Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Collecter, observer, classer

Collecte, observation et classification chez René Desfontaines (1750-1833)

Jean-Marc Drouin

Note de l’éditeur

Drouin, J.-M., 1997. Collecte, observation et classification chez René Desfontaines (1750-1833). in : C. Blanckaert et al. (eds). Le Muséum au premier siècle de son histoire : 263-276. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 2 Browne (Janet), “Botany for gentlemen : Erasmus Darwin and the loves of plants”, Isis, no80, 1989, (...)
  • 3 Le caractère inattendu de cet éloge de la méthode naturelle dans la préface d’un poème d’inspirati (...)
  • 4 Deleuze (Joseph Philippe), “Discours préliminaire”, in Darwin (Erasme), Les Amours des plantes : p (...)

1Publié en 1789, Les Amours des plantes d’Erasme Darwin est un exposé poétique du système de Linné où l’imaginaire érotique se mêle à la volonté didactique2. Dix ans plus tard, cette œuvre singulière est proposée au public francophone grâce à Joseph-Philippe-François Deleuze, aide-naturaliste au Muséum, dont le nom évoque pour les amateurs de botanique une belle composée des collines provençales, la Leuzea conifera DC. Le même Deleuze est par ailleurs l’auteur d’une histoire du Muséum publiée en 1823 et de divers écrits sur le magnétisme animal. Sa traduction des Amours des plantes s’ouvre par un “Discours préliminaire” dans lequel il tient à montrer que la marche de la botanique ne s’est pas arrêtée avec le système de Linné. Il loue, sans le nommer, Antoine-Laurent de Jussieu pour avoir réalisé cette méthode naturelle dont Linné n’avait donné qu’une indication3. Toujours en s’imposant la contrainte rhétorique de ne pas citer de nom, il entreprend l’éloge d’un autre botaniste : “il fallait encore qu’un nouvel observateur entrant dans la route qui venait de s’ouvrir, s’y frayât des sentiers ignorés ; que liant la physique végétale à la botanique, il nous montrât dans les plantes, non seulement des corps organisés soumis à des lois constantes, mais des êtres doués, sinon de sensibilité, au moins d’une irritabilité particulière, d’un principe de vie qui leur fait exécuter des mouvements analogues à leurs besoins, qui porte leurs organes à s’attirer, à s’approcher, et assure la conservation des espèces, leurs amours et leur propagation. Il fallait que dans ses leçons, il nous apprit à ne jamais séparer l’étude des caractères qui font reconnaître les plantes, de celles de leurs rapports entr’elles et avec nous, que dans ses écrits, il exposât les phénomènes du règne végétal dans un langage clair et simple, et qui, paré des grâces du sujet, rend l’abord de la science agréable et facile”4.

FIG. 1 - Desfontaines (René, Louiche) 1752 - 1833. Litho par Boilly.

2Un observateur, frayant des sentiers ignorés en liant la physique végétale à la botanique, un maître qui enseigne à ne pas séparer l’identification des espèces végétales de l’étude des rapports qu’elles ont entre elles et avec nous, un écrivain enfin qui rend l’abord de la science agréable et facile : les lecteurs instruits de l’époque ne pouvaient que reconnaître dans ce portrait, sans qu’il soit besoin d’autres précisions, le “professeur de botanique au Muséum”, René Desfontaines.

  • 5 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaine”, A (...)
  • 6 Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines : fondateur de l’herbier du Muséum, la (...)

3Pour certains auteurs, la contribution essentielle de Desfontaines tient dans un mémoire présenté à l’Institut en 1796 sur la différence de structure entre les plantes monocotylédones et les plantes dicotylédones. C’est ce qu’ont pensé au XIXème siècle des naturalistes tels que Cuvier, Candolle, ou Flourens et c’est aussi la position qui a été reprise plus récemment par François Dagognet ou par Jean-François Leroy5. En revanche Auguste Chevalier, qui lui a consacré en 1939 une biographie, au demeurant très documentée, ne voit en lui qu’un voyageur, un organisateur et un pédagogue, sans véritable originalité scientifique6.

4La présente contribution se propose, tout en éclairant quelques points restés jusqu’ici dans l’ombre, de montrer l’inspiration qui donne sens et cohérence à cette œuvre.

Du voyage africain au Jardin du roi

  • 7 Les biographes ne manquent pas de signaler que ce même bourg de Tremblay a vu naître le médecin et (...)
  • 8 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, (...)
  • 9 Ibid., p. 130.
  • 10 Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines..., op. cit., pp. 205-206. Pour l’acte (...)

5René-Louiche Desfontaines est né le 14 février 1750 au village des Fossés dans la paroisse de Tremblay (aujourd’hui en Ille-et-Vilaine)7. La date exacte de sa naissance est restée longtemps inconnue et Augustin-Pyramus de Candolle, lui-même, qui fut son ami et en quelque sorte son disciple, considérait qu’elle ne pouvait être déterminée, les registres de la commune de Tremblay ayant été détruits pendant “les orages de la Révolution”8. Toujours d’après Candolle, l’intéressé lui-même pensait “que ce devait être vers la fin de 1751 ou le commencement de 1752”9. La biographie d’Auguste Chevalier, met fin à cette incertitude — l’acte de baptême s’y trouve même reproduit — et, s’appuyant sur des travaux d’érudits locaux, apporte quelques éclairages sur le milieu social et géographique dont est issu Desfontaines10. Sont ainsi évoqués ses parents, René-Jean Louiche, sieur des Fontaines, et Yvonne Boulmerson, des paysans aisés qui faisaient figure de notables. Le père de Desfontaines était maître-fileur, c’est-à-dire qu’il faisait filer du chanvre par des ouvrières ; il s’occupait de l’administration de la paroisse et du prélèvement des impôts locaux.

