Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Expérimenter

Georges Pouchet (1833-1894) : le mouvement, la forme et la vie

Jean-Louis Fischer

Note de l’éditeur

Fischer, J.-L., 1997. Georges Pouchet (1833-1894) : le mouvement, la forme et la vie. in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 363-373. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

“Assurément on ne saurait méconnaître l'importance comme complément de toute étude, de savoir par quels moyens, intellectuels surtout, les hommes sont arrivés graduellement à telle notion positive, anatomique ou autre ; et par quelles phases a passé, relativement à chaque sujet, l’esprit humain”.
Pouchet (Georges), Charles Robin : sa vie, son œuvre, Paris : Félix Alcan, 1887, p. 16.

FIG. 1 - Pouchet (Georges) 1833 - 1894.

  • 1 Invertébré marin. Ses œufs ont été et sont toujours utilisés comme matériel expérimental par les em (...)
  • 2 Roux’s archives of developmental biology, no 201, 1991, notamment les articles de Fischer (Jean-Lou (...)

1En 1887, Laurent Chabry soutenait sa thèse Embryologie normale et tératologique des Ascidies. Il y étudiait la descendance des premières cellules de l’œuf et démontrait, par une méthode expérimentale faisant appel à une technique particulièrement précise, que certaines structures organiques, chez l’Ascidie1, étaient déterminées dans les toutes premières cellules indifférenciées de l’œuf2. C’était un résultat expérimental d’une grande nouveauté. Cette thèse est capitale dans l’histoire de la biologie parce qu’elle est à l’origine de l’embryologie expérimentale ou causale qui joua un rôle fondamental dans la mise en place du nouvel esprit biologique ainsi que dans le débat théorique entre la néo-épigenèse et la néo-préformation.

  • 3 Chabry (Laurent), Embryologie normale et tératologique des Ascidies, [Thèse de doctorat ès-sciences (...)

2La dédicace de la thèse de Chabry est ainsi libellée : “à mon maître M. Georges Pouchet, Professeur d’histoire naturelle, témoignage de reconnaissance”3.

3L’implication de Pouchet dans l’avénement de l’embryologie causale mérite quelques instants de réflexion car, dans l’ensemble de ses activités scientifiques, cet aspect particulier nous paraît moins connu, bien que son œuvre ait laissé un souvenir impérissable à la communauté biologique contemporaine.

  • 4 Parmi les biographies consacrées à G. Pouchet et à son œuvre, consulter : Beauregard (H.), “Notice (...)

4Un rappel biographique est nécessaire pour nous permettre de mieux situer notre personnage dans le paysage des sciences de la vie de la seconde moitié du XIXème siècle4.

  • 5 Cette expédition avait été financée par le vice-roi d’Égypte Méhémet-Saïd. Le chef d’expédition éta (...)

5Georges Pouchet 1833-1894 4), (né à Rouen, est le fils de Félix Archimède Pouchet, connu pour ses prises de position hétérogéniste et ses débats avec les homogénistes que la querelle Pouchet-Pasteur a rendu célèbres. Dirigé dans ses études par son père, Pouchet est licencié ès-sciences naturelles en 1854. Il partit pendant sept mois (septembre 1856-avril 1857) en expédition à la recherche des sources du Nil, puis, de retour, il reprit ses études5. Il suit alors une filière normale à cette époque, pour ceux qui trouvaient un intérêt dans les études des sciences de la vie, en poursuivant des études de médecine avant de choisir définitivement la voie des sciences naturelles, biologiques ou anthropologiques. Ce passage n’était pas obligatoire. D’excellents naturalistes n’étaient pas médecins, mais institutionnellement avoir un diplôme de médecin ne pouvait qu’être bénéfique pour la carrière du diplômé. En 1864, il soutenait sa thèse de médecine Des colorations de l’épiderme, et en 1869, sa thèse de sciences naturelles Mémoire sur l’encéphale des Édentés.

  • 6 La chaire d’anatomie comparée fut occupée par Louis Duvernois de 1850 à 1855, par Antoine Serres de (...)
  • 7 Pouchet (Georges), Charles Robin : sa vie, son œuvre, Paris : Félix Alcan, 1887, 185 p.

