Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Expérimenter

Claude Bernard et le Muséum national d'Histoire naturelle

Frédéric Lawrence Holmes

Note de l’éditeur

Holmes, E L., 1997. Claude Bernard et le Muséum national d’Histoire naturelle. in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 403-423. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Bernard (Claude), “La Médecine d’observation et la médecine expérimentale”, Revue des cours scient (...)
  • 2 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method in med (...)

1Lorsqu’en 1869 Claude Bernard accepta la proposition du ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy, de transférer sa chaire de physiologie générale de la Sorbonne au Muséum d’Histoire naturelle, le but principal de ce transfert était d’y trouver l’espace suffisant pour installer un grand laboratoire de physiologie, “où des élèves nombreux puissent venir s’initier aux études pratiques de la physiologie expérimentale”1. Le résultat des huit années durant lesquelles Bernard occupa la chaire du Muséum s’avéra fort différent de cette attente. Bernard réussit bien, selon les récits traditionnels, à rassembler autour de lui quelques loyaux disciples qui travaillèrent avec lui dans le laboratoire qu’il finit par obtenir, mais l’enseignement expérimental à grande échelle qu’il avait imaginé ne vit jamais le jour. Néanmoins, le cours annuel donné par Bernard au Muséum en est venu à être considéré comme une réalisation majeure d’un point de vue historique. Intitulées “Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux”, et publiées en deux volumes posthumes sous le même titre, ces leçons sont considérées comme représentant la “synthèse de ses idées” dans le domaine de la physiologie générale. Selon ses plus célèbres biographes, J.M.D. et E. Harris Olmsted, ce fut “durant ses années au Muséum” que Bernard “fonda cette partie de sa science”2.

  • 3 Bayliss (William M.), Principies of general physiology, 3ème éd. rév., Londres : Longmans ; Green, (...)

2L'idée que le cours annuel de Claude Bernard au Muséum constitua la fondation sur laquelle la nouvelle branche de la physiologie générale allait ensuite se construire, fut ancrée dans l’esprit des physiologistes du début du XXème siècle par des ouvrages comme Principies of general physiology de William Bayliss. Dans la préface de la première édition de ce texte marquant, Bayliss écrivait en 1914 que sa vision de la physiologie générale “est pratiquement la même que celle adoptée par le grand Claude Bernard”. Les Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux semblaient, selon Bayliss, représenter “ce que Bernard entendait par la physiologie”3.

  • 4 Bernard (Claude), “La Méthode et les principes de la physiologie”, La Revue scientifique, 2ème sér (...)

3Étant donné la signification historique attribuée à ces leçons, il est assez surprenant de constater que, lorsque Bernard commença ses cours au Muséum en juin 1870, il annonça qu’il n’avait nullement l’intention “d’inaugurer un enseignement nouveau”. Il soulignait qu’il enseignait la physiologie générale depuis 1854, date à laquelle il avait été nommé à une chaire de ce nom à la Sorbonne et dans sa chaire transférée au Muséum il avait simplement l’intention de “continuer [son] cours”4.

  • 5 Bernard (Claude), “La Médecine d’observation...”, art. cit., p. 103.

4Paradoxalement, ce nouveau poste amena tout d’abord Bernard à modifier non pas le cours de physiologie générale qu’il allait y donner, mais le cours de médecine expérimentale qu’il donnait depuis 1847 au Collège de France. En prévision de “l’installation d’un grand laboratoire de physiologie” au Muséum, il modifia le sujet de ses cours de 1869 au Collège. Pour instituer un enseignement plus pratique destiné à guider ceux auxquels le laboratoire du Muséum permettrait de s’engager dans des carrières expérimentales dans ce domaine, il choisit d’enseigner cette année-là “la technique expérimentale appliquée à la physiologie et à la médecine expérimentale”. Son intention était que ce cours constitue “une espèce d’introduction aux études pratiques qui s’exécuteront dans le laboratoire dont l’installation sera, j’ai tout lieu de le croire, poursuivie le plus activement possible”5.

  • 6 Ibid.
  • 7 Bernard (Claude), Lettres parisiennes (1869-1878), [Lyon] : Fondation Marcel Mérieux, 1978, pp. 47 (...)

5Peut-être Bernard pensait-il transférer son cours de physiologie expérimentale au Muséum, une fois que le laboratoire qu’on lui avait promis serait prêt pour recevoir ses projets. “Nous inaugurons, cette année”, affirmait-il, “une ère d’enseignement vraiment nouvelle, qui, je l’espère, sera féconde pour l’enseignement de la physiologie générale et de la médecine expérimentale”6. Un tel transfert n’eut cependant jamais lieu. Bernard continua d’enseigner au Collège de France les cours comprenant une expérimentation détaillée et au Muséum l’approche plus large de la physiologie générale qu’il avait conçue à la Sorbonne. Il exprima par une métaphore piquante les différences entre les approches qu’il suivait dans ces deux cadres, lorsqu’en 1870 il conseilla à son amie Madame Raffalovich d’assister à ses cours du Muséum plutôt qu’à ceux du Collège7 : “je craindrais cependant que vous ne fussiez dégoûtée de ma science en assistant à des détails par trop techniques et consacrés exclusivement à des médecins. Que diriez-vous si, au lieu d’inviter quelqu’un à dîner, on l’invitait à venir à la cuisine voir préparer les plats. Or, au Collège de France je ne fais que la cuisine de la science [...]. Au Jardin des plantes, mon cours sera fait tout autrement”. Bernard conserva cette distinction entre la nature de son enseignement au Collège et au Muséum jusqu’à la fin de sa carrière. Il est étonnant de constater que l’enseignement plus technique visant à démontrer la “discipline critique et rigoureuse” de l’expérimentation demeura séparé de l’institution où il espérait introduire les étudiants à leur carrière de chercheurs, et que le cours associé au laboratoire où il allait former ces étudiants conserva le style qu’il avait élaboré à la Sorbonne, où il n’avait jamais disposé d’un laboratoire d’enseignement.

  • 8 Coleman (William), “The Cognitive basis of the discipline...”, art. cit. p. 59.
  • 9 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method..., op (...)