6Après l’école villageoise, qui lui avait laissé le plus mauvais souvenir, et le collège de Rennes, où s’était révélé son goût pour les études, il vint à Paris étudier la médecine. Là, il se passionna pour la botanique et fréquenta le Jardin du roi. Il y gagna une protection qui devait être décisive pour sa carrière, celle de Louis-Guillaume Lemonnier, professeur en titre de botanique en même temps que médecin à la cour.

  • 11 Desfontaines ([René]), “Mémoire sur un nouveau genre d’arbre, Atlanthus glandulosa [lu à l’Académi (...)

7En 1782, Desfontaines est reçu docteur en médecine de la Faculté de Paris. L’année suivante il est nommé adjoint-botaniste à l’Académie des sciences. De son activité dans ces années de jeunesse nous possédons une description d’un arbre d’Extrême-Orient, l’Ailante et des observations “sur l’irritabilité des organes sexuels d’un grand nombre de plantes”11. Deux mémoires modestes mais qui marquent bien son double intérêt pour la botanique descriptive et pour ce que nous appellerions aujourd’hui la physiologie qui n’était encore que la physique végétale.

  • 12 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, (...)
  • 13 Flourens (Pierre), “Éloge historique de René Louiche Desfontaines...”, art. cit., p. 184.
  • 14 Peyssonnel ([Jean-André]) et Desfontaines ([René]), Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger,(...)
  • 15 “Voyage de M. des Fontaines, de l’Académie royale des sciences, dans le désert de Tunis, extrait d (...)
  • 16 Bonnet (Edmond), “Lettres écrites par René Desfontaines pendant son exploration de la regence de T (...)
  • 17 Laissus (Yves), “Lettres inédites de René Desfontaines à Louis-Guillaume Le Monnier...”, 91ème Con (...)
  • 18 Drouin (Jean-Marc), Hustache (Catherine), “Trois lettres inédites de René Desfontaines (1750-1833) (...)

8Le tournant décisif de sa carrière et l’une des sources majeures de son œuvre est sans conteste son voyage en Afrique du Nord, entrepris grâce à l’appui de Lemonnier. Ce périple est cependant relativement mal connu et n’a pas manqué de soulever quelques interrogations. D’après Candolle, Lemonnier aurait prêté les journaux de voyage de Desfontaines à Louis XVI qui les auraient égarés12. Flourens présente les choses de manière moins dramatique : une partie des lettres que Desfontaines écrivait régulièrement à Lemonnier et que celui-ci communiquait au roi se seraient perdues13. Il est probable que Desfontaines pensait regrouper après son retour toutes ses lettres en un “voyage” analogue à ceux de Tournefort ou de Peyssonnel constitués eux aussi des missives envoyées à leurs protecteurs. Nous n’avons donc de ce voyage que des fragments, publiés en 1830 dans les Nouvelles annales des voyages puis réédités en 1838 par Dureau de la Malle dans le même volume que le voyage de Peyssonnel14. Il faut y ajouter une lettre du 6 mai 1784, dont de Lalande avait publié un résumé dans le Journal des savants en août 178415. En 1896, Edmond Bonnet a publié quatre lettres adressées à un négociant marseillais16. En s’aidant de toutes ces sources, et en y joignant plusieurs lettres conservées aux archives de l’Académie des sciences, Auguste Chevalier a reconstitué avec assez de vraisemblance et de détails l’essentiel du voyage. D’autre part, parmi les vingt-cinq lettres inédites de Desfontaines étudiées par Yves Laissus en 1966, plusieurs concernent le voyage en Afrique du Nord17. Récemment enfin, Catherine Hustache et moi-même avons retrouvé dans la correspondance adressée par Desfontaines à André Thouin une lettre qui raconte son voyage, sur une frégate anglaise, de la régence de Tunis à celle d’Alger18. À l’aide de tous ces documents, il est possible de reconstituer une chronologie sommaire du voyage.

  • 19 Poiret (Jean-Louis-Marie), Voyages en Barbarie, ou Lettres écrites de l’ancienne Numidie pendant l (...)

9Il part de Marseille le 16 août 1783 et arrive à Tunis le 25 août 1783. Le 22 décembre 1783, il accompagne la caravane du Dey qui part vers le Sud pour prélever l’impôt. Il est de retour à Tunis le 8 avril 1784. Il se rend ensuite à Carthage, Bizerte, Korbous et Zawan, puis voyage le long de la côte tunisienne jusqu’à Sfax. En octobre 1784, il arrive à Alger. Là, comme à Tunis, il exerce sa profession de médecin pour s’attirer les bonnes grâces des autorités. De mai à juillet 1785, il voyage dans la partie occidentale de l’Algérie, jusqu’à Tlemcen. En septembre 1785 il va d’Alger à Constantine et de là à Bône (Annaba) où il rencontre un autre botaniste français, l’abbé Poiret19. En octobre ou novembre, il prend le chemin du retour et débarque à Marseille le 14 novembre 1785.

  • 20 Desfontaines (René), “Mémoire sur quelques nouvelles espèces d’oiseaux des côtes de Barbarie”, Mém (...)

10De son voyage, Desfontaines rapporte un herbier, conservé aujourd’hui au laboratoire de phanérogamie du Muséum, des spécimens d’insectes et des observations dont il tire la substance de plusieurs communications à l’Académie, en particulier une sur “les oiseaux des côtes de Barbarie” et les matériaux d’une flore de l’Afrique du Nord dont il entreprend la rédaction20.

  • 21 Sur cette nomination, cf. Laissus (Joseph), “La Succession de Le Monnier au Jardin du roi : Antoin (...)

11Le 20 avril 1786, Lemonnier ayant démissionné, Buffon, après une véritable passe d’armes épistolaire, accepte de nommer Desfontaines au poste de professeur de botanique du Jardin du roi, Antoine-Laurent de Jussieu occupant le poste de démonstrateur21.

