Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Collecter, observer, classer

Antoine-Laurent de Jussieu et le système naturel : comment subdiviser une nature sans articulations

Peter Francis Stevens

Note de l’éditeur

Stevens, P. F., 1997. Antoine-Laurent de Jussieu et le système naturel : comment subdiviser une nature sans articulations. in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 241-262. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

Je remercie Alain Cuerrier pour ses utiles remarques sur le manuscrit.

1Pour comprendre l’histoire de la systématique aux XIXème et XXème siècles, il faut d’abord apprécier la manière dont les naturalistes de la fin du XVIIIème siècle envisageaient la nature. La première des méthodes naturelles d’Antoine-Laurent de Jussieu est basée sur le principe de la continuité : il n’existe ni lacune dans la nature, ni groupe d’organismes nettement séparé et sans intermédiaire. Des groupes comme les Composées, mentionnées dans l’introduction de son Genera plantarum de 1789, illustrent bien cette conception de la nature. Faisant partie du continuum de la vie, ils montraient le fonctionnement de la première méthode, l’élaboration ou la synthèse progressive de la nature, mais n’étaient ni des familles exigeant une reconnaissance formelle, ni des groupes nettement séparés les uns des autres. Les prescriptions de Jussieu pour la reconnaissance des rapports et des groupements entre taxa sont conformes à sa conviction, souvent exprimée, de l’existence d’une continuité (avec des subdivisions), et les intermédiaires ou les nuances qui estompaient les limites de ses groupes de végétaux étaient autant de preuves du succès de sa méthode. La seconde méthode de Jussieu, qu’il ne développa jamais en détail, est plus analytique. Quoique Cuvier, à ses débuts, ait subi l’influence des idées de Jussieu sur la continuité et ait reconnu ces deux méthodes, il donna par la suite plus d’importance à la seconde (qu’il appelle la subordination des caractères), aux embranchements et même aux types. Les botanistes postérieurs à Jussieu développèrent le même système “naturel”, mais finirent par croire à une nature constituée de groupes plus ou moins nettement séparés. Le fait qu’ils suivaient la pratique de Jussieu dans la première de ses méthodes engendra des contradictions de plus en plus importantes au sein de la discipline ; les classifications devinrent, en grande partie, des conventions dont les liens avec la nature, telle qu’on en vint à la comprendre au XXème siècle, étaient imprécis.

  • 2 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum, secundum ordinales naturales disposita..., Paris : (...)
  • 3 Voir par exemple Saint-Hilaire (A.-F.-C.-P. de), “Sur la série linéaire des plantes polypétales, et (...)
  • 4 Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary France, Ma (...)
  • 5 Daudin (Henri), De Linné à Lamarck : méthodes de la classification et idée de série en botanique et (...)
  • 6 Foucault (Michel), “La Situation de Cuvier dans l’histoire de la biologie”. Revue d’histoire des sc (...)
  • 7 Stevens (Peter F), “Haüy and A.-P. de Candolle : crystallography, botanical systematics and compara (...)

2Antoine-Laurent de Jussieu, qui vécut de 1748 à 1836, fut le second directeur du Muséum tel qu’il fut reconstitué à la fin du XVIIIème siècle et il en réorganisa également la bibliothèque au cours de la Révolution. Cela serait en soi une raison suffisante pour parler de lui ici, alors que le Muséum aborde son troisième siècle d’existence. Mais tous les botanistes connaissent Jussieu en tant que fondateur (ou co-fondateur) de la méthode naturelle ou du système naturel pour les végétaux. La priorité conservée pour les noms de famille est effective à partir de la publication de son Genera plantarum (1789)2 et son œuvre est à la base de la classification actuelle des genres en familles et des familles en ordres et en classes3. De nombreux zoologistes savent également qu’il est lié à la première période du développement des idées de Cuvier4. Cependant, l’étude d’Henri Daudin, excellente quoique vieillie, demeure la meilleure réflexion sur la théorie de Jussieu, même si elle n’analyse pas sa pratique5 ; Michel Foucault a également fait des remarques pertinentes sur l’œuvre de Jussieu dans une discussion avec François Dagognet6. On a très peu écrit, que ce soit sur l’œuvre de Jussieu en particulier, ou sur la systématique en général, dans la première partie du XIXème siècle7 et nous ne savons toujours pratiquement rien sur les systématiciens et les systèmes naturels en botanique dans le siècle qui suivit la parution de Genera.

  • 8 L'étude classique de la continuité, en tant qu’élément des idées classiques sur l’arrangement de la (...)
  • 9 Voir par exemple Hempel (Carl Gustav), Aspects of scientific explanation and other essays in the ph (...)

3Je résume ici très sommairement la théorie et la pratique de Jussieu en systématique, en considérant le niveau du genre et au-dessus (les familles ou ordres et les classes) chez les plantes à fleurs. Je montrerai que Jussieu croyait fermement à la continuité, à l’absence de lacune dans la nature8, et qu’il ne produisit pas une classification au sens strict du terme, mais bien plutôt un arrangement ou une organisation9. En outre, il est clair que non seulement sa théorie, mais aussi des détails de sa pratique, comme la délimitation, l’arrangement et le classement des groupes, sont conformes à cette conviction. Cela a d’importantes conséquences sur notre compréhension actuelle de la nature, ainsi que sur l’histoire de la systématique, des institutions qui lui sont consacrées telles que le Muséum, et sur l’histoire de la science en général.

  • 10 Stevens (Peter F), The Development of biological systematics : Antoine-Laurent de Jussieu, nature a (...)
  • 11 Buffon (Georges-Louis de), Daubenton (Louis-Marie), Lacepède (Bernard de), Histoire naturelle génér (...)
  • 12 Voir Queiroz (K. de), “Systematics and the Darwinian revolution”, Philosophy of science, no 55, 198 (...)
  • 13 Rey (Roselyne), “Aspects du vocabulaire de la classification dans l’Encyclopédie”, Histoire du voca (...)

4Mes remarques sur Jussieu sont tirées d’une étude plus approfondie10 qui n’est elle-même qu’une première étape dans la compréhension de son œuvre et de celle de ses successeurs. Je dois ignorer ici de nombreuses questions que j’y aborde, mais il me faut mentionner brièvement le langage de la systématique. Jussieu serait peut-être étonné de m’entendre parler de systématique. Après tout, il proposait une méthode (ou, comme nous allons le voir, deux méthodes), et “l’esprit de système” était moribond dans les années 1780 (“l’esprit systématique” était un terme moins déprécié). De nombreux naturalistes furent amenés à établir une distinction entre système et méthode. Le système de Linné, basé sur la sexualité, représentait une approche analytique envisageant l’inventaire de la nature de haut en bas, c’est-à-dire commençant par de grands groupes pour les subdiviser progressivement et il n’utilisait qu’un petit nombre de caractères. Ce système était considéré utile pour déterminer ou identifier des organismes, mais en dehors de cela il en vint à représenter tout ce qui était mauvais ; il ne reflétait pas la nature, mais était artificiel. Inversement, la méthode, c’est-à-dire une approche synthétique procédant de bas en haut, commençant par les espèces pour former des groupes de plus en plus grands et s’appuyant sur de nombreux caractères, était nécessairement bonne et reflétait la nature11. Toutefois, on appelle habituellement systématiciens ceux qui classifient les végétaux selon la méthode naturelle12. Mais ce n’est pas seulement le mol système qui a changé de sens. Un grand nombre des termes utilisés aujourd’hui en systématique était également utilisé par Jussieu, mais nous ne pouvons être sûrs qu’ils avaient pour lui les mêmes connotations qu’ils ont pour nous13. Je dois vous demander de laisser ici de côté vos idées sur les classifications biologiques. Pendant que je vous décris la méthode de Jussieu, oubliez que les classifications biologiques actuelles représentent des taxa plus ou moins nettement séparés, hiérarchiquement liés les uns aux autres, oubliez aussi l’idée que les groupes puissent avoir des types ou des essences. Quoique Jussieu ait décrit des genres, des familles (qu’il appelait des ordres) et des classes, ces taxa avaient pour lui un statut ontologique très différent de celui qu’ils peuvent avoir pour nous.

FIG. 1 - Page de titre de Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum secundum ordines naturales disposita..., Turici helvetorum : Ziegleri et filiorum, 1791.

Jussieu et la méthode

  • 14 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. XXXV (les italiques sont dans l’or (...)
  • 15 Linné (Carl von), Philosophia botanica in qua explicantur fundamenta botanica : cum definitionibus (...)

