Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Récits et spectacles de l'histoire naturelle

La Ménagerie et la vie du Muséum

Richard Wellington Burkhardt

Note de l’éditeur

Burkhardt, R. W. Jr., 1997. La Ménagerie et la vie du Muséum, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 481-508. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Foucault (Michel), The Order of things : an archeology of the human sciences, New York : Pantheon b (...)

1Le titre de cet article joue volontairement sur les mots. D’une part, il soulève la question de la place qu’occupait la ménagerie dans la vie courante du Muséum dans son ensemble. D’autre part, il attire l’attention sur le problème de la place des animaux vivants dans l’étude de la vie, et explore ce problème sous un angle légèrement différent de celui sous lequel on l’envisage habituellement. Les historiens et les philosophes des sciences ont eu plus de deux décennies pour débattre de la suggestion provoquante lancée par Michel Foucault, selon laquelle le concept de vie n’existait pas avant le XIXème siècle1. Mais il nous manque encore une analyse plus précise du rapport entre le concept de vie en général et les pratiques quotidiennes des naturalistes qui l’ont élaboré. Lorsque Georges Cuvier et J.-B. Lamarck cherchaient à comprendre les manifestations de la vie dans toute l’étendue du règne animal, il s’y employaient presque toujours en étudiant des spécimens morts. Cependant, l’époque de Cuvier et de Lamarck vit, au Muséum, le développement d’une nouvelle institution, la ménagerie. La ménagerie apporta littéralement la vie au Muséum d’une manière que l’ancien Jardin des plantes n’avait jamais connue. On admet généralement que la ménagerie fut la partie du Muséum qui s’avéra plaire le plus au grand public. Mais son effet sur les zoologistes du Muséum pose une autre question.

2Nous nous intéresserons ici à trois points : les espoirs et les attentes exprimés entre 1792 et 1801 quant aux fonctions que la ménagerie pourrait remplir ; dans quelle mesure les pratiques de la ménagerie à ses débuts étaient conformes à ces espoirs et à ces attentes ; enfin comment Frédéric Cuvier, dans la fonction nouvellement instituée de garde de la ménagerie, s’efforça d’élaborer une science des actions animales en se basant sur son observation des animaux de la ménagerie.

  • 2 Cela est établi par les deux principaux historiens des débuts de la ménagerie, dont les travaux se (...)
  • 3 Les récits publiés précisant quels animaux furent transportés au Jardin des plantes, et quand, ne c (...)

3La ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle, comme le Muséum lui-même, est issue de la Révolution. La ménagerie ne fut cependant pas créée par le décret du 10 juin 1793 instituant le Muséum. Ce ne fut qu’environ cinq mois plus tard qu’elle vit le jour, à la suite d’événements que les professeurs du Muséum n’avaient ni prévus, ni peut-être souhaités2. Le 3 novembre 1793 (13 brumaire an II), le Conseil général de la Commune de Paris décida que les lions, les léopards, et les autres animaux vivants qu’on exhibait dans les rues de Paris représentaient un danger public et devraient être confisqués par la police et transportés au Jardin des plantes. La surprise fut totale pour les professeurs du Muséum lorsque, le lendemain, la police fit son apparition aux portes du Jardin des plantes avec un ours polaire, une panthère, une civette, un singe, et l’ancien propriétaire de ces animaux, qui exigeait d’être indemnisé pour ses animaux et réclamait en outre qu’on l’embauche pour qu’il puisse continuer à s’en occuper. Deux jours plus tard, les professeurs furent confrontés à un autre ours polaire, deux mandrills, deux agoutis, un chat-tigre, un vautour, deux aigles, et deux autres propriétaires d’animaux. Les propriétaires furent gardés pour s’occuper des animaux. Les animaux furent maintenus dans leurs cages, elles-mêmes placées sur des charrettes, et furent logés dans une remise à voitures vide3.

FIG. 1 - “Les animaux qu’on donnait en spectacle à Paris sont arrêtés pour être conduits à la ménagerie du Jardin des plantes". Gravure extraite du Voyage au Jardin des plantes par L.F. Jauffret.

  • 4 Buffon (Georges), “L’Outarde”, in Histoire naturelle des Oiseaux, Paris : Impr. royale, 1770-1786, (...)
  • 5 Bernardin de Saint-Pierre, Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au Jardin national des (...)

4La question de savoir s’il convenait d’adjoindre une ménagerie au Jardin des plantes n’était pas nouvelle. Quoique Buffon ait déclaré en 1771 que la plupart des animaux confinés dans des ménageries “ne montreraient que des mœurs altérées, contraintes et peu dignes des regards d’un Philosophe”, il tenta lui-même, dix ans plus tard, de faire transférer au Jardin des plantes les animaux de la ménagerie de Versailles4. Buffon échoua dans sa tentative, mais avec l’avènement de la Révolution, la question de l’existence de la ménagerie de Versailles resurgit. Ce fut ce qui amena Bernardin de Saint-Pierre, en 1792, à rédiger son Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au Jardin national des plantes de Paris5.

  • 6 Bernardin de Saint-Pierre, Mémoire sur la nécessité de joindre..., op. cit., p. 4.

5Bernardin de Saint-Pierre discernait toute une série de raisons, scientifiques, politiques, artistiques, économiques, pratiques, et même personnelles, pour établir une ménagerie au Jardin des plantes. Sur le plan personnel, il pensait qu’adjoindre une ménagerie au Jardin des plantes était la plus grande contribution que lui-même, un non scientifique, pouvait apporter en tant que successeur de Buffon dans cette institution. Sur le plan scientifique, il pensait qu’une ménagerie permettrait à l’histoire naturelle d’échapper à la domination de l’anatomie comparée. L’anatomie comparée, insistait-il, ne suffisait pas à elle seule à la compréhension des animaux, et, en particulier lorsqu’il s’agissait de faire la lumière sur “nos besoins et [...] notre propre existence”, l’étude de l’anatomie comparée des animaux était loin d’être aussi importante que “l’étude de leurs goûts, de leurs instincts, de leurs passions”. Ce dernier type d’étude, affirmait-il, “a rendu Buffon si intéressant, non seulement aux savants, mais à tous les hommes”6.

  • 7 Ibid., pp. 12-13.

6Au niveau de la politique internationale, Bernardin de Saint-Pierre considérait qu’une ménagerie était nécessaire “à la dignité de la nation”, c’est-à-dire que la France avait besoin d’une ménagerie afin de pouvoir accepter comme il se devait les animaux vivants envoyés comme présents par les puissances d’Asie et d’Afrique : “que dirons-nous aux puissances d’Afrique et d’Asie qui, de temps immémorial, ont coutume de nous faire des présents d’animaux ? Les tuerons-nous pour en faire des squelettes ? Ce serait leur faire injure. Les refuserons-nous, en leur disant que nous n’avons plus de quoi les loger et les nourrir ? Nos relations politiques nécessitent donc l’existence d’une ménagerie”7.

  • 8 Ibid., p. 59.

7Quant à la politique intérieure, Bernardin de Saint-Pierre faisait remarquer que l’établissement d’une ménagerie précisément au Jardin des plantes, dans le faubourg Saint-Marceau, pourrait contribuer à la stabilité sociale. Le faubourg Saint-Marceau était le faubourg le plus pauvre de Paris. Selon Bernardin de Saint-Pierre, il était dangereux d’avoir des faubourgs très pauvres et des faubourgs très riches : “la première cause des séditions des villes, et même des révolutions, est lorsque tous les riches y sont d’un côté, et tous les pauvres de l’autre”8. L'existence d’une ménagerie dans le faubourg Saint-Marceau profiterait économiquement à ce faubourg, réduirait les inégalités économiques dans l’ensemble de Paris, et contribuerait ainsi à l’harmonie sociale et politique.

  • 9 Ibid., p. 47.

8Parmi les raisons pour établir une ménagerie discernées par Bernardin de Saint-Pierre, figuraient encore les avantages que cela apporterait, d’une part aux arts libéraux, et d’autre part à l’économie rurale. Une ménagerie donnerait aux artistes, aux poètes et aux écrivains la possibilité de baser leurs œuvres sur des animaux vivants. L’agriculture bénéficierait en même temps de la possibilité d’acclimater des animaux, d’améliorer leur nature et de les croiser avec des races domestiques. Toutes ces bonnes raisons, expliquait Bernardin de Saint-Pierre, coïncidaient avec des circonstances favorables à sa réalisation : à la nécessité de faire quelque chose des quelques animaux restant encore à la ménagerie de Versailles s’ajoutait l’occasion d’obtenir sans bourse délier un terrain et des bâtiments situés dans l’enceinte du Jardin des plantes et à proximité d’une fontaine9.

  • 10 Millin (Aubin-Louis), Pinel (Philippe), Brongniart (Alexandre), Rapport fait à la Société d’histoir (...)

9Le mémoire de Bernardin de Saint-Pierre fit l’objet d’un rapport présenté à la Société d’histoire naturelle de Paris par un comité de cette société en décembre 179210. Les trois membres du comité, A.L. Millin, P. Pinel et Alexandre Brongniart, se prononçaient vigoureusement en faveur de l’établissement d’une ménagerie, tout en prenant soin de distinguer le genre de ménagerie qu’ils envisageaient des ménageries onéreuses et inutiles que possèdent les monarques. Ils soulignaient qu’aussi bien l’histoire naturelle que la physiologie et “l’économie rurale et commerciale” profiteraient de l’établissement d’une “ménagerie sans luxe” à Paris. Leur rapport reprenait une grande partie des arguments de Bernardin de Saint-Pierre et y ajoutait également plusieurs points nouveaux.

  • 11 Ibid., p. 2.

10Millin, Pinel et Brongniart déclaraient : “une Ménagerie avancera l’histoire naturelle sous deux points de vue : l’observation des caractères distinctifs des animaux, et la connaissance de leurs mœurs”. Les naturalistes, poursuivaient-ils, pourraient baser leurs systèmes de classification sur des données plus détaillées que celles dont ils disposaient habituellement. “Une ménagerie ne pourra point faire connaître exactement la manière de vivre de l’animal libre”, admettaient-ils, “mais elle en apprendra plus qu’une peau desséchée”. Leur argumentation reflète une certaine tension existant chez les naturalistes de l’époque, quant aux mérites relatifs des naturalistes-voyageurs par opposition aux naturalistes de cabinet : “les voyageurs n’auront point exclusivement la jouissance d’observer la nature vivante” déclaraient-ils. “Ce qu’ils raconteront avoir vu lorsqu’ils étaient seuls, sera souvent confirmé par l’observation de plusieurs. On pourra alors juger et de leur véracité et de l’exactitude de leurs observations”. En outre, une ménagerie permettrait d’étudier “jusqu’à quel point l’esclavage change le caractère des animaux”11.

  • 12 Bernardin de Saint-Pierre n’était pas favorable à l’expérimentation physiologique sur les animaux. (...)
  • 13 Millin (Aubin-Louis), Pinel (Philippe), Brongniart (Alexandre), Rapport fait à la Société d’histoir (...)

