Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Récits et spectacles de l'histoire naturelle

Les collections de cire : au carrefour du renouveau pédagogique et scientifique de l'anatomie

Michel Lemire

Note de l’éditeur

Lemire, M., 1997. Les Collections de cire, au carrefour du renouveau pédagogique et scientifique de l’anatomie, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 509-521. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

1Lorsque l’on découvre les quelques rescapés des collections de cires anatomiques du ΧVIIIème ou du XIXème siècle, trop souvent délaissés dans des musées confidentiels, tapis au fond des Facultés de médecine ou abandonnés dans des réserves plus ou moins poussiéreuses, il est difficile d’imaginer la place prépondérante qu’ont tenue ces modèles. En effet, leur utilisation a été essentielle dans le renouveau de l’enseignement de l’art de guérir, à une période forte de notre histoire, celle de la Révolution française, et dans l’irrésistible avancée de l’anatomie humaine et animale correspondant à l’avènement de Cuvier, de l’anatomie comparée normale et pathologique et du développement de la méthode anatomo-clinique.

2La “redécouverte” ces dernières années, de ces collections “oubliées” du Muséum national d’Histoire naturelle et des musées d’anatomie de la Faculté de médecine de Paris, permet de retracer leur rôle dans l’avancée de l’anatomie et dans l’évolution des “regards” portés sur le corps de l’homme ou de l’animal, évolution liée à celle des institutions qui dispensaient ce savoir anatomique.

3Que représentaient-elles à l’époque ? Que sont-elles aujourd’hui ? Les cires anatomiques constituaient et constituent encore, sans nul doute, une part importante de notre patrimoine. Elles se situent à un carrefour et sont les précieux témoins d’influences multiples : scientifiques bien sûr, mais aussi artistiques, religieuses, historiques, culturelles enfin ; elles restent néanmoins des témoins fragiles, périssables. Attachons-nous quelques instants à leur histoire...

Pourquoi tout d’abord des cires anatomiques ?

4L’anatomie est avant tout affaire de “regards” : regard que l’on porte sur le corps, regard que le corps nous invite à porter, regard enfin que l’on apprend à affiner. C’est d’abord une technique, celle de l’investigation du corps, mais aussi une forme d’initiation, avec ses rituels d’exploration, avec ses moyens académiques d’exposition dévoilant les structures “cachées”.

FIG. 1 - Écorché par Pinson.

5En effet, l’anatomie descriptive, c’est-à-dire l’étude de l’organisation du corps humain, est une science d’observation et son enseignement, comme la recherche, repose logiquement sur la pratique, celle des dissections découvrant les structures internes. Cette mise à jour du caché, faisant appel à une violation du corps humain, à une manipulation de la chair morte, a obligé les anatomistes à franchir des frontières, à transgresser des interdits, posant des problèmes, variables mais constants selon la sensibilité des époques. Malgré la levée — timide il est vrai — de l’interdit religieux qui pesa sur les anatomistes durant tout le Moyen-Âge et en dépit des premières tentatives d’injection vasculaire pour pallier la décomposition des cadavres, les problèmes occasionnés par la dissection humaine ont suscité la fabrication de substituts : en bois, en cire, en plâtre, en carton pâte et, plus près de nous, en résines synthétiques. Mais, parmi tous ces substituts, seule la cire colorée, teintée directement dans la masse, a abouti aux créations les plus élaborées, d’un réalisme scientifique et d’un rendu artistique saisissants, jamais égalées par la suite.

6Ces préparations en cire offraient en un seul modèle en trois dimensions — supérieur en cela au dessin — une démonstration précise traduisant le fruit de plusieurs dissections ou représentant des structures complexes, comme par exemple le réseau des vaisseaux lymphatiques. De plus, elles permettaient de pérenniser la dissection, supprimant les inconvénients inhérents à la démonstration cadavérique.

7Issus d’une étroite collaboration entre artistes et anatomistes, ainsi placés au confluent de l’art et de la science, ces modèles en cire ont connu une grande époque de gloire à la fin du XVIIIème et au début du XIXème siècle, devenant objets d’enjeux scientifiques, artistiques, politiques même. Ils venaient couronner ce qu’on appelle “l’âge d’or” de l’anatomie, prolongements ultimes des splendides traités descriptifs du corps humain qui marquèrent, dès le début du XVIème siècle, le “renouveau” de l’anatomie, sortant enfin de douze siècles d’interdits et de préjugés.