5Les deux méthodes de Jussieu, ou ses deux manières de mettre à jour et de traiter les rapports au sein du monde naturel, sont résumées dans le Tableau 1. Elles étaient fondées sur une ferme conviction de la continuité de la nature. Comme il l’écrivait dans Genera plantarían : “cet arrangement longtemps désiré, de loin supérieur à tous les autres, le seul véritablement uniforme et simple, se conformant toujours à la loi des affinités, est la méthode dite naturelle, qui relie toutes les sortes de plantes par un lien ininterrompu, et procède graduellement du simple au complexe, du plus petit au plus grand en une série continue, telle une chaîne dont les maillons représentent autant d’espèces et de groupes d’espèces, ou telle une carte géographique où les espèces, comme des régions, sont distribuées par territoires, provinces et royaumes”14. Cette citation évoque trois des éléments de son approche : la continuité, la formation de groupes de taille croissante et leur arrangement en une série allant du plus simple au plus complexe. Jussieu ne changea jamais d’avis sur les points essentiels de sa méthode et se fit, presque jusqu’à la fin, l’écho de la formule de Linné : “natura non facit saltus”15.

Théorie 1 :
1. Synthèse, l’élaboration progressive de groupes.
2. Les groupes reconnus en tant qu’exemples de l’ordre naturel.
3. Subdivision de l’ordre naturel et attribution de caractères constants aux groupes reconnus - mais ces deux éléments ont uniquement un but pratique.

Théorie 2 (mais pas élaborée en détail) :
1. Un certain lien entre les caractères au niveau du développement et de la fonction.

Pratique 1 :
1. Arrangement général du plus simple au plus complexe.
2. Limites à la taille des groupes : plus de deux, moins de cent.
3. Les caractères forment une chaîne de variations, mais souvent ne servent pas à caractériser les groupes.

Pratique 2 :
1. Examen de l’arrangement existant (constitué par la pratique (1)).
2. Prise en compte en premier des caractères les plus importants (ceux qui distinguent les principaux groupes taxinomiques).

Note : La théorie et la pratique concordent grandement et sont compatibles avec la continuité.

Note : Méthode liée à la subordination des caractères et des fonctions. Plus compatible avec un monde discontinu ? Une explication du schéma systématique, ou un moyen de constituer des rapports et des taxa ?

Tableau 1. Principaux éléments des “méthodes naturelles" d’Antoine-Laurent de Jussieu.

La première méthode

  • 16 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre des plantes adopté dans les démonstrati (...)
  • 17 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. XXXIV-XLII.
  • 18 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., pp. 178-179 ; Jussieu ( (...)
  • 19 Bentham (George), Labiatarum genera et species, Londres : James Ridgway and sons, 1832-1836, p. XLV (...)
  • 20 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. 166-192.

6En théorie, l’approche générale de Jussieu était synthétique, c’est-à-dire qu’elle allait du particulier au général16. Comme il le faisait remarquer, la même loi qui rassemblait tous les individus similaires au sein d’une même espèce déterminait également l’union des espèces semblables en genres, puis en familles, et même en classes17. La continuité était partout présente dans la nature, qui elle-même fournissait les grandes lignes de la procédure à suivre, puisqu’il existait des groupes que tous les naturalistes avaient reconnus. Jussieu mentionnait alors les Graminées (les herbes), les Liliacées (les lis), les Composées (la chicorée et les plantes apparentées), les Ombellifères (les carottes), les Labiées (les menthes), les Crucifères (les choux) et les Légumineuses (les pois et les haricots), des groupes qui avaient tous été délimités plus ou moins précisément dans les travaux de John Ray (par exemple) un siècle auparavant18. Dans un grand nombre de ces groupes, Jussieu observait qu’il était très difficile de distinguer les genres les uns des autres, comme il convenait à une nature continue19. On ne saurait trop insister sur le fait que pour Jussieu, ces groupes étaient des exemples d’un ordre naturel continu et non des familles nettement séparées. Ainsi, dans le texte de Genera plantarum, divisait-t-il les Composées en trois ordines naturales, ou familles, les Chicoracées, les Cinarocéphales et les Corymbifères20.

  • 21 Ibid., p. XVIII.
  • 22 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., pp. 196-197.
  • 23 Gaertner (Joseph), De fructibus et seminibus plantarum..., Stuttgart : l’Auteur ; Tübingen : Schram (...)
  • 24 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., p. 196.
  • 25 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Sur les rapports existants entre les caractères des plantes, et leur (...)

7Jussieu prenait essentiellement en compte la morphologie externe dans l’élaboration de ses groupes. Cependant, ses idées sur ce point ne sont pas toujours claires. Il pensait que les caractères au sens strict, par opposition aux différences, étaient liés d’une certaine façon à la structure interne de la plante, à son développement, à son organisation ; les différences étaient plus superficielles dans tous les sens du terme21. Les caractères jouaient aussi un rôle dans l’économie de la plante, et il pensait que les botanistes comprenaient les fonctions des végétaux22. Les différences se basaient sur les traits extérieurs, et avaient une importance moindre, sauf si elles étaient liées aux caractères, mais Jussieu n’établit pas de distinction cohérente entre les deux. Quoique l’insistance sur les caractères semble sous-entendre une connaissance détaillée de l’anatomie des plantes, Jussieu se montre là encore ambigu. Il avait, tout comme son contemporain et collègue à distance Joseph Gaertner, examiné de façon assez détaillée la structure des graines et des fruits (la distinction entre graine et fruit différait à l’époque de Jussieu de celle que nous établissons de nos jours)23. C’est là l’équivalent de l’anatomie générale et comparée en zoologie ; la graine doit être disséquée et les structures mises à jour ; une loupe est utile, parfois essentielle dans cette entreprise. Néanmoins, Jussieu pensait que les botanistes avaient de la chance parce que leurs caractères étaient en fait externes et leur rang dans “l’économie végétale” bien connu24. En tout état de cause, il convenait d’utiliser tous les traits distinctifs, même si ceux de la fleur et du fruit étaient prioritaires, la graine en particulier contenant la jeune plante en miniature25 et la plupart des observations de Jussieu, à part celles sur la graine, portaient sur la forme externe.

  • 26 Ibid., p. XXXVII : “Genus inde constituitur, specierum similium congeneries, cujus tarnen nulla tra (...)

8La série naturelle ayant été assemblée, elle était ensuite subdivisée en groupes de taille convenable. “On en constitue alors un genre, un groupement d’espèces semblables, dont on ne donne néanmoins pas de définition exacte ni de principe de construction précis, en particulier dans la méthode naturelle. Si ce principe existe, il diffère fortement de ce qui se fait en systématique. Il n’assigne pas de limite stricte aux genres mais préserve les affinités, et relie ainsi toutes les espèces dans une relation impalpable ; puis, afin de structurer la science, il les regroupe au moyen de divisions quasi-arbitraires en genres distincts, enrichis à loisir d’un grand ou d’un petit nombre d’espèces, et qui sont appelés véritablement naturels lorsqu’ils ne séparent pas les espèces apparentées et ne dérangent pas l’ensemble de la série”26.

9Notons que naturel signifie ici à la fois que les espèces d’un même genre sont apparentées entre elles et qu’elles sont apparentées aux autres genres, les deux aspects étant également importants.

  • 27 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., p. 179. Les italiques s (...)
  • 28 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., p. LVI ; “Mémoire sur le Loasa, genre (...)

10Les groupements de Jussieu étaient des morceaux de nature de taille pratique, auxquels étaient attribués des traits distinctifs. Il soulignait le fait que ses groupements possédaient des caractères constants : “tout caractère qui varie dans le particulier ne peut avoir de valeur dans le général”27. Les groupes avaient des “définitions”, puisque les caractères des membres qui les composaient étaient généralisés28, c’est-à-dire que les traits communs des membres qui en faisaient partie constituaient la description du groupe, au lieu d’être répétés dans la description de chacun de ces membres. Jussieu construisait des groupes dans le but, pourrions-nous dire, de permettre l’accès à l’information. Mais, comme il le faisait remarquer, toutes les espèces étaient rattachées par un lien imperceptible ; les limites entre elles étaient “quasi-arbitraires” ; l’intégrité de l’ensemble était le point le plus important, les divisions n’étant là que pour ordonner la science. En réalité, la nature étant continue, la taille du groupe n’influait nullement sur son caractère naturel. Aucun groupe n’était naturel si on le considérait du point de vue de ses limites, à la différence de son contenu. Il n’y avait pas de frontières, la nature étant continue, et tout au plus le botaniste pouvait-il espérer inclure dans ses taxa des parties adjacentes du continuum de la vie, et ajuster à sa convenance la taille de ces taxa.

Comment tout cela se réalisait-il en pratique ?

  • 29 Voir par exemple Gray (Asa), The Botanical text-book, New York : Wiley and Putnam, 1842, p. 196.

11D’une part, l’arrangement général de Genera plantarum prend la forme d’une série allant du plus simple au plus complexe. Ainsi Jussieu commença-t-il par les Acotylédones, les végétaux les plus simples, n’ayant pas de pétale et généralement pas de fleur, en tout cas pas de fleur avec sépales et pétales ; il passa ensuite aux Monocotylédones (graines avec un seul cotylédon ; fleurs n’ayant que des sépales), puis aux Dicotylédones, les plus complexes (deux cotylédons ; les fleurs ayant des sépales et des pétales). On a cependant fait remarquer par la suite29 que cette structure linéaire pourrait être transformée en cercle : dans la toute dernière famille des Dicotylédones, Jussieu incluait le Juniperus et d’autres plantes désormais classées dans les Conifères et dont les feuilles et les organes porteurs de spores présentent des ressemblances superficielles avec ceux de plantes comme l’Equisetum (la prèle), qu’il classait dans les Acotylédones.