6Ses prises de fonctions officielles au Muséum de Paris se sont passées en deux étapes. La première est sa nomination en 1865 à la chaire de E.R.A. Serres en tant qu’aide-naturaliste et chef des travaux anatomiques en anatomie comparée6. Toutefois il fut rapidement révoqué à la suite de mésententes, aussi bien avec Serres qu’avec son successeur Gervais. Mais sa révocation intervint surtout à la suite de la publication d’un article dans L'Avenir national du 18 mars 1869, dans lequel il déplore que le Muséum ait cessé d’être “une institution nationale indépendante, consacrée au culte et à l’enseignement des sciences pures” pour devenir une “faculté d’agriculture”, accusant le gouvernement d’avoir abandonné le Muséum, regrettant la “complaisance” des professeurs à l’égard des dirigeants politiques. Le soir même de la parution de ses propos, Pouchet était révoqué. V. Duruy, alors ministre de l’Instruction publique, revenant sur cette décision, attache Pouchet à l’enseignement de Charles Robin, professeur à la chaire d’histologie de l’École de médecine créée pour lui en 1862. Pouchet retrouvait son maître avec lequel il avait de nombreuses affinités intellectuelles et philosophiques7.

7En mai 1870, il obtient une mission à Concarneau, au Laboratoire de biologie dirigé par Victor Coste jusqu’en 1873. Après la guerre de 1870, il prend, “à ses risques et périls”, la direction du Laboratoire d’histologie de la rue du Jardinet, fondé par Nachet et Grandry.

8Sur la demande de Pouchet, Robin, qui venait d’être nommé par Duruy directeur du Laboratoire d’histologie zoologique de l'École des Hautes Études, installe en 1872 son nouveau Laboratoire avec celui de son ancien élève : le laboratoire de la rue du Jardinet devient le Laboratoire d’histologie zoologique dont Robin et Pouchet sont les directeurs.

  • 8 Ibid., p. 160. Duruy venait de créer le Laboratoire d’histologie zoologique à l’École des Hautes Ét (...)
  • 9 Brygoo (Édouard R.), Notice sur G. Pouchet, tapuscrit non publié (Archives du Muséum, P.VA. 13.X. 1 (...)

9En 1874, Pouchet supplée Paul Bert à son cours de physiologie à la Sorbonne et en 1876 il est nommé maître de conférences à l’École Normale Supérieure. En 1879, après la mort de Gervais, Pouchet est nommé à la chaire d’anatomie comparée. Dix ans après sa révocation, il revenait dans cette institution, titulaire de l’une des chaires les plus prestigieuses, marquant ainsi sa seconde étape au Muséum. Il installe alors dans son nouveau domaine le laboratoire d’histologie de la rue du Jardinet qu’il dirigeait avec Robin : “notre laboratoire”, écrit-il, “y fut de nouveau transféré dans les locaux dépendants de la chaire d’anatomie comparée dont il complétait l’enseignement — l’histologie à côté de l’anatomie macroscopique — sans empiéter sur le domaine d’aucun de mes collègues”8. On remarque dans ces phrases le souci de Pouchet de ne pas contrarier ses collègues par l’apport d’une discipline, l’histologie, dont on ne mesurait pas encore dans certains milieux toute l’importance. Notons aussi sa volonté de pratiquer et d’enseigner une anatomie microscopique, complément nécessaire de l’anatomie macroscopique. C’était pour le Muséum une nouveauté puisqu’il n’était pas, quelques années plus tôt, favorable à l’introduction d’un enseignement d’histologie dans ses murs. En effet, Pouchet avait demandé le 28 juillet 1868 à l’Assemblée des professeurs de faire des conférences gratuites d’histologie et sa demande était restée sans suite9.

10En 1879 également le laboratoire de Concarneau est réorganisé, six ans après la mort de V Coste qui l’avait fondé en 1859. Robin et Pouchet en prennent alors la direction. À quarante six ans Pouchet se trouve dans une position institutionnelle forte et va pouvoir, non sans problème, ni sans difficulté, poursuivre les différents travaux dans lesquels il s’était engagé.

  • 10 Lettre de Quatrefages à Dareste in Fischer (Jean-Louis), La Vie et la carrière d’un biologiste du X (...)
  • 11 Son élève, collaborateur et biographe H. Beauregard écrivait : “malgré ses travaux si originaux, Po (...)