6Nous possédons trop peu d’éléments sur les activités poursuivies pas Bernard dans ces deux lieux après 1870 pour pouvoir répondre pleinement à de telles questions. William Coleman a fait remarquer que le laboratoire que Bernard finit par obtenir au Muséum était “une installation bien modeste, surtout en comparaison aux institutions physiologiques d’Allemagne”8 qu'il souhaitait émuler. Le fait qu’il ait décrit son cours au Collège de France en 1870 comme étant destiné aux médecins suggère que son ambition de remodeler l’enseignement qu’il y donnait pour en faire une pépinière de futurs physiologistes expérimentaux avait déjà été déçue. En 1872, des améliorations furent apportées au petit laboratoire du Collège de France où il pratiquait depuis longtemps ses propres recherches expérimentales. Selon les Olmsted, “il y eut une nette reprise de l’activité expérimentale dans ces deux” laboratoires pendant ces années, mais le Collège de France “demeurait son quartier général”9. Il serait utile de savoir plus précisément comment Bernard partageait son temps entre ces deux laboratoires, s’il faisait une distinction entre le type d’expériences qu’il pratiquait dans ces deux cadres et, dans ce cas, si ces différences étaient liées aux différences institutionnelles entre le Muséum et le Collège. Cependant, je souhaite surtout interroger ici l’aspect pédagogique de l’enseignement de Bernard au Muséum. Amena-t-il simplement au Muséum la même conception de la physiologie générale qu’il avait élaborée au cours des quinze années où il l’avait enseignée à la Sorbonne ? Ou bien les cours sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux qu’il commença pendant sa seconde année au Muséum apportaient-ils des thèmes et des éclairages nouveaux, définissant plus complètement la nature de ce domaine ? Dans la mesure où de telles différences par rapport à ses cours de physiologie générale précédents peuvent être identifiées, jusqu’à quel point peuvent-elles être attribuées à l’influence exercée sur lui par le Muséum en tant que centre d’un réseau de relations scientifiques différentes de celles dont il avait l’habitude au Collège de France et à la Sorbonne ?

FIG. 1 - Muséum d’Histoire naturelle. Laboratoire de physiologie vers 1885.

7Pour apporter un début de réponse à ces questions, j’aborderai trois étapes de l’évolution du cours de physiologie générale de Bernard : ses premiers cours sur le sujet, à l’époque de sa nomination à la chaire de la Sorbonne en 1854 ; les cours qu’il y donna en 1864 et 1865 sur les “tissus vivants” et leur “milieu” ; et les trois cycles de cours sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux qu’il donna entre 1872 et 1874.

Les premiers cours

  • 10 Magendie (François), Précis élémentaire de physiologie, Paris : Méquignon-Marvis, 1816-1817, t. 1, (...)

8Le terme de “physiologie générale” n’a pas été inventé par Claude Bernard. Quelle qu’ait pu en être l’origine, le maître de Bernard, François Magendie, en avait déjà donné une brève définition en 1816, dans la première édition de son Précis élémentaire de physiologie 10 : “la physiologie générale est cette science naturelle qui a pour objet la connaissance des phénomènes propres aux corps vivants. Elle se divise en physiologie végétale, qui s’occupe des végétaux, en physiologie animale ou comparée, qui traite des animaux, et en physiologie humaine, dont l’objet spécial est l’homme”. Dans son manuel, comme dans toute sa carrière scientifique, Magendie s’intéressait essentiellement à la physiologie humaine, même s’il pratiquait par nécessité ses expériences sur les animaux. Ses définitions n’indiquent pas précisément s’il considérait la physiologie générale comme un domaine à part entière, ou simplement comme la désignation collective des trois subdivisions qu’il lui attribuait.

  • 11 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method..., op (...)

9La chaire créée pour Bernard à la Sorbonne en 1854 était très probablement considérée comme représentant un domaine pédagogique identique à celui couvert par la définition de la physiologie générale donnée par Magendie. La raison pour laquelle Bernard qui, comme Magendie, axait jusque-là ses recherches et son enseignement sur la physiologie des vertébrés et de l’être humain, fut placé dans une situation où il était supposé représenter ce domaine plus vaste, apparaît moins clairement. La motivation de ce choix pourrait être révélée par l’examen des archives liées à sa nomination. En l’absence d’une telle étude, nous pouvons néanmoins émettre plusieurs conjectures. Tout d’abord, la participation de Bernard à la fondation de la Société de biologie six ans auparavant prouve le soutien qu’il apportait aux études plus vastes des phénomènes de la vie, plus indépendantes des applications médicales. En réalité, l’idée d’une physiologie générale empiétait largement sur le sens contemporain du mot “biologie”. Le rôle “décisif” joué par Pierre Rayer, un autre membre fondateur de la Société de biologie, dans l’obtention de ce poste pour Bernard, vient appuyer l’hypothèse selon laquelle le même mouvement était à l’origine de la fondation de la Société et de la définition des limites de la nouvelle chaire. Enfin, le fait que la chaire était située à la Faculté des sciences peut aider à expliquer pourquoi elle reçut un intitulé qui la distinguait du type de physiologie habituellement enseignée à la Faculté de médecine. La chaire qu’elle remplaçait avait été consacrée à la botanique11.

  • 12 Castelnau (H. de), “Cours de physiologie générale de la Faculté des sciences”, Le Moniteur des hôp (...)

10Le sens du terme “physiologie générale” n’était pas absolument évident pour le Paris de l’époque, comme le suggère le commentaire de l’éditeur du Moniteur des hôpitaux, H. de Castelnau, après avoir assisté au cours inaugural de Bernard12 : “la création d’une chaire de physiologie — nous ne dirons pas générale, parce que nous ne comprenons pas très bien la portée de cette qualification, même après la définition de Monsieur Claude Bernard, mais au moins de physiologie, sinon de physiologie comparée — est un fait suffisamment important pour qu’il y ait intérêt pour nous à savoir quelle direction sera imprimée à ce cours nouveau, quel esprit y régnera”.

  • 13 Bernard (Claude), “Cours de physiologie générale de la Faculté des sciences”, ibid., p. 410.

11Lors de ce premier cours, Bernard avait admis ingénument à ses auditeurs son incertitude quant à ce que serait le “domaine de la physiologie générale qui est le sujet de ce cours”. “Messieurs”, demandait-il, “la physiologie générale est-elle l’étude totale ou universelle des manifestations de la vie dans leur ensemble, dans les particularités et dans les généralités, est-ce l’étude des atomes vivants ? En suivant cette voie, on se perd dans une infinités de détails, on perd de vue le véritable but. Faut-il dire que cette science est l’expression la plus générale possible des phénomènes des êtres vivants... ? Faut-il se torturer l’esprit pour connaître l’essence de la vie ?”. Rejetant ces “idées fausses”, Bernard affirmait qu’après une réflexion critique sur le problème, il lui a “semblé que la physiologie générale pouvait être définie plus simplement : [...] que c’est un exposé méthodique de nos connaissances acquises expérimentalement sur l’ensemble des phénomènes de la vie”. Un peu plus loin, il ajoutait une définition comparative : “tandis que dans les cours de physiologie partielle on se propose pour but de déterminer les fonctions particulières de certaines espèces, dans la physiologie générale on fait abstraction des espèces”13.

12Il n’est guère surprenant que ces définitions n’aient pu éclairer Castelnau sur la portée de l’épithète “générale”. Pour comprendre quel sens Bernard a pu attribuer à ce domaine lorsqu’il se trouva confronté pour la première fois à la responsabilité de l’enseigner, il nous faut nous tourner vers le contenu des onze leçons qu’il donna entre le 1er mai et le 2 juin 1854.

  • 14 Ibid., pp. 410-412, 449-451, 473-474, 505-507, 572-573, 601-602, 625-626, 1089-1090, 1105-1107 et (...)

