étaient posées au sol pour contenir le matériel ostéologique. Le nouveau Muséum fut ouvert au public en février 1837. Le nouvel aménagement permettait aux visiteurs d’étudier l’analyse comparative des systèmes fonctionnels et structuraux. Encore plus clairement que dans l’ancien muséum, le visiteur voyait désormais ces présentations en une longue série ininterrompue.

  • 50 Owen (Richard), Clift (William), “Report from Conservators to the President... 5 mai 1836” (Archiv (...)

42Dépassant désormais le muséum de Cuvier par ses dimensions et le nombre de ses spécimens, le Hunterian s’affirmait comme le principal muséum d’anatomie comparée au monde. En 1836, par exemple, on estimait qu’il comprenait vingt mille pièces, chiffre qui était passé en 1845 à vingt-deux mille neuf cent dix préparations et spécimens distincts50.

43La seconde conséquence importante des rencontres effectuées par Owen à Paris concernait davantage la théorie. Retournant à Londres avec des conceptions nouvelles, Owen reprit son travail sur la préparation du Descriptive and Illustrated Catalogue avec de nouvelles questions, et il profita de cette occasion pour procéder à la première réorganisation mineure de la Collection Hunter. Tout en demeurant fidèle à certaines des grandes orientations de Hunter, Owen souhaitait également que la collection soit beaucoup plus claire dans sa structure théorique. La restructuration de la Série physiologique qui s’ensuivit peut être comparée à l’organisation de 1818 vue plus haut.

  • 51 Dans son récit rétrospectif de 1866, Owen raconte comment il revint de son voyage à Paris en 1831 (...)
  • 52 Ibid. : “la tâche de classer et de cataloguer la partie ostéologique du Hunterian Museum [qui] me (...)

44Les travaux d’Owen, tandis qu’il poursuivait cette réorganisation, étaient aussi fondés sur sa conviction qu’il existait un moyen de contourner le débat entre Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire51. Les étranges séries de Hunter, ses comparaisons partielles d’organes et de fonctions couvrant une grande variété de groupes, suggéraient la nécessité d’établir des distinctions entre les similarités qui étaient purement fonctionnelles (le principe essentiel de l’organisation des arrangements de Hunter) et celles qui mettaient en évidence des relations plus fondamentales. La notion d’un plan unificateur, si elle n’était pas défendable au sens exhaustif voulu par Geoffroy Saint-Hilaire, semblait néanmoins possible à une échelle plus restreinte. Évoquant rétrospectivement sa réaction devant le muséum de Cuvier, Owen devait plus tard souligner que ce fut “the task of arranging and cataloguing the osteological part of the Hunterian Museum [that] enforced a reconsideration of Cuvier’s conclusions to which I had previously yielded assent. To demonstrate the evidence of the community of organisation, I found that the artifice of an archetype vertebrate animal was a essential as those of the archetype plant had been to Goethe in expressing analogous ideas”52.

FIG. 7 - Les Séries physiologiques. Réorganisation Owen-Clift 1830-1833.

  • 53 Sur l’histoire complexe de l’idée de l’archétype d’Owen, voir Rupke (Nicolaas), “Richard Owen’s ve (...)

45Le célèbre concept d’Owen d’un plan archétypal commun, qui n’apparaît dans ses travaux sous son expression achevée que dans ses cours des années 1840, est le plus remarquable des concepts théoriques qui semblent devoir leur origine à son voyage à Paris et à son travail sur les collections après ce voyage53. Comme j’ai tenté de le démontrer, les réflexions sur les questions théoriques qui divisaient entre eux les anatomistes parisiens et qui devaient par la suite séparer Owen aussi bien de Cuvier que de Geoffroy Saint-Hilaire, se produisaient au sein de structures matérielles et institutionnelles fort différentes. Owen devait bien emprunter beaucoup, tant à Cuvier qu’à Geoffroy Saint-Hilaire, dans l’élaboration de ses propres solutions aux grandes questions morphologiques. Mais il le fit dans le cadre d’une collection dont les implications rhétoriques et théoriques étaient différentes de celles de Paris. Si les débats théoriques ne se réduisent pas à ces différences matérielles et institutionnelles, la compréhension de la présentation visuelle et de l’arrangement des différentes collections n’en reste pas moins d’une importance capitale pour l’interprétation des orientations que ces développements théoriques allaient prendre. Si Cuvier put élaborer une nouvelle conception de la forme et de la fonction, ce fut en partie parce qu’il avait le contrôle autocratique d’un muséum privé qu’il pouvait arranger selon ses propres principes théoriques. Inversement, les restrictions de la collection Hunter quant à une telle réorganisation théorique et la tendance du Hunterian Museum à réunir en un seul lieu du matériel qui à Paris était dispersé géographiquement, semblent être liées d’une façon qui n’a rien de fortuit aux efforts de Richard Owen pour dépasser les débats de la morphologie française grâce à une perspective plus unifiée, qui devait en définitive se fonder sur une distinction cruciale entre les rapports purement fonctionnels (l’analogie) et les rapports plus fondamentaux (l’homologie).

