Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Le Muséum et le monde

L’Histoire d’un manuscrit allemand du Muséum : “la Diss[ertatio] contra Buff[onem]” de Georg Forster

Gerhard H. Müller

Note de l’éditeur

Müller, G. H., 1997. L'Histoire d’un manuscrit allemand du Muséum : “la Diss[ertatio] contra Buffo[onem]” de Georg Forster, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 581-589. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Roger (Jacques), Œuvres philosophiques de Buffon, [texte établi et présenté par Piveteau (Jean), a (...)

1On trouve répertorié dans le gros volume sur Buffon du Corpus général des philosophes français1 un manuscrit du fonds Forster qui intéresse tout d’abord par la mention d’enregistrement : “Dissertatio contra Buffonem. Le titre “Diss. contra Buff.” est d’une autre main que le manuscrit, dont le titre réel est “Nachtrag einiger Bemerkungen über die Abhandlung von den Thieren beider Continente” (Supplément de quelques remarques sur le discours des animaux des deux continents). Manuscrit en langue allemande, en écriture gothique, de 23 ff. écrit au verso seulement, sauf le 1er fol. Anonyme et non daté. Critique générale des théories de Buffon sur l’histoire de la terre et critique particulière des théories sur les rapports des animaux de l’Amérique et de l’Afrique. Références aux Suppléments à l’Histoire naturelle, tome V, et aux Époques de la nature, longuement analysées”.

  • 2 Je suis très reconnaissant à M. le Conservateur en chef du Muséum qui m’a communiqué des détails s (...)
  • 3 Surtout Gilli (Marita), Georg Forster : l’œuvre d’un penseur allemand réaliste et révolutionnaire, (...)

2Une critique de Buffon, un sujet biogéographique du XVIIIème siècle et, comme il s’avéra bientôt, écrit de la main de Georg Forster, voyageur et naturaliste bien connu, sont autant de raisons pour nous intéresser à ce manuscrit2, dont d’autres ont déjà fait de brèves mentions dans le passé3.

  • 4 Akademie der Wissenschaften der DDR (sous la dir.), Georg Forsters Werke : Sämtliche Schriften, Ta (...)

3Il nous faut avant tout mettre en relation les personnages concernés ou plutôt décrire combien Georg Forster devait à Buffon et combien il était influencé par l’œuvre et les idées de Buffon. Pour ce faire, nous disposons des journaux, des correspondances et des écrits, surtout les écrits mineurs de Forster qui sont disponibles pour la majeure partie dans l’édition standard4 de l’ancienne Académie des sciences de la République démocratique allemande d’autrefois.

FIG. 1 - 1ere page du manuscrit de Forster (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 187).

  • 5 Hoare (Michael Edward), The Tactless philosopher : Johann Reinhold Forster (1729-1798), Melbourne  (...)
  • 6 Gazette nationale, ou le Moniteur universel, no 119, 29 nivôse l’an II [18 janvier 1794], p. 478. (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

4Pour caractériser Johann Georg Adam Forster, fils du “tactless philosopher”5 Johann Reinhold Forster (1729-1798), il suffit d’emprunter quelques lignes à la nécrologie qu’a fait insérer son ami le juriste Philipp Jakob Christoph von Haupt (1745-1799) dans la Gazette nationale, ou le Moniteur universel, lors de la mort prématurée de Forster survenue le 10 janvier 1794 à Paris : “à l’âge de douze ans il passa en Angleterre, et il n’avait pas encore atteint sa dix-neuvième année lorsqu’il s’embarqua avec Cook pour le second voyage autour du monde [...] qui dura de juin 1772 jusqu’au juillet 1775. De retour, Forster en publia le récit en anglais et en allemand, et il fit si bien que l’histoire de son voyage devint un ouvrage classique [...], soit qu’on le considère par rapport au style, soit [...] par rapport à la géographie, et aux connaissances naturelles”6. La disgrâce du gouvernement britannique “obligea Forster de quitter l’Angleterre et de se retirer en France, où il fut accueilli par Buffon et Daubenton, qui se plurent à planter de nouvelles connaissances dans un si riche terrain”7. En 1778 il accepta un emploi de professeur d’histoire naturelle à Kassel et en 1784 reçut une nomination à l’université polonaise de Vilna. Ajoutons entre parenthèses qu’il s’est marié en 1785 et qu’il fut reçu docteur en médecine — après avoir initié son activité comme titulaire de la chaire à Vilna — pendant son voyage de noces à Halle. Pourtant “Forster ne pouvait pas se plaire longtemps dans un pays à moitié barbare, et où la liberté expirait sous les intrigues de la Prusse et la Russie”8.