13Bernard abordait le sujet en soulignant que les deux conditions générales au “mécanisme de la vie” étaient “1) le milieu ; 2) l’organisme”. Le but de la physiologie était, affirmait-il, “de déterminer quelles sont les manifestations qui se développent au contact d’un organisme et d’un milieu convenable”. Puis il énumérait les phénomènes vitaux “communs à tous les êtres vivants”. Ceux-ci comprenaient l’irritabilité, la sensibilité, la contractilité, la sécrétion, la nutrition et la régénération. Dans le reste de ses leçons, il décrivait tour à tour chacun de ces phénomènes. La majeure partie de ce qu’il y incluait dérivait de points de vue amplement discutés dans la littérature physiologique contemporaine et antérieure. La dichotomie de l’organisme et du milieu était une idée maîtresse ardemment soutenue par les membres fondateurs de la Société de biologie, en particulier l’ami de Bernard, Charles Robin. Le point de départ des analyses de Bernard sur l’irritabilité et la sensibilité étaient les célèbres expériences menées sur ces propriétés au XVIIIème siècle par Albrecht von Haller. Passant de ces propriétés générales aux propriétés des tissus qui les représentent chez les animaux, Bernard résumait les connaissances couramment admises sur les nerfs et les muscles, y compris l’arc réflexe en tant que principe organisateur du système nerveux. Tout en définissant la contractilité comme une propriété du tissu musculaire, il résumait des mesures de la rapidité des contractions musculaires provenant sans doute des brillantes expériences récemment effectuées par Hermann Helmholtz. Dans son analyse des sécrétions, il s’appuyait sur les expériences de Carl Ludwig sur la relation entre la pression artérielle et le flux des sécrétions des glandes salivaires. Il parvenait parfois à incorporer ses propres recherches : par exemple, ses premières expériences avec le curare lui fournirent le moyen de distinguer les propriétés des nerfs de celles des muscles. Cependant, à la différence des cours de médecine expérimentale qu’il donnait au Collège de France, il n’axait pas ses leçons de physiologie générale sur ses propres recherches14.

14Comme le suggère ce bref résumé, Bernard commença par essayer d’identifier les phénomènes communs à toute vie, mais aborda ces phénomènes principalement à travers leurs manifestations dans l’organisation des animaux supérieurs. Dans l’ensemble, son traitement de ces sujets était plus proche des questions couramment discutées alors en physiologie, que d’une approche novatrice de la physiologie générale. Il est bien évident que, pour cette première ébauche, il devait s’appuyer sur des connaissances acquises principalement dans le domaine de la physiologie animale, puisqu’il n’existait pas de réservoir d’études existantes sur la physiologie générale, telle qu’il la définissait en principe, pouvant étayer sa réflexion. Ses leçons comportaient néanmoins quelques thèmes s’écartant de façon significative de ce cadre conventionnel.

  • 15 Ibid., p. 449.
  • 16 Schwann (Theodor), Microscopical researches into the accordance in the structure and growth of ani (...)

15Dans sa seconde leçon, Bernard décrivait la nutrition comme “une sorte d’attraction élective qu’exerce une molécule vivante sur le milieu ambiant pour attirer à elle les éléments qui doivent la constituer”15. Malgré des différences terminologiques, l’idée exprimée ici et développée dans les deux paragraphes suivants ressemblait fortement à la conception qu’avait Theodor Schwann de la relation entre les cellules et leur milieu ambiant. Pour Schwann, la cellule était l’unité élémentaire de la vie, commune aux végétaux et aux animaux16. Sa théorie de la cellule ne datait que de cinq ans lorsque Bernard adopta ce point de vue et elle n’avait pas encore influencé la plupart des analyses des fonctions physiologiques.

  • 17 Bernard (Claude), “Cours de physiologie générale...”, art. cit., p. 625.
  • 18 Ibid., p. 626.

16Dans sa leçon sur les sécrétions, Bernard soulignait que “la propriété de sécrétion appartient, en général, à tous les êtres doués de vie, végétaux et animaux, et le tissu dans lequel elle s’accomplit se réduit constamment à une simple cellule” : “dans l’animal, la sécrétion est sous la domination du système nerveux, tandis que, dans les végétaux, elle est sous des influences générales atmosphériques et autres. Cependant, des produits analogues se retrouvent dans la cellule de la plante et celle de l’animal ; le sucre et l’amidon sont des produits végétaux, et la cellule du foie produit elle aussi du sucre”17. Ici, Bernard put faire appel à l’une de ses découvertes majeures, celle de la fonction glycogénique du foie, pour appuyer son affirmation selon laquelle les mêmes sécrétions se produisent chez les végétaux et chez les animaux. Plus loin, il suggérait que la physiologie générale progresserait si certaines productions de la sécrétion identifiées chez les animaux “fut [également] étudiées dans le règne végétal”18.

17Ces correspondances, et quelques autres, que Bernard s’efforça d’établir entre la physiologie végétale et animale, n’occupaient qu’une très petite partie de ses leçons. La plupart du temps, il illustrait les propriétés vitales générales en décrivant leurs manifestations chez les animaux, passant fréquemment d’une analyse des propriétés des tissus à l’organisation de ces mêmes tissus dans le schéma corporel des vertébrés. Il semblerait qu’à part ce qui précède, et quelques autres allusions à des phénomènes se produisant aussi bien chez les végétaux que chez les animaux, Bernard n’ait guère dépassé les limites habituelles de la physiologie animale ou humaine.

  • 19 Bernard (Claude), Lettres parisiennes..., op. cit., p. 31.

18Beaucoup plus tard, Bernard devait confier à Madame Raffalovich que les ouvrages qu’il avait publiés auparavant avaient tous été rédigés si hâtivement et dans des circonstances si défavorables “que les idées qu’ils renferment ne sont souvent qu’indiquées et encore enveloppées dans leur gangue. Ce sont, en quelque sorte, des larves d’idées qui, comme le papillon, auront besoin pour apparaître dans tout leur épanouissement de subir des métamorphoses qui achèveront leur développement”19. Cette remarque perspicace sur ses propres habitudes de pensée et d’écriture s’applique également aux premières leçons de Bernard sur la physiologie générale. Dans un cadre de descriptions, le plus souvent conventionnelles, des propriétés vitales telles qu’elles apparaissaient dans la physiologie animale, se trouvaient enfermées quelques idées novatrices qui, rétrospectivement, peuvent être considérées comme les points de germination de thèmes qui devaient peu à peu se développer et prendre corps tandis qu’il poursuivait, année après année, son enseignement à la Sorbonne.

Tissus vivants et milieu

  • 20 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method..., op (...)
  • 21 Bernard (Claude), Leçons sur les propriétés des tissus vivants, Paris : G. Baillière, 1866, p. 6.

