Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Expérimenter

Expérimenter

Jean-Louis Fischer

Texte intégral

1À sa création le 10 juin 1793 le Muséum National d'Histoire Naturelle dévoile ses objectifs naturalistes et expérimentalistes. Naturalistes dans la vocation déjà ancienne du Jardin du roi d'étude et de connaissance du monde végétal et dans sa volonté de s'ouvrir davantage sur le monde zoologique et minéral. Expérimentalistes dans sa pratique non moins ancienne de la chimie, qui paraît la science expérimentale la plus active au sein du Muséum dans son premier siècle d'existence, mais aussi dans celle de la physique qui fait son entrée dans l'institution en 1837 et de la physiologie en général, expression contenant au XIXème siècle ce que nous comprenons aujourd'hui dans l'expression de biologie animale et végétale.

2La chimie contemporaine est pratiquée au Muséum avec A. F. de Fourcroy inventeur et auteur avec Guyton de Morveau, Lavoisier et Berthollet de la Méthode de nomenclature chimique publiée en 1787. Fourcroy, ancien professeur de chimie aux écoles du Jardin royal des plantes, devient titulaire de la première chaire de "chimie générale" (1793) issue de la charge de "démonstrateur et opérateur pharmaceutique" (1635). Fourcroy, disciple et collaborateur de Lavoisier, se situe dans la logique de la nouvelle chimie qui se sépare des sciences naturelles, dont Lavoisier avait, comme le souligne B. Bensaude et I. Stengers, désigné un programme et un but : "la chimie, en soumettant à des expériences les différents corps de la nature, a pour objet de les décomposer... Elle marche donc vers son but et vers sa perfection en divisant, subdivisant, et resubdivisant encore et nous ignorons quel sera le terme de ses succès" (Bensaude (B.), Stengers (I.), Histoire de la chimie, Paris : La Découverte, 1993). L'un des successeurs de Fourcroy (professeur de 1793 à 1810) est Joseph-Louis Gay-Lussac (professeur de 1832-1850) qui inaugure l'ère de la chimie appliquée. Aussi n'est-ce pas sans raison qu'après la mort de Gay-Lussac la chaire de chimie générale va être transformée en chaire de "chimie appliquée aux corps inorganiques" en 1850, le premier et seul titulaire sera Edmond Frémy auteur de travaux sur la synthèse du rubis et sur la chlorophylle.

3La Convention avait également créé une seconde chaire de chimie issue de la charge de 1695 de "démonstrateur en chimie", celle des "arts chimiques" attribuée à Antoine-Louis Brongniart, dont le prénom n'a pas connu la gloire du nom. En revanche ses successeurs Nicolas Vauquelin (professeur de 1804 à 1829) et Eugène Chevreul (professeur de 1830 à 1889) suivent et consolident une voie ouverte par Fourcroy : celle de la chimie organique. Aussi la chaire des "arts chimiques" prend-elle avec Chevreul le titre de chaire "de chimie appliquée aux corps organisés". Si Vauquelin édite des méthodes toujours utilisées aujourd'hui pour analyser la teneur d'un métal en or et en argent, Le Manuel complet de l'essayeur (1799), il participe avec M.H. Klaproth à l'analyse d'échantillon de guano ramenés par A. von Humbolt en 1804 lors de son voyage au Pérou et met en évidence le rôle trophique pour les végétaux joué par l'azote, le phosphore, le calcium et le potassium. Ces travaux vont conduire au développement d'une "chimie agricole". Chevreul, inventeur de la bougie stéarique, est bien connu pour ses travaux sur les graisses animales ; nous lui devons aussi des réflexions sur la méthode expérimentale : "le raisonnement suggéré par l'observation des phénomènes institue donc des expériences d'après lesquelles on reconnaît les causes d'où ils dépendent, et ce raisonnement constitue la méthode que j'appelle expérimentale, parce qu'en définitive l'expérience est le contrôle, le critérium de l'exactitude du raisonnement dans la recherche des causes ou de la vérité" (Discours au président de la Société d'encouragement de Paris, le 28 janvier 1852).

