Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Collecter, observer, classer

Une science impérialisme : l'histoire naturelle britannique et les voyages d'exploration de Banks à Darwin

Janet Browne

Note de l’éditeur

Browne, J., 1997. Une Science impérialiste : l’histoire naturelle britannique et les voyages d’exploration de Banks à Darwin, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 197-210. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Cette communication est une version remaniée d’un précédent article sur un thème similaire. Voir B (...)
  • 2 Traité en partie dans Allen (David), The Naturalist in Britain : a social history, Harmondsworth : (...)

1L'histoire naturelle, en Europe, a toujours été intimement liée à la collecte de spécimens, en particulier de spécimens étrangers1. Comme le montrent Marie-Noëlle Bourguet et Martin Rudwick ailleurs dans ce volume, tout enthousiaste veut une pièce rare exotique pour mettre en valeur sa collection ; tout conservateur de muséum rêve de montrer des spécimens exceptionnels ; tout spécialiste d’anatomie comparée espère pouvoir décrire une curiosité scientifique dans un article montrant toute son érudition. En l’absence de ces matières premières, les naturalistes n’ont guère les moyens de travailler2.

  • 3 Latour (Bruno), Science in action : how to follow scientists and engineers through society, Milton (...)

2Il paraît donc important que les historiens s’interrogent sur la manière dont les collections furent constituées et sur ce qu’elles représentaient : ce que dans d’autres sciences on appellerait les moyens de production. On comprend aisément que les spécimens puissent être considérés comme des “marchandises”, et je souhaite reconnaître ma dette envers le travail de Bruno Latour sur le même thème général3. Les spécimens d’histoire naturelle, dans le sens précis de Latour, semblent suivre un itinéraire allant du stade d’“objets” inconnus et facilement déplaçables (le calmar non identifié dans le bocal, les morceaux de roche, les feuilles et les fleurs non identifiées pressées entre des papiers et des planches) à celui de “faits” scientifiques répertoriés : un itinéraire que reflète très bien leur transport des confins de la zone d’influence européenne jusqu’aux centres de recherche métropolitains, dans ce cas précis jusqu’aux grandes institutions comme le Muséum d’Histoire naturelle de Paris. Une fois que les collections arrivaient en Europe et qu’elles étaient placées dans un muséum à Paris, Londres ou Berlin, elles constituaient une démonstration visuelle de savoir et de pouvoir, subtile combinaison de pouvoir national, de pouvoir géographique et de pouvoir scientifique.

  • 4 Plusieurs études exemplaires traitent de cette imbrication de la science et de l’empire. Voir MacL (...)

3Les voyages d’exploration sont bien entendu des éléments essentiels de ce phénomène. Depuis les débuts de l’expansion européenne avec le personnage épique d’Henri le Navigateur, presque tous les voyages emmenaient un voyageur-collectionneur d’un genre ou d’un autre ; presque toutes les expéditions, sur terre ou sur mer, ramenaient en Europe une moisson de spécimens. Il n’existe guère d’autres périodes historiques où l’histoire naturelle ait si clairement constitué un élément central des activités de l’État. Il n’existe guère non plus d’autres périodes où les spécimens aient été si explicitement transformés en représentations de cette entreprise nationale4.

4Je m’intéresserai ici à un groupe particulier de voyageurs-naturalistes et à la manière dont ils ont utilisé leurs collections comme des marchandises pendant la période allant approximativement de 1770 à 1840. Je fais allusion aux marins et aux soldats professionnels de la Grande-Bretagne, aux chirurgiens de l’Amirauté et aux fonctionnaires coloniaux, qui travaillèrent pour leur pays en portant à l’attention de leurs collègues restés au pays de nombreuses merveilles provenant du reste du monde. Ces fonctionnaires voyageurs sont peut-être aussi les hommes qui ressemblent le plus aux naturalistes professionnels du Muséum d’Histoire naturelle, à ces individus talentueux qui accompagnèrent une succession de remarquables expéditions françaises au cours de la même période. Quoique la situation en Grande-Bretagne ait été assez différente, je tenterai de mettre en évidence les parallèles.

5Peu d’entre nous ont besoin qu’on leur rappelle que vers le milieu du XVIIIème siècle, la Grande-Bretagne, la France, le Portugal, l’Espagne, les États germaniques, la Russie, bientôt suivis des États-Unis d’Amérique, étaient des nations essentiellement expansionnistes situées au centre de réseaux commerciaux et administratifs toujours plus vastes, reliés par les routes commerciales des océans. La guerre et la rivalité économique ne firent, à partir de 1770, qu’intensifier les activités de chacun de ces pays outre-mer. Après les décrets de Berlin de 1805, par exemple, la France napoléonienne et la Grande-Bretagne eurent recours à un programme de blocus et de contre-blocus à l’échelle mondiale, qui amena des changements profonds dans les relations internationales : la Grande-Bretagne renforça sa position en Australie, s’attaqua aux colonies françaises des Caraïbes, démantela l’empire hollandais des Indes Orientales et annexa le Cap de Bonne-Espérance, point de liaison entre les deux hémisphères. À d’autres occasions importantes, le Canada fut divisé, l’Extrême Orient partagé, la Méditerranée et le Pacifique découpés. Le démantèlement de l’Amérique du Sud, de l’Antarctique et du cœur de l’Afrique ne tardèrent pas à suivre.

