Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Récits et spectacles de l'histoire naturelle

Le spectacle de la nature : contrôle du public et vision républicaine dans le Muséum jacobin

Emma C. Spary

Note de l’éditeur

Spary, E., 1997. Le Spectacle de la nature : contrôle du public et vision républicaine dans le Muséum jacobin. in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 457-479. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Hamy (Ernest Théodore), “Les Derniers jours du Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire (...)

1En 1893, les professeurs du Muséum d’Histoire naturelle publiaient conjointement un gros volume commémorant le centenaire de leur institution. Cet ouvrage comprenait un article de la plume de celui qui s’était institué l’historien de cet établissement, Ernest-Théodore Hamy, traitant de sa transformation, au cours de la Révolution, de Jardin du roi en Muséum d’Histoire naturelle. Sur un ton prophétique, Hamy décrivait l’instant de la fondation, le moment où le député Lakanal “descend de la tribune, ayant assuré, presque par surprise, l’avenir des sciences naturelles dans notre pays”1.

2Ce récit simple et direct, selon lequel le Muséum d’Histoire naturelle fut fondé le 10 juin 1793, après quoi les sciences naturelles connurent un siècle de progression sans histoires, est repris tel quel dans de nombreux récits secondaires sur le Muséum d’Histoire naturelle, postérieurs au récit classique de Hamy. Cependant, le problème “d’assurer l’avenir” de l’histoire naturelle était loin d’être simple, et ne fut certainement pas résolu le 10 juin 1793. L’avenir de l’histoire naturelle restait en réalité ouvert à de nombreuses interprétations différentes au cours de la Révolution, même au sein de ce qu’on appelait auparavant le Jardin du roi.

3Les naturalistes du Jardin étaient d’accord pour que le contrôle politique et moral des relations qu’entretenait l’établissement avec le monde extérieur passe entre leurs mains. Ils avaient l’habitude de respecter et de faire respecter l’ordre, dans le petit espace physique délimité par les grilles de fer de Buffon. Les députés de la Convention nationale, qui votèrent la transformation de l’établissement en 1793, avaient quant à eux la tâche autrement plus difficile de maintenir l’ordre parmi les éléments chaotiques et divers de la société qui pouvaient entrer et sortir du Jardin librement, le public.

  • 2 Hampson (Norman), Will and circumstance : Montesquieu, Rousseau and the French revolution, Londres (...)

4Sous la Révolution, la nature du public avait connu un changement radical ; ce n’était plus un marché de masse pour articles de luxe, mais un ensemble qui, d’après les idées de Rousseau, demandait à être formé et dont le développement devait être activement dirigé par des législateurs bienveillants capables de reconnaître et de diffuser la vertu2. A la lumière de cette transformation, plusieurs activités de l’Ancien Régime allaient devoir modifier fondamentalement leur justification idéologique et institutionnelle, si ceux qui les pratiquaient devaient continuer à recevoir le soutien de l’État. Ce fut en particulier le cas pour des activités qui sous l’Ancien Régime avaient été associées de très près à la mise en évidence du statut social ; notamment, les beaux-arts et l’histoire naturelle. Pendant la période où Robespierre était au pouvoir, le Jardin/Muséum accomplit la transition qui le mena du rôle qu’il jouait sous l’Ancien Régime, celui de jardin médical personnel du roi et de vitrine de l’histoire naturelle, au rôle de site du spectacle public révolutionnaire et du nouvel ordre moral et social. Qui pouvait désormais voir les merveilles de la nature et comment cet acte de vision se produisait-il ?

  • 3 Lawrence (C.), “The Nervous System and society in the Scottish enlightenment”, in Barnes (Barry), (...)
  • 4 Mornet (Daniel), Le Sentiment de la nature en France, de Jean-Jacques Rousseau à Bernardin de Sain (...)

5L'histoire naturelle buffonienne était fondée sur le lien étroit qui, au XVIIIème siècle, unissait la vision et la cognition. Elle put ainsi facilement s’adapter aux idées romantiques et révolutionnaires quant à l’effet moral produit par le spectacle sublime de la nature. L’histoire naturelle devait devenir partie intégrante des efforts de la République pour mettre en œuvre un programme d’instruction publique fondé sur la sensibilité, un mot dont la signification3 touche à la fois à la cognition, à l’histoire naturelle et au Romantisme, à une époque où la sensibilité était aussi bien une garantie de vertu politique qu’une ressource pour contrôler le public4. Cela était d’une importance particulière pour les naturalistes du Muséum, puisque leur établissement fut l’une des premières institutions d’instruction publique instaurées par les Jacobins. Aucun historien du Muséum n’a encore analysé ce rôle à la lumière des problèmes de création et de contrôle du public auxquels se trouvaient confrontés les députés républicains.

  • 5 Ophir (A.), Shapin (Steven), “The Place of knowledge : a methodological survey”, Science in contex (...)

6Sous la République, le Muséum joua un rôle de site privilégié d’enseignement des connaissances sur la nature. Le soutien massif dont bénéficiaient l’établissement et l’histoire naturelle en général durant cette période allait jusqu’au sommet, jusqu’à Robespierre et ses collègues du Comité de Salut public en personne. Mon propos sera de montrer que la qualité visuelle unique de l’histoire naturelle servit à la législature jacobine dans sa tentative pour instituer un ordre moral révolutionnaire parmi le public de la Révolution. Je m’intéresserai principalement ici au rôle de la vision dans l’histoire naturelle et aux visions du Muséum d’Histoire naturelle en particulier. Je suggérerai que le sort du Muséum sous la République jacobine dépendait de façon déterminante de la diversité des rôles que pouvaient jouer les collections d’histoire naturelle en tant que sites de vision disciplinée. J’aborderai cependant aussi le lieu où cette connaissance était censée exercer son effet : l’esprit du citoyen5.

Voir, c’est croire

  • 6 Condillac (Étienne Bonnot, abbé de), Cours d’étude pour l’instruction du Prince de Parme, Parme : (...)
  • 7 Chisick (Harvey), The Limits of reform in the enlightenment : attitudes towards the education of t (...)

7L’abbé Condillac avait publié, durant les années 1750 et 1760, plusieurs ouvrages traitant du processus d’acquisition de la connaissance6. Il s’inspirait de l’opinion de Locke selon laquelle l’esprit était à la naissance une tabula rasa, toutes les idées ne s’acquérant que par la sensation suivie de réflexion. Condillac et d’autres, dont Helvétius et Rousseau, élaborèrent une théorie de l’instruction qui privilégiait la sensibilité (la capacité de sentir) plutôt que la réflexion, en arrivant à rejeter totalement la réflexion7. La sensation seule constituait la clé du fonctionnement de l’esprit. Les écrits fort en vogue de Condillac sur l’instruction contribuèrent à répandre cette opinion.

  • 8 Piveteau (J.) (sous la dir.), Œuvres philosophiques de Buffon, Paris : PUF, 1954, p. 8.
  • 9 Ibid., pp. 7-8 ; Rousseau (Jean-Jacques), Émile, ou De l’éducation, Paris : Garnier-Flammarion, 19 (...)

8La sensibilité était également déterminante dans la constitution de la connaissance en histoire naturelle. L'affirmation selon laquelle le progrès en histoire naturelle émanait d’actes de vision répétés, était inhérente à l’épistémologie de l’histoire naturelle de Buffon : “on doit donc commencer par voir beaucoup et revoir souvent’’8. Buffon, comme Rousseau, considérait que le processus d’acquisition de la connaissance humaine était constitué d’une accumulation d’expériences sensorielles modifiant et augmentant les facultés du corps et de l’esprit. “On ne s’imagine pas qu’on puisse avec le temps parvenir au point de reconnaître tous ces différents objets [...] : cependant, en se familiarisant avec ces mêmes objets, en les voyant souvent, et, pour ainsi dire, sans dessein, ils forment peu à peu des impressions durables, qui bientôt se lient dans notre esprit par des rapports fixes et invariables [...]”9.

  • 10 Jordanova (L.), Natural philosophy of Lamarck, op. cit., p. 55.
  • 11 Lamarck (Jean-Baptiste de), “Sur l’étude des rapports naturels”, Choix de Mémoires..., vol. I, Par (...)
  • 12 Lamarck (Jean-Baptiste de), “Sur l’étude des rapports naturels”, art. cit., p. 366.
  • 13 Daubenton (Louis), “Introduction à l’histoire naturelle”, Encyclopédie méthodique : histoire natur (...)