Notes

1 Owen (Richard), “Report to the board of curators of the Museum of the Royal College of surgeons on the Muséum d’anatomie comparée in the Garden of plants, Paris” (Archives du Royal College of surgeons, 275.h.7.(3), fol. 9). Cité ci-après en tant que “Report to Museum curators”.

2 J’ai utilisé la version de ce décret de la Convention telle que la reproduit Fischer von Waldheim (Gottheiss, Das Nationalmuseum der Naturgeschichte zu Paris, Frankfurt am Main : Esslinger, 1802-1803, vol. I, p. 500. Elle ne se trouve pas dans l'ouvrage de Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Impr. nationale, 1893, 162 p.

3 Voir la réaction de l’Assemblée des professeurs du 3 frimaire an II [23 novembre 1793], aux décrets du 10 juin dans “Projet de règlement présenté par les professeurs au Comité d’instruction publique de la Convention nationale d’après le Décret du 10 juin 1793’’, Art. XXVI, reproduit dans Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au Jardin du roi..., op. cit., p. 156 (sans date). J’ai déterminé la date d’après Fischer von Waldheim (Gotthelf), Das Nationalmuseum..., op. cit., vol. I, p. 527.

4 Bien que Mertrud fût officiellement chargé de cet enseignement, la pratique du cumul lui permettait de se décharger d’une grande partie de ses responsabilités sur le jeune Cuvier. Sur cette pratique, voir en part. Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in Fox (Robert), Weisz (George), (sous la dir.), The Organization of science and technology in France, 1808-1914, Cambridge : Cambridge University Press, 1980, pp. 214-217.

5 Barthélemy (Guy), Les Jardiniers du roi : petite histoire du Jardin des plantes de Paris, Clecy : Pélican ; Paris : Libr. du Muséum, 1979, p. 203 (Amitié et civilisation).

6 Je n’ai pu trouver de dessin architectural détaillé de ce bâtiment original. Les détails ont été construits à partir d’une visite personnelle de ce qui reste du bâtiment original, des guides publiés et des cartes contemporaines représentant le domaine du Muséum. Les détails de l’intérieur proviennent en particulier des remarques de Richard Owen dans son “Report to Museum curators”, arch. cit. et dans son “Paris notebook” (British Museum — Natural History, Owen papers, O.o.c.25), tous deux datés de 1831. Je me suis également aidé du catalogue manuscrit en cinq volumes, “Anciennes galeries d’anatomie comparée” (Laboratoire d’anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle, Paris)..

7 Fischer décrit la présentation des mammifères, des oiseaux, des reptiles et des poissons qui devait être organisée selon la classification de Lacepède, basée sur les organes moteurs et nutritifs. Les invertébrés étaient disposés selon les séries de complexité de Lamarck, en ordre décroissant, des mollusques les plus complexes aux polypes et aux infusoires les plus simples. Bien qu’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire ait été le titulaire officiel de la chaire originale des Quadrupèdes, des Cétacés, des Reptiles, des Oiseaux et des Poissons en 1793-1794, et de la chaire des Mammifères et des Oiseaux de 1794 à 1841, son collègue plus âgé Lacepède semble avoir conservé le contrôle de la disposition des spécimens. Rien peut-être n'exprime mieux la victoire que remporta Cuvier sur ses rivaux dans les débats des années 1820, que le fait que dans les descriptions détaillées données par Philippe Deleuze en 1822, les galeries des vertébrés et des mollusques étaient désormais organisées selon les classifications de Cuvier, tandis que l’organisation en série de Lamarck n'était plus suivie que pour le reste des invertébrés : cf. Deleuze (Joseph Philippe François), Histoire et description du Muséum Royal d’Histoire Naturelle, Paris : A. Royer, 1823, vol. IL Je n'ai pas trouvé de trace d’une période où Geoffroy Saint-Hilaire aurait pu réorganiser la disposition des collections de vertébrés. Si cela eut lieu, ce fut entre la description de Fischer en 1803 et celle de Deleuze en 1822.