  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.
  • 11 Akademie der Wissenschaften der DDR (sous la dir.), Georg Forsters Werke..., op. cit., vol. XVII, (...)

5C’est ainsi qu’il devint, en 1788, bibliothécaire à l’université de l’électorat de Mainz (Mayence) où un peu plus tard “les légions victorieuses de la république s’en emparèrent”9. Et “Forster devait embrasser avec enthousiasme une révolution qui rend à l’homme ses droits et son bonheur. |... ] La Convention nationale de Mayence le députa vers celle de France pour la réunion. Le siège et la prise de Mayence survinrent pendant son séjour à Paris”10 où il mourut, ayant perdu sa fortune et ses manuscrits, et après avoir demandé un poste à la Bibliothèque nationale par l’entremise du libraire Onfroy auprès du ministre de l’Intérieur ; ce poste fut cependant conféré à un autre11.

  • 12 “Ein Blick in das Ganze der Natur [Regard sur l’ensemble de la nature]”, 1781 ; “De la félicité de (...)

6Grâce à son père, Georg Forster avait de profondes connaissances des ouvrages de Buffon ; on considère comme vraisemblable que les volumes de l’Histoire naturelle générale et particulière aient fait le tour du monde avec les deux Forster. Outre son expérience plus tardive de traducteur, c’est de là que Forster tire de nouvelles expériences concernant une vue, une philosophie et une histoire de la nature. Il en donne de premiers et importants renvois dans l’introduction à son voyage autour du monde, dont la première édition allemande fut publiée entre 1778 et 1780, avant de les formuler explicitement plus tard dans quatre articles et communications des années 1781, 1782, 1784 et 178512. Dans l’introduction il explique que son père avait été employé en tant qu’expert de la nature, non pas pour sécher des mauvaises herbes et pour attraper des papillons, mais bien parce que le gouvernement britannique s’attendait à une histoire philosophique du voyage, sans préjugé, dans laquelle devaient être démontrées les découvertes, par égard à l’histoire de l’homme et à la connaissance de la nature en général, sans se soucier des systèmes arbitraires. Il s’agissait donc d’innover en créant un nouveau genre de récit de voyage.

  • 13 Steiner (Gerhard) (sous la dir.), Georg Forster : Reise um die Welt, Frankfurt am Main : Insel, 19 (...)
  • 14 Par ex. Müller (Gerhard H.), ““Wechselwirkung” in the life and other sciences : a word, new claims (...)
  • 15 Voir Jahn (Ilse), “Scientia Naturae : Naturbetrachtung oder Naturwissenschaft ?”, in Georg Forster (...)

7Forster, dans un langage littéraire difficile à rendre en français, parle des philosophes de son siècle qui, déçus par des systèmes qu’ils construisaient en faisant confiance à des auteurs douteux, n’exigeaient à la fin que des faits purs et nets. Par la suite, on les comblait de faits mais cette grande accumulation variée de chaînons détachés ne constitua jamais un tout. Selon Forster, il fallait à la fois de l’exactitude pour les détails et de la perspicacité pour les réunir dans le but d’en tirer des conséquences générales. Cela correspond bien à l’esprit de Buffon qui, selon les mots de Gerhard Steiner, éditeur des œuvres de Georg Forster, séparait l’histoire naturelle des influences d’une théologie positive, la sortait de la simple compilation et de l’enregistrement pour concentrer la vue sur le tout de la nature comme unité de l’organique et de l’inorganique avec l’homme au centre13. Par conséquent on étudiera désormais la vie organique dans son environnement et les réciprocités qui en résultent : c’est le début du concept fertile des “Wechselwirkungen” sur lequel j’ai par ailleurs écrit à plusieurs reprises14. On aura plus de détails sur ces aspects de la pensée forsterienne parce que l’on s’est récemment occupé des manuscrits des cours de Forster à Vilna et à Mayence pour comprendre davantage les questions épistémologiques que Forster s’était posées, notamment sur la “scientia naturae”15.