Le “renouveau” de l’anatomie

8Au sortir du Moyen-Âge, le corps humain matériel, physique, était indissociable de l’homme immatériel, de l’âme. L'enveloppe du corps restait pratiquement inviolée et, sous cette enveloppe, persistait encore le mystère, mystère de l’homme zodiacal, reflétant, en plus petit, l’univers des planètes.

9La Renaissance artistique a réinventé le corps de chair, avec la redécouverte du nu antique, dont la mode se répandit dans les ateliers, imposant de nouveaux critères esthétiques, que Michel-Ange, Léonard de Vinci, Dürer, Rubens cherchèrent dans la vérité anatomique, en découpant le corps mort. À Florence, l’Académie des arts du dessin fut ainsi la première à instituer un enseignement obligatoire de l’anatomie. La Renaissance marqua le commencement des dissections humaines à des fins médicales, en Italie d’abord, à Bologne et à Padoue, puis en France, à Montpellier et enfin à Paris. Mais ces premières démonstrations officielles, publiques, menées sous le regard méfiant des ecclésiastiques, étaient exceptionnelles, une ou deux fois l’an et, le reste du temps, les anatomistes disséquaient en cachette, bravant les interdits de l’Église. C’était la période “héroïque” de l’anatomie, celle où les anatomistes allaient nuitamment voler des pendus à la potence du Châtelet ou au gibet de Montfaucon ou bien déterrer les cadavres du cimetière des Innocents, véritable “course aux cadavres” donnant naissance à une foule d’anecdotes plus pittoresques les unes que les autres et générant un commerce florissant.

10Mais le XVIème fut surtout marqué par la découverte enthousiaste de la structure du corps humain, avec l’impulsion lancée par Vésale et son célèbre De humani corporis fabrica (1542), lequel fit de l’anatomie une véritable science d’observation, plan par plan, réel effeuillage en quelque trois cent vingt-trois planches qui furent copiées et recopiées pendant près de trois siècles, avec des sensibilités diverses selon les artistes.

11L’immense succès de Vésale provint d’abord de ce qu’il corrigeait bon nombre d’erreurs des Anciens, en particulier celles du médecin grec, Galien qui, bien qu’expérimentateur, n’avait pu disposer que de cadavres de chien, de porc ou de singe, d’où des inexactitudes lorsqu’il avait transposé ses observations à l’homme, mais son succès était également dû à la qualité des illustrations du Hollandais Jan-Stefan von Calcar, élève du Titien, qui mettait en scène les dissections. Par cette étroite association entre artiste et médecin, l’anatomie s’était d’emblée créé un “style”, avec les frontispices de ses ouvrages, de ses amphithéâtres, de ses expositions corporelles, pratiques et graphiques. Chaque séance de dissection, bâtie comme un acte théâtral, durait plusieurs jours, devant un public nombreux et choisi et les traités d’anatomie du XVIIème et du XVIIIème siècles ne furent, en fait, que la traduction de ce cérémonial : corps suppliciés de Gérard de Lairesse pour l’anatomie de Bidloo (1685), écorchés nobles et fiers d’Albinus (1747), écorchés en couleur, véritables tableaux, de Jacques Gautier d’Agoty (1746), anatomie moralisatrice et religieuse de Jacques Gamelin (1779)... pour ne citer que quelques exemples.

“L’âge d’or” de l’anatomie

12Au XVIIème siècle, l’anatomie marqua deux nouveaux points : l’un de portée philosophico-anatomique avec Descartes, son Discours de la méthode, et surtout, son Traité de l’homme (1648), signant les débuts de l’homme-machine ; l’autre de portée anatomo-fonctionnelle avec l’anglais William Harvey et la découverte de la circulation du sang (1628).

13Enfin, le XVIIIème siècle, siècle des Lumières, fut celui de l’anatomie “triomphante”, partout en Europe, la France constituant l’un des principaux foyers en vogue, en particulier le Jardin du roi.

