Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Collecter, observer, classer

Le “Système de la nature” de Lamarck (1794) : analyse d'un ambitieux projet avorté d'après un manuscrit oublié

Giulio Barsanti

Editor's note

Barsanti, G., 1997. Le “Système de la nature” de Lamarck (1794) : analyse d'un ambitieux projet avorté d’après un manuscrit oublié, in : C. Blanckaert et al. (eds). Le Muséum au premier siècle de son histoire : 219-227. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Full text

Je remercie Marc Rives de l’Université de Florence pour sa traduction.

  • 2 Il est daté du 4 vendémiaire, an III [25 septembre 1794].
  • 3 Il avait été reproduit dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme : sa vie, son (...)

1Mon article porte sur un projet de Lamarck, conçu aux alentours de 1793 et présente au Comité d’instruction publique en 17942. C’était un projet très ambitieux et d’une grande importance scientifique. Le texte, que j’ai retrouvé parmi les documents conservés aux Archives nationales, était jusqu’à présent demeuré dans l’ombre3.

  • 4 Barsanti (Giulio), La Scala, la Mappa, l’Albero, immagini e classificazioni della natura fra Sei e (...)
  • 5 C’est le terme qu’utilisait Linné lui-même pour désigner ses élèves.

2Il s’agissait d’élaborer un grand Système de la nature, une alternative au Systema naturar de Linné, afin de reconquérir la primauté de la France dans le domaine de l’histoire naturelle, une suprématie qu’elle était sur le point de perdre précisément à cause de l’influence qu’avait acquise la classification linnéenne. Celle-ci avait été critiquée par Buffon : avec efficacité sur le plan scientifique4, mais en vain sur le plan institutionnel, puisque le linnéisme s’était répandu sur tout le continent (on avait même fondé une Société linnéenne à Paris) et que les “apôtres” de Linné5, particulièrement actifs, étaient en train d’exporter ses doctrines en Russie et en Amérique aussi.

  • 6 Sur la base des jugements contenus par exemple dans Guyénot (Émile), Les Sciences de la vie au XVII(...)
  • 7 Barsanti (Giulio), La Mappa della vita : teorie della natura e teorie dell’uomo in Francia 1750-185 (...)
  • 8 Cf. aussi Roger (Jacques), Buffon : un philosophe au Jardin du roi, Paris : Fayard, 1989, 645 p.
  • 9 Burkhardt (Richard W), The Spirit of System : Lamarck and evolutionary biology, Cambridge : Harvard (...)

3Que Lamarck ait conçu un projet de système pourrait en lui-même surprendre. Il était en effet disciple de Buffon et beaucoup d’historiens sont encore convaincus que Buffon était un “ennemi des systèmes”6. En réalité, comme j’ai essayé de le prouver en d’autres occasions7, il ne s’opposait en rien à la classification en tant que telle, mais uniquement à la classification linnéenne (et je suis heureux qu’entre autres le regretté Jacques Roger ait sur ce point confirmé ma thèse)8. En envisageant l’élaboration d’un Système de la nature Lamarck ne contredisait pas l’œuvre de son maître et nous pourrions même penser qu’il la menait à son terme. Du reste, il aurait publié en 1801 un Système des animaux sans vertèbres. Certains de ceux qui ont consacré de longs articles et parfois des ouvrages entiers à la biologie lamarckienne, conviendront que nous aurions pu nous attendre à ce que Lamarck conçût un grand Système de la nature. Je pense en particulier à M. Burkhardt qui a donné à son livre un titre significatif à ce propos : Lamarck, the spirit of System9.

4Naturellement, le système projeté par Lamarck n’était qu’“analogue” à celui de Linné. Comme Lamarck le précisa immédiatement, il s’agissait de dresser “un tableau complet, concis, méthodique de toutes les productions naturelles”, mais inspiré de principes radicalement différents, voire opposés.

