Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Récits et spectacles de l'histoire naturelle

Stratégies de la preuve dans les Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes de Cuvier

Claudine Cohen

Note de l’éditeur

Cohen C., 1997. Stratégies et rhétorique de la preuve dans les Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes de Cuvier, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 523-539. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Blanchard (François), L'Institution de la paléontologie au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris en (...)

1Si le mot paléontologie naît en 1822 sous la plume d’Henry Ducrotay de Blainville, si la première chaire de paléontologie est créée au Muséum d’Histoire Naturelle pour Alcide d’Orbigny en 18531, c’est à Cuvier qu’il revient d’avoir édifié au cours des premières décennies du XIXème siècle, le premier corpus de savoir et de preuves rendant possible, à partir de la reconnaissance d’espèces éteintes, la reconstitution des mondes disparus.

  • 2 Buffon (Georges), Les Époques de la nature, [1ère éd. 1778], éd. critique de Jacques Roger, Paris  (...)
  • 3 Blumenbach (Johann Friedrich), Handbuch für Naturgeschichte, Göttingen : H. Dietrich, 1807.

2L’œuvre de Cuvier est la pierre angulaire d’une réflexion sur les procédures de preuve en paléontologie : Cuvier est généralement considéré comme le fondateur de cette discipline et il a mis en œuvre, dès la fin du XVIIIème siècle, des procédures pratiques et des principes théoriques pour reconstituer le passé préhistorique de la Terre et de la vie. À partir de 1796, il met en lumière l’existence de Vertébrés éteints, montrant qu’ils différent de façon irréductible des espèces actuelles. Certes, Cuvier n’était pas le premier à admettre l’existence d’espèces “perdues”. Avant lui, Buffon, dans ses Époques de la nature publiées en 17782, et Blumenbach, dans son Manuel d’histoire naturelle, dont plusieurs éditions sont successivement publiées à partir de 17793, avaient fait le même constat. Mais les quatre volumes monumentaux des Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes publiés en 1812, précédés du “Discours préliminaire” définissant le cadre épistémologique et narratif de ces études, représentaient une importante somme de démonstration et de savoir, que Cuvier avait accumulée près de deux décennies durant. Depuis son premier Mémoire sur des espèces d’éléphants vivantes et fossiles, lu devant l’Académie des sciences de Paris en 1796, Cuvier avait donné à l’étude du passé préhistorique des êtres vivants un statut particulier, à l’intersection de la géologie, de la zoologie, de l’anatomie comparée et de l’histoire. Le “Discours préliminaire” de 1812 invoque les noms de Copernic, Laplace et Newton et, faisant de la physique et de l’astronomie des modèles pour son propre travail, Cuvier définit des lois et des mesures quantifiées pour la reconstitution des espèces éteintes. Mais il se présente aussi comme un “antiquaire d’une nouvelle espèce”, un historien d’un genre nouveau. Il définit ainsi le statut épistémologique particulier de la discipline qu’il fonde, revendiquant à la fois pour elle le statut d’une véritable science et la nécessité de faire usage de méthodes indirectes et conjecturales pour la reconstitution du passé à partir des vestiges fragmentaires et épars de son histoire.

  • 4 Whewell (William,) History of the inductive sciences from the earliest to the present time, A new (...)

3En proposant ici l’esquisse d’une étude des stratégies de preuve dans l’œuvre paléontologique de Cuvier, on envisagera la question de la preuve scientifique non seulement du point de vue épistémologique des procédures de pensée et de démonstration à l’œuvre dans une discipline scientifique particulière, mais aussi du point de vue des procédures matérielles, pratiques, discursives de leur administration. On donnera ici au mot “stratégie” une signification double. Ce terme se réfère, d’une part, aux procédures de preuve propres aux disciplines dont le but est de reconstruire la totalité d’une histoire passée à partir de vestiges épars et incomplets — sciences inductives particulières qui requièrent des méthodes conjecturales, indirectes et parmi lesquelles le géologue anglais William Whewell classera, non seulement la paléontologie, mais aussi la géologie et l’histoire4. D’autre part, le terme “stratégies” désignera aussi les procédures de persuasion par lesquelles Cuvier, en présentant ses preuves, tente d’emporter l’adhésion de ses lecteurs et construit, aux premiers temps de l’histoire de cette discipline, sa propre image de fondateur d’une nouvelle science. C’est dire qu’il ne s’agira pas ici de réduire le regard sur le scientifique à une “sociologie des pratiques”, mais d’affronter le difficile problème de l’articulation d’une épistémologie et d’une histoire, au heu même où se constitue la vérité scientifique : les procédures de l’administration de preuve.

4L'étude des Ossements fossiles de Cuvier nous conduira à prendre en compte trois aspects différents qui convergent pour constituer le savoir qu’il entend fonder : d’une part, les moyens pratiques par lesquels les objets fossiles sont constitués comme “faits”, c’est-à-dire comme documents d’une histoire de la Terre et des êtres vivants. D’autre part, les procédures conceptuelles et les cadres théoriques par lesquels Cuvier propose de reconstituer les mondes disparus. Enfin, les procédures discursives, ou plus largement rhétoriques, par lesquelles les preuves et les démonstrations sont présentées, selon une double stratégie qui vise à la fois à persuader et à construire sa propre image de fondateur.