14Cette avancée de l’anatomie s’inscrivait à l’encontre de l’Église et de son alliée, la Faculté de médecine de Paris, haut lieu du galénisme, principal foyer de résistance à Harvey, avec son doyen, Guy Patin et l’un de ses plus célèbres médecins, Jean Riolan. La Faculté était encore largement empreinte de théologie, figée dans un immobilisme doctrinal, pédagogique et corporatif et totalement empêtrée dans d’interminables querelles. Querelles incessantes avec la corporation des chirurgiens, considérés comme des artisans, des manuels de bas étage, réclamant un enseignement pratique, en français, pour leurs apprentis et non pas d’interminables dissertations, en latin, portant sur des thèmes conventionnels, largement dépassés et ponctuant les six à huit années d’études médicales ! Querelles aussi entre Universités, entre les médecins du roi, généralement issus de la Faculté de Montpellier, d’esprit libéral et les docteurs-régents de la Faculté de Paris, beaucoup plus traditionaliste ! Querelles également autour des amphithéâtres, nécessaires aux démonstrations, mais plus encore peut-être au prestige des deux corporations rivales, celle des médecins et celle des chirurgiens, guerre larvée mais parfois franchement ouverte, qui se termina par la création de l’Académie royale de chirurgie et l’érection de son magnifique amphithéâtre de mille deux cents places (celui de l’actuelle Faculté de médecine) ! Lutte enfin pour la “matière première” des démonstrations, les cadavres, qui étaient l’apanage des docteurs-régents de la Faculté !

15Durant tout le XVIIIème siècle, la Faculté de médecine de Paris ne cessera finalement d’abandonner du terrain à ses adversaires de progrès, la corporation des chirurgiens et le Jardin du roi étant les principaux moteurs de cette avancée. En 1673, le roi chargea ainsi le chirurgien Pierre Dionis d’y faire des démonstrations “selon la circulation du sang et les dernières découvertes” et fit enregistrer au Parlement, quelques mois à peine après la nomination de Dionis, l’édit donnant au Jardin la priorité dans l’obtention des cadavres des condamnés, de préférence aux docteurs en médecine. Le renom des démonstrations de Dionis alla encore grandissant avec son successeur, le médecin Joseph-Guichard Duverney. Celui-ci fit de l’anatomie une véritable mode qui, depuis l’amphithéâtre du Jardin des plantes se propagea aux salons parisiens où les femmes du monde allaient jusqu’à porter sur elles des fragments séchés préparés par le célèbre anatomiste ! Non seulement, les étudiants, les médecins, les chirurgiens, français ou étrangers, mais aussi, la société la plus élégante de la Cour et de la capitale accouraient en masse au Jardin des plantes ; on distribuait des billets d’accès, on refusait du monde ! L’anatomie fascinait alors et le foyer parisien fut l’un des plus à la mode.

16Triomphe anatomique couronné enfin par les cabinets de cire des particuliers, premiers musées qui voulaient exposer tout ce que l’on connaissait alors sur le corps humain !

Les premiers cabinets de cires anatomiques, entre art et science

17Ce premier style de présentation des cires anatomiques — style Cabinet “aristocratique”, “Ancien Régime” — peut encore être observé, en l’état, au musée de La Specola, à Florence. Cette importante collection de cires anatomiques appartenant au Grand duc de Toscane (Pierre-Léopold), frère de Marie-Antoinette et de Joseph II, Empereur d’Autriche, a été créée en 1775 sous l’égide du naturaliste Felice Fontana, autant pour le prestige de l’anatomie que pour celui de son souverain et mécène.

18Selon une muséologie nouvelle pour l’époque, Fontana avait imaginé une collection complète de cires anatomiques, démontrant toutes les connaissances acquises sur le corps humain, collection utilisable didactiquement sans le concours d’un guide ou d’un maître, grâce aux dessins et aux nomenclatures qui accompagnaient les pièces en cire. Pour cela, Fontana avait formé, en annexe du musée, une officine de cires, associant étroitement artistes et anatomistes. Et, pendant vingt ans, cette équipe produisit des milliers de mannequins de cire, attirant des visiteurs illustres et suscitant des demandes de copies.

FIG. 2 - Femme démontable. Pinson.