19Bernard donnait ses cours de physiologie générale au printemps de chaque année, mais aucun de ceux donnés entre 1855 et 1860 ne fut publié, à la différence de ses cours du Collège de France dont plusieurs séries parurent sous forme de livres. Entre 1860 et 1863, la maladie le confina la plupart du temps dans sa maison natale de Saint Julien et il se peut qu’il ait été empêché d’assurer ses cours à la Sorbonne20. Ses leçons du printemps 1864 parurent néanmoins dans la première année de publication de l’hebdomadaire Revue des cours scientifiques, et furent rééditées deux ans plus tard sous la forme d’un livre intitulé Leçons sur les propriétés des tissus vivants. La comparaison de ces leçons avec celles qu’il avait données dix ans plus tôt montre que son cours conservait, dans sa ligne générale, une grande continuité. Bernard commençait toujours par le principe selon lequel “la manifestation des phénomènes de la vie est soumise à une double condition [...] dans l’organisme [...] et dans le milieu où vit l’être organisé”21. Comme auparavant, il définissait les propriétés vitales les plus fondamentales comme étant l’irritabilité et la sensibilité, puis passait à une analyse détaillée des manifestations de ces propriétés, respectivement dans les tissus musculaires et nerveux. Il se penchait ensuite, comme il l’avait fait précédemment, sur le phénomène des sécrétions. Il continuait à organiser ses leçons autour des connaissances contemporaines et historiques concernant ces sujets, faisant intervenir ses propres recherches là où elles avaient leur place dans ce schéma, mais sans organiser son cours autour de son propre travail comme il avait coutume de le faire au Collège de France.

  • 22 Ibid., pp. 8-9.
  • 23 Ibid., p. 22.

20Néanmoins, même si le cadre de ses premières leçons de physiologie générale demeurait visible dix ans plus tard, le contenu avait connu une telle évolution que les différences sont aussi frappantes que les ressemblances. Certaines de ces différences sont attribuables aux progrès rapides accomplis dans l’intervalle dans les domaines de recherche liés à son sujet, d’autres à des expériences pertinentes qu’il avait lui-même menées. Le changement le plus évident était le grand développement qu’avaient reçu les descriptions de la structure microscopique des tissus dont il traitait. Il tirait la plupart de ces descriptions de manuels contemporains. La théorie des cellules était relativement nouvelle lorsque Bernard donna ses premières leçons de physiologie générale. À présent, elle était devenue le fondement d’une nouvelle branche scientifique majeure, l’histologie. La définition même de la physiologie générale qu’il donnait désormais avait pris une orientation reflétant l’importance croissante des études microscopiques de la structure des cellules et des tissus : “la physiologie générale n’est pas, comme l’ont cru certains auteurs, la science des généralités physiologiques, ou en d’autres termes, la physiologie de tous les êtres vivants, animaux et végétaux ; c’est la science dont l’objet est de déterminer les conditions élémentaires des phénomènes de la vie. Elle ne devrait pas, par conséquent, s’occuper de la variation de l’appareil organique, dont la structure pour une même fonction diffère grandement à différents degrés de l’échelle des êtres. Son but est de parvenir à la condition élémentaire des phénomènes vitaux, une condition qui est identique chez tous les animaux”22. À plusieurs reprises, dans ses leçons, Bernard réitéra l’idée que ces phénomènes élémentaires de la vie “sont liés aux parties élémentaires des corps vivants ; ce sont les éléments anatomiques ou organiques, les cellules, ou les organismes élémentaires, ou ce qu’on souhaite” les appeler23.

  • 24 Ibid., pp. 176-177.
  • 25 Ibid., p. 408.

21Reconnaître que la théorie cellulaire entraînait une réorientation majeure de l’étude des phénomènes physiologiques — “que la science des êtres vivants... repose toujours sur l’étude des éléments histologiques : [que] l’être est un ensemble d’individus divers (les cellules) unis pour former un tout organique”24 — fut la contribution la plus significative apportée par Bernard à l’idée de physiologie générale. Dans ces leçons, il choisit cependant de ne pas étendre ce traitement général à toutes les formes de vie, malgré l’idée de Schwann selon laquelle la cellule est l’unité fondamentale de la vie chez les végétaux comme chez les animaux. Comme l’indique la définition de la physiologie générale, citée plus haut, qu’il donna en 1864, ces leçons portaient quasi-exclusivement sur les animaux. Il ne mentionnait les caractéristiques communes des végétaux et des animaux que dans un seul cas, dans le même contexte où il l’avait déjà fait dix ans plus tôt, lorsque “la formation du sucre se produit dans la cellule animale exactement comme elle le fait dans la cellule végétale”25.

  • 26 Bernard (Claude), Leçons sur les propriétés physiologiques et les altérations pathologiques des di (...)
  • 27 Grmek (Mirko Drazen), “Évolution des conceptions de Claude Bernard sur le milieu intérieur”, in Ph (...)
  • 28 Bernard (Claude), Leçons sur les propriétés des tissus vivants, op. cit., pp. 37-60.

22Cet intérêt pour le rapport entre les cellules et leur milieu devait donner à Bernard l’occasion de reformuler, d’une manière qui en approfondissait le sens, un concept qui était déjà apparu sous une forme embryonnaire dans ses leçons de 1854 et qu’il avait énoncé sous la forme d’une généralisation distincte en 1857 dans les Leçons sur les propriétés physiologiques et les altérations pathologiques des liquides de l’organisme26. Il s’agissait du concept de milieu intérieur, souvent considéré comme la plus originale et la plus importante de ses généralisations physiologiques27. Dans sa seconde leçon de 1864, Bernard s’étendait quelque peu sur les quatre “conditions” — l’air, l’eau, la température et les aliments — qui doivent être maintenues dans le milieu intérieur pour soutenir les phénomènes vitaux des cellules qui y baignent28.

  • 29 Ibid., pp. 139-148.
  • 30 Ibid., p. 236.
  • 31 Ibid., pp. 344-348 et 363-367.

23Ce que Bernard affirmait en principe en 1864 comme étant le but de la physiologie générale, il n’était toutefois pas en mesure de l’appliquer régulièrement dans ses études des phénomènes spécifiques. Il apporta néanmoins une belle illustration expérimentale de la dépendance de l’activité cellulaire par rapport aux conditions du milieu. Un étudiant travaillant dans son laboratoire avait inventé un appareil ingénieux lui permettant d’examiner les effets de la chaleur et du froid, de l’humidité et de la sécheresse sur l’intensité des mouvements d’une coupe de cellules épithéliales ciliées29. Dans les analyses des tissus nerveux et musculaires qui formaient l’essentiel de ses leçons, Bernard n’était cependant à même de présenter, au niveau cellulaire, que les descriptions histologiques contemporaines de leur organisation anatomique. Il n’avait guère de preuves expérimentales à apporter concernant les propriétés fonctionnelles des cellules nerveuses et musculaires. En élucidant les caractéristiques des contractions musculaires, celles des nerfs moteurs et sensoriels et en étudiant surtout de façon détaillée l’organisation des mouvements réflexes, il s’éloignait de plus en plus des définitions qu’il avait données dans son introduction pour s’engager dans la physiologie animale intégrée au niveau des tissus et des organes. Malgré son insistance sur le fait que “le but de la physiologie générale est d’indiquer les conditions indispensables à la production de chaque phénomène élémentaire, en négligeant les circonstances particulières qui peuvent les modifier par des arrangements et des mécanismes spéciaux”30, les leçons ultérieures de son cours se contentaient essentiellement de récapituler l’état actuel des connaissances sur l’organisation du système nerveux des vertébrés. Il se peut que Bernard ait partiellement modifié ses propres objectifs parce qu’il avait récemment mené des recherches sur les actions réflexes dans le système nerveux sympathique et sur le contrôle nerveux des sécrétions salivaires31 qui, pour l’instant, suscitaient en lui plus d’enthousiasme que les objectifs plus vastes d’une physiologie générale qui n’existait pas encore. Les propriétés fonctionnelles des cellules elles-mêmes restaient encore si inaccessibles à la recherche expérimentale qu’il n’aurait guère été possible d’occuper vingt-cinq leçons avec des informations précises sur ces “conditions élémentaires des phénomènes de la vie”.