La constitution des “faits” paléontologiques

5Depuis la fin du XVIIème siècle, la nature organique des objets fossiles avait été reconnue : Sténon, en 1669, avait mis en évidence l’origine organique des “glossopètres” en disséquant la tête d’un requin et en représentant, juxtaposées sur une même planche, la dent et la mâchoire complète de l’animal. Une telle démonstration de l’appartenance d’un fragment à une totalité organique, avait été maintes fois reprise au cours du XVIIIème siècle à propos des coquilles et des poissons fossiles. Buffon avait reconnu l’existence de grands animaux disparus et les avait situés dans le vaste tableau des Époques de la nature. Dans l’œuvre paléontologique de Cuvier, qui se concentre sur l’étude des ossements fossiles de quadrupèdes, les objets fossiles acquièrent le statut de documents d’une histoire qui est non seulement celle de la Terre, mais aussi celle des êtres vivants eux-mêmes.

  • 5 Cuvier (Georges), “Mémoire sur des espèces d’éléphants vivantes et fossiles”, Magasin encyclopédiq (...)
  • 6 Breynius (Johann Philip), “Observations, and a description of some mammoth’s bones dug up in Siber (...)
  • 7 Cuvier (Georges), “Sur les éléphants vivants et fossiles”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle,(...)

6Cuvier est avant tout un chercheur de cabinet et il trouve nombre de ses informations dans les livres, récits de trouvailles ou descriptions et figurations d’ossements fossiles. Il relit de façon critique la tradition de l’histoire naturelle, de Pline à Blumenbach, rectifiant les erreurs et réinterprétant les documents. Il possède aussi, comme l’a montré Martin Rudwick dans le présent volume, un important réseau de correspondants, qui lui envoient des “spécimens de substitution” sous la forme de dessins ou de gravures. Un tel usage de sources livresques ou iconographiques pour la connaissance et l’interprétation des fossiles est essentiel dès ses premières démonstrations paléontologiques. Ainsi, le “Mémoire sur des espèces d’éléphants vivantes et fossiles” de 17965 démontrait l’existence de trois espèces distinctes d’éléphants, deux actuelles et une fossile. Cette démonstration était fondée sur la comparaison anatomique de trois spécimens de crânes d’éléphants, mais, tandis que Cuvier avait pu effectivement observer les crânes des éléphants actuels, d’Afrique et des Indes, l’espèce fossile (Elephas primigenius, le “Mammouth des Russes”) était seulement représentée par un dessin extrait d’un mémoire de Johann Philip Breynius publié en 17416 dans les Philosophical transactions de la Royal society de Londres (voir planches ci-après). Le mémoire “sur les Éléphants vivants et fossiles” de 18067, repris dans le deuxième volume des Recherches sur les ossements fossiles de 1812, est en partie une compilation de sources livresques, depuis l’Antiquité et la Renaissance jusqu’aux naturalistes contemporains. On peut dire ainsi que la naissance de la paléontologie scientifique repose, dans l’œuvre de Cuvier, sur des dessins ou des gravures, des récits et des témoignages étudiés de façon critique, au moins autant que sur l’étude des restes osseux eux-mêmes.

FIG. 1 - Le crâne des "Mammouths des Russes”, face et profil : dessin du naturaliste Daniel G. Messerschmitt, reprod. par Breynius (Johann Philip), “Observations, description of some mammoth’s bones dug up in Siberia, proving them to have belonged to elephants”, Philosophical transactions, 1741.

FIG. 2 - Comparaison des crânes d'éléphants des Indes (fig 2), d'Afrique (fig 3) et du “Mammouth des Russes” (fig. 1). Ce dernier dessin n'est pas fait d’après nature, mais emprunté à la planche de Breynius. cf. ci-dessus fig. 1. Source : Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles, Paris : Déterville, 1812, vol. 1.

  • 8 “Sur les espèces d’animaux dont proviennent les ossements fossiles répandus dans la pierre à plâtr (...)
  • 9 Ibid., pp. 30-31.

7Une autre source importante du recueil des “documents” paléontologiques est le réseau très actif, à la fin du XVIIIème siècle, des “curieux” et des “amateurs”, des “collectionneurs” par l’intermédiaire desquels Cuvier obtient un grand nombre de ses spécimens. Le Muséum devient ainsi le centre d’un réseau de correspondants, grâce auxquels Cuvier parvient à accumuler les objets de sa recherche. Tout au long de ses “mémoires”, il adresse des remerciements à des “esprits éclairés”, collectionneurs amateurs tels que M. Vuarin, M. de Drée, M. Héricart de Thury, ce dernier lui a fourni certains des plus précieux spécimens de sa collection, parmi lesquels les vestiges du fameux Paleotherium de Pantin8. De même Cuvier doit l’acquisition de certains des restes de l'Anoplotherium, à plusieurs collectionneurs et informateurs : “la première occasion de connaître les grandes [dents de l'Anoplotherium] me fut fournie par un morceau de la collection de M. de Drée [...]. Une foule de pièces vinrent se joindre à la précédente [...]. M. Camus me fit voir, dans sa collection, un morceau où presque toutes les dents de la mâchoire inférieure de la grande espèce avaient laissé leurs couronnes ou leurs empreintes [...]. M. Camper m’envoya le dessin d’un morceau qui contient toutes les molaires d’un côté de ma mâchoire supérieure, une grande partie de celle de l’autre et une canine”9.

  • 10 Ibid., p. 16.