  • 30 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. L-LIII.

12D’autre part, Jussieu imposait des contraintes sévères à la taille de ses taxa. Aucun ne devait comprendre moins de deux sous-groupes, sans quoi il serait impossible de généraliser leur caractère. Ainsi aucune des familles qu’il reconnaissait dans Genera plantarum ne comporte-t-elle moins de deux genres, les Cactées, par exemple, comprenant Cactus et Ribes. Ces deux espèces semblent mal assorties, mais certaines espèces de Ribes (cassis) peuvent avoir des épines, comme le genre Cactus, et les deux genres comportent des fleurs dans lesquelles les étamines s’insèrent au-dessus de l’ovaire et des fruits charnus avec plusieurs graines. Quoique les Aristolochiacées aient été isolées dans une classe à part, cela ne constitue pas réellement une exception car Jussieu admettait volontiers avoir eu recours à des caractères artificiels pour former ses classes30.

  • 31 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Mémoire sur la réunion de plusieurs genres de plantes en un seul dan (...)
  • 32 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Mémoire sur le Dicliptera et le Blechum, genres nouveaux de plantes, (...)
  • 33 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Premier mémoire sur quelques nouvelles espèces du genre Passiflora, (...)
  • 34 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Septième mémoire sur les caractères généraux des familles, tirés des (...)
  • 35 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Quatrième mémoire sur les caractères généraux des familles, tirés de (...)

13Quant aux limites supérieures, aucun groupe ne comprenait plus de cent membres, car des dimensions plus grandes auraient apparemment été trop vastes pour les limites de l’esprit humain. Il y a exactement cent familles dans Genera plantarum et aucune ne comprend plus de cent genres (la plus grande, les Corymbifères, compte quatre vingt dix-huit genres). C’est certainement pour cette raison que les Composées mentionnées dans l’introduction, qui comportaient cent cinquante et un genres, ont été divisées en trois familles, dont l’une est celle des Corymbifères. Jussieu considérait que la taille d’un groupe était un critère majeur justifiant sa division31 et il proposa la subdivision d’un grand nombre de genres couramment reconnus mais vastes32. Lorsqu’il confirma la subdivision en quatre du genre linnéen Passiflora, il semble s’être laissé influencer en grande partie par le nombre d’espèces, plutôt que par l’importance de la variation au sein du genre. Les quatre genres comportent tous des espèces qui avaient été incluses par Linné dans sa conception initiale du genre, mais le nombre d’espèces avait grandement augmenté depuis l’époque de Linné33, La plupart des familles reconnues par Jussieu, même en 1820, comptaient moins de cent genres. Les exceptions, comme les Rubiacées (la famille du café), rien étaient pas nécessairement, puisqu’il pensait que certains des plus petits genres qu’elles comprenaient devraient être combinés34. Il envisageait néanmoins une nouvelle subdivision de l’ancien groupe des Composées, en raison de l’augmentation de la taille du groupe des Corymbifères35.

  • 36 McNeill (J.), “Structural value : a concept used in the construction of taxonomic classifications”,(...)
  • 37 Miller (G. A.), “The Magical number seven, plus or minus two : some limits on our capacity for proc (...)

14Cependant, au sein de toutes les grandes familles se trouvaient également des regroupements de genres qui ne recevaient pas de nom, ce qui ajoute une dimension intéressante au problème. L’analyse du nombre de genres inclus dans le taxon immédiatement supérieur (groupe sans nom ou famille déterminée) révèle que les groupes de Jussieu sont en moyenne très petits, comprenant souvent aux alentours de sept membres36. Des études récentes montrent effectivement que la mémoire ne retient que les informations combinées par des groupes de cinq unités ou moins37. Il est indéniable que la division que propose Jussieu de l’univers botanique est très efficace du point de vue de l’emmagasinage et de l’extraction de l’information dans le cerveau humain.

  • 38 Candolle (Augustin-Pyramus de), La Phytographie, ou l’Art de décrire les végétaux considérés sous d (...)
  • 39 D’autres exemples sont donnés dans Stevens (Peter E), The Development of biological systematics..., (...)

15Enfin, malgré les protestations de Jussieu, la corrélation entre caractères et groupes est souvent faible, et cela est vrai des niveaux les plus élevés jusqu’aux plus bas de Genera plantarum. Bien que ce trait de l’œuvre de Jussieu (le fait que parfois seuls les genres “centraux” d’une famille présentent les caractères de la famille) ait été spécifiquement souligné par Alphonse de Candolle38, il n’a guère suscité d’autres commentaires. À titre d’exemple, à un niveau intermédiaire de la classification de Jussieu, nous pouvons examiner la distribution des caractères dans les trois familles qui constituent les Composées et dans les familles voisines des Dipsacées (les cardères et les scabieuses) et des Campanulacées (les campanules) (Tableau 2)39. Toutes les Composées ont des anthères

Tableau 2 - Distribution des caractères dans les trois familles qui constituent les Composées.

  • 40 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., p. XLVII.

16soudées, sauf le dernier genre des Corymbifères, la troisième des familles en lesquelles elles ont été subdivisées et ces genres sont les voisins immédiats des Dipsacées, dont tous les genres ont des anthères libres. De plus, les deux derniers genres des Campanulacées, la famille située de l’autre côté des Composées, sont, dans leur famille, les deux seuls genres décrits comme ayant des anthères qualifiées de “connatis” ou “coalitis”. Le dernier et l’avant-dernier genres des Campanulacées ont des fleurs dans un capitule, ce qui est également le cas de toutes les Composées et des premiers genres de la famille voisine des Dipsacées. Toutes les Campanulacées ont des fleurs épigynes, avec les anthères insérées au-dessus de l’ovaire, bien qu’elles se trouvent dans une classe décrite comme ayant des fleurs périgynes, avec les anthères insérées autour de la fleur (mais Jussieu soulignait également que toutes les Composées étaient épipétales, les étamines étant insérées sur les pétales, ce qui n’est pas le cas des Campanulacées40). Enfin, il reste le caractère de possession par la plante de latex. Tous les membres de la première famille, les Chicoracées, ont du latex, tout comme les Campanulacées. Cependant, Jussieu n’était pas certain que les genres qu’il plaçait en premier parmi les Campanulacées, et donc le plus loin des Chicoracées dans la série, aient du latex ; de fait, ils n’en ont pas.

  • 41 Ibid., p. LV.

17Notons que les Campanulacées, au moins, n’auraient pas été placées par Jussieu à côté des Composées s’il avait pu construire une série totalement naturelle41, les Onagrariées (les épilobes) occupant cette position. Cela fait d’ailleurs de cet exemple une démonstration encore plus éclatante du schéma de variations en chaîne qui est évident à tous les niveaux de l’arrangement de Jussieu et cela suggère qu’il manipulait l’ordre des genres pour donner une apparence de continuité, même dans des cas où une telle continuité n’existait pas dans la nature. D’une manière générale, l’existence d’une chaîne de variations apparaît dans Genera plantarum avec une évidence tout à fait remarquable. Les caractères se chevauchent exactement comme on pourrait s’y attendre si une série continue avait été divisée.

La seconde méthode

  • 42 Ibid., pp. XLIII-XLVII.

18Nous pouvons traiter très brièvement de la seconde méthode, puisque Jussieu lui-même ne l’a pas élaborée en détail. Elle était plus analytique (dans le sens employé ici), allant du général au particulier, mais il s’agit tout autant de l’étude de la distribution des caractères dans l’arrangement constitué par la première méthode, que de la formation d’une classification par une procédure analytique. Les caractères dont traitait Jussieu avaient sans doute été mis à jour par son examen de l’arrangement général des végétaux. Il commençait par le caractère majeur du nombre de cotylédons, pour considérer ensuite des caractères définissant des groupes de plus en plus restreints. Au cours de son analyse, il proposait sous forme d’hypothèses des raisons fonctionnelles pour expliquer la constance de certains caractères42.

L’analyse et la synthèse

  • 43 Buffon (Georges-Louis de), Histoire naturelle..., op. cit., vol. I, p. 13 ; Lamarck (Jean-Baptiste) (...)

19Dans ses travaux systématiques, Jussieu mettait davantage l’accent sur la première de ses méthodes. L’approche qu’il y emploie est tout à fait compatible avec celles de Buffon (du moins lorsque celui-ci commençait sa grande Histoire naturelle), Lamarck, Linné et Charles Bonnet43, ce dernier donnant des instructions particulièrement claires, quoique sommaires, sur la manière de constituer l’arrangement naturel et les circonstances où cela était possible. Leurs opinions peuvent être résumées comme suit : la nature était continue ; la synthèse était la seule approche possible, mais elle ne conviendrait pas pour détecter un ordre naturel comportant des lacunes ; l’extérieur de l’organisme fournissait les preuves des rapports ; les groupements étaient l’œuvre de l’homme et non de la nature ; et bien qu’il fût possible de caractériser les groupes, caractères et groupes pouvaient coïncider mais ne le faisaient pas nécessairement.