5Lamarck présente ce futur ouvrage comme une grande contribution “aux progrès de l’histoire naturelle” et comme un projet "que la Convention nationale devrait sans doute ordonner”, parce qu’il s’agit d’“un travail bien important, plus pressant peut-être” que tous les autres. Lamarck souligne plus d’une fois, habilement, que c’est un travail “pressant” non seulement pour la science mais aussi pour le prestige national : un Système de la nature français permettrait en effet de ne plus avoir recours aux “spéculations des auteurs étrangers”, à des “ouvrages dont, à notre honte, nous sommes constamment forcés de nous servir, parce que nous n’avons pas su en composer par nous mêmes”. Non seulement Lamarck défend ainsi “l’importance [du] projet” et “futilité de son exécution”, mais il va jusqu’à mentionner le “devoir qu’en prescrit l’honneur national”, répétant que ce Système de la nature serait une œuvre entièrement nouvelle et non pas “une simple et déshonorante compilation de ce que les étrangers ont écrit”.

6N’évoquant jamais une possibilité de combler cette lacune en traduisant le Systema naturae ou un autre ouvrage similaire, Lamarck insiste sur le fait que son projet est réalisable : “j’ai quelque expérience et de l’habitude dans les travaux de ce genre ; ma collection de végétaux en herbier est une des plus riches qui existent ; ma nombreuse collection de Testacées est à peu près la seule en France dont les objets soient déterminés et dénommés selon la méthode adoptée par les naturalistes modernes ; enfin je suis à portée de profiter de tous les secours qu’on trouve à cet égard au Muséum national d’Histoire naturelle : avec ces moyens réunis, je puis donc espérer exécuter convenablement cet intéressant ouvrage”. Et il persiste, tantôt d’une façon qui peut paraître présomptueuse : “je ne me dissimule pas les difficultés de cette grande entreprise. Je les connais, je crois, aussi bien et peut-être mieux que personne ; mais je sens que je puis les vaincre”, tantôt avec l’esprit du martyre : “il me reste quelques forces à sacrifier pour l’avantage commun”.

FIG. 1 - Iere page du manuscrit de Jean-Baptiste Lamarck. Source : Archives nationales, AJ.15.548.

7Quant aux modalités d’exécution du projet, il est intéressant d’observer que, dans un premier temps, Lamarck avait pensé s’assurer la collaboration d’autres spécialistes : “j’avais d’abord pensé que l’ouvrage dont il s’agit devait être exécuté par une société de naturalistes”, j’ignore cependant s’il s’était effectivement adressé à quelqu’un. Il est intéressant de s’attarder aussi sur les motifs qui l’ont conduit à écarter par la suite cette possibilité : “après y avoir beaucoup réfléchi, [...] je me suis convaincu qu’alors l’ouvrage entier serait difforme, sans unité de plan, sans accord de principes, et que sa composition serait peut-être interminable”. Cette dernière raison reflète un souci pratique légitime, les raisons précédentes sont théoriques et, pour un disciple de Buffon, elles sont décisives.

  • 10 Bien que Buffon en eût largement parlé dans son article “Histoire naturelle des minéraux”, in Buffo (...)
  • 11 On pourrait penser que c’est un hommage au maître qui avait particulièrement valorisé la zoologie.
  • 12 On lui avait attribué la chaire de zoologie des Insectes, des Vers et des Animaux microscopiques, m (...)

8Quant à la structure de l’œuvre, Lamarck affirme qu’elle “ne peut comprendre moins de huit volumes in 8o , savoir : un volume pour les Quadrupèdes et les Oiseaux, un volume pour les Reptiles et les Poissons, deux volumes pour les Insectes, un volume pour les Vers [...], deux volumes pour les plantes, un volume pour les minéraux”. On pourrait remarquer que l’ouvrage apparaît déséquilibré, ne prévoyant qu’un volume pour tout le règne minéral10, deux volumes seulement pour les végétaux, contre cinq consacrés aux animaux (ce qui peut surprendre, si l’on songe à la formation botanique de Lamarck)11, et deux volumes traitant des Vertébrés, contre trois pour les Invertébrés (or l’intérêt de Lamarck pour ces derniers était récent et, en outre, il était le fruit de contraintes)12. Mais il est encore plus intéressant d’analyser les informations que les quatre pages du projet nous donnent sur son orientation théorique.

