Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Collecter, observer, classer

De l’histoire naturelle à la biologie : relations entre les programmes de recherche de Cuvier, Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire

Charles Coulston Gillispie

Nota dell’editore

Gillispie, C. C., 1997. De l’histoire naturelle à la biologie : relations entre les programmes de recherche de Cuvier, Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 229-239. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Testo integrale

  • 1 “The Encyclopédie and the jacobin philosophy of science”, in Clagett (Marshall) (sous la dir.), Cr (...)
  • 2 Thouin (André), Mémoire sur le Jardin du roi (Bibliothèque centrale du Muséum, MSS 1934, XXX).

1En parlant de la métamorphose du Jardin du roi en Muséum d’Histoire naturelle dans l’une des premières communications que j’ai faites dans ce domaine, il m’est arrivé de dire qu’il s’agissait de la Révolution française en microcosme botanique1. On peut en effet lire le Mémoire sur le Jardin du roi rédigé par André Thouin à l’intention du ministre de la Maison du roi en octobre 1788, juste après la mort de Buffon, comme un cahier de doléances des naturalistes2. Dévoués à leur science et à la chose publique, ils se plaignent de toute espèce d’injustice — inégalité de traitements, titres très variés et peu rationnels, manque de considération, sujétion indigne au caprice d’un intendant tout puissant, etc. — et ils se rendent parfaitement compte de ce qu’il leur faut — égalité des naturalistes, direction de leurs propres affaires, état professionnel — afin d’être en mesure de servir au mieux l’étude de la nature, l'instruction de la jeunesse et le bonheur du public.

2Il me semblait alors que, parmi les institutions scientifiques, seul le Jardin des plantes fut, je ne dis pas simplement épargné, mais grandement favorisé par la gauche révolutionnaire. Le contraste avec le sort des autres, et surtout avec la suppression de l’Académie des sciences deux mois après la fondation du Muséum, m’avait amené à y voir une confirmation sous forme institutionnelle et politique de certaines préférences d'ordre philosophique et littéraire des Lumières. Sans abandonner cette perspective, je voudrais maintenant l’élargir en réfléchissant de façon un peu générale sur le rôle du Muséum comme institution scientifique dans ce drame historique, sur des acteurs principaux qui ont joué sur sa scène, et sur l’œuvre qu’ils ont léguée à leur postérité.

  • 3 Lamarck (Jean-Baptiste), Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, présentant les caractères (...)

3Étudions tout d’abord l’œuvre. J’emprunte, comme exorde, une observation de Lamarck : “il est, en effet”, dit-il, “assez curieux de remarquer [...] combien, malgré la diversité des lumières et des intelligences, et malgré la confiance que l’on a dans son opinion particulière, préférablement à celle des autres, l’unanimité, néanmoins, est presque constante parmi les zoologistes, dans le placement des classes qu’ils ont le mieux établi entre les animaux”3.

4Comment un tel accord fut-il possible parmi ceux pour lesquels les historiens préfèrent insister sur les désaccords ? L’histoire des sciences n’est point une science expérimentale, mais en tâchant d’y répondre, faisons tout de même une petite expérience de pensée. Imaginons que Cuvier soit mort deux ans en avance sur sa vraie disparition, disons au début de l’an 1830. Ainsi il n’aurait eu le temps ni de composer le fameux, ou plutôt l’infâme, éloge de Lamarck, ni de s’engager dans le débat provoqué par Geoffroy Saint-Hilaire au sein de l’Académie des sciences. Il n’en aurait pas moins contribué, comme Lamarck, aux connaissances scientifiques. En ce qui concerne Geoffroy Saint-Hilaire, il ne nous manquerait que des mémoires de tératologie. Nous serions obligés, dans ce cas, de former notre perspective sur leurs relations scientifiques, non pas à partir de leurs querelles de vieillesse, mais uniquement par la lecture de leurs ouvrages ainsi que des écrits de leurs collègues et des sources d’ordre biographique. S’en dégagerait-il l’image de trois chefs de file ou de parti scientifique se battant pour des programmes irréconciliables chacun avec les deux autres ?