19En effet, artistes et médecins ne s’étaient pas contentés de réaliser de parfaites imitations de la nature, ils avaient organisé une véritable mise en scène glorifiant le corps humain et son anatomie : délicatesse des chairs humaines rendue par l’opalescence de la cire, illusion de vérité d’autant plus troublante que les cheveux, les cils et les poils véritables, étaient implantés un à un avec une longue patience. L’illusion était encore accentuée par les poses artistiques que les céroplasticiens avaient données aux sujets : écorchés, grandeur nature, offrant aux regards indiscrets tout leur système vasculaire et lymphatique, dans une pose à la Michel-Ange ; femmes alanguies sur des linceuls de soie, à franges brodées d’or, dévoilant leurs viscères, ou bien esquissant un geste de refus ou de pudeur devant la mise à nu des éléments de leur corps ; cœurs, reins, poumons, trônant comme autant de précieuses reliques dans des vitrines de marqueterie, en verre fin de Venise... Les cires du siècle des Lumières n’étaient, somme toute, que la traduction en volume des traités d’anatomie d’alors. Elles témoignaient encore de la contamination esthétique d’une démarche scientifique, du dépassement de la science par l’art, dans cette mise en scène du corps anatomisé, pour le plus grand bénéfice de l’un comme de l’autre des deux arts.

20La plus célèbre des demandes de copies fut celle de Joseph II qui commanda en 1780 un double de toutes les cires florentines pour son Académie militaire de chirurgie de Vienne. Et, en cinq ans, près de mille deux cents pièces furent exécutées, puis transportées à dos de mulets à travers les Alpes par le Brenner, puis en péniche jusqu’à Vienne, où elles furent installées avec faste dans les vastes salles du Josephinum, actuel Institut d’histoire de la médecine de Vienne.

21Bonaparte, lors de la première campagne d’Italie, bien qu’il ne fit qu’un très bref séjour à Florence, visita aussi la collection de La Specola. Il renouvela alors la demande officielle de copies, faite du temps de Louis XVI (alors roi constitutionnel), l’envie ayant été suscitée aux nouveaux dirigeants français par les Réflexions générales sur futilité de l’Anatomie artificielle et en particulier sur la collection de Florence, et la nécessité d’en former de semblables en France (1793) de Nicolas-René Dufriche, futur baron Desgenettes. Fontana confectionna ces doubles en cire qui ne parvinrent en France qu’en 1804, par suite des vicissitudes de la guerre. Chaptal, alors ministre, les dirigea finalement sur Montpellier, où elles sont toujours, les modèles français leur étant reconnus supérieurs.

22La collection de cires anatomiques la plus réputée en France, juste avant la Révolution, fut celle qu’avait constituée le duc d’Orléans, le futur Philippe Égalité, au Palais-Royal. Le Palais-Royal était célèbre pour ses collections de tableaux depuis la Régence. Les successeurs du régent accrurent encore les collections, y ajoutant, l’un, une collection d’histoire naturelle, l’autre, un médailler célèbre. Le dernier héritier de tous ces trésors était le futur Philippe Égalité à qui nous devons l’aspect actuel du Palais-Royal. Lors du réaménagement de son palais, le duc d’Orléans avait installé selon la mode de l’époque, d’autres collections prestigieuses : un cabinet de physique, un cabinet de maquettes d’ateliers de différents corps de métier et enfin... un cabinet de cires anatomiques.

23L’auteur de cette collection est pratiquement inconnu, pourtant il a fait une œuvre colossale, à l’époque même où Fontana créait le musée de cires anatomiques de Florence. Il s’agit du chirurgien André-Pierre Pinson, dont le Muséum a hérité toutes les œuvres à la Révolution. Sous l’Ancien Régime, Pinson était chirurgien des cent-suisses, c’est-à-dire de la garde personnelle de Louis XVI, aux Tuileries. Mais, il était surtout connu pour ses talents d’artiste, avec un net penchant pour l’anatomie. Il avait exposé plusieurs fois des modèles en cire aux Salons du Louvre, briguant un poste à l’Académie royale de peinture et de sculpture. Il avait un puissant protecteur, franc-maçon comme lui (il était même le Grand-Maître de la plus importante des obédiences maçonniques françaises), le duc d’Orléans, pour lequel il confectionna des centaines de modèles anatomiques en cire.