11Le comité dépassait notamment les recommandations de Bernardin de Saint-Pierre en suggérant que les animaux de la ménagerie pourraient servir à l’expérimentation physiologique12. La raison pour laquelle la physiologie n’avait pas progressé aussi vite qu’elle aurait pu le faire, affirmait le comité, était l’absence d’espèces différentes sur lesquelles pratiquer des expériences. L’un des sujets qu’ils proposaient à l’expérimentation était la génération et ils faisaient remarquer que si c’était l’état de captivité qui empêchait les animaux de se reproduire dans les ménageries, alors “les générations artificielles découvertes et employées par l’abbé Spallanzani, nous offrent des moyens de faire naître dans ce pays des animaux étrangers, d’en croiser les races, de former des mulets souvent utiles, et toujours curieux, et de multiplier à l’infini les expériences sur les générations”13.

  • 14 Toscan (Georges), “Description de la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle : histoire du Lion et (...)
  • 15 La liste des animaux au 15 mai 1794 [26 floréal an II] est donnée dans Geoffroy Saint-Hilaire (Étie (...)

12C’étaient là quelques-unes des propositions initiales quant à ce qu’une ménagerie permettrait de réaliser. Entre le 4 et le 10 novembre 1793, les professeurs du Muséum se retrouvèrent en réalité inopinément avec la responsabilité d’une douzaine d’animaux vivants, dont plusieurs étaient dangereux. Cette collection augmenta, en particulier le printemps suivant. En avril, les quatre animaux restant à Versailles furent transférés à Paris. Il s’agissait d’un lion, d’un chien qui était son compagnon, d’un couagga et d’une sorte d’antilope appelée bubale. Le bubale mourut presqu’aussitôt de blessures subies au cours du voyage. Les relations fraternelles entre le lion et le chien servirent cependant d’heureuse leçon de morale, montrant comment une bête aussi féroce qu’un lion pouvait, dans des circonstances appropriées, être amenée à vivre en harmonie avec un animal d’une autre espèce14. En mai, quelque trente-six animaux supplémentaires, dont des moutons, des chèvres et des daims, furent transférés à Paris du Raincy, l’ancien domaine du duc d’Orléans. Le 16 mai 1794 (27 floréal an II), la création de la ménagerie fut officialisée par un décret de la Convention. La ménagerie comptait alors cinquante-huit animaux, dont trente-deux mammifères et vingt-six oiseaux. Confinés dans des enclos et des cages exigus, la plupart des animaux étaient en piteux état. À la suite d’une décision prise par les professeurs le 1er mai 1794, deux pancartes furent placées au-dessus des quartiers des animaux, l’une portant l’inscription “Ménagerie provisoire” et l’autre priant le public “de ne rien jeter aux animaux”15.

FIG. 2 - "Le lion du Muséum d’Histoire naturelle avec son chien. Déssiné d'après nature". Source : [Toscan (Georges)], "Description de la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle : histoire du lion et du chien", La Décade philosophique, littéraire et politique, vol. III, vend.- frim. an III, p. 129.

  • 16 Lacepède (Bernard de), “Lettre relative aux établissements publics destinés à renfermer des animaux (...)

13Si quelqu’un pouvait porter son regard au-delà des quartiers provisoires inadéquats de ces animaux pour imaginer un jardin zoologique idéal, c’était sûrement le comte de Lacepède, compositeur de musique, disciple de Buffon et producteur de visions grandioses de la Nature. À trois reprises, entre 1795 et 1801, Lacepède publia des écrits sur les fonctions qu’une ménagerie pouvait remplir. Il reprenait de nombreuses affirmations courantes sur futilité d’une ménagerie. Il se faisait aussi le défenseur des ménageries sur le plan du pouvoir moral des images de la nature. Il insistait sur le fait que les ménageries, constituées de façon adéquate, pouvaient élever la moralité des gens qui les fréquentaient, et également que les ménageries reflétaient l’état de civilisation des peuples qui les créaient et les géraient16.

  • 17 Lacepède (Bernard de), “Lettre”, La Décade philosophique, no7, 20 frimaire an IV [1795], pp. 454, 4 (...)

14Tout d’abord, dans une lettre de 1795 à La Décade philosophique, Lacepède brossait l’image d’une ménagerie idéale et exprimait non seulement son inquiétude au sujet des piteuses installations de la ménagerie provisoire, mais aussi son sentiment quant aux conséquences morales que pouvait avoir le genre de spectacles qui étaient offerts au public. Insistant pour “que les images de la contrainte ou les apparences de l’esclavage soient éloignées le plus possible des yeux d’un peuple libre”, il suggérait que les ressources soient consacrées en priorité aux animaux qui étaient “moins rares que les autres, et moins capables d’exciter la vaine curiosité du vulgaire, mais plus propres à exercer le génie de l’observateur et à satisfaire l’âme du citoyen”. Il serait bon pour le peuple, expliquait-il, de voir “le lion si fier et si superbe, mais si inutile et si dangereux, céder sa place, au bélier du Cachemire, si doux, si humble, si pacifique et si utile”17.

  • 18 À ce sujet, voir Blanckaert (Claude), “Une Anthropologie de transition : Lacepède et l’histoire nat (...)

15L'un des projets intellectuels entrepris par Lacepède dans les années 1790 était l’élaboration d’une histoire conjecturale de l’évolution sociale de l’homme18. Ainsi distingua-t-il, en 1801, quatre sortes de ménageries correspondant à quatre étapes successives du développement de la civilisation. La première sorte de ménagerie était “le produit du besoin”, constituée lorsque les chefs des tribus primitives rassemblaient dans de grands enclos les animaux qu’ils utilisaient pour la chasse et le combat. La seconde sorte de ménagerie était un effet de l’orgueil. Cette forme de ménagerie voyait le jour lorsque de puissants monarques décidaient de symboliser leur puissance en montrant comment même les fauves les plus redoutables, comme les lions et les tigres, étaient soumis au pouvoir des monarques.

  • 19 Lacepède (Bernard), “Introduction”, in Lacepède (Bernard de), Cuvier (Frédéric), La Ménagerie du Mu (...)

16Après que les succès militaires d’un peuple lui procuraient indépendance, prospérité et loisir, conditions nécessaires à l’essor de la science, une troisième sorte de ménagerie, inspirée par la curiosité, voyait le jour. Dans ce cas, des espèces rares étaient réunies aux côtés des animaux des deux premières sortes de ménageries. La quatrième sorte de ménagerie, la plus avancée, était l’effet du “dévouement du citoyen”. Le progrès constant de la civilisation, expliquait Lacepède, éveillait de nouveaux besoins dans les domaines alimentaire et vestimentaire, ainsi qu’en matière d’agriculture et de transport. Ces besoins conduisaient à leur tour l’homme à s’efforcer de perfectionner les races d’animaux qui lui étaient utiles et ce but définissait le quatrième type de ménagerie. “Ces ménageries de la quatrième sorte”, insistait Lacepède, “n’appartiennent qu’à une civilisation très avancée”. C’est ainsi, déclarait-il, “qu’une ménagerie générale se trouve pour ainsi dire successivement établie par le besoin du chasseur-guerrier, l’orgueil du dominateur, la curiosité du savant et le dévouement du citoyen”19.

  • 20 Ibid., p. 6. Il exprimait également, encore une fois, ses préoccupations quant aux effets négatifs (...)

17Telle que Lacepède l’imaginait en 1801, la nouvelle ménagerie que l’on construisait au Jardin des plantes pour remplacer la ménagerie provisoire serait “le produit des lumières et l’ouvrage d’une politique humaine, portés au plus haut degré de perfection que l’état actuel de la civilisation puisse faire naître”. La ménagerie deviendrait comparable, selon lui, à “une campagne variée et riante, où les différentes espèces d’animaux jouiront de toute la liberté qu’il sera possible de leur laisser sans danger pour des spectateurs nombreux et quelquefois imprudents ; où elles trouveront le toit, l’exposition et les soins les plus convenables à leur organisation ; et où, vivant au milieu des plantes et des arbres de leur pays, à l’ombre du moins des végétaux les plus analogues à ceux de leur patrie, se livrant comme sur leur terre natale, à leurs jeux et à leurs mouvements chéris, ne sentant ni leur exil, ni la perte de leur indépendance, elles présenteront à l’œil de l’observateur le tableau fidèle des productions de la nature vivante dans les contrées les plus remarquables du globe”20.

18Une histoire détaillée de la ménagerie de Paris devra examiner en détail à quel point les idéaux exprimés par Bernardin de Saint-Pierre, la commission de la Société d’histoire naturelle et Lacepède correspondaient à la pratique réelle. Les remarques qui suivent pourront illustrer un certain nombre de cas où le fonctionnement de la ménagerie s’avéra poser plus de problèmes qu’on ne l’avait craint.

  • 21 La provenance des animaux existant à la ménagerie en 1804 a été décrite dans un livre publié anonym (...)

19Lorsqu’on considère la provenance des animaux qui furent amenés à la ménagerie, on s’aperçoit que certains des plus beaux de ces animaux étaient des présents de souverains d’autres pays, comme Bernardin de Saint-Pierre l’avait prévu. C’était le cas par exemple des trois lions offerts à la République par le Bey d’Algérie en 1798, ou de la célèbre girafe, envoyée comme présent au roi de France par le pacha d’Égypte en 1827. Il est néanmoins intéressant de noter, toutefois, que la ménagerie du Muséum ne devait pas, en fin de compte, recevoir tous les animaux que des souverains étrangers destinaient aux dirigeants de la France. Joséphine, l’épouse de Napoléon, établit sa propre ménagerie à Malmaison aux côtés de ses roses, de ses plantes exotiques et de ses œuvres d’art. Au début des années 1800, la question se posait souvent de savoir si un nouvel animal rare irait à Sa Majesté l’Impératrice ou au Muséum. Il va sans dire que les professeurs ne manquaient jamais de remercier avec effusion Mme Bonaparte lorsqu’elle leur cédait un animal intéressant. En contrepartie, ils durent cacher leur déception lorsqu’en 1804, Joséphine demanda à ce que lui soient envoyés les deux Kangourous géant acquis d’Angleterre par la ménagerie deux ans auparavant21.

  • 22 Voir Loisel (Gustave), Histoire des ménageries de l’antiquité à nos jours, Paris : O. Doin et fils, (...)
  • 23 La Décade philosophique, no17, an VI [1798], pp. 240-241.
  • 24 Minutes des procès-verbaux des Assemblées des professeurs, séance du 14 ventôse (lettre de Thouin d (...)
  • 25 Jauffret (Louis-François), Voyage au Jardin des plantes, contenant la description des galeries d’hi (...)