11L'œuvre générale de Pouchet est complexe en raison des nombreux sujets et des nombreux thèmes scientifiques qu’il aborda : il était anthropologiste, zoologiste, anatomiste, physiologiste, histologiste, mais aussi historien des sciences. Ses intérêts biologiques allaient du plus petit, la cellule, au plus grand, la baleine. Par la diversité de ses recherches et de ses études, Pouchet représentait, peut-être à l’extrême, cet idéal de l’homme des sciences de la vie du milieu du XIXème siècle tel que le voyait Quatrefages10 quand il sollicitait en 1864 Camille Dareste de collaborer avec lui pour composer un ouvrage sur les Annélides. Dareste était un spécialiste de la tératologie, Quatrefages de l’anthropologie et ce dernier pensait qu’un titre “franchement zoologique” devait être “utile”. Dareste refusa l’offre de Quatrefages et s’enferma dans sa spécialité. Quatrefages prit alors du temps pour obtenir quelques titres zoologiques en sortant de sa spécialité. Quoi qu’il en soit, les pairs de Dareste le jugèrent avec un certain dédain en raison de sa trop grande spécialisation, ce qui ne fut pas sans conséquence sur les difficultés qu’il rencontra dans sa carrière et, apparemment, on reprocha à Pouchet sa trop grande diversité, sans que cela ne nuise à son ascension institutionnelle. Toutefois ni Dareste, ni Pouchet ne furent élus à l’Académie des sciences, sans doute aussi que, lors de ces élections, les seuls travaux scientifiques des candidats n’étaient-ils pas suffisants pour accéder au fauteuil convoité11.

  • 12 Pouchet (Georges), Charles Robin..., op. cit., p. 3.

12Il y avait dans cette façon de pratiquer la science, se spécialiser ou ne pas se spécialiser, une ambiance intellectuelle qui faisait que le savant pouvait encore accéder à un savoir et à une pratique encyclopédiques. Du reste, Pouchet n’admirait-il pas l’esprit encyclopédique de son maître Robin, “le biologiste le plus encyclopédique de notre temps, à la fois anatomiste, physiologiste, pathologiste, zoologiste, botaniste”12 ?

13Si Chabry avait trouvé une source intellectuelle à sa convenance chez Pouchet, ce dernier s’était formé à l’école de Robin et plus spécialement à la discipline histologique qui paraît plus que jamais dans les années 1860, celle par laquelle l’anatomiste doit passer pour atteindre une étape supérieure des connaissances du vivant et des phénomènes qui régissent la vie.

  • 13 Ibid., cité par Pouchet p. 11. Cf. Robin (Charles), “De la biologie, son objet et son but, nature e (...)
  • 14 Blainville (Henri Marie Ducrotay de), De l'organisation des animaux, ou Principes d’anatomie compar (...)

14Pour Pouchet, Robin apportait une conception biochimique à l’étude de la vie dans la relation qu’il faisait entre la chimie, la forme, la morphologie, la fonction et le milieu. Il apportait une nouvelle dimension aux études de l’être organisé et la biologie pouvait alors se définir à la fois dans l’objet de ses études et dans le but qu’elle devait poursuivre. La biologie était ainsi définie par Robin : “c’est la science qui a pour objet de ses études les corps organisés et pour but la connaissance des lois de leur organisation et de leur activité”13 ; c’est la profession de foi de la biologie positiviste qui doit faire la relation entre “le point de vue anatomique” et “le point de vue physiologique”, c’est-à-dire entre l’état statique et l’état dynamique. Ces termes nous renvoient alors à un autre auteur : le maître de Robin, de Blainville, marque, dans un contexte scientifique idéologique différent de celui dans lequel va œuvrer son élève, le point de départ d’une pensée biologique que nous découvrons dans ces phrases : “tous les corps, quelle que soit leur nature, peuvent être comparés sous deux points de vue tout à fait différents : l’un statique et l’autre dynamique”14.

15L'aspect statique correspondait à l’étude des corps dans leur état fixe, sans mouvement, et l’aspect dynamique à celui de l’étude du développement des organismes (embryologie) et de l’assimilation, la désassimilation et la mort (physiologie). Pour comprendre ces phénomènes qui caractérisent la vie dans ce “double mouvement moléculaire, à la fois général et continu, de composition et de décomposition”, il était nécessaire d’établir une hiérarchie présentant les corps organisés en parties : éléments (tissus cellulaires), systèmes dermiques, appareils (phanères). La divisibilité organique se précisa avec Robin. Mais la pensée de de Blainville avait marqué aussi d’autres “biologistes” : Coste, Gervais, Hollard, Félix Archimède Pouchet.