9L'observation directe conduisait tout droit, selon les naturalistes du Jardin, à la compréhension des rapports entre les objets. Ce terme de rapports avait un sens très précis dans le contexte de l’histoire naturelle10. Dans les années 1780, la recherche des rapports naturels, des relations visibles entre les différentes espèces d’êtres vivants, était décrite par la plupart des naturalistes du Jardin comme le but immédiat de l’histoire naturelle. Pour Lamarck, le “principal intérêt du naturaliste” devait être de “se former une idée exacte des rapports [...] que l’auteur de l’univers a mis incontestablement entre toutes les espèces qui existent et se perpétuent dans la Nature [...]”11. Les rapports naturels étaient réels et non arbitraires, et évidents aux yeux de l’observateur averti. Puisqu’ils ne se basaient sur aucune hypothèse, ils n’admettaient pas non plus la controverse ; dans les cas les plus frappants, selon Lamarck, “il ne dépend d’aucune volonté particulière d’hésiter à les admettre [dans un genre], ou de penser à les rejeter”12. En fait, les naturalistes du Jardin situaient les limites de leur recherche au moment où l’intervention humaine devenait nécessaire à la production de la connaissance. Daubenton affirmait en 1782 que “dès que les procédés de l’art ont détruit la structure des minéraux, ou altéré l’organisation des plantes et des animaux, le naturaliste cesse d’observer ces productions de la Nature : le chimiste les a pulvérisées, dissoutes, macérées, distillées, calcinées, vitrifiées, etc.”13. C’est justement cette intransigeante exclusion de l’action humaine du domaine de la connaissance en histoire naturelle, qui permettait aux naturalistes d’affirmer que les “volontés particulières” ne pouvaient intervenir dans le passage de l’observation d’une production naturelle aux conclusions sur les vérités naturelles.

  • 14 Bobé (L.), Mémoires de Charles Claude Flahaut comte de la Billarderie d’Angiviller, Copenhague : L (...)
  • 15 Ibid., p. 54 ; Paulson (William R.), Enlightenment, romanticism, and the blind in France, Princeto (...)

10Les naturalistes affirmaient qu’une vision filtrée par des systèmes était une vision corrompue, et donc n’était plus une vision du tout. Par conséquent, les naturalistes comptaient sur la démonstration de leur aptitude à sentir leur sensibilité, pour se prémunir contre toute remise en question par leurs pairs de leur aptitude à observer les vérités naturelles et à faire progresser l’histoire naturelle. La signification de l’accent mis sur la vision en histoire naturelle est illustrée de façon frappante par les commentaires de l’ancien ministre d’Angiviller sur Buffon en l’an XIII14. Il décrivait la vue défaillante de Buffon comme une cause directe des critiques dont son histoire naturelle était l’objet. Le déclin de la réputation de Buffon en tant que naturaliste sérieux était lié à son incapacité à accomplir l’acte de vision décisif qui, selon son propre argument, constituait la seule voie vers le progrès en histoire naturelle. Ses descriptions de spécimens étaient entièrement basées sur des témoignages de seconde main ; quant à lui, il utilisait le langage pour “peindre”, métaphore fréquemment employée, autant par lui-même que par d’autres, pour décrire son œuvre. L’histoire naturelle de Buffon était en passe de devenir une œuvre d’art plutôt qu’une description de la nature. D’Angiviller soulignait aussi l’idée que les talents ou les lumières de Buffon étaient directement accessibles à la vision : “sa taille élevée, ses beaux cheveux blancs, la noblesse de sa physionomie, la noblesse plus grande encore de ses expressions, la majesté de ses idées et de son style qu’il transportait même dans la conversation, la faiblesse même de sa vue, qui ne lui permettant de rien distinguer, l’empêchait de fixer ses regards, donnaient à son discours un air prophétique et d’inspiration qui imposait”15. Les lumières de Buffon, sa qualité propre d’homme éclairé, apparaissaient sur son visage ; cependant, il était lui-même incapable de diriger son propre regard vers les autres et ne pouvait donc pas reconnaître les lumières sur le visage des autres. Cela aussi posait problème pour sa réputation de naturaliste, puisque l’histoire naturelle dépendait de façon si déterminante de la fiabilité des observateurs à distance. La connaissance, en histoire naturelle, représentait un équilibre délicat entre l’acte de voir et celui de croire ; or, pour les hommes du XVIIIème siècle, la fiabilité du témoignage dépendait de ce qu’on pouvait voir sur le visage du témoin. Toute une barrière de jugements moraux était fondée sur une observation correcte de la conformation physique.

11Les naturalistes travaillaient à la charnière du moral et du physique, du social et du naturel, étudiant les mœurs humaines et animales et les effets de la culture sur les animaux, les plantes et les hommes. Ainsi leurs affirmations à propos du monde naturel se transmuaient-elles aisément en propositions de réforme du monde social. Pendant les années 1780, un grand nombre de protégés de Daubenton s’occupaient d’établir des liens entre la conformation et, d’une part, les facultés physiques, d’autre part, les qualités morales. Les naturalistes étaient experts dans l’art d’évaluer les effets des changements de culture sur les qualités physiques et morales des individus.

FIG. 1 - Jussieu (Antoine-Laurent de) 1748 – 1836. Portrait gravé avec le Physionotrace par Quenedey, 1789.

  • 16 Melot (M.), “Caricature and the French revolution", French caricature and the French revolution, 1 (...)

12L’étude des rapports et des caractères dépassait ainsi de loin, par l’étendue de sa signification, la simple taxinomie. La recherche, par les naturalistes, d’une relation entre qualité morale et structure physique, était particulièrement évidente dans les classifications naturelles d’A.-L. de Jussieu. Non content de s’efforcer d’établir un lien entre les vertus que possédaient les plantes et leur structure, il étendait la même recherche à sa propre personne. L’Essai sur la physiognomonie de Lavater fut publié en 1781, et peu après un nouvel engouement devait s’emparer des rues de Paris. Il concernait le physionotrace, un instrument permettant d’établir des profils ou des portraits de face précis, qui pouvaient ensuite être déchiffrés d’après les lois de la physiognomonie16. En 1789, l’année de la publication de son Genera plantarum, Jussieu fit exécuter son portrait au physionotrace. La physiognomonie permettait de lire le caractère sur les traits du visage, de telle sorte que le “masque de la politesse” ne pouvait servir à cacher la laideur morale. Les écrits des naturalistes du Jardin, dans les années 1770 et 1780, attaquaient fréquemment ceux qui suivaient les conventions des systèmes de classification au lieu d’essayer de comprendre les rapports entre forme, fonction et propriétés manifestes dans l’économie naturelle.

  • 17 Mavidal (J.), Laurent (E.), (sous la dir.), Archives parlementaires de 1800 à 1860, Paris : Impr. (...)
  • 18 Crow (Thomas E.), Painters and public life in Eighteenth-century Paris, New Haven : Yale Universit (...)
  • 19 Bouloiseau (Marc), La République jacobine : 10 août 1792 – 9 thermidor an II, Paris : Seuil, 1972, (...)

13Ces idées reflétaient la préoccupation de Rousseau de faire coïncider le caractère privé et public, afin que le véritable caractère intérieur soit évident. Le 27 août 1791, une pétition présentée par les électeurs et les gens de lettres de Paris sollicitait de l’Assemblée nationale le transfert au Panthéon des cendres de Rousseau ; ils louaient en lui “cette habitude qu’il nous a donnée de pénétrer sous l’écorce des fausses conventions sociales, et de voir à nu les hommes et les choses”17. La visibilité du véritable caractère était d’un grand intérêt pour les Révolutionnaires et devait être obtenue au moyen de tout un éventail de procédés oratoires, vestimentaires et gestuels18. Les actions manifestant la vertu civique étaient très importantes et les gouvernements républicains encourageaient particulièrement les citoyens vertueux à dénoncer ceux dont le comportement n’était pas conforme aux mœurs républicaines19. Ainsi les députés radicaux se trouvaient-ils confrontés à un problème rousseauiste : celui de régénérer la génération corrompue qui, ayant souffert sa vie durant du despotisme et de l’esclavage, avait appris à masquer le vice par la politesse. Il ne s’agissait pas seulement de remodeler l’esprit du public ; l’emploi par les Révolutionnaires de termes sévères comme esclavage et dégénérescence se basait sur un demi-siècle d’écrits sur l’histoire naturelle et sur l’économie rurale et politique affirmant que la privation de liberté avait pour conséquence une terrible déchéance physique et morale. L’instruction publique avait donc un effet concret sur le corps et l’esprit des hommes.

  • 20 Maniquis (R.M.), “The puzzling mimosa”, Studies in romanticism, no 8, 1969, pp. 129-155.

14La sensibilité présentait un intérêt particulier pour les botanistes. Tout au long du XVIIIème siècle, leur discipline devait, pour trouver un public, générer des émotions. La plupart des botanistes français évoquaient pour leurs lecteurs des scènes romantiques de verdure et de paix pastorale. À la fin du siècle, les poètes romantiques avaient recours à tout un répertoire de plantes sensibles pour symboliser le caractère humain idéal20. Des plantes comme la sensitive suscitaient d'âpres controverses entre les botanistes de toute l’Europe, qui tentaient d’établir si les végétaux, comme les animaux, étaient ou non dotés de sensibilité. Toutes ces pratiques s’inscrivaient, dans les années 1780 et 1790, dans un effort plus vaste visant à définir le rôle, les limites et la nature de la sensibilité humaine.

  • 21 Darnton (Robert), The Great cat massacre : and other episodes in French cultural history, Harmonds (...)
  • 22 Sèze (Paul-Victor de), Recherches physiologiques et philosophiques sur la sensibilité ou la vie an (...)
  • 23 Staum (Martin Sheldon), Cabanis : enlightenment and medical philosophy in the French revolution, P (...)
  • 24 Schiebinger (Londa), “Skeletons in the closet”, in Laqueur (T.), Gallagher (C), (sous la dir.), Th (...)