24Ce Cabinet du Palais-Royal était d’ailleurs destiné beaucoup plus au prestige personnel du prince, qui le montrait à ses visiteurs illustres, qu’au prestige même de l’anatomie, dont le duc se souciait fort peu, trop occupé par l’agitation révolutionnaire dirigée contre son cousin Louis XVI. Cependant, sous couvert du mécénat des grands du royaume, l’anatomie gagnait toujours du terrain. Le corps humain se détachait de plus en plus de l’Église et était de plus en plus livré à la science.

25Survint la tempête républicaine...

Les modèles en cire, au cœur du renouveau de l’enseignement de la médecine

26À la fin du XVIIIème siècle, un fossé s’était creusé entre cette science vivante et l’immobilisme de l’enseignement officiel, symbolisé par la Faculté de médecine de Paris. L’essor de l’anatomo-chirurgie, avec Desault, Corvisart, Dupuytren..., avec la construction des nouvelles écoles de chirurgie à Paris et avec la réception de docteurs en médecine et chirurgie à Montpellier, en constituait l’un des plus brillants exemples. Cet anachronisme, en plein siècle des Lumières, avait suscité un climat de critiques, en dépit des dernières tentatives d’amélioration du pouvoir royal. Les multiples plans de réformes, projets d’enseignement, projets d’hôpitaux, qui virent le jour dès les débuts de la Révolution, se firent l’écho de ces préoccupations, somme toute mineures et la reconstruction totale du système d’enseignement médical fut proposée. La Législative abolit l’enseignement des Académies et la Convention le remplaça en 1794 par celui des trois écoles de santé (Paris, Montpellier et Strasbourg), réunissant, dans des études communes, essentiellement pratiques et cliniques, chirurgiens et médecins. “Peu lire, beaucoup voir et beaucoup observer, telle sera la base du nouvel enseignement [...]” avait dit le chimiste Fourcroy, rapporteur du projet de réforme devant la Convention thermidorienne. Dissection et autopsie d’une part, observation au lit du malade d’autre part, devinrent la base des connaissances.

27Dans ce contexte, rien d’étonnant donc à ce que les collections anatomiques fussent considérées comme l’une des bases essentielles de l’enseignement et à ce que la Convention nationale adjoignît à chacune des trois écoles de santé un Cabinet d’anatomie dans lequel “les pièces d’anatomie artificielle, faites en cire, les plus utiles de toutes” avaient la primeur. La Convention y associa des modeleurs en cire chargés “de continuer autant qu’il serait possible cette partie”. Les cires anatomiques devenaient outils de connaissance.

Les cires anatomiques, du statut d’objets de contemplation à celui d’outils de connaissance

28En effet, apparaît alors un nouveau style de présentation des cires anatomiques, celui de la démonstration didactique. Les modèles en cire n’ont pas changé techniquement entre le XVIIIème et le XIXème siècle, mais leur fonction s’est modifiée. La Convention, avec son Comité d’instruction publique, a fait passer les cires anatomiques du statut d’objets de contemplation à celui d’outils de connaissance.

29Sous l’Ancien Régime, les modèles en cire étaient en premier lieu objets de contemplation ; ils étaient un des éléments des Cabinets de curiosités, réservés à une élite éclairée, dont ils flattaient le bon goût, tout autant que le prestige personnel. La Révolution va les réquisitionner, les regrouper et en faire des séries didactiques, essentielles pour l’enseignement de l’art de guérir. Les collections de cire devenaient des outils indispensables de connaissance, intermédiaires obligés pour la compréhension et l’apprentissage de la médecine.

FIG. 3 - Femme à la larme. Pinson.

30À l’École de santé, on créa un poste de chef des travaux anatomiques (confié à Honoré Fragonard, l’anatomiste, le cousin du peintre, célèbre pour ses pièces séchées de l’École vétérinaire d’Alfort), un poste de modeleur en cire pour Pinson (l’auteur de la collection du ci-devant Orléans) et un poste de conservateur des collections pour Thillaye, chargé de leur bon agencement. L’accroissement des collections devenait le gage du dynamisme de l’enseignement et de la recherche médicale.