  • 5 Sources générales : Reid (Alan Scott), Discovery and exploration : a concise history, Londres : Ge (...)
  • 6 Beaglehole (John Cawte) (sous la dir.), The Journals of Captain James Cook on his voyages of disco (...)
  • 7 Voir la contribution de Marie-Noëlle Bourguet à ce volume et Taillemite (Étienne), Bougainville et (...)

6Sur une scène internationale aussi active, il n’est pas surprenant que les entreprises de collecte navales, militaires et coloniales aient été le reflet exact du développement de l’infrastructure des empires européens. Les expéditions étaient invariablement organisées pour remplir des objectifs administratifs et nationaux complexes, dont l’exploration scientifique et la gloire de la découverte étaient des parties intégrantes5. Les voyages de Cook, quoiqu’abondants en réussites scientifiques, parmi lesquelles l’observation astronomique de la transition de Vénus, et empreints de l’émerveillement que provoquait la rencontre avec les races des îles du Pacifique Sud, étaient bien entendu des voyages entrepris pour revendiquer le continent austral au nom de la Couronne Britannique et les travaux botaniques de Joseph Banks contribuèrent à établir le potentiel permettant une colonisation britannique (et l’instauration d’une colonie pénale) en Nouvelles Galles du Sud. Des voyages ultérieurs dans cette partie du monde servirent à revendiquer de nouvelles terres pour la Grande-Bretagne, parmi lesquelles la Tasmanie, la Nouvelle-Zélande et le plus grand nombre possible d’îles du Pacifique6. Pour les Français également, de l’époque de Bougainville, qui était parti pour les mers du Sud cinq bonnes années avant Cook, à celle de Dumont d’Urville, commandant de l'Astrolabe en 1826-1829 et à nouveau en 1837, les expéditions maritimes étaient le principal moyen d’affirmer l’influence française en Océanie, dans l’Océan Indien et sur les côtes d’Amérique du Sud7.

FIG. 1 - Banks (Sir Joseph) 1742 - 1820. Photo d’une gravure de S. W. Reynolds d’après une peinture de Sir Joseph Reynolds.

  • 8 Russell (R. W.) (sous la dir.), Matthew Flinders : the ifs of history, Adelaide : Flinders Univers (...)

7On oublie parfois que toutes ces expéditions, sans exception, avaient un but colonial. Le botaniste Robert Brown, qui embarqua avec Matthew Flinders sur l'Investigator en 1801, accompagnait un navire expressément envoyé pour établir une présence britannique dans l’ouest et le sud de l’Australie avant les Français. Les deux nations, en grande partie exclues de l’Amérique du Nord, s’affrontaient dans l’hémisphère sud en une rivalité acharnée. Flinders se trouva subitement face au capitaine Baudin à mi-chemin de son contournement de la côte (une rencontre commémorée par le nom de Baie de la Rencontre) et eut le soulagement de constater que la courtoisie scientifique l’emportait encore sur les préoccupations territoriales. Plus tard, lorsque Flinders retourna en Angleterre pour requérir un nouveau vaisseau en remplacement de l’Investigator devenu vétuste, il eut moins de chance. Les guerres napoléoniennes s’étaient intensifiées et il fut retenu prisonnier sur l’île Maurice pendant sept ans. L’équipage qu’il avait laissé derrière lui à Port Jackson (Sydney) eut donc amplement le temps d’explorer l’intérieur de l’Australie, ce qui permit à Brown d’apporter à la botanique une contribution majeure8.

  • 9 Browne (Janet), Neve (Michael), (sous la dir.), Charles Darwin, 1809-1882 [Journal of Charles Darw (...)
  • 10 Burkhardt (Frederick H.), Smith (Sydney), (sous la dir.), Correspondence of Charles Darwin, Cambri (...)
  • 11 Ibid., p. 370. Voir également Gould (John), “On a new rhea (R. Darwinii)”, Proceedings of the Zool (...)