20En plus des animaux présents et de ceux provenant de Versailles, du Raincy et des spectacles d’animaux de Paris, la ménagerie s’enrichit également de nouveaux sujets grâce à des achats, à des transactions et à des entreprises naturalistes comme l’expédition Baudin. Néanmoins, à la fin des années 1790, la source la plus importante de nouveaux animaux était la conquête militaire. En Hollande, les armées françaises confisquèrent la ménagerie du Stathouder Guillaume V, à la suite de quoi quarante-neuf bêtes, dont deux éléphants, vinrent augmenter la ménagerie de Paris22. En Suisse, les armées de Napoléon s’approprièrent les ours, symbole même de la cité de Berne. Comme le rapportait La Décade philosophique en 1798, “les ours de Berne sont arrivés à la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle. Peu de nations ont eu le privilège de peupler, comme nous, leurs Cabinets d’histoire naturelle par une suite de victoires toutes plus glorieuses les unes que les autres. À la paix, un soldat de la patrie ne pourra se promener dans Paris sans apercevoir de tous côtés les fruits de ses travaux et de sa valeur”23. Les lions ramenés d’Afrique par Félix Cassai en 1798 étaient des présents et non des prises de guerre, mais le gouvernement français fit en sorte que les fourgons d’animaux de Cassai rejoignent les fourgons ramenant les trésors artistiques d’Italie à Paris, afin qu’ils puissent tous entrer dans la ville en une procession triomphale le 14 juillet24. Même si Lacepède, en 1801, voulait que la ménagerie de Paris reflète “la curiosité du savant et le dévouement du citoyen”, les hôtes de la ménagerie représentaient toujours essentiellement, à cette date, “l’orgueil du dominateur”. Quant à peupler la ménagerie d’espèces paisibles et utiles, pour élever la morale et le comportement du public, la réalité des faits ne fut pas, là non plus, à la hauteur de la vision grandiose de Lacepède. Il est certain en tous cas que Félix Cassai, le gardien des animaux féroces, ne s’intéressait pas particulièrement au genre de ménagerie défendu par Lacepède. Selon un guide du zoo de l’an VI destiné à la jeunesse, Cassai aurait dit : “je donnerais le peu que je possède pour voir peupler cette ménagerie de toute sorte d’animaux féroces. Quand le public vient la visiter, je suis comme honteux de n’avoir à lui montrer que des animaux ordinaires. Je voudrais pouvoir vous dire à présent : voilà le tigre, voilà la panthère, voilà le léopard, voilà le chacal, voilà le lion”25.

  • 26 Lettre de Mordant De Launay aux professeurs du Muséum, 14 ventôse an VI [4 mars 1798] (Archives nat (...)
  • 27 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes, à la ménagerie et dans les galeries du M (...)

21Et pour ce qui est de l’attitude du public, voir les animaux paisiblement au repos ne satisfaisait souvent pas les visiteurs de la ménagerie. Ils lançaient des pierres aux animaux, ou envoyaient leurs chiens après eux, pour les faire bouger. D’ailleurs, le comportement des animaux n’était parfois pas plus honorable que celui du public. Les herbivores, dans leurs enclos et leurs étables, ne faisaient pas toujours bon ménage. Comme les professeurs en furent informés en mars 1798 par Mordant De Launay, qui avait rejoint le personnel du Muséum comme bibliothécaire et s’était bientôt vu confier la responsabilité de la supervision de la ménagerie : “le cerf et le petit taureau ne paraissent plus disposés à habiter fraternellement le même enclos, ils se menacent à chaque fois qu’ils se rencontrent et déjà il a fallu les débarrasser[,] leurs cornes s’étant prises les unes dans les autres”26. Il y avait également le problème des singes, ainsi que le signalait un guide du Jardin des plantes de 1804 à propos des deux singes de la ménagerie : “l’on doit éviter de les montrer près aux dames et aux enfants, surtout dans certaines saisons ; car alors le papion semble se faire un jeu d’étaler sa lubricité [...]”27.

22Les conditions de vie des animaux, quant à elles, restaient très mauvaises à la fin des années 1790, alors que le Muséum attendait les fonds et les plans architecturaux pour les nouveaux quartiers des animaux. De nombreux animaux mouraient et la plupart des autres étaient abrités dans des quartiers très insalubres. De Launay avertit les professeurs que si les conditions de la ménagerie ne s’amélioraient pas rapidement, elle risquait davantage de nuire que de participer à la bonne réputation du Muséum en général.

FIG. 3 - “La lionne allaitant ses lionceaux”. Gravure par Miger d’après Maréchal.

23Dans de telles conditions, les occasions d’étudier le comportement animal, et à plus forte raison de le soumettre à des expériences, étaient limitées. La ménagerie connut quelques véritables triomphes, comme la naissance en 1800 de trois lionceaux. Néanmoins, les promesses scientifiques de la ménagerie au début du siècle restaient pour le moins précaires. Son attrait populaire, son vaste symbolisme et ses limitations scientifiques devaient tous être mis en évidence par l’un des événements les plus remarquables des débuts de l’histoire de la ménagerie : le concert donné pour les éléphants le 29 mai 1798.

  • 28 La Décade philosophique, no17, 1798, pp. 44-46 et 180. L’afflux de marchands au Muséum représentait (...)

24Les éléphants en question étaient un mâle et une femelle, nommés Hanz et Marguerite. Ils avaient été les joyaux de la ménagerie du Stathouder de Hollande. Les autres quadrupèdes et les oiseaux de la ménagerie du Stathouder furent transportés à Paris sans encombre et y arrivèrent à la fin du mois d’août 1796, mais le transport des éléphants posa plus de problèmes. Ce ne fut que le soir du 24 mars 1798 (4 germinal an VI) que les animaux arrivèrent à Paris par la Seine. Des préparatifs avaient été effectués au Muséum pour accueillir non seulement les éléphants, mais aussi la grande foule de gens qui voulait les voir. La populace fut autorisée à voir les éléphants les jours pairs de chaque décade de onze heures à une heure et de trois à cinq heures, mais l'affluence était telle qu’il était difficile de bien voir les grands animaux. L'afflux de visiteurs au Jardin des plantes était accompagné d’un flot de marchands cherchant à vendre de la nourriture et des marchandises28.

  • 29 Le récit du concert aux éléphants que nous faisons ici se base sur deux récits de témoins directs : (...)

25Le 29 mai 1798, deux mois environ après leur arrivée à Paris, les éléphants furent soumis à une expérience. Un concert fut joué pour eux par quatorze musiciens du Conservatoire de musique. Les musiciens prirent tout d’abord place hors de la vue des éléphants. Le gardien des éléphants occupa ces derniers à manger afin qu’ils ne s’aperçoivent pas qu’il se passait des choses étranges à proximité. Puis les musiciens commencèrent à jouer. Leur premier morceau commença par un “trio de petit air” pour deux violons et une basse en si majeur. Lorsque la musique commença, les éléphants cessèrent de manger. Ils manifestèrent de la surprise. Comme la musique passait à l’air de danse plus vigoureux en si mineur de l’“Iphigénie en Tauride” de Gluck, les éléphants se mirent à s’agiter de plus en plus, semblant se mouvoir en mesure au son de la musique. Ils s’appuyaient contre les barrières de leur enclos et émettaient des cris et des sifflements. Ils furent calmés par un solo pour basson en do mineur sur l’air “Oh ma tendre musette”, pour être ensuite poussés à “une agitation prodigieuse” lorsque l’orchestre se mit à jouer le chant révolutionnaire “Ça ira”. L’air fut joué en ré et comportait le son perçant d’un piccolo. La femelle surtout sembla être particulièrement excitée par la musique. Les postures qu’elle adopta et les caresses qu’elle donna au mâle parurent aux spectateurs montrer que la musique avait stimulé son ardeur amoureuse. Les animaux furent ensuite apaisés par un duo choral en mi bémol tiré de l’opéra de Sacchini “Dardanus”. Le récit manuscrit du concert rédigé par les musiciens indique que pendant que le duo était chanté, “le mâle avait l’air de réfléchir profondément”29.

26Une seconde interprétation de “Ça ira” par l’orchestre, cette fois en fa, donna l’occasion aux observateurs de conclure que les animaux ressentaient des effets différents non seulement selon le caractère différent de la musique, mais aussi selon les changements de ton, “car ils ont été infiniment moins agités par cet air en fa que la 1ère fois, lorsqu’il était en ré”. Un duo à la flûte suivit, sans susciter d’émoi chez les éléphants, puis vint un solo de la chanson “charmante Gabriele” en do majeur. Selon les observations notées par les musiciens à ce moment-là : “ce morceau les a tellement attendris, que toute la galerie s’est aperçu que la femelle versait des larmes”.

27Un compte rendu complet du concert pour les éléphants sera remis plus tard lors d’une future occasion. Pour le moment, nous nous contenterons de noter que :

  • Les musiciens présentèrent en tout quatorze arrangements musicaux différents, dont quatre interprétations différentes de “Ça ira”. Les éléphants se montrèrent le plus excités la troisième fois que “Ça ira” fut interprété, lorsque l’orchestre tout entier joua et que certains musiciens chantèrent en jouant.

    • 30 Toscan (Georges), “Du Pouvoir de la musique sur les animaux...”, art. cit.

    Les éléphants étaient connus pour leur réticence à se reproduire en captivité. Les amener à se reproduire était le principal obstacle à leur domestication. On les disait si pudiques qu’aucun naturaliste n’avait jamais pu les voir copuler dans la nature, encore moins en captivité. Or, il sembla à ceux qui les observaient que les deux éléphants avaient été excités sexuellement par la musique jouée pour eux. Le premier rapport publié sur le concert donnait la nouvelle encourageante que plusieurs nuits après le concert, le gardien des éléphants avait entendu du bruit dans l’enclos des éléphants et avait surpris ces derniers dans ce que l’auteur supposait être la véritable position d’accouplement des éléphants30.

    • 31 Ces remarques doivent être qualifiées par l’observation que durant une partie de cette période, Geo (...)

    L’expérience du concert pour les éléphants fut conçue par les musiciens et non par les professeurs du Muséum. En outre, le premier rapport publié sur le concert fut rédigé par Georges Toscan, le bibliothécaire du Muséum, et non par un professeur. Certes, quoiqu’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire ait plus tard affirmé avoir eu la responsabilité de la ménagerie depuis ses débuts en 1793 jusqu’en 1837, le fait est que deux bibliothécaires du Muséum, De Launay et Toscan, s’intéressaient autant qu’aucun des professeurs à ce qui se passait à la ménagerie entre 1796 et 1801. De Launay était de fait le directeur de la ménagerie durant cette période et Toscan informait le public des nouvelles de la ménagerie31.

FIG. 4 - Les éléphants représentés dans l’instant des premières caresses qu’ils se sont faites après qu'on leur ait fait entendre de la musique. Source : Houel (J. P.), Histoire naturelle de deux éléphants, mâle et femelle, du Muséum de Paris venus de Hollande en France l'an VI, Paris : L’Auteur, An XI [1803], pl. XV, p. 95.

  • 32 [Cuvier (Frédéric)], Notice des animaux vivants de la ménagerie..., op. cit., pp. IX-X. L'ouvrage f (...)