L’éphémère École de cérisculpture de Rouen

31Cette mode des cires anatomiques aboutit à l’institution à Rouen, par décret impérial, d’une École de cérisculpture, sous la direction du chirurgien Jean-Baptiste Laumonier. Cette école n’eut malheureusement qu’une brève existence (1806-1814) et ne fonctionna qu’avec un effectif toujours incomplet, sans préjudice toutefois pour les élèves qui en sortirent : Mme Laumonier, femme du chirurgien ; Achille-Cléophas Flaubert, père du romancier ; les frères Jules et Hippolyte Cloquet, Vasseur, Delmas de Montpellier, dont les pièces ornent encore divers musées anatomiques.

32L’école avait à charge d’exécuter :“1) des séries de pièces d’anatomie humaine les plus délicates et les plus compliquées pour l’usage des Écoles de médecine ; 2) les pièces d’anatomie comparée nécessaires à la collection du Muséum d’Histoire naturelle ; 3) les pièces représentant les cas pathologiques les plus rares qu’il pourrait être utile de placer dans les écoles et dans les principaux hôpitaux civils et militaires pour la pratique des grandes opérations de la chirurgie ; 4) celles qu’il conviendrait de réunir pour la démonstration des cours d’accouchement dans les chefs-lieux de département et pour les examens d’anatomie des officiers de santé ; 5) celles qui pourraient être destinées à donner des notions élémentaires de la structure des parties du corps humain dans les établissements d’instruction publique [...]”. Vaste programme dont on retrouve encore les traces à Rouen, au Musée d’Histoire naturelle et au Musée Flaubert, à Paris, au Musée Delmas-Orfila-Rouvière de la Faculté de médecine et au Muséum national d’Histoire naturelle, ainsi qu’à Montpellier, au Musée de la Faculté de médecine !

33Ce sera le début des grandes collections du XIXème siècle, collections non seulement d’anatomie humaine, mais également d’anatomie animale.

Les cires d’anatomie comparée

34Georges Cuvier, au Muséum d’Histoire naturelle, lui aussi nouvellement institué, commanda ainsi de nombreuses cires d’anatomie comparée ou de développement des animaux, pour ses nouvelles Galeries d’anatomie.

35En effet, lors de l’organisation du Muséum, en juin 1793 (avec ses douze chaires, dont une d’anatomie humaine pour Portai et une d’anatomie des animaux pour le “vieux” Jean-Claude Mertrud, suppléé en 1795 par Cuvier), les collections d’anatomie avaient été reléguées dans des combles à la suite de l’installation de toutes les collections zoologiques, botaniques et minéralogiques, réquisitionnées en France ou à l’étranger ou bien rapportées par les voyageurs-naturalistes. Tout était pratiquement à faire en anatomie et en développement des animaux, car on ne disposait guère que des anciennes préparations de Daubenton, d’Hunault et de Mertrud, et de quelques pièces de l’ex-Académie des sciences, dont on ne conserva finalement que quatre à cinq grands squelettes.

36Pour “ses” Galeries d’anatomie comparée, installées tant bien que mal dans d’anciens bâtiments, Cuvier fit donc préparer de nouvelles pièces anatomiques qu’il disposa sous forme de démonstrations linéaires, selon l’ordre de ses cours. Pour les démonstrations de myologie, qui se conservaient mal séchées, pour l’innervation, pour la vascularisation, pour le développement des animaux, il eut recours aux modèles en cire ; de même pour les invertébrés, tels les mollusques, dont le corps mou perdait sa couleur ou se déformait dans l’alcool ; voire enfin, des champignons en cire !

Fig. 4 - Cadre taupe. Pinson.

37La plupart de ces reproductions furent encore confectionnées par Pinson ou bien par l’École de Rouen. Cuvier était bien placé pour toutes ces commandes car il faisait partie du comité d’experts surveillant les céroplasticiens. Il disposa tous ces modèles dans ses Galeries ouvertes au public en 1806, venant ainsi compléter son discours, essentiellement pratique.

38Encore une fois, les modèles anatomiques en cire devenaient outils pédagogique et de recherche, non seulement pour l’anatomie normale, humaine ou animale, mais aussi pour l’anatomie pathologique.