4"De Fourcroy à Vauquelin, puis Chevreul, se développe donc une tradition d'analyse fine différente de la tradition lavoisienne, et tout aussi importante pour l'industrie" (Bensaude (B.), Stengers (I.), Histoire de la chimie, op. cit.). Fourcroy, Vauquelin et Chevreul trois chimistes du Muséum qui témoignent de l'importance de la chimie au sein du Muséum pendant ce XIXème siècle et d'une pratique expérimentale car ces résultats, analyses, inventions et descriptions de méthodes ne sont que les fruits d'une pratique expérimentale constante.

5Un autre exemple est celui de la physique. La chaire de "physique appliquée aux sciences naturelles" créée en 1838 fut, jusqu'en 1948, occupée par la dynastie des Becquerel. Henri Becquerel, le plus célèbre des quatre successeurs à la chaire de physique, découvre la "radioactivité" naturelle, non pas comme "la légende dorée de la science veut que sa découverte ait été due au hasard" (Rouzé (M.), Les Nobel scientifiques français, Paris : La Découverte, 1988), mais, comme le souligne R. Taton : "par un scrupule qui illustre la rigueur de sa méthode expérimentale" (Taton (R.), Causalité et accidents de la découverte scientifique, Paris : Masson, 1955). Henri Becquerel reçut avec Pierre et Marie Curie le prix Nobel de physique en 1903 pour cette découverte. L'histoire de la radioactivité naturelle de H. Becquerel et des Curie est largement connue. Retenons toutefois que la nobelisation de H. Becquerel, qui fut le seul des professeurs du Muséum à recevoir cette distinction, consacre la pratique expérimentaliste dans cette institution en la plaçant à un niveau que ne pourrons atteindre les pratiques naturalistes.

6Concernant les sciences de la vie, c'est la physiologie qui représente au Muséum la discipline expérimentale. La chaire de physiologie comparée, créée en 1837, est occupée successivement par Frédéric Cuvier puis par Pierre Flourens. Dans ses Recherches expérimentales sur les propriétés et les fonctions du système nerveux dans les animaux vertébrés (1824), Flourens, après avoir passé en revue les méthodes de ses prédécesseurs, poursuit : "ce qui manquait donc, c'était une méthode expérimentale qui, isolant convenablement les parties, en isolât rigoureusement les propriétés. C'est aussi par la recherche d'une telle méthode que j'ai commencé". Le physiologiste isole les parties comme le chimiste décompose les corps pour en connaître les propriétés. Toutefois Claude Bernard ne considère pas Flourens comme un vrai physiologiste mais comme un naturaliste. Claude Bernard lui-même introduit la physiologie avec une véritable méthode expérimentale appliquée aux vivants, au Muséum quand, en 1868, sa chaire de physiologie générale de la Sorbonne y fut transférée en échange de l'ancienne chaire de physiologie comparée de Flourens décédé en 1867. Si cet échange était avantageux pour le Muséum dans le développement de l'expérimentation dans le domaine des sciences de la vie, "cela offrait à Claude Bernard un triple avantage : sa succession à la Faculté des sciences assurée par un disciple fidèle (Paul Bert), un nouveau laboratoire mis à sa disposition au Muséum et une orientation de plus en plus générale de ses recherches et de ses cours mieux justifiée. Désormais, la plupart des investigations sur les gaz du sang et sur l'intoxication oxycarbonée allaient être menées au Muséum et non au Collège de France" (Grmek (M.D.), Raisonnement expérimental et recherches toxicologiques chez Claude Bernard, Genève : Droz, 1973).

7Quant aux zoologistes et botanistes, ils n'ont pas exclu la pratique de processus expérimentaux pour comprendre ou essayer de résoudre certains problèmes concernant leur discipline. Parmi ces problèmes nous pensons à ceux de la préexistence des germes, de la définition de l'espèce et du genre ou de la transmission de caractères héréditaires. Ainsi en est-il d'Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et de ses expériences maladroites sur les œufs de poule, développant plus un concept qu'une pratique expérimentale pour démontrer le bien fondé théorique d'une épigenèse ; du naturaliste Flourens, plus buffonien que jamais, construisant une définition du genre à la suite de ses expériences d'hybridation entre le chien et le chacal ; de Naudin à la recherche d'une loi de l'hybridité chez les végétaux.

8En fin de compte, ces quelques jalons historiques, parmi de nombreux autres possibles, montrent qu'expérimenter au Muséum n'était ni un vain mot ni une vaine pratique.

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540