Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Récits et spectacles de l'histoire naturelle

Récits et spectacles de l’histoire naturelle

Roger Chartier

Texte intégral

1Le spectacle de la science est d'abord spectacle de la Nature. Pour tous ceux, fort nombreux, qui ne peuvent découvrir par le voyage sa diversité, jardins botaniques et ménageries sont comme des fragments de Nature installés dans le cœur des cités. À Paris, avec la création du Muséum National d'Histoire Naturelle, ils cessent d'être l'apanage des princes ou des grands pour devenir des instruments au service de l'instruction du public. Emma Spary rappelle les trois fondements qui, au XVIIIème siècle, justifient cette éducation par le regard porté sur le monde naturel. Le premier est donné par la théorie sensualiste qui fait de l'observation directe l'unique source de la connaissance. Voir est déjà savoir pour celui qui sait voir. Les relations internes, les qualités intérieures, les dispositions des êtres se révèlent à l'œil lucide et exercé. Un autre support de la puissance attribuée à la vision vient de l'esthétique préromantique. Elle apprend aux âmes sensibles à s'émouvoir devant le spectacle grandiose de la Création et ne sépare pas l'émerveillement devant ses sublimes beautés du déchiffrement de leurs mystères. Enfin, le projet politique qui porte la constitution d'un nouvel espace public, d'abord inscrit au sein de l'ordre politique traditionnel puis incarné par l'idéal révolutionnaire, affirme hautement l'identité entre l'ordre des lois et celui de la Nature. La contempler et en comprendre les raisons sont un élément essentiel dans la formation du nouveau citoyen. Les années de la Révolution formulent ainsi, avec la radicalité qui leur est propre, les enjeux civiques dont est investi le spectacle de l'univers. Donnant à voir en toute transparence la nature des choses et des êtres, il est comme une métaphore d'un ordre politique qui entend briser avec l'opacité, le secret et la dissimulation qui caractérisaient la société ancienne.

2Réunir des fragments de la Nature ou en proposer des représentations est, également, contribuer aux progrès des savoirs. Soit deux exemples. Le premier est donné par la ménagerie du Muséum dont Richard W. Burkhardt Jr. retrace l'histoire souvent pittoresque. La collection hétéroclite d'animaux confisqués dans les rues de Paris, reçus en cadeau par la République ou volés dans les ménageries des territoires occupés et annexés, propose un divertissement nouveau au public parisien. Mais elle est aussi le support de pratiques scientifiques inédites. Les observations et les expériences permises par la présence d'animaux vivants, même si leurs résultats demeurent limités jusqu'aux années 1830, autorisent des connaissances jusque là inaccessibles. Elles fondent ainsi la possibilité d'une science du comportement animal. Le second exemple est fourni par les collections de cire du Muséum étudiées par le regretté Michel Lemire. À la vogue aristocratique et esthétique des cabinets de cires anatomiques qui caractérise les dernières décennies de l'Ancien Régime succède leur usage pédagogique dans le cadre des écoles de médecine et dans celui du Muséum. Les cires colorée y sont l'illustration, pour les élèves des cours ou un plus large public, des objets et des savoirs de l'anatomie comparée.

3L'histoire naturelle n'est pas seulement spectacle, elle est aussi récit. En analysant les Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes de Georges Cuvier (dont le fils Frédéric a été durant plus de trente ans garde de la ménagerie du Muséum), Claudine Cohen identifie les formes rhétoriques qui gouvernent le discours de savoir. Celui-ci doit toujours se donner comme un discours vrai, qui rend compte adéquatement de l'objet qui est le sien. De là, la centralité de la question de la preuve, de ses fondements, de ses modalités, de ses formulations. Comme dans nombre d'autres textes, les critères qui doivent assurer un statut de scientificité au discours de Cuvier se déploient sur plusieurs registres. L'un est proprement épistémologique, renvoyant aux « lois » et aux opérations qui permettent de reconstituer un animal entier ou les étapes de l'histoire de la terre à partir de vestiges fragmentaires. Les autres appartiennent à l'écriture elle-même et prennent appui sur les modalités de l'énonciation (par exemple, l'authentification du discours par la présence du « je »), les figures rhétoriques (tel l'usage de l'hyperbole) ou les preuves documentaires (ainsi, les planches qui donnent à voir le processus même de reconstitution de l'animal disparu). Longtemps, les savants ont pensé que le discours de la science était transparent à ses objets. Les stratégies démonstratives de Cuvier rappellent, avec bien d'autres, qu'il n'en est rien et que l'administration d'une preuve suppose toujours (mais de manière diverse selon les temps, les lieux et les disciplines) la mobilisation de procédés aptes à emporter l'assentiment de la communauté savante ou du public des lecteurs.

4Une dernière dimension des spectacles et des récits de l'histoire naturelle est soulignée par Raymond Corbey dans une étude qui déplace l'attention sur l'anthropologie au temps des dominations impériales et de la reproduction mécanique des images. L'exemple des différentes tentatives pour constituer des archives photographiques des types raciaux démontre les liens forts et durables établis entre les savoirs et les pouvoirs, la connaissance et la surveillance. Le projet même d'un inventaire du monde ne peut se séparer de sa conquête et de son appropriation par les nations les plus puissantes, pas plus que les représentations narratives ou imagées de l'univers, de ses espèces et de ses races, ne peuvent l'être de la position ethnocentrique qui la fonde. Pensée par la philosophie des Lumières comme dévoilant les secrets de l'univers, la vision devient, avec le XIXème siècle, un instrument de la domination exercée sur une nature domestiquée et une humanité colonisée.

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540