8Dans le même esprit, le voyage du Beagle, sous le commandement de Robert FitzRoy, était essentiellement un exercice visant à explorer le potentiel commercial et stratégique de la côte orientale de l’Amérique du Sud, à une époque où les États argentins venaient d’être libérés de leur engagement à n’avoir de relations commerciales qu’avec l’Espagne et le Portugal9. Une des tâches de FitzRoy était de reprendre les Îles Falkland (les Malouines) à l’Argentine, en hissant littéralement le drapeau britannique. Il devait également imposer une taxe gouvernementale à la reine de Tahiti. Son itinéraire autour du monde était en réalité déterminé par des facteurs géopolitiques plutôt que par des questions purement scientifiques. Et le chauvinisme était de mise. Son compagnon Darwin fut fort ennuyé d’apprendre qu’Alcide d’Orbigny, un naturaliste talentueux du Muséum d’Histoire naturelle, travaillait sur le même terrain d’Amérique du Sud deux ans seulement avant lui. “Il aura la crème de toutes les bonnes choses avant moi”, se lamenta Darwin10. Il passa de nombreuses années, après son retour du voyage du Beagle, à s’efforcer fiévreusement de publier ses résultats avant les articles et les volumes exhaustifs de d’Orbigny. E un des événements les plus satisfaisants de son voyage fut effectivement d’avoir réussi à ramener un spécimen du nandou austral (Rhea) que d’Orbigny avait vainement recherché. Le rapportant triomphalement en Angleterre, Darwin rejeta le nom scientifique que d’Orbigny lui avait déjà attribué et remit le spécimen à John Gould qui le rebaptisa Rhea Darwinii11.

FIG. 2 - Rhea Darwinii, pl. 47 by John Gould in Fitzroy, The Zoology of the voyage of H.M.S. Beagle under the common of captain Fitzroy during the years 1832 to 1836, London : Smith, Eider and Co., 1841.

9Pour ce qui est des collectionneurs de la marine et de l’armée, il semble clair que leur travail et leur carrière étaient plus utilitaires et plus hétérogènes que ceux de leurs collègues français. Même si la Royal Society de Londres et le British Museum jouaient un rôle important dans l’entreprise d’expansion coloniale et conseillaient le gouvernement sur toutes sortes de projets outre-mer, la connaissance de l’histoire naturelle était beaucoup plus généralisée dans la société britannique qu’à Paris et une quantité importante de subventions gouvernementales discrètes arrivait jusqu’aux organismes de second rang d’un appareil étatique en plein essor. De ce point de vue, des organismes officiels comme l’Amirauté britannique, le War office (Ministère de la Guerre), l’Ordonnance survey (Service topographique) et sa ramification le Geological survey (Service géologique), la Compagnie des Indes orientales, les Jardins botaniques royaux de Kew, le Royal Naval collège (École de la Marine) de Portsmouth, l’Observatoire de Greenwich et la Royal Military Academy (Académie militaire) de Woolwich prennent une signification nouvelle. On peut y ajouter les postes semi-officiels occupés par des hommes vivant et travaillant au service indirect de ces institutions, les hommes qui géraient les plantations de thé et de café, qui dirigeaient les compagnies d’import-export, les postes douaniers, les scieries et ainsi de suite, ou qui tenaient les missions religieuses de toutes sortes caractéristiques de cette période. Comme toujours, il y avait des diplomates, des consuls résidents, des émissaires, etc. qui tenaient en main toutes les ficelles. Ces diverses occupations favorisaient généralement l’intérêt pour la science et l’histoire naturelle, et représentaient pour beaucoup une manière satisfaisante de combiner le plaisir avec un salaire et une carrière.

  • 12 Keevil (John Joyce), Lloyd (Christopher), Coulter (Jack L.S.), Medicine and the Navy, 1200-1900, E (...)

10Il est important de signaler ce point, ne serait-ce que parce que notre tendance à porter notre attention sur les voyageurs naturalistes les plus célèbres comme Banks et Darwin, qui n’étaient ni l’un ni l’autre au service d’un organisme gouvernemental, risque d’obscurcir le fait qu’une proportion importante de Britanniques étaient heureux de trouver un poste payé leur permettant d’entreprendre quelques recherches en histoire naturelle. L'emploi de médecin maritime par exemple permettait traditionnellement de mettre à profil un voyage dans une partie éloignée du globe pour étudier l’histoire naturelle et rassembler des spécimens, végétaux, animaux, minéraux, médicinaux ou ethnographiques. Même si ces spécimens étaient toujours la propriété de la Couronne britannique et si le médecin ne pouvait en disposer lui-même pour en tirer un profit immédiat comme le faisaient des hommes bénéficiant d’un financement privé tels que Banks et Darwin, le cadre de la carrière constituait néanmoins une occasion de collecter des spécimens et éventuellement de devenir un expert12.

FIG. 3 - Darwin (Charles) 1809 - 1882. Extr. de Darwin (Charles), Ch. Darwin's diary of the voyage of Beagle, 1933.

  • 13 Par exemple, Desmond (Ray), The India museum, 1801-1879, Londres : H.M.S.O., 1982, 215 p. ; Stearn (...)