  • 15 Consulter Robin (Charles), Du microscope et des injections dans leurs applications à l’anatomie et (...)

16Georges Pouchet était donc imprégné de cette conception dualiste statique/dynamique nécessaire pour accéder à l’étude des corps organisés. Cette conception lui a été dévoilée par son père et par son maître ; surtout par ce dernier qui non seulement développe la manière d’étudier les corps organisés dans la recherche de “l’état d’organisation” en réduisant l’organe à la cellule et la cellule aux “molécules”, mais qui apporte aussi le moyen et la pratique technique d'aborder ces recherches par l’emploi du microscope qui seul permet d’accéder aux structures cellulaires15.

  • 16 Robin (Charles), Pouchet (Georges), “Claude Bernard : nécrologie”, Journal de l’anatomie et de phys (...)

17En 1868, comme en 1879, Pouchet se recommandait, dans les exposés qu’il présentait pour ses candidatures au Muséum, de Robin et de Richard Owen. Il définissait ainsi les fonctions qu’il sollicitait : “je pense que l’étude des organes est toujours incomplète tant qu’on se borne à en décrire les caractères extérieurs ; que cette étude doit être poursuivie par tous les moyens dont nous disposons, jusqu'à la détermination des parties élémentaires qui le composent”. Cela signifiait pour lui que l’anatomie comparée, fondée par Cuvier, ne pouvait être séparée de l’anatomie générale fondée par Bichat. Robin et Pouchet, dans leur nécrologie de Claude Bernard, avaient souligné le rapport entre les buts de la physiologie générale et de l’anatomie générale. Aussi, M. D. Grmek souligne-t-il que ces auteurs ne se trompaient pas quand ils décrivaient que c’est “l’étude des poisons qui jette tout à coup cet esprit investigateur et sagace dans des routes nouvelles : Claude Bernard s’y engage résolument. Ce sera son grand honneur d’avoir créé la physiologie des éléments, c’est-à-dire d’avoir créé la physiologie générale en rapport avec l’anatomie générale, telle que l’avait fondée Bichat”16.

  • 17 Pouchet (Georges), Charles Robin..., op. cit., p. 12 : “définir la vie, l’état d’organisation, par (...)
  • 18 Consulter : Muséum national d’Histoire Naturelle, présentation générale, éditée à l’occasion de la (...)

18Les préoccupations scientifiques de Pouchet sont dirigées vers “l’anatomie des animaux” c’est-à-dire la Forme “envisagée surtout dans ses rapports avec le fonctionnement des organes, en d’autres termes le Mouvement et la Vie de l’individu”. Peut-être que Pouchet marque là d’une façon sensible le passage décisif de l’étude des Êtres organisés à l’étude de l'État d’organisation suivant la formule de Robin. De plus, l’influence du Milieu sur le mouvement et la forme était, de sa part, l’objet d’une attention particulière17. Cela n’est pas sans rappeler le programme établi par le laboratoire d’anatomie comparée du Muséum en 1983 : “l’anatomie comparée a pour programme générale l’établissement des rapports entre la forme, la fonction et le milieu”18.

  • 19 Pouchet (Georges), “Contre projet pour l’aménagement de la grande salle des nouvelles galeries du M (...)

19Si Pouchet, en raison de sa passion pour la zoologie et grâce à ses qualités de naturaliste voyageur, a enrichi d’une façon spectaculaire la collection des Cétacés du Muséum (il voulait, pour 1889, affecter la grande salle des nouvelles galeries d’un cétaceum)19, nous lui devons aussi d’avoir écrit le premier traité d’histologie en français en 1864 puis, avec son élève Tourneux, un Précis d’histologie humaine et d’histogenèse en 1878. Cétacés et cellules représentent les extrêmes biologiques entre lesquels Pouchet aimait voyager. En complément de ces aspects descriptifs, Pouchet concevait une approche expérimentale des problèmes biologiques.

FIG. 2 - Coupe histologique de Golgi (Camillo), Opera omnia, Milano : Libraio della real casa, 1903, vol. II, pl. 41.

  • 20 Pouchet (Georges), Des changements de coloration sous l’influence des nerfs, Paris : Libr. Germer B (...)

