Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Collecter, observer, classer

Collectionneurs, collections et systématique : l'alliance parisienne

Paul Lawrence Farber

Nota del editor

Farber, P. L., 1997. Collectionneurs, collections et systématique : l'alliance parisienne, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 211-218. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texto completo

  • 1 Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire Naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in (...)

1Les historiens et les scientifiques ont écrit sur divers aspects de l’histoire du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Et, quoique le volume de travaux historiques soit nettement inférieur à ce que l’on pourrait espérer étant donné la richesse extraordinaire des archives existantes, quoiqu’il soit inférieur à celui consacré à d’autres institutions comparables telles que le British Museum (Histoire naturelle) de Londres, nous avons néanmoins la chance de disposer d’une documentation précise sur plusieurs dimensions de l’histoire du Muséum de Paris. J’interrogerai ici dans quelle mesure son histoire est un microcosme de l’histoire générale des sciences naturelles de l’époque. On situe souvent le premier siècle de l’existence du Muséum dans le contexte plus large du destin de la science française au XIXème siècle : un “âge d’or” brillant, suivi d’un déclin progressif et d’un malaise général. Camille Limoges a montré de façon convaincante que cette vision des choses devrait pour le moins être révisée pour refléter les étapes d’une évolution plus complexe1. Le thème que je souhaite aborder ici dépasse cependant les frontières de la France et concerne la communauté internationale des sciences naturelles.

2En 1793, alors que le Jardin du roi subit une réorganisation, le monde de l’histoire naturelle vivait une transition tout aussi conséquente. Les deux piliers de l’histoire naturelle de la fin du XVIIIème siècle, Buffon et Linné, représentaient la conclusion d’un demi-siècle de recherche plutôt que son avenir. Tous deux s’étaient lancés, avant le milieu du siècle, dans un examen de tous les produits naturels du globe. Linné s’était donné pour but de fournir un catalogue et un examen complet de cette diversité, espérant ainsi révéler l’intention divine qu’elle recelait. Buffon, qui méprisait ces “nomenclateurs”, comme il les nommait, recherchait dans l’étude du monde naturel une vision séculière des lois naturelles qu’il contenait. Il est important de remarquer à propos de ces deux savants si différents, que tous deux œuvraient, en dépit des remises en question et des retards, à la construction d’une histoire naturelle complète. À la fin de la vie de chacun d’eux, il était clair que la tâche était hors de leur portée. Toutes les éditions du Systema naturae de Linné étaient déjà obsolètes à leur sortie de presse, et l'ambitieuse Histoire naturelle, générale et particulière de Buffon, qui aurait dû décrire l’ensemble des animaux, des végétaux et des minéraux, traitait, après quarante années d’efforts, de l’homme, des minéraux, des quadrupèdes et des oiseaux.

  • 2 Farber (Paul Lawrence), “The Laws of nature and the laws of life (1780-1900)”, in Corsi (Pietro), (...)
  • 3 Sur le personnel du Jardin du roi, voir Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous (...)

3De leur sommet respectif de Paris et d’Uppsala, Buffon et Linné régnaient sur le monde officiel de l’histoire naturelle pré-révolutionnaire. Pas complètement, bien entendu, mais suffisamment pour éliminer, en un sens, toute possibilité d’avoir des héritiers intellectuels. Il est certain que, sur le plan du patronage, leurs successeurs, Cuvier par exemple, continuèrent à jouer un rôle central dans la science officielle. Et d’un point de vue intellectuel, le début du XIXème siècle au Muséum constitua un “âge d’or”. Il existait de nombreux disciples de Buffon dans le monde entier et ceux qui se proclamaient “Linnéens” étaient légion. L’absence de continuité que j’évoque concerne moins la filiation intellectuelle, que la mutation subie par l’histoire naturelle elle-même qui, domaine unique au départ, était en train de se subdiviser en une série de disciplines scientifiques distinctes2. Aspirer à classifier toute la Création était un but qui avait un sens en 1735 ; en 1835, cela aurait été de l’arrogance, pour ne pas dire de l’impudence. Le processus de subdivision et de spécialisation de l’histoire naturelle s’étendit sur plusieurs décennies, mais cette ramification se reflète déjà dans l’organisation du nouveau Muséum. De façon symbolique, au lieu de l’intendant royal unificateur doté de pleins pouvoirs, le choix porta sur un directeur moins puissant, élu parmi les différents professeurs avec un mandat d’une année (jusqu’aux réformes de 1863 où le mandat fut porté à cinq ans). Et, ce qui est plus significatif encore, le conservateur du Cabinet du roi et le groupe de conférenciers en botanique, en chimie et en anatomie, firent place à douze “professeurs-administrateurs”. La spécialisation de ces douze professeurs reflétait celle qui allait bientôt caractériser tous les grands muséums d’histoire naturelle. Par la suite, des chaires distinctes furent créées à Paris et ailleurs pour traiter de branches toujours plus spécialisées3.