  • 4 Ibid., p. 9. Lamarck fait allusion à l’article “Animal” dans le Dictionnaire des sciences naturell (...)
  • 5 Cuvier (Georges), Le Règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’hist (...)
  • 6 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Philosophie anatomique des organes respiratoires sous le rapport (...)
  • 7 Cuvier (Georges), Le Règne animal..., op. cit., p. XXXV. Il s’agit de Cuvier (Frédéric), Geoffroy (...)

5Le premier collègue cité par Lamarck dans l’Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, est Cuvier, à propos d’une différence assez abstraite sur la définition de l’animal4. Les deux premiers cités par Cuvier dans Le Règne animal, sont Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire, qui lui laissent respectivement peu de choses à faire sur les Coquillages et sur les Quadrupèdes5. Quant à Geoffroy Saint-Hilaire, il s’incline d’abord devant Newton dans la Philosophie anatomique. Puis, le prochain nom auquel il fait allusion est celui de Cuvier, en le remerciant d’avoir reconnu lors d’une lecture devant l’Académie des sciences en 1812 que Geoffroy Saint-Hilaire lui avait suggéré de nouvelles vues sur la composition de la tête osseuse dans les animaux vertébrés6. Plus tard, en 1828, Cuvier reconnaît, en rédigeant l’avertissement pour la deuxième édition du Règne animal, qu'il doit sa dette la plus importante, au sujet des Mammifères, à l’œuvre à laquelle son frère avait collaboré avec Geoffroy Saint-Hilaire dès18197. Sans faire de statistique précise, la lecture des grands ouvrages de nos auteurs, ainsi que de leurs mémoires de journaux, permet de constater que la paire Cuvier-Lamarck, suivie de celle Cuvier-Geoffroy Saint-Hilaire, se citent plus fréquemment qu’ils ne citent d’autres auteurs. Il y avait cependant peu de recouvrement entre les recherches menées par Lamarck et par Geoffroy Saint-Hilaire.

FIG. 1 - Page de titre de Cuvier (Frédéric), Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Histoire naturelle des Mammifères, avec des figures originales enluminées, dessinées d’après des animaux vivants, Paris : Firmin Didot, 1819.

  • 8 Daudin (Henri), Cuvier et Lamarck, les classes zoologiques et l’idée de série animale (1790-1830),(...)
  • 9 Lelorgne de Savigny (Jules-César), Mémoires sur les animaux sans vertèbres (2 parties), Paris : Du (...)
  • 10 Rapport sur... Savigny, “Certains animaux confondus jusqu’ici parmi les Alcyons,” Procès-verbaux d (...)

6D’une telle lecture on peut également constater — et il n’est pas nécessaire d’attendre l’admirable ouvrage de Daudin pour le faire8 — que la méthode d’analyse anatomique est de Cuvier, que la grande division entre animaux vertébrés et animaux sans vertèbres est de Lamarck, et que l’intérêt porté à ce que l’on appelle plus tard la morphologie est de Geoffroy Saint-Hilaire, bien que ce soit plutôt le travail plus exact et plus compréhensif de Savigny sur la bouche des Insectes et des Arthropodes qui lui permit d’entrer de manière systématique dans les programmes de classification9. Il est à noter que Cuvier et Lamarck tombent d’accord au sujet de ses recherches sur les Alcyons, trouvant que “les observations de M. Savigny sont de nature à faire époque dans l’Histoire des animaux composés10.”

FIG. 2 - Cuvier (Georges) 1769 - 1832. Peinture à l’huile sur toile par Van Bree, 1798.

  • 11 “Mémoire sur une nouvelle division des Mammifères et sur les principes qui doivent servir de base (...)
  • 12 Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, Paris : Impr. de Baudouin, an VIII [1799], 8 vol.
  • 13 Cuvier (Georges), Le Règne animal..., op. cit., p. X.
  • 14 Comte (Auguste), Cours de philosophie positive, Paris : Rouen frères, 1830-1842, 40ème leçon, vol. (...)
  • 15 Cuvier (Georges), Le Règne animal..., op. cit., p. XII.
  • 16 Lamarck (Jean-Baptiste), Système des animaux sans vertèbres, ou Tableau général des classes, des o (...)
  • 17 Lamarck (Jean-Baptiste), Mémoires sur les fossiles des environs de Paris, collection publiée sans (...)
  • 18 Gillispie (Charles C), “Aspects scientifiques de l’Expédition d’Égypte,” in Laurens (Henry), L’Exp (...)
  • 19 Cuvier (Georges), Valenciennes (Achille), Histoire naturelle des poissons, Paris : E G. Levrault, (...)