  • 16 Akademie der Wissenschaften der DDR (sous la dir.), Georg Forsters Werk..., op. cit., vol. XII, p. (...)

8Forster a personnellement rencontré Buffon le 7 octobre 1777 lors d’un voyage à Paris avec son ami Karl Heinrich Titius (1744-1813), plus tard devenu inspecteur du cabinet d’histoire naturelle à Dresde ; le but du voyage aurait été la vente de pièces de la collection du grand voyage et peut-être la tentative d’édition d’un ouvrage concernant ce voyage. Forster décrit le rendez-vous avec Buffon dans un journal en anglais : “he is old, and wrinkled, and a thin man, but has vivacity and sprightliness, and is fond of making puns in his own language”16. À Buffon, qu’il rencontra régulièrement, il fit cadeau d’une collection de plantes avec une description, à savoir un catalogue de la collection du fonds Forster du Muséum, avec pour titre : Catalogue d’un herbier rapporté des îles de la mer australe par M. Forster et cédé à M. le comte de Buffon pour le Cabinet du roi, en novembre 1777 (Ms. 189).

9Dès août 1778 Forster apprit à Londres qu’il devait continuer à traduire quelques uns des volumes de l’Histoire naturelle des quadrupèdes de Buffon, soit parce qu’il s’est adressé lui-même au libraire Joachim Pauli (1731-1791 ( ?)) de Berlin, soit qu’on lui ait proposé. Il accepte, parce qu’il travaillait pour gagner son pain, du pain, comme il disait, mouillé de larmes. En lisant ses lettres on comprend bien en effet combien il avait besoin, à cette période, de travailler.

  • 17 Ibid., vol. XIII, p. 323.

10Les volumes un à cinq de l’édition allemande des quadrupèdes avaient été traduits par le médecin et naturaliste Friedrich Heinrich Wilhelm Martini (1729-1778), fondateur et secrétaire perpétuel de la Gesellschaft Naturforschender Freunde à Berlin. Martini était mort en juin 1778 et Forster devait s’occuper des volumes six et sept. Intéressons nous maintenant au manuscrit en question : à mon avis, il devait faire partie du volume sept que Forster ne finira pas, mais auquel il travaillait encore en juillet 1780, avant de dénoncer sa collaboration avec Pauli en 1781. Il semble qu’il n’ait pas travaillé aussi vite que le libraire l’attendait. Forster estime en effet dans une autre lettre qu’il n’a pas “gribouillé” assez vite au goût de l’éditeur et plus précisément en français dans une lettre à Petrus Camper du 3 avril 1781 : “c’est même avec plaisir que je puis vous annoncer aujourd’hui, que mon libraire trouvant que je ne travaillais pas à la toise, c’est-à-dire que je ne faisais pas des livres aussi vite que mon prédécesseur, feu M. Martini, m’a rompu en visière, et s’en est allé choisir un traducteur de Buffon, plus prolifique et moins scrupuleux”17 ; cet autre traducteur était un certain Bernhard Christian Otto, naturaliste à Berlin, qui édita le volume sept de cette édition allemande.

  • 18 Ibid., p. 213.
  • 19 Voir le compte rendu dans les Frankfurter gelehrte Anzeigen, no 67 et 68, 1781, pp. 529-532 et 763 (...)
  • 20 “Goethe à Merck le 7 avril 1780”, [trad. de Gerhard H. Müller], Goethes Werke : Weimarer Ausgabe, (...)
  • 21 Kober (Leopold), “Goethes Roman über das Weltall und die moderne Geologie”, Chronik des Wiener Goe (...)