  • 32 Bernard (Claude), “Physiologie générale”, Revue des cours scientifiques, no 1, 1865, pp. 331-336.

24L’année suivante, Bernard consacra son cours à la Sorbonne à l’étude “des milieux chez les êtres vivants”. Conformément à la dualité organisme-milieu qu’il avait démontrée, il traita le sujet comme la suite de son cours de l’année précédente sur les tissus vivants. Il soulignait à nouveau que la physiologie générale détermine “les conditions élémentaires de la manifestation de ces phénomènes vitaux, sans s’inquiéter des modifications qu’ils peuvent présenter ou des organismes dans lesquels ils se produisent”. Sa première leçon suggérait qu’il pourrait être en mesure de se rapprocher plus facilement de son objectif en traitant des propriétés du milieu qu’il ne l’avait fait en analysant les propriétés des cellules des tissus. Son concept du milieu intérieur apparaissait désormais comme un puissant thème unificateur pour ce domaine : “le zoologiste distingue les animaux suivant qu’ils vivent dans l’air, dans l’eau, ou dans la terre [...]. [Mais] pour la physiologie générale, tous les animaux vivants sont aquatiques, c’est-à-dire plongés dans des liquides. Il y a sans nul doute beaucoup d’organismes complexes, animaux ou végétaux, qui vivent dans l’air, mais aucun organisme élémentaire ne peut vivre dans ce milieu”. En développant ce thème, Bernard comparait à maintes reprises la situation chez les plantes, chez les “animaux inférieurs” et chez les “animaux supérieurs”. Dans chacun de ces trois cas, soulignait-il, les liquides intérieurs des cellules différaient, par leur composition, des fluides entourant les cellules, condition essentielle pour que la nutrition puisse se produire. Il décrivait la transition des organismes les plus simples, les infusoires, qui vivent immédiatement dans un milieu externe comme l’eau des fleuves, aux invertébrés chez qui il existe un environnement intérieur en contact direct avec l’environnement extérieur, et enfin aux animaux “plus élevés” dont le milieu intérieur est totalement séparé du “milieu cosmique”. Il faisait remarquer que la vie cesse lorsque les liquides ambiants sont ôtés des éléments organiques, mais que dans les organismes très simples la dessiccation ne peut conduire qu’à une torpeur plutôt qu’à la mort, la vie revenant avec l’humidité. Il opposait les végétaux et les animaux à sang froid dont le liquide intérieur “subit presque aussitôt toutes les variations de température du milieu cosmique”, leurs fonctions se faisant plus ou moins rapidement lorsque la température augmente ou diminue, aux animaux à sang chaud dont le milieu intérieur, et par conséquent les phénomènes vitaux, sont presque “totalement indépendants” des fluctuations extérieures32.

  • 33 Ibid., pp. 809-812, 831-837 et 842-848 ; ibid., no 3, 1865, pp. 4-15, 18-29 et 41-56 ; Bernard (Cl (...)

25Toutefois, lorsqu’il passa de ces généralités à la description des propriétés spécifiques des liquides de l’organisme, Bernard ne devait pas conserver le point de vue de la physiologie générale qu’il avait adopté dans ses premières leçons. Au lieu de cela, il traitait des caractéristiques du sang et d’autres fluides du corps principalement à travers leur présence chez les mammifères. 11 étudiait la chimie du sang, des globules rouges et blancs, de la température dans les différentes parties de la circulation, des causes du changement du sang artériel au sang veineux et de la mécanique de la circulation. Il décrivait la circulation lymphatique et les sécrétions digestives, telles qu’elles existent chez les animaux “plus parfaits”. 11 revenait ainsi à une approche traditionnelle de la physiologie animale, tout en incluant un grand nombre de ses recherches personnelles et de points de vue sur le sujet qu’il soutenait depuis longtemps. Ces leçons, à vrai dire, ressemblent moins à ses précédentes leçons de physiologie générale qu’à une version rénovée des leçons sur les propriétés physiologiques des liquides des organismes, présentées en 1857 dans son cours de médecine expérimentale au Collège de France. Son but déclaré avait alors été tout autre : illustrer la nature de l’expérimentation physiologique33.

  • 34 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method..., op (...)

26Ainsi, après avoir enseigné la physiologie générale pendant onze ans, Claude Bernard avait-il proposé une ample vision de ce que ce domaine pourrait devenir, sans réussir cependant à convertir cette vision en un programme de recherche exhaustif, ni à organiser le sujet en détail en une structure pédagogique cohérente. Peu après la fin du cours de 1865, il fut à nouveau atteint de maladie chronique. Durant les trois années suivantes, il allait être incapable de poursuivre régulièrement ses expériences et son enseignement. Lorsqu’il eut suffisamment retrouvé la santé pour pouvoir reprendre ses cours, ceux de physiologie générale avaient été transférés au Muséum34. Il convient maintenant de mesurer si, dans ce cadre, Bernard put développer davantage le sujet.

  • 35 Bernard (Claude), “Des phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux”, La Revue scienti (...)

27Quoiqu’il n’ait jamais mené à bien son projet initial de permettre à de futurs expérimentateurs d’apprendre la recherche dans son nouveau laboratoire, il y introduisit néanmoins une forme de “travaux pratiques”. Au cours de ses leçons dans l’amphithéâtre du Muséum il continua, comme à son habitude, à “placer devant les yeux” de son auditoire les expériences, ou les résultats des expériences, sur lesquelles se basaient les “hypothèses” qu’il avançait. Certaines de ces expériences étaient, cependant, “trop complexes ou trop délicates pour être transportées à l’amphithéâtre”. Pour y assister, il invitait ses auditeurs à venir au laboratoire. Il exécutait lui-même certaines expériences, mais d'autres étaient menées par trois collaborateurs, E.G. Balbiani, Nestor Gréhant et Armand Moreau. Tous trois disposaient aussi au laboratoire de la place nécessaire à la poursuite de leurs propres expériences et Bernard leur demandait parfois d’étudier des phénomènes qui l’intéressaient35. Ainsi son installation au Muséum permit-elle à Bernard, pour la première fois dans sa longue carrière, de réunir ce qui ressemblait à un petit groupe de recherche.

  • 36 Ibid., p. 170.