7Car il ne s’agit pas seulement des trois grands. Nous avons affaire, ce me semble, au travail le plus collectif que l’on puisse rencontrer dans toute l’histoire des sciences jusqu’alors. Dès 1795, un mémoire issu d’une collaboration de Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire sur les Mammifères rejette la méthode de Linné et lance un programme pour établir les divisions des animaux en ayant égard à l’anatomie interne11. Cuvier fait appel à Duméril pour la rédaction des deux premiers volumes des Leçons d’anatomie comparée et à Duvernoy pour les trois derniers12. Il reconnaît que de Blainville et Oppel l’ont devancé en étudiant les préparations anatomiques qu’il a destinées à fonder la division des Reptiles dans Le Règne animal13. Auguste Comte aborde la problématique de la biologie14 en suivant le cours de de Blainville. Puis, Cuvier demande à Latreille de rédiger le troisième volume, qui traite des Insectes, des Arachnides, et des Crustacés15. Lamarck avait également songé à Latreille, mais en vain, pour les mêmes parties de l’Histoire naturelle des animaux sans vertèbres16. Lamarck et Cuvier s’occupent tous les deux des fossiles du Bassin parisien, l’un des animaux sans vertèbres et l’autre des animaux vertébrés, travail que Cuvier partage avec Alexandre Brongniart pour la partie géologique17. Les planches de Savigny dans la Description de l’Égypte sont annotées par Audouin et celles de Geoffroy par son fils18. Valenciennes assure la rédaction du dernier ouvrage de Cuvier sur les Poissons19.

  • 20 Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, à l’agriculture, à l’économie rurale (...)

8En parcourant toute cette littérature de la zoologie entre 1800 et 1830 — ouvrages magistraux, les Annale s du Muséum, des mémoires plus ou moins importants parus dans d’autres journaux, les trois dictionnaires d’histoire naturelle20, etc. — et en faisant le bilan de tous les auteurs qui se citent, on arrive au chiffre d’une cinquantaine de chercheurs. Ils constituent, en effet, une communauté scientifique. Elle est basée sur le Muséum comme foyer principal de recherches et de communication. C’est sans compter une vingtaine d’étrangers également cités et une quinzaine de botanistes, très liés avec leurs collègues de zoologie sur le plan méthodologique, et sans noter ce qui se passe en même temps en physiologie expérimentale.

FIG. 3 - Page de titre de Lamarck (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, 2ème éd., Paris : J.B. Baillière, 1835.

9Il y a, certes, des différences d’interprétation qui se dégagent à la lecture des discours préliminaires, des notes, et de quelques obiter dicta dans les textes de nos trois auteurs principaux. Inutile d’insister. La plupart des historiens depuis Daudin se sont penchés sur cette question. Cependant, si de nos jours on parle de leurs théories — du transformisme, des embranchements, de l’unité de composition —, à l’époque il s’agissait plutôt de ce qu’ils appelaient philosophies, surtout chez Lamarck et chez Geoffroy Saint-Hilaire.

  • 21 Lamarck (Jean-Baptiste), Histoire naturelle des animaux..., op. cit., pp. 10-11, ainsi que Pt. VII (...)
  • 22 Lamarck (Jean-Baptiste), La Flore française, ou Description succincte de toutes les plantes qui cr (...)

10Leurs différences ne se manifestent pas seulement dans le contenu de ces constructions intellectuelles, théoriques ou philosophiques, mais également, et de façon peut-être plus révélatrice, dans la relation de la théorie à l’observation au cours du développement de leur carrière. Chez Lamarck, la théorie devance l’observation, il serait exagéré de dire que la théorie en est indépendante, mais elle doit aussi tenir compte des considérations d’un ordre plus élevé. Dans l’énorme introduction à l'Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, Lamarck fait la distinction entre l’art de la zoologie et la philosophie biologique. L’un regarde la classification des animaux, l’autre l’ordre de la nature vivante21. Il y voit une progression dans les formes de la vie, non seulement dans le passé mais dans le présent. Le transformisme ne constitue qu’un aspect de cette vision, et non sa fondation. On peut dire que Lamarck n’a pas changé de regard tout au long de sa vie. Dès 1778, il fait la même distinction entre système artificiel de classification et système naturel des plantes dans la Flore française, tout en affectant, là aussi, un mépris pour la partie taxinomique à laquelle il consacre, pourtant, la plupart de son temps22. L'exactitude s’y impose, afin que les naturalistes puissent s’entendre, mais l’intérêt de l’histoire naturelle n’est pas là.