Le mémoire de 1796 et la Flora atlantica

  • 22 Deleuze ([Joseph Philippe]), Histoire et description du Muséum royal d’histoire naturelle, Paris : (...)

12À la création du Muséum, la chaire de “botanique dans le Muséum” est attribuée à Desfontaines, celle de “botanique à la campagne” revenant à Jussieu et celle de culture des végétaux à Thouin. Desfontaines assume sa part de charges administratives, tandis qu’un large public se presse à ses cours que Deleuze en 1827 présente en ces termes : “lors de la nouvelle organisation de l’établissement, M. Desfontaines n’eut rien à changer à la méthode qu’il avait introduite en 1786 ; son cours se compose toujours de deux parties, dont l’une est consacrée à la physique végétale, l’autre à l’exposition des familles, des genres et des espèces les plus intéressantes. Ce cours a lieu trois fois par semaine pendant les mois de mai, juin, juillet et août ; il est généralement suivi par cinq ou six cent élèves”22.

FIG. 2 - Desfontaines (René), Flora atlantica, sive historia plantarum quae in atlante, agro tunetano et algerivensi crescunt., Paris : Blanchon, an VII, t. 1, pl. 116 : Ranunculus millefoliatus/dessin de Marechal, gravure de Sellier.

  • 23 Desfontaines ([René]), “Mémoire sur l’organisation des Monocotylédons, ou plantes à une feuille sé (...)
  • 24 Daubenton ([Louis-Jean-Marie]), “Observations sur l’organisation et l’accroissement du bois”, Mémo (...)
  • 25 D’après Morton, cette conception a été réfutée par Hugo von Mohl dans une étude sur l’anatomie des (...)
  • 26 Desfontaines ([René]), “Mémoire sur l’organisation des Monocotylédons...”, art. cit., pp. 490-491.
  • 27 Ibid., p. 501.

13À l’Institut, qui a succédé aux Académies, et dont il est membre de la Section de botanique et physique végétale, il lit le 11 prairial an IV (30 mai 1796) un mémoire sur l’organisation des monocotylédones, publié ensuite dans La Décade philosophique puis dans les Mémoires de l’Institut23. Il rappelle la distinction entre les plantes dont la graine comporte deux feuilles séminales (ou cotylédons) et celles dont la graine n’en comporte qu’une, évoque les auteurs qui, de Ray à Jussieu, ont adopté cette distinction puis aborde les différences anatomiques entre ces deux types de végétaux. Comparant les palmiers, plantes à un cotylédon, aux arbres de nos régions, dont la graine contient deux cotylédons, il s’attache à montrer la structure différente de leur tige et la met en rapport avec leur mode de croissance tel que l’a décrit un mémoire de Daubenton24. Ainsi alors que les dicotylédones s’accroissent vers l’extérieur par couches successives, les monocotylédones grandiraient par croissance de leurs fibres dont les plus récentes se situeraient à l’intérieur de la tige25. Au passage Desfontaines note que la plupart des monocotylédones ont des feuilles dont “les nervures sont longitudinales et parallèles à la côte du milieu”26. Enfin, il demande qu’on lui accorde le droit d’extrapoler des plantes ligneuses aux plantes herbacées et conclut par ce principe qui assure la liaison de la botanique descriptive à la physique végétale : “les parties extérieures des plantes ne sont en quelque sorte qu’un développement des organes intérieurs. Toutes les fois que les unes présentent des différences remarquables, il est à présumer qu’il en existe pareillement dans les autres”27.

  • 28 Jussieu (Adrien de), Funérailles de M. Desfontaines, Discours de M. Adrien de Jussieu... [et de M. (...)

14En un sens, ce travail n’est pas sans rapport avec son voyage, étant donné le rôle que joue l’anatomie des palmiers dans son argumentation. Sans aller jusqu’à dire avec Adrien de Jussieu que “les palmiers dont M. Desfontaines vivait sans cesse entouré pendant son voyage, lui ont fourni l’une des découvertes les plus heureusement célèbres dans les fastes de la botanique”, ont ne peut nier qu’on trouve dans les “observations sur les plantes économiques qui croissent dans les royaumes de Tunis et d’Alger”, lues à l’Académie en novembre 1787, des remarques sur les fibres et la moelle du palmier dattier28.

  • 29 Desfontaines ([René]), Flora atlantica, sive historia plantarum quae in Atlante, agro Tunetano et (...)
  • 30 “Dès la parution des premiers fascicules, la Flora atlantica dont quatre vingt sept planches furen (...)
  • 31 D’après Quezel (P), Bounaga (P.), “Aperçu sur la connaissance actuelle de la flore de l’Algérie et (...)
  • 32 Cf. par exemple Ephedra fragilis et Stipa tortilis, cités par Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuv (...)

15Plus directement liée à son voyage est la publication de sa Flore de l’Afrique du Nord. L'ouvrage paraît entre 1798 et 1800, sous le titre de Flora atlantica, à entendre dans le sens de flore de l’Atlas ; il comprend quatre volumes, dont deux d’illustrations29. Sur les deux cent soixante et une planches, plus de la moitié sont signées par Pierre-Joseph Redouté ou son frère Henri-Joseph30. Entièrement rédigé en latin et disposé selon le système de Linné, il contient la description de mille cinq cent vingt espèces, dont trois cents environ étaient jusqu’alors inconnues des savants européens31. Certaines de ces espèces nouvelles ont d’ailleurs été retrouvées ensuite dans d’autres pays et figurent aujourd’hui dans les ouvrages sur la flore méditerranéenne32.

16Le mémoire de 1796 sur les monocotylédones et la Flora atlantica, marquent les deux temps forts de l’œuvre de Desfontaines et ses autres publications sont loin d’avoir eu le même retentissement.