20Dans ce contexte, les intermédiaires, les nuances, sur lesquels Jussieu insistait tellement, doivent être considérés non comme un défaut de son arrangement, mais comme la preuve de son succès. Il avait perçu la continuité de la nature et, lorsqu’il la subdivisait, ses groupements ne pouvaient manquer d’être reliés par des nuances. En outre, la continuité de la nature affectait la délimitation de ses groupes ; il constituait des groupes, et les critères sur lesquels il se basait n’avaient rien à voir avec la nature.

  • 44 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., pp. 196-197.
  • 45 Cuvier (Georges), “Anatomie de la patelle commune”, Journal d’histoire naturelle, no 2, 1792, pp. 8 (...)
  • 46 Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, Paris : Baudouin, 1805, t. 1, pp. 62-63. Les italique (...)
  • 47 Cuvier (Georges), “Mémoire concernant l’animal de l’Hyale, un nouveau genre de Mollusques nus, inte (...)
  • 48 Cuvier (Georges), “Sur un nouveau rapprochement à établir entre les classes qui composent le Règne (...)

21La seconde méthode de Jussieu, combinée à l’anatomie, est devenue la correspondance des caractères de Cuvier. Jussieu avait encouragé les zoologistes à étudier l’anatomie des animaux, puisque les caractères fonctionnels étaient souvent internes et que leur importance relative était inconnue44. L’anatomie comparée était au cœur des recherches de Cuvier en zoologie, un de ses premiers travaux étant une étude anatomique détaillée de la patelle, Patella vulgata (il utilisa un microscope pour observer les dents situées sur le pénis)45. Il insistait également sur une approche analytique : “le but de toute bonne méthode est de réduire la science à laquelle on l’applique, à ses moindres termes, en élevant les propositions qu’elle comprend à la plus grande généralité dont elles soient susceptibles. Ainsi, pour en avoir une bonne en anatomie comparée, il faut qu’elle soit telle que l’on puisse assigner à chaque classe, et à chacune de ses subdivisions, des qualités communes touchant la plus grande partie des organes. On peut arriver à ce but par deux moyens différents, qui peuvent se servir mutuellement de preuve et de vérification : le premier, et celui auquel tous les hommes ont dû avoir recours naturellement, c’est de passer de l’observation des espèces à leur réunion en genres, et en collection d’un ordre supérieur, suivant qu’on s’y voit conduit par l’ensemble de leurs attributs ; le second, que la plupart des naturalistes modernes ont employé, est de fixer d’avance certaines bases de division, d’après lesquelles on range les êtres à mesure qu’on les observe”46. Tout en considérant les approches analytique et synthétique comme étant d’une certaine façon complémentaires, et menant idéalement au même résultat, Cuvier préférait clairement la première, du moins quand il s’agissait de justifier son travail. Il fut aussi amené à contester l’emploi par Jussieu de la taille d’un groupe comme critère de sa reconnaissance47 et quoique Cuvier ne nomme pas expressément Jussieu, il est bien évident que c’est lui qu’il vise dans sa critique. Lorsqu’il finit par proposer que tous les animaux soient placés dans “les quatre embranchements”48, quatre groupes entre lesquels il n’existait pas d’intermédiaire, il adoptait une conception de la nature où la méthode synthétique de Jussieu ne pouvait espérer fonctionner.

  • 49 Marchant (L.), Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pffaf..., Paris : Victor Masson, 1858, pp. 247 et 2 (...)
  • 50 Cuvier (Georges), “Observations sur quelques Diptères”, Journal d’histoire naturelle, no 2, 1792, p (...)
  • 51 Voir par exemple Piveteau (J.), “Lamarck et Cuvier : l’échelle des êtres”, in Centre de recherche s (...)
  • 52 Eigen (E. A.), “Overcoming first impressions : Georges Cuvier’s types”, Journal of the history of b (...)
  • 53 Cuvier (Georges), Le Règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histo (...)

22Cependant, aussi bien les lettres de Cuvier à Pffaf que certains de ses premiers travaux révèlent l’idée d’une nature formant un “tout ensemble”, une totalité, idée que Cuvier avait aussi trouvée chez Jussieu49. Le style qu’il emploie dans l’analyse des rapports est en tous points semblable à celui de Jussieu. Il rejetait lui aussi l’utilisation de caractères uniques pour déceler les rapports50, quoique cela soit aussi lié à son rejet de l’idée d’une scala naturae unique et sans subdivision51, puisqu’une chaîne constituée sur la base d’un seul caractère dérangeait les rapports présentés par d’autres caractères. Cependant, il ne rejetait pas non plus la continuité. La procédure générale servant à déceler les rapports lorsque la nature est continue, ne dépend pas de la nature exacte de cette continuité, qu’elle soit ou non ramifiée. Cuvier, quoiqu’ayant recours aux idées de types dans sa classification des poissons acanthoptérygiens, indiquait explicitement que la nature était là quasiment continue ; comme l’a fait remarquer Edward Eigen, “les types étaient nécessaires pour fixer le jeu continu de la variété à l’intérieur du schéma discontinu de la diversité fonctionnelle”52. Et, comme Jussieu, Cuvier gagnait aussi de la place en ne mentionnant les caractères qu’au niveau adéquat de généralité taxinomique, sans les répéter dans les descriptions des taxa à d’autres niveaux53.

  • 54 Mayr (E.), The Growth of biological thought : diversity, evolution and inheritance, Cambridge, Mass (...)
  • 55 Ventenat (Étienne Pierre), Tableau du règne végétal selon la méthode de Jussieu, Paris : Impr. J. D (...)

23La première des méthodes de Jussieu a formé la base du système naturel du XXème siècle en botanique et Ernst Mayr a qualifié sa synthèse d’avancée importante dans la systématique biologique54. Cependant, il n’associa pas le nom de Jussieu à cette idée, situant plutôt la date de son acceptation au XIXème siècle. Il ne s’aperçut pas non plus qu’elle était partie intégrante de la pratique de ceux qui croyaient à la continuité et qu’elle était plus ou moins contestée par ceux qui n’y croyaient pas, comme Cuvier (après 1800 environ), Alfred Russel Wallace, Charles-François Brisseau de Mirbel et Augustin-Pyramus de Candolle par exemple. Étienne Pierre Ventenat, l’un des plus ardents partisans de Jussieu, est particulièrement intéressant de ce point de vue. Comme Jussieu, il croyait à la continuité et il pensait également que de futures découvertes étaient nécessaires pour combler les lacunes qui apparaissaient clairement dans l’ordre naturel. Cependant, pour Ventenat, l’existence de lacunes nécessitait une approche plus analytique de la systématique55.

  • 56 Stevens (Peter F.), The Development of biological systematics..., op. cit., chapitre 5.
  • 57 Linné (Carl von), Systema naturae per regna tria naturae secundum classes, ordines, genera, species (...)
  • 58 Buffon (Georges-Louis de), Histoire naturelle..., op. cit., vol. I, pp. 13-25.
  • 59 Smith (Adam), Essays on philosophical subjects, [éd. par W.P.D. Wightman et J.C. Bryce], Oxford : C (...)
  • 60 Descartes (René), Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans le (...)

24Même si la “méthode” de Jussieu comprenait deux approches très différentes, nous avons vu qu’il n’était pas le seul à établir de telles distinctions. On trouve dans l’œuvre de Cuvier lui-même56 quelque chose de la distinction entre la découverte de l’ordre naturel (la synthèse) et son explication (la subordination analytique des caractères liée à une explication fonctionnelle et écologique) et Carl von Linné distinguait plus précisément la découverte de l’ordre naturel de son enseignement, celui qui établissait les systèmes procédant du spécifique au général tandis que l’enseignant prenait la direction inverse57. Même l’approche de Buffon n’était pas fondamentalement différente58, alors qu’à peu près à la même époque, Adam Smith comparait la façon de penser de l’homme ordinaire (synthèse, continuité) et la manière dont les philosophes envisageaient la nature (plus analytique, discontinuité)59. Il existe aussi des moments analytiques et des moments synthétiques dans la science cartésienne, l’analyse, la décomposition d’un problème en ses composantes les plus simples, précédant la synthèse, la recomposition, la construction d’un tout à partir de ses éléments60.

  • 61 Crowson (Ray Albert), Classification and biology, Londres : Heinemann Educational, 1970, pp. 46-47. (...)
  • 62 Sprague (T. A.), “The Classification of dicotyledons. 1 : general principies”, Journal of botany, n(...)