28Si l’avenir scientifique de la ménagerie semblait problématique en 1798, il semblait nettement plus prometteur en 1804. Un plan pour le remplacement de la ménagerie provisoire par un magnifique établissement plus permanent avait été établi et commençait à être exécuté. La première pierre de la rotonde, initialement destinée à recevoir les animaux féroces, fut posée cette année-là. Un nouveau poste, celui de garde de la ménagerie, avait été créé au Muséum fin 1803. Des problèmes subsistaient néanmoins. Le jour même de la nomination de Frédéric Cuvier comme garde de la ménagerie, Félix Cassai, le garde des animaux féroces, fut renvoyé pour avoir tenté d’organiser le meurtre d’un autre membre du personnel. Des animaux précieux, comme le beau lion du nom de “Marc”, continuaient à mourir. Comme l’indiqua Frédéric Cuvier au début de son mandat, il était difficile de savoir au juste de quoi les animaux avaient besoin : “qui consultera-t-on pour la construction des abris les plus convenables à des animaux sauvages, souvent féroces, et pour la plupart originaires de climats différents du nôtre ? Quelle nourriture la plupart d’entr’eux exigent-ils ? Quel traitement doit-on leur faire éprouver pour les conserver en santé, et pour les conduire ? À quelles maladies sont-ils sujets ? Quels remèdes leur administrera-t-on ? Comment faudra-t-il s’y prendre pour cela ? Il n’existe aucun moyen de répondre à ces questions et cent autres semblables. On n’a rien écrit, on n’a presque rien vu, tout est à faire et l’on n’a d’autres secours que quelques connaissances générales, quelques analogies qui peuvent bien diriger dans la recherche des vérités dont on a besoin, mais qui ne les enseignent point”32.

  • 33 Pour plus d’informations biographiques sur Frédéric Cuvier, voir Flourens (Pierre), “Éloge historiq (...)

29Considérons maintenant ce que Frédéric Cuvier réussit à réaliser au cours des plus de trente années durant lesquelles il occupa le poste de garde de la ménagerie33.

  • 34 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 29 frimaire an XII [21 décembre 1803] (Archives nati (...)

30Le poste de garde de la ménagerie fut créé le 21 décembre 1803 (29 frimaire an XII). Les devoirs du garde étaient stipulés dans seize articles, rédigés par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, le professeur des Mammifères et des Oiseaux. Selon l’article II, le garde était placé sous l’autorité du professeur des Mammifères et des Oiseaux, et était censé communiquer avec l’administration par l’intermédiaire de ce professeur. Il avait à son tour sous sa responsabilité les divers gardes d’animaux, les ouvriers journaliers de la ménagerie et le commissaire aux provisions (article IV), dans le double but d’assurer la bonne santé des animaux et le maintien de l’ordre lorsque le public était présent (article V). Parmi les autres articles se rapportant aux responsabilités du garde, nous noterons en particulier l’article X, recommandant au garde de saisir toutes les occasions d’acclimater les espèces étrangères pouvant présenter une utilité économique ; l’article XI, déclarant que le garde devait mener à bien un programme d’expérimentation présenté par les professeurs ; et l’article XII, selon lequel l’étude du comportement animal était aussi du ressort du garde, qui devait déterminer avec soin le commencement et la fin des périodes de rut, de gestation, de ponte, de mue et d’autres phénomènes que les animaux connaissent chaque année34.

  • 35 Ibid. et séance du 6 nivôse an XII [28 décembre 1803] (Archives nationales, AJ.15.106).

31Une fois créé le poste de garde de la ménagerie, Geoffroy Saint-Hilaire recommanda à l’Assemblée des professeurs de le confier à Frédéric Cuvier, frère cadet de son collègue et ami, Georges Cuvier. Geoffroy Saint-Hilaire reconnaissait qu’à première vue, Frédéric Cuvier ne paraissait peut-être pas particulièrement qualifié pour cet emploi, puisqu’il était mieux connu pour ses travaux en chimie, mais, insistait-il : “je le sais très instruit en anatomie comparé, en histoire naturelle, en médecine générale : c’est lui qui rédige le plus grand nombre des articles Zoologie du nouveau Dictionnaire d’histoire naturelle [...]”. Geoffroy Saint-Hilaire se portait également garant des qualités morales de Frédéric Cuvier. Suivant cette recommandation, les professeurs du Muséum l’élurent unanimement garde de la ménagerie le 28 décembre 1803. Il était alors âgé de trente ans35.

32Au cours des trente-cinq ans qui suivirent, Cuvier jeune s’employa à élaborer une évaluation du comportement des Mammifères plus exhaustive et mieux informée que nul n’en avait réalisée auparavant. Comme on pourrait s’y attendre, ses succès et ses frustrations étaient intimement liés au cadre particulier dans lequel il se trouvait. Les conditions matérielles de la ménagerie, le genre de recherches qu’il était possible de mener sur des animaux en captivité, les fonctions attribuées à la ménagerie parmi l’ensemble des objectifs du Muséum et le statut de dépendance du garde dans la hiérarchie officielle de l’institution, pesèrent sur ce qu’il parvint à réaliser.

  • 36 C’est en tout cas ce que Lamarck lui-même rappelait dans son “Discours d’ouverture pour le cours de (...)
  • 37 Voir Burkhardt (Richard W.), The Spirit of System : Lamarck and evolutionary biology, Cambridge : H (...)

33Il n’est pas rare, dans l’histoire des sciences, de voir un chercheur faire une vertu particulière de conditions de travail que d’autres auraient trouvées contraignantes. Ce fut précisément ce que fit J.-B. Lamarck après que la réorganisation du Jardin des plantes l’incita à passer du rôle de “botaniste attaché au Cabinet du roi” à celui de “professeur des Insectes, Vers et Animaux microscopiques”. Lamarck s’inquiéta tout d’abord du fait “qu’il y avait bien plus d’avantage et plus intérêt à exciter dans la démonstration des caractères, des mœurs et des habitudes du lion, que dans celle du lombric terrestre”36. Il devait bientôt, cependant, se rassurer et rassurer ses élèves quant au fait que l’étude des invertébrés présentait d’importants avantages par rapport à celle des vertébrés, pour affirmer ensuite que les animaux les plus simples montraient beaucoup plus clairement que les animaux les plus complexes ce qui était véritablement l’essence de la vie. Les animaux les plus simples, ajoutait-il, révélaient plus clairement que les animaux les plus complexes la marche que la nature avait suivie pour amener successivement à l’existence toutes les différentes formes de vie37.

  • 38 Cuvier (Frédéric), “Du rut”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, no9, 1807, p. 118-130.

34Frédéric Cuvier, jeune naturaliste, mieux connu en tant que frère cadet de Georges Cuvier que pour ses quelques travaux de chimie, se voyait confier la garde et l’étude d’animaux dans des conditions que de nombreux naturalistes considéraient comme tellement artificielles que l’on ne pourrait rien apprendre d’important au sujet de la vie des animaux en question. Il releva ce défi et entreprit une rationalisation des études en ménagerie qui justifiait, exploitait, et même vantait ce qu’on pouvait apprendre des animaux en captivité. Dans son tout premier article sur le comportement animal, “Du rut”, l’ancien chimiste écrivait : “les ménageries peuvent être pour ceux qui s’occupent de zoologie, ce que le laboratoire du chimiste est pour celui qui se livre à l’étude des corps bruts. On n’y voit pas ce qui s’opère dans la nature, mais ce qui peut s’y opérer”38.

  • 39 Notice des animaux vivants de la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : chez Gabriel Duf (...)
  • 40 Cuvier (Frédéric), “Essai sur la domesticité des Mammifères, précédé de considérations sur les dive (...)
  • 41 Ibid., p. 422.

35Il devait pousser encore plus loin cette analogie en 1809, dans une nouvelle édition du guide de la ménagerie. Il y faisait remarquer que Galilée n’aurait jamais découvert la loi de la chute des corps, s’il n’avait pas eu l’occasion de manipuler de tels corps expérimentalement. Si l’on souhaitait découvrir les lois du comportement animal, affirmait Cuvier, il faudrait se livrer à des interventions comparables. Les idées contemporaines sur l’intelligence animale étaient tellement inadéquates, insistait-il, parce quelles se basaient sur des faits isolés concernant des animaux vivant en liberté et sur lesquels l’expérimentation était impossible39. Il exprima cette position avec force dans son article de 1825 sur la domestication des animaux. Il y faisait remarquer que l’étude des animaux vivant en liberté dans la nature pouvait révéler le rôle des animaux sur terre, mais que seuls les animaux en captivité permettraient de découvrir les causes générales des actions des animaux et la nature de leurs facultés intellectuelles40. Il allait même jusqu’à suggérer que les études de zoo rendraient inutiles les études de terrain : “dès que nous connaîtrons les facultés générales de son espèce, et ses dispositions, nous pourrons déterminer, même d’avance, ses actions individuelles dans toutes les situations où il se trouvera ; et dès lors il ne s’agira plus, pour déterminer la manière d’être de telle ou telle espèce dans une contrée quelconque, d’en découvrir les individus, de les suivre, dans tous les détails de leur existence, de les chasser pour les atteindre, il suffira d’apprécier exactement les conditions au milieu desquelles ils vivent ; ce qui est beaucoup plus facile et beaucoup moins sujet à erreur”41.

  • 42 Comme l’expliquait Cuvier dans une lettre du 29 ou du 30 octobre 1826 à P. Flourens, son “Essai sur (...)
  • 43 Ibid., p. 139.

36Ces propos confiants représentent la pensée de Cuvier dans ce qu’elle avait de plus optimiste, ou du moins de plus combatif face au scepticisme quant à ce que pouvait apporter l’étude des animaux d’une ménagerie42. Frédéric Cuvier rencontrait cependant diverses difficultés dans son travail. Il n’était pas professeur. Son frère Georges l’avait d’ailleurs convaincu qu’il ne conviendrait pas qu’il aspire à une chaire de professeur au Muséum tant que Georges lui-même y serait professeur43. N’étant pas professeur, Frédéric Cuvier n’avait pas la possibilité d’élaborer et d’enseigner un cours sur son sujet. Il demeura officiellement le subordonné de Geoffroy Saint-Hilaire presque jusqu’à la fin de sa carrière. En outre, ses rapports avec Geoffroy Saint-Hilaire se détériorèrent sérieusement durant cette période.

  • 44 Cuvier (Frédéric), “Note sur l’accouplement d’un zèbre et d’un cheval”, Annales du Muséum d’Histoir (...)
  • 45 Sur mille huit spécimens de mammifères ajoutés au Cabinet d’histoire naturelle durant les quinze an (...)
  • 46 Cuvier (Georges), “L’Éléphant des Indes”, in Lacepède (Bernard de), Cuvier (Georges), La Ménagerie (...)
  • 47 Cuvier (Georges), “Sur les éléphants vivants et fossiles”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, (...)