28La première série de leçons à avoir été publiée dans sa totalité a sans doute été donnée par Bernard au printemps 1872. Le sujet pour cette année était “les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux”. En expliquant pourquoi il était temps de dépasser la division traditionnelle de “la science de la vie” en deux branches, Bernard proposait une nouvelle variation des définitions de la physiologie générale qu’il avait présentées au cours des dix-huit dernières années : “embrassant la physiologie des végétaux et des animaux, la physiologie générale cherche aujourd’hui ce que leurs propriétés et leurs fonctions ont en commun. Elle proclame qu’il n’existe pas de différence essentielle entre les manifestations vitales des organismes élémentaires des animaux et des végétaux”36. Quoiqu’en conformité avec ses affirmations précédentes, cette nouvelle version de l’étendue du domaine inversait l’importance relative auparavant accordée respectivement aux organismes élémentaires (ou cellules) et aux caractères communs de la vie animale et végétale. La même évolution des priorités était évidente dans le contenu de ses leçons.

Phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux

  • 37 Ibid., pp. 170-173.

29Commençant, comme les années précédentes, par l’analyse d’une des propriétés les plus fondamentales de la vie, l’irritabilité, Bernard passait rapidement à ce qui est considéré comme sa démonstration la plus novatrice. L'aspect novateur de la démonstration tient au fait que ce critère, à savoir que seuls les animaux ont la capacité de se mouvoir volontairement, alors invoqué traditionnellement pour différencier les végétaux des animaux, fournit au contraire le moyen de prouver l’existence d’une forte analogie entre eux. Après avoir énuméré des exemples de mouvement chez les végétaux, leurs parties reproductrices, ou leurs formes larvaires, il fixait son attention sur l’exemple le “plus célèbre” de motilité végétale, le Mimosa pudica, ou sensitive. Non seulement la sensitive réagit aux mêmes agents que ceux qui excitent la sensibilité des animaux, mais, avait-il découvert, les anesthésiques qui suppriment la sensibilité chez les animaux anesthésient également la plante. Pour démontrer cette action à son auditoire, il plaça un oiseau, une souris, une grenouille, et une sensitive, chacun sous une cloche de verre avec une éponge imbibée d’éther. Chaque organisme devint peu à peu insensible à la stimulation, puis après un certain temps chacun retrouva sa sensibilité. Ces expériences “resteraient incompréhensibles”, déclarait-il, s’il n’y avait “pas d’analogie possible entre l’animal et le végétal”37.

FIG. 2 - Expérience sur la respiration des plantes, extr. de Bernard (Claude), Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, Paris : J. B. Baillières, 1878, 404 p.

  • 38 Ibid., pp. 174-176.

30Dans sa seconde leçon, Bernard s’en tenait au même thème général en montrant que “la respiration est une propriété générale appartenant à tous les éléments organisés [...]. La physiologie générale ne saurait donc établir, sous ce rapport, aucune distinction entre les animaux et les végétaux”. Son argumentation s’appuyait essentiellement sur une récapitulation historique mettant en évidence le fait que, bien que l’effet général des végétaux sur l’atmosphère soit l’inverse de celui des animaux, ce phénomène était dû à une propriété particulière de la chlorophylle agissant à la lumière solaire. À part cela, les tissus végétaux absorbent l’oxygène et libèrent le dioxyde de carbone, tout comme les animaux38.

  • 39 Ibid., p. 177.
  • 40 Ibid., pp. 177-181, 204-213, 302-309, 370-380 et 401-405.

31Le sujet auquel Bernard consacra le reste de son cours fut “de prouver expérimentalement qu’il y a identité dans la vie des animaux et des végétaux au point de vue de la production” du sucre et de son utilisation dans l'organisme39. Ce n’était pas, nous l’avons vu, un thème nouveau pour Bernard. Il dérivait de sa découverte, en 1848, de la fonction glycogénique du foie et de l’argument qu’il tirait depuis lors de ce résultat pour rejeter l’allégation selon laquelle les animaux reçoivent tous leurs principes organiques constitutifs déjà formés des végétaux. La plupart de ses leçons récapitulaient la longue histoire de cette découverte, la plus importante qu’il avait faite, et la défense de ses conclusions contre les objections qu’il avait rencontrées dans les années qui avaient suivi. Son analyse du processus correspondant chez les végétaux, la conversion de l’amidon en sucre, était tirée essentiellement de travaux antérieurs d’autres savants40.

  • 41 Ibid., p. 403.

32Même si la plupart des informations qu’il présentait étaient déjà anciennes en 1872, Bernard sut néanmoins les reformuler pour appuyer, de façon convaincante, ses nouveaux objectifs pour la physiologie générale. Il avait depuis longtemps étendu sa recherche sur les chiens, chez lesquels il avait d’abord démontré la fonction glycogénique, chez les oiseaux, les fœtus de mammifères, les vertébrés à sang froid et les invertébrés. Reprenant en détail toutes ces preuves dans ses leçons, il construisit une argumentation puissante en faveur de “l’universalité de la fonction glycogénique” et de “sa nécessité dans la nutrition générale aussi bien pour les animaux que pour les végétaux”41.

  • 42 Ibid., pp. 371-372 et 375-376.

33Ayant établi, au cours des années 1850, que le glycogène est visible au microscope dans les cellules hépatiques du foie et dans d’autres tissus ainsi que chez les animaux embryonnaires et les invertébrés, sous la forme de granulations semblables aux granulations amylacées des cellules végétales, Bernard fut à même de rattacher effectivement cette fonction universelle de la vie aux “parties élémentaires des corps vivants”42 ; mais ce thème recevait relativement peu d’importance par rapport à son traitement antérieur de ce sujet et était clairement subordonné à sa préoccupation pour les similitudes entre les végétaux et les animaux.

34Les traits généraux distinguant les leçons de 1872 de leçons précédentes de Bernard sur la physiologie générale étaient : qu’il s’efforçait de s’en tenir, dans l’ensemble du cours, au but de la physiologie générale tel qu’il l’avait défini dans sa première leçon ; qu’au lieu des références succinctes faites dans ses précédentes leçons aux propriétés communes aux végétaux et aux animaux, il faisait un effort sérieux pour montrer que plusieurs propriétés fondamentales se manifestent de façon semblable chez les uns et les autres.

35À quel point ces différences sont-elles attribuables au transfert de son cours de la Sorbonne au Muséum ? La question est subtile, car Bernard ne reconnut pas avoir l’intention de modifier son enseignement dans un domaine qu’il représentait déjà depuis longtemps : il considéra son déplacement comme une simple occasion d’obtenir un espace dont il ne pouvait disposer là où il se trouvait auparavant. En outre, les changements effectivement apportés peuvent être considérés comme la simple réalisation, plus complète, d’un potentiel de développement déjà inhérent à son enseignement antérieur. Cependant, il est difficile de traiter comme une coïncidence le fait qu’il finit par donner aux végétaux un rôle substantiel dans la mise en œuvre de sa vision de la physiologie générale, juste après s’être installé pour la première fois dans un cadre institutionnel où l’importance des végétaux était au moins aussi grande que celle des animaux.

  • 43 Ibid., no 3, 1873, pp. 291 et 337.