25Un dernier facteur doit être évoqué ici. À l’intérieur d’une même étude systématique, l’analyse et la synthèse peuvent coexister. Les limites des espèces particulières peuvent être reconnues par une procédure synthétique, tandis que les genres, ou plus généralement les limites du projet entrepris par un systématicien, sont déterminés d’une manière plus analytique61. Quoi qu’il en soit, il est clair que Jussieu avait l’intention de poursuivre sa première méthode, la procédure synthétique, jusqu’aux limites mêmes du règne végétal et quelques-uns au moins de ses successeurs avaient des idées semblables62.

  • 63 Candolle (Augustin-Pyramus de), Théorie élémentaire de la botanique, ou Exposition des principes de (...)
  • 64 Flourens (Pierre), “Éloge historique de Antoine-Laurent de Jussieu”, Mémoires de l’Académie royale (...)

26Nous avons vu que Jussieu ne développa pas davantage sa seconde méthode. Ses travaux taxinomiques du XIXème siècle insistaient sur la découverte de nuances entre les groupes et sur la reconnaissance formelle de groupes de taille adéquate. Il existe toutefois, à l’intérieur même de sa première méthode, un conflit entre la continuité en laquelle il croyait et les groupes qu’il nommait, décrivait et délimitait. Et la confusion entourant son approche de la systématique devint impénétrable. Il semble qu’à partir des années 1850 les botanistes aient oublié que Jussieu ne croyait pas à l’existence de groupes nettement séparés. Avant cela, seul Augustin-Pyramus de Candolle attirait l’attention sur le fait que lui croyait (comme probablement d’autres botanistes, bien qu’il soit très difficile de trouver beaucoup d’affirmations précises éclairant ce point) à l’existence de groupes nettement séparés, et que Jussieu n’y croyait pas63. Mais les critiques de Candolle, comme celles de Cuvier, étaient plus implicites qu’explicites et pouvaient passer inaperçues. Pierre Flourens, dans son éloge de Jussieu, compara même ce qu’il croyait être sa méthode à une certaine forme d’analyse : la méthode, réunissant les objets grâce à leurs propriétés communes, était à la science de l’observation ce que l’analyse, décomposant un sujet en éléments distincts, était à la science expérimentale64. Mais l’analyse et la méthode ainsi caractérisées pourraient également être interprétées comme des éléments successifs de la science cartésienne.

  • 65 Flourens (Pierre), Histoire des travaux de Georges Cuvier, 3ème éd. refondue, Paris : Garnier frère (...)
  • 66 Ibid., p. 78.

27Flourens utilisa plus tard le terme “enchaînement” pour décrire les dépendances rationnelles et a priori de la subordination des caractères de Cuvier (le schéma hiérarchique lui-même était empirique et a posteriori)65. “Ainsi les centres nerveux, le cerneau, la mœlle épinière, par lesquels l’animal est essentiellement, donnent les premiers groupes de la méthode ; les centres respiratoires et circulatoires, les poumons, le cœur, par lesquels il vit de sa vie présente, donnent les seconds. [...] Nous avons vu, dans l'analyse du Règne animal, tout cet enchaînement de groupes qui se subordonnent les uns aux autres, et sont compris les uns dans les autres”66.

  • 67 Mirbel (Charles François Brisseau de), “Considérations sur la manière d’étudier l’histoire naturell (...)
  • 68 Ibid., p. 140, Mirbel employait parfois le mot “enchaînement” dans ce sens, mais un tel usage était (...)
  • 69 Flourens (Pierre), “Éloge historique de Pyramus de Candolle”, Mémoires de l’Académie royale des sci (...)

28Le concept d’“enchaînement” en botanique, tel par exemple que l’appliquait Brisseau de Mirbel pour caractériser les relations entre les genres dans des familles comme les Rosacées et les Renonculacées67, était proche des “nuances” si souvent mentionnées par Jussieu comme se trouvant entre les membres des différents groupes : il impliquait que des taxa de même niveau hiérarchique étaient reliés entre eux. “L’enchaînement” botanique désignait habituellement des rapports horizontaux de ce type, mais la zoologie commençait à mettre davantage l’accent sur les dépendances verticales, soit fonctionnelles, entre les organes des organismes68, soit taxinomiques, entre les niveaux d’une classification hiérarchique. On s’intéressait d’ailleurs beaucoup à la possibilité d’établir des rapports entre les structures des végétaux, identiques à ceux proposés pour les organes des animaux. Flourens considérait que c’était l’aspect le plus important de l’œuvre d’Augustin-Pyramus de Candolle69, mais, malgré tout l’intérêt suscité par les idées de symétrie, de type, de métamorphose, d’avortement et de dégénérescence, on ne progressa guère au-delà du niveau descriptif dans la compréhension des principes de la construction des végétaux.

  • 70 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., p. XXVIII.
  • 71 Sachs (Julius), Geschichte der Botanik, Munich : R. Oldenbourg, 1875, pp. 155-156 ; Green (Joseph R (...)
  • 72 Candolle (Augustin-Pyramus de), Théorie élémentaire..., op. cit., p. 202.
  • 73 Aubert Dupetit-Thouars (Louis Marie Aubert), “Botanique”, in Cuvier (Frédéric) (sous la dir.), Dict (...)
  • 74 Jussieu (A.-H.-L. de), “Monographie de la famille des Malpighiacées”, Archives du Muséum d’Histoire (...)
  • 75 Hooker (Joseph Dalton), “Appendix on the classification of plants by the natural method...”, in Le (...)
  • 76 Candolle (Augustin-Pyramus de), La Phytographie..., op. cit., pp. 323-328 ; voir également Baillon (...)

29Jussieu voyait dans la multiplicité des nouveaux systèmes proposés dans les années précédant immédiatement la parution de son Genera plantarum le reflet de l’absence d’un principe permettant de déceler l’ordre naturel70. Cependant, le rythme de production de ces systèmes ne se ralentit pas pour autant après la publication de cette œuvre71. Il n’existait plus de manière communément acceptée de représenter la nature, malgré un consensus général quant à l’extrême complexité des rapports. Pour Augustin-Pyramus de Candolle, la représentation la plus efficace des multiples rapports existant entre les végétaux se ferait à l’aide d’un paysage72. Aubert Dupetit-Thouars faisait remarquer que reconnaître les embranchements de la nature sans éviter leurs “retours” aboutirait à un “labyrinthe inextricable”73, tandis qu’Adrien de Jussieu considérait qu’un système solaire, dont les familles difficiles à placer seraient les comètes, pourrait suffire à représenter la nature74. Au fur et à mesure que le siècle avançait, les idées des rapports ne faisaient que se complexifier75 et en 1880 Alphonse de Candolle, résumant les manières dont les rapports entre taxa avaient été représentés visuellement, désespérait de l’existence d’un moyen graphique adéquat pour dépeindre ces rapports76.

  • 77 Gillispie (Charles C.), Science and polity in France at the end of the Old regime, Princeton : Prin (...)
  • 78 Brongniart (Adolphe T.), Énumération des genres des plantes cultivées au Muséum d’Histoire Naturell (...)
  • 79 Clos (D.), “Coup d’œil sur les principes qui servent de base aux classifications botaniques moderne (...)

30Néanmoins, tous les botanistes affirmaient œuvrer pour la perfection du système naturel, au singulier, ou même du système de Jussieu. Il n’est guère surprenant que le système naturel tel qu’il se développa au milieu du XIXème siècle, modification de détail mais non de principe du travail fondateur de Jussieu, n’ait guère été qu’une convention. Comme le fait remarquer Gillispie à propos de la botanique, “le principe de la subordination des caractères était une méthode d’analyse, ou plus généralement, une manière de voir et de faire les choses, plutôt que la base d’une loi ou d’une théorie. L'histoire de la science n’offre pas d’illustration plus frappante de la constitution, à partir de procédures réellement employées, d’une tradition de recherche au sein d’une institution scientifique”77. Gillispie a raison, mais sa remarque n’est pas seulement valable pour le Muséum de Paris ; elle s’applique aussi à une grande partie de la recherche en systématique. Il n’existait pas d’accord, en botanique, quant à savoir quels caractères devaient être subordonnés à quels autres, ou si les caractères avaient ou non un poids absolu, comme le relevait en 1850 Adolphe Brongniart, professeur de botanique au Muséum78. Il n’existait pas de consensus quant à la manière de reconnaître les rapports entre taxa, pas de compréhension de la forme de la nature, et le système de Jussieu était sévèrement critiqué par des personnages aussi divers que Dominique Clos, Louis-François-Henri Lefébure et l’académicien Jean-Baptiste Payer79.

  • 80 Stevens (Peter F.), “Evolutionary classification in botany, 1960-1985”, Journal of the Arnold Arbor (...)
  • 81 Coleman (William), “Morphology between type concept and descent theory”, Journal of the history of (...)
  • 82 Je laisse de côté ici les idées typologiques. Bien qu’extensivement développées dans la botanique d (...)