20Pouchet est ouvert à la méthode et à la pratique expérimentales. Ses recherches “Sur les changements de coloration sous l'influence des nerfs chez divers animaux” lui ont valu le Prix Montyon de physiologie expérimentale en 1873. 11 montrait par des séries d’expériences, effectuées au Laboratoire de Concarneau en 1872, que les changements de coloration, chez les poissons en particulier, “résultent d’une action réflexe dont les yeux sont le point de départ”, et définissait “les voies nerveuses au moyen desquelles les impressions rétiniennes régissent les mouvements des cellules pigmentaires”20.

21Chabry, qui était médecin comme Pouchet et Robin, avait, comme eux, choisit de se consacrer à la recherche biologique. Intéressé par les aspects dynamiques il a pour premier maître Jules Marey qui le dirigea dans ses premiers travaux de mécanique animale.

22La notoriété du laboratoire de la rue du Jardinet ne pouvait échapper à Chabry, aussi devint-il l’assistant de Robin, puis plus tard sous-directeur au laboratoire de Concarneau. Il réalisa des travaux d’anatomie, de mécanique animale, d’embryologie, seul ou en collaboration avec Robin ou Pouchet.

  • 21 Pouchet (Georges), Chabry (Laurent), “L'Eau de mer artificielle comme agent tératogénique”, Journal (...)
  • 22 Ibid., p. 298.
  • 23 Pouchet (Georges), “La Forme et la vie”, Revue des deux mondes, 15 mai 1892, article reproduit in P (...)

23En 1889, il signait avec Pouchet un travail expérimental, effectué à Concarneau, sur “L'Eau de mer artificielle comme agent tératogénique”21. Ces recherches, nous expliquent les auteurs, “ont été faites dans le but de connaître l’influence que peut exercer sur la forme et la constitution anatomique des animaux marins une modification rapide et forte de la composition chimique du milieu dans lequel ils sont habitués à vivre”22. Les résultats obtenus firent dire à Pouchet en 1892 que “la perturbation était insuffisante à faire périr la larve, à faire cesser le mouvement vital, mais [que] celui-ci a été dévoyé, a fatalement abouti a une configuration nouvelle de l’être vivant. Nous avons fait chimiquement un monstre”23. Ce résultat expérimental apportait une démonstration de la relation unissant la “constitution chimique des êtres à leur forme extérieure”.

  • 24 Ibid., p. 386.
  • 25 Ibid., p. 387.
  • 26 Ibid. Ailleurs, Pouchet avait écrit : “le mot VIE dans une acception propre et vraiment scientifiqu (...)

24Le milieu agit sur la chimie de l’organisme et le transforme progressivement : “si les milieux ont pu agir, comme tout l’indique, c’est seulement par modification lente et progressive de la constitution moléculaire des êtres, entraînant fatalement à son tour les changements de configuration extérieure qui déterminent chaque espèce animale ou végétale”24. Ce “mouvement moléculaire” inconnu “constitue la vie” et ce chimisme modèle les formes : l’un ne pouvant être séparé de l’autre. La vie et la forme sont un “épiphénomène résultant de circonstances infiniment nombreuses et infiniment prolongées”. La forme, qui est “par excellence un caractère héréditaire”, n’a pu exister et ne peut se comprendre “que comme lentement acquise par un modelage mille et une fois séculaire”25. Nous comprenons alors toute l’erreur des hétérogénistes qui voulaient faire apparaître spontanément des formes vivantes : le problème était mal posé et pour Pouchet il reste d’actualité en ce qui concerne une “génération” spontanée non pas de la forme mais de la vie : “[...] il faudrait créer ce mouvement moléculaire inconnu qui seul constitue la vie et qui entraîne tout le reste”26.

  • 27 Pouchet (Georges), “La Phylogénie cellulaire”, La Revue scientifique, 4ème année, vol. VIII, no38, (...)
  • 28 Churchill (E B.), “Chabry, Roux, and the experimental method in Nineteenth-century embryology”, in (...)