8L'acquisition des documents paléontologiques passe aussi par des opérations de fouille, menées pour rechercher dans la Terre les vestiges de son histoire : mais cette opération est souvent délicate et Cuvier note que la fouille paléontologique détruit cela même qu’elle est censée préserver. À la maladresse des ouvriers s’ajoute la fragilité des fossiles : “dans l’état où sont les os de nos carrières, [écrit-il à propos du Paleotherium], il n’était pas possible d’espérer une tête complète ; les fragments que les ouvriers apportaient, déjà fort mutilés par eux, tombent en miettes lorsqu’on veut les dégager du plâtre qui les enveloppe ; il faut dessiner à mesure qu’on creuse dans ce plâtre, et fixer ainsi les traces de pièces qu’on détruit nécessairement à mesure qu’on les observe”10. De plus, les hasards et les mécanismes de la fossilisation préservent souvent de façon privilégiée certains os particulièrement solides : “parmi les os que les ouvriers trouvent journellement, il y en a beaucoup du tarse et du carpe, entièrement conservés... ils sont plus solides que les autres”.

  • 11 “Sur les ossements fossiles de Rhinocéros”, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements foss (...)

9Quelle que soit son origine, chaque objet a son histoire, il acquiert son statut d’authenticité et sa valeur heuristique par le récit des circonstances de sa découverte, et par l’autorité de la personne qui en est l’auteur. Cuvier évoque ainsi la découverte d’une dent de rhinocéros fossile “recueillie par M. de Girardin, employé dans ce Muséum, qui a bien voulu me l’adresser. C’est la sixième du côté droit ; elle a été trouvée par les ouvriers qui travaillaient au Canal du Centre, près du bourg de Chagny, département de Saône et Loire, à cinquante trois pieds de profondeur, dans la colline qui sépare le vallon de la Dhure de celui de la Thalie. Il y avait auprès une dent d’éléphant et plusieurs ossements que les ouvriers ont détruits par superstition. Le tout gisait sur un lit de sable assez pur, et sous différentes couches d’argile, de mine de fer et de sable”11.

10L’opération même de collecter et d’authentifier les documents, d’abord essentiellement conduite au hasard, selon les pratiques de la curiosité, devient chez Cuvier une pratique systématique, hautement socialisée, théorisée et centralisée, qui implique non seulement une définition de ce que l’on cherche, mais aussi une division sociale du travail entre l’amateur et le professionnel, l’ouvrier qui fouille et le chercheur qui pense et qui dirige. Ainsi Cuvier a-t-il pu accumuler une importante collection de spécimens. La dimension rapidement croissante de son livre, qui en moins de dix ans passa de quatre à sept volumes, témoigne de l’activité et de cette importante accumulation de matériaux et d’études.

La partie et le tout : principes et pratiques de la reconstitution

11Les ossements ou les fragments fossiles ainsi réunis et décrits acquièrent une signification dans la mesure où ils sont rapportés à un tout dont ils sont les parties : totalité d’un organisme, d’une faune, totalité de l’histoire de la Terre. L’idée même de la reconstitution implique un mode particulier de l’induction, et la perception particulière de l’objet comme fragment d’un tout, comme reste, comme synecdoque de l’animal entier. Les restes étant fragmentaires, il est nécessaire de comparer les différents fragments entre eux, et d’imaginer les parties manquantes afin de “refaire tout l’animal”.

12Or cette opération, menée à partir de procédures empiriques de comparaison et d’assemblage, peut apparaître comme une sorte de bricolage, guidé par l’intuition, le “flair” ou le savoir-faire du chercheur. Cependant, l’ambition de Cuvier est de fonder l’anatomie comparée et la paléontologie comme sciences, sur des principes rationnels. Une fois les “documents” recueillis, il s’agit de mettre en œuvre les “lois” qui permettent de les situer dans un ensemble, dans une totalité à laquelle ils appartiennent.

13L’opération de la reconstitution des animaux éteints est ramenée à deux séries de lois structurales, qui lient les fragments épars à un tout organisé et finalisé. Cuvier proclame avoir trouvé, avec son fameux principe de “corrélation des caractères”, une véritable loi scientifique ayant une valeur de prévisibilité et dont le principe repose sur l’idée d’une dépendance fonctionnelle des différentes parties du squelette des Vertébrés et sur la considération de leurs proportions relatives. Ainsi, selon les principes que Cuvier établit et pose comme des “lois” scientifiques, l’adaptation d’un animal au régime herbivore implique une certaine forme de dents, un certain mode de locomotion et donc une structure particulière de son squelette différente de celle d’un carnivore.

14Un second principe anatomique, susceptible de fonder le caractère scientifique des preuves de cette nouvelle discipline, est celui de la “subordination des caractères”, qui établit une hiérarchie des fonctions physiologiques, les habitudes alimentaires étant premières. Ainsi la reconstitution des animaux éteints doit-elle être menée idéalement selon un ordre logique : la comparaison anatomique met en évidence les analogies et les différences entre les espèces vivantes et fossiles ; l’animal peut ensuite être classé en famille, genre, espèce ; il peut enfin être reconstitué, non seulement dans son anatomie, mais aussi dans son environnement géologique et faunistique. Il serait alors idéalement possible, à partir d’une seule dent ou d’un seul os, de conclure à son appartenance à une classe animale particulière. Les applications spectaculaires de ce “principe de Zadig” ont conduit Cuvier à proclamer qu’il a fondé la paléontologie comme science inductive et prédictive, et qu’il a introduit la quantification dans l’opération même de la reconstitution anatomique.

  • 12 Cuvier (Georges), Brongniart (Alexandre), Essai sur la géographie minéralogique des environs de Pa (...)
  • 13 “Ossements fossiles des carrières à plâtre des environs de Paris”, introduction, in Cuvier (George (...)