8 Cette approche était aussi dictée par les règlements de la Convention. Le Décret de la Convention du 21 frimaire an III [11 décembre 1794] avait officiellement défini les responsabilités de la chaire d’anatomie animale pour inclure l’exposition d'une “idée générale de l’organisation interne des diverses classes d’animaux ; il choisira dans chacune ceux dont il lui paraîtra convenable de faire la démonstration anatomique et saisira les occasions de mettre sous les yeux des étudiants ceux, dont l’organisation serait moins commune. Il insistera particulièrement sur l’anatomie comparée soit des animaux entre eux, soit des animaux avec l’homme. Une salle particulière destinée à ses préparations lui sera pareillement assignée près du lieu des leçons”. Reproduit dans Fischer von Waldheim (Gotthelf), Das Nationalmuseum..., op. cit., vol. I, pp. 512-513.

9 La sortie par l’entrée principale de la Galerie de Cuvier menait presque directement à la ménagerie, placée après 1803 sous le contrôle du frère de Cuvier, Frédéric. Voir la contribution de Richard Burkhardt au présent volume.

10 Cf. Cuvier (Georges), “Notice sur l’établissement de la collection d’anatomie comparée du Muséum”, Annales du Muséum, no 2, 1803, p. 411. Le chiffre donné par Cuvier est de deux mille soixante et onze, mais le total des chiffres donnés séparément correspond à celui donné ci-dessus. L'extension considérable de la collection était due en particulier à l’acquisition du Cabinet du Stathouder Guillaume IV des Pays-Bas à la suite des conquêtes françaises. Le chiffre pour 1832 provient de Valenciennes (Achille), Pentland (J.), Catalogue des préparations anatomiques laissées dans le Cabinet d’anatomie comparée du Muséum d’Histoire naturelle, préparé juste après la mort de Cuvier et réédité séparément par Valenciennes (Achille), Laurillard (Charles Léopold), Nouvelles annales du Muséum, no 2, 1833, pp. 417-508. J’utilise l'exemplaire offert par madame Cuvier à la bibliothèque du Royal College of surgeons, annoté de révisions mineures de la main des auteurs.

11 Je n’ai pu trouver de catalogue tout à fait détaillé du Muséum original. Le catalogue publié par Valenciennes et Pentland établit la liste des spécimens, mais ne correspond pas aux arrangements salle par salle. Les trois catalogues manuscrits intitulés “Catalogue du Cabinet d’anatomie comparée 1835-”, “Catalogue des objets placés du Cabinet d’anatomie depuis la mort de monsieur Cuvier, 1832-1869” et une description détaillée salle par salle étiquetée “Anciennes galeries d’anatomie comparée”, tous en possession du Laboratoire d’anatomie comparée du Muséum de Paris, datent de périodes postérieures à Cuvier. La description détaillée intitulée “Anciennes galeries” laisse clairement apparaître les effets des réorganisations d’Henri de Blainville et un remaniement assez considérable des installations originales. Cet ouvrage décrit six salles principales au rez-de-chaussée et un total de douze salles au premier étage. Le “Catalogue du Cabinet” est le plus proche dans le temps de l’époque de Cuvier et semble être le document à partir duquel fut préparée la description de Valenciennes et Pentland de 1832 (Catalogue des préparations anatomiques..., op. cit.). Je remercie le docteur Michel Lemire, directeur du Laboratoire d’anatomie comparée, pour l’aimable concours qu’il m’a apporté pour accéder à ces documents.

12 En plus des descriptions manuscrites d’Owen, je me suis référé en particulier à Fischer von Waldheim (Gotthelf), Das Nationalmuseum..., op. cit., vol. Il, pp. 326-366 ; Deleuze (Joseph Philippe François), Histoire et description du Muséum Royal d’Histoire Naturelle, op. cit., vol. II, pp. 658-672 ; Bernard (Pierre), Le Maout (Emm.), Le Jardin des plantes : description complète historique et pittoresque du Muséum d’Histoire naturelle, de la ménagerie, des serres, des galeries de minéralogie et d’anatomie, et de la vallée suisse, Paris : L. Curmer, 1842-1843, vol. I, p. 291 ; Cap (Paul Antoine), Le Muséum d’Histoire naturelle : histoire de la fondation et des développements successifs de l’établissement, biographie des hommes célèbres qui y ont contribué par leur enseignement ou par leurs découvertes, histoire des recherches, des voyages etc., Paris : L. Curmer, 1854, 180 + 238 p., qui est en partie une révision de Bernard et Le Maout. Les ouvrages de Bernard et de Cap sont particulièrement utiles pour comprendre les importants changements de disposition qui se produisirent lorsque Blainville était directeur.