37Les animaux, comme les professeurs, lui posaient de graves problèmes. Ils étaient souvent gardés dans des enclos si restreints qu’ils n’avaient guère l’occasion de montrer leurs habitudes ni leurs capacités naturelles. Même lorsqu’ils présentaient un comportement intéressant, il était souvent difficile de les maintenir en vie suffisamment longtemps pour l’étudier à fond. Parmi les animaux auxquels Frédéric Cuvier consacra ses premières études, le zèbre, l’orang-outan et les phoques moururent tous avant qu’il ait pu effectuer sur eux toutes les observations qu’il souhaitait44. Fait révélateur, tandis que la mort d’animaux de la ménagerie était un contretemps pour lui, ce n’était généralement pas un problème pour ses collègues. Bien au contraire, c’était lorsqu’on leur présentait un spécimen ayant cessé de vivre que leur pratique commençait véritablement. La mort d’animaux de la ménagerie était une source importante de spécimens, tant pour le Cabinet d’anatomie comparée que pour celui d’histoire naturelle45. Lorsque l’éléphant mâle de la ménagerie mourut d’une pneumonie le 3 janvier 1802 (13 nivôse an X), les recherches d’anatomie comparée effectuées sur lui purent alors commencer. Hanz, le magnifique animal qui, moins de quatre ans auparavant, avait été ému par les accents de “Ça ira”, fut plus utile à la science mort que vivant. Georges Cuvier, aidé de son prosecteur et d’autres assistants, passa plus de quarante jours à anatomiser le cadavre de Hanz46. Hanz et un autre éléphant indien qui le suivit permirent à Georges Cuvier d’étayer l’une de ses plus importantes affirmations, à savoir que les espèces de quadrupèdes du présent, y compris les éléphants, étaient distinctes des espèces du passé47 (voir fig. 5).

  • 48 Les dates de construction des différentes parties de la ménagerie sont tirées de Milne-Edwards (Alp (...)

38Frédéric Cuvier lui-même ne pouvait pas, bien entendu, consacrer tout son temps aux observations et aux expériences sur les animaux, alors qu’il devait aussi se préoccuper de tous les autres aspects du fonctionnement de la ménagerie, y compris veiller à ce que les animaux aient de l’eau fraîche, faire réparer les appareils de chauffage quand ils ne fonctionnaient pas correctement, faire des propositions sur les installations réservées aux animaux, contester les recommandations de l’architecte lorsqu’elles ne semblaient pas correspondre aux besoins des animaux ni à ceux du public, et ainsi de suite. La période où Frédéric Cuvier occupa le poste de garde de la ménagerie fut celle de l’histoire de la ménagerie où l’on construisit le plus. La rotonde pour les éléphants (initialement prévue pour accueillir les grands carnivores) fut commencée en 1804 et achevée en 1812. Les fosses aux ours furent creusées en 1805. La galerie des animaux féroces fut commencée en 1818 et achevée en 1821. La volière pour les rapaces fut achevée en 1825 et la faisanderie en 1827. La singerie, commencée en 1833, fut achevée en 183648. En plus de ses fonctions à la tête de la ménagerie, Cuvier fut nommé inspecteur de l’Académie de Paris en 1810 et inspecteur général de l’Université en 1831 et il consacrait une partie importante de son temps à ces activités supplémentaires.

FIG. 5 - Cuvier (Georges), “Sur les éléphants vivants et fossiles”, Annales du Muséum national d'Histoire naturelle, no8, 1806, pl. I, p. 154.

  • 49 Citons parmi les publications de Cuvier (Frédéric) : “Du rut”, art. cit. ; “Note sur l’accouplement (...)

39Dans son rôle de garde de la ménagerie, Cuvier se pencha sur le genre de questions que les professeurs, en créant ce poste, avaient déclarées être du ressort du garde, avec tout d’abord son article “Du rut” de 1807, puis un certain nombre d’expériences sur la reproduction et enfin la publication en 1825 de deux importants articles, l’un sur la sociabilité des animaux et l’autre sur leur domestication49. Des contraintes d’espace ne nous permettent pas d’énumérer ici tous les animaux étudiés par Cuvier ni tous les points d’observation et de théorie importants qu’il établit, mais nous mentionnerons certaines des conclusions dont il tirait une fierté particulière.

  • 50 Cuvier (Frédéric), “Description d’un orang-outang...”, art. cit.
  • 51 Cuvier (Frédéric), “Observations zoologiques sur les facultés physiques et intellectuelles du phoqu (...)
  • 52 Cuvier (Frédéric), “Essai sur la domesticité des Mammifères...”, art. cit.

40Son travail avec un jeune orang-outan femelle, puis plus tard avec d’autres animaux, lui permit de conclure que l’intelligence des animaux connaît son développement le plus spectaculaire lorsqu’ils sont jeunes, pour s’affaiblir ensuite tandis que leur force physique augmente50. Toujours dans ses travaux sur l’orang-outan, mais aussi plus particulièrement dans son étude des phoques publiée en 1811, il démontrait que, contrairement à l’opinion courante, la perfection intellectuelle n’est pas en corrélation directe avec la perfection des organes sensoriels51. Il allait encore à l’encontre de l’opinion courante en observant que les herbivores ne sont pas par nature plus doux que les carnivores. Une autre de ses principales affirmations, résultant de la comparaison entre les espèces d’animaux domestiqués avec succès et ceux qui n’avaient pu l’être, portait sur le tait que la domestication n’était possible que pour des espèces possédant déjà une prédisposition instinctive à la sociabilité52.

  • 53 Ibid., p. 419 ; “Castor”, in Cuvier (Frédéric) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences naturelles (...)

41Dans ses expériences sur les castors, il prouvait que les constructions des castors ne sont pas le résultat de projets entrepris intelligemment et en commun, lorsqu’ils ne sont pas dérangés par l’homme (comme l’avait supposé Buffon), mais qu’elles ne sont au contraire que “des fruits d’une industrie toute mécanique, que les résultats d’un besoin purement instinctif”. Il établit cela en observant de jeunes castors qui étaient élevés isolément et n’avaient donc jamais l’occasion d’apprendre de leurs congénères. Il constata que ces individus montraient malgré cela une tendance instinctive à la construction53.

  • 54 Cuvier (Frédéric), “Description d’un orang-outang...”, art. cit., pp. 56, 58, 62, 64.

42Dans ses recherches sur les facultés intellectuelles des animaux, Cuvier fut nécessairement amené à examiner les ressemblances et les différences entre les facultés des animaux et celles des humains. Dans son article de 1810 sur l’orang-outan, il insistait sur la circonspection dont fait preuve cet animal, qualité rendue nécessaire, selon lui, par le fait que “la nature n’a donné à l’orang-outang qu’assez peu de moyens de défense”. Il attribuait aussi à l’animal la capacité de généraliser. Il observait que si l’orang-outan ne voulait pas qu’on le fasse descendre d’un arbre, il agitait les branches de l’arbre lorsqu’on essayait d’y grimper après lui. Il agissait ainsi, pensait Cuvier, parce qu’il avait raisonné d’après sa propre expérience “que la crainte d’une chute les empêcherait de s’élever plus haut”. De même, l’orang-outan déplaçait une chaise afin de pouvoir atteindre et ouvrir un loquet et il prenait soin de se couvrir la nuit, montrant ainsi, outre la capacité de généraliser, “la conscience d’un besoin futur”54.

  • 55 Cuvier (Frédéric), “Observations zoologiques sur les facultés physiques et intellectuelles du phoqu (...)
  • 56 Lamarck (Jean-Baptiste), Philosophie zoologique, ou Exposition des considérations relatives à l'his (...)
  • 57 Cuvier (Frédéric), “Essai sur les facultés intellectuelles des brutes”, art. cit., pp. 217-218.

43L’histoire ne nous apprend pas si l’article publié par Cuvier en 1810 lui valut des critiques pour avoir attribué de telles facultés à l’orang-outan. Elle ne nous apprend pas non plus s’il rencontra des objections l’année suivante lorsque ses observations sur les phoques l’amenèrent à adopter l’opinion de Gall qui “donne au cerveau la principale influence sur les idées”55. À la même époque Lamarck spéculait cependant sur la manière dont un orang-outan ou une créature semblable aurait pu, en adoptant de nouvelles habitudes, acquérir la faculté de parler56. En tout état de cause, lorsqu’en janvier 1812 Cuvier présenta à la Société philomatique ses “Essais sur les facultés intellectuelles des brutes”, il s’attacha tout particulièrement à identifier “les différences principales qui existent entre l’homme et les animaux des premières classes, sous le rapport de l’intelligence”. Il les situait dans “la faculté de méditer, de réfléchir”, qui selon lui était unique aux humains. Il déclarait “que les animaux ont, comme nous, la faculté d’être attentifs, de sentir, de juger, de se ressouvenir, etc., et que toutes nos actions, dans lesquelles nous ne faisons entrer que ces facultés, sont absolument semblables aux leurs ; mais que nous commençons à nous distinguer des brutes lorsque nous appliquons à ces facultés celle de méditer”57.

  • 58 Cuvier (Frédéric), “Instinct”, art. cit., p. 537.
  • 59 Cuvier (Frédéric), “De la sociabilité des animaux”, art. cit., p. 8.

44Dans ses écrits ultérieurs, Cuvier oscillait constamment entre deux tendances : souligner les différences fondamentales entre les humains et les animaux, et insister sur le fait que l’étude du comportement animal pouvait améliorer la compréhension du comportement humain. Dans son article de 1822 consacré à l’instinct, il insistait que “tous les animaux sans exception sont dépourvus du sens intime de la perception du moi et de la faculté de réfléchir ; c’est-à-dire, de considérer intellectuellement, par un retour sur eux-mêmes, leurs propres modifications [...]”58. Dans son article de 1825 sur la sociabilité animale, il exprimait sa conviction que “la sociabilité de l’homme est primitivement instinctive”, mais dans la mesure où chez l’homme cet instinct était modifié par la raison, le meilleur moyen de comprendre l’instinct et ses conséquences directes était de l’étudier dans ses manifestations les plus simples, chez les animaux59.

  • 60 Cuvier (Frédéric), “Observations zoologiques sur les facultés physiques et intellectuelles du phoqu (...)
  • 61 Cuvier (Frédéric), “Le Bouc de la Haute-Égypte”, in Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Cuvier (Frédé (...)

45Deux autres points historiquement importants sont, d’une part le vif intérêt que Frédéric Cuvier portait à la question des espèces, et d’autre part sa ferme conviction de l’hérédité des caractères acquis. Il écrivait : “l’expérience prouve [...] d’une manière incontestable que les facultés intellectuelles développées accidentellement se communiquent avec le temps par la génération et deviennent héréditaires”60. Il voyait dans ce phénomène la cause principale de l’existence des différentes races de Mammifères. Il n’était cependant pas transformiste. Il ne supposait pas que de tels facteurs entraient en jeu pour produire les différences entre les espèces. Il affirmait même en 1819 qu’on ne connaîtrait jamais la cause des différences entre les espèces : “la force qui les fait naître a cessé d’agir ou se cache dans des profondeurs [quel notre œil ne peut atteindre”. Par contre, poursuivait-il, “les causes des variétés sont [...] sous notre main [,..]”61.

  • 62 Cuvier mentionna son projet d’écrire un ouvrage général dans son “Examen de quelques observations d (...)
  • 63 La lettre de Cuvier aux professeurs et son “Programme d’un cours sur la nature des animaux et leur (...)
  • 64 Cuvier (Frédéric), “Considérations sur l’étude des actions des animaux, suivies du programme d’un c (...)