15La sensibilité rousseauiste, qui fit verser tant de larmes aux lecteurs de Rousseau21, était identique à la sensibilité dont le siège dans le corps animal était l’objet de recherche de l’anatomie comparée dans les années 1770 et 178022. Pour les naturalistes, les anatomistes et les médecins, le débat plus vaste sur l’importance de la sensibilité dans l’expérience personnelle, politique et savante représentait donc un enjeu particulier23. Ils étaient les experts capables de prédire le rapport entre la conformation et les facultés physiques, et inversement, de mettre en relation les effets des sens et la structure physique du corps24. Cette connaissance leur permettait de se prononcer sur les rapports entre les facultés morales et physiques des êtres humains, puisque la sensibilité était le lieu d’interaction du corps et de l’esprit à la fin du XVIIIème siècle.

Le collectionneur sensible

  • 25 Vicq d’Azyr (Félix), Traité d'anatomie comparée et de physiologie, Paris : [s.n.], 1786, p. 1.

16Dans un monde où les écrits de Rousseau et de Buffon avaient fait de l’étude de la nature et de l’appréciation de ses beautés un élément essentiel d’une éducation civilisée, les naturalistes de la génération postérieure à Buffon trouvèrent dans l’évocation de cette double tradition de sensibilité une forme appropriée pour s’adresser au public et à l’État. C’était en raison de la nécessité de gagner les faveurs du public que l’histoire naturelle était si dépendante du Romantisme. Cette nécessité avait déterminé les domaines que les naturalistes pouvaient étudier. Comme le faisait remarquer Vicq d’Azyr en 1786, l’anatomie comparée avait été négligée parce qu’elle était trop répugnante pour plaire à “ces amateurs qu’il faut captiver par l’élégance et la mobilité du spectacle”25. Les collections de productions naturelles étaient souvent décrites comme constituant des spectacles ou des tableaux, et il en était de même pour les scènes naturelles et les jardins. La nature était généralement considérée comme une actrice : ainsi les productions de la Nature et celles de l’Homme étaient-elles à un certain niveau comparables, et admettaient-elles, les unes comme les autres, la critique et l’évaluation. De même, puisque la Nature apportait l’idéal de beauté sur lequel les arts devaient être fondés, la réaction émotionnelle aux beaux-arts ne différait qu’en degré, et non par sa nature, de celle suscitée par le spectacle des œuvres de la nature. Même si certains considéraient que l’écriture romantique devait être séparée de la connaissance en histoire naturelle à proprement parler, il subsistait un vaste terrain commun aux deux, particulièrement aux yeux des lecteurs des ouvrages d’histoire naturelle et à ceux du gouvernement révolutionnaire. La décision, prise en 1792, de nommer l’écrivain Bernardin de Saint-Pierre comme dernier intendant du Jardin, confirme cette idée.

  • 26 Voir également les remarques de Hahn (Roger), “Sur les débuts de la carrière scientifique de Lacep (...)
  • 27 Lamarck (Jean-Baptiste), “Botanique”, in Encyclopédie méthodique : dictionnaire de botanique, Pari (...)
  • 28 Poiret (Jean-Louis M.), “Plante”, in ibid., vol. V, p. 1801 ; Millin (Aubin-Louis), Rapport fait à (...)
  • 29 Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary France, M (...)
  • 30 Trahard (P), La Sensibilité révolutionnaire (1789-1794), Paris : Boivin, 1936, chapitre 6.

17Dans ses écrits d’histoire naturelle, Lacepède fut critiqué par les naturalistes du XIXème siècle pour son insistance excessive sur la beauté du spectacle de la nature et sur l’effet émotionnel de la vue des productions naturelles26. Cependant, à la fin des années 1780, la relation entre sensibilité et valeur morale était fermement établie pour une grande partie de l’élite française. L'insistance de Lacepède sur l’élément émotionnel de la relation entre l’observateur et la nature n’était nullement unique, même parmi ceux que de nombreux historiens postérieurs décriraient volontiers comme les plus progressistes. En 1783, Lamarck établissait le même lien entre l’acte de voir et les sensations de plaisir, d’amour el de joie : “même l’homme le moins instruit ne peut jeter un regard attentif sur une belle prairie, sur un bois riche en plantes, sans éprouver une sorte de joie soudaine qu’il serait vain de chercher ailleurs. Qu’en serait-il de celui qui porterait sur ces objets, déjà agréables en eux-mêmes, un regard éclairé par la science ?”27. Les botanistes de l’époque révolutionnaire jugeaient convenable de s’extasier sur la nature dans le contexte d’ouvrages savants28. Dans sa réflexion sur la fondation du Muséum d’Histoire naturelle, Outram avance qu’elle était due à “l’idéologie, si puissante chez les Jacobins, selon laquelle l’exposition des beautés de la nature dans des sites privilégiés comme le Muséum représentait une partie essentielle de l’existence humaine parce qu’elle contribuait à la vertu humaine”29. Ce type d’expérience émotionnelle intense fondée sur la relation entre l’homme et la nature est aujourd’hui connu sous le nom de culte du sentiment de la nature30. Cependant, la réforme du Jardin en juin 1793 n’était pas une expérience isolée : elle s’inscrivait dans le projet des Jacobins d’instaurer en France des institutions d’instruction publique. Dans cette perspective, l’opinion de Lamarck selon laquelle l’instruction pouvait améliorer la sensibilité de l’individu à la Nature prend une dimension nouvelle. Comment les sensibilités diverses qui avaient caractérisé l’histoire naturelle au cours des années 1780 pouvaient-elles justifier le choix de l’ancien Jardin du roi pour devenir la première institution d’instruction publique jacobine ? Le passage du Jardin du domaine royal et privé au domaine national et public constituait un changement important de sa raison d’être, qui mérite un examen plus approfondi.

L’instruction d’un nouveau public

  • 31 Palmer (Robert), The Improvement of humanity : education and the French revolution, Princeton : Pr (...)
  • 32 Leith (James A.), Media and revolution : moulding a new citizenry in France during the Terror, Tor (...)

18La plupart des études de la réforme de l’éducation qui eut lieu sous la Révolution s’attache à souligner le caractère égalitaire de la majorité des propositions de réformes faites pendant cette période31. Un important aspect des réformes de l’instruction publique pendant la Révolution a cependant été présenté de façon généralement critique par beaucoup d’historiens de l’éducation de l’époque. Ce qui ressort le plus clairement des débats sur l’instruction, c’est l’intérêt des députés pour la construction du citoyen idéal, éclairé et possédant les mœurs révolutionnaires idéales : en d’autres termes, l’instruction publique avait un rôle à jouer dans la création du public32. Sous Robespierre, l’instruction publique devait prendre des formes encore plus extrêmes. De nouvelles ressources étaient utilisées pour modeler l’esprit public, de manière à éduquer non seulement le corps et la raison, mais également les émotions. La nature et le but du processus d’instruction lui-même étaient en jeu dans les projets de réforme qui virent le jour entre 1789 et 1795.

  • 33 Hahn (Roger), The Anatomy of a scientific institution : the Paris Academy of sciences (1666-1803),(...)
  • 34 (Bibliothèque centrale du Muséum d’Histoire naturelle, Ms 315).

19En dépit des attaques des Jacobins à l’encontre des institutions destinées à l’instruction publique dirigées par des savants de l’Ancien Régime, comme l’Observatoire, l’Académie des sciences et la Société d’agriculture, le Muséum était traité par beaucoup comme un site privilégié d’instruction publique33. Il est clair que la Convention considérait les naturalistes du Muséum comme qualifiés pour éduquer le public. Les cours de cette période qui nous sont parvenus révèlent que le public qui se rendait au Muséum pour assister aux cours gratuits se voyait en même temps administrer une forte dose de rhétorique pro-républicaine. Des professeurs du Muséum furent choisis par le Comité d’instruction publique, qui comptait parmi ses membres l’ami de Robespierre, le peintre David, pour évaluer des textes élémentaires destinés à l’enseignement34, ce qui montre que ces hommes étaient considérés comme les représentants de ce que devait être l’instruction républicaine.

  • 35 Schmidt (Adolph), Paris pendant la Révolution, d’après les rapports de la police secrète, 1789-180 (...)

20Les législateurs devaient de plus en plus utiliser l’instruction publique pour faire la preuve de leur contrôle des symboles dénotant la souveraineté dans la nouvelle République. Un des principaux facteurs de légitimation du discours politique révolutionnaire était la Nature, au nom de laquelle de nombreux éléments de l’Ancien Régime étaient rejetés. Le pouvoir du législateur de représenter la volonté publique était déterminé par sa capacité à démontrer que ses lois étaient en réalité tirées de la Nature. La difficulté résidait dans le fait de réaliser cela dans un contexte d’émeutes et de violence dont même les députés n’étaient pas à l’abri. Les gouvernements révolutionnaires successifs accomplirent de grands efforts pour contrôler les groupements et les organisations politiques dans la municipalité de Paris. Sous Roland, le Ministère de l’Intérieur, réagissant au nombre croissant de rassemblements insurrectionnels de Parisiens dans les lieux publics ou nationaux, établit un Bureau pour l’esprit public, dont la double fonction était de diffuser la propagande révolutionnaire imprimée et d’observer l’esprit public35. C’était la première indication d’un programme de préoccupation politique pour le contrôle de l’esprit public qui devait connaître son apogée sous Robespierre.