  • 33 Desfontaine ([René]), Choix de plantes du Corollaire de Tournefort, publiées d’après son herbier, (...)
  • 34 Pline l’Ancien, Historiae naturalis : libri XXXVII, Paris : Lemaire, 1829, vol. V : Pars quarta co (...)

17Très occupé par l’organisation de l’herbier et de l’école de botanique du Muséum, Desfontaines publie en 1804 un Tableau de l’École de botanique, qu’il complète et réédite en 1815 et en 1829. On retrouve sous son nom dans les Annales du Muséum, de nombreuses descriptions de plantes. En hommage à Tournefort il édite, en les accompagnant de descriptions faites sur l’herbier de celui-ci, des planches dessinées par Aubriet un siècle plus tôt lors de leur voyage en Orient33. Il rédige aussi une Histoire des arbres et arbrisseaux qui peuvent être cultivés en pleine terre sur le sol de la France, livre paru en 1809 et dont le titre traduit bien la finalité pratique. Dans les dernières années de sa vie il collabore — pour la partie botanique — à une édition de Pline l’Ancien34.

18Plusieurs de ces textes confirment son souci constant de diffuser les connaissances botaniques et permettent de dissiper quelques malentendus sur son attitude à l’égard des méthodes de classification.

Entre linnéisme et méthode naturelle

  • 35 Lettre de Desfontaines à Gouan, Paris, le 10 juin 1787, in Audelin (Louise), Les Jussieu : une dyn (...)
  • 36 C’est du moins ce que suggère Candolle pour expliquer son propre échec à l’Académie en 1806 en exp (...)
  • 37 On perçoit cependant un regret dans le compte rendu, par ailleurs très élogieux, de la Flora atlan (...)

19Desfontaines a d’abord marqué une nette préférence pour le système de Linné et une réserve prudente à l’égard de la méthode de Jussieu. Une lettre à Gouan de 1787, citée par Louise Audelin, explique les raisons de son attitude : désireux d’utiliser la méthode d’Antoine-Laurent de Jussieu “par respect pour lui et pour son oncle” il pense cependant que le système de Linné “serait infiniment plus facile et plus commode” pour les débutants “qui n’ont pas assez de connaissances pour pouvoir saisir les rapports souvent très difficiles qu’offre une méthode naturelle”35. Il est probable par ailleurs qu’au sein du Jardin du roi, une certaine rivalité l’opposait à Jussieu36. Cependant, que la Flora atlantica, publiée au tournant du siècle, soit encore disposée selon le système linnéen n’est peut-être pas très significatif dans la mesure où elle repose sur une collecte bien antérieure37.

  • 38 Desfontaines (René), Tableau de l’École de botanique du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris : Bross (...)
  • 39 Desfontaines (René), Histoire des arbres et arbrisseaux qui peuvent être cultivés en pleine terre (...)

20En tout état de cause, dès 1804, il écrit dans l’avertissement qui précède le Tableau de l’École de botanique : “j’ai suivi les familles naturelles de Jussieu, établies depuis un grand nombre d’années dans l’École de botanique, et dont les avantages se font sentir de jour en jour”38. En même temps qu’un catalogue, ce livre, qui donne sur deux colonnes en regard les noms latins et français des différents taxons, pourrait être considéré comme une initiation empirique à la méthode naturelle. Un même souci didactique se retrouve quelques années plus tard dans l’Histoire des arbres et arbrisseaux, dont la préface contient cet avertissement : “j’ai suivi l’ordre naturel établi depuis un grand nombre d’années au Jardin des plantes par M. de Jussieu, parce qu’il m’a paru préférable à une méthode artificielle, qui a toujours le défaut de réunir des objets disparates, et de séparer ceux qui ont la plus grande affinité”39.

  • 40 Davy de Virville (Adrien), Leroy (Jean-François), “Botanique”, in Taton (René) (sous la dir.), His (...)
  • 41 Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit, p. 65.

21On ne peut donc pas souscrire à l’opinion de A. Davy de Virville et J.-E Leroy selon laquelle Desfontaines aurait continué “à adopter la classification de Tournefort”40. Cela confirme en revanche ce que Pascal Duris note sur Desfontaines dans son étude sur les linnéens français41.

  • 42 L’herbier Webb a été légué au Grand duc Léopold II de Toscane et est conservé à l’Université de Fl (...)

22Il est peu probable toutefois que nous puissions déterminer quelle méthode il a utilisé pour classer son herbier personnel dans la mesure ou celui-ci a été acheté en 1834 par le botaniste anglais Philip Barker Webb qui l’a intégré à son propre herbier42.

  • 43 La Décade philosophique, vol. V, no41, 42, 43, vol. VI, no 45, 46, 48, 50, vol. VII, no55, 1795. C (...)

23Tout ceci aide à cerner la conception de la botanique qui anime l’œuvre de Desfontaines et lui donne sens. Mais la clé s’en trouve ailleurs : dans les fragments de son cours publiés par La Décade philosophique43.

Le cours du Muséum

  • 44 Desfontaines (René), “Cours de botanique”, La Décade philosophique, vol. V, no41, 1795, p. 456.
  • 45 Ce que confirme ce que nous savons de sa pratique de la collecte ; cf. Bonnet (Edmond), “Remarques (...)
  • 46 Les critiques à l’emporte-pièce que formule Bory de Saint-Vincent en 1840 dans sa correspondance p (...)
  • 47 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, (...)
  • 48 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Géographie botanique”, in Cuvier (Georges) (sous la dir.), Dictio (...)