9Dans ce Système de la nature, la fidélité à Buffon est évidente. Elle transparaît à travers la dimension du futur ouvrage : Lamarck affirme qu’il s’agirait d’un tableau “concis”, mais huit volumes in 8o  représentent le double de la douzième édition du Systema naturae. Sans aucun doute Lamarck ne se serait pas contenté de la définition des espèces (comme le voulait Linné) mais il en aurait aussi donné la description (comme le voulait Buffon) ou, autrement dit, l’historique, qu’à l’instar de son maître, il considérait comme un élément essentiel pour la classification dont il estimait, lui aussi, qu’elle ne pouvait se limiter à la description morphologique et anatomique mais devait comprendre en outre la description physiologique et même — comme Buffon l’avait souligné à maintes reprises — la description du milieu et du comportement.

10La fidélité du Système de la nature à Buffon est encore manifeste dans le choix de la terminologie, par exemple quand Lamarck continue à appeler “Quadrupèdes” les Mammifères pour s’opposer au “système sexuel” de Linné. Cette fidélité est surtout évidente dans l’impitoyable condamnation du Systema naturae dont les éditions sont, au dire de Lamarck, “remplies (surtout la dernière [...]) de fautes grossières, de lacunes, de doubles et de triples emplois, d’erreurs et de synonymie, et présentent tantôt par des caractères génériques inexacts ou imperceptibles, et tantôt par des séries mal divisées ou des genres trop nombreux en espèces, des difficultés insurmontables pour ceux qui étudient”.

11Critiquer avec autant de virulence la treizième édition aussi du Systema linnéen équivalait à refuser toute l’œuvre du naturaliste suédois. Condamner la treizième édition plus durement que les précédentes, c’était reprendre exactement les critiques formulées par Buffon. Laissant de côté les reproches d’ensemble (la présence de fautes, de lacunes, d’erreurs), je voudrais attirer l’attention sur trois remarques particulières : celle qui porte sur les “caractères génériques imperceptibles”, celle qui porte sur les “séries mal divisées” et celle qui porte sur les “genres trop nombreux en espèces”.

  • 13 Buffon (Georges), “Premier discours : de la manière d’étudier et de traiter l’histoire naturelle”, (...)

12À propos des “caractères génériques imperceptibles”, Buffon s’était exprimé sur un ton sarcastique et plein de mépris scientifique : “comme les caractères des genres sont pris [dans le Systema naturae] de parties presqu’infiniment petites, il faut aller le microscope à la main, pour reconnaître un arbre ou une plante ; la grandeur, la figure, le port extérieur, les feuilles, toutes les parties apparentes ne servent plus à rien, il n’y a que les étamines, et si l’on ne peut pas voir les étamines, on ne sait rien, on n’a rien vu”13.

  • 14 Ibid., pp. 23-24.

13La critique contre les “séries mal divisées”, Buffon l’avait formulée de manière extrêmement péremptoire et avec beaucoup de dureté : “on ne doit pas regarder les méthodes que les auteurs nous ont donné sur l'histoire naturelle en général, ou sur quelques-unes de ses parties, comme les fondements de la science, et on ne doit s’en servir que comme des signes dont on est convenu pour s’entendre. En effet, ce ne sont que des rapports arbitraires et des points de vue différents sous lesquels on a considéré les objets de la Nature [...]. Chacune de ces méthodes n’est, à parler vrai, qu’un dictionnaire où l’on trouve les noms rangés dans un ordre [...] aussi arbitraire que l’ordre alphabétique”14.

  • 15 Ibid., pp. 18-19 et 39-40. Buffon ajoute : “Linné divise tous les animaux en six classes, savoir, l (...)

14Enfin la critique des “genres trop nombreux en espèces” avait été très clairement et très précisément énoncée par Buffon : Linné “a mis ensemble et dans les mêmes classes le mûrier et l’ortie, la tulipe et l’épine-vinette, Forme et la carotte, la rose et la fraise, le chêne et la pimprenelle. N’est-ce pas se jouer de la Nature et de ceux qui l’étudient ? Et si tout cela n’était pas donné avec une certaine apparence d’ordre mystérieux, et enveloppé de Grec et d’érudition botanique, aurait-on tant tardé à faire apercevoir le ridicule d’une pareille méthode, ou plutôt à montrer la confusion qui résulte d’un assemblage si bizarre ? [...] Il faut bien avoir la manie de faire des classes pour mettre ensemble [dans le premier ordre des Mammifères] des êtres aussi différents que l’homme et le paresseux, ou le singe et le lézard écailleux. Passons au second ordre qu’il [Linné] appelle Ferae, les bêtes féroces ; il commence en effet par le lion, le tigre, mais il continue par le chat, la belette, la loutre, le veau-marin, le chien, l’ours, le blaireau, et il finit par le hérisson, la taupe et la chauve-souris. Aurait-on jamais cru [...] que les animaux domestiques, comme le chien et le chat, fussent des bêtes sauvages ? [... ] Ensuite en examinant les dernières divisions des animaux en espèces particulières, on trouve que le loup-cervier n’est qu’une espèce de chat, le renard et le loup une espèce de chien, la civette une espèce de blaireau, le cochon d’Inde une espèce de lièvre, le rat d’eau une espèce de castor, le rhinocéros une espèce d’éléphant, l’âne une espèce de cheval, etc. et tout cela parce qu’il y a quelques petits rapports entre le nombre des mamelles et des dents de ces animaux, ou quelque ressemblance légère dans la forme de leurs cornes”15.