31En outre, personne n’eut l’idée d’établir un rapport entre la méthode préconisée par Jussieu pour détecter l’arrangement naturel et sa vision du monde. S’ils l’avaient fait, les chercheurs auraient alors pu se demander si ce que Jussieu avait fait, et fait avec un tel succès, était conforme à leurs propres objectifs. Durant tout le XIXème siècle et les deux premiers tiers du XXème, on reconnaissait les rapports entre les végétaux en réunissant par enchaînement à l’intérieur d’un groupe les membres existants. Cela avait au moins trois effets secondaires non négligeables. D’abord, même si des liens directs entre deux groupes pouvaient permettre l’établissement de rapports, ils détruisaient par la même occasion l’individualité des groupes ainsi rapprochés. Ensuite, la synthèse menait à la formation de groupes de plus en plus hétérogènes présentant à leur tour des rapports de plus en plus divers80, d’où le désespoir exprimé par Alphonse de Candolle à la fin de sa vie. Enfin, ce qu’on a appelé “le grand vice de la méthode comparative”81, l’établissement de liens directs entre les groupes dans les diagrammes évolutionnistes, est particulièrement évident en botanique et est souvent directement lié à une telle synthèse. On obtenait un enchaînement “évolutionniste” en ajoutant un axe temporel aux diagrammes de rapports en deux dimensions (ou parfois plus de deux) constitués par l’enchaînement taxinomique, la synthèse. Ce n’était pas tant les archétypes qui devenaient des ancêtres, que les organismes existants82.

  • 83 Daubenton (L.J.M.), “Histoire naturelle”, in Diderot (Denis), Alembert (Jean d’), (sous la dir.), E (...)
  • 84 Buffon (Georges-Louis de), Histoire naturelle..., op. cit., vol. II, p. 10 ; Flourens (Pierre), “Él (...)
  • 85 Radlkofer (Ludwig), “Ueber die Gliederung der Familie des Sapindaceen”, Sitzungsberichte der mathem (...)

32Toutefois, la synthèse demeurait importante en botanique, peut-être en raison de la nature même des végétaux ; ils ne semblaient pas être des sujets idéaux pour une classification du type préconisée par Cuvier. Même en 1765, il était évident à Louis-Jean-Marie Daubenton que les végétaux étaient beaucoup moins riches que les animaux du point de vue de ce qu’ils révélaient à la dissection et l’examen au microscope ne corrigeait pas cette disproportion83. Les principaux groupes d’animaux se percevaient plus clairement à l’œil nu84 et même dans les classifications élaborées par Ludwig Radlkofer, pionnier de la méthode microscopico-anatomique en botanique, “l’anatomie” jouait un rôle relativement mineur dans l’établissement des rapports entre taxa85.

  • 86 Elliott (B.), “Victorian gardens and botanical nomenclature”, Botarnic journal of the Linnean Socie (...)
  • 87 Voir Stevens (Peter H), The Development of biological systematics..., op. cit., chapitre 10, pour l (...)

33Dans ces conditions, la méthode naturelle, telle que Jussieu l’avait instituée, devint une pratique enseignée selon un système d’apprentissage où les noms mêmes utilisés pour décrire la nature étaient au moins partiellement déterminés par le désir de ses nombreux utilisateurs, majoritairement non-scientifiques, de voir ces dénominations rester stables. Ces utilisateurs comprenaient des fonctionnaires impériaux, qui voulaient pouvoir mettre un nom sur les produits naturels qu’ils exploitaient ; des horticulteurs, à qui s’adressaient une grande partie des travaux des botanistes, en particulier dans la première partie du XIXème siècle et qui s’intéressaient eux aussi aux noms plus qu’aux rapports entre taxa86 ; et des femmes, avec qui la botanique comprise comme l’identification des plantes était désormais de plus en plus associée au début du XIXème siècle87. Dans la mesure où le système naturel en botanique possédait des bases conceptuelles, celles-ci devaient beaucoup à l’opinion de Jussieu selon laquelle la nature était continue dans le présent. Cette opinion se discrédita progressivement au cours du XIXème siècle, mais sans que cela s’accompagne d’une modification de la pratique en systématique. Lorsque les systématiciens rejetèrent la théorie au XIXème siècle, même s’ils avaient raison de croire qu’ils pouvaient produire des classifications ne devant rien à la théorie (ce qui est douteux), nous avons vu qu’aussi bien Adam Smith que Georges Cuvier suggéraient qu’une méthode synthétique est le modus operandi “naturel” de l’esprit humain. Nous nous heurtons à nouveau à la question fort peu étudiée du rapport entre la pratique en systématique, la perception et la catégorisation par l’esprit humain. Nous devons être attentifs à ces questions lorsque nous essayons de comprendre l’histoire de ce grand Muséum, celle d’institutions comparables de par le monde et celle de la systématique elle-même.

Notes

2 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum, secundum ordinales naturales disposita..., Paris : Hérissant, 1789, 499 p.

3 Voir par exemple Saint-Hilaire (A.-F.-C.-P. de), “Sur la série linéaire des plantes polypétales, et en particulier de celles qui font partie de la flore Brasilienne”, Mémoires du Muséum d’Histoire naturelle, no 14, 1827, pp. 120-130 ; Hooker (J.D.), “Fulogium on Robert Brown”, Transactions of Linnean society of London, 1887-1888, 1888, pp. 54-67 ; Davy de Virville (Adrien), “Botanique des temps anciens”, in Davy de Virville (Adrien) (sous la dir.), Histoire de la botanique en France, Paris : Société d’édition d’enseignement supérieur, 1954, p. 70 ; Morton (A.G.), Outlines of botanical history, Londres : Academic Press, 1981, p. 311. Un grand nombre de ces groupements se trouvent également chez Linné (Carl von), Genera plantarum..., Stockholm : Salvius, 1756, pp. 606-621 et Adanson (Michel), Familles des plantes, Paris : Vincent, 1763-1764, 2 vol., mais cela sort de notre présent propos.

4 Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary France, Manchester : Manchester University Press, 1984, pp. 55-56.

5 Daudin (Henri), De Linné à Lamarck : méthodes de la classification et idée de série en botanique et en zoologie (1740-1790), Paris : Félix Alcan, [1927]. Voir également Stafleu (Frans), “Introduction to Jussieu’s Genera plantarum”, in Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. V-XLVII [rééd.,Weinheim : Kramer, 1963].

6 Foucault (Michel), “La Situation de Cuvier dans l’histoire de la biologie”. Revue d’histoire des sciences appliquées, no 23, 1970, pp. 63-92.

7 Stevens (Peter F), “Haüy and A.-P. de Candolle : crystallography, botanical systematics and comparative morphology, 1780-1840”, Journal of the history of biology, no 17, 1984, pp. 49-82 et “Metaphors and typology in the development of botanical systematics 1690-1960, or The art of putting new wine in old bottles”, Taxon, no 33, 1984, pp. 169-211, faisaient des efforts dans cette direction, mais je connaissais mal les origines du système naturel remontant à Jussieu lorsque j’ai écrit ces articles. Duris a montré clairement combien l’acceptation des idées sur la classification naturelle a suivi un cheminement complexe en France : Duris (Pascal), Linné et la France : 1780-1850, Genève : Droz, 1993, 281 p.

8 L'étude classique de la continuité, en tant qu’élément des idées classiques sur l’arrangement de la nature, est celle de Lovejoy (A.O.), The Great chain of being : a study of the history of an idea, Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1942.

9 Voir par exemple Hempel (Carl Gustav), Aspects of scientific explanation and other essays in the philosophy of science, New York : Free Press, 1965, pp. 151-154.

10 Stevens (Peter F), The Development of biological systematics : Antoine-Laurent de Jussieu, nature and the natural System, New York : Columbia University Press, 1994, 616 p.

11 Buffon (Georges-Louis de), Daubenton (Louis-Marie), Lacepède (Bernard de), Histoire naturelle générale et particulière avec la description du Cabinet du roi, Paris : Impr. royale, 1749, vol. I, pp. 21-22.

12 Voir Queiroz (K. de), “Systematics and the Darwinian revolution”, Philosophy of science, no 55, 1988, pp. 238-259, sur la distinction entre classification et systématisation.

13 Rey (Roselyne), “Aspects du vocabulaire de la classification dans l’Encyclopédie”, Histoire du vocabulaire des sciences, no 2, 1981, pp. 45-63, suggère certaines dimensions de ce problème.

14 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. XXXV (les italiques sont dans l’original) : “Haec dudum quaesita ordinatio, inter omnes longe praecipua, sola vere uniformis ac simplex, affinitatum legibus constanter obtemperans, est methodus dicta naturalis quae omnígenas connectit plantas vinculo indiviso, et gradatim a simplici ad compositam, a minima ad maximam continuata serie procedit, quasi similis catenae cujus annuii totidem species specierumve fascículos repraesentat, aut compar mappae geographicae in qua species pagorum instar distribuuntur per territoria et provincias et regna”. Je suis très reconnaissant au Dr Susan Rosa pour sa traduction de l’introduction de Genera plantarum.