24Un des points abordé par Desfontaines dès la leçon introductive est celui de la collecte des plantes. Sans nier Futilité des herbiers et des jardins, Il insiste sur la nécessité pour le botaniste d’aller “au milieu des champs, sur les montagnes, dans les forêts”. Pour justifier cette insistance qu’il illustre par une citation de Fontenelle tirée de l’éloge de Tournefort, Desfontaines argue bien sûr que c’est là le seul moyen de découvrir des espèces nouvelles, mais cette raison évidente est précédée d’une autre, plus subtile : voir les plantes “dans leur état naturel” permet au botaniste de “distinguer les espèces des variétés accidentelles en observant toutes les nuances de leur dégradation”44. Cette deuxième raison, en implique une troisième, implicite : Desfontaines ne parle pas de repérer la concomitance entre la variabilité du milieu et celle du végétal, mais plutôt d’éliminer cette variabilité, pour dégager l’invariance taxonomique. Ce qui revient à dire tout simplement que le programme de collecte de Desfontaines n’est pas encore celui de la géographie botanique45. Dès lors on ne peut pas s’étonner de ce que sa Flora atlantica ne contienne pas les localisations précises que ses successeurs auraient souhaité y trouver46. Candolle note cette lacune qu’il explique en partie par le fait que “l’importance de ces notions n’était sentie de personne en 1784” mais ajoute que cette flore de l’Afrique du Nord a été “la base de l’étude des plantes du bassin entier de la Méditerranée” et a fait naître par là des idées sur la distribution géographique des végétaux47. La formule n’est pas simplement à mettre sur le compte de l’éloge post-mortem. Lorsqu’en 1820 dans l’article “Géographie botanique” du Dictionnaire des sciences naturelles, Candolle définit la notion de région botanique, il précise à propos de la région méditerranéenne : “il est des mers qui semblent avoir moins que les autres arrêté le passage des végétaux ; telle est, par exemple, la mer Méditerranée, qui présente sur ses deux bords une végétation presque semblable : sur mille cinq cent soixante-dix-sept espèces observées par M. Desfontaines en Barbarie, il y en a seulement trois cents environ, soit à peine un cinquième, qui n’aient pas été retrouvées en Europe”48.

  • 49 Pour des références sur Augustin-Pyramus de Candolle et la géographie botanique, cf. Drouin (Jean- (...)

25Entre Desfontaines et Candolle le sens de la collecte s’est déplacé mais le décalage chronologique permet de concilier la différence d’approche avec les possibilités de réutilisations postérieures49.

  • 50 Drouin (Jean-Marc), “Un Savoir utile et attrayant : René Desfontaines et sa conception de la botan (...)

26Le mémoire de 1796 pose un autre problème qu’Augustin-Pyramus de Candolle formule ainsi : pourquoi Desfontaines a-t-il laissé “à d’autres le soin de développer les conséquences de sa découverte” ?50

  • 51 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, (...)
  • 52 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs..., op. cit., p. 414.

27Pour Candolle l’explication est à chercher dans le caractère d’un homme qui “comme effrayé de son propre triomphe, semblait craindre d’avoir fait une trop grande révolution dans la science”51. En d’autres termes et pour reprendre une formule des Mémoires et souvenirs, “la timidité d’esprit de Desfontaines” l’aurait “empêché de suivre aux conséquences de sa grande découverte sur les monocotylédones”52. À qui ne veut pas se satisfaire de cette interprétation purement psychologique, la suite du cours au Muséum, publié par La Décade Philosophique offre un élément de réponse.

  • 53 Desfontaines (René),”Cours de botanique...”, La Décade philosophique, vol. V, no 42, an III [1795] (...)
  • 54 Desfontaines (René), “Mémoire sur l’organisation des Monocotylédons...”, art. cit., pp. 478-502 ; (...)

28Après avoir montré comment la botanique joint l’utile à l’agréable, Desfontaines en vient aux différentes classifications. Il rappelle la distinction entre un système qui repose “sur la considération d’une seule partie”, et une méthode “qui n’a pas pour base un seul principe”. Il marque son admiration pour la méthode de Tournefort, “la plus facile et la plus naturelle qui soit sortie de la main des hommes”, mais critique certaines de ses divisions — en particulier celle entre les “herbes” et les “arbres” — et conseille aux débutants de se tourner vers les méthodes artificielles53. Il aborde ensuite la description des différentes parties de la plante : les racines puis les tiges. Il explique à ce propos comment on peut distinguer les plantes dont la graine ne possède qu’un cotylédon de celles dont la graine en possède deux, par la structure de leur tige et même par le mode de nervation de leurs feuilles, ce qui est déjà — un an plus tôt — l’idée directrice du mémoire de 1796, lequel s’éclaire d’un jour nouveau pour peu qu’on le replace dans le prolongement de son cours54.

  • 55 Ibid.

29Ainsi, l’affirmation, dans le mémoire de 1796, selon laquelle tous les végétaux ont soit un soit deux cotylédons, et que ceux qui paraissent n’en avoir aucun, comme les fougères ou les mousses, ou en avoir plus de deux, comme les conifères, rentrent ou rentreront dans l’une des deux catégories à mesure qu’ils seront mieux observés, prend tout son sens dans le cours : “les végétaux se divisent en deux grandes classes naturelles indépendantes de toute méthode et de tout système, puisque leurs caractères distinctifs sont fondés [...] sur la conformation des parties intégrantes”55.

  • 56 Le malentendu est précoce. Ainsi on peut lire dans le compte rendu, anonyme, du mémoire de 1796 pa (...)

30Là repose le malentendu entre Desfontaines et les défenseurs de la classification par familles naturelles. Ces derniers, Cuvier, Candolle, Adrien de Jussieu, ont voulu voir dans le mémoire sur les monocotylédones une confirmation du principe de la subordination des caractères sur lequel est fondée leur méthode56. Or si Desfontaines cherche à expliquer l’apparence visible de la plante par sa structure anatomique, ce n’est pas pour conforter tel ou tel système ou telle ou telle méthode, mais pour se placer en deçà des controverses sur la classification : la distinction entre les plantes à un ou deux cotylédons est élémentaire au sens où elle est pédagogiquement première — puisqu’elle se reconnaît aisément — en même temps que déterminante dans le mode d’organisation du végétal.