15Il apparaît donc bien que le Système de la nature de Lamarck aurait été un produit français non seulement parce qu’il aurait été écrit dans cette langue, mais aussi et surtout par ses principes, sa conception et ses finalités.

  • 16 L'acte de vente au gouvernement de la Collection de Coquilles et Madrépores, pour la somme de cinq (...)

16Les trois derniers alinéas du document sont consacrés aux modalités éventuelles de son financement. Lamarck aborde ce problème de loin : “il est impossible d’exécuter en France un ouvrage de cette nature, sans avoir des secours particuliers de la nation ; car les frais typographiques [...] sont tels qu’aucun arrangement avec l’imprimeur [...] ne peut indemniser l’auteur de l’immense travail à faire pour le composer”. Lamarck admet cependant que les dépenses risqueraient d’être trop importantes : “si la nation voulait imprimer l’ouvrage à ses frais, et donner ensuite à l’auteur le profit de la vente de cette édition ; je trouverais cet auteur très heureux, et sans doute il ne demanderait pas autre chose. Mais il en coûterait beaucoup à la nation”. Lamarck propose donc une autre solution, consentant à une remise sur le coût de l’entreprise : “je crois que ce projet utile peut s’exécuter avec plus d’économie. En effet, si la nation veut me donner trente mille livres, une fois payé, je me charge de tout, et je réponds, si je ne meurs pas, qu’avant sept ans, le Système de la nature en français, avec les additions complémentaires, les corrections et les éclaircissements convenables, sera à la disposition de tous ceux qui aiment [...] l’histoire naturelle”. On sait que Lamarck traversait alors de graves difficultés économiques, au point que l’échec de ce projet le contraignit, deux ans plus tard, à vendre à l’État (pour à peine un sixième du coût de l’ouvrage qu’il avait envisagé) cette grande collection malacologique16 dont il parlait comme l’un des ensembles de documents les plus importants pour la réalisation du Système de la nature.

17Mais au-delà du drame personnel de Lamarck, l’échec de son projet n’eut peut-être pas de conséquences négatives sur le progrès des connaissances. C’est la conclusion que je voudrais hasarder. Certes l’histoire ne se fait pas avec des “si”, mais elle se fait avec un regard rétrospectif et c’est ce point de vue que j’adopte pour dire que si Lamarck avait consacré sept ans à la compilation du Système de la nature, il aurait considérablement ralenti ses propres recherches. En admettant qu’il eût par la suite repris toutes les recherches interrompues et qu’il les eût poursuivies dans le même ordre, peut-être serait-il parvenu à publier le Système des animaux sans vertèbres, et peut-être aussi l'Hydrogéologie, et les Recherches sur l’organisation des corps vivants, mais avec un grand retard. Et peut-être serait-il enfin parvenu à transformer les Recherches en sa Philosophie zoologique, mais je tendrais à exclure qu’il aurait alors pu concevoir et écrire l’Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, son véritable chef-d’œuvre qui eut une importance scientifique et une influence incomparablement plus grandes que celles de la Philosophie zoologique. Par exemple en ce qui concerne la taxinomie — et si je choisis cet exemple c’est avec l’intention polémique de souligner combien la conviction que certaines contributions ne pouvaient venir que de l’école linnéenne est sans fondement.