15Un deuxième ensemble de lois rationnelles et structurales présidant, aux yeux de Cuvier, à la reconstitution des faunes éteintes et des mondes perdus, est celui par lequel l’étude des fossiles se trouve incluse dans un cadre géologique. Depuis 1807, Cuvier avait mené d’importantes explorations géologiques en compagnie d’Alexandre Brongniart, pour l’étude de la géologie du bassin de Paris. Les résultats de cette étude furent d’abord publiés séparément12, puis inclus dans le premier volume des Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes de 1812. Cuvier insiste sur les pratiques de terrain mises en œuvre lors de l’exploration : “pendant quatre années, nous avons fait presque chaque semaine des courses plus ou moins étendues. Nous avons déterminé minéralogiquement chaque point de la contrée. Nous avons pris les profils d’une infinité de carrières, les niveaux de toutes les hauteurs importantes. Nous avons comparé les couches à de grandes distances sous le rapport de leur nature et des fossiles qu’elles renferment. M. Brongniart a fait l’analyse des variétés les plus remarquables des minéraux qui les composent”13.

16Les cartes géologiques qui accompagnent l’étude servent à la fois de “preuves” et d’explications. Placée au commencement du volume, cette stratigraphie du Bassin de Paris établit le cadre géologique général dans lequel se situera l’étude des “ossements fossiles”. Cuvier et Brongniart établissaient une relation systématique entre la succession des couches de la Terre et la nature des fossiles qu’elles contiennent, et interprétaient leurs discontinuités comme des épisodes de grandes catastrophes (principalement des irruptions marines), qui ont détruit les faunes successives. Ainsi, les restes fossiles deviennent, par leur succession, les preuves d’une histoire de la Terre, leur disposition au sein des couches devient la preuve de la discontinuité essentielle de l’histoire de la vie. Mais ce faisant, Cuvier ne s’interroge guère sur les causes de ces événements catastrophiques : étant à ses yeux ponctuelles et brutales, elles sont irréductibles à ce que nous savons des causes actuellement à l’œuvre dans la nature.

17Ainsi, le travail de la preuve qu’opère le paléontologue, selon le vœu de Cuvier, est nécessairement conçu comme une procédure qui lie des fragments épars à des structures, des systèmes clos, système fonctionnel d’un squelette ou d’un organisme, ou système stratigraphique et faunistique à un stade donné de l’histoire de la Terre.

  • 14 Voir à ce sujet Coleman (William), Georges Cuvier zoologist : a study in the history of evolution (...)

18Cependant, ces “lois structurales” par lesquelles Cuvier prétend fonder scientifiquement la construction des faits paléontologiques sont en rapport étroit avec le système de pensée et ce que l’on peut appeler l’horizon de vraisemblance dans lequel se situe la pensée cuviérienne. Le “principe de corrélation” est en rapport avec une vision finaliste de l’organisme inspirée d’Aristote14, qui se trouvera en partie dépassée dans la conception de l’“unité de composition” de Geoffroy Saint-Hilaire et dans la pensée évolutionniste. La conception cuviérienne d’une succession discontinue de faunes à travers la discontinuité des phénomènes géologiques, lisible dans la succession des strates, est liée à sa représentation fixiste du monde vivant et à son refus de l’immensité des temps géologiques, position que soutenaient dès cette époque certains naturalistes, Lamarck au premier chef. Ainsi, en définissant ces “lois scientifiques”, qui doivent servir de fondement aux preuves paléontologiques, Cuvier révèle ses propres présupposés philosophiques, respectueux des cadres religieux, en même temps que son désir “positiviste” de fonder la connaissance paléontologique sur des bases rationnelles.

  • 15 Voir par ex. Le Mémoire sur les Éléphants vivants et fossiles, in Cuvier (Georges), Recherches sur (...)

19D’autre part, dans l’œuvre de Cuvier, l’opération qui consiste à identifier un animal est souvent décrite en termes intuitifs (les mots “au premier regard”, “tout de suite” reviennent à de nombreuses reprises), et l’opération même de la reconstitution et celle de l’assemblage des fragments du squelette d’un animal fossile semblent souvent s’apparenter à l’opération d’assemblage d’un puzzle15.

20La reconstitution chez Cuvier apparaît bien, à certains égards comme une opération empirique, sinon intuitive, fondée sur un “savoir-faire” né de la connaissance de l’anatomie comparée et fonctionnelle. On a souvent souligné cette discordance entre les principes avoués et sans cesse rappelés et la réalité des tâtonnements dans la démarche qui conduit à la reconstitution des êtres vivants. L’administration des preuves dans les Recherches sur les ossements fossiles ne dépend donc pas exclusivement d’opérations conceptuelles, logiques, inductives, mettant en rapport un fait avec une loi qui en rend compte, ou mettant en rapport les procédures matérielles, pratiques du dégagement et de la reconstitution des spécimens, avec les principes rationnels qui les guident. C’est précisément dans ce décalage entre les pratiques de la preuve et les modalités de leur présentation ou de leur représentation que s’insère ce que l’on peut appeler la rhétorique de la preuve.

La rhétorique de la preuve

21Dans les Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes, la présentation visuelle et discursive des “faits” et des arguments, l’ordonnancement et le style de la démonstration jouent un rôle essentiel dans la présentation des preuves, dans leur efficacité et leur pouvoir de persuasion. On peut parler en ce sens de la rhétorique de la preuve scientifique, le terme rhétorique étant entendu ici dans un sens très large, pour inclure non seulement la rhétorique du discours (la manière dont les preuves sont présentées dans des textes écrits — récits, descriptions, démonstrations —), mais aussi la rhétorique visuelle de la monstration des objets, à travers leur ordonnancement dans l’espace du cabinet ou du musée, ou leur représentation iconographique.