46Au début des années 1820, Cuvier exprima son intention de publier ultérieurement un ouvrage général sur l’origine des actions animales62. Il n’y parvint jamais. Il ne publia d’ailleurs pas non plus, après 1825, de nouveaux articles spécialement consacrés au comportement animal, bien qu’il continua à publier son grand ouvrage sur les Mammifères, qui devait finalement comprendre la description de quelque cinq cents espèces. S’il était devenu professeur au Muséum plus tôt dans sa carrière, il en aurait peut-être été autrement. Sa nomination arriva malheureusement trop tard. À la mort de son frère, en 1832, Frédéric demanda aux professeurs du Muséum de solliciter du Ministère de l’Instruction publique l’établissement d’une nouvelle chaire au Muséum, laquelle chaire serait consacrée à l’étude des animaux vivants et à leur éducation. Les professeurs refusèrent de donner suite à cette proposition63. À la fin de l’année 1836, lorsque le Ministère de l’Instruction publique donna au Muséum la possibilité de créer deux nouvelles chaires, Cuvier chercha à postuler à l’une d’elles. Il soumit de nouveau à l’Assemblée des professeurs sa proposition pour “un cours sur la nature des animaux et sur leur éducation”. Il déclarait qu’une zoologie ne traitant que des caractéristiques physiques des animaux et non de leurs facultés était “une science tronquée”. Il insistait encore sur le fait que “si l’anatomie humaine s’est si fort enrichie de celle des animaux, il en sera de même certainement de sa psychologie, lorsqu’on en rapprochera les nombreux phénomènes psychiques que la longue série des animaux présente ; d’autant plus que ces phénomènes ont une simplicité que nous trouvons rarement dans ceux dont la conscience humaine est le théâtre. Sous ce rapport, en effet, les animaux, clans ce qu’ils ont de commun avec nous, offrent véritablement une analyse naturelle de l’intelligence humaine”64.

  • 65 Ibid., p. 142.

47Pour justifier sa proposition, Cuvier expliquait que, en plus de trente années comme garde de la ménagerie, “mes recherches et mes travaux ont été principalement dirigés vers la connaissance des animaux vivants, vers les moyens de les observer, de les soumettre, sans souffrances physiques, à des expériences raisonnées, pour reconnaître les lois de leur existence, ainsi que la nature et l’étendue des modifications que ces lois peuvent éprouver”. Trois objectifs, poursuivait-il, avaient guidé cette recherche : “1) acquérir une connaissance des animaux qui ne se bornât plus à celle de leurs organes ou de leurs caractères extérieurs, mais qui donnât de plus la connaissance des forces ou des facultés auxquelles ces organes obéissent, et celle des effets de ces facultés appliquées aux organes, c’est-à-dire, des actions ; 2) apprécier l’étendue des changements que ces facultés peuvent éprouver selon que leur puissance se trouve augmentée ou affaiblie ; 3) faire une application des observations précédentes, et à la zoologie, pour donner à l’idée d’espèce une précision qu’elle n’a pas, et à l’art d’éduquer les animaux, pour les faire servir à nos besoins”. Il avait continué ses recherches, ajoutait-il, soutenu “par l’espoir qu’un jour je pourrais les répandre avec plus de succès en les professant, et en donnant une direction plus utile à la ménagerie”65.

  • 66 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 31 janvier 1837 (Archives nationales, AJ.15.134) ; m (...)

48La perspective de nouvelles chaires conduisit à une reconsidération générale des besoins du Muséum en enseignants. On demanda à un comité composé de Gay Lussac, Flourens et Alexandre Brongniart d’en faire l’inventaire et de faire son rapport à l’Assemblée. Sur la question précise de l’étude des animaux vivants, le comité ne parvint pas à formuler de recommandation, déclarant que “les faits qui se rapportent à cette étude, quoique nombreux n’ayant point encore été réunis en corps de science, il serait difficile de déterminer jusqu’à quel point leur ensemble pourrait servir de base à un enseignement public”. Le comité renvoya donc la question devant l’assemblée plénière, et le 14 février 1837 cette dernière décida par sept voix contre cinq de ne pas créer de nouvelle chaire définie par le programme qu’avait établi Frédéric Cuvier66.

  • 67 Voir le “Rapport sur la ménagerie. Lu le 21 février à l’assemblée des professeurs” de Geoffroy Sain (...)
  • 68 Minutes des procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 9 mai 1837 (Archives nationales, AJ.15.6 (...)

49Les deux semaines qui suivirent virent une âpre dispute entre Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier au sujet de la direction de la ménagerie67. En mai, Cuvier demanda et obtint “un congé de deux mois pour son service d’inspecteur de l’Université”. Le fils de Geoffroy Saint-Hilaire, Isidore, fut nommé pour occuper la place de Cuvier en l’absence de celui-ci68.

  • 69 Minutes des procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 12 et 19 décembre 1837 (Archives nationa (...)

50En décembre 1837, l’Assemblée fut à nouveau confrontée à une proposition du Ministère “de créer une nouvelle chaire ayant pour sujet particulier les animaux de la ménagerie”. Le 12 décembre, par dix voix contre une, l’Assemblée décida de créer un nouveau cours et une chaire de physiologie comparée. Le 19 décembre, les attributions de la chaire furent fixées et la direction de la ménagerie confiée au titulaire de la nouvelle chaire69.

  • 70 Voir Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Fragments biographiques..., op. cit., pp. 143-157.

51Le 24 décembre 1837, Frédéric Cuvier fut officiellement nommé professeur de la chaire de physiologie comparée. Cela rendit furieux Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, qui se considérait comme le fondateur de la ménagerie, pensait que la responsabilité de la ménagerie lui revenait en dernier recours, et considérait qu’il devait avoir la prérogative de transmettre la responsabilité de la ménagerie à son propre fils, Isidore70.

52En tout état de cause, l’occasion pour Cuvier de voir l’œuvre de sa vie à la ménagerie et au Muséum porter ses fruits tourna court. Le 17 avril 1838, Cuvier informa l’Assemblée des professeurs qu’il allait quitter Paris immédiatement pour remplir ses responsabilités d’inspecteur de l’Université. Ce fut la dernière Assemblée des professeurs du Muséum à laquelle il assista. Il mourut à Strasbourg le 24 juillet 1838 au cours de son service d’inspecteur de l’Université.

53Tout en maintenant la chaire de physiologie comparée, les professeurs décidèrent d’en modifier les responsabilités et les prérogatives. Ils rendirent la direction de la ménagerie au professeur chargé des Mammifères et des Oiseaux. Ils décidèrent cependant de ne pas rétablir le poste de garde de la ménagerie, confiant la supervision de cette partie du Muséum à l’aide-naturaliste du professeur en question.

  • 71 [Selous (Edmund)], “The Old zoo and the new. I : The Bastille of the beasts”, Saturday review, no91 (...)

54L’étude du comportement animal à la ménagerie du Muséum ne devait plus jamais connaître les ambitions ni les succès qu’elle avait connus sous Frédéric Cuvier. Avec la création de zoos dans les capitales et les grandes villes de toute l’Europe, en particulier au cours du second tiers du siècle, la ménagerie de Paris cessa d’être la plus belle institution de ce genre au monde. Cependant, ces autres institutions ne réussirent pas nécessairement mieux que ne l’avait fait la ménagerie de Paris à promouvoir l’étude des animaux vivants. Lorsqu’on sait que la ménagerie de Paris fut créée pendant la Révolution avec l’idée que les animaux de la ménagerie seraient pour la plupart libérés des chaînes et des cages, il est paradoxal de voir le zoo de Londres décrit, au début du XXème siècle, comme “la Bastille des bêtes” en raison du “confinement d’une impitoyable sévérité” que les animaux y subissaient71.

55Les zoos devaient en fin de compte jouer un rôle significatif, au XXème siècle, dans l’établissement d’une nouvelle discipline scientifique consacrée à l’étude du comportement animal, l’éthologie. Au début du XIXème siècle, le seul endroit qui fut près de devenir un important centre d’étude du comportement animal fut la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle de Paris. Même si elle ne devint pas tout ce que ses premiers défenseurs avaient espéré, elle rien parvint pas moins à remplir de multiples fonctions. C’était un aimant qui attirait le public au Jardin des plantes. C’était un symbole du pouvoir que la France exerçait sur la nature et sur les autres nations. C’était une source de spécimens pour les Cabinets d’histoire naturelle et d’anatomie comparée. Sous Frédéric Cuvier, ce fut le théâtre des études de psychologie comparée les plus importantes de la période. Tout bien considéré, si elle demeurait marginale dans la quête des zoologistes du XIXème siècle pour la compréhension de la vie, elle apportait néanmoins au citoyen comme au savant un cadre particulier dans lequel méditer, même unilatéralement, sur les rapports complexes entre l’Homo sapiens et le reste du monde animé.

Notes

1 Foucault (Michel), The Order of things : an archeology of the human sciences, New York : Pantheon books, 1971, pp. 127-128.

2 Cela est établi par les deux principaux historiens des débuts de la ménagerie, dont les travaux se basaient sur des manuscrits de l’époque : Hamy (Ernest Théodore), “Les Anciennes ménageries royales et la ménagerie nationale fondée le 14 brumaire an II [4 novembre 1793]”, Nouvelles archives du Muséum, 4ème série, t. V, 1893, pp. 1-22 et Loisel (Gustave), “Histoire de la ménagerie du Muséum”, Revue scientifique, 1911, pp. 262-277 et 301-304.

3 Les récits publiés précisant quels animaux furent transportés au Jardin des plantes, et quand, ne concordent pas. Selon Loisel, vingt-six animaux auraient rejoint le Jardin des plantes le 4 novembre 1793 [14 brumaire an II], mais ce chiffre est contredit par la lettre de Desfontaine du 16 brumaire an II [6 novembre 1793] déclarant que quatre animaux étaient arrivés le 14 brumaire et que sept autres venaient d’arriver comme il finissait sa lettre (cité dans Hamy (Ernest Théodore), “Les Anciennes ménageries royales...”, art. cit., p. 22). Étienne Geoffroy Saint-Hilaire affirme que les premiers animaux arrivèrent le 15 brumaire an II et que parmi eux se trouvaient “deux ours blancs, un léopard, un chat-tigre, une civette, un raton, un vautour, deux aigles, plusieurs singes, des agoutis. Ils furent évalués en somme à trente trois mille fr.” : Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Fragments biographiques, précédés d’études sur la vie, les ouvrages et les doctrines de Buffon, Paris : E D. Pillot, 1838, p. 147. La liste des premiers animaux de la ménagerie donnée par Hamy est similaire mais non identique à celle de Geoffroy Saint-Hilaire. La liste que nous donnons plus haut se base sur le “Mémoire de la dépense occasionnée pour la nourriture des animaux composant la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle du 14 brumaire jusque compris le 30 fructidor le IIème de la République française une et indivisible”, non publié, minutes des procès-verbaux des Assemblées des professeurs (Archives nationales, AJ. 15.577), et sur les procès-verbaux de la séance du 9 frimaire an II (Archives nationales, AJ. 15.96) faisant état des frais réclamés par Marchini, Louzardy et Henry, propriétaires des animaux. Un manuscrit d’A.-L. de Jussieu intitulé “Notes relatives à l’établissement d’une ménagerie dans le Muséum d’Histoire naturelle”, sans date mais rédigé plusieurs mois après l’événement (et avant l’arrivée des animaux provenant de la ménagerie de Versailles en avril 1794) indique que les propriétaires d’animaux réclamaient le remboursement de treize animaux (Archives nationales, AJ.15.844).