  • 23 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Hamy (Ernest Théodore), Lettres écrites d’Égypte (lettre VIII, l (...)

11Chez Geoffroy Saint-Hilaire, par contraste, c’est à mi-carrière que la philosophie l’emporte sur la classification comme motivation de ses recherches anatomiques. Depuis qu’il est en Égypte, et peut-être avant, il a tendance à rêver au sujet de ces grandes forces de la nature qui sont à la base des phénomènes de la lumière, de la chaleur, de l’électricité, de la vie, etc.23. Il fait également preuve d’un enthousiasme pour les formes outrées et dramatiques, tel le Polyptère Bichir, le Crocodile, la grande Tortue du Nil, le Silure trembleur, et la Raie torpille. Mais c’est seulement après qu’il est reconnu pour ses anatomies, que ses dissections, qui restent fort exactes, commencent à porter sur des problèmes d’ordre morphologique plutôt que classificatoire, à propos desquels il a dorénavant lui aussi tendance à exprimer un certain dédain.

  • 24 “Sur un nouveau rapprochement à établir entre les classes qui composent le règne animal”, Annales (...)

12Quant à Cuvier, ses embranchements ne datent que de 1812, l’année où paraît les Recherches sur les ossements fossiles24. On a tout lieu de croire qu’il se sent obligé de réagir contre les vues de plus en plus exagérées de ses collègues. Quoi qu’il en soit, ce système d’embranchements ne semble pas avoir eu plus d’effet dans ses divisions de classe, d’ordre et de genre que le transformisme de Lamarck dans les siennes.

  • 25 Cuvier (Georges), Le Règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’hist (...)
  • 26 Lamarck (Jean-Baptiste), Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, présentant les caractères (...)
  • 27 Ibid., vol. I, p. 349.

13En tout cas, ce n’est point pour faire prévaloir l’une ou l’autre de leurs théories que les successeurs de Lamarck et de Cuvier se sont donné la peine de rééditer leurs grands ouvrages dans le courant des années 1830 et 1840. Les onze disciples qui s’occupent de la seconde édition du Règne animal font peu de cas des embranchements25. Quant à celle de l'Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, Milne-Edwards et Deshayes en sont les deux plus importants des quatre responsables26. Lun n’a jamais cru au transformisme et l’autre y avait renoncé. Voici ce que dit Milne-Edwards à propos de l’analyse des mouvements des infusoires : “quant à la théorie physico-physiologique sur laquelle reposent les vues hypothétiques de notre auteur, il nous paraît inutile de nous y arrêter”27. Pourquoi, donc, rééditer Lamarck, ainsi que Cuvier, avec toutes les corrections et les additions que les progrès de la zoologie imposent ? Évidemment parce que rien n’avait été fait depuis les deux grandes synthèses qui soit aussi complet, aussi clair, aussi descriptif, aussi compréhensible. Il est à remarquer que la Philosophie anatomique de Geoffroy Saint-Hilaire n’a point connu de seconde édition.

FIG. 4 - 1ère page de titre de Cuvier (Georges), Le Règne animal distribué d'après son organisation..., Paris : Fortin ; Masson, [s.d.]

  • 28 Comte (Auguste), Cours de philosophie positive, op. cit., 40ème leçon, vol. III, pp. 225 et 304.

14Néanmoins, chez tous les trois, ainsi que chez leurs collaborateurs et disciples, si l’on tait attention à leurs recherches, et non à leurs préfaces, il s’agit de l’étude des phénomènes de ce que l’on appelle plus tard l’adaptation. C’est en s’engageant dans cette problématique-là que l’histoire naturelle s’est transformée peu en peu en biologie. J’emprunte la définition qu’Auguste Comte donne à ce terme et non le sens plutôt vitaliste que Lamarck avait voulu lui prêter dès 1802 : “une telle harmonie entre l’être vivant et le milieu correspondant”, selon Comte, “caractérise la condition fondamentale de la vie”. En supposant la constitution de l’environnement connu, d’après l’ensemble des autres sciences, “le double problème biologique peut être posé, suivant l’énoncé le plus mathématique possible, en ces termes généraux : étant donné l’organe ou la modification organique, trouver la fonction ou l’acte, et réciproquement”. On y parvient grâce à “l’admirable rationalité” de l’anatomie comparée, dont les acquis sont à organiser selon les dispositions de la nature par le moyen de la philosophie biotaxique28.