4Au cœur du Muséum, et à la base de sa spécialisation toujours plus grande, se trouvait une série de collections tout à fait remarquables. Buffon avait encouragé les voyageurs et les coloniaux à enrichir cette collection, alors collection royale. Les biens des émigrés durant la Révolution, et les prises de guerre sous l’Empire, vinrent y ajouter de nombreuses collections privées et étrangères qui permirent d’accroître encore cette métropole de l’histoire naturelle. Mais la croissance des collections des muséums, à Paris et ailleurs, ne s’accéléra véritablement qu’après la fin des guerres napoléoniennes. Paris était un microcosme de ce processus, mais aussi l’un de ses principaux acteurs. En partie, l’établissement d’un budget qui fut tout d’abord employé à la formation des jeunes voyageurs-naturalistes, puis servit à financer la collecte sur le terrain et l’achat de spécimens, donna au Muséum un rôle plus actif qu’auparavant dans la constitution des collections. Les expéditions gouvernementales, en particulier les célèbres explorations et tours du monde français, venaient les augmenter d’extraordinaires récoltes. Les Français n’étaient évidemment pas les seuls à collecter des spécimens. Les muséums hollandais, allemands, autrichiens et anglais rassemblèrent eux aussi de tels trésors qu’une grande partie dut attendre des décennies avant de pouvoir être décrite.

5La collection de Paris restait cependant le modèle pendant les trois premières décennies du XIXème siècle. Une grande partie de l’ancienne collection royale se trouvait dans un état de délabrement, mais les nouveaux spécimens étaient mieux conservés et mieux présentés et la valeur scientifique de la collection était immense. Un financement plus important, davantage de taxidermistes, davantage de chaires spécialisées, tout cela reflétait l’âge d’or du Muséum et celui de l’histoire naturelle.

6L’histoire naturelle n’était pas la seule science en plein essor à cette époque. Les sciences en général connaissaient un essor culturel. La révolution industrielle renforçait le soutien apporté par la bourgeoisie aux sciences naturelles et l’engouement pour la science rendit possible l’existence de toute une nouvelle classe de vulgarisateurs, qui pouvaient gagner leur vie en illustrant, en écrivant, en travaillant comme conservateurs et en donnant des conférences pour un public toujours plus important. Mais la popularité était une arme à double tranchant, car malgré le soutien qu’elle apportait à l’histoire naturelle, elle ouvrait aussi ce qui allait s’avérer être une rude compétition. En particulier, le début du XIXème siècle vit le développement remarquable d’une approche du monde vivant nouvelle et passionnante, l’approche expérimentale. Les buts de l’histoire naturelle étaient avant tout l’identification et la classification. Même si les naturalistes élaboraient des idées théoriques générales et étendaient souvent leurs recherches à l’investigation du comportement animal ou à la distribution des animaux ou des végétaux, la pression d’une base empirique en perpétuelle expansion réclamait une attention taxinomique immédiate et occupait la majeure partie de leur temps. Des questions intéressantes avaient néanmoins été soulevées au XVIIIème siècle à propos du fonctionnement des organismes. Des naturalistes comme Buffon, Spallanzani, Bonnet et Haller avaient étudié la génération, la nutrition et la régénération. La plupart de leurs successeurs étaient cependant trop occupés par les problèmes de nomenclature et de systématique, et l’étude de la fonction (la physiologie) occupait surtout les membres de la communauté médicale, très proche mais distincte.