La rhétorique de l’image

22Comme dans tous les ouvrages d’histoire naturelle, la présence d’illustrations est ici essentielle à l’exposition du savoir, elle l’est tout particulièrement à la présentation des preuves dans les Recherches sur les ossements fossiles. Le grand nombre des planches contenues dans les Recherches permet à Cuvier de donner à voir les objets qu’il décrit et qu’il étudie, chapitre après chapitre. Ici, l’image représente un objet dont on sait que le référent existe, et qu’il se trouve conservé dans la galerie de zoologie du Jardin des plantes : le musée d’anatomie comparée de Cuvier ne contenait pas de fossiles, mais peut-être pourrait-on dire que ses livres, illustrés de nombreuses gravures, constituent, en un sens, son propre musée paléontologique.

  • 16 “Sur les espèces d’animaux...”, art. cit., p. 16.

23Un dessin, une gravure, montrent un objet, à travers une technique permettant de le représenter. La complexité des formes vivantes est, comme l’écrit souvent Cuvier, au-delà des possibilités descriptives du langage : “les formes deviennent si compliquées”, écrit-il, “qu’elles échappent à presque tous les termes que nous pouvons employer pour les décrire”16. Aussi les dessins peuvent-ils suppléer à l’imprécision de la description. Mais l’image est elle-même interprétation et en un sens démonstration. Elle a, dans sa forme et dans son organisation spatiale, le pouvoir de mettre en évidence les traits importants, parfois peu décelables sur l’original : ainsi, les sutures d’un os, les insertions musculaires ou les facettes articulaires. Les illustrations des Recherches sur les ossements fossiles concentrent les multiples pouvoirs démonstratifs de l’image : elles peuvent donner à voir un fragment ou un os isolé, ou le situer comme partie d’un tout. Elles permettent de comparer des structures d’animaux appartenant à des espèces différentes et de mettre ainsi en lumière leurs analogies et leurs dissemblances.

  • 17 “Ossements fossiles des carrières...”, art. cit., VIIème mémoire, t. III, p. 64, résumé général et (...)

24Ici, l’image ne fait pas que montrer, elle démontre, et tout particulièrement lorsqu’elle propose la reconstitution d’un animal entier, là où ne sont connus que certains de ses fragments. Un premier niveau de la reconstitution est le dessin qui donne à voir le squelette entier d’un animal, avec tous les os connus en place, des tracés en pointillés représentant les structures manquantes : le dessin matérialise ainsi un ensemble complexe de procédures et de pratiques de reconstitution. “Nous possédions par exemple, un assez grand nombre d’os séparés des pieds de l’Anoplotherium commune, pour qu’en les assortissant d’après leur grandeur, nous ayons pu recomposer les quatre pieds, en suppléant seulement à ce qui pouvait avoir été enlevé à quelques os d’un côté, par des réparations en cire imitées d’après les os du côté opposé ; nous avons donc rapproché toutes ces pièces après les avoir détachées du plâtre, en les plaçant sur des gâteaux de glaise, parce qu’elles sont trop fragiles pour être assemblées autrement, et nous en avons fait des parties de squelette comme si elles étaient provenues du même individu, quoiqu’il nous ait fallu des morceaux fournis peut-être par vingt individus différents. De cette manière il a été plus aisé de dessiner correctement ces parties, et la réunion effective de tous ces os frappe davantage l’observateur que s’il était obligé de les rassembler seulement par la pensée, après avoir appris péniblement à les connaître chacun à part”17.

  • 18 “Squelette de Pantin”, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles..., op. cit., t. (...)
  • 19 Rudwick (Martin), Scenes from deep time : early representation of the prehistoric world, Chicago : (...)

25L’ultime opération de reconstitution, qui restaure la silhouette de l’animal jusqu’alors inconnu, consiste à dessiner sa forme externe, à partir de l’étude des insertions musculaires sur les os. Rares sont les cas, cependant, où Cuvier publie la reconstruction complète d’un animal : ils sont en fait au nombre de deux, l’Anoplotherium et le Paleotherium. “Nous sommes donc à présent maître de dessiner le squelette presque entier de notre animal”, écrit Cuvier à propos du Paleotherium, “et le squelette une fois reconstitué, il n’y a rien de si aisé que d’y attacher des muscles, puisque les limites des muscles sont déterminées d’une manière absolue par les apophyses des os auxquels ils prennent les attaches”18. Mais ces représentations restent hypothétiques, et sans doute par prudence, comme l’a noté Martin Rudwick19, Cuvier ne publie pas ses propres dessins, préférant illustrer ses Ossements fossiles par ceux, beaucoup moins bons, de Laurillard.

26L’image peut aussi mettre en œuvre de véritables stratégies démonstratives, lorsqu’elle présente par exemple sur une même planche les phases successives de la “dissection” d’un spécimen. L’identification spectaculaire de la sarigue fossile de Montmartre illustre de façon particulièrement frappante, à travers la rhétorique de l’image, les pouvoirs prédictifs de sa méthode “hypothético-déductive”.

FIG. 3 - Cette célèbre planche présente les phases successives de la “dissection” par Cuvier de la Sarigue de Montmartre. Source : Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles, Paris : Déterville, 1812, t. III.

  • 20 “Mémoire sur le squelette presque entier d’un petit quadrupède du genre des Sarigues, trouvé dans (...)