36En 1873, Bernard fit à nouveau des “phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux” le sujet de son cours au Muséum. Il suivait la même stratégie générale que l’année précédente, mais il concentrait cette fois-ci son attention sur le phénomène de la digestion. Apportant une nouvelle variation à sa définition de la physiologie générale, il soulignait maintenant à la fois qu’elle portait sur les phénomènes appartenant en commun aux végétaux et aux animaux et que “l’objet de la physiologie générale est l’étude des propriétés des éléments anatomiques”. Il ajoutait que plusieurs autres noms, dont celui de “physiologie cellulaire”, pourraient tout aussi bien être “employés pour désigner cette science”. Pour résumer son point de vue il introduisait une nouvelle expression, “l’unité vitale”, par opposition à l’idée plus ancienne selon laquelle il existait une “dualité” entre la vie des végétaux et celle des animaux43.

  • 44 Ibid., pp. 342-346, 372-378, 416-426, 462-470 et 512-521.

37Là encore, Bernard développait son thème en envisageant d’une perspective nouvelle les résultats de recherches connues, pour la plupart, depuis longtemps. Parce que ses propres contributions à l’étude de la digestion ne faisaient pas autorité dans ce domaine, sauf dans le cas de l’action du jus pancréatique sur les graisses, ses leçons sur le sujet présentaient essentiellement une synthèse des travaux d’autres physiologistes, allant des célèbres expériences menées au XVIIIème siècle par Réaumur et Spallanzani, aux études plus récentes de contemporains comme Ernst Brücke. Tout en décrivant encore ce processus, de façon extensive, surtout chez les mammifères, où les recherches sur la digestion étaient les plus complètes, Bernard poursuivait énergiquement son argument central selon lequel les spécialisations fonctionnelles des animaux supérieurs révélaient un processus digestif général s’appliquant à tous les organismes, y compris les végétaux. “L'unité vitale” qu'il recherchait se trouvait dans la chimie de la digestion. Il réussit à en donner l’illustration la plus complète avec le cas de la digestion de l’amidon pour former le glucose. Lorsque, par exemple, les pommes de terre convertissent l’amidon emmagasiné en glucose au cours de la germination, il s’agit d’un processus digestif identique dans ses grandes lignes à la digestion de l’amidon dans le canal gastro-intestinal des vertébrés. Il décrivit tout ce que l’on savait de la digestion des graisses et des protéines aussi bien chez les animaux que chez les végétaux. Il fut en mesure de compléter la connaissance que l’on avait de ces digestions à son époque par des expériences récentes grâce auxquelles il avait lui-même démontré que le sucrose est converti en glucose dans l’intestin. Ce résultat prouvait la capacité des animaux à produire la même transformation digestive que, par exemple, les betteraves sucrières lorsqu’elles convertissent du sucrose emmagasiné en glucose nécessaire à leurs processus nutritionnels44.

  • 45 Ibid., p. 513.

38L’unité vitale, fondement de tous ces processus chez les végétaux et les animaux, était désormais identifiée par Bernard avec l’agent commun des changements chimiques, les ferments, qui jouent “un rôle immense dans l’économie naturelle”. La digestion de chacun des quatre principaux types d’aliments, affirmait-il, “emploie le même agent dans l'animal et dans la plante ; chacune exige un ferment identique”45. Il appuyait cet argument de toutes les preuves qu’il pouvait réunir dans ses propres expériences et celles des autres.

39Ici encore, comme les années précédentes, Bernard ne put approcher directement l’objectif déclaré de sa physiologie générale, l’examen des phénomènes nutritionnels communs à toute vie au niveau des interactions entre “la cellule histologique” et son milieu immédiat. Ce n’était pas un défaut d’intention, mais une reconnaissance du fait que les moyens techniques nécessaires n’étaient pas encore disponibles. Il mena toutefois une réflexion approfondie sur les preuves indirectes qu’il pouvait apporter pour élaborer le point de vue selon lequel les spécialisations fonctionnelles particulières des animaux supérieurs, chez lesquels ces processus avaient été examinés en détail, étaient secondaires par rapport aux processus fondamentaux qui, eux, devaient être identiques dans toutes les formes de vie ; et de déduire logiquement que ces phénomènes fondamentaux devaient se produire dans les cellules, qui constituent les organismes élémentaires des végétaux comme des animaux.

40Faute de temps, je ne pourrai traiter ici de la troisième année du cours que fit Bernard au Muséum, portant sur les “phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux”, ni des deux dernières années où il enseigna des thèmes plus généraux. En 1873, le sérieux de son entreprise n’était plus à démontrer. Il allait mettre à profit toutes les ressources intellectuelles dont il disposait afin de poursuivre les objectifs de la physiologie générale telle qu’il l’avait définie. Année après année, il élabora des idées dont les germes peuvent se retrouvés dans ses premières leçons de physiologie générale à la Sorbonne, ne cessant d’en étendre ou d’en affiner la signification, d’en explorer les implications et de leur faire subir de nouvelles métamorphoses, tandis qu’il s’efforçait de préciser toujours davantage pour lui-même et pour ses auditeurs le sens de la physiologie générale.

  • 46 Ibid., p. 291.

41Pour revenir à notre propos, quelle importance peut-on accorder au fait que Bernard ait, après 1870, développé ces idées au Muséum d’Histoire naturelle ? Lui-même semble avoir considéré la poursuite de son effort comme une responsabilité liée à la position qu’il y occupait. “Ici”, déclarait-il dans sa première leçon de 1873, “nous sommes chargé d’un cours de physiologie générale, d’un cours dans lequel nous devons embrasser les phénomènes propres à tous les êtres vivants, animaux et végétaux”46. Une telle affirmation n’était-elle qu’une simple formalité, ou sa présence au Muséum l’obligeait-elle en quelque sorte à définir la portée de son sujet de cette manière ? Conserva-t-il cette définition, ainsi que le titre de ses leçons, parce que “la réunion au sein du Muséum de l’étude des différents règnes permettait de voir plus facilement l’unité de la vie”, ou ses idées auraient-elles pu se développer dans la même direction s’il était resté à la Sorbonne ? Il est bien sûr plus facile de poser ce type de questions hypothétiques que d’y répondre. Il paraît pour le moins raisonnable de supposer que la présence de Bernard au Muséum renforça une orientation que sa pensée avait déjà commencé à prendre longtemps auparavant, mais qu’il n’avait jamais poursuivie avec autant de ténacité et de conviction avant le transfert de sa chaire dans cette institution.

  • 47 Bernard (Claude), “Des phénomènes de la vie...”, art. cit., p. 521.
  • 48 Olesko (Kathryn M.), Physics as a calling : discipline and practice in the Königsberg seminar for (...)