  • 36 Schmidt (Adolph), Paris pendant la Révolution..., op. cit.
  • 37 Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1824), P (...)

21La police officielle de Paris avait été démantelée au début de la Révolution et une série d’insurrections et de rassemblements menaçants dans les rues de Paris causaient quelques soucis au Ministère de l’Intérieur36. Les rapports détaillés des équipes d’espions envoyées par la suite par les différents ministères révèlent l’étendue des protestations contre la pénurie de nourriture. Ces espions se rendaient dans de nombreux lieux publics où le public se rassemblait habituellement pour discuter de la cherté et de la rareté de la nourriture, ainsi que des derniers événements et ragots politiques. Les lieux publics étaient fréquemment le théâtre de violents affrontements entre bandes rivales de jeunes gens, et ce n’est pas un Paris calme que décrivent les rapports des espions. Le Muséum, récemment devenu lieu public et terrain d’essai de l’instruction publique, subit plusieurs actes de vandalisme, dont le plus connu est le bris du buste de plâtre de Linné, placé en grande pompe dans le Jardin par la Société d’histoire naturelle en août 1790. Le rapport de Bernardin de Saint-Pierre à Roland à la fin de 1792 demandait un meilleur maintien de l’ordre dans le Jardin : “des agitateurs persuadent le peuple que le Jardin étant à la Nation, toute la Nation a le droit d’y cueillir des plantes. Le jour de la Toussaint, une troupe considérable d’hommes et de femmes ont pillé les fleurs, en menaçant de maltraiter les garde-bosquets qui voulaient s’y opposer [...]. En vain j’ai donné des ordres de mener les délinquants à la section, les gardes n’osent les exécuter [...]. Il est cependant urgent d’obliger les mauvais citoyens à respecter les propriétés publiques”37. Les naturalistes, tout comme les ministres de l’Intérieur et le Comité de Salut public, étaient confrontés à un problème toujours plus grave de mauvais esprit public. Ces problèmes d’ordre public faisaient de l’instauration d’un système de contrôle public réglementé par l’État un impératif pour le gouvernement républicain, qui devait simultanément apparaître comme le représentant de la volonté publique et être capable de se préserver de la violence publique. Après de nouvelles émeutes à Paris les 4 et 5 septembre 1793, la Convention décréta la Terreur à l’ordre du jour. Elle devait durer jusqu’à la chute de Robespierre le 9 thermidor an II.

  • 38 Ibid.

22Dans ce contexte de violence, il est frappant de constater à quel point les dix aquarelles de J.-B. Hilaire, peintes durant l’été 1794, vers la fin de la dictature de Robespierre, donnent une image différente du Muséum. Le Jardin, comme l’ont noté les commentateurs, apparaît comme un lieu paisible de récréation et de loisirs38. Une de ces illustrations présente un intérêt particulier, car elle dépeint avant tout l’ordre, à la fois naturel et social ou moral. Au premier plan figurent une femme et un enfant à qui l’on offre le symbole de l’appréciation romantique du jardin, une rose ; à l’arrière-plan, d’autres observent l’ordre naturel présenté par les plantes étiquetées dans les platebandes de l’École de botanique. Le mélange entre sensibilité romantique et rationnelle dans l’attrait qu’exerçait l’histoire naturelle sur son public apparaît clairement : l’ordre et le sentiment sont intimement liés. La peinture d’Hilaire trouvait écho dans les évocations idéalisées de l’histoire naturelle que donnait la presse populaire.

FIG. 2 - Vue de l’école botanique. An II. Aquarelle de Jean-Baptiste Hilaire. Collection Destailleur (Cabinet des estampes).

  • 39 Lettre de Dutard, observateur, à Garat, ministre de l’Intérieur, 9 mai 1793, citée dans Schmidt (A (...)

23La discontinuité entre la manière dont on pouvait dépeindre le Jardin et la violence dont il était victime en tant que propriété nationale, comme tous les autres lieux publics de rassemblement, indique quel rôle le Muséum pouvait jouer, aux yeux du Comité de Salut public, de ses exécutants et des autres législateurs jacobins, dans le grave problème du contrôle du public et en même temps de la monopolisation de la Nature et donc du pouvoir politique. Le Jardin devait montrer les lois de la Nature en action, l’ordre sous le chaos apparent dans lequel la Révolution était tombée. Ainsi, selon les mots de Dutard, l’un des observateurs de Garat explique : “j’ai entendu dire à un peintre que pour juger un tableau, pour voir tous les effets généraux qu’il comprend, il est nécessaire de se situer exactement au point de vue qui convient. Celui à qui le rayon visuel fait défaut ne verra qu’une masse confuse de couleurs diverses, qui ne présenteront rien de plus pour lui que des demi-traits. C’est ainsi que dans notre politique révolutionnaire, peu d’hommes ont vu cet ensemble si nécessaire et les vrais rapports qui existaient entre les diverses classes qui formaient le corps social”39.

24Dutard qualifiait par la suite de demi-savants ceux qui pensaient à tort être capables de voir l'ordre véritable. Bref, seuls les savants complets pouvaient prétendre posséder la connaissance véritable de l’ordre, qu’il s’agisse de nature ou de société.

  • 40 Lettre de Merlet à Jean Thouin, citée dans Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes..., op. cit., (...)

25Une telle aptitude était d’une grande importance. Tandis que les législateurs de la République s’évertuaient à trouver le point de vue idéal sur le spectacle de la société, et à le présenter aux citoyens, les professeurs du Muséum assuraient être capables de voir, directement et sans l’entremise de systèmes, les véritables rapports existant dans le spectacle de la Nature. Le 3 avril 1793, Merlet de la Boulaye, correspondant de Thouin, écrivait d’Angers : “la guerre civile ravage notre département. Le Grec et le Troyen nous pillent [...]. Vous êtes peut-être surpris que je m’occupe à orner et à planter un jardin botanique au milieu des dissensions de la guerre civile, mais je suis à mon poste et je vois que les hommes peuvent brûler, piller, massacrer, mais qu’ils ne peuvent rien faire contre l’ordre immuable de la nature. Quand donc ils seront las de s’égorger, je me plais à croire que mes compatriotes seront bien aises de trouver un jardin utile et instructif tout formé”40.

26En rendant visibles les lois de la nature qui gouvernaient le peuple français par le biais de ses législateurs, le Muséum pouvait jouer le rôle d’une véritable institution d’instruction publique : ce qui, littéralement, signifiait une institution pour l’amélioration de l’esprit public.

  • 41 Lanthenas (François), “Bases fondamentales de l’Instruction publique...”, in Mavidal (J.), Laurent (...)

27Le 20 mars 1793, le médecin et député Lanthenas, membre du Comité d’instruction publique, déclarait que le but de l’instruction publique était d’encourager la connaissance et les lumières et de soutenir les bonnes mœurs et la morale publique ; “nul n’a considéré [l’instruction publique] comme un pouvoir révolutionnaire, avant de l’envisager comme un moyen de perfectionnement physique et moral pour l’espèce”41. Une instruction révolutionnaire, affirmait-il, modifierait les “opinions morales et politiques” du public. En fait, Lanthenas suggérait qu’une des principales tâches de l’instruction publique était de justifier l’emprise de la Convention sur la souveraineté, en révélant au public que les députés étaient détenteurs de la véritable connaissance morale et politique quant à ce que devait être la société. Si cette représentation était couronnée de succès, les députés seraient à même de parfaire leur contrôle de la volonté publique sans intervention apparente de leur volonté personnelle dans le processus législatif. L’infaillibilité de la connaissance dérivée de la Nature permettrait aux députés d’exposer les erreurs des citoyens récalcitrants et de justifier la direction de la violence publique par les détenteurs du pouvoir. Les réformes de l’instruction publique apparaissent ainsi comme le prolongement direct des activités de propagande du Bureau pour l’esprit public institué par Roland.

28Le maintien de l’ordre public était donc déterminant pour la constitution d’un nouvel ordre social : discipliner ce public incontrôlable nécessitait la formation d’un nouvel ordre moral. La solution républicaine était de préférer, en particulier, un ordre moral basé sur de nouvelles façons de voir. Pendant plusieurs années, à partir de 1793, c’est dans la présentation visuelle que cette mise en évidence de la véritable souveraineté des législateurs par le biais de l’instruction publique rechercha son effet le plus réussi, et cela nulle part autant que dans le spectacle, naturel et artificiel.

  • 42 Lacepède, an III (Bibliothèque centrale du Muséum d’Histoire naturelle, Ms 1529).
  • 43 Schaffer (Simon), “Natural philosophy and public spectacle”, History of science, no 21, 1983, pp.  (...)