27Cuvier à la fois décrit et figure le spécimen dont il a fait l’étude : “ce morceau consiste en deux pierres qui se recouvrent, fig. 1 et 4, et entre lesquelles ce squelette s’est pour ainsi dire partagé. La première est plus grande et plus entière que l’autre. La tête, le cou, l’épine du dos, le bassin, les côtes, l’omoplate, les bras, l’avant-bras, la cuisse et la jambe, y sont très reconnaissables [...] ; une partie est conservée en entier ; une autre est comme fendue : et les moitiés d’os qui manquent sont restées attachées à la seconde pierre ; quelques uns n’ont laissé sur la première qu’une empreinte seulement, et sont restés en entier sur la seconde. Celle-ci, fig. 4, a été cassée de manière qu’une partie de l’empreinte qu’elle portait s’est perdue”20.

  • 21 Ibid., p. 10.

28Dans cet exemple, la planche représente non seulement l’état primitif du spécimen, mais aussi les différentes phases de la démonstration : Cuvier identifie successivement l’animal comme un insectivore par l’étude de sa molaire, puis comme un marsupial en mettant en scène la “dissection” de ce fossile et en creusant la pierre dans laquelle l’animal se trouve enfermé, afin de mettre au jour la structure particulière de l’angle de la mâchoire inférieure. Cette hypothèse se trouve enfin confirmée en disséquant le bassin et en mettant en évidence, comme une preuve ultime, les “os marsupiaux” qui étaient cachés à l’observateur. Ces différentes phases de la dissection du spécimen sont simultanément présentées dans une gravure qui oblige le regard à un cheminement parcourant les phases successives de la démonstration. Par ailleurs le texte présentant cette démonstration redouble son caractère littéralement spectaculaire en mettant en scène le public qui y assiste : “je creusai avec précaution, au moyen d’une fine pointe d’acier, et j’eus la satisfaction de mettre à découvert toute cette portion antérieure du bassin, avec ces deux os surnuméraires ou marsupiaux que je cherchais dans leur position naturelle ; et tout semblables à leurs analogues dans les Sarigues. Cette opération se fit en présence de quelques personnes à qui j’en avais annoncé d’avance le résultat, dans l’intention de leur prouver par le fait la justesse de nos théories zoologiques, puisque le vrai cachet d’une théorie est sans contredit la faculté qu’elle donne de prévoir les phénomènes”21.

29Cette démonstration, présentée de manière quasi-théâtrale, ne constitue cependant pas une application rigoureuse du principe que Cuvier entend défendre : comme l’a montré T.-H. Huxley, la coexistence des particularités anatomiques de la mandibule avec celles du bassin n’a véritablement aucun sens fonctionnel, et ne saurait être interprétée comme une vérification du fameux principe de “corrélation”, mais tout au plus comme la mise en œuvre d’une bonne connaissance empirique de l’anatomie.

  • 22 “Sur le prétendu homme fossile des carrières d’Œningen, décrit par Scheuchzer, que d’autres natura (...)
  • 23 Ibid., p. 17.

30L’image permet, non seulement de démontrer, mais aussi de dénoncer des erreurs d’interprétation, voire même des faux. Ainsi, dans le fameux mémoire sur l'homo diluvii testis de Scheuchzer, l’image joue un rôle central dans l’opération même de la démonstration : dans cet article, Cuvier invalide l’interprétation erronée qui faisait de ce squelette, découvert en 1725 dans les dépôts tertiaires des schistes d’Œningen, celui d’un “homme témoin du Déluge”. La disposition sur la gravure de la représentation de ce squelette (empruntée à Scheuchzer) à côté de celui d’un poisson et de celui d’un amphibien montre “dès le premier coup d’œil” l’analogie de ce spécimen avec le squelette d’une salamandre. “Prenez en effet un squelette de salamandre, et placez-le à côté du fossile, sans vous laisser détourner par la différence de grandeur, comme vous le pouvez aisément, en comparant le dessin de salamandre de grandeur naturelle, fig. 1, avec les dessins des fossiles réduits au sixième, fig. 2 et 3”22. La conclusion de ce mémoire insiste sur la valeur prédictive de la méthode cuviérienne : “je suis persuadé même que si Ton pouvait disposer de ces fossiles et y rechercher un peu plus de détails, on trouverait des preuves encore plus nombreuses dans les faces articulaires des vertèbres, dans celles de la mâchoire, dans les vestiges des très petites dents”23.

FIG. 4 - Cuvier présente ici la comparaison des squelettes découverts par Scheuchzer (fig. 2 et 3) avec celui d’un silure (fig. 4), d’une grenouille (fig. 5) et d’une salamandre (fig. 1). Cette comparaison permet d’identifier “au premier coup d’œil" ces restes comme ceux d'une salamandre géante.

“L'Ordre du discours”

  • 24 “Ossements fossiles des carrières de pierre des environs de Paris”, introduction, in Cuvier (Georg (...)

31On voit pourtant, par ces deux derniers exemples, qu’une image ne peut parler d’elle-même, sans l’aide et le commentaire des mots. Les Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes donnent à lire un texte présentant non seulement l’ordre logique de la démonstration, mais aussi l’ordre heuristique de la recherche. Le lecteur est invité à participer à l’émotion de la découverte, à la mise au jour inéluctable de la vérité, “[Je] présente la suite de mes recherches, précisément dans l’ordre, ou plutôt dans le désordre où je les ai faites ; et dans toute l’irrégularité avec laquelle les faits nécessaires au complément de mes genres se sont offerts successivement ; mais c’est dans cette irrégularité même, que l’on trouvera les plus fortes démonstrations de la justesse des principes généraux qui m’avaient guidé dès l’abord”24.