31La classification idéale apparaît ici comme une classification entièrement fondée sur l’observation dans une immédiateté qui ne laisserait place à aucun arbitraire ni à aucune controverse.

32Ainsi, à la lumière de son cours, tout le travail de Desfontaines, que ce soit le voyage en Afrique du Nord, les observations sur la structure des tiges, l’intérêt pour la botanique appliquée, ou la réorganisation de l’herbier du Muséum, apparaissent animés d’une même volonté de rendre la botanique utile et accessible au plus grand nombre en même temps que d’en unifier le champ en liant la physiologie à la systématique. Cette unité profonde de l’œuvre risque de passer inaperçue dans la mesure où le nom de Desfontaines n’est associé ni à une innovation scientifique majeure ni à une œuvre monumentale ; elle n’en est pas moins réelle : la combinaison de la collecte, de l’observation et de la classification, ne relève pas seulement ici des contingences de la biographie mais procède d’une conception d’ensemble de la botanique.

Notes

2 Browne (Janet), “Botany for gentlemen : Erasmus Darwin and the loves of plants”, Isis, no80, 1989, pp. 593-621 ; Becquemont (Daniel), “Erasmus Darwin, médecin et poète (1731-1802)”, Revue des sciences humaines, t. LXIX, no 198, 1985, pp. 9-29 ; Duris (Pascal), Linné et la France : 1780-1850, Genève : Droz, 1993, p. 60.

3 Le caractère inattendu de cet éloge de la méthode naturelle dans la préface d’un poème d’inspiration linnéenne est souligné par Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit, p. 161.

4 Deleuze (Joseph Philippe), “Discours préliminaire”, in Darwin (Erasme), Les Amours des plantes : poèmes en quatre chants, suivis de note et de dialogues sur la poésie, [trad. de l’anglais par Joseph Philippe Deleuze], Paris : Impr. de Digeon, an VIII [1799], pp. 6-7.

5 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaine”, Annales des sciences naturelles, 2ème série, no1, 1834, pp. 129-151 ; Cuvier (Georges), Chimie et sciences de la nature : rapport à l’Empereur [1810], Paris : Bélin, 1989, pp. 174 et 240 ; Flourens (Pierre), “Éloge historique de René Louiche Desfontaines : lu à la séance publique du 11 septembre 1837”, in Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l'Académie des sciences, Paris : Garnier frères, 1856-1862, pp. 177-205 ; Dagognet (François), Le Catalogue de la vie, Paris : PUF, 1970, pp. 61-63 ; Leroy (Jean-François), La Botanique au Jardin des plantes, Paris : [s.n.], 1971, pp. 16-21.

6 Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines : fondateur de l’herbier du Muséum, la carrière d’un savant sous la Révolution, Paris : éd. du Muséum, 1939, p. 6. L'interprétation de Chevalier est admise et amplifiée dans Brahimi (Denise), Voyageurs français du XVIIIème siècle en Barbarie, [Thèse de l’Université de Paris III], Lille : Atelier de reproduction des thèses, 1976, 755 p.

7 Les biographes ne manquent pas de signaler que ce même bourg de Tremblay a vu naître le médecin et anatomiste Exupère-Joseph Bertin (1712-1781).

8 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, art. cit., p. 129.

9 Ibid., p. 130.

10 Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines..., op. cit., pp. 205-206. Pour l’acte de baptême, Chevalier indique en note : “communiqué par Mme Henry-René Louiche-Desfontaines et provenant du greffe du tribunal de Fougères”. Pour ce qui concerne les origines familiales et l’histoire locale, il donne comme source principale de son information l’abbé Forget, supérieur du pensionnat Saint-Étienne à Rennes, dont l’oncle, curé de Tremblay, avait rassemblé une masse de documents et de témoignages oraux sur la paroisse.

11 Desfontaines ([René]), “Mémoire sur un nouveau genre d’arbre, Atlanthus glandulosa [lu à l’Académie des Sciences en 1782]”, Mémoires de l’Académie des sciences 1786, 1789, pp. 265-271 ; “Mémoire sur l’irritabilité des organes sexuels d’un grand nombre de plantes [lu à l’Académie des Sciences en 1783]”, Mémoires de l’Académie des sciences 1787, 1789, pp. 468-480. Pour une liste détaillée des publications de Desfontaines, cf. Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines..., op. cit., pp. 174-178.

12 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, art. cit., p. 136.

13 Flourens (Pierre), “Éloge historique de René Louiche Desfontaines...”, art. cit., p. 184.

14 Peyssonnel ([Jean-André]) et Desfontaines ([René]), Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger, [publiés par Dureau de la Malle], Paris : Gide, 1838, 2 vol.

15 “Voyage de M. des Fontaines, de l’Académie royale des sciences, dans le désert de Tunis, extrait de M. de La Lande”, Journal des savants, 1784, pp. 554-562.

16 Bonnet (Edmond), “Lettres écrites par René Desfontaines pendant son exploration de la regence de Tunis (1783-1784)”, Association Française pour l’Avancement des Sciences (AFAS), 25ème session, Carthage, 1896, pp. 434-439.

17 Laissus (Yves), “Lettres inédites de René Desfontaines à Louis-Guillaume Le Monnier...”, 91ème Congrès national des Sociétés savantes, Rennes, 1966, t. 1, pp. 153-169.