  • 29 Cuvier (Georges), Le Règne animal..., op. cit., vol. I, p. 6.

15Or, cette harmonie entre l’être vivant et le milieu, ce n’est pas autre chose que les conditions d’existence chez Cuvier : “comme rien ne peut exister s’il ne réunit les conditions qui rendent son existence possible, les différentes parties de chaque être doivent être coordonnées de manière à rendre possible l’être total, non-seulement en lui-même, mais dans ses rapports avec ceux qui l’entourent, et l’analyse de ces conditions conduit souvent à des lois générales tout aussi démontrées que celles qui dérivent du calcul ou de l’expérience”29.

  • 30 Lamarck (Jean-Baptiste), Système des animaux..., op. cit., pp. 14-15.
  • 31 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Philosophie anatomique..., op. cit., vol. I, p. 208.

16Que ce principe soit séparé des causes finales avec lesquelles Cuvier l’identifie n’est d’aucune importance sur le plan pratique du laboratoire ou du cabinet lorsque lui-même et d’autres faisaient leurs dissections, leurs observations, leurs comparaisons, leurs dessins, leur établissement de tel ou tel genre, famille, ordre, ou classe. Voici, par exemple, une déclaration de Lamarck en tête du Système des animaux sans vertèbres de 1812 : “je pourrais ici passer en revue toutes les classes, tous les ordres, tous les genres, et toutes les espèces [...] et faire voir que la conformation des individus et de leurs parties, que leurs organes, leurs facultés, etc., etc., sont entièrement le résultat des circonstances dans lesquelles la race de chaque espèce s’est trouvée assujettie par la nature”30. Chez Geoffroy Saint-Hilaire, les énoncés de méthode, sinon les idées, sont d’un ordre moins général, mais ses commentaires de tel ou tel rapport entre structure et fonction reviennent à la même chose. À l’égard de l’oxygénation du sang veineux, par exemple, il note que “l’élément respirable est [...] disséminé dans deux fluides de nature et de densité bien différentes. De là, pour les animaux, de la part de leur monde extérieur une ordonnée qui entre dans les conditions de leur organe respiratoire ; de là, deux modes pour la respiration, et par conséquent deux groupes d’animaux, selon qu’ils respirent dans l’air ou dans l’eau”31.

  • 32 Fox (Robert), “The Rise and fall of Laplacian physics”, Historical studies in the physical science (...)

17Leur méthode de recherches à tous trois me semble identique, ce qui permet de faire la comparaison avec ce qui se passe en même temps en physique. Là l’équivalent d’une histoire tirée des démêlés entre fixistes et transformistes serait d’organiser un récit en termes de conflit entre, d'un côté, les partisans d’une construction dite laplacienne des forces centrales portant sur des masses corpusculaires, et de l’autre, des rebelles contre cette autorité prônant des modèles ondulatoires, un milieu éthérien, de la propagation de manière continue, etc.32.

  • 33 Grattan-Guinness (Ivor), Convolutions in French mathematics, 1800-1840 : from the calculus and mec (...)