32L’ordre — ou plutôt le désordre — même qui se lit dans la succession de ses mémoires dans les quatre volumes de la première édition est en lui-même la preuve de la pertinence de ses thèses : il n’est pas nécessaire de procéder en suivant un plan ordonné, parce que les systèmes que reconstitue Cuvier sont des structures closes. Il revendique hautement la possibilité de restaurer, à partir de n’importe quel objet et de n’importe quelle partie de l’animal, la totalité d’un organisme ; on sait par ailleurs que Cuvier refuse de croire à un ordonnancement linéaire des êtres en une “chaîne” unique : il brise la traditionnelle chaîne des êtres en distinguant quatre embranchements distincts dans l’ensemble du monde animal.

33Sans doute est-ce la raison pour laquelle l’ordre des mémoires successifs des Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes (tout au moins en ce qui concerne la première édition de 1812) n’est pas véritablement un ordre méthodique. Dans ces textes, qui conservent la pagination de leur publication originale, Cuvier semble avoir voulu donner au lecteur, dans sa discontinuité même, le mouvement heuristique de sa démarche, exposant dans chaque mémoire ses intuitions, ses questions et ses hypothèses, ses exaltations et ses triomphes.

  • 25 Ibid., pp. 3-4.

34Une véritable stratégie de persuasion, par laquelle Cuvier fait partager au lecteur l’itinéraire de sa recherche, est en effet à l’œuvre dans les Recherches sur les ossements fossiles. On peut suivre ce récit en maints endroits de son texte et Cuvier n’hésite pas à utiliser des hyperboles et des images grandioses pour évoquer les difficultés et les joies sublimes du chercheur : “j’étais dans le cas d’un homme à qui l’on aurait donné pêlemêle les débris mutilés et incomplets de quelques centaines de squelettes appartenant à vingt sortes d’animaux ; il fallait que chaque os allât retrouver celui auquel il devait tenir. C’était presque une résurrection en petit, et je n’avais pas à ma disposition la trompette toute puissante. Mais les lois immuables prescrites aux êtres vivants y suppléèrent, et à la voix de l’anatomie comparée, chaque os, chaque portion d’os reprit sa place. Je n’ai point d’expression pour peindre le plaisir que j’éprouvais en voyant, à mesure que je découvrais un caractère, toutes les conséquences plus ou moins prévues de ce caractère se développer successivement ; les pieds se trouver conformes à ce qu’avait annoncé les dents ; les dents à ce qu’annonçaient les pieds ; les os des jambes, des cuisses, tous ceux qui devaient réunir ces deux parties extrêmes, se trouver conformés comme on pouvait le juger d’avance ; en un mot chacune de ces espèces renaître, pour ainsi dire, d’un seul de ses éléments”25.

35À cette rhétorique émotionnelle de la preuve, qui fait participer le lecteur à l’exaltation de la découverte, s’ajoute tout un effet grandiose dans l’art d’annoncer de manière spectaculaire la résurrection des animaux antédiluviens et des mondes engloutis. Le “Discours préliminaire" introduisant cet ensemble de mémoires présente le cadre narratif et épistémologique qui donne sens aux études des Recherche s sur les ossements fossiles. Dans ce texte, Cuvier donne les clés méthodologiques de sa démarche. En décrivant les “grandes révolutions du passé”, il fait usage d’images propres à créer une nouvelle mythologie des espèces perdues, donnant à son texte le statut d’une véritable œuvre fondatrice. Le choix même de l’objet (des quadrupèdes gigantesques, de grands “pachydermes”) et l’histoire qu’il raconte (les “révolutions de la surface du globe”) impliquent le caractère grandiose du discours, lorsqu’il évoque la soudaineté des cataclysmes qui peuvent être lus dans les “ruines" de la Terre (“pics hérissés”, “dentelures dont la crête est déchirée”, “bancs immenses... tout brisés et renversés”). “Effroyable”, “catastrophes”, “engloutis”, “grands et terribles événements”... ce vocabulaire tragique et hyperbolique est fait pour impressionner le lecteur, au moins autant que pour décrire les phénomènes de l’histoire du monde.

36En réunissant les preuves et les documents pour raconter l’histoire de la Terre et de la Vie, en présentant les procédures et les résultats de ses recherches dans une mise en scène élaborée qui vise toujours à présenter de manière spectaculaire la confirmation des “principes” qu’il a énoncés, en dénonçant spectaculairement les erreurs et les faux, Cuvier fonde le paradigme d’une nouvelle discipline. Il gomme ses sources (notamment allemandes), écarte ses adversaires (tels que Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire) et les naturalistes qui ont exploré avant lui ce domaine (Blumenbach et Luc).

37En même temps qu’il se proclame initiateur d’un nouveau type d’histoire (“un antiquaire d’une nouvelle espèce”), Cuvier affirme qu’il a fait de l’étude des fossiles une science nouvelle en lui donnant une méthode enfin rationnelle ; il construit sa propre image comme celle d’un héros de la science, capable d’embrasser toute l’étendue et la grandeur de ces “anciens et terribles événements” et se présente, à la première personne, comme un découvreur de mondes, capable d’ouvrir “une route nouvelle sur laquelle on n’avait jusque là hasardé que quelque pas”, comme le démiurge d’une nouvelle création, capable de transgresser les limites du temps et de reconstruire, grâce à quelques observations, l’histoire de ces mondes et la succession des événements qui ont précédé la naissance du genre humain.

  • 26 Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post revolutionary France, M (...)