15 Linné (Carl von), Philosophia botanica in qua explicantur fundamenta botanica : cum definitionibus partium, exemplis terminorum, observationibus, Stockholm : Kiesewetter, 1751, p. 27 ; Jussieu (Antoine-Laurent de), “Introductio in historiam plantarum”, Annales des sciences naturelles botanique, 2ème série, no 8, 1837, pp. 97-160 et 193-239.

16 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre des plantes adopté dans les démonstrations du Jardin Royal”, Mémoires de mathématique et physique de l’Académie royale des sciences de Paris, 1774, 1778, pp. 175-197 ; voir également Stafleu (Frans), “Introduction to Jussieu’s genera plantarum”, art. cit., p. XX. “Synthèse” a beaucoup d’autres significations, dont les plus importantes sont procéder du général au particulier dans une argumentation déductive et utiliser toutes les informations disponibles dans l’élaboration d’une classification.

17 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. XXXIV-XLII.

18 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., pp. 178-179 ; Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., p. XXXIX ; Jussieu (Antoine-Laurent de), “Méthode naturelle des végétaux”, in Cuvier (Frédéric) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg : Levrault, 1816-1830, vol. XXX, pp. 25-30 et 426-468 ; voir également Lamarck (Jean-Baptiste de), “Sur l’étude des rapports naturels”, Journal d’histoire naturelle, no 1, 1792, pp. 361-371 ; Ray (John), Historia plantarum, species hactenus editas aliasque insuper multas noviter inventas et descriptas complectens, Londres : Henry Faithorne, 1686-1704, 3 vol. Il n’est pas hors de propos de remarquer que ce qui fut peut-être la première monographie sur un groupe végétal majeur portait sur l’un de ces groupes, les Ombellifères : Morison (Robert), Plantarum umbelliferarum distributio nova, per tabulas cognationis et affinitatis... detecta, Oxford : e Theatro Sheldoniano, 1672 ; leurs limites étaient apparemment si précises que le problème de leur subdivision pouvait être considéré isolément. Il convient aussi de noter que ces groupes sont particulièrement évidents pour les botanistes vivant dans le nord-ouest de l’Europe : Walters (S.M.), “The Name of the rose : a review of ideas on the European bias in angiosperm classification”, New phytologist, no 104, 1988, pp. 527546. Après Jussieu, ces familles furent appelées “familles en groupes” par Mirbel (Charles François de), “Considérations sur la manière d’étudier l’histoire naturelle des végétaux, servant d’introduction à un travail anatomique, physique et botanique sur la famille des Labiées”, Annales du Muséum d'Histoire Naturelle, no 15, 1810, pp. 110-141. Il s’agissait de familles ayant des limites très précises, mais dont les genres avaient des limites arbitraires. Elles représentaient donc un continuum, mais Mirbel pensait qu’elles n’étaient pas représentatives de toutes les plantes.

19 Bentham (George), Labiatarum genera et species, Londres : James Ridgway and sons, 1832-1836, p. XLVII.

20 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. 166-192.

21 Ibid., p. XVIII.

22 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., pp. 196-197.

23 Gaertner (Joseph), De fructibus et seminibus plantarum..., Stuttgart : l’Auteur ; Tübingen : Schramm, 1788-1792.

24 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., p. 196.

25 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Sur les rapports existants entre les caractères des plantes, et leurs vertus”, Histoire de la Société royale de médecine, 1786, 1788, pp. 188-197 ; Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. XLII-XLV

26 Ibid., p. XXXVII : “Genus inde constituitur, specierum similium congeneries, cujus tarnen nulla traditur definitio certa nec accurata constructionis praeceptio, praecipue in methodo naturali. Ea siquidem, a systematica plurimum abludens, non strictos generibus limites assignat, sed omnes nexu insensili connectit species servata affinitate, quas dein scientiae concinnandae causa, caesuris fere arbitrariis in distincta compingit genera, pluribus aut paucioribus ad libitum ditata speciebus, et dicenda vere naturalia dum affines non segregant nec universam disturbant seriem”.

27 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., p. 179. Les italiques sont dans l’original.

28 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., p. LVI ; “Mémoire sur le Loasa, genre de plantes qui devra constituer avec le Mentzelia, une nouvelle famille”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, no  5, 1804, pp. 18-27.

29 Voir par exemple Gray (Asa), The Botanical text-book, New York : Wiley and Putnam, 1842, p. 196.

30 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., pp. L-LIII.

31 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Mémoire sur la réunion de plusieurs genres de plantes en un seul dans la famille des Laurinées”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, no 6, 1805, pp. 197-213.

32 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Mémoire sur le Dicliptera et le Blechum, genres nouveaux de plantes, composés de plusieurs espèces auparavant réunies au Justicia”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, no 9, 1807, pp. 251-271.

33 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Premier mémoire sur quelques nouvelles espèces du genre Passiflora, et sur la nécessité d’établir une famille des Passiflorées”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, no 6, 1805, pp. 102-116.

34 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Septième mémoire sur les caractères généraux des familles, tirés des graines, et confirmés ou rectifiés par les observations de Gaertner”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, no 10, 1807, pp. 307-332.

35 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Quatrième mémoire sur les caractères généraux des familles, tirés des graines, et confirmés ou rectifiés par les observations de Gaertner : corolles monopétales épigynes, à anthères réunies. Seconde partie”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, no 7, 1806, pp. 373-391 ; ibid. Troisième partie, Annales du Muséum d'Histoire Naturelle, no 8, 1806, pp. 170-186.

36 McNeill (J.), “Structural value : a concept used in the construction of taxonomic classifications”, Taxon, no 28, 1979, pp. 481-504.

37 Miller (G. A.), “The Magical number seven, plus or minus two : some limits on our capacity for processing information”, Psychological review, no 63, 1956, pp. 81-97 ; Holman (E. W), “Statistical properties of large published classifications”, Journal of classification, no 9, 1992, pp. 187-210. La théorie de l’information, quoiqu’appliquée plus ou moins inconsciemment, guida au moins certaines des décisions des botanistes quant aux limites des groupes qu’ils reconnurent ; on en trouve un autre exemple dans l’ouvrage de Bentham (George), Hooker (Joseph Dalton), Genera piantatimi ad exemplaria imprimís in herbariis Kewensibus servata definita, Londres : Reeve, 1862-1883, 3 vol. ; Stevens (Peter E), “How to Interpret classifications - suggestions from history”, Bioscience, no  47, 1997, pp. 243-250. Il est intéressant de noter que dans les classifications établies par Jussieu et Adanson, les dimensions des familles se répartissent en gros de la même manière.

38 Candolle (Augustin-Pyramus de), La Phytographie, ou l’Art de décrire les végétaux considérés sous différents points de vue, Paris : G. Masson, 1888, p. 86.

39 D’autres exemples sont donnés dans Stevens (Peter E), The Development of biological systematics..., op. cit., fig. 3 et 4.

40 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., p. XLVII.

41 Ibid., p. LV.

42 Ibid., pp. XLIII-XLVII.

43 Buffon (Georges-Louis de), Histoire naturelle..., op. cit., vol. I, p. 13 ; Lamarck (Jean-Baptiste), Flore française, ou Description succincte de toutes les plantes qui croissent naturellement en France, disposée selon une nouvelle méthode d’analyse, Paris : Impr. royale, 1777-1778, vol. I, en part. pp. CXIII-CXV ; Bonnet (Charles de), Traité d’insectologie, ou Observations sur les pucerons, Paris : Durand, 1743, ex. p. XXXIII ; Bonnet (Charles de), Contemplation de la nature, Amsterdam : M.M. Rey, 1764, vol. I, pp. 28-30. Sur Linné, voir Stevens (Peter F.), Cullen (S.), “Linnaeus, the cortex-medulla theory, and the key to his understanding of plant form and natural relationships”, Journal of the Arnold Arboretum, no 71, 1990, pp. 179-220, en part. tableau 2.

44 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Exposition d’un nouvel ordre...”, art. cit., pp. 196-197.

45 Cuvier (Georges), “Anatomie de la patelle commune”, Journal d’histoire naturelle, no 2, 1792, pp. 81-95 et pl. 30.

46 Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, Paris : Baudouin, 1805, t. 1, pp. 62-63. Les italiques sont miennes.

47 Cuvier (Georges), “Mémoire concernant l’animal de l’Hyale, un nouveau genre de Mollusques nus, intermédiaire entre l’Hyale et le Clio, et l’établissement d’un nouvel ordre dans la classe des Mollusques”, Annales du Muséum d’Histoire Naturelle, no 4, 1804, pp. 223-234.

48 Cuvier (Georges), “Sur un nouveau rapprochement à établir entre les classes qui composent le Règne animal”, Mémoires du Muséum d’Histoire Naturelle, no 19, 1812, pp. 73-84.

49 Marchant (L.), Lettres de Georges Cuvier à C.M. Pffaf..., Paris : Victor Masson, 1858, pp. 247 et 261 ; Cuvier (Georges), “Mémoire sur les cloportes terrestres”, Journal d’histoire naturelle, no 2, 1792, pp. 18-31.