Les cires d’anatomie pathologique

39La mise en pratique de la méthode anatomo-clinique prônée par les Révolutionnaires avait suscité le rapprochement des symptômes observés au chevet du malade et des lésions décelées à l’autopsie. En utilisant des méthodes relativement simples, examen physique et anatomie macroscopique, l’école française fit faire de tels progrès à la pathologie que cette discipline acquit rapidement une dimension nouvelle.

40L’on fit encore appel aux artistes et André-Pierre Pinson fut le premier de ceux-là, pour reproduire d’abord force anévrismes, malformations, cancers, tumeurs... plus tard, les chancres, les pustules, les bubons, les impétigos, les croûtes, dans une vaste leçon de choses. Mais, plus de luxe superflu, trop entaché d’Ancien Régime ! Les scientifiques occupaient maintenant le haut du pavé. Exempts d’ambition artistique, ils se cantonnaient dans la simple reproduction pérennisant leurs observations, ne laissant aucune place à l’inspiration, à l’imagination. Partiste n’était plus qu’un subalterne, un ouvrier étroitement subordonné aux professeurs qui le renvoyaient devant sa copie quand celle-ci était jugée insuffisamment fidèle. Plus question du tout d’anatomie idéalisée, d’autant plus que les manifestations pathologiques étaient d’une beauté plastique... toute relative !

41Les grands céroplasticiens, tel Jules Baretta, mirent encore leur savoir-faire au service de cet exhibitionnisme du dérèglement, le temps d’un ultime développement, avec la naissance de la dermatologie et de la vénérologie, à l’Hôpital Saint-Louis. Cette motivation médicale ne pouvait manquer d’être utilisée à des fins moralisatrices... sur les champs de foire, tel le “Grand musée d’anatomie du docteur Spitzner” qui hantera le nord de la France et la Belgique jusqu’à la dernière guerre mondiale, présentant un divertissement éducatif quelque peu singulier : “Science ! Art ! Progrès !”. S’agissait-il d’une inquiétante exhibition foraine ou d’une simple démonstration scientifique pour les masses populaires, attirant les foules par les mystères de l’accouchement, de la tératologie, de l’embryologie, par le rituel profane des scènes opératoires et surtout par la salle “réservée” aux maladies vénériennes ? En tout cas, c’était à coup sûr faire preuve d’esprit commercial ! Mais, les goûts changent... La collection Spitzner sera remisée à son tour...

La gloire éphémère des cires anatomiques

42Comme on le voit, les modèles anatomiques en cire colorée se situèrent au cœur même des problèmes posés par la science anatomique, à des phases-clés de son renouveau, coïncidant d’ailleurs avec des moments-clés de l’histoire : apogée de l’anatomie humaine normale, à la fin du XVIIIème siècle, marquée par la découverte de l’entrelacs des réseaux vasculaires et lymphatiques ; renouveau de l’anatomie animale, au début du XIXème siècle avec l’avènement de l’anatomie comparée et dans le même temps, naissance de l’anatomie pathologique avec la méthode anatomo-clinique. Chaque fois que l’anatomie descriptive découvrit un nouveau domaine d’investigation, enrichissant à nouveau les traités et entraînant la constitution de nouvelles collections, les modèles en cire furent présents, y occupant même une place essentielle.

43Mais, à chacune de ces étapes, la gloire, liée à l’enthousiasme des premières découvertes et à la phase exubérante de la période classificatoire, fut éphémère ! Le temps nécessaire à leur élaboration, les collections de cire étaient bien vite reléguées à la simple démonstration de musée, la science étant passée à de nouvelles interrogations. Elles furent, à chaque fois, immanquablement restreintes au rang d’affaires de spécialistes, elles-mêmes progressivement abandonnées par ces mêmes spécialistes...

La nouvelle anatomie

44Puis, vinrent le XXème siècle et la révolution de l’imagerie anatomique : radiographies, angiographies, endoscopies, scintigraphies, échographies, sonographies, scanographies, enfin imagerie par résonance magnétique, autant de supports d’une nouvelle anatomie, celle du vivant, beaucoup plus variée, mais d’une anatomie qui a déserté les salles de dissection traditionnelles. Le corps n’est plus qu’un assemblage d’organes au service de l’esprit et les spécialistes, encore méprisés au début du XIXème siècle, sont devenus les “princes” de la médecine ; les services spécialisés, aux techniques d’exploration de plus en plus précises, se juxtaposent dans les hôpitaux ; certains services hypertrophiés deviennent même des hôpitaux...