11La rédaction du manuscrit de Forster date, en toute vraisemblance, de 1779 ou 1780, puisqu’il cite, en note et dans le texte, les Époques de la nature, parues en 1778, pour en informer les lecteurs. Forster avait entendu parler de ce livre dès août 1778 et l’attendait impatiemment de l’éditeur Charles Joseph Panckoucke (1736-1798) de Paris qui cependant n’a rien envoyé, ce qui poussa Forster en juin 1779 à le traiter d’“espèce d’âne”18. Il s’intéresse tout de suite à une traduction en anglais, mais craint fort de ne pas réussir à cause de la guerre d’indépendance américaine. Néanmoins il doit avoir eu en main les Époques de la nature à partir de juin 1779 et il pense — comme il l’écrit folio sept du manuscrit — en faire une traduction en allemand, qui ne fut non plus réalisée, sûrement à cause de la rupture avec l’éditeur Pauli. Il faut dire entre parenthèses qu’une traduction allemande est parue en 1781 et 1782 à Petersbourg19 mais, à ce que je sache, on ignore le nom du traducteur. Et finalement, Forster n’aimait pas trop ces Époques de la nature ! Bien que les Époques de la nature en particulier ne servent qu’à renforcer les critiques de Forster dans le manuscrit, il faut renvoyer aux nombreux témoignages de son opinion et de son opposition que l’on trouve dans sa correspondance ; ceci pourrait faire l’objet d’une autre communication dont on trouve d’ailleurs une analyse dans un sous-chapitre de la thèse de Marita Gilli sur Forster. Il est néanmoins intéressant de noter qu’il appelle le livre à plusieurs reprises “un roman de l’histoire naturelle”. On a pas encore pris en considération que le poète et naturaliste Goethe passa quelques jours, du 14 au 16 septembre 1779, à Kassel. Or, vu le grand engagement de Goethe en matière de géologie, on a certainement parlé de ce nouveau livre ; Goethe en mentionne la lecture dans ses lettres et journaux dès octobre 1779. D’ailleurs il estime plutôt les Époques de la nature, les considère excellentes et ne supporte pas qu’on les qualifie d’hypothèse ou de roman : “il est plus facile de le dire que de le démontrer ; que personne ne dise quelque chose contre ce roman sauf celui qui puisse faire un plus grand, un plus cohérent tout. Il me semble que le livre ne contienne moins d’hypothèses que le premier chapitre de Moise”20. En fait, on sait que Goethe lui-même avait poursuivi pendant de longues années le plan de rédiger un grand roman de l’univers21.

  • 22 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragmente aus Paris im IVten Jahr der Französischen Republik, Ham (...)
  • 23 Herrn von Büffons Naturgeschichte der vierfüßigen Thiere. Mit Vermehrungen aus dem Französischen ü (...)

12Le manuscrit encore inédit, mais qui trouvera une place dans un des futurs volumes de l’Akademie-Ausgabe, faisait partie de ceux que Forster demandait à sa famille de lui envoyer à Paris via Bâle et qui n’arrivèrent qu’après sa mort. Il fut entre les mains d’Antoine-Laurent de Jussieu, chargé de la surveillance de la bibliothèque du Muséum et qui regretta de ne pas comprendre l’allemand22. En traduisant les textes de Buffon, Forster s’était proposé d’ajouter des notes explicatives, des modifications qui étaient dues à sa lecture d’autres œuvres de Buffon et non pas en général d’une attitude critique de sa part (ainsi il s’exprime dans la préface à la traduction du volume VI (édition allemande) de l'Histoire naturelle des quadrupèdes)23. C’est là le moment de critiquer Forster lui-même : il s’avère peut-être peu historique en voulant inclure dans une seule traduction des résultats du même auteur ou d’autres auteurs des décennies plus tard ! Et on peut bien imaginer l’énervement d’un éditeur confronté à ce problème.

13Dans ce sens tout le manuscrit est un appendice supplémentaire, interprétatif et critique d’un chapitre que Forster venait de traduire (il parle du “mémoire précédent”), à savoir “Animaux communs aux deux mondes” qui faisait suite aux articles “Animaux de l’ancien continent” et “Animaux du nouveau monde” dans le tome neuvième de la première édition de l’Histoire naturelle de 1761 de Buffon.

  • 24 Buffon (Georges), Flourens (Pierre), Cuvier (Georges), Œuvres complètes de Buffon avec la nomencla (...)
  • 25 Flourens (Pierre), “Revue des éditions de Buffon. Cinquième article : Distribution des animaux sur (...)

14Il s’agit là bien sûr, comme dans les autres mémoires du tome neuvième, “de la grande idée développée par Buffon du rapport des espèces et des climats, ou de ce que nous nommons aujourd’hui la géographie zoologique”, selon les termes de Flourens24 dans son édition des œuvres complètes de Buffon de 1853-1855, et qui, dans un article précédant25, qualifia “les idées de Buffon touchant la distribution des animaux sur le globe” d’“idées de génie”.