18 Drouin (Jean-Marc), Hustache (Catherine), “Trois lettres inédites de René Desfontaines (1750-1833)”, en préparation.

19 Poiret (Jean-Louis-Marie), Voyages en Barbarie, ou Lettres écrites de l’ancienne Numidie pendant les années 1785 et 1786 sur la religion, les coutumes et les mœurs des Maures et des Arabes-Bédouins ; avec un Essai sur l'histoire naturelle de ce pays, Paris : J.B.E Née de la Rochelle, 1789, t. 1, pp. 146-152, cité par Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines…, op. cit., p. 64. Après avoir abandonné l’état ecclésiastique pendant la Révolution, Poiret (1755-1834), a enseigné l’histoire naturelle à l’École centrale de l’Aisne. Outre la continuation de l’ouvrage de Lamarck (Jean-Baptiste), Dictionnaire encyclopédique de botanique, Paris : Hôtel de Thon, 1789, on lui doit plusieurs ouvrages, dont une Histoire philosophique, littéraire, économique des plantes de l’Europe, Paris : Lagrange et Verdière, 1825-1829, 7 vol.

20 Desfontaines (René), “Mémoire sur quelques nouvelles espèces d’oiseaux des côtes de Barbarie”, Mémoires de l’Académie des sciences 1787, 1789, pp. 496-505 et pl. X-XVI.

21 Sur cette nomination, cf. Laissus (Joseph), “La Succession de Le Monnier au Jardin du roi : Antoine-Laurent de Jussieu et René-Louiche Desfontaines”, 91ème Congrès national des Sociétés savantes..., op. cit., pp. 137-152.

22 Deleuze ([Joseph Philippe]), Histoire et description du Muséum royal d’histoire naturelle, Paris : Royer, 1823, pp. 139-140.

23 Desfontaines ([René]), “Mémoire sur l’organisation des Monocotylédons, ou plantes à une feuille séminale”, [lu le 11 prairial an IV], Mémoires de l’Institut, 1ère classe, t. 1, 1796, pp. 478-502 ; La Décade, vol. XI, no 5, 1796, pp. 257-266 et no 6, pp. 321-328.

24 Daubenton ([Louis-Jean-Marie]), “Observations sur l’organisation et l’accroissement du bois”, Mémoires de l’Académie des sciences 1790, an V [1797], pp. 665-675. Daubenton comme Desfontaines se réfèrent aux observations d’Engelbert Kempfer sur les palmiers (1712).

25 D’après Morton, cette conception a été réfutée par Hugo von Mohl dans une étude sur l’anatomie des Palmiers publiée en 1831 : Morton (A.G.), Hi story of botanical science, London : Academic Press, 474 p. Peter F Stevens, dans une communication personnelle, souligne lui aussi la caducité de la théorie de Desfontaines sur le mode de croissance.

26 Desfontaines ([René]), “Mémoire sur l’organisation des Monocotylédons...”, art. cit., pp. 490-491.

27 Ibid., p. 501.

28 Jussieu (Adrien de), Funérailles de M. Desfontaines, Discours de M. Adrien de Jussieu... [et de M. de Mirbel] 18 novembre 1833, Paris : Firmin Didot frères, [s.d.], pp. 1-7 ; même idée chez Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, art. cit., p. 138 et chez Flourens (Pierre), “Éloge historique de René Louiche Desfontaines...”, art. cit., p. 182 ; Desfontaines ([René]), “Observations sur les plantes économiques qui croissent dans les royaumes de Tunis et d’Alger...”, Nouvelles annales des voyages, 2ème série, no 17, 1830, pp. 321-359, sur la tige des Palmiers cf. pp. 344 sq.

29 Desfontaines ([René]), Flora atlantica, sive historia plantarum quae in Atlante, agro Tunetano et Algeriensi crescunt, Paris : Desgranges, an VI - an VIII, 3 vol.

30 “Dès la parution des premiers fascicules, la Flora atlantica dont quatre vingt sept planches furent gravées d’après des dessins de Pierre-Joseph et soixante et une d’après des dessins d’Henri-Joseph, connut un grand succès de bibliophilie” : Lawalree (Henri), Pierre-Joseph Redouté, catalogue réalisé par le CACEF et le Centre d’action culturelle de la communauté française de Belgique à Paris, p. 10.

31 D’après Quezel (P), Bounaga (P.), “Aperçu sur la connaissance actuelle de la flore de l’Algérie et de la Tunisie”, in La Flore du Bassin méditerranéen : Colloque international, Montpellier, 1974, Paris : C.N.R.S., 1975, pp. 125-130, la flore de ces deux pays est aujourd’hui évaluée à trois mille trois cents espèces. Ces deux auteurs mentionnent d’ailleurs Desfontaines, “précurseur audacieux” et sa Flora atlantica. Les récoltes et les observations de Desfontaines peuvent aussi intéresser l’ethnobotaniste : cf. Aubaile-Sallenave (F.), “Les Collections des naturalistes orientalistes comme source de connaissance pour l’ethnoscience arabe”, Al Qantara, vol. XIV, no1, 1993, pp. 89-108.

32 Cf. par exemple Ephedra fragilis et Stipa tortilis, cités par Chevalier (Auguste), La Vie et l’œuvre de René Desfontaines..., op. cit., p. 145, et que l’on retrouve dans Polunin (Oleg) et Huxley (Anthony), Fleurs du Bassin méditerranéen, [adapté par G.G. Aymonin], Paris : Fernand Nathan, 1967.

33 Desfontaine ([René]), Choix de plantes du Corollaire de Tournefort, publiées d’après son herbier, et gravées sur les dessins originaux d’Aubriet, Paris : Levrault, 1808, 92 p. + 70 pl.

34 Pline l’Ancien, Historiae naturalis : libri XXXVII, Paris : Lemaire, 1829, vol. V : Pars quarta continens rem herbariam curante L. Desfontaines [Livres 12 à 16]. Cette édition est citée dans l’introduction de l’édition Budé par E. Ernout, cf Pline l’Ancien, Histoire naturelle : livre XII, [texte établi, trad. et commenté par Alfred Ernout], Paris : les Belles Lettres, 1949, p. 9 (Collection des Universités de France).