Bibliographie

Bibliographie

Ackerknecht (Erwin H.), La Médecine hospitalière à Paris (1794-1848), [trad. de l’angl. par Françoise Blateau], Paris : Payot, 1986, 296 p.

Binet (Jacques-Louis), Dessins et traités d’anatomie, Paris : Éd. du Chêne, 1980, 247 p. (Dossiers graphiques du Chêne).

Dhombres (Jean), (Nicole), Naissance d’un pouvoir : sciences et savants en France, 1793-1824, Paris : Payot, 1989, 938 p. (Bibliothèque historique Payot).

Dumaître (Paule), Histoire de la médecine et du livre médical, Paris : Pygmalion, 1978, 430 p.

Ellenberger (Michel), L'Autre Fragonard : essai biographique, Le Mans : Jupilles, 1981, 47 p.

Foucault (Michel), Naissance de la clinique : une archéologie du regard médical, Paris : PUF, 1963, 212 p.

Gorny (Philippe), L’Aventure de la médecine, Paris : J.C. Lattès, 1991, 383 p.

Goubert (Jean-Pierre), Lorillot (Dominique), 1789 : le corps médical et le changement : les cahiers de doléances des médecins, chirurgiens et apothicaires, Toulouse : Privat, 1984, 142 p. (Résurgences).

Huard (Pierre), Grmek (Mirko Draven) (avec la collab.), Sciences, médecine et pharmacie, de la Révolution à l’Empire (1789-1815), Paris : R. Dacosta, 1970, 384 p.

Imbault-Huard (Marie-José), L'École pratique de dissection de Paris de 1750 à 1822, ou L'Influence du concept de médecine pratique et de médecine d’observation dans l’enseignement médico-chirurgical au XVIIIème siècle et au début du XIXème siècle, Lille : Service de reproduction des thèses d’Université, 1975, 370 p.

Lanza (B.), Azzaroli-Puccetti (M.-L.), Pogesi (M.), Martelli (A.), Le Cere anatomische della Specola, Florence : Arnaud, 1979, 254 p.

Lemaire (Jean-François), Napoléon et la médecine, Paris : F Bourin, 1992, 292 p.

Lemire (Michel), Artistes et mortels, Paris : R. Chabaud, 1990, 446 p.

Lemire (Michel), “Les Modèles en cire colorée du XVIIIème siècle et du XIXème siècle : instruments de démonstration anatomique”, in L’Image et la science : 115ème Congrès national des Sociétés savantes, Avignon, 1990, pp. 161-175.

Lemire (Michel), “Representation of the human body : the colored wax anatomic models of the XVIIIth and XIXth centuries in the revival of medical instruction”, Surg. radiol. Anat., t. 14, 1992, pp. 283-291.

Léonard (Jacques), La Médecine entre les pouvoirs et les savoirs : histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXème siècle, Paris : Aubier Montaigne, 1981, 384 p.

Les siècles d’or de la médecine : catalogue exposition Muséum national d’Histoire naturelle, Milan : Electa, 1989, 243 p.

Minois (Georges), L’Église et la science : histoire d’un malentendu. t. 2 : De Galilée à Jean-Paul II, Paris : Fayard, 1991, 526 p. (Nouvelles études historiques).

Roche (Daniel), Les Républicains des lettres : gens de culture et Lumières au XVIIIème siècle, Paris : Fayard, 1988, 393 p. (Nouvelles études historiques).

Sournia (J.C.), La Médecine révolutionnaire (1789-1799), Paris : Payot, 1989, 306 p. (Médecine et sociétés Payot).

Stafford (Barbara Maria), Body criticism : imaging the unseen in enlightenment art and medicine, Cambridge, Mass. : MIT Press, c. 1991, 587 p.

Vial (Raymond), Mœurs, santé et maladies en 1789, Paris : Londreys, 1989, 327 p.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Écorché par Pinson.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende FIG. 2 - Femme démontable. Pinson.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende FIG. 3 - Femme à la larme. Pinson.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 4 - Cadre taupe. Pinson.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 317k

Auteur

(†) Laboratoire d’anatomie comparée, Muséum national d’Histoire naturelle, France

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540