18Voilà un schéma aussi séduisant par sa simplicité que sa contrepartie biologique, mais qui ne donne pas non plus, hélas, la clef une fois que l’on entre dans les détails de la recherche. Ces détails sont contenus dans une masse de littérature d’environ deux cents mémoires et traités, composés par une quarantaine de personnes entre 1800 et 1830, chiffres légèrement moins importants en somme que ce qui s’est produit en zoologie33. Le seul trait commun à toute la physique, prise au sérieux, est qu’elle soit mathématique. On ne peut pas dire, ni de ces physiciens, ni de ces zoologistes, qu’ils aient formé une ou deux écoles. Ils se sont admirés et méprisés. Ils se sont loués et critiqués. Ils ont collaboré, bien qu’en concurrence les uns avec les autres. Parmi eux il y en avait de caractère et de personnalité plutôt sympathiques, d’autres moins. Pour tout dire, ils se sont comportés sur le plan professionnel de la même manière que des collègues dans n’importe quel institut scientifique ou département universitaire de nos jours. Le mieux que l’on puisse dire, mais c’est déjà beaucoup, est qu’ils ont constitué une discipline scientifique. Il faut peut-être attendre la convergence de la physiologie expérimentale avec la zoologie avant que l’on soit en droit d’en dire autant, à cet égard, de la biologie que de la physique. On peut signaler, en revanche, chez les zoologistes, un avantage en ce qui concerne la communication. J’ai l’impression qu’ils se lisent plus attentivement que les physiciens, qu’ils se citent davantage et que leurs échanges intellectuels sont plus nombreux et plus denses.

19Il me reste, en conclusion, un mot à dire sur le rôle du Muséum en tant qu’institution scientifique à l’époque révolutionnaire. Il me semble, en effet, que la modernité se dégage des événements d’alors aussi bien en sciences qu’en politique. Le propre de la révolution politique, c’est la démocratisation dans le sens le plus large, c’est-à-dire l’égalité en principe de tout citoyen face au seul pouvoir légitime, celui de l’État, fort agrandi. Le propre de la révolution dans le monde scientifique, c’est l’émergence, en professions libérales, des disciplines savantes. Sur le plan institutionnel, il s’agit de l’autogestion des sciences en ce qui concerne la formation, les qualifications, et les carrières, un peu moins réelle en France qu’à l’étranger du fait, précisément, de l’importance de l’État. Sur le plan intellectuel, il s’agit d’un mouvement rigoriste de quantification, plus complet, en revanche, en France qu’ailleurs. Ces développements ont lieu, non pas dans l’abstrait, mais dans le concret des cadres institutionnels : la physique sous l’égide de l’École Polytechnique, de la Société d’Arcueil, finalement de l’Institut ; la physiologie à l’École de médecine ainsi qu’au Collège de France ; la zoologie ici-même au Muséum.

20Cela m’amène à une autre comparaison entre sciences et politique. Du côté de la politique il s’agit des relations à établir entre l’idéologie et l’exercice du gouvernement, et du côté des sciences des relations entre leurs théories et leur pratique. Pour comprendre l’histoire de la Révolution française, force est de connaître la pensée d’un Condorcet, d’un Sieyès, d’un Robespierre, etc. Mais ce n’est pas en suivant ces fils d’ordre idéologique que l’on arrive à saisir la texture de la société qui est tissée sur le métier de la Révolution. Les notions de Robespierre sur la vertu jouent un rôle négligeable dans la vie quotidienne des citoyens français au XIXème et au XXème siècles. Les résultats réels de la Révolution sont ailleurs : dans l’égalité devant la loi, dans les droits de propriété, dans l’obligation du service militaire, dans l’usage du système métrique, etc.

  • 34 Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate : French biology in the decades before Darwin, Oxford  (...)

21De la même façon, en sciences, les idées d’un Cuvier, d’un Lamarck, d’un Geoffroy Saint-Hilaire au sujet des espèces sont des éléments essentiels de l’histoire intellectuelle de la théorie de l’évolution. On ne saurait que trop louer l’œuvre des historiens récents qui les ont analysées34. Ce n’est point pour dénigrer leur travail, dont la valeur est hors de question, que je note simplement que l’organisation des phyla modernes ne dérive point des désaccords d’ordre théorique entre les protagonistes, mais plutôt de leurs accords d’ordre taxinomique, lesquels font figure de faits acquis à la science.

Note

1 “The Encyclopédie and the jacobin philosophy of science”, in Clagett (Marshall) (sous la dir.), Critical problems in the history of science, Madison : University of Wisconsin Press, 1959.

2 Thouin (André), Mémoire sur le Jardin du roi (Bibliothèque centrale du Muséum, MSS 1934, XXX).

3 Lamarck (Jean-Baptiste), Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, présentant les caractères généraux et particuliers de ces animaux, leur distribution, leurs classes, leurs familles, leurs genres, et la citation des principales espèces qui s’y rapportent : précédée d’une introduction offrant la détermination des caractères essentiels de l’animal, sa distinction du végétal et des autres corps naturels, enfin, l’exposition des principes fondamentaux de la zoologie, Paris : Verdière, 1815-1822, vol. I, pp. 157-158.