13 Voir les planches dans Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, 2ème éd., Paris : Corchard et Fantin, an XIV [1805], vol. II. À propos des arrangements de la 9ème salle de l’étage supérieur, Owen remarque : “toutes ces préparations sont arrangées selon la situation de l’Animal dans la classification du Règne animal de Cuvier, jamais en fonction des modifications et des complexités supplémentaires de l’organe qui éclairent sa fonction” (“Report to Museum curators”, arch. cit.). Owen considérait que l’arrangement du Hunterian soulignait ce dernier principe.

14 C’est là un point crucial de son attaque du transformisme et de l’unité de plan. Voir en part. Cuvier (Georges), Valenciennes (Achille), Histoire naturelle des poissons, Paris : FG. Levrault, 1828-1849, vol. I, pp. 543-551.

15 Le décompte des spécimens est tiré de Cuvier (Georges), “Notice sur l'établissement...”, art. cit.

16 Élaboré d'après Owen (Richard), “Report to Museum curatore” et “Paris Notebook”, arch. cit. Le décompte des spécimens est tiré de Valenciennes (Achille), Pentland (J.), Catalogue des préparations anatomiques..., op. cit.

17 Voir Cuvier (Georges), Leçons d'anatomie comparée, op. cit., vol. I, art. 4.

18 Le seul groupe important de spectateurs qui faisait peut-être exception à cette présentation orchestrée de la collection était celui des visiteurs privilégiés, ceux qui rendaient d’abord visite à Cuvier dans ses appartements. Dans ce cas, l’accès logique à la collection serait par la dernière salle, celle qui était attenante à sa résidence et où étaient exposés les invertébrés et les séries de corps désarticulés. Telle était par exemple la manière dont la Galerie devait être présentée à Richard Owen en 1831. Néanmoins, l’architecture du Muséum comprenait un escalier de sortie, qui existe toujours, et qui aurait pu reconduire de la dernière salle de la Galerie à l’aile sud-ouest du rez-de-chaussée. Ainsi, même dans le cas des visiteurs de marque, Cuvier aurait-il facilement pu les guider à travers la collection en descendant d’abord l’escalier pour commencer par les salles de squelettes humains du rez-de-chaussée, conservant le contrôle de la présentation du matériel dans l’ordre qu’il avait soigneusement élaboré.

19 “M. Cuvier donna au Muséum la collection [d’ossements fossiles] qu’il avait rassemblée, et quoiqu’elle fût d’un très grand prix parce qu’elle était unique en son genre, il ne voulut recevoir en échange que des doubles des livres d’histoire naturelle qui étaient à la bibliothèque. Cette collection réunie à celle des poissons du mont Bolca, remplit aujourd’hui une des salles du Cabinet [principal d’histoire naturelle]” : Deleuze (Joseph Philippe François), Histoire et description du Muséum Royal d’Histoire Naturelle, op. cit., p. 114. Aucun des guides publiés ne mentionne de matériel fossile dans la Galerie. Le catalogue de Valenciennes et Pentland de 1832 (Catalogue des préparations anatomiques..., op. cit.) ne mentionne que des parties de quatre spécimens de Mastodonte, des parties d’un Anoplothérium commun, des dents d’un spécimen de tapir fossile et des parties de quatre espèces de Paléothérium. Pentland avait l’intention d’ajouter un appendice donnant la liste des spécimens de vertébrés fossiles possédés par Cuvier, mais il ne l’acheva apparemment pas. Voir la lettre de John Pentland à William Clift, 5 novembre 1832 (Bibliothèque centrale du Muséum, Correspondance Owen, O.C. 21, pp. 213-214).

20 Sur l’histoire du Muséum de Hunter, voir Dobson (Jesse), “John Hunter’s Museum”, ch. 31 in Cope (Vincent Zachary), The Royal College of surgeons of England : a history, London : Blond, 1959, pp. 274-306 ; voir également son article “The Architectural history of the Hunterian Museum”, Annals of the Royal College of surgeon, no 29, 1961, pp. 113-126.