38Dans le même temps où Cuvier proclame la naissance d’une nouvelle discipline, il construit, dans les quatre volumes de ses Recherches sur les ossements fossiles des quadrupèdes, ce que l’on peut appeler, selon le vocabulaire de M. Foucault, un “ordre du discours”, qui implique la constitution d’un paradigme intellectuel et institutionnel de ce nouveau savoir. Il impose par là-même un “état du vrai”, un ensemble de procédures et de normes à partir desquelles peuvent être définies des vérités scientifiques et dénoncés les erreurs et les faux. Dans le même temps, il se construit lui-même comme le héros d’une science nouvelle26. Par la rhétorique à l’œuvre dans son discours, Cuvier construit sa propre image dans le “panthéon de la science”, la somme monumentale de ses Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes participe de l’institution d’une science nouvelle, au double sens où elle définit les normes intellectuelles d’un nouveau savoir et les formes de l’autorité garante de sa validité.

Notes

1 Blanchard (François), L'Institution de la paléontologie au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris en 1853, mém. de maitrise, Université de Montréal, 1976.

2 Buffon (Georges), Les Époques de la nature, [1ère éd. 1778], éd. critique de Jacques Roger, Paris : Éd. du Muséum, 1988.

3 Blumenbach (Johann Friedrich), Handbuch für Naturgeschichte, Göttingen : H. Dietrich, 1807.

4 Whewell (William,) History of the inductive sciences from the earliest to the present time, A new [2nd] ed. rev. and cont., Londres : J.W. Parker, 1847, 3 vol.

5 Cuvier (Georges), “Mémoire sur des espèces d’éléphants vivantes et fossiles”, Magasin encyclopédique, t. III, 1796, pp. 440-445.

6 Breynius (Johann Philip), “Observations, and a description of some mammoth’s bones dug up in Siberia, proving them to have belonged to elephants”, Philosophical transactions, 1737-1738, vol. XL, 1741, pp. 124-139. Pour une analyse plus détaillée de ce texte et de l’usage qu’en fait Cuvier, voir Cohen (Claudine), Le Destin du mammouth, Paris : Seuil, 1994, pp. 97-101 et 135-155.

7 Cuvier (Georges), “Sur les éléphants vivants et fossiles”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, vol. VIII, 1806, pp. 1-58, 93-155 et 249-269.

8 “Sur les espèces d’animaux dont proviennent les ossements fossiles répandus dans la pierre à plâtre des environs de Paris”, Vème mémoire, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes, Paris : Déterville, 1812, t. III, description d’un squelette presque entier trouvé dans les carrières de Pantin.

9 Ibid., pp. 30-31.

10 Ibid., p. 16.

11 “Sur les ossements fossiles de Rhinocéros”, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles..., op. cit., t. II, chap. IV, pp. 4-5.

12 Cuvier (Georges), Brongniart (Alexandre), Essai sur la géographie minéralogique des environs de Paris, Paris : Impr. de Baudouin, 1811, VIII-278 p.

13 “Ossements fossiles des carrières à plâtre des environs de Paris”, introduction, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles..., op. cit., t. III, p. 5.

14 Voir à ce sujet Coleman (William), Georges Cuvier zoologist : a study in the history of evolution theory, Cambridge : Harvard University Press, 1964, 212 p.

15 Voir par ex. Le Mémoire sur les Éléphants vivants et fossiles, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles..., op. cit., t. III, description des os du Paleotherium, pattes de derrière, tarse.

16 “Sur les espèces d’animaux...”, art. cit., p. 16.

17 “Ossements fossiles des carrières...”, art. cit., VIIème mémoire, t. III, p. 64, résumé général et rétablissement des squelettes des diverses espèces.

18 “Squelette de Pantin”, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles..., op. cit., t. III, p. 10.

19 Rudwick (Martin), Scenes from deep time : early representation of the prehistoric world, Chicago : Chicago University Press, 1992, pp. 35-37.

20 “Mémoire sur le squelette presque entier d’un petit quadrupède du genre des Sarigues, trouvé dans la pierre à plâtre des environs de Paris”, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles..., op. cit., t. III, p. 2.

21 Ibid., p. 10.

22 “Sur le prétendu homme fossile des carrières d’Œningen, décrit par Scheuchzer, que d’autres naturalistes ont regardé comme un silure et qui n’est qu’une salamandre, ou plutôt un protée, de taille gigantesque et d’espèce inconnue”, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles..., op. cit., t. IV, p. 17.

23 Ibid., p. 17.

24 “Ossements fossiles des carrières de pierre des environs de Paris”, introduction, in Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles..., op. cit., t. III p. 4.

25 Ibid., pp. 3-4.

26 Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post revolutionary France, Manchester : Manchester University Press, 1984, 299 p.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Le crâne des "Mammouths des Russes”, face et profil : dessin du naturaliste Daniel G. Messerschmitt, reprod. par Breynius (Johann Philip), “Observations, description of some mammoth’s bones dug up in Siberia, proving them to have belonged to elephants”, Philosophical transactions, 1741.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende FIG. 2 - Comparaison des crânes d'éléphants des Indes (fig 2), d'Afrique (fig 3) et du “Mammouth des Russes” (fig. 1). Ce dernier dessin n'est pas fait d’après nature, mais emprunté à la planche de Breynius. cf. ci-dessus fig. 1. Source : Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles, Paris : Déterville, 1812, vol. 1.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1765/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende FIG. 3 - Cette célèbre planche présente les phases successives de la “dissection” par Cuvier de la Sarigue de Montmartre. Source : Cuvier (Georges), Recherches sur les ossements fossiles, Paris : Déterville, 1812, t. III.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1765/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende FIG. 4 - Cuvier présente ici la comparaison des squelettes découverts par Scheuchzer (fig. 2 et 3) avec celui d’un silure (fig. 4), d’une grenouille (fig. 5) et d’une salamandre (fig. 1). Cette comparaison permet d’identifier “au premier coup d’œil" ces restes comme ceux d'une salamandre géante.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1765/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540