4 Ibid., p. 9. Lamarck fait allusion à l’article “Animal” dans le Dictionnaire des sciences naturelles, où il qualifie l’auteur comme étant “un anatomiste et un zoologiste des plus célèbres de notre temps, et en effet, des plus distingués”.

5 Cuvier (Georges), Le Règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée. Vol. I : L’Introduction, les Mammifères et les Oiseaux, Paris : Déterville, 1817, vol. I, p. X.

6 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Philosophie anatomique des organes respiratoires sous le rapport de la détermination et de l’identité de leurs pièces osseuses, Paris : Méquignon-Marvis, 1818, t. I, p. 23 ; Tome 2 : Philosophie anatomique des monstruosités humaines, Paris : l’auteur, 1822.

7 Cuvier (Georges), Le Règne animal..., op. cit., p. XXXV. Il s’agit de Cuvier (Frédéric), Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Histoire naturelle des Mammifères, avec des figures originales enluminées, dessinées d’après des animaux vivants, Paris : A. Belin, 1824-1842, 4 vol.

8 Daudin (Henri), Cuvier et Lamarck, les classes zoologiques et l’idée de série animale (1790-1830), Paris : Libr. F Alcan, 1926, 460 p. et 338 p.

9 Lelorgne de Savigny (Jules-César), Mémoires sur les animaux sans vertèbres (2 parties), Paris : Dufour (I) ; C.L.F. Panckoucke (II), 1816.

10 Rapport sur... Savigny, “Certains animaux confondus jusqu’ici parmi les Alcyons,” Procès-verbaux des séances de l’Académie des sciences, no 5, 8 mai 1815, pp. 496-500. Voir aussi Cuvier, Lamarck, et Latreille, Rapport sur Savigny, “Organes de la bouche des Insectes sans ailes”, ibid., 3 juillet 1815, pp. 521-526.

11 “Mémoire sur une nouvelle division des Mammifères et sur les principes qui doivent servir de base dans cette sorte de travail”, Magasin encyclopédique, no  2, 1795, pp. 164-190.

12 Cuvier (Georges), Leçons d’anatomie comparée, Paris : Impr. de Baudouin, an VIII [1799], 8 vol.

13 Cuvier (Georges), Le Règne animal..., op. cit., p. X.

14 Comte (Auguste), Cours de philosophie positive, Paris : Rouen frères, 1830-1842, 40ème leçon, vol. III, p. 269, n. 1.

15 Cuvier (Georges), Le Règne animal..., op. cit., p. XII.

16 Lamarck (Jean-Baptiste), Système des animaux sans vertèbres, ou Tableau général des classes, des ordres et des genres de ces animaux : présentant leurs caractères essentiels et leur distribution, d’après les considérations de leurs rapports naturels et de leur organisation, et suivant l’arrangement établi dans les galeries du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : l’auteur, an IX [1801], 432 p. Voir l’avertissement.

17 Lamarck (Jean-Baptiste), Mémoires sur les fossiles des environs de Paris, collection publiée sans date d’une suite de mémoires parus dans les Annales du Muséum d’Histoire naturelle, tomes 1-8, 1802-1806 ; Cuvier (Georges), Brongniart (Alexandre), “Essai sur la géographie minéralogique des environs de Paris", Journal des mines, no  23, juin 1808, pp. 421-458.

18 Gillispie (Charles C), “Aspects scientifiques de l’Expédition d’Égypte,” in Laurens (Henry), L’Expédition d’Égypte, Paris : Armand Colin, 1989, pp. 378-384.

19 Cuvier (Georges), Valenciennes (Achille), Histoire naturelle des poissons, Paris : E G. Levrault, 1828-1849, 27 vol.

20 Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, à l’agriculture, à l’économie rurale et domestique, à la médecine, etc., dit Dictionnaire de Déterville, 1816-1819, 36 vol. ; Cuvier (Frédéric) (sous la dir. de), Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg : Levrault, 1816-1830, 70 vol. + planches dit Dictionnaire de Levrault ; Bourdon (Isidore), Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste) (sous la dir.), Dictionnaire classique d’histoire naturelle, Paris : Rey et

21 Lamarck (Jean-Baptiste), Histoire naturelle des animaux..., op. cit., pp. 10-11, ainsi que Pt. VII, pp. 343-382.

22 Lamarck (Jean-Baptiste), La Flore française, ou Description succincte de toutes les plantes qui croissent naturellement en France, disposée suivant une nouvelle méthode d’analyse, Paris : Impr. royale, 1777-1778, vol. I, p. XC.