  • 17 Linné (Carl von), Systema naturae : per regna tria naturae, secundum, classes, ordines, species, cu (...)
  • 18 Cuvier (Georges), Tableau élémentaire de l’histoire naturelle des animaux, Paris : Baudouin, an VI (...)
  • 19 Lamarck (Jean-Baptiste), Système des animaux sans vertèbres, ou Tableau général des classes, des or (...)
  • 20 Lamarck (Jean-Baptiste), Philosophie zoologique, ou Exposition des considérations relatives à l’his (...)
  • 21 Lamarck (Jean-Baptiste), Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, présentant les caractères g (...)
  • 22 Sloan (Philipp R.), “Darwin’s invertebrate program, 1826-1836 : preconditions for transformism”, in(...)

18Il convient de rappeler qu’avant Lamarck tous les Invertébrés étaient partagés en deux classes uniques, celle des Insectes et celle des Vers. Pour Linné, lui aussi, la méduse est un Ver17 ; et encore pour le grand Cuvier, le crabe est un Insecte18. Lamarck, développant les thèses de Buffon sur la nécessité que le “système” soit divisé en des sections homogènes et donc sur la nécessité d'augmenter le nombre de ses partitions, porta de deux à onze le nombre des classes des Invertébrés. En les subdivisant tout d’abord en Polypes, Radiaires, Vers, Insectes, Arachnides, Crustacés, Mollusques19, puis en créant les classes des Infusoires, des Annélides, des Cirripèdes20, ajoutant enfin celle des Ascidies21, il procéda de façon très efficace à leur distribution. Certes sa classification était encore défectueuse mais elle était sans aucun doute meilleure que celle de l’école adverse. Du reste, dans son long voyage autour du monde, il ne semble pas que Darwin ait emporté, pour reconnaître les espèces, des “systèmes” linnéens : on sait qu’il avait avec lui l'Histoire naturelle du buffonien Lamarck et qu’il se servit constamment de cette classification22.

19Je dois donc, d’une part, admettre que le Système de la nature de Lamarck fut une grande occasion manquée, parce qu’il aurait pu rouvrir la lutte entre disciples de Linné et disciples de Buffon, et qu’il aurait pu être la meilleure carte de visite du Muséum d’Histoire naturelle ; mais, d’autre part, je suis contraint de reconnaître que ce n’aurait été qu’un ouvrage de compilation. Que les professeurs du Muséum ne m’en veuillent donc pas si je m’avoue content que la Révolution n’ait pas voulu publier cette carte de visite.

Notes

2 Il est daté du 4 vendémiaire, an III [25 septembre 1794].

3 Il avait été reproduit dans Landrieu (Marcel), Lamarck, le fondateur du transformisme : sa vie, son œuvre, Paris : Société zoologique de France, 1909, pp. 95-97 mais le biographe de Lamarck s’était limité à remarquer qu’“à la rigueur pareille entreprise n’était peut-être point irréalisable en l’an III de la République” et à affirmer que “Lamarck eut [...] raison de se tourner sagement à l’étude des objets dont il avait fait sa spécialité” (p. 97).

4 Barsanti (Giulio), La Scala, la Mappa, l’Albero, immagini e classificazioni della natura fra Sei e Ottocento, Firenze : Sansoni, 1992, 310 p.

5 C’est le terme qu’utilisait Linné lui-même pour désigner ses élèves.

6 Sur la base des jugements contenus par exemple dans Guyénot (Émile), Les Sciences de la vie au XVIIéme et XVIIIème siècle : l'idée d’évolution, Paris : Albin Michel, 1941, p. 76 ; Montalenti (Giuseppe), “Storia della biologia e della medicina”. in Abbagnano (Nicola) (sous la dir.), Storia delle scienze, Torino : Utet, 1962-1965, vol. III, p. 248 ; Hanks (Lesley), Buffon avant l’histoire naturelle, Paris : PUF, 1966, pp. 9-10.

7 Barsanti (Giulio), La Mappa della vita : teorie della natura e teorie dell’uomo in Francia 1750-1850, Napoli : Guida, 1983 et Barsanti (Giulio), La Scala, la Mappa, l’Albero..., op. cit.

8 Cf. aussi Roger (Jacques), Buffon : un philosophe au Jardin du roi, Paris : Fayard, 1989, 645 p.

9 Burkhardt (Richard W), The Spirit of System : Lamarck and evolutionary biology, Cambridge : Harvard University Press, 1977, 285 p.