50 Cuvier (Georges), “Observations sur quelques Diptères”, Journal d’histoire naturelle, no 2, 1792, pp. 253-258 et pl. 38.

51 Voir par exemple Piveteau (J.), “Lamarck et Cuvier : l’échelle des êtres”, in Centre de recherche sur l’histoire des idées de l’Université de Picardie, Lamarck et son temps, Lamarck et notre temps : Colloque international dans la cadre du centre d’étude et de recherche interdisciplinaire de Chantilly, 1979, Paris : J. Vrin, 1981, pp. 189-197.

52 Eigen (E. A.), “Overcoming first impressions : Georges Cuvier’s types”, Journal of the history of biology, no 30, 1997, pp. 179-209.

53 Cuvier (Georges), Le Règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée. Vol. 1 : L'Introduction, les Mammifères et les Oiseaux, Paris : Déterville, 1817, p. XIV.

54 Mayr (E.), The Growth of biological thought : diversity, evolution and inheritance, Cambridge, Mass. : Belknap Press, 1982, p. 204.

55 Ventenat (Étienne Pierre), Tableau du règne végétal selon la méthode de Jussieu, Paris : Impr. J. Drissonier, An VII [1798], vol. I, p. LVII.

56 Stevens (Peter F.), The Development of biological systematics..., op. cit., chapitre 5.

57 Linné (Carl von), Systema naturae per regna tria naturae secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Holmiae : Impr. Salviis, 1759, vol. I, p. 8.

58 Buffon (Georges-Louis de), Histoire naturelle..., op. cit., vol. I, pp. 13-25.

59 Smith (Adam), Essays on philosophical subjects, [éd. par W.P.D. Wightman et J.C. Bryce], Oxford : Clarendon Press, 1980, partie II, p. 12.

60 Descartes (René), Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences, plus la dioptrique, les météores et la géométrie qui sont des essais de cette méthode, Leyde : Jean Maire, 1637, 414 p.

61 Crowson (Ray Albert), Classification and biology, Londres : Heinemann Educational, 1970, pp. 46-47. Voir également Daudin (Henri), Cuvier et Lamarck : les classes zoologiques et l’idée de série animale (1790-1830), Paris : Félix Alcan, 1926, vol. I, pp. IV-V ; Inger (R. F.), “Comments on the definition of genera”, Evolution, no 12, 1958, pp. 370-384 ; Sokal (R.), “Typology and empiricism in biology”, Journal of theoretical biology, no 3, 1962, pp. 230-267.

62 Sprague (T. A.), “The Classification of dicotyledons. 1 : general principies”, Journal of botany, no 63, 1925, pp. 9-13.

63 Candolle (Augustin-Pyramus de), Théorie élémentaire de la botanique, ou Exposition des principes de la classification naturelle et de l’art de décrire et d’étudier les végétaux, Paris : Déterville, 1813, pp. 198-203 ; “Observations sur les plantes composées ou syngenèses. Premier mémoire : sur les Composées et les Cinarocéphales en général”, Mémoires du Muséum d’Histoire Naturelle, no  16, 1810, pp. 135-158 et pl. 5.

64 Flourens (Pierre), “Éloge historique de Antoine-Laurent de Jussieu”, Mémoires de l’Académie royale des sciences Institut de France, no  17, 1838, pp. I-LX.

65 Flourens (Pierre), Histoire des travaux de Georges Cuvier, 3ème éd. refondue, Paris : Garnier frères, 1858, pp. 77-80.

66 Ibid., p. 78.

67 Mirbel (Charles François Brisseau de), “Considérations sur la manière d’étudier l’histoire naturelle des végétaux...”, art. cit., pp. 128-129.

68 Ibid., p. 140, Mirbel employait parfois le mot “enchaînement” dans ce sens, mais un tel usage était très rare parmi les botanistes.

69 Flourens (Pierre), “Éloge historique de Pyramus de Candolle”, Mémoires de l’Académie royale des sciences Institut de France, no 19, 1842, pp. I-XLVIII ; voir également Stevens (Peter F), “Haüy and A.-P. de Candolle...”, art. cit.

70 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum..., op. cit., p. XXVIII.

71 Sachs (Julius), Geschichte der Botanik, Munich : R. Oldenbourg, 1875, pp. 155-156 ; Green (Joseph Reynold), A History of botany in the United Kingdom from the earliest times to the end of the XIXth Century, Londres : Dent and sons, 1914, p. 329.

72 Candolle (Augustin-Pyramus de), Théorie élémentaire..., op. cit., p. 202.

73 Aubert Dupetit-Thouars (Louis Marie Aubert), “Botanique”, in Cuvier (Frédéric) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences naturelles, op. cit., vol. XV, pp. 168-241.

74 Jussieu (A.-H.-L. de), “Monographie de la famille des Malpighiacées”, Archives du Muséum d’Histoire Naturelle, t. 3, 1843, pp. 5-151, 255-616 et 23 pl.

75 Hooker (Joseph Dalton), “Appendix on the classification of plants by the natural method...”, in Le Maout (Emmanuel), Decaisne (Joseph), A General System of botany, [trad. par Mrs Hooker], Londres : Longmans, Green, Reader and Dyer, 1873, p. 993.

76 Candolle (Augustin-Pyramus de), La Phytographie..., op. cit., pp. 323-328 ; voir également Baillon (H.), “Mémoire sur la famille des Renonculacées”, Adansonia, no 4, 1863, pp. 1-57.

77 Gillispie (Charles C.), Science and polity in France at the end of the Old regime, Princeton : Princeton University Press, 1980, p. 182.

78 Brongniart (Adolphe T.), Énumération des genres des plantes cultivées au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, suivant l’ordre établi dans l’École de botanique en 1843, 2ème éd., Paris : J.B. Baillière, 1850, p. 8.

79 Clos (D.), “Coup d’œil sur les principes qui servent de base aux classifications botaniques modernes”, Mémoires de l’Académie des sciences Toulouse, 7ème série, no 1, 1869, pp. 125-142 ; Lefébure (Louis François Henri), Flore de Paris, genera species ou 1ère application faite du nouveau système floral aux plantes vivantes, Paris : Impr. de Casimir, 1835, pp. 103 et 109. Sur Lefébure, linnéen convaincu, et Payer, lors de son élection à l’Académie, voir Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit., pp. 211-214 et 221.

80 Stevens (Peter F.), “Evolutionary classification in botany, 1960-1985”, Journal of the Arnold Arboretum, no 67, 1986, pp. 313-339.

81 Coleman (William), “Morphology between type concept and descent theory”, Journal of the history of medicine and allied sciences, no 31, 1976, pp. 149-175.

82 Je laisse de côté ici les idées typologiques. Bien qu’extensivement développées dans la botanique du XIXème siècle, elles ne sont jamais devenues réellement à la mode et n’ont jamais formé la base d’une approche alternative cohérente de la systématique : Stevens (Peter F.), The Development of biological systematics..., op. cit., chapitre 6. Sur les différentes manières de décrire les rapports dits d’évolution, voir ibid., pp. 235-246, ainsi que Cuerrier (A.), Kiger (R. W.), Stevens (Peter E), “Charles Bessey, evolution, classification and the New Botany”, Huntia, no 9, 1996, pp. 179-213.

83 Daubenton (L.J.M.), “Histoire naturelle”, in Diderot (Denis), Alembert (Jean d’), (sous la dir.), Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Neuchâtel : Samuel Faulche, 1765, vol. VIII, p. 227 ; Schwann (Theodor), Mikroscopische Untersuchungen über die Uebereinstimmung in der Struktur und dem Wachshtum der Thiere und Pflanzen, Berlin : Sanders, 1839, p. V.

84 Buffon (Georges-Louis de), Histoire naturelle..., op. cit., vol. II, p. 10 ; Flourens (Pierre), “Éloge historique de Pyramus de Candolle”, art. cit., p. XXVII ; Hooker (Joseph Dalton), Thomson (T.), Flora indica, Londres : W. Pamplin, 1855, pp. 15-16.

85 Radlkofer (Ludwig), “Ueber die Gliederung der Familie des Sapindaceen”, Sitzungsberichte der mathematisch-physikalischen Classe der Könglich-bayerischen Akademie der Wissenschaften zu München, no 20, 1890, pp. 105-379.

86 Elliott (B.), “Victorian gardens and botanical nomenclature”, Botarnic journal of the Linnean Society, no 109, 1992, pp. 473-483 ; Drayton (R. H.), Imperial science and a scientific empire : Kew gardens and the uses of nature, 1772-1903, Thèse de doctorat, Yale University, 1993.

87 Voir Stevens (Peter H), The Development of biological systematics..., op. cit., chapitre 10, pour le traitement de ce point et les références.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Page de titre de Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum secundum ordines naturales disposita..., Turici helvetorum : Ziegleri et filiorum, 1791.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Tableau 2 - Distribution des caractères dans les trois familles qui constituent les Composées.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Université d’Harvard, États-Unis

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540