42Je voudrais enfin souligner que ce que Bernard tentait de réaliser, au sens le plus large, était tout à fait inhabituel, ou du moins a rarement été traité par l’histoire des sciences, à savoir la formulation d’une discipline scientifique nouvelle, essentiellement dans une tribune pédagogique. Quoique parfaitement conscient que l’on ne disposait encore que de très peu de connaissances ou de preuves suggestives ou illustratives à propos d’un grand nombre de phénomènes dont il souhaitait démontrer “l’unité vitale”, il n’en affirmait pas moins le grand intérêt de “la systématisation et la comparaison des faits physiologiques formant l’objet de la physiologie générale”, ajoutant que “du point de vue du progrès de la science, elle [...] ouvre des voies inconnues, montre au chercheur la direction à suivre, lui propose de nouveaux problèmes, le guide sur le chemin au lieu de le laisser avancer à l’aveuglette à la recherche d’horizons inexplorés”47. C’était là une grande vision de l’un des maîtres éclairés de la physiologie du XIXème siècle ; mais a-t-elle réellement guidé les pas de ceux qui sont venus après lui explorer ces régions ? Les historiens des sciences considèrent habituellement que les disciplines expérimentales nouvelles sont ouvertes par les écoles de recherche et que les reformulations pédagogiques suivent le flot de résultats en provenance des laboratoires. Certaines études historiques récentes, en particulier celle de Kathryn Olesko sur le séminaire de physique de Franz Neumann48, ont toutefois indiqué que les approches pédagogiques peuvent apporter une contribution créatrice à la formation d’un domaine scientifique. Les leçons de physiologie générale de Claude Bernard constituent un exemple intéressant permettant de vérifier si une synthèse, ayant d’abord été formulée dans l’amphithéâtre, a pu influencer les orientations futures du travail en laboratoire. S’il lui avait été donné de réaliser son espoir initial de faire du nouveau laboratoire du Muséum un lieu d’apprentissage pour de jeunes expérimentateurs, peut-être Bernard aurait-il pu ouvrir lui-même la marche sur le terrain de la recherche en physiologie générale. La situation étant ce qu’elle était, lui et ses collaborateurs ne purent apporter que quelques preuves expérimentales concernant des points particuliers de l’argumentation. L'impact de ses idées demeurait par conséquent limité aux éventuels lecteurs des deux volumes posthumes réunissant ses leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux. Quant à la question de savoir si ces leçons, dont les physiologistes du XXème siècle ont tant fait l’éloge, ont réellement exercé une influence perceptible sur l’émergence ultérieure de la physiologie générale, seule une recherche historique détaillée pourra y répondre dans l’avenir.

Notes

1 Bernard (Claude), “La Médecine d’observation et la médecine expérimentale”, Revue des cours scientifiques, no 6, 1869, pp. 98-103 ; Coleman (William), “The Cognitive basis of the discipline : Claude Bernard on physiology”, Isis, no 76, 1985, pp. 49-70.

2 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method in medicine, New York : Henry Schuman, 1962, pp. 191-192.

3 Bayliss (William M.), Principies of general physiology, 3ème éd. rév., Londres : Longmans ; Green, 1920, pp. XIII-XIV.

4 Bernard (Claude), “La Méthode et les principes de la physiologie”, La Revue scientifique, 2ème série, no 1, 1871, pp. 385-391.

5 Bernard (Claude), “La Médecine d’observation...”, art. cit., p. 103.

6 Ibid.

7 Bernard (Claude), Lettres parisiennes (1869-1878), [Lyon] : Fondation Marcel Mérieux, 1978, pp. 47-48.

8 Coleman (William), “The Cognitive basis of the discipline...”, art. cit. p. 59.

9 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method..., op. cit., p. 192.

10 Magendie (François), Précis élémentaire de physiologie, Paris : Méquignon-Marvis, 1816-1817, t. 1, p. 1.

11 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method..., op. cit., pp. 84-85 ; Holmes (Frederic L.), Claude Bernard and animal chemistry : the emergence of scientific, Cambridge : Harvard University Press, 1974, pp. 401-403.

12 Castelnau (H. de), “Cours de physiologie générale de la Faculté des sciences”, Le Moniteur des hôpitaux, no 2,1854, p. 409.

13 Bernard (Claude), “Cours de physiologie générale de la Faculté des sciences”, ibid., p. 410.

14 Ibid., pp. 410-412, 449-451, 473-474, 505-507, 572-573, 601-602, 625-626, 1089-1090, 1105-1107 et 1210-1211 ; ibid., no 3, 1855, pp. 1-2.

15 Ibid., p. 449.

16 Schwann (Theodor), Microscopical researches into the accordance in the structure and growth of animals and plants, Londres : Sydenham Society, 1847, pp. 191-215.

17 Bernard (Claude), “Cours de physiologie générale...”, art. cit., p. 625.

18 Ibid., p. 626.

19 Bernard (Claude), Lettres parisiennes..., op. cit., p. 31.

20 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method..., op. cit., pp. 109-117.

21 Bernard (Claude), Leçons sur les propriétés des tissus vivants, Paris : G. Baillière, 1866, p. 6.

22 Ibid., pp. 8-9.

23 Ibid., p. 22.

24 Ibid., pp. 176-177.

25 Ibid., p. 408.

26 Bernard (Claude), Leçons sur les propriétés physiologiques et les altérations pathologiques des différents liquides de l’organisme, Paris : Baillière, 1859, t. 1, pp. 9-10, 41-45.

27 Grmek (Mirko Drazen), “Évolution des conceptions de Claude Bernard sur le milieu intérieur”, in Philosophie et méthodologie scientifique de Claude Bernard. Paris : Masson, 1967, pp. 117-150 ; Holmes (Frederic L.), “Claude Bernard, the Milieu Intérieur and regulatory physiology”, History and philosophy of the life sciences, no 8, 1986, pp. 13-25.

28 Bernard (Claude), Leçons sur les propriétés des tissus vivants, op. cit., pp. 37-60.

29 Ibid., pp. 139-148.

30 Ibid., p. 236.

31 Ibid., pp. 344-348 et 363-367.

32 Bernard (Claude), “Physiologie générale”, Revue des cours scientifiques, no 1, 1865, pp. 331-336.

33 Ibid., pp. 809-812, 831-837 et 842-848 ; ibid., no 3, 1865, pp. 4-15, 18-29 et 41-56 ; Bernard (Claude), Leçons sur les propriétés physiologiques et les altérations..., op. cit., pp. V-XVI.

34 Olmsted (James Monrose D.), Olmsted (E. Harris), Claude Bernard and the experimental method..., op. cit., pp. 151-171.

35 Bernard (Claude), “Des phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux”, La Revue scientifique, no 2, 1872, pp. 174, 176, 178, 212, 303, 307-308, 374-376, 378 et 401.

36 Ibid., p. 170.

37 Ibid., pp. 170-173.

38 Ibid., pp. 174-176.

39 Ibid., p. 177.

40 Ibid., pp. 177-181, 204-213, 302-309, 370-380 et 401-405.

41 Ibid., p. 403.

42 Ibid., pp. 371-372 et 375-376.

43 Ibid., no 3, 1873, pp. 291 et 337.

44 Ibid., pp. 342-346, 372-378, 416-426, 462-470 et 512-521.

45 Ibid., p. 513.

46 Ibid., p. 291.

47 Bernard (Claude), “Des phénomènes de la vie...”, art. cit., p. 521.

48 Olesko (Kathryn M.), Physics as a calling : discipline and practice in the Königsberg seminar for physics, Ithaca : Cornell University Press, 1991, 488 p.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Muséum d’Histoire naturelle. Laboratoire de physiologie vers 1885.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende FIG. 2 - Expérience sur la respiration des plantes, extr. de Bernard (Claude), Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, Paris : J. B. Baillières, 1878, 404 p.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

Auteur

Université de Yale, États-Unis

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540