7Ce fut également au sein de la communauté médicale que se développa une solide tradition expérimentale. Paris se trouvait, une fois de plus, au cœur de cette évolution, car la réorganisation de la médecine suscitée par la Révolution stimula une revivification de la physiologie. La chirurgie expérimentale de Bichat constitue un exemple précoce du pouvoir de dépasser le niveau de la simple observation pour manipuler l’objet étudié. Magendie est bien sûr le nom le plus souvent cité pour avoir défini et démontré le potentiel de la méthode expérimentale. Dans son célèbre article de 1809, Magendie décrivait l’emploi d’un puissant poison ramené à Paris de Java et Bornéo par l’expédition Baudin, celle-là même qui avait apporté une si magnifique contribution aux collections d’histoire naturelle du Muséum. Magendie retraçait l’itinéraire du poison, contestant au passage les idées couramment acceptées quant à la manière dont certaines substances toxiques voyagent dans le corps. Les travaux de Magendie eurent un impact important, mais plus considérable encore fut l’impact de la carrière de l'élève de Magendie, Claude Bernard, qui révéla le plus nettement la puissance de la méthode expérimentale. Ses brillantes recherches montrèrent comment la nouvelle méthode était capable de faire la lumière sur des secrets que l’observation et la comparaison avaient été impuissantes à percer ; elles posèrent les fondements d’une nouvelle conception du corps. La puissance des nouvelles techniques était telle qu’elle renforça une idée émise auparavant par certains physiologistes, selon laquelle l’étude de la fonction pourrait permettre de révéler les “lois de la vie”. Le résultat serait la “biologie”, une nouvelle vision unificatrice des organismes vivants, que ses ardents défenseurs opposaient à la fois au domaine purement pratique de la médecine et au monde désuet de l’histoire naturelle. Une confusion historique considérable est née d’une lecture littérale des débats polémiques selon lesquels la “biologie” devrait remplacer, ou avait remplacé “l’histoire naturelle” dans la seconde moitié du XIXème siècle. Certes, les partisans de la biologie expérimentale accordaient plus de valeur à ses découvertes qu’à celles des taxinomistes, mais les deux traditions n’en continuèrent pas moins à exister, malgré les tensions les opposant.

  • 4 Pour plus d’informations sur ces événements, voir Fox (Robert), “Science, the university and the s (...)

8L’intérêt suscité par la physiologie expérimentale n’était pas limité à Paris ; il était concurrencé par les recherches menées à Berlin, puis par la suite dans d’autres centres. À Paris même, l’impact de la biologie expérimentale était évident, même au Muséum. Un coup d’œil à l’histoire des chaires du Muséum permet de comprendre la situation. Jusqu’en 1837, les nouvelles chaires étaient orientées vers l’histoire naturelle, en particulier la zoologie, et vers les collections de plus en plus importantes dans ce domaine. Mais un transfert d’intérêt explicite vers la recherche expérimentale se manifeste d’une manière évidente dans les nouvelles chaires créées au cours des quatre décennies suivantes. Dans les vingt dernières années du siècle, il existait sept chaires sur des sujets expérimentaux et dix ayant rapport aux collections d’histoire naturelle, mais certaines de ces dix chaires s’intéressaient elles aussi à des questions expérimentales. Le centre même du royaume des naturalistes semblait être en passe de leur être ravi par les “biologistes”4.

9Plus révélateur encore était le statut relatif de l’histoire naturelle par rapport à celui de la biologie expérimentale, tel qu’il se reflétait dans les rivalités entre institutions. Jusqu’au milieu du siècle, le Muséum était la principale institution parisienne consacrée à l’étude des sciences de la vie, mais à partir des années 1850, parallèlement à la remise en question de l’histoire naturelle, le Muséum dut faire face à une rivalité accrue due au développement de la physiologie au Collège de France et à la Faculté des sciences. La première chaire de physiologie parisienne, par exemple, fut créée à la Faculté des sciences. Au cours du siècle, la taille et l’importance de la Faculté des sciences augmentèrent régulièrement, finissant par dépasser celles du Muséum et contribuant à une altération du patronage scientifique et de l’organisation des carrières. Plus tard, la fondation de l’Institut Pasteur mit davantage encore en évidence la marginalisation du Muséum.

10Mais la comparaison des institutions, de leur budget et de leur effectif est une manière problématique d’évaluer le statut de domaines particuliers. Il existe trop de variables pour permettre une simple comparaison. La fin du XIXème siècle vit cependant deux évolutions déterminantes, fondamentales pour la compréhension de l’histoire du Muséum et de l’histoire naturelle. Toutes deux étaient liées de près aux collections d’histoire naturelle.

11Dans la seconde moitié du siècle, les buts de l’histoire naturelle, l’identification et la classification complètes des produits de la nature, commencèrent à connaître une crise de volonté. Les naturalistes antérieurs avaient envisagé avec enthousiasme la création de catalogues complets des diverses branches de la nature. Le développement spectaculaire des collections et du nombre de naturalistes se consacrant à leur étude laissait entrevoir la possibilité qu’en l’espace d’une génération une série de catalogues exhaustifs soit réalisée. Des faunes et des flores locales définitives étaient publiées avec d’abondantes illustrations. On conseillait aux étudiants de se spécialiser dans des domaines toujours plus restreints de l’érudition taxinomique.