35 Lettre de Desfontaines à Gouan, Paris, le 10 juin 1787, in Audelin (Louise), Les Jussieu : une dynastie de botanistes au XVIIIème siècle (1680-1789), Paris : École nationale des Chartes, 1987, p. 491. Cette lettre est également citée par Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit., pp. 64-65.

36 C’est du moins ce que suggère Candolle pour expliquer son propre échec à l’Académie en 1806 en expliquant que Jussieu comme “ennemi caché de Desfontaines” voulait écarter un de ses élèves : Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs de Augustin-Pyramus de Candolle écrit par lui-même et publiés par son fils, Genève : J. Cherbuliez, 1862, p. 185.

37 On perçoit cependant un regret dans le compte rendu, par ailleurs très élogieux, de la Flora atlantica dans le Bulletin de la Société philomathique, t. II, frimaire an VII, pp. 165-167 : “l’auteur a cru devoir exposer ses nombreuses découvertes en suivant le système de Linnaeus”.

38 Desfontaines (René), Tableau de l’École de botanique du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris : Brosson, 1804, p. V.

39 Desfontaines (René), Histoire des arbres et arbrisseaux qui peuvent être cultivés en pleine terre sur le sol de la France, Paris : Brosson, 1809, t. 1, p. VI.

40 Davy de Virville (Adrien), Leroy (Jean-François), “Botanique”, in Taton (René) (sous la dir.), Histoire générale des sciences, Paris : PUF, 1969, t. II, p. 685. Cf. aussi Davy de Virville (Adrien), Histoire de la botanique en France, Paris : Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954, p. 82.

41 Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit, p. 65.

42 L’herbier Webb a été légué au Grand duc Léopold II de Toscane et est conservé à l’Université de Florence. Cf. Steinberg (Carlo H.), “The Collectors and collections in the Herbarium Webb”, Webbia, no32, 1977, pp. 1-49.

43 La Décade philosophique, vol. V, no41, 42, 43, vol. VI, no 45, 46, 48, 50, vol. VII, no55, 1795. Cf. Drouin (Jean-Marc), ‘L'Histoire naturelle à travers un périodique : La Décade philosophique”, in Corvol (Andrée) (sous la dir.), La Nature en révolution (1750-1800), Paris : L'Harmattan, 1993, pp. 175-181 et 227.

44 Desfontaines (René), “Cours de botanique”, La Décade philosophique, vol. V, no41, 1795, p. 456.

45 Ce que confirme ce que nous savons de sa pratique de la collecte ; cf. Bonnet (Edmond), “Remarques sur quelques plantes indiquées en Tunisie par Desfontaines et qui n’y ont pas été récemment retrouvées”, Association Française pour l’Avancement des Sciences (AFAS), 25ème session, Carthage, 1896, pp. 365-374.

46 Les critiques à l’emporte-pièce que formule Bory de Saint-Vincent en 1840 dans sa correspondance procèdent certes du désir de faire briller par contraste la Commission scientifique de l’Algérie, elles n’en sont pas moins significatives : cf. Lauzun (Philippe), Correspondance de Bory de Saint-Vincent, Agen : Maison d’éd. et impr. moderne, 1908, pp. 334-335 et Bonnet (E.), “Deux lettres de Bory de Saint-Vincent”, Bulletin de la Société botanique de France, 4ème série, t. IX, 1909, p. XCVIII.

47 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, art. cit., p. 139.

48 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Géographie botanique”, in Cuvier (Georges) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg : Levrault, 1816-1830, vol. XVIII, p. 405.

49 Pour des références sur Augustin-Pyramus de Candolle et la géographie botanique, cf. Drouin (Jean-Marc), L'Écologie et son histoire : réinventer la nature, [1ère éd. 1991], Paris : Flammarion, 1993, pp. 57 sq. Sur la question de la définition de la région méditerranéenne, cf. Bourguet (Marie-Nœlle) et al. (sous la dir.) L'Invention de la Méditerranée : Égypte, Morée, Algérie, à paraître.

50 Drouin (Jean-Marc), “Un Savoir utile et attrayant : René Desfontaines et sa conception de la botanique”, in Scientifiques et sociétés pendant la Révolution et l’Empire : 114ème Congrès national des Sociétés savantes, Paris, 1989, Paris : C.T.H.S., 1990, pp. 229-240.

51 Candolle (Augustin-Pyramus de), “Notice historique sur la vie et les travaux de M. Desfontaines”, art. cit.

52 Candolle (Augustin-Pyramus de), Mémoires et souvenirs..., op. cit., p. 414.

53 Desfontaines (René),”Cours de botanique...”, La Décade philosophique, vol. V, no 42, an III [1795], pp. 513-520. Ce texte permet de comprendre pourquoi Desfontaines admire la classification de Tournefort sans que cela l’empêche d’utiliser celles de Linné ou de Jussieu.

54 Desfontaines (René), “Mémoire sur l’organisation des Monocotylédons...”, art. cit., pp. 478-502 ; ce mémoire avait été lui aussi publié dans La Décade philosophique, vol. XI, no5 et no6, 1796.

55 Ibid.

56 Le malentendu est précoce. Ainsi on peut lire dans le compte rendu, anonyme, du mémoire de 1796 par la Société philomathique : “cette découverte confirme ainsi une des bases principales de la méthode de Jussieu”, Bulletin des sciences de la Société philomathique, t. 1, 1796, pp. 105-107. Sur Jussieu et la systématique, voir Stevens (Peter F), The Development of biological systematics, Antoine-Laurent de Jussieu, nature and the natural System, New-York : Columbia University Press, 1994, XXIII-616 p.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Desfontaines (René, Louiche) 1752 - 1833. Litho par Boilly.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 2 - Desfontaines (René), Flora atlantica, sive historia plantarum quae in atlante, agro tunetano et algerivensi crescunt., Paris : Blanchon, an VII, t. 1, pl. 116 : Ranunculus millefoliatus/dessin de Marechal, gravure de Sellier.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540