21 William Clift a noté le nombre de visiteurs à la collection entre 1800 et 1806 (en moyenne trente-cinq par an), mais aucun nom de visiteur, avant 1811 où ses carnets quotidiens commencent. Voir le manuscrit “Visitors to the Museum”, inséré dans le carnet de William Clift pour 1833 (Royal College of surgeons Clift Papers). Lamarck est le premier ressortissant français mentionné comme visiteur entre 1811 et 1814 dans les archives de Clift.

22 “Les progrès également que [l’anatomie comparée] avait faits dans ce pays, et les travaux extraordinaires de Hunter devinrent un fréquent sujet de conversation parmi les savants parisiens, dont beaucoup avaient visité son Muséum lors d’une émigration temporaire ou pendant les intervalles de Paix” : Owen (Richard), “Report to Museum curators”, arch. cit., fol. 4. Owen mentionne les souvenirs de l’aide-naturaliste de Lamarck, Louis Dufresne, qui disait avoir visité le Hunterian en de telles circonstances : voir sa “Notice sur les Balanus”, Annales du Muséum national d’Histoire naturelle, no 1, 1802, pp. 465-466. Owen en parla peut-être avec Dufresne au cours de son séjour à Paris.

23 Les nouvelles installations du Hunterian ouvrirent officiellement le 13 mai 1813. Le règlement n’autorisait les visites du public que le mardi et le jeudi à midi et à quatorze heures, seulement l’été, avec une limite de cent vingt visiteurs aux deux ouvertures. Les restrictions introduites par la suite dans les années 1820 et 1830 étaient encore plus limitatives, avec l'obligation d’avoir des laissez-passer et des tickets d’entrée signés de membres du College.

24 Noté comme visiteur le 11 août (Archives du Royal College of surgeons, Carnet de William Clift pour 1814) comme “Monsr de la Mark, accompagné de son ami Mr Headington, pour voir le Muséum Bien que l’on ne puisse exclure qu’il s’agisse de Auguste Marie-Raymond, prince d’Arenberg, comte de La Mark (1753-1833) un aristocrate belge qui emigra en France et qui était un ami proche de Mirabeau au début de la Révolution, cependant le fait que Clift n’emploie pas le titre de noblesse alors qu’il en faisait état couramment pour les visiteurs royaux étrangers et la proximité des visites de de Blainville et de Frédéric Cuvier suggèrent qu’il s’agissait plus probablement du naturaliste français lui-même.

25 Visita le Muséum le 27 août (Archives du Royal College of surgeons, Carnet de William Clift).

26 Visites notées les 10, 15, 16, 17, 20, 24 septembre (Archives du Royal College of surgeons, Carnet de William Clift).

27 Sur le plagiat de Home et les détails de cette destruction, voir Dobson (Jessie), William Clift, Londres : Heinemann, 1954, ch. 6. Le seul catalogue manuscrit de la collection de Hunter de la main de celui-ci qui ait survécu est une série de petits carnets donnant simplement la liste des spécimens et leur nombre (Archives du Royal College of surgeons, “Hunterian Ms. Catalogue : Clift”, 49.d.5). Cette liste fut la base du guide de Home, Blizard et Clift de 1818 : Clift (William F), Synopsis of the arrangement of the preparations in the Gallery of the Museum, of the Royal College of surgeons for the use of visitors, Londres : Carpenter, 1818, 24 p.

28 D’après l’analyse de [Blizard] in Synopsis of the arrangement..., op. cit. Voir également [Owen (Richard), Clift (William)], Descriptive and Illustrated Catalogue of the physiological series of comparative anatomy contained in the Museum of the Royal College of surgeons in London, London : R. Taylor, 1833-1840, vol. V, pp. II-VIII.

29 Clift (William) Synopsis of the arrangement..., op. cit.

30 Ibid., pp. 3-4.

31 Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, op. cit., vol. I, art. 4. Voir également Cuvier (Georges), Valenciennes (Achille), Histoire naturelle des poissons, op. cit., vol. I, p. 543.

32 Home (Everard), Lectures on comparative anatomy : in which are explained the préparations in the Hunterian collection, London : G. and W. Nicol, 1814-1828, vol. I, pp. 6-7.

33 Les registres de visiteurs n’existent malheureusement pas pour cette période. Les carnets quotidiens de Clift, où il avait l'habitude de noter les visites de notables, commencèrent en 1811. Il ne mentionne aucun visiteur français entre 1814 et la visite de Cuvier en 1818.