29Les propos de Lacepède résumant la vision, réelle ou de mémoire, d’un cabinet d’histoire naturelle, montrent comment ce processus de visualisation était supposé aboutir à l’élargissement du point de vue de l’observateur, et à un accroissement de son esprit. “Citoyens, c’est dans cette première pièce du cabinet d’histoire naturelle, que vous récapitulerez dans votre souvenir, tout ce qui, jusqu’à cet instant a été l’objet de nos leçons ; [...] là s’agrandiront vos idées sur ce qu’on ne peut jamais trop étudier, la Nature ! [...] Ah ! alors, vous bénirez la République et la Convention nationale [...]”42. L’observateur devait accéder, au-delà des spécimens individuels, des parties du corps, du classement à échelle restreinte, à la vision plus vaste : l’entièreté de la Nature, toute la beauté de l’Univers, les rapports naturels entre les individus et les espèces. L’acte de se souvenir était lui-même un acte de visualisation ; c’était amener devant l’œil de l’esprit ce qui était invisible43. Cela devait s’avérer une ressource extrêmement importante pour l’histoire naturelle en tant que forme d’instruction républicaine. La même pratique apparaissait dans d’autres aspects de l’instruction, tout particulièrement dans les fêtes révolutionnaires conçues par David.

Les fêtes révolutionnaires

  • 44 Dowd (David Lloyd), Pageant-master of the Republic : Jacques-Louis David and the French revolution (...)
  • 45 Ozouf (Mona), La Fête révolutionnaire : 1789-1799, Paris : Gallimard, 1988, 474 p. ; Biver (Marie- (...)
  • 46 Robespierre (Maximilien), “Rapport fait au nom du Comité de Salut public, sur les rapports des idé (...)

30Ce fut sous le régime de Robespierre que les mesures visant à modeler et à contrôler l’esprit public prirent le plus d’importance pour l’État, dans le contexte de la mise en œuvre d’un nouvel ordre moral qui culmina avec l’institution du culte de l’Être suprême le 18 floréal an II (7 mai 1794). La visualisation était le principal moyen de susciter et de contrôler les sentiments patriotiques, si les citoyens étaient guidés de façon adéquate pour cela par des experts. La création de fêtes révolutionnaires par David peut être considérée comme une extension des efforts du gouvernement révolutionnaire pour s’approprier l’autorité de la Nature comme instrument de légitimation44. Le régime de Robespierre fut la période ou l’utilisation du spectacle organisé comme moyen de contrôler le public revêtit sa forme la plus élaborée, comme l’indique le discours de Robespierre de floréal an II (mai 1794) présentant le plan de la Fête de l’Être suprême45. “Il est [...] une sorte d’institution qui doit être considérée comme une partie essentielle de l’éducation publique [...]. Je veux parler des fêtes publiques. Rassemblez les hommes, vous les rendrez meilleurs ; car les hommes rassemblés chercheront à se plaire, et ils ne pourront se plaire que par les choses qui les rendent estimables ; donnez à leur réunion un grand motif moral et politique, et l’amour des choses honnêtes entrera avec plaisir dans tous les cœurs ; car les hommes ne se voient pas sans plaisir. L’homme est le plus grand objet qui soit dans la nature ; et le plus magnifique de tous les spectacles, c’est celui d’un grand peuple assemblé”46.

  • 47 Baker (Keith-Michael), “Politics and social science in Eighteenth-century France”, in Bosher (J.F. (...)

31Le rapport de Robespierre est clairement révélateur de la manière élaborée dont le public était dirigé par David dans l’organisation de ces fêtes. Le public devait être contrôlé par l’art social, mais en même temps, par sa réaction émotionnelle devant la Nature47. Les fêtes étaient une nouvelle forme d’art destinée à contenir et à dépeindre l’émotion à une échelle inconnue jusqu’alors. C’étaient des peintures vivantes, un spectacle estompant la frontière entre le naturel et l’artificiel. Elles étaient composées de corps naturels, mis en scène comme au théâtre et elles représentaient les symboles de la République. Elles contribuaient également, comme d’autres formes de manifestations physiques révolutionnaires, à rendre les citoyens transparents : à ôter cette “écorce” de corruption. L'orchestration du public dans les rituels des fêtes morales était une représentation en miniature de la façon dont, pour les robespierristes, la société tout entière devait fonctionner.

  • 48 “Rapport et arrêté de la Commission de l’Instruction publique, 11 messidor de l’an II” (29 juin 17 (...)
  • 49 “Introduction au Cours d’ichtyologie..., par le citoyen Lacepède...”, Magazin encyclopédique, vol. (...)

32Il n’est donc nullement surprenant de voir que Robespierre et ses acolytes s’efforcèrent de conserver le contrôle de la réalité du spectacle. Le député Payan, membre de la Commission exécutive d’instruction publique, condamna les tentatives faites pour convertir les grandes fêtes en pièces de théâtre, affirmant que cela ramènerait la puissance du grand spectacle de la nature au niveau d’un simple spectacle de lanterne magique, autrement dit d’une tromperie48. Une préoccupation semblable apparaît, en l’an III, dans le Cours d’ouverture d’ichtyologie de Lacepède. L'approche erronée de la nature était décrite comme substituant “les images imparfaites et les vains spectres d’une lanterne magique, au spectacle de la nature”49.

FIG. 3 - Fête célébrée en l'honneur de l’Être suprême de l'An II. Source : Bibliothèque nationale, Collection de Vinck, 6313.

  • 50 Ozouf (Mona), Festivals and the French revolution, op. cit. ; Schama (Simon), Citizens : a chronic (...)
  • 51 Robespierre (Maximilien), “Rapport fait au nom du Comité de Salut public...”, art. cit.
  • 52 Shapin (Steven), “Pump and circumstance : Robert Boyle’s literary technology”, History of science,(...)

33Les récits de témoins oculaires de la Fête de l’Être suprême prouvent avec quel succès David put susciter les émotions populaires de masse50. La puissance émotionnelle émanant des fêtes dépendait du degré de succès avec lequel elles mettaient en scène le spectacle de la nature qui était à la base du nouvel ordre social. L’image de la Nature réalisée pour célébrer la Fête de l’Être suprême était accompagnée d’une phrase du discours de Robespierre51 : “le véritable prêtre de l’Être suprême, c’est la Nature, son temple l’Univers, son Culte la vérité, ses fêtes, la joie d’un grand peuple assemblé pour nouer les doux nœuds de la Fraternité, et vouer la mort des tyrans”. Les organisateurs des fêtes utilisaient la Nature pour légitimer leur construction de l’ordre social. Mais le véritable prêtre de cette Fête, c’était Robespierre, qui apparut au milieu de la scène sur une estrade, vêtu d’un habit de cérémonie spécial, avec redingote bleue et pantalon doré, pour jouer le rôle principal du rituel. Le plan de la Fête décrivait comment le regard du public devait être dirigé : “la Convention nationale, précédée d’une musique éclatante, se montre au peuple : le président paraît à la tribune élevée au centre de l’amphithéâtre ; il fait sentir les motifs qui ont déterminé cette fête solennelle ; il invite le peuple à honorer l’auteur de la nature [...]”. Et, à la fin de la cérémonie, “le bruit des tambours se fait entendre, le son perçant de la trompette éclate dans les airs [...]. Le peuple se dispose ; il est en ordre : il part [...]”. Bien que le peuple fût son propre observateur dans ce spectacle, ce regard devait se reporter de lui-même vers ceux qui représentaient ce qu’on ne pouvait voir : la Nature. Une fois qu’on s’était adressé à lui au nom de la Nature et de l’Être suprême, le peuple devait se mettre lui-même en ordre. Comme les naturalistes, les députés robespierristes œuvraient à se rendre transparents pour leur public : à effacer les marques intempestives d’effort individuel dans la constitution de la connaissance sociale52.

L’instruction invisible

  • 53 Julia (Dominique), Les Trois couleurs..., op. cit.

34L'analyse faite par Dominique Julia des rapports sur l’instruction publique présentés aux Assemblées et à la Convention révèle l’existence d’un mouvement rejetant le genre de propositions exprimées par Talleyrand et Condorcet en 1791 et au début de 1792, qui étaient favorables à la formation d’un corps de savants quasi-autonome pour superviser l’instruction publique53. Les savants étaient accusés par de nombreux radicaux jacobins de faire preuve d’un esprit de corps despotique et par conséquent d’être susceptibles de corrompre la pureté révolutionnaire des enfants français. Les projets d’institutions d’instruction publique furent, pour cette raison, en grande partie délaissés entre 1793 et 1794 en faveur de la notion de “nation autodidacte” : la représentation morale et l’exemple patriotique devaient être les moyens de convertir une génération corrompue pour en faire le fondement d’une nation vertueuse. Une telle approche est évidente dans la création des fêtes révolutionnaires. Leur utilisation révèle également, néanmoins, qu’il importait de plus en plus que les législateurs puissent diriger le regard de l’observateur vers leur aptitude à représenter la Nature dans la construction de la société.

  • 54 Palmer (Robert), The Improvement of humanity : education and the French revolution, Princeton : Pr (...)
  • 55 “Première adresse des Officiers du Jardin des plantes et du Cabinet d’histoire naturelle”, in Hamy (...)
  • 56 Discours prononcé à l’Amphithéâtre du Muséum national d’Histoire naturelle, 11 germinal de l’an II(...)