12En même temps un autre problème plus grave surgissait dans le camp des naturalistes. La quantité prodigieuse d’informations empiriques en histoire naturelle, combinée aux connaissances qui s’y associaient tant sur la distribution que sur le comportement, l’anatomie comparée, ou l’embryologie, suggéraient à beaucoup la possibilité d’un nouveau but : une théorie synthétique qui, dans la tradition de Buffon, unifierait notre connaissance du monde vivant. Cette théorie synthétique était conçue comme plus vaste que l’unification de la biologie envisagée par les physiologistes, et ne serait pas réductrice dans le sens de ne s’intéresser qu’aux “fonctions de la vie” les plus générales.

13Les propositions de modèles synthétiques étaient certes nombreuses, allant des philosophes allemands de la nature, avec leur approche spéculative, à Louis Agassiz et sa théologie naturelle révisée. Mais rien de passionnant ne voyait le jour au Muséum. Outre-Manche, la théorie de l’évolution de Darwin posait un problème paradoxal aux chercheurs des muséums d’histoire naturelle. Cette théorie apportait une nouvelle explication aux faits de l’histoire naturelle et suggérait de nouvelles manières d’envisager les collections. Mais en même temps, cette théorie globale soulevait de nombreuses questions qui ne semblaient pas pouvoir être résolues par les méthodes traditionnelles du naturaliste. Bien au contraire, cette théorie pouvait être considérée comme une synthèse des préoccupations du naturaliste et du physiologiste, ouvrant de nouveaux domaines de recherche. La génétique, l’écologie et l’embryologie étaient toute stimulées par la recherche sur l’évolution, mais se développaient dans des directions souvent indépendantes des collections des muséums.

14Ce qui importe à notre propos, c’est qu’ayant amassé d’immenses collections, les naturalistes de Paris et d’autres muséums en arrivèrent à s’inquiéter de leur pertinence pour la science moderne. La connaissance théorique semblait progresser soit dans l’étude de la fonction, soit dans des domaines examinant les animaux et les végétaux en-dehors des collections, sur le terrain ou en laboratoire. Quelle était donc la fonction des collections d’histoire naturelle ? Diverses approches furent essayées. À Paris, un siècle après sa fondation, les naturalistes réaffirmaient l’engagement du Muséum pour l’histoire naturelle et s’efforçaient de lui trouver un nouveau rôle dans le développement colonial. Cette stratégie, tout en réussissant à réorienter le Muséum d’Histoire Naturelle vers l’histoire naturelle, ne le ramena pas sur le devant de la scène de la recherche scientifique.

FIG. 1 - Vers 1880, vue générale de la galerie de zoologie, rez-de-chaussée.

  • 5 Wilson (Edward O.), “The Coming pluralization of biology and the stewardship of systematics”, Bios (...)