25Un autre point d’intérêt développé par Pouchet correspond à ses réflexions sur la phylogénie cellulaire qu’il dévoilait dès 1875. Cela représente une nouvelle conception de la compréhension de l’anatomie générale qui déplace l’étude de la descendance telle que la concevaient Lamarck et Darwin de l’échelle zoologique à l’échelle cellulaire. Pouchet établit des phylogénies cellulaires à partir des premières cellules indifférenciées de l’œuf jusqu’à Porgane fini. Il montre aussi que certaines cellules embryonnaires ne peuvent se différencier qu’au contact d’autres cellules. Il y a là une conception épigénique de la différenciation cellulaire sur laquelle O. Hertwig insistera bien plus tard quand il prendra la défense d’une néo-épigenèse contre une néo-préformation. Et c’est ici que “se pose la même question qui préoccupe les zoologistes et qui est au fond de toute recherche phylogénique : dans quelle mesure les circonstances ambiantes influent-elles sur ces modifications successives des éléments anatomiques et se combinent-elles avec le fait d’hérédité”27 ? Dans ce cas, le milieu pour une cellule correspond aux cellules voisines et aux humeurs dans lesquelles elle baigne. La dynamique histologique s’ouvre sur la dynamique embryonnaire et la forme, “attribut essentiel de la vie”, va faire l’objet d’un nouveau champ d’investigation scientifique avec Roux en Allemagne et Chabry en France28.

  • 29 Pouchet (Georges), “Laurent Chabry”, Journal de l’anatomie et de la physiologie normales et patholo (...)

26Formé à l’École de Robin et de Pouchet, Chabry se trouvait dans une ambiance intellectuelle favorable à l’émergence de la nouvelle embryologie. Pouchet, ayant toujours présent à l’esprit les problèmes posés par la phylogénie cellulaire, plaça Chabry sur cette voie et lui permit d’étudier ces problèmes en s’aidant de la méthode expérimentale. À propos du travail de Chabry, Pouchet écrivait, dans un style révélateur de leur communauté de pensée, qu’“à Concarneau, Chabry résolut d’aborder un ordre de questions bien autrement complexe que celui du mouvement des organes. C’est la mécanique cellulaire, nous dirons plutôt la mécanique moléculaire au sein de la substance vivante, dans ses rapports avec la morphologie des êtres [...]”29.

  • 30 Pour une bibliographie consulter Fischer (Jean-Louis), “Experimental embryology in France (1887-193 (...)
  • 31 Pouchet (Georges), “Science et religion, lettre à M. de Saint-Phibert”, extr. du Progrès du 20 mai (...)

27Pouchet, successeur d’une tradition muséale statique, dont il reconnaissait l’utilité et la nécessité, s’était ouvert à une conception mécanique de la vie. Il apparaît comme un initiateur de cette nouvelle embryologie que l’on désigne par les vocables de mécanique du développement, de biomécanique, de physiologie du développement30. Toutefois, il ne pouvait y participer pleinement en raison de son passé scientifique et de sa pratique de la science, car cette “biomécanique” conduira le biologiste à se spécialiser de plus en plus et le savant à se transformer en chercheur. Mais il est vrai aussi que lui-même avait subi cette dernière transformation. À plusieurs reprises il avait rappelé que nous devions à Alphonse Karr, dans sa revue satyrique Les Nouvelles guêpes de février 1859, d’avoir défini “d’un esprit très philosophique, ce qu’était et la science et les savants, gros mots gonflés d’orgueil et de vanité... Ce n’est pas science qu’il faut dire, c’est recherche ; ce n’est pas savants, c’est chercheurs31.

28Nous pouvons et nous devons, en raison d’un certain nombre de ses écrits scientifiques, situer Georges Pouchet comme marquant le passage d’une conception dynamique du vivant à l’échelle cellulaire, sous sa forme théorique, à la prise en charge expérimentale de cette conception par Chabry et ses successeurs. Et nous serons d’autant plus persuadés de ce passage, et nous comprendrons d’autant mieux la dédicace de la thèse de Chabry à Pouchet si nous avons fait en sorte de ne pas “[...] méconnaître l’importance, comme complément de notre étude, de savoir par quels moyens, intellectuels surtout, les hommes sont arrivés graduellement à telle notion positive, anatomique ou autre ; et par quelles phases a passé, relativement à chaque sujet, l’esprit humain”.

Notes

1 Invertébré marin. Ses œufs ont été et sont toujours utilisés comme matériel expérimental par les embryologistes. Le diamètre de l’œuf d’ascidie est de 160 μ.

2 Roux’s archives of developmental biology, no 201, 1991, notamment les articles de Fischer (Jean-Louis), “Laurent Chabry 18551893) - (and the “Âge d’or” of biologie”, pp. 61-64 ; “The Embryological œuvre of Laurent Chabry”, pp. 128-133 et en collaboration avec Sander (K.), “How to dart ascidian blastomeres : the embryological micro-tools of Laurent Chabry”, pp. 191-193.