23 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Hamy (Ernest Théodore), Lettres écrites d’Égypte (lettre VIII, le 4 vendémiaire An X : 26 septembre 1801), Paris : Hachette, 1901, 280 p.

24 “Sur un nouveau rapprochement à établir entre les classes qui composent le règne animal”, Annales du Muséum, no 19, 1812, pp. 73-84.

25 Cuvier (Georges), Le Règne animal distribué d’après son organisation, pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée, [éd. accompagnée de planches gravées par MM. Audouin, Blanchard, Deshayes, Alcide d’Orbigny, Doyère, Dugès, Duvernoy, Laurillard, Milne-Edwards, Roulin et Valenciennes], Paris : Fortin et Masson, 1836-1849, 22 vol.

26 Lamarck (Jean-Baptiste), Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, présentant les caractères généraux et particuliers de ces animaux, leur distribution, leurs classes, leurs familles, leurs genres, et la citation des principales espèces qui s’y rapportent : précédée d’une introduction offrant la détermination des caractères essentiels de l’animal, sa distinction du végétal et des autres corps naturels, enfin, l’exposition des principes fondamentaux de la zoologie, 2ème éd. rev. et augm. par C.P Deshayes et H. Milne-Edwards, Paris : J. Baillière, 1835-1845, 11 vol.

27 Ibid., vol. I, p. 349.

28 Comte (Auguste), Cours de philosophie positive, op. cit., 40ème leçon, vol. III, pp. 225 et 304.

29 Cuvier (Georges), Le Règne animal..., op. cit., vol. I, p. 6.

30 Lamarck (Jean-Baptiste), Système des animaux..., op. cit., pp. 14-15.

31 Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Philosophie anatomique..., op. cit., vol. I, p. 208.

32 Fox (Robert), “The Rise and fall of Laplacian physics”, Historical studies in the physical sciences, no 4, 1974, pp. 81-136.

33 Grattan-Guinness (Ivor), Convolutions in French mathematics, 1800-1840 : from the calculus and mechanics to mathematical analysis and mathematical physics, Basel : Birkhäuser Verlag, 1990, 3 vol.

34 Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate : French biology in the decades before Darwin, Oxford : Oxford University Press, 1987, 305 p. ; Burkhardt (Richard W), The Spirit of System : Lamarck and evolutionary biology, Cambridge : Harvard University Press, 1977, 285 p. ; Coleman (William), Georges Cuvier, zoologist : a study in the history of evolution theory, Cambridge : Harvard University Press, 1964, 212 p. ; Corsi (Pietro), Oetro il mito : Lamarck e le scienze naturali del suo tempo, Bologna : Il Mulino, 1983 ; Laurent (Goulven), Paleontologie et évolution en France, 1800-1860, Paris : C.T.H.S., 1987, 553 p.

Indice delle illustrazioni

Legenda FIG. 1 - Page de titre de Cuvier (Frédéric), Geoffroy Saint-Hilaire (Étienne), Histoire naturelle des Mammifères, avec des figures originales enluminées, dessinées d’après des animaux vivants, Paris : Firmin Didot, 1819.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1708/img-1.jpg
File image/jpeg, 186k
Legenda FIG. 2 - Cuvier (Georges) 1769 - 1832. Peinture à l’huile sur toile par Van Bree, 1798.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1708/img-2.jpg
File image/jpeg, 172k
Legenda FIG. 3 - Page de titre de Lamarck (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, 2ème éd., Paris : J.B. Baillière, 1835.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1708/img-3.jpg
File image/jpeg, 154k
Legenda FIG. 4 - 1ère page de titre de Cuvier (Georges), Le Règne animal distribué d'après son organisation..., Paris : Fortin ; Masson, [s.d.]
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1708/img-4.jpg
File image/jpeg, 136k

Autore

Princeton University, États-Unis

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).