15Sans vouloir entrer dans les détails spécifiques et aussi techniques du manuscrit par rapport à leurs valeurs pour l’histoire de la biogéographie, géologie, paléontologie etc. du XVIIIème siècle qui, après une analyse plus fine, auraient mérité d’être élaborées ailleurs, il suffit de dire que Forster cherchait à formuler ses propres doutes envers quelques conclusions et hypothèses de Buffon. Selon l’opinion de Forster, ces dernières sont d’autant plus difficiles à découvrir qu’on “glisse de manière voluptueuse et grise en vue de l’éloquence coulante, inimitable pour le traducteur, entre d’innombrables images d’une fantaisie constante” et dans l’habilité à composer des ensembles et à y intégrer les plus petits détails. Mais après réflexion, il doit constater que “ce n’est que par la suite ou bien par des remarques qui ne peuvent tromper qu’on se rend compte que tout ne se passe pas comme l’hypothèse le voudrait et on commence à douter”. Forster n’est pas critique pour la critique même ; c’est pour lui plutôt une question de méthode. Ainsi il s’explique dans une note : “ce que je dirai ici contre les hypothèses de M. de Buffon ne s’oppose pas à sa première idée, mais simplement aux moyens qu’il pense nécessaire à son interprétation”.

  • 26 “Animaux communs aux deux continents”, in Buffon (Georges), Histoire naturelle, générale et partic (...)

16Pour en donner un exemple avant de conclure : concernant l’influence du climat sur la couleur des hommes Forster cite, en allemand, le passage suivant de Buffon qui, dans le texte original, est ainsi rédigé : “que les nègres de Nigritie [Nigéria] et ceux de la côte occidentale de l’Afrique sont les plus noirs de tous, parce que ces contrées sont situées de manière que la chaleur y est constamment plus grande que dans aucun autre endroit du globe, le vent d’est avant d’y arriver ayant à traverser des trajets de terres immenses”26. À quoi Forster objecte que les habitants de la côte orientale d’Afrique devraient être moins noirs, puisque le vent marin y est encore frais. Et Buffon aurait dû citer des preuves tirées des récits de voyage, ce qu’il ne faisait pas. Forster conclut : “ces faits-là ne me donnent-ils pas droit de douter de l’influence du climat sur la couleur ? Qu’on enlève tous les jugements partiaux qui reposent sur des remarques (observations) particulières ! Je suis loin de croire que le climat n’ait pas d’influence sur les hommes, [...] mais la seule chaleur ne peut être la cause pour teindre les tissus”.

Notes

1 Roger (Jacques), Œuvres philosophiques de Buffon, [texte établi et présenté par Piveteau (Jean), avec la collab. de Maurice Fréchet et Charles Bruneau], Paris : PUF, 1954, p. 520 (Corpus général des philosophes français : auteurs modernes ; 41.1).

2 Je suis très reconnaissant à M. le Conservateur en chef du Muséum qui m’a communiqué des détails sur l’état du manuscrit : “le papier est très jauni, l’encre de mauvaise qualité et l’écriture est de petit module”.

3 Surtout Gilli (Marita), Georg Forster : l’œuvre d’un penseur allemand réaliste et révolutionnaire, 1754-1794, [thèse de l’Université de Paris X, 1974], Lille : Atelier de reproduction des thèses ; Paris : Diff. H. Champion, 1975, 701 p.

4 Akademie der Wissenschaften der DDR (sous la dir.), Georg Forsters Werke : Sämtliche Schriften, Tagebücher, Briefe, Berlin : Akademie-Verlag, 1958 sq.

5 Hoare (Michael Edward), The Tactless philosopher : Johann Reinhold Forster (1729-1798), Melbourne : Hawthorn Press, 1976, X-419 p.

6 Gazette nationale, ou le Moniteur universel, no 119, 29 nivôse l’an II [18 janvier 1794], p. 478. Cité d’après Akademie der Wissenschaften der DDR (sous la dir.), Georg Forsters Werke..., op. cit., vol. XVII, pp. 799-801.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Akademie der Wissenschaften der DDR (sous la dir.), Georg Forsters Werke..., op. cit., vol. XVII, pp. 451, 481 et 771-772.