4 Buffon (Georges), “L’Outarde”, in Histoire naturelle des Oiseaux, Paris : Impr. royale, 1770-1786, vol. II, p. 202. Sur les idées de Buffon sur le comportement animal, voir Burkhardt (Richard W), “Le Comportement animal et l’idéologie de domestication chez Buffon et chez les éthologues modernes”, in Gayon (Jean) (sous la dir.), Buffon 88 : actes du Colloque international Paris Montbard Dijon, 14-22 juin 1988, Paris : Vrin, 1992, pp. 569-582. Sur la tentative que fit Buffon pour amener les animaux de Versailles à Paris, voir Hamy (Ernest Théodore), “Les Anciennes ménageries royales et la ménagerie nationale...”, art. cit., p. 9.

5 Bernardin de Saint-Pierre, Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au Jardin national des plantes de Paris, Paris : P E Didot, 1792, 63 p. Sur Bernardin de Saint-Pierre, voir Rey (Roselyne), “L'Animalité dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre : convenance, consonance, et contraste”, Revue de synthèse, no113, 1992, pp. 311-331.

6 Bernardin de Saint-Pierre, Mémoire sur la nécessité de joindre..., op. cit., p. 4.

7 Ibid., pp. 12-13.

8 Ibid., p. 59.

9 Ibid., p. 47.

10 Millin (Aubin-Louis), Pinel (Philippe), Brongniart (Alexandre), Rapport fait à la Société d’histoire naturelle de Paris, sur la nécessité d’établir une ménagerie, Paris : Boileau, 1792, 4 p.

11 Ibid., p. 2.

12 Bernardin de Saint-Pierre n’était pas favorable à l’expérimentation physiologique sur les animaux. Voir Rey (Roselyne), “L’Animalité dans l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre...”, art. cit., p. 319.

13 Millin (Aubin-Louis), Pinel (Philippe), Brongniart (Alexandre), Rapport fait à la Société d’histoire naturelle de Paris..., op. cit., p. 3.

14 Toscan (Georges), “Description de la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle : histoire du Lion et du Chien”, La Décade philosophique, no3, an III-1794, pp. 129-138 et 193-199.

15 La liste des animaux au 15 mai 1794 [26 floréal an II] est donnée dans Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), “État des animaux, vivants, existants à la ménagerie provisoire du Muséum national d’Histoire naturelle, ce jourd’hui 26 floréal an II...” (Archives nationales, AJ. 15.844). Ces animaux comprenaient les animaux du Raincy. L’identification par Loisel du 27 mai 1794 comme la date du transfert des animaux du Raincy à Paris est incorrecte : Loisel (Gustave), “Histoire de la ménagerie du Muséum”, Revue scientifique, 1911, p. 264. Sur l’installation des pancartes au-dessus des quartiers des animaux, voir procès-verbaux des Assemblées des professeurs, séance du 12 floréal an II (Archives nationales, AJ. 15.96, p. 111).

16 Lacepède (Bernard de), “Lettre relative aux établissements publics destinés à renfermer des animaux vivants, et connus sous le nom de ménageries”, La Décade philosophique, littéraire et politique, no7, 20 frimaire an IV [1795], pp. 449-462 ; “Sur les établissements publics destinés à renfermer des animaux vivants, et connus sous le nom de ménageries”, Séances des Écoles normales, no8, 1800, pp. 303-318 (ce texte était pratiquement identique à celui écrit par Lacepède en 1795) ; “Introduction”, in Lacepède (Bernard de), Cuvier (Frédéric), La Ménagerie du Muséum national d’Histoire naturelle, ou Description et histoire des animaux qui y vivent ou qui y ont vécu : par les citoyens Lacepède et Cuvier, avec des figures peintes d’après nature, par le citoyen Maréchal, peintre du Muséum, Paris : Miger etc., an X [1801], pp. 1-9.

17 Lacepède (Bernard de), “Lettre”, La Décade philosophique, no7, 20 frimaire an IV [1795], pp. 454, 456.

18 À ce sujet, voir Blanckaert (Claude), “Une Anthropologie de transition : Lacepède et l’histoire naturelle de l’homme (1795-1830)”, Annales Benjamin Constant, no13, 1992, pp. 95-111.

19 Lacepède (Bernard), “Introduction”, in Lacepède (Bernard de), Cuvier (Frédéric), La Ménagerie du Muséum national d’Histoire naturelle..., op. cit., pp. 1-2.

20 Ibid., p. 6. Il exprimait également, encore une fois, ses préoccupations quant aux effets négatifs que pouvaient avoir les images de la contrainte sur la morale du public. Il expliquait la nécessité de “substituer aux attitudes de la contrainte, les mouvements d'une sorte d’indépendance, aux privations de la réclusion, quelques jouissances de la liberté, aux poids douloureux des fers, l’heureuse absence de toute entrave ; et par ce grand changement, de cesser d’altérer la morale de la multitude, en l'appelant tous les jours vers des images multipliées de gêne, d’ennui, d’inquiétude, de liens et de tourments qu’aucune utilité ne peut justifier”.

21 La provenance des animaux existant à la ménagerie en 1804 a été décrite dans un livre publié anonymement par [Cuvier (Frédéric)], Notice des animaux vivants de la ménagerie, leur origine et leur histoire dans cet Établissement, Paris : Chez Levrault, Schoell et Comp., an XII [18041. Sur le sentiment de Frédéric Cuvier que les kangourous géants de la ménagerie furent essentiellement perdus pour la science lorsqu’on les envoya à la Malmaison, voir Cuvier (Frédéric), “Le Kanguroo géant”, in Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Cuvier (Frédéric), Histoire naturelle des Mammifères, avec des figures originales enluminées, dessinées d’après des animaux vivants, Paris : C. de Lasteyrie, 1818-1842, vol. I.

22 Voir Loisel (Gustave), Histoire des ménageries de l’antiquité à nos jours, Paris : O. Doin et fils, 1912, pp. 36-49 et 353-355 et Boyer (Ferdinand), “Le Transfert à Paris des collections du Stathouder (1795)”, Annales historiques de la Révolution française, no43, 1971, pp. 389-404.

23 La Décade philosophique, no17, an VI [1798], pp. 240-241.

24 Minutes des procès-verbaux des Assemblées des professeurs, séance du 14 ventôse (lettre de Thouin datée du 29 pluviôse an VI) et séance du 14 messidor (lettre du ministre de l’Intérieur datée du 11 messidor) (Archives nationales, AJ. 15.581).

25 Jauffret (Louis-François), Voyage au Jardin des plantes, contenant la description des galeries d’histoire naturelle, des serres..., Paris : Ch. Houel, an VI [1797], pp. 126-127. Quoiqu’il ne faille pas considérer les propos attribués ici à Cassai comme une citation exacte de ses paroles, le sentiment qui lui est attribué paraît refléter ce que l’on connaît de ses activités et de sa personnalité.

26 Lettre de Mordant De Launay aux professeurs du Muséum, 14 ventôse an VI [4 mars 1798] (Archives nationales, AJ.15.581).

27 Pujoulx (Jean-Baptiste), Promenades au Jardin des plantes, à la ménagerie et dans les galeries du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Libr. économique, an XII [1803], vol. I, pp. 95-96.

28 La Décade philosophique, no17, 1798, pp. 44-46 et 180. L’afflux de marchands au Muséum représentait peut-être une certaine réalisation de l’espoir de Bernardin de Saint-Pierre qu’une ménagerie profiterait économiquement au voisinage, quoique les procès-verbaux des Assemblées des professeurs mentionnent le cas d’une femme qui se plaignait que la concurrence avait tellement augmenté qu’il lui était devenu impossible de continuer à gagner sa vie en vendant des fruits à l’une des portes de l’Abbaye Saint-Victor. Elle sollicitait de l’Assemblée des professeurs la permission de vendre ses fruits, sa limonade et sa tisane dans la “Cour de Régie” du Jardin des plantes. Voir procès-verbaux des Assemblées des professeurs, séance du 24 germinal an VI (Archives nationales, AJ.15.581).

29 Le récit du concert aux éléphants que nous faisons ici se base sur deux récits de témoins directs : le compte rendu non publié daté du 10 prairial an VI [29 mai 1798] que les musiciens rédigèrent à l’intention des professeurs du Muséum (Archives nationales, AJ.15.581) et le récit publié donné par Toscan (Georges), “Du pouvoir de la musique sur les animaux, et du concert donné aux éléphants”, La Décade philosophique, no18, an VI [1798], pp. 257-264, 321 - 329 et 498-499. Ce dernier récit fut repris dans Toscan (Georges), L'Ami de la nature, ou Choix d’observations sur divers objets de la nature et de l’art ; suivi d’un catalogue de tous les animaux qui se trouvent actuellement dans la ménagerie, Paris : Impr. de Crapelet, an VIII [1799], 308 p. Les procès-verbaux des professeurs du Muséum pour le 27 prairial an VI indiquent que les musiciens exprimèrent le désir de mener de nouvelles expériences sur l’effet de la musique sur les éléphants. Le secrétaire de l’Assemblée des professeurs fut chargé de remercier les musiciens pour ce qu’ils avaient déjà fait et de les inviter “à différer leur nouvelle expérience jusque après la terminaison du parc destiné aux Éléphants, et la guérison d’une légère incommodité survenue au Mâle” (Archives nationales, AJ. 15.581). Houel (Jean-Pierre), Histoire naturelle des deux éléphants, mâle et femelle, du Muséum de Paris, venus de Hollande en France en l’an VI, Paris : L'Auteur, Pougens, Treuttel et Wurtz, Huzard, 1803, 122 p. raconte en détail l’histoire des deux éléphants et mentionne qu’un concert de trompettes fut donné pour les éléphants seize jours après le premier concert.

30 Toscan (Georges), “Du Pouvoir de la musique sur les animaux...”, art. cit.

31 Ces remarques doivent être qualifiées par l’observation que durant une partie de cette période, Geoffroy Saint-Hilaire avait quitté Paris pour la campagne d’Égypte et que Georges Cuvier apporta une contribution importante en rédigeant la plupart des articles pour le volume La Ménagerie du Muséum national d’Histoire naturelle..., op. cit. Sur Toscan, ses sentiments, et ses contributions à La Décade philosophique, voir Drouin (Jean-Marc), “L’Histoire naturelle à travers un périodique de l’époque révolutionnaire : La Décade philosophique, in Carvol (Andrée) (sous la dir.), La Nature en révolution, 1750-1800 : Colloque, 7-9 novembre 1989, Paris : L'Harmattan, 1993, pp. 175-181.