15Il connut un plus grand succès dans sa tentative d’attirer davantage l’attention du public. Comme d’autres muséums, de New York à Melbourne, le Muséum recherchait la faveur du grand public à travers de nouvelles galeries, des expositions et des programmes publics. La collection zoologique du Muséum fut transférée dans un imposant nouveau bâtiment en 1889, l’année même de l’ouverture de l’impressionnant Muséum d’histoire naturelle de Vienne et huit ans seulement après l’ouverture du somptueux Muséum victorien de South Kensington. Mais l’ouverture des collections au grand public laissait de côté la question de l’intérêt scientifique de ces collections. Une fois les catalogues et les inventaires achevés, comment justifier le coût d’un personnel scientifique nombreux et hautement qualifié ? C’est là un problème qui n’est pas seulement historique, mais aussi tout à fait d’actualité. Les muséums de par le monde se posent aujourd’hui cette question sous différentes formes. E.O. Wilson du muséum d’Agassiz, le Muséum de zoologie comparée de Harvard, estime que l’avenir des sciences biologiques devrait s’orienter vers une nouvelle systématique, qui s’appuierait sur la biologie moléculaire, l’écologie, la physiologie comparée et d’autres disciplines modernes pour faire la lumière sur des groupes d’organismes particuliers. Son argument est que la recherche de généralisations à différents niveaux — celui des organismes, des cellules ou des molécules — met à jour moins de généralisations intéressantes et qu’il est temps désormais de revenir à l’histoire naturelle5. Non pas l’histoire naturelle de Linné, mais une étude approfondie de taxa précis au moyen des connaissances et des outils élaborés au cours des cinquante dernières années. Dans ce cas, les témoins de la diversité, nos grandes collections d’histoire naturelle, se trouveront peut-être dans une position nouvelle pour collaborer avec les descendants de Bernard et Pasteur. D’ici cent ans, les historiens pourront commenter le succès, ou l’insuccès, des muséums de la fin du XXème siècle. Ils raconteront peut-être comment les muséums ont fusionné avec d’autres institutions au budget restreint, ou comment ils ont été transformés en sites de la culture populaire postmoderne. C’est une histoire que nous pouvons laisser à l’avenir. Le Muséum de Paris en fera très probablement partie, car, comme nous l’avons vu, le Muséum a été un microcosme et un acteur essentiel de l’histoire des sciences naturelles. Au début du XIXème siècle, il a montré la voie par le développement de ses collections, ses conservateurs professionnels et l’exploitation scientifique de ses richesses. Mais comme d’autres muséums similaires, dont il lut souvent le modèle, il se retrouva scientifiquement sur la défensive à partir de la seconde moitié du siècle. La science expérimentale, qui fut intégrée aux responsabilités du Muséum, remettait en cause son essence même d’institution d’histoire naturelle. Son succès antérieur portait en quelque sorte en lui les germes de sa propre destruction, car plus le Muséum se rapprochait des buts originels de l’histoire naturelle, moins il paraissait vital, en tant qu’institution, aux pionniers de la science. Cependant, l’évolution de l’histoire naturelle, visant d’abord uniquement la nomenclature et la classification pour s’élever ensuite vers des aspirations plus théoriques et plus synthétiques, a été tout aussi importante. Ces aspirations pourraient bien ramener la science biologique à l’histoire naturelle. Quoique la théorie moderne de l’évolution ait ses racines dans l’histoire naturelle, elle se passionne depuis des années pour les résultats de disciplines expérimentales comme la génétique. Mais cela est peut-être en train de changer. Le regain d’intérêt pour la paléontologie, par exemple, pourrait n’être que le sommet de l’iceberg reflétant l’orientation lutine de la théorie de l’évolution. Une nouvelle systématique sera peut-être un des éléments d’un retour général à l’histoire naturelle. Si l’une ou l’autre de ces hypothèses se vérifie, les grandes collections de muséums du monde, comme le Muséum de Paris, pourraient à nouveau justifier les ambitions de leurs défenseurs initiaux et de leurs partisans de toujours.

Notas

1 Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire Naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in Fox (Robert), Weisz (George), (sous la dir.), The Organization of science and technology in France (1808-1914), Cambridge : Cambridge University Press, 1980, pp. 209-240.

2 Farber (Paul Lawrence), “The Laws of nature and the laws of life (1780-1900)”, in Corsi (Pietro), Pogliano (Claudio), (sous la dir.), Nature and life : the modem age, Milan : Electa, 1994, pp. 136-191.

3 Sur le personnel du Jardin du roi, voir Laissus (Yves), “Le Jardin du roi”, in Taton (René) (sous la dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1986, pp. 319-341 (Histoire de la pensée). Sur les professeurs au XIXème siècle, voir Centenaire de la fondation du Muséum d’Histoire Naturelle, 10 juin 1793 - 10 juin 1893 : volume commémoratif, Paris : Impr. nationale, 1893, pp. III-VII.

4 Pour plus d’informations sur ces événements, voir Fox (Robert), “Science, the university and the state in Nineteenth-century France”, in Geison (Gerald L.) (sous la dir.), Professions and the French State (1700-1900), Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1984, pp. 66-145 ; Paul (Harry W.), From knowledge to power : the rise of the science empire in France (1860-1939), Cambridge : Cambridge University Press, 1985, 415 p. et Lesch (John F.), Science and medicine in France : the emergence of experimental physiology (1790-1855), Cambridge : Harvard University Press, 1984, 276 p.

5 Wilson (Edward O.), “The Coming pluralization of biology and the stewardship of systematics”, Bioscience, no 39, 1989, pp. 242-245.

Índice de ilustraciones

Leyenda FIG. 1 - Vers 1880, vue générale de la galerie de zoologie, rez-de-chaussée.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1702/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 285k

Autor

Université de l’État de l’Oregon, États-Unis

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540