12 “Ein Blick in das Ganze der Natur [Regard sur l’ensemble de la nature]”, 1781 ; “De la félicité des êtres physiques”, 1782 ; “Der Brotbaum [L’arbre à pain]”, 1784 ; “Limites historiae naturalis”, 1785. Se sont occupés d’une analyse de ces écrits surtout Gilli (Marita) : Georg Forster : l’œuvre d’un penseur allemand..., op. cit., mais aussi Uhlig (Ludwig), Georg Forster : Einheit und Mannigfaltigkeit in seiner geistigen Welt, Thèse de l’Université de Tübingen, 1965 et Ramakers (Günter), “Georg Forster (1754-1794)”, Geographisches Taschenbuch und Jahrweiser für Landeskunde, 1977-1978, pp. 149-164.13. Forster (Georg), Steiner (Gerhard) (sous la dir.), Werke in vier Bänden. Bd. I : Reise um die Welt, Frankfurt am Main : Insel, 1967, p. 1036.

13 Steiner (Gerhard) (sous la dir.), Georg Forster : Reise um die Welt, Frankfurt am Main : Insel, 1983, p. 1036.

14 Par ex. Müller (Gerhard H.), ““Wechselwirkung” in the life and other sciences : a word, new claims and a concept around 1800... and much later”, in Poggi (Stefano), Bossi (Maurizio), (sous la dir.), Romanticism in science : science in Europe, 1790-1840, Dordrecht ; Boston : Kluwer Academic publishers, 1994, pp. 1-14 (Boston studies in the philosophy of science ; vol. CLII).

15 Voir Jahn (Ilse), “Scientia Naturae : Naturbetrachtung oder Naturwissenschaft ?”, in Georg Forster in interdisziplinärer Perspektive, des Internationalen Georg Forster symposium, Kassel, April 1993, Berlin : Akademie Verlag, 1994.

16 Akademie der Wissenschaften der DDR (sous la dir.), Georg Forsters Werk..., op. cit., vol. XII, p. 15.

17 Ibid., vol. XIII, p. 323.

18 Ibid., p. 213.

19 Voir le compte rendu dans les Frankfurter gelehrte Anzeigen, no 67 et 68, 1781, pp. 529-532 et 763-765.

20 “Goethe à Merck le 7 avril 1780”, [trad. de Gerhard H. Müller], Goethes Werke : Weimarer Ausgabe, t. IV, no 4, p. 202.

21 Kober (Leopold), “Goethes Roman über das Weltall und die moderne Geologie”, Chronik des Wiener Goethe-Vereins, no 52-53, 1949, pp. 81-85 ; Kanajew (Iwan Iwanowitsch), “Goethe und Buffon”, Goethe : neue Folge des Jahrbuchs der Goethe-Gesellschaft, no 33, 1971 pp. 157-177.

22 Meyer (Friedrich Johann Lorenz), Fragmente aus Paris im IVten Jahr der Französischen Republik, Hamburg : Karl Ernst Bohn, 1798, vol. II, p. 54. Voir aussi Geiger (Ludwig), “Georg Forsters litterarischer Nachlass”, Zeitschrift für Deutsches Alterthum und Deutsche Litteratur, no 22 (N.F 10), 1878, pp. 307-310.

23 Herrn von Büffons Naturgeschichte der vierfüßigen Thiere. Mit Vermehrungen aus dem Französischen übersetzt, Berlin : Pauli, 1780.

24 Buffon (Georges), Flourens (Pierre), Cuvier (Georges), Œuvres complètes de Buffon avec la nomenclature linnéenne et la classification de Cuvier [Revues sur l’édition in-4o  de l’Imprimerie royale et annotées par M. Flourens]. Tome III : Les Quadrupèdes, Paris : Garnier frères, 1853-1855, p. 1.

25 Flourens (Pierre), “Revue des éditions de Buffon. Cinquième article : Distribution des animaux sur le globe”, Journal des savants, novembre 1843, p. 655.

26 “Animaux communs aux deux continents”, in Buffon (Georges), Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du Cabinet du roi, Paris : [s.n.], 1761, t. IX, p. 44, n. 24.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - 1ere page du manuscrit de Forster (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 187).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k

Auteur

Université Nancy II, France

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540