3 Chabry (Laurent), Embryologie normale et tératologique des Ascidies, [Thèse de doctorat ès-sciences naturelles, Faculté des sciences de Paris], Paris : Félix Alcan, 1887, 157 p.

4 Parmi les biographies consacrées à G. Pouchet et à son œuvre, consulter : Beauregard (H.), “Notice sur la vie et les œuvres de Georges Pouchet”, Journal de l’anatomie et de la physiologie, no31, 1895, pp. 1-37 ; Pettit (Auguste), Recueil des principales œuvres de CH. H. G. Pouchet, [précédé d’une notice biographique], Paris : Masson, 1902, XIV-406 p.

5 Cette expédition avait été financée par le vice-roi d’Égypte Méhémet-Saïd. Le chef d’expédition était le comte d’Estayac de Lauture qui avait engagé Pouchet comme anthropologiste et chirurgien adjoint.

6 La chaire d’anatomie comparée fut occupée par Louis Duvernois de 1850 à 1855, par Antoine Serres de 1855 à 1868, par Paul Gervais de 1868 à 1879. G. Pouchet lui succéda et exerça ses fonctions de professeur de 1879 à 1894. Consulter Brygoo (Édouard R.), Les Professeurs-administrateurs du Muséum d’Histoire naturelle de Paris et leurs chaires, Paris, 1988, document tapuscrit de 41 p.

7 Pouchet (Georges), Charles Robin : sa vie, son œuvre, Paris : Félix Alcan, 1887, 185 p.

8 Ibid., p. 160. Duruy venait de créer le Laboratoire d’histologie zoologique à l’École des Hautes Études pour Robin. Sans local, Robin et son assistant le docteur Goujon, recevaient les élèves dans un laboratoire du Jardin des plantes attribué provisoirement à Milne-Edwards pour y installer le Laboratoire de zoologie anatomique qui dépendait en réalité de la Sorbonne. Cet imbroglio administratif ne pouvait que conduire à des difficultés. C’est la raison pour laquelle Pouchet reçu Robin rue du Jardinet puis transféra le laboratoire de la rue du Jardinet au Muséum en 1879.

9 Brygoo (Édouard R.), Notice sur G. Pouchet, tapuscrit non publié (Archives du Muséum, P.VA. 13.X. 1868).

10 Lettre de Quatrefages à Dareste in Fischer (Jean-Louis), La Vie et la carrière d’un biologiste du XIXème siècle : Camille Dareste (1822-1899), fondateur de la tératologie expérimentale, Thèse de 3ème cycle, Paris : Université de Paris I, 500 p. (trad. allemande, cf. note 11).

11 Son élève, collaborateur et biographe H. Beauregard écrivait : “malgré ses travaux si originaux, Pouchet n’était pas de l’Institut. Il s’y présenta cependant à deux reprises, mais il avait compris qu’il n’était pas assez classique pour réussir dans ses tentatives, et il s’était bien promis de ne plus recommencer”, “Notice sur la vie et les œuvres...”, art. cit., p. 23. Quant à Dareste il mit plus de temps à comprendre puisqu’il se présenta huit fois à l’Académie des sciences. Fischer (Jean-Louis), Leben und Werk von Camille Dareste (1822-1899) : Schöpfer der wissenschaftlichen Teratologie, Halle : Acta Historica Leopoldina, 1994, 282 p.

12 Pouchet (Georges), Charles Robin..., op. cit., p. 3.

13 Ibid., cité par Pouchet p. 11. Cf. Robin (Charles), “De la biologie, son objet et son but, nature et étendue du champ de ses recherches, ses moyens d’investigation”, La Philosophie positive, t. 1, juillet-décembre 1867, pp. 78, 212 et 392.

14 Blainville (Henri Marie Ducrotay de), De l'organisation des animaux, ou Principes d’anatomie comparée, Paris : EG. Levrault, 1822, t. 1 [contenant la morphologie et osteologie], p. VII.

15 Consulter Robin (Charles), Du microscope et des injections dans leurs applications à l’anatomie et à la pathologie, suivi d’une classification des sciences fondamentales, de celle de la biologie et de l’anatomie en particulier, Paris : J. B. Baillière, 1849, 2 parties en 1 vol. [2ème éd. 1871, 3ème éd. 1877] et Anatomie et physiologie cellulaires, ou Des cellules animales et végétales, du protoplasma, et des éléments normaux et pathologiques qui en dérivent, Paris : J. B. Baillière, 1873, XXXVIII-640 p.