32 [Cuvier (Frédéric)], Notice des animaux vivants de la ménagerie..., op. cit., pp. IX-X. L'ouvrage fut publié anonymement, mais il ne fait aucun doute que Cuvier en était l’auteur, car il le présenta à l’Assemblée des professeurs le 20 thermidor an XII [8 août 1804]. Voir les procès-verbaux des Assemblées des professeurs pour cette date (Archives nationales, AJ.15.592).

33 Pour plus d’informations biographiques sur Frédéric Cuvier, voir Flourens (Pierre), “Éloge historique de F Cuvier”, Mémoires de l’Académie des sciences, t. XVIII, 1842, pp. I-XXVIII ; Bourdier (Franck), “Frédéric Cuvier”, in Gillispie (Charles C.) (sous la dir.), Dictionary of scientific biography, New-York : Scribner’s sons, 1970-1980, vol. III, pp. 520-521.

34 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 29 frimaire an XII [21 décembre 1803] (Archives nationales, AJ.15.106).

35 Ibid. et séance du 6 nivôse an XII [28 décembre 1803] (Archives nationales, AJ.15.106).

36 C’est en tout cas ce que Lamarck lui-même rappelait dans son “Discours d’ouverture pour le cours de 1816”, in Vachon (Max), Rousseau (Georges), Laissus (Yves), Inédits de Lamarck : d’après les manuscrits conservés à la Bibliothèque centrale du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, Paris : Masson, 1972, p. 28.

37 Voir Burkhardt (Richard W.), The Spirit of System : Lamarck and evolutionary biology, Cambridge : Harvard University Press, 1977, 285 p.

38 Cuvier (Frédéric), “Du rut”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, no9, 1807, p. 118-130.

39 Notice des animaux vivants de la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : chez Gabriel Dufour et Compe..., 1809, p. XII. Publié anonymement, l’ouvrage fut rédigé par Frédéric Cuvier. L'édition précédente, comme nous l’indiquons plus haut, était intitulée Notice des animaux vivants de la ménagerie..., op. cit.

40 Cuvier (Frédéric), “Essai sur la domesticité des Mammifères, précédé de considérations sur les divers états des animaux, dans lesquels il nous est possible d’étudier leurs actions”, Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle, t. XIII, 1825, pp. 420-421.

41 Ibid., p. 422.

42 Comme l’expliquait Cuvier dans une lettre du 29 ou du 30 octobre 1826 à P. Flourens, son “Essai sur la domesticité des Mammifères” se divisait en deux parties, dont la première était consacrée à répondre “à ce qu’on avait dit, à propos de mes recherches sur les animaux vivants, que des animaux captifs ne pouvaient offrir aucune observation utile”. Cette lettre est reproduite et datée par Legée (Georgette), Pierre Flourens, 1794-1867 : physiologiste et historien des sciences : sa place dans l’évolution de la physiologie expérimentale, Abbeville : E Paillart, 1992, t. I, pp. 136-138.

43 Ibid., p. 139.

44 Cuvier (Frédéric), “Note sur l’accouplement d’un zèbre et d’un cheval”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, no11, 1808, pp. 237-240 ; Cuvier (Frédéric), “Description d’un orang-outang, et observations sur ses facultés intellectuelles”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, no16, 1810, pp. 46-65 ; Cuvier (Frédéric), “Observations zoologiques sur les facultés physiques et intellectuelles du Phoque commun (Phoca vitulina, L.)”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, no17, 1811, pp. 377-397.

45 Sur mille huit spécimens de mammifères ajoutés au Cabinet d’histoire naturelle durant les quinze années comprises entre juin 1793 et la fin décembre 1808, cent soixante-quinze provenaient de la ménagerie. C’était la troisième source de spécimens pendant cette période, dépassée seulement par le nombre de spécimens obtenus par la correspondance personnelle de Geoffroy Saint-Hilaire (cent quatre-vingt-treize) et de ceux pris à la collection du Stathouder de La Haye (cent soixante-seize). Ces chiffres sont tirés de Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), “Sur l’accroissement des Mammifères et des Oiseaux du Muséum d’Histoire naturelle, depuis le 10 juin 1793, époque où j’ai été chargé de leur administration jusqu’au 1 janvier 1809” (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 2290).

46 Cuvier (Georges), “L’Éléphant des Indes”, in Lacepède (Bernard de), Cuvier (Georges), La Ménagerie du Muséum national d’Histoire naturelle..., op. cit. Le prosecteur était l’aide-naturaliste Rousseau.

47 Cuvier (Georges), “Sur les éléphants vivants et fossiles”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, no8, 1806, pp. 1-58, 93-155 et 249-269.

48 Les dates de construction des différentes parties de la ménagerie sont tirées de Milne-Edwards (Alphonse), “Rapport sur l’état de la ménagerie du Muséum”, [s.d] (Archives nationales, AJ.15.844). Voir également Loisel (Gustave), “Histoire de la ménagerie du Muséum”, art. cit., pp. 271-272.

49 Citons parmi les publications de Cuvier (Frédéric) : “Du rut”, art. cit. ; “Note sur l’accouplement d’un zèbre et d’un cheval”, art. cit. ; “Observations sur le chien des habitants de la Nouvelle-Hollande, précédées de quelques réflexions sur les facultés morales des animaux”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, no11, 1808, pp. 458-476 ; “Observations sur l’accouplement d’un cygne chanteur et d’une oie domestique femelle : description du mulet qui en est provenu”, Annales du Muséum d’Histoire naturelle, no12, 1808, pp. 119-125 ; “Description d’un orang-outang, et observations sur ses facultés intellectuelles”, art. cit. ; “Observations zoologiques sur les facultés physiques et intellectuelles du phoque commun...”, art. cit. ; “Essai sur les facultés intellectuelles des brutes”, Société philomatique, nouveau bulletin, no3, 1813, pp. 217-218 ; “Instinct”, in Cuvier (Frédéric) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg : Levrault, 1816-1830, vol. XXIII, pp. 528-544 ; “Examen de quelques observations de M. Dugald-Stewart, qui tendent à détruire l’analogie des phénomènes de l’instinct avec ceux de l’habitude”, Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle, t. X, 1823, pp. 241-260 ; “De la sociabilité des animaux”, Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle, t. XIII, 1825, pp. 1-27 ; “Essai sur la domesticité des Mammifères...”, art. cit., pp. 406-455.

50 Cuvier (Frédéric), “Description d’un orang-outang...”, art. cit.

51 Cuvier (Frédéric), “Observations zoologiques sur les facultés physiques et intellectuelles du phoque...”, art. cit.

52 Cuvier (Frédéric), “Essai sur la domesticité des Mammifères...”, art. cit.

53 Ibid., p. 419 ; “Castor”, in Cuvier (Frédéric) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences naturelles, op. cit., vol. VII, pp. 242-252. Cuvier mentionnait le cas d’un castor qui ne montrait aucune tendance à la construction, cas qu’il interprétait comme résultant du fait que ce castor avait été apprivoisé très jeune et que ses instincts n’avaient jamais été développés par des besoins réels. Voir Cuvier (Frédéric), “Le Castor du Canada”, in Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Cuvier (Frédéric), Histoire naturelle des Mammifères..., op. cit., vol. I.

54 Cuvier (Frédéric), “Description d’un orang-outang...”, art. cit., pp. 56, 58, 62, 64.

55 Cuvier (Frédéric), “Observations zoologiques sur les facultés physiques et intellectuelles du phoque commun...”, art. cit., p. 392.

56 Lamarck (Jean-Baptiste), Philosophie zoologique, ou Exposition des considérations relatives à l'histoire naturelle des animaux, Paris : Dentu, 1809, vol. I, pp. 349-357.

57 Cuvier (Frédéric), “Essai sur les facultés intellectuelles des brutes”, art. cit., pp. 217-218.

58 Cuvier (Frédéric), “Instinct”, art. cit., p. 537.

59 Cuvier (Frédéric), “De la sociabilité des animaux”, art. cit., p. 8.

60 Cuvier (Frédéric), “Observations zoologiques sur les facultés physiques et intellectuelles du phoque commun...”, art. cit., p. 393.

61 Cuvier (Frédéric), “Le Bouc de la Haute-Égypte”, in Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Cuvier (Frédéric), Histoire naturelle des Mammifères..., op. cit., vol. I.

62 Cuvier mentionna son projet d’écrire un ouvrage général dans son “Examen de quelques observations de M. Dugald-Stewart...”, art. cit., pp. 241 et 258.

63 La lettre de Cuvier aux professeurs et son “Programme d’un cours sur la nature des animaux et leur éducation” sont reproduits dans Legée (Georgette), Pierre Flourens..., op. cit., pp. 138-143.

64 Cuvier (Frédéric), “Considérations sur l’étude des actions des animaux, suivies du programme d’un cours sur la nature des animaux et sur leur éducation”, Annales des sciences naturelles. Zoologie, Seconde série, no12, 1839, pp. 140-147.

65 Ibid., p. 142.

66 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 31 janvier 1837 (Archives nationales, AJ.15.134) ; minutes des procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 14 février 1837 (Archives nationales, AJ.15.653).

67 Voir le “Rapport sur la ménagerie. Lu le 21 février à l’assemblée des professeurs” de Geoffroy Saint-Hilaire (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 2290), et la copie de la lettre du 22 février 1837 de Geoffroy Saint-Hilaire à Cuvier (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 2295).

68 Minutes des procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 9 mai 1837 (Archives nationales, AJ.15.653).

69 Minutes des procès-verbaux des Assemblées des professeurs, 12 et 19 décembre 1837 (Archives nationales, AJ.15.653).

70 Voir Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Fragments biographiques..., op. cit., pp. 143-157.

71 [Selous (Edmund)], “The Old zoo and the new. I : The Bastille of the beasts”, Saturday review, no91, 1901, pp. 330-332. L'auteur de cet article, publié anonymement, était Edmund Selous, un ornithologue amateur qui fut un important pionnier de l’étude de terrain du comportement animal au début du XXème siècle.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - “Les animaux qu’on donnait en spectacle à Paris sont arrêtés pour être conduits à la ménagerie du Jardin des plantes". Gravure extraite du Voyage au Jardin des plantes par L.F. Jauffret.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende FIG. 2 - "Le lion du Muséum d’Histoire naturelle avec son chien. Déssiné d'après nature". Source : [Toscan (Georges)], "Description de la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle : histoire du lion et du chien", La Décade philosophique, littéraire et politique, vol. III, vend.- frim. an III, p. 129.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende FIG. 3 - “La lionne allaitant ses lionceaux”. Gravure par Miger d’après Maréchal.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende FIG. 4 - Les éléphants représentés dans l’instant des premières caresses qu’ils se sont faites après qu'on leur ait fait entendre de la musique. Source : Houel (J. P.), Histoire naturelle de deux éléphants, mâle et femelle, du Muséum de Paris venus de Hollande en France l'an VI, Paris : L’Auteur, An XI [1803], pl. XV, p. 95.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende FIG. 5 - Cuvier (Georges), “Sur les éléphants vivants et fossiles”, Annales du Muséum national d'Histoire naturelle, no8, 1806, pl. I, p. 154.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

Auteur

Université d'Illinois, États-Unis

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.