34 Voir Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary France, Manchester : Manchester University Press, 1984, ch. 43. Elle ne traite pas de ce voyage en Angleterre. Les détails de cette visite ont été tirés en particulier du long compte rendu anonyme de l’ouvrage de Flourens (Pierre), Cuvier : histoire de ses travaux, 2ème éd. rev. et cor., Paris : Paulin, 1845, 324 p., compte rendu paru dans North british review, no 1, mai 1844, pp. 1-41.

35 Carnet de Clift pour 1818 (Archives du Royal College of surgeons, Clift Papers) : la conférence d’Anthony Carlisle portait sur la formation des coraux et des os. La présence de Cuvier est signalée en compagnie d’Everard Home le 6 juin, après quoi il dîna chez Home le soir. Le 19 juin, il vint “examiner les Fossiles Externes” avec William Buckland et Everard Home. Clift note que Cuvier quitta Londres le 11 juillet. Je n’ai pu trouver de document de la main de Cuvier commentant ses réactions au Hunterian.

36 Les contacts les plus étroits établis par Clift semblent avoir été avec l’assistant de Cuvier, Laurillard, qui avait accompagné Cuvier à Londres, avec Henri de Blainville, qui s’y était rendu en 1814, avec Achille Royer, un responsable administratif du Muséum et avec le naturaliste-diplomate irlandais John Pentland qui était alors l’assistant de Cuvier.

37 Cuvier (Georges), Rapport historique sur les progrès des sciences naturelle depuis 1789, et sur leur état actuel, présenté à sa Majesté l’Empereur et Roi, en son conseil d’État, le 6 février 1808, par la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut conformément à l’arrêté du 13 ventôse an X, Paris : Impr. impériale, 1810, XVI-298 p. Nelles éd. sous le titre Histoire des progrès des sciences naturelles : depuis 1789 jusqu’à ce jour, Paris : Baudoin frères ; N. Delangle, 1826-1828, 4 vol. ; Paris : Roret, Pourrat frères, 1834-1836, 5 vol. Il existe un ouvrage semblable : Cuvier (Georges), Saint-Agy (Magdeleine de), Histoire des sciences naturelles : depuis leur origine jusqu’à nos jours, chez tous les peuples connus, Paris : Fortin, Masson et Cie, 1841-1845, 5 vol. L’analyse des contributions de Hunter demeure pratiquement inchangée dans tous ces ouvrages. Pour les réactions du Hunterian, voir les commentaires de Richard Owen dans ses cours Hunter de 1837, dans Sloan (Phillip R.), Richard Owen : the Hunterian lectures in comparative anatomy, may and june 1837, London ; Natural History Museum publications, 1992, p. 82, note 163.

38 Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate : French biology in the decades before Darwin, New York : Oxford University Press, 1987, 305 p. (Monographs on the history and philosophy of biology).

39 Le catalogue de Valenciennes et Pentland (Catalogue des préparations anatomiques..., op. cit.) donne une liste de mille trois cent soixante-cinq spécimens entiers et mille deux cent vingt-huit préparations anatomiques dans l’ensemble des groupes invertébrés, soit 15,6 % de la collection. La majeure partie de ce matériel se trouvait rassemblée dans la dernière salle du Muséum de Cuvier. Le mélange des vertébrés et des invertébrés au Hunterian rend difficile un tel décompte.

40 La présence de Cuvier aux Assemblées des professeurs du Muséum est mentionnée jusqu’au 13 juillet puis à nouveau le 24 août dans les procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 1830-1831 (Archives nationales, AJ.15.129).

41 Cuvier est mentionné dans le livre des visiteurs de la bibliothèque du Hunterian le 6 août, en compagnie des professeurs de médecine d’Édimbourg Alexander Monro, W.P. Alison, John Thomson et son fils Allen, ainsi que du médecin londonien William Somerville, époux de Mary, tous admis par le président William Blizard : cf. “Visitors book to the Royal College of surgeons Library, 1830-1832” (Archives du Royal College of surgeons, 275.g.42).

42 Owen (Richard), “Notes relating to the Gallery Catalogue, 1831” (Archives du Royal College of surgeons, 276.9.44, fol. 1 verso).