16 Robin (Charles), Pouchet (Georges), “Claude Bernard : nécrologie”, Journal de l’anatomie et de physiologie normales et pathologiques de l’homme et des animaux, no14, 1878, pp. 334-338 et Grmek (Mirko Drazen), Raisonnement expérimental et recherches toxicologiques chez Claude Bernard, Genève : Libr. Droz, 1973, p. 389 (Hautes études médiévales et modernes ; 18).

17 Pouchet (Georges), Charles Robin..., op. cit., p. 12 : “définir la vie, l’état d’organisation, par ce mouvement incessant d’accès et de sortie des éléments cosmiques, est une indication suffisante qu’on ne saurait envisager l’être vivant indépendamment de son milieu [...] c’est [...] le milieu qui nous entoure, pouvant varier dans des limites assez étendues, qui permet la vie”.

18 Consulter : Muséum national d’Histoire Naturelle, présentation générale, éditée à l’occasion de la Semaine du Muséum, mai 1983, fiche “Laboratoire d’anatomie comparée”.

19 Pouchet (Georges), “Contre projet pour l’aménagement de la grande salle des nouvelles galeries du Muséum présenté par le professeur d’anatomie (20 février 1888)” (Bibliothèque centrale du Muséum, 103.664).

20 Pouchet (Georges), Des changements de coloration sous l’influence des nerfs, Paris : Libr. Germer Baillière, 1876, 144 p., VII pl.

21 Pouchet (Georges), Chabry (Laurent), “L'Eau de mer artificielle comme agent tératogénique”, Journal de l’anatomie et de la physiologie normales et pathologiques de l’homme et des animaux, no25, 1889, pp. 298-307.

22 Ibid., p. 298.

23 Pouchet (Georges), “La Forme et la vie”, Revue des deux mondes, 15 mai 1892, article reproduit in Pettit (Auguste), Recueil des principales œuvres..., op. cit., p. 385.

24 Ibid., p. 386.

25 Ibid., p. 387.

26 Ibid. Ailleurs, Pouchet avait écrit : “le mot VIE dans une acception propre et vraiment scientifique, désigne exclusivement un mode spécial d'activité de la matière vivante et ne peut, ne doit s’appliquer qu’à lui : c’est-à-dire au phénomène de double mouvement moléculaire, à la fois général et continu, de composition et de décomposition que présentent les corps organisés placés dans un milieu convenable”, in Pouchet (Georges), Charles Robin..., op. cit., p. 8.

27 Pouchet (Georges), “La Phylogénie cellulaire”, La Revue scientifique, 4ème année, vol. VIII, no38, 1875, p. 887. Louis Bard, professeur agrégé à la Faculté de médecine de Lyon publia en 1886 sa théorie de “l’arbre histogénique” qui n’est pas sans rappeler la “Phylogénie cellulaire” de Pouchet, mais ce dernier ne fait l’objet d’aucune citation : cf. Bard (Louis), “La Spécificité cellulaire et l’histogenèse chez l’embryon”, Archives de physiologie normale et pathologique, t. 18, 1886, pp. 406-420.

28 Churchill (E B.), “Chabry, Roux, and the experimental method in Nineteenth-century embryology”, in Giere (Ronald N.), Westfall (Richard S.), Foundations of scientific method : the Nineteenth-century, Bloomington : Indiana University Press, [1973], pp. 161-205.

29 Pouchet (Georges), “Laurent Chabry”, Journal de l’anatomie et de la physiologie normales et pathologiques de l'homme et des animaux, no29, 1893, pp. 735-739.

30 Pour une bibliographie consulter Fischer (Jean-Louis), “Experimental embryology in France (1887-1936)”, The International journal of developmental biology, vol. XXXIV, no1, 1990, pp. 11-23.

31 Pouchet (Georges), “Science et religion, lettre à M. de Saint-Phibert”, extr. du Progrès du 20 mai 1859, p. 6 et De la pluralité des races humaines : essai anthropologique, 2ème éd., Paris : Masson, 1864, p. 10.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Pouchet (Georges) 1833 - 1894.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 2 - Coupe histologique de Golgi (Camillo), Opera omnia, Milano : Libraio della real casa, 1903, vol. II, pl. 41.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540