Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Le Muséum et le monde

Le Muséum et le monde

Pietro Corsi

Texto completo

1Les rapports du Muséum avec l'Europe et le monde savant à l'époque de sa fondation couvre un vaste thème, très rarement abordé. Les essais qui suivent offrent des échantillons de recherche ponctuelle et indiquent quelques problématiques à aborder pour illustrer un chapitre d'une très grande importance dans l'histoire des sciences de la vie des deux dernières siècles.

2L'importance et le centralisme de l'institution parisienne dans les sciences naturelles s'affirme déjà sous la direction de Buffon : la renommée internationale de ses ouvrages, la création d'un réseau mondial de correspondants pour alimenter et enrichir ses collections et ses descriptions de la nature, le travail continuel d'expansion et de rénovation des bâtiments et l'augmentation du personnel chargé des différents départements sont autant d'éléments qui font du Jardin des plantes la plus connue des institutions dédiées aux sciences naturelles de la deuxième moitié du XVIIIème siècle. Comme en témoignent les contributions de José-Luis Peset et de Gerhard Müller, le Jardin devient le point de référence obligatoire pour les naturalistes européens chargés par leurs princes d'établir des institutions semblables dans leurs États, mais aussi pour les jeunes passionnés par l'étude de la nature et par la perspective d'y trouver un salaire et une promotion sociale. Une visite au Jardin de plantes pouvait aider de plusieurs façons la carrière d'un naturaliste ou d'un administrateur public intéressé par les sciences naturelles : en quelques semaines, on pouvait examiner des collections très vastes ; en quelques heures, on pouvait espérer gagner la sympathie et le patronage de Buffon, ou de quelques-uns de ses collaborateurs. La protection d'un Daubenton, d'un Tournefort, d'un Jussieu ou d'un Thouin pouvait se révéler précieuse dans l'Europe savante des dernières décennies de l'Ancien Régime.

3La transformation en Muséum national d'Histoire naturelle et les triomphes des armées révolutionnaires et napoléoniennes, ne firent qu'augmenter le prestige et le pouvoir d'attraction de l'institution parisienne. Ses collections, enrichies par des donations plus ou moins volontaires de la part des pays conquis ou alliés et par les échantillons amassés dans plusieurs voyages de découverte, confèrent aux professeurs du Muséum un monopole virtuel sur le monde naturel. L'immense capital de connaissances déposé dans les galeries et les cabinets donne une nouvelle ampleur à la politique d'échanges d'informations et de spécimens déjà inaugurée par Buffon. Sa situation centrale permet à Cuvier, comme Martin Rudwick le montre bien dans sa contribution, de doubler le musée réel d'un museum cartaceum, composé de lettres, de dessins, de gravures envoyés par un vaste réseau de correspondants. C'est aussi autour du Muséum que se développe un système d'achat, de vente, d'échange de spécimens dont on connaît encore très mal le fonctionnement et même les acteurs. Lamarck et Latreille, Haüy et Cuvier occupaient l'échelon le plus haut du marché de spécimens, au point que des contemporains faisaient remarquer que les professeurs du Muséum oubliaient souvent les limites entre leur propre collection et celle qui leur était confiée.

4Visiteurs et correspondants apprenaient très vite, comme les naturalistes français s'en aperçurent à partir des années 1810-1820. Phillip Sloan décrit les rapports d'imitation-compétition entre la Galerie d'anatomie comparée de Georges Cuvier et le Museum of comparative anatomy légué par John Hunter au College of surgeons de Londres, dont Richard Owen (connu comme "le Cuvier Anglais") devint le responsable. Il ne serait pas correct de dire que l'élève surpassa le maître : il est pourtant certain qu'en 1841, lors de sa visite à Paris, le naturaliste américain Jeffries Wyman — dont Toby Appel nous parle dans sa communication — trouva les collections de Cuvier dans un état d'abandon, tandis que le muséum londonien était devenu le plus important d'Europe, avec ses vingt-deux mille neuf cent dix préparations et spécimens. À partir des années 1830, des visiteurs écossais, allemands et italiens remarquaient eux aussi le déclin relatif de l'institution parisienne vis-à-vis des musées anglais et des laboratoires allemands.

5Si le modèle institutionnel du Muséum était destiné à subir les conséquences de son propre succès, l'héritage intellectuel et théorique du travail de ses professeurs se montra beaucoup plus résistant au passage du temps. Il est important de souligner que les débats sur l'histoire et les sciences naturelle au XIXème siècle — mais aussi au XXème — dépassaient la dimension des pratiques scientifiques, des réseaux de correspondants, du système de patronage, pour acquérir des dimensions philosophiques, politiques et idéologiques plus vastes et aux yeux de l'opinion publique contemporaine, plus importantes. Je souligne dans mon article l'intérêt d'une étude systématique de la diffusion des idées de Lamarck en Europe à partir des toutes premières années du XIXème siècle. Il s'agit d'un processus de traduction, d'adaptation et parfois — sinon toujours — de transformation profonde de la pensée lamarckienne dans les climats intellectuels et scientifiques les plus différents, de l'Italie à l'Angleterre, des États-Unis à la Russie. L'exemple italien que j'évoque, tiré des tous premiers débats sur Lamarck dans les années 1810-1820, est doublé dans l'article de Toby Appel par l'analyse des rapports entre des néo-lamarckiens américains comme Alpheus Hyatt et Alpheus S. Packard et la tradition de recherche du muséum parisien, représentée à Harvard par Louis Agassiz et son collègue Jeffries Wyman.

6En conclusion, la question des rapports entre le Muséum et le développement des sciences naturelles contemporaines reste encore ouverte, même si, grâce aux essais ici recueillis, de nouvelles et prometteuses pistes de recherche se trouvent nettement esquissées.

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.