43 Ibid., fol. 3 recto : “se référer uniquement aux fonctions de digestion ou d’assimilation, et de reproduction, sans lesquelles aucune espèce d’êtres organisés ne pourrait exister. Mais les préparations sous-entendent une signification différente, à savoir tous les organes dont un organisme particulier se sert pour son usage et sa survie propres ; et elles illustrent des parties employées à des fonctions qui ne sont pas essentielles à l’existence en tant que corps organisé, à savoir les instruments de locomotion et ceux des sens”. Avant cette visite à Paris, les catalogues des spécimens pathologiques, comprenant les parties 1 et 2 de la version publiée : Royal College of surgeon, Catalogue of the Hunterian Collection in the Museum of the Royal College of surgeons in London, Londres : Taylor, 1830-1831, 5 pt., étaient prêts à être publiés en mai 1830 (Archives du Royal College of surgeons, procès-verbaux du Conseil d’administration du Hunterian Museum, 1er mai 1830). Les volumes concernant l’ostéologie humaine et comparée ainsi que les spécimens d’histoire naturelle furent achevés et publiés avant mai 1831 (Archives du Royal College of surgeons, Procès-verbaux des administrateurs, 6 novembre 1830, 5 février et 7 mai 1831, V 3A). La première partie du [Owen (Richard), Clift (William)], Descriptive and Illustrated Catalogue..., op. cit. traitant des organes de locomotion et de digestion, fut achevée et imprimée avant août 1831 (Archives du Royal College of surgeons, procès-verbaux des administrateurs, 5 novembre 1831).

44 Lettre d’Owen à William Clift, 2 août 1831 (Temple University Owen correspondence, vol. 1, fol. 12).

45 Cuvier ne fut pas son guide pour cette visite. Owen dit seulement avoir été conduit à la Galerie par l’aide-naturaliste de Cuvier Simon Pierre Rousseau à l’issue de sa rencontre avec Cuvier et il put accéder librement au Muséum pour le reste de son séjour : cf. Owen (Richard), “Paris notebook”, arch. cit., daté du 2 août.

46 Lettre d’Owen à William Clift, 2 août 1831, arch. cit. et “Paris notebook”, arch. cit., fol. 11 recto et 24 verso. Dans son carnet parisien, il note avoir rencontré Cuvier, Humboldt, Geoffroy Saint-Hilaire, Blainville, Jussieu, Milne-Edwards et plusieurs autres à la séance du 1er août.

47 Voir Owen (Richard), On the anatomy of vertebrates..., London : Longmans, Green and Co., 1866-1868, vol. III, pp. 787-788. L’analyse que donne Toby Appel du débat suggère que les principales discussions publiques entre Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire étaient terminées en 1830, mais il apparaît de toute évidence que des aspects collatéraux de ces débats se poursuivaient toujours à l’Académie. Par exemple, Geoffroy Saint-Hilaire lut son Vème mémoire sur les os de l’oreille des crocodiles et du téléosaure à la séance du 29 août (Archives de l’Académie des sciences, Paris, procès-verbaux). Owen avait probablement déjà quitté Paris à cette date, mais était certainement au courant des débats. Cuvier assista à toutes les séances de l’Académie entre le 1er et le 31 août.

48 Owen (Richard), “Mr. Owen’s plans for obtaining more space for the display of the Collection” (Archives du Royal College of surgeons, Owen, MSS 275.h.7.(4)) et son “Report to Museum curators”, arch. cit. Tous deux sont datés de septembre 1831.

49 Le Conseil approuva le projet d’agrandissement du Muséum présenté par les Conservateurs à la suite des recommandations faites par Owen et Clift au cours de l’été 1833 et après une visite du Conseil où celui-ci le trouva “tout à fait insuffisant à une présentation efficace de la Collection Hunter”. Le Conseil recommandait un agrandissement du Muséum des deux-tiers pour contenir le matériel (Procès-verbaux des Conservateurs du Muséum, vol. IV, entrées du 20 août 1833 et du 13 janvier 1834). Sur l’histoire architecturale du Hunterian Museum, voir Dobson (Jesse), “Architectural history...”, art. cit.