11Mais la période la plus intéressante de la vie, et de la mort, d’un spécimen était, me semble-t-il, celle de son arrivée en Grande-Bretagne. Officiellement, toutes les collections ramenées de l’étranger étaient censées être déposées au British Museum ou dans d’autres institutions nationales comme les Jardins botaniques de Kew ou le musée de la Compagnie des Indes Orientales situé à Blackfriars ; et parfois, en effet, les fonctionnaires gouvernementaux de retour de voyage donnaient directement leurs collections aux taxinomistes associés à ces institutions, en vue de leur identification et de leur présentation13. Cependant, le British Museum était critiqué pour sa léthargie en ce domaine et des capitaines de navires comme Philip Parker King se plaignaient à grands cris du temps perdu à collecter des végétaux d’Amérique du Sud ; à tel point que des sociétés indépendantes entreprenantes comme les Sociétés zoologique et géologique de Londres et le Royal Collège of surgeons firent une avancée décisive dans ce que l’on pourrait appeler le marché des muséums. La topographie de la scène londonienne de l’histoire naturelle était par conséquent, vers 1840, fort différente de celle de Paris. Une proportion importante des activités principales liées aux collections d’outre-mer avait lieu dans des sociétés savantes à financement privé et non pas dans le muséum national central.

  • 14 Sur Owen, voir Desmond (Adrian), Archetypes and ancestors : paleontology in Victorian London, 1850 (...)
  • 15 Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary France, M (...)

12Les systématiciens britanniques surent eux aussi (aire bon usage des spécimens que leur ramenaient marins et militaires. L'idée impérialiste de “centre” et de “périphérie”, le centre étant le lieu où les objets d’histoire naturelle étaient convertis en “faits” scientifiques, leur convenait tout à fait. Ce (ut précisément sur de tels services d’anatomie comparée et de taxinomie sur demande que Richard Owen et John Gould établirent leur prestigieuse réputation scientifique : ni l’un ni l'autre n’aurait en effet pu espérer devenir aussi célèbre s’il n’avait été appelé si opportunément à établir des classifications de spécimens d’origine coloniale14. Cuvier fut lui aussi tributaire de la possibilité d’accéder aux trophées des expéditions nationales à des moments critiques de sa carrière15. Pour les Anglais, une relation dont chacun tirait avantage s’ensuivait généralement, les spécialistes londoniens donnant aux nouvelles espèces le nom de ceux qui les avaient trouvées, puis annonçant ces découvertes lors de rencontres scientifiques dans tout le pays, tout comme John Gould et Darwin avaient retiré des bénéfices égaux de leur nouveau nandou.

  • 16 Burkhardt (Frederick H.), Smith (Sydney), (sous la dir.), Correspondence of Charles Darwin, op. ci (...)

13Malgré tout, une poignée de marins et de militaires voulaient identifier et décrire les spécimens eux-mêmes, demandant des congés à l’armée ou à la marine et obtenant des subventions du Trésor pour financer des publications illustrées. Plusieurs textes marquants furent produits de cette façon, depuis Narrative of an expedition to explore the River Zaire de James Kingston Tuckey (1818) jusqu’à Zoology of captain Beechey’s voyage to the Pacific and Behring’s Straits de John Richardson (1839). Le gouvernement britannique accorda à Richardson une subvention de mille livres sterling pour réaliser des illustrations en couleur des espèces arctiques ramenées par l’expédition du capitaine Beechey. De même, Botany of the Antarctic voyage de Joseph Hooker et Zoology of the voyage of the Beagle de Darwin reçurent mille livres sterling de subvention des coffres du Trésor16.

14Ces ouvrages subventionnés par le gouvernement et ces spécimens dont le nom était choisi de façon stratégique permirent à de nombreux voyageurs de la marine et de l’armée d’être eux-mêmes reconnus comme “experts” à leur retour en Grande-Bretagne. Robert Brown devint une autorité sur les végétaux australiens et Andrew Smith une source incontestée de connaissances sur l’histoire naturelle et l’ethnologie de la colonie du Cap. Un peu à la manière de Jean-René Quoy et de Paul Gaimard qui accompagnèrent Freycinet puis Dumont d’Urville dans le Pacifique, d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire qui alla en Égypte avec Bonaparte, ou encore de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent qui explora le Péloponnèse et l’Algérie, ils faisaient un usage tout à la fois scientifique, national et personnel de leurs collections.

15Je suggérerai donc que l’histoire naturelle pré-darwinienne était profondément consciente de la nouvelle géographie expansionniste : cette prise de conscience s’était effectuée à travers les voyages, avec leur intention expressément coloniale ; à travers la transformation des spécimens en “faits” de l’Empire britannique ; et à travers les carrières et les espérances des collectionneurs eux-mêmes.

16Pour conclure, je voudrais souligner à quel point les théories britanniques sur la distribution des animaux et des végétaux étaient, elles aussi, fondées sur le même type de préoccupations géopolitiques.

17En un sens, cela n’était peut-être pas surprenant. La localité où un spécimen était trouvé pour la première fois était ancrée dans le système taxinomique linnéen comme trait de diagnostic fondamental et son nom, aussi bien courant que binomial, reflétait souvent sa situation géographique. Cependant, un concept de régions géographiques devait également s’affirmer avec l’accent croissant mis sur les activités coloniales d’outre-mer.