35Dans de nombreuses éludes modernes sur l’instruction révolutionnaire, ce changement de direction du regard public n’est mentionné que très brièvement comme “des mesures prises pour l’endoctrinement civique de la population”. Les travaux de Robert Palmer semblent accepter la négligence de cet aspect fort important de la nouvelle instruction publique : “nous sommes enclins à y voir [...] les signes d’une idéologie compulsive et un avant-goût de la manipulation de masse utilisée plus récemment par les régimes totalitaires”54. Cependant, tout au long de la Révolution, les naturalistes du Muséum devaient explicitement offrir aux législateurs le genre de ressources que les fêtes étaient destinées à fournir. En août 1790, leur adresse à l’Assemblée nationale affirmait que, “accoutumés à considérer le grand et magnifique spectacle de la puissance de la nature et de l’unité de ses lois, ils ont cru cependant que leur admiration n’avait pas changé d’objet en se portant vers l’immortel ouvrage que la puissance nationale élève par vos mains”55. Encore une fois, l’accent était mis sur l’invisibilité, aussi bien des naturalistes que des députés lors du processus législatif. Durant toute l’année 1794, les naturalistes du Muséum continuèrent à réorienter le regard de leur public du spectacle de la Nature vers celui du gouvernement : dans sa leçon de clôture du cours d’anatomie animale, donnée dans le nouvel amphithéâtre du Muséum le 11 germinal an II (31 mars 1794), Mertrud évoquait, dans son préambule, son rôle consistant à révéler à ses élèves le spectacle de la nature : “rien n’est petit dans la nature aux yeux de l’observateur éclairé : nos devoirs sont d’en admirer la grandeur, d’en connaître les lois, [...] d’y rechercher toutes les propriétés qui y ont été attachées par la main du créateur, d’en extraire les choses utiles et de les appliquer aux besoins des hommes. Je n’ai pu citoyens, que crayonner faiblement ce tableau ; c’est une partie de la tâche qui m’est imposée. D’autres professeurs vont agrandir ce spectacle et vous en présenter toute la majesté”56. À la fin de la leçon, cependant, il avait effectué la transition au spectacle du pouvoir législatif : “est-il dans l’univers un spectacle plus grand que celui que présentent des législateurs qui, d’une main abaissent les traîtres, et de l’autre soutiennent et protègent ce peuple immense qui s’est confié à leurs soins ?”. En tant qu’une des premières institutions d’instruction publique instaurées par les Jacobins, le Muséum d’Histoire naturelle dépendait pour sa survie de l’aptitude des naturalistes à rassembler et à exposer les lois naturelles dans des représentations visuelles capables de contrôler l’émotion du public.

  • 57 Bazin (Germain), The Louvre, [trad. du français par Μ. I. Martin], nelle éd. révisée, Londres : Th (...)

36Il est clair que la réification du Muséum d’Histoire naturelle en tant qu’institution était inséparable de son aptitude à fournir un site d’exposition et par conséquent de son image de dispensateur de savoir patriotique. Ce n’était pas le seul établissement à jouer un tel rôle. Le 27 juillet 1793, quelques semaines seulement après la fondation du Muséum d’Histoire naturelle, la Convention décrétait la fondation d’un Muséum national des arts, devant être ouvert au Louvre57.

  • 58 La Décade philosophique, 10 messidor an II, p. 406.
  • 59 Ibid., messidor an II [juin-juillet 1794], p. 519.
  • 60 Michel (André), Migeon (Gaston), Le Musée du Louvre : sculptures et objets d’art du Moyen-Âge, de (...)

37Aussi bien l’histoire naturelle que les arts tiraient leur capacité à perfectionner l’esprit de la présentation d’un spectacle continuel, comme le faisait remarquer le journal révolutionnaire La Décade philosophique en été de l’an II : “quel est le but de presque tous les arts libéraux ? D’imiter la nature, de nous en offrir l’image la plus rapprochée. Eh bien ! c’est ce spectacle continuel de la nature, tant réelle qu’imitée, qui augmente nos sensations, nous offre de continuelles occasions de comparer, nous force à porter un plus grand nombre de jugements, enrichit conséquemment notre mémoire d’un plus grand nombre d’idées, et donne de l’accroissement à notre esprit”58. Le Muséum national d’Histoire naturelle et son aller ego, le Muséum national des arts, avaient en commun le pouvoir de présenter des spectacles moraux au public. Dans un cas comme dans l’autre, les institutions revêtaient une fonction quasi-religieuse. En messidor an II (juin-juillet 1794), La Décade philosophique publiait un éloge du Muséum d’Histoire naturelle : “on peut considérer ce point central et nécessaire des sciences, comme un temple où chacun pourra venir consulter la Nature, qui lui répondra toujours elle-même, en étalant ses richesses rassemblées [...]”59. De même, le Muséum national des arts était décrit par les membres de la Commission des arts, qui avait présidé à sa fondation, comme un “temple de la nature et du génie”60. L'objectif fondamental des deux muséums était l’instruction du public, et c’était une instruction essentiellement orientée vers la représentation morale. Les deux muséums constituaient le premier contexte institutionnel de la tentative faite par les Jacobins pour contrôler l’esprit public en réorientant le regard public. Pendant l’été 1794, après que Robespierre eut réussi à éliminer toute opposition à son régime en guillotinant Hébert et Danton, le Comité de Salut public passa une série de décrets favorables aux deux muséums et à l’instauration d’établissements similaires dans les départements.

  • 61 “Second rapport fait par la Commission des Travaux publics...” (Bibliothèque centrale du Muséum d’ (...)
  • 62 “Projet d’arrêté présenté par la Commission des Travaux publics au Comité de Salut public relative (...)

38La visite du Comité de Salut public le 27 floréal an II (16 mai 1794) aboutit à un projet d’extension du domaine du Muséum à plus de cinq fois sa taille actuelle, d’environ cinquante arpents à environ deux cent soixante-dix. Le coût du projet pour la nation était estimé à quatre millions de livres, une somme considérable, même en tenant compte de l’inflation. Le Muséum agrandi devait s’étendre sur tout le terrain entre le Pont Bernard à l’est et l’hôpital à l’ouest, longeant la rive de la Seine sur toute cette distance. Les commissaires chargés du rapport au Comité de Salut public attiraient l’attention de celui-ci sur le pouvoir du Muséum de rendre l’avenir visible. Ils concluaient que l’établissement agrandi “présenterait en petit les échantillons complets de la nature entière, il serait enfin l’abrégé du monde physique comme la France régénérée sera celui du monde moral”61. Le Comité de Salut public approuva le projet qui lui fut présenté par la Commission à la fin de floréal et une série de décrets concernant l’achat et la protection des terrains adjacents au Muséum furent passés en été 179462.

39L’histoire que j’ai retracée souligne que l’on ne saurait prendre les institutions pour des faits établis, en particulier lors des périodes de bouleversement politique. On a tendance, un peu à la légère, à considérer que les institutions existant aujourd’hui sont, d’une certaine façon, plus réelles ou plus importantes que celles qui n’ont pas survécu. Mais les fluctuations des limites du Muséum d’Histoire naturelle peuvent servir à suggérer les changements survenus dans ce que cette institution était censée représenter. L’avenir de l’histoire naturelle et les limites du Muséum d’Histoire naturelle dépendaient du succès du programme de gestion publique des Jacobins. Il est un fait que l’échec du projet d’agrandissement du Muséum était lié à son échec dans l’accomplissement de son rôle de contrôle du public.

  • 63 Bradley (M.), “The Financial basis of French scientific education”. Annals of science, no 36, 1979 (...)
  • 64 Julia (Dominique), Les Trois couleurs..., op. cit., pp. 168-171.
  • 65 Pétition des propriétaires des maisons et terrains environnants le Jardin des plantes..., Paris : (...)
  • 66 Favard (Guillaume de), Rapport fait..., op. cit. Les raisons données à l’ajournement du projet éta (...)

40Après le 9 thermidor, d’anciens membres du Comité d’instruction publique et de la Commission temporaire des arts de Robespierre, dont Fourcroy, furent élus au Comité de Salut public sous sa nouvelle forme ; ils continuèrent à œuvrer pour l’application du projet d’agrandissement63. Cependant, l’École Normale, qui ouvrit ses portes fin 1794 à l’amphithéâtre du Muséum, fut un désastre sur toute la ligne. Les professeurs furent accusés d’être incapables de faire leurs cours à un niveau compréhensible par tous les étudiants, qui en conséquence passaient la majeure partie de leur temps dans les cafés. L’établissement fut fermé en moins d’un an64. À l’extérieur du Muséum, la situation était semblable. Les propriétaires des terrains entourant l’établissement protestèrent auprès de la Convention contre le projet d’expropriation65. Après une année d’inaction, le Directoire nomma une commission spéciale, le 9 fructidor an V (26 août 1796), pour faire un rapport sur le Muséum. Cette fois, les négociations des professeurs échouèrent manifestement, puisque le projet fut abandonné en 179766. Les derniers vestiges de la vision révolutionnaire de Robespierre avaient disparu.

Notes

1 Hamy (Ernest Théodore), “Les Derniers jours du Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire naturelle”, in Centenaire de la fondation du Muséum d’Histoire naturelle, 10 juin 179310 juin 1893 : volume commémoratif Paris : Impr. nationale, 1893, p. 66.

2 Hampson (Norman), Will and circumstance : Montesquieu, Rousseau and the French revolution, Londres : Duckworth, 1983 ; Baker (Keith Michael), Inventing the French revolution : essays on French political culture in the XVIIIth Century, Cambridge : Cambridge University Press, 1990, 374 p. Voir notamment le chapitre 8.

3 Lawrence (C.), “The Nervous System and society in the Scottish enlightenment”, in Barnes (Barry), Shapin (Steven), (sous la dir.), Natural order : historical studies of scientific culture, Beverley Hills : Sage publications, c. 1979, pp. 19-40 ; Jordanova (L.), The Natural philosophy of Lamarck, thèse non publiée, Cambridge, 1976, chapitre 5 ; Staum (Martin S.), Cabanis : enlightenment and medical philosophy in the French revolution, Princeton : Princeton University Press, c. 1980, 430 p. ; Haigh (E.L.), “Vitalism, the soul and sensibility”, Journal for the history of medicine, no 31, 1976, pp. 30-44.

4 Mornet (Daniel), Le Sentiment de la nature en France, de Jean-Jacques Rousseau à Bernardin de Saint-Pierre : essai sur les rapports de la littérature et des mœurs, Paris : Hachette, 1907, 573 p. ; Van Tieghem (Paul Désiré), Le Sentiment de la nature dans le préromantisme européen, Paris : A. G. Nizet, 1960, 275 p. ; Ehrard (J·), L’idée de la nature en France dans la première moitié du XVIIIème siècle, Paris : Impr. réunies, 1963, 2 vol.

5 Ophir (A.), Shapin (Steven), “The Place of knowledge : a methodological survey”, Science in context, no 1, 4ème trim., 1991, pp. 3-22 ; Agnew (John A.), Duncan (James A.), (sous la dir.), The Power of place : bringing together geographical and sociological imaginations, Boston : Unwin Hyman, 1989, 231 p. ; Shapin (Steven), “The House of experiment in Seventeenth-century England”, Isis, no 79, 1988, pp. 373-404 ; Pratt (Mary-Louise), Imperial eyes : studies in travel writing and transculturation, Londres : Routledge, 1992, 257 p. ; Johns (A.D.S.), Dolly’s wax : the historical physiology of interpretation in early modem England, in Raven (James), Small (Helen), Tadmor (Naomi), (sous la dir.), The practice and representation of readind in England, Cambridge : Cambridge University Press, 1996, pp. 138-161.

6 Condillac (Étienne Bonnot, abbé de), Cours d’étude pour l’instruction du Prince de Parme, Parme : Impr. royale, 1775, 16 vol. ; Condillac (Étienne Bonnot, abbé de), Essai sur l’origine des connaissances humaines, Amsterdam : P. Mortier, 1746, 2 tomes ; Condillac (Étienne Bonnot, abbé de), Traité des sensations, Londres : De Bure aîné, 1754, 2 vol.

7 Chisick (Harvey), The Limits of reform in the enlightenment : attitudes towards the education of the lower classes in XVIIIth Century France, Princeton : Princeton University Press, 1984, 324 p. ; Fliegelman (J.), Prodigals and pilgrims : the American revolution against patriarchal authority, 1750-1800, Cambridge : Cambridge University Press, 1982, 328 p.

8 Piveteau (J.) (sous la dir.), Œuvres philosophiques de Buffon, Paris : PUF, 1954, p. 8.

9 Ibid., pp. 7-8 ; Rousseau (Jean-Jacques), Émile, ou De l’éducation, Paris : Garnier-Flammarion, 1966, p. 69.

10 Jordanova (L.), Natural philosophy of Lamarck, op. cit., p. 55.

11 Lamarck (Jean-Baptiste de), “Sur l’étude des rapports naturels”, Choix de Mémoires..., vol. I, Paris, 1792, p. 362 ; voir aussi Desfontaines, “Cours de botanique élémentaire... Discours d’ouverture”, La Décade philosophique, vol. V, passim ; Geoffroy Saint-Hilaire, “Mémoire sur les rapports naturels des Makis Lémur”, Magazin encyclopédique, no 1, 1796, pp. 20-36 ; Jussieu, “Exposition d’un nouvel ordre de plantes”, Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1774-1778, pp. 175-197.

12 Lamarck (Jean-Baptiste de), “Sur l’étude des rapports naturels”, art. cit., p. 366.

13 Daubenton (Louis), “Introduction à l’histoire naturelle”, Encyclopédie méthodique : histoire naturelle des animaux, Paris, 1782, p. I.

14 Bobé (L.), Mémoires de Charles Claude Flahaut comte de la Billarderie d’Angiviller, Copenhague : Levin et Munksgaard, 1933, p. 56.

15 Ibid., p. 54 ; Paulson (William R.), Enlightenment, romanticism, and the blind in France, Princeton : Princeton University Press, c. 1987, 259 p.

16 Melot (M.), “Caricature and the French revolution", French caricature and the French revolution, 1789-1799, Los Angeles : Grunwald Center for the graphic arts, Wight art gallery, University of California, c. 1988, p. 28.

17 Mavidal (J.), Laurent (E.), (sous la dir.), Archives parlementaires de 1800 à 1860, Paris : Impr. nationale, 1862-1895, vol. XXIX, p. 756. Les signataires comprenaient les naturalistes du Jardin Fourcroy et Desfontaines. Sur Rousseau et la transparence, voir Starobinski (Jean), Jean-Jacques Rousseau : la transparence et l’obstacle, suivi de sept essais sur Rousseau, Paris : Gallimard, 1971, 457 p. (Bibliothèque des idées).

18 Crow (Thomas E.), Painters and public life in Eighteenth-century Paris, New Haven : Yale University, 1985 ; Barnett (Dene), The Art of gesture : the practices and principles of XVIIIth Century acting, Heidelberg : C. Winter, 1987, 503 p. ; Roche (Daniel), La Culture des apparences : une histoire du vêtement (XVIIème-XVIIIème siècle), Paris : Fayard, c. 1989, 549 p.

19 Bouloiseau (Marc), La République jacobine : 10 août 1792 – 9 thermidor an II, Paris : Seuil, 1972, 262 p. Trad. angl. : The Jacobin republic (1792-1794), Cambridge, 1987. Voir pp. 96-100, sur la création de “suspects” en automne 1793. L'accent était mis sur l’observation du langage, du costume et du comportement de ses voisins pour détecter des signes suspects pouvant être révélateurs d'une corruption intérieure.

20 Maniquis (R.M.), “The puzzling mimosa”, Studies in romanticism, no 8, 1969, pp. 129-155.

21 Darnton (Robert), The Great cat massacre : and other episodes in French cultural history, Harmondsworth : Allen Lane, 1984, 298 p. Voir surtout le chapitre 6.

22 Sèze (Paul-Victor de), Recherches physiologiques et philosophiques sur la sensibilité ou la vie animale, Paris : Prault, 1786, 340 p. ; Andry, “Recherches sur la mélancholie”, Mémoires de la Société royale de médecine, 1783-1787, pp. 89-159.

23 Staum (Martin Sheldon), Cabanis : enlightenment and medical philosophy in the French revolution, Princeton : Princeton University Press, 1980, 430 p. ; Jordanova (L.), Natural philosophy of Lamarck, op. cit., chapitre 5.

24 Schiebinger (Londa), “Skeletons in the closet”, in Laqueur (T.), Gallagher (C), (sous la dir.), The Making of the modem body : sexuality and society in the Nineteenth Century, Berkeley : University of California Press, 1987, 242 p. L’auteur montre comment les différences entre les sexes étaient de plus en plus souvent mises en rapport avec les différences de structure du corps à la fin du XVIIIème siècle. Voir également Jussieu, “Mémoire sur les rapports existants entre les caractères des plantes, et leurs vertus”, Histoire de la Société royale de médecine, 1786-1790, pp. 188-197.

25 Vicq d’Azyr (Félix), Traité d'anatomie comparée et de physiologie, Paris : [s.n.], 1786, p. 1.

26 Voir également les remarques de Hahn (Roger), “Sur les débuts de la carrière scientifique de Lacepède”, Revue d’histoire des sciences, no 27, 1974, pp. 347-353.

27 Lamarck (Jean-Baptiste), “Botanique”, in Encyclopédie méthodique : dictionnaire de botanique, Paris : Panckoucke, 1783, vol. I, p. 440.

28 Poiret (Jean-Louis M.), “Plante”, in ibid., vol. V, p. 1801 ; Millin (Aubin-Louis), Rapport fait à la Société d’histoire naturelle sur la nécessité d’établir une ménagerie, Paris : Boileau, messidor an III [1795], 4 p.

29 Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary France, Manchester : Manchester University Press, c. 1984, pp. 164-165. Sur l’expérience de la Nature à la fin du XVIIIème siècle, voir Stafford (Barbara-Maria), Voyage into substance : art, science, nature and the illustrated travel account, 1760-1840, Cambridge : MIT, 1984, 645 p. ; Charlton (Donald G.), New images of the natural in France : a study in European cultural history, 1750-1800, Cambridge : Cambridge University Press, 1984, 254 p. ; Thomas (K.), Man and the natural world, Harmondsworth : Penguin, 1985 ; Bourde (André J.), Agronomie et agronomes en France au XVIIIème siècle, Paris : SEVPEN, 1967, vol. II, chapitre 11 ; Outram (Dorinda), “The Ordeal of vocation”, History of science, no 21, 1983, pp. 251-273 ; Fried (Michael), Absorption and theatricality : printing and beholder in the age of Diderot, Berkeley : University of California Press, c. 1980, chapitre 3.

30 Trahard (P), La Sensibilité révolutionnaire (1789-1794), Paris : Boivin, 1936, chapitre 6.

31 Palmer (Robert), The Improvement of humanity : education and the French revolution, Princeton : Princeton University Press, c. 1985, 347 p. ; Julia (Dominique), Les Trois couleurs du tableau noir : la Révolution, Paris : Belin, 1981, 394 p. ; Langins (Janis), La République avait besoin de savants : les débuts de l’École Polytechnique : l’École centrale des travaux publics et les cours révolutionnaires de l’an III, Paris : Belin, 1987, 287 p.

32 Leith (James A.), Media and revolution : moulding a new citizenry in France during the Terror, Toronto : Canadian broadcasting corporation, 1968, 90 p. ; Parker (Noël), Portayals of revolution : images, debates and patterns of thought on the French revolution, New York : Harvester, 1990, 244 p.

33 Hahn (Roger), The Anatomy of a scientific institution : the Paris Academy of sciences (1666-1803), Berkeley : University of California Press, 1971.

34 (Bibliothèque centrale du Muséum d’Histoire naturelle, Ms 315).

35 Schmidt (Adolph), Paris pendant la Révolution, d’après les rapports de la police secrète, 1789-1800, [trad. franç. accompagnée d’une préf. par Paul Viollet], Paris : Champion, 1880-1894, vol. 1, p. 144 ; Caron (Pierre), Paris pendant la Terreur, rapports des agents secrets du ministre de l’Intérieur. Tome 1 : 27 août 1793 – 25 décembre 1793, Paris : A. Picard, 1910.

36 Schmidt (Adolph), Paris pendant la Révolution..., op. cit.

37 Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1824), Paris : Éd. du Muséum, 1989, pp. 304-305.

38 Ibid.

39 Lettre de Dutard, observateur, à Garat, ministre de l’Intérieur, 9 mai 1793, citée dans Schmidt (Adolph), Tableaux de la Révolution française publiés sur les papiers inédits du département et de la police secrète de Paris, Leipzig : Veit, 1867, vol. I, pp. 198-199.

40 Lettre de Merlet à Jean Thouin, citée dans Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes..., op. cit., p. 319.

41 Lanthenas (François), “Bases fondamentales de l’Instruction publique...”, in Mavidal (J.), Laurent (E.), (sous la dir.), Archives parlementaires..., op. cit., vol. LXIV, p. 458.

42 Lacepède, an III (Bibliothèque centrale du Muséum d’Histoire naturelle, Ms 1529).

43 Schaffer (Simon), “Natural philosophy and public spectacle”, History of science, no 21, 1983, pp. 1-43 ; Pomian (Krszysztof), Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris – Venise, XVIème-XVIIIème siècle, Paris : Gallimard, 1987, pp. 15-59.

44 Dowd (David Lloyd), Pageant-master of the Republic : Jacques-Louis David and the French revolution, Lincoln, Nebraska : University of Nebraska studies, 1948, 205 p. ; Leith (James A.), The Idea of art as propaganda in France, 1750-1799 : a study in the history of ideas, Toronto : University of Toronto Press, 1965, 184 p.

45 Ozouf (Mona), La Fête révolutionnaire : 1789-1799, Paris : Gallimard, 1988, 474 p. ; Biver (Marie-Louise), Fêtes révolutionnaires à Paris, Paris : PUF, 1979, 223 p. ; Ehrard (Jean), Viallaneix (Paul), (sous la dir.), Les Fêtes de la Révolution : Colloque, Clermond-Ferrand, 1974, Paris : Société des études robespierristes, 1977 ; Strong (Roy C.), Art and power : renaissance festivals, 1450-1650, Woodbridge, Suffolk : Boydell Press, 1984, XIII-227 p. ; Parker (Noël), Portrayals of Revolution. op. cit.

46 Robespierre (Maximilien), “Rapport fait au nom du Comité de Salut public, sur les rapports des idées religieuses et morales avec les principes républicains, et sur les fêtes nationales”, La Décade philosophique, pluviôse de l’an II, pp. 243-244.

47 Baker (Keith-Michael), “Politics and social science in Eighteenth-century France”, in Bosher (J.F.) (sous la dir.), French government and society (1500-1850) : essays in memory of Alfred Cobban, Londres : Athlone Press, 1973, pp. 208-230.

48 “Rapport et arrêté de la Commission de l’Instruction publique, 11 messidor de l’an II” (29 juin 1794), cité dans Julia (Dominique), Les Trois couleurs..., op. cit., p. 352.

49 “Introduction au Cours d’ichtyologie..., par le citoyen Lacepède...”, Magazin encyclopédique, vol. 1, an III [1795], p. 449.

50 Ozouf (Mona), Festivals and the French revolution, op. cit. ; Schama (Simon), Citizens : a chronicle of the French revolution, Harmondsworth : Penguin, 1989, pp. 748-750, évoque les réactions à la Fête de l’unité d’août 1793.

51 Robespierre (Maximilien), “Rapport fait au nom du Comité de Salut public...”, art. cit.

52 Shapin (Steven), “Pump and circumstance : Robert Boyle’s literary technology”, History of science, no 14, 1984, pp. 481-520 ; Schaffer (Simon), Shapin (Steven), Leviathan and the air-pump : Hobbes, Boyle and the experimental life : including a translation of Thomas Hobbes, “Dialogus physicus de natura aeris” by Simon Schaffer, Princeton : Princeton University Press, 1985, 440 p. En ce qui concerne la préoccupation des premiers philosophes de la nature à rendre la pompe à air transparente, voir également Latour (Bruno), Science in action : how to follow scientists and engineers through society, Milton Keynes : Open University Press, 1987, 274 p.

53 Julia (Dominique), Les Trois couleurs..., op. cit.

54 Palmer (Robert), The Improvement of humanity : education and the French revolution, Princeton : Princeton University Press, 1985, pp. 190-191.

55 “Première adresse des Officiers du Jardin des plantes et du Cabinet d’histoire naturelle”, in Hamy (Ernest Théodore), “Les Derniers jours au Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire naturelle”, art. cit.

56 Discours prononcé à l’Amphithéâtre du Muséum national d’Histoire naturelle, 11 germinal de l’an II (Paris, an II [1794]).

57 Bazin (Germain), The Louvre, [trad. du français par Μ. I. Martin], nelle éd. révisée, Londres : Thames and Hudson, 1971, 264 p.

58 La Décade philosophique, 10 messidor an II, p. 406.

59 Ibid., messidor an II [juin-juillet 1794], p. 519.

60 Michel (André), Migeon (Gaston), Le Musée du Louvre : sculptures et objets d’art du Moyen-Âge, de la Renaissance et des Temps modernes, Paris : H. Laurens, 1912, 172 p. (Les Grandes institutions de France).

61 “Second rapport fait par la Commission des Travaux publics...” (Bibliothèque centrale du Muséum d’Histoire naturelle, Ms 457).

62 “Projet d’arrêté présenté par la Commission des Travaux publics au Comité de Salut public relativement à un Jardin national des plantes”, (an II) ; Aulard (François-Alphonse), Recueil des actes du Comité de Salut public, avec la correspondance officielle des représentants en mission, Paris : Impr. nationale, 1889, vol. XIII, 27 floréal [16 mai 1794] ; vol. XIV, 8 messidor [26 juin 1794], p. 538.

63 Bradley (M.), “The Financial basis of French scientific education”. Annals of science, no 36, 1979, pp. 451-492 ; Kersaint (Georges), Antoine François de Fourcroy (1755-1809) : sa vie et son œuvre, Paris : Éd. du Muséum, 1966, 296 p. ; Archives nationales, F14.187.B ; Favard (Guillaume de), Rapport fait par Favard au nom d’une commission spéciale sur des bâtiments et terrains réunis au Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Impr. nationale, an VI [1797].

64 Julia (Dominique), Les Trois couleurs..., op. cit., pp. 168-171.

65 Pétition des propriétaires des maisons et terrains environnants le Jardin des plantes..., Paris : Impr. nationale, an III [1794],

66 Favard (Guillaume de), Rapport fait..., op. cit. Les raisons données à l’ajournement du projet étaient le manque d’argent de la République et les protestations des propriétaires avoisinants.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Jussieu (Antoine-Laurent de) 1748 – 1836. Portrait gravé avec le Physionotrace par Quenedey, 1789.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 2 - Vue de l’école botanique. An II. Aquarelle de Jean-Baptiste Hilaire. Collection Destailleur (Cabinet des estampes).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende FIG. 3 - Fête célébrée en l'honneur de l’Être suprême de l'An II. Source : Bibliothèque nationale, Collection de Vinck, 6313.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540