50 Owen (Richard), Clift (William), “Report from Conservators to the President... 5 mai 1836” (Archives du Royal College of surgeons, 275.h.7.5). La collection y est décrite comme se composant de dix mille préparations dans l’alcool, huit mille préparations sèches et deux mille présentations de squelettes articulés et désarticulés. L’énumération de 1845 se trouve dans [Owen (Richard)], Synopsis of the arrangement of the preparations in the Museum of the Royal College of surgeons of England, Londres : Taylor, 1845, p. 82. À comparer aux seize mille six cent soixante-cinq éléments énumérés dans le catalogue de la Galerie de Cuvier établi par Valenciennes et Pentland (Catalogue des préparations anatomiques..., op. cit.), datant de 1832, chiffre qui était passé à vingt et un mille neuf cent trente-trois éléments en 1866 dans “Anciennes galeries d’anatomie comparée” (Archives, Laboratoire d’anatomie comparée, note en tête du catalogue de la Salle I).

51 Dans son récit rétrospectif de 1866, Owen raconte comment il revint de son voyage à Paris en 1831 “dirigé dans tout [son] travail par l’espoir ou l’effort de gagner inductivement du terrain quant aux conclusions de ces grandes questions” : cf. Owen (Richard), On the anatomy of vertebrates..., op. cit., vol. III, p. 788.

52 Ibid. : “la tâche de classer et de cataloguer la partie ostéologique du Hunterian Museum [qui] me poussa à reconsidérer les conclusions de Cuvier auxquelles j’avais auparavant adhéré. Pour faire la preuve de l’existence d’une organisation commune, je constatai que l’artifice d’un archétype d’animal vertébré était aussi essentiel que l’avait été pour Goethe celui de l’archétype végétal pour exprimer des idées analogues”. Owen donne une impression légèrement trompeuse dans cette citation. Le catalogue ostéologique avait été achevé et imprimé dès février 1831, avant sa visite à Paris : cf. Owen (Richard), “Notes relating to the Gallery Catalogue, 1831”, arch. cit. Cependant, les administrateurs relevèrent à leur réunion de mai que, bien que le catalogue ait été achevé et imprimé, le matériel lui-même n’avait pas encore été arrangé en conséquence et ils recommandaient la poursuite du travail sur cet aspect de la collection ostéologique (ibid., Réunion du 7 mai, fol. 194). C’est à l’achèvement de cette réorganisation après son retour qu’il se réfère ici.

53 Sur l’histoire complexe de l’idée de l’archétype d’Owen, voir Rupke (Nicolaas), “Richard Owen’s vertebrate archetype”, Isis, no 84, 1993, pp. 231-251. Quoique, comme le démontre Rupke de façon convaincante, Owen n’ait pas développé cette notion, ni employé la théorie transcendantale allemande pour l’expliquer, avant le milieu des années 1840, il avait clairement à l’esprit la possibilité d’un plan unificateur restreint dans les années 1830. Voir Sloan (Phillip R.), Richard Owen : the Hunterian lectures..., op. cit., pp. 112, 149 et 202 et la découverte récente d’un cours sur le système squelettique provenant de la série des cours Hunter de 1837 édité par Padian (Kevir), “A missing Hunterian lecture on vertebrate by Richard Owen, 1837" Journal of the history of biology, no 28, 1995, pp. 333-368.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - L’ancien couvent annexé au Muséum en 1794. Le Cabinet de Cuvier forme l'aile sud, avec son appartement attenant à l’ouest. L’amphithéâtre apparaît à gauche et une partie de la Ménagerie à droite. Source : Bernard (Pierre), Couailhoc (L.), Lemaout (G.), Lemaout (E.), Le Jardin des plantes : description complète, historique et pittoresque du Muséum d'Histoire naturelle, Paris : Curmer, 1842, vol. I.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende FIG. 2 - Illustration de l’intérieur de la salle de la Baleine du Cabinet de Cuvier, rez-de-chaussée.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende FIG. 4 - Les Séries physiologiques de Hunter, 1818.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende FIG. 5 - Dessin par William Clift de l'intérieur de la Galerie originale du Hunterian Museum, Royal College of surgeons, vers 1834. Source : Bibliothèque du Royal College of surgeons, Londres.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende FIG. 6 - Esquisse par T.H. Shepherd de la principale Galerie de physiologie du Hunterian Museum, vers 1845. Richard Owen est très probablement le personnage en toge qui guide la visite. Les grandes vitrines du parterre central étaient inspirées de celles du Muséum de Cuvier. La Série pathologique se trouvait dans un muséum plus petit à l'ouest. Source : Bibliothèque du Royal College of surgeons, Londres.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1786/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Légende FIG. 7 - Les Séries physiologiques. Réorganisation Owen-Clift 1830-1833.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1786/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Université de Notre-Dame, Indiana, États-Unis

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540