10 Bien que Buffon en eût largement parlé dans son article “Histoire naturelle des minéraux”, in Buffon (Georges), Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du Cabinet du roi, Paris : Impr. royale, 1749-1782, vol. V, son élève Lamarck ne s’en était jamais occupé systématiquement.

11 On pourrait penser que c’est un hommage au maître qui avait particulièrement valorisé la zoologie.

12 On lui avait attribué la chaire de zoologie des Insectes, des Vers et des Animaux microscopiques, mais il n’inaugura son cours sur ce sujet qu’en 1794.

13 Buffon (Georges), “Premier discours : de la manière d’étudier et de traiter l’histoire naturelle”, in Buffon (Georges), Histoire naturelle, générale et particulière..., op. cit., vol. I, pp. 1-62.

14 Ibid., pp. 23-24.

15 Ibid., pp. 18-19 et 39-40. Buffon ajoute : “Linné divise tous les animaux en six classes, savoir, les Quadrupèdes, les Oiseaux, les Amphibies, les Poissons, les Insectes et les Vers. Cette première division [...] ne nous donne aucune idée de certains genres d’animaux, qui sont cependant très considérables et très étendus, les Serpents, par exemple, les Coquillages, les Crustacés”. Linné les aurait-il oubliés ? C’est ce qui semble, à première vue, observe Buffon, mais la réalité est encore plus décevante, car ils ont été inclus dans trois de ces classes qui sont donc trop étendues et en cachent la nature. Qui aurait en effet pu imaginer “que les Serpents soient des Amphibies, les Crustacés des Insectes, et les Coquillages des Vers ?”, ibid., pp. 37-38.

16 L'acte de vente au gouvernement de la Collection de Coquilles et Madrépores, pour la somme de cinq mille livres, acte signé le 13 prairial an V [1er juin 1797] par le ministre des Finances (de Ramel), est conservé aux Archives nationales. En 1824 Lamarck dut vendre aussi son herbier et à sa mort ses enfants furent obligés de vendre sa bibliothèque.

17 Linné (Carl von), Systema naturae : per regna tria naturae, secundum, classes, ordines, species, cum characteribus, differentiis, synonimis, locis... Editio decima, Holmiae : impensis Laurentii Salvii, 1758-1759, 2 vol.

18 Cuvier (Georges), Tableau élémentaire de l’histoire naturelle des animaux, Paris : Baudouin, an VI [1797], 710 p.

19 Lamarck (Jean-Baptiste), Système des animaux sans vertèbres, ou Tableau général des classes, des ordres et des genres de ces animaux : présentant leurs caractères essentiels et leur distribution, d’après les considérations de leurs rapports naturels et de leur organisation, et suivant l’arrangement établi dans les galeries du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : L’auteur, an IX [1801],

20 Lamarck (Jean-Baptiste), Philosophie zoologique, ou Exposition des considérations relatives à l’histoire naturelle des animaux, Paris : Dentu, 1809, 2 vol.

21 Lamarck (Jean-Baptiste), Histoire naturelle des animaux sans vertèbres, présentant les caractères généraux et particuliers de ces animaux, leur distribution, leurs classes, leurs familles, leurs genres, et la citation des principales espèces qui s’y rapportent : précédée d’une introduction offrant la détermination des caractères essentiels de l’animal, sa distinction du végétal et des autres corps naturels, enfin, l’exposition des principes fondamentaux de la zoologie, Paris : Verdière, 1815-1822, 7 vol. Ici la succession des onze classes est la suivante : Infusoires, Polypes, Radiaires, Ascidies, Vers, Insectes, Arachnides, Crustacés, Annélides, Cirripèdes, Mollusques.

22 Sloan (Philipp R.), “Darwin’s invertebrate program, 1826-1836 : preconditions for transformism”, in Kohn (David) (sous la dir.), The Darwinian heritage : including proceedings of Charles Darwin Centenary Conference, Florence Center for the history and philosophy of science, june 1982, Princeton : Princeton University Press 1985, pp. 71-120.

List of illustrations

Caption FIG. 1 - Iere page du manuscrit de Jean-Baptiste Lamarck. Source : Archives nationales, AJ.15.548.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1705/img-1.jpg
File image/jpeg, 291k

Author

Université de Florence, Italie

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540