  • 17 Browne (Janet), The Secular ark : studies in the history of biogeography, New Haven : Yale Univers (...)

18Cela apparaît plus clairement à travers l’importance accordée à l’idée de “nations” d’animaux et de végétaux réparties sur la planète17. Les naturalistes établissaient constamment des parallèles entre les animaux, les végétaux et les populations humaines ; des termes comme “État”, “royaume” et “province” se retrouvent régulièrement dans les textes d’histoire naturelle britanniques de l’époque. Autre fait révélateur, le mot le plus souvent utilisé par les Britanniques étudiant la distribution des animaux et des végétaux était “espèce colonisatrice” représentant toute espèce animale ou végétale vivant et prospérant dans un pays situé hors de son aire de répartition habituelle. Un tel langage est, à mes yeux, celui d’une puissance expansionniste.

  • 18 Vicziany (M.), “Imperialism, botany and statistics in early Nineteenth-century India : the surveys (...)

19Les techniques pratiques utilisées par ce type d’histoire naturelle reflétaient elles aussi l’éthique impérialiste. Les statistiques étaient fréquemment employées et le fait que les ministères britanniques établissaient au même moment des statistiques civiles exhaustives n’est certainement pas une coïncidence. L'ambitieux rapport statistique de Francis Buchanan sur la présidence du Bengale, établi pour la Compagnie des Indes orientales et publié après sa mort en 1829, allait de pair avec son travail sur la distribution des végétaux et des poissons en Inde18. En bon fonctionnaire, il transformait en tableaux et en statistiques tout ce qu’il rencontrait.

  • 19 Camerini (Jane), “Evolution, biogeography, and maps : an early history of Wallace’s line”, Isis, n(...)
  • 20 Peron (François), Freycinet (Louis), Voyage de découverte aux terres australes, exécuté... sur les (...)

20Les cartes et les frontières devinrent également un élément essentiel de la représentation de concepts biogéographiques comme la flore et la faune. Le tracé des frontières intéressait tout particulièrement les naturalistes britanniques, qui avaient tellement l’habitude de penser à la géographie coloniale qu’ils prêtaient une grande attention aux facteurs séparant une “nation” naturelle d’une autre et les relations cartographiques entre les îles et les continents exerçaient la même fascination sur leurs homologues français comme Bory de Saint-Vincent19. Les travaux marquants de Charles Lyell ajoutèrent bientôt une importante notion temporelle : l’idée que la géologie historique avait un rôle fondamental à jouer dans l’explication des schémas actuels. Les groupes d’animaux et de végétaux, laissait entendre Lyell (une idée reprise plus explicitement par la suite par Edward Forbes), présentaient une histoire d’invasions et de migrations au cours du temps, en tous points semblable aux phases successives d’influences humaines subies par les pays sujets aux forces coloniales. On connaît, moins que les travaux de Lyell et de Forbes, la corrélation soigneusement établie par François Peron entre les espèces indigènes d’Australie et de Tasmanie et l’histoire des aborigènes qu’il étudia au cours de l’expédition de Baudin20.

  • 21 Cuvier (Frédéric) (sous la dir. de), Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg : Levrault, (...)
  • 22 Livingstone (David), “Human acclimatization : perspectives on a contested field of inquiry in scie (...)
  • 23 Ce point est traité dans les contributions de Jean Gayon, Michael Osborne et Richard Burkhardt à c (...)
  • 24 Brockway (Lucile H.), Science and colonial expansion : the role of the British Royal Botanic Garde (...)

21L’intérêt pour les relations socio-politiques chez les êtres vivants était très vif. La définition des “stations” et des “habitations” des végétaux, donnée par Auguste Pyramus de Candolle dans le Dictionnaire des sciences naturelles de Frédéric Cuvier21, encouragea de nombreux naturalistes européens à analyser les conditions physiologiques nécessaires à la vie, et à se pencher sur la nature du sol, le climat, le gel, l’altitude et l’ensoleillement de différentes régions. En Grande-Bretagne, comme en France, ces recherches sur la dépendance des êtres vivants par rapport à leur milieu s’associaient à des préoccupations similaires sur les problèmes médicaux rencontrés par les Européens à l’étranger. Les fièvres, les maladies contagieuses et les divers maux liés à la vie tropicale étaient dénommés à juste titre “le fardeau de l'homme blanc”, et le gouvernement était fort préoccupé, médicalement et administrativement, par l’incapacité de la plupart des expatriés à supporter les climats exotiques22. Quels étaient les facteurs qui permettaient à certaines races et à certaines espèces de s’acclimater et qui, au contraire, en exterminaient d’autres ? Les études sur l’acclimatation des animaux et des végétaux étrangers en Europe, principalement grâce à la ménagerie et à la ferme expérimentale de la Zoological society de Londres et, à Paris, grâce au Muséum d’Histoire naturelle et au Jardin des plantes, constituent un aspect remarquable de cette combinaison d’histoire naturelle pratique et à fondement idéologique23. Dans un monde où les arbres à pain étaient transportés de Tahiti en Jamaïque, les caoutchoucs du Brésil en Malaisie, les forçats d’Angleterre en Australie et les esclaves d’Afrique aux Antilles et où la canne à sucre, le coton, le thé et les pommes de terre devenaient les cultures principales de régions où ils étaient auparavant inconnus, la domination coloniale et l’acclimatation devaient apparaître comme des traits essentiels de la vie et de la société24.

  • 25 Lesson (René), “Coup d’œil sur les îles océaniennes et le grand océan”, Annales des sciences natur (...)
  • 26 Lyell (Charles), Principies of geology, [rééd. avec une introd. par M.J.S. Rudwick], Chicago : Chi (...)

22Toutes ces idées se trouvaient réunies dans la définition donnée par Candolle d’une lutte pour la vie. La rivalité entre individus pour l’espace, l’eau et d’autres besoins vitaux, et entre groupes d’animaux ou de végétaux pour la possession du territoire, exprimait l’essence même de la pensée coloniale britannique. Chaque faune et chaque flore pouvait être considérée comme une force colonisatrice, avec ses entrepreneurs et ses éclaireurs, son armée et sa marine, ses marchands et ses équipes de ravitaillement, ses classes dominantes et ses masses plébéiennes. Assis à son bureau des Jardins botaniques de Kew, Joseph Hooker inclut même la catégorie d’espèces “vagabondes” dans un ouvrage systématique, pour expliquer l’apparition de mauvaises herbes européennes en Nouvelle-Zélande. La rivalité entre et au sein de ces catégories d’êtres vivants en vint à être considérée comme la principale cause déterminant la répartition topographique des animaux et des végétaux et on estimait que les organismes possédaient une capacité inhérente quasi-illimitée à se disperser et à étendre leur territoire, à l’image de la rivalité et de l’expansion des nations humaines. René Lesson exprima fort bien cette idée dans sa description de la dilution progressive de la flore du Pacifique observée au cours du voyage vers l’ouest en direction de l’Asie qu’il effectua sur le Coquille en compagnie de Duperrey25. Et Charles Lyell en donna une évocation puissante en parlant à ses lecteurs britanniques de “l’économie de la nature” où les “ennemis” et les “alliés” sont engagés dans des “luttes incessantes” pour “envahir les territoires voisins”. Lyell voyait l’analogie entre le combat des hommes et celui des organismes aussi clairement que devait le faire Darwin une dizaine d’années plus tard. “Si nous avançons en brandissant l’épée de l’extermination”, poursuivait-il, “nous n’avons aucune raison de nous lamenter sur les ravages causés”26.

23Il semble inutile d’insister ici sur le fait que Lyell, Darwin, Wallace et d’autres introduisirent l’idéologie de l’empire dans leurs écrits sur les végétaux et les animaux. Cela est reconnu depuis de nombreuses années. Mais il importe de souligner que cette idéologie n’était nullement extérieure aux concepts scientifiques de la biogéographie. Elle en était une partie intégrante et un élément essentiel. Pendant soixante ans ou plus, comme j’espère l’avoir montré, les travaux d’histoire naturelle des fonctionnaires britanniques exprimèrent l’éthique coloniale du pays.

Notes

1 Cette communication est une version remaniée d’un précédent article sur un thème similaire. Voir Browne (Janet), “A Science of empire : British biogeography before Darwin”, Revue d’ histoire des sciences, no 45, 1992, pp. 453-475.

2 Traité en partie dans Allen (David), The Naturalist in Britain : a social history, Harmondsworth : Penguin Books, 1978, 292 p. ; Barber (Lynn), The Heyday of natural history, 1820-1870, Londres : Jonathan Cape, 1980, 320 p. ; Thomas (Keith), Man and the natural world : changing attitudes in England, 1500-1800, Londres : Allen Lane, 1983, 425 p. ; et Lloyd (Clare), The Travelling naturalists, Londres : Croom Helm, c. 1985, 156 p.

3 Latour (Bruno), Science in action : how to follow scientists and engineers through society, Milton Keynes : Open University Press, 1987, 274 p., sur la transformation des textes en “choses”. L’œuvre géographique de La Pérouse sur la côte pacifique de l’Asie est prise comme exemple spécifique de la manière dont les croyances indigènes peuvent être converties en des connaissances certaines et justifiées — même si La Pérouse ne retourna jamais à Paris.

4 Plusieurs études exemplaires traitent de cette imbrication de la science et de l’empire. Voir MacLeod (Roy), “On visiting the moving metropolis : reflections on the architecture of imperial science”, Historical records of Australian science, no 5, 1982, pp. 1-16 et “The Contradictions of progress : the history of science and the discourse of development”, Prometheus, no 10, 1990, pp. 260-285 ; Reingold (Nathan), Rothenberg (Marc), (sous la dir.), Scientific colonialism : a cross-cultural comparison : papers from a Conference at Melbourne, Australia, 25-30 May 1981, Washington, D.C. : Smithsonian Institution Press, 1987, 398 p. ; MacKenzie (John M.) (sous la dir.), Imperialism and the natural world, Manchester : Manchester University Press, 1990 ; Petitjean (P.) (sous la dir.), Science and empires : historical studies about scientific development and European expansion, Dordrecht : Kluwer Academic, 1992, 411 p. et MacLeod (Roy), Rehbock (Philip), (sous la dir.), Darwin’s laboratory : evolulionary theory and natural history in the Pacific, Honolulu : University of Hawaii Press, 1994, 540 p. Dans des domaines associés, notons Crosby (Alfred W.), Ecological imperialism : the biological expansion of Europe, 900-1900, Cambridge : Cambridge University Press, 1986, 368 p. ; MacKenzie (John M.), The Empire of nature : hunting, conservation and British imperialism, Manchester : Manchester University Press, 1988, 224 p. ; Stafford (Robert A.), Sdentisi of empire : Sir Roderick Murchison, scientific exploration and Victorian imperialism, Cambridge : Cambridge University Press, 1989, 450 p. ; Secord (James A.), “King of Siluria : Roderick Murchison and the imperial theme in Nineteenth-century geology”, Victorian studies, no  25, 1982, pp. 413-442 et Lucas (A.M.), Lucas (RJ.), Darragh (Thomas A.), Maroske (Sara), “Colonial pride and metropolitan expectations : the British Museum and Melbourne's meteorites”, British journal for the history of science, no  27, 1994, pp. 65-88.

5 Sources générales : Reid (Alan Scott), Discovery and exploration : a concise history, Londres : Gentry Books, 1980 ; Delpar (Helen), The Discoverers : an encyclopedia of explorers and exploration, New York : McGraw Hill, 1980, 471 p. ; Parry (John Horace), The Age of reconnaissance, Berkeley : University of California Press, c. 1981, 365 p. ; Fieldhouse (David Kenneth), The Colonial empires : a comparative survey from the Eighteenth-century, 2ème éd., Basingstoke : Macmillan, 1982, 476 p. et Bayly (Christopher Alan), Imperial meridian : the British empire and the world, 1730-1830, Londres : Longman, 1989, 295 p. Voir également Cameron (Ian), To the farthest ends of the earth : 150 years of world exploration by the Royal Geographical Society, New York : Dutton, 1980, 288 p. et Levere (Trevor), Science and the Canadian Arctic : a Century of exploration, 1818-1918, Cambridge : Cambridge University Press, 1993, 438 p. Parmi d’importants nouveaux ouvrages sur l’histoire de la géographie, citons Bowen (Margarita), Empiricism and geographical thought : from Francis Bacon to Alexander von Humboldt, Cambridge : Cambridge University Press, 1981, 351 p. ; Stafford (Barbara Maria), Voyage into substance : art, science, nature, and the illustrated travet account, 1760-1840, Cambridge, Mass. : MIT Press, c. 1984, 645 p. ; Livingstone (David N.), “The History of science and the history of geography : interactions and implications”, History of science, no 22, 1984, pp. 271-302, et The Geographical tradition : episodes in the history of a contested enterprise, Oxford : Blackwell Publishers, 1992, 434 p.

6 Beaglehole (John Cawte) (sous la dir.), The Journals of Captain James Cook on his voyages of discovery, Cambridge : Hakluyt Society, 1955-1969, 1028 p. ; Carter (Harold Burnell), Sir Joseph Banks, 1743-1820, Londres : British Museum, 1988, 671 p. (Natural history) ; Smith (Bernard), European vision and the South Pacific, 2ème éd., Londres : Yale University Press, 1985, 370 p. et Mackay (David), In the wake of Cook : exploration, science and empire, 1780-1801, Londres : Croom Helm, c. 1985, 216 p.

7 Voir la contribution de Marie-Noëlle Bourguet à ce volume et Taillemite (Étienne), Bougainville et ses compagnons autour du monde, 1766-1769, journaux de navigation, Paris : Impr. nationale, 1977, 2 vol. ; Allen (Oliver), The Pacific navigators, Alexandria, Va. : Time Life Books, 1980 ; Mollat (Michel), Taillemite (Étienne), (sous la dir.), L’Importance de l’exploration maritime au siècle des Lumières (à propos du voyage de Bougainville), Paris : C.N.R.S., 1982, 189 p. ; Gaziello (Catherine), L'Expédition de La Pérouse, 1785-1788 : réplique française aux voyages de Cook, Paris : C.T.H.S., 1984, 323 p. et Dunmore (John) (sous la dir.), Fragments du dernier voyage de La Pérouse : facsimile and translation in two volumes, Canberra : National Library of Australia, 1987, 2 vol. Voir également Laissus (Yves), “Les Voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’Histoire naturelle : essai de portrait-robot”, Revue d’histoire des sciences, no 34, 1981, pp. 259-317 et Broc (Numa), “Les Grandes missions scientifiques françaises au XIXème siècle (Morée, Algérie, Mexique) et leurs travaux géographiques”, Revue d’histoire des sciences, no 34, 1981, pp. 319-358.

8 Russell (R. W.) (sous la dir.), Matthew Flinders : the ifs of history, Adelaide : Flinders University, 1979 ; Ingleton (Geoffrey C.), Matthew Flinders : navigator and chartmaker, Guildford : Genesis, 1986, 2 vol. et Mabberley (David J.), Jupiter Botanicus : Robert Brown of the British Museum, Londres : British Museum, 1985, 500 p. (Natural history).

9 Browne (Janet), Neve (Michael), (sous la dir.), Charles Darwin, 1809-1882 [Journal of Charles Darwin, M.A., naturalist to the Beadle] : the Voyage of the Beagle-Abridged text, Harmondsworth : Penguin Books, 1989, introduction.

10 Burkhardt (Frederick H.), Smith (Sydney), (sous la dir.), Correspondence of Charles Darwin, Cambridge : Cambridge University Press, 1985, vol. I, p. 280.

11 Ibid., p. 370. Voir également Gould (John), “On a new rhea (R. Darwinii)”, Proceedings of the Zoological Society of London, no 5, 1837, pp. 35-36.

12 Keevil (John Joyce), Lloyd (Christopher), Coulter (Jack L.S.), Medicine and the Navy, 1200-1900, Edimbourg : Livingstone, 1957-1963, 4 vol. On trouve quelques études individuelles dans Gruber (J. W.), “Who was the Beagle’s naturalist ?”, British journal for the history of science, no 4, 1969, pp. 266-282 ; Keevil (John Joyce), “Robert McCormick, R.N., the stormy petrel of naval medicine”, Journal of the Royal Navy Medical Services, no 29, 1943, pp. 36-62 et Keevil (John Joyce), “Benjamin Bynœ, surgeon of H.M.S. Beagle”, Journal of the history of medicine, no 4, 1949, pp. 90-111.

13 Par exemple, Desmond (Ray), The India museum, 1801-1879, Londres : H.M.S.O., 1982, 215 p. ; Stearn (William T.), The Natural history museum at South Kensington : a history of the British Museum, 1753-1980, Londres : Heinemann, 1981, 414 p. (Natural history) et Sheets-Pyenson (Susan), Cathedrals of science : the development of colonial natural history museums during the late Nineteenth-century, Kingston ; Montréal : McGill-Queen’s University Press, c. 1988, 144 p.

14 Sur Owen, voir Desmond (Adrian), Archetypes and ancestors : paleontology in Victorian London, 1850-1875, Londres : Blond and Briggs, c. 1982, 287 p. et Rupke (Nicolaas), Richard Owen : Victorian naturatisi, New Haven : Yale University Press, 1994, 462 p. Sur Gould, voir Sauer (Gordon C.),John Gould, the bird man : a chronology and bibliography, Londres : H. Sotheran, 1982, 416 p. et Desmond (Adrian), “The Making of institutional zoology in London”, History of science, no 23, 1985, pp. 153-185 et 223-250.

15 Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary France, Manchester : Manchester University Press, 1984, 299 p. ainsi que sa contribution à ce volume.

16 Burkhardt (Frederick H.), Smith (Sydney), (sous la dir.), Correspondence of Charles Darwin, op. cit., vol. II, pp. 38 et 46-47.

17 Browne (Janet), The Secular ark : studies in the history of biogeography, New Haven : Yale University Press, 1983, 273 p.

18 Vicziany (M.), “Imperialism, botany and statistics in early Nineteenth-century India : the surveys of Francis Buchanan (1762-1829)”, Modem Asian studies, no 20, 1986, pp. 625-660. Sur la période suivante, voir MacLeod (Roy) (sous la dir.), Government and expertise : specialists, administrators and professionals, 1860-1919, Cambridge : Cambridge University Press, 1988, 359 p.

19 Camerini (Jane), “Evolution, biogeography, and maps : an early history of Wallace’s line”, Isis, no 84, 1993, pp. 700-727 et Bory de Saint-Vincent (Jean-Baptiste), Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique, fait par ordre du Gouvernement, pendant les années neuf et dix de la République (1801 et 1802) avec l'histoire de la traversée du capitaine Baudin jusqu’au Port-Louis de l’île Maurice, Paris : [s.n.], 1804, 3 vol. Voir également Robinson (Arthur H.), Early thematic mapping in the history of cartography, Chicago : Chicago University Press, 1982, 266 p.

20 Peron (François), Freycinet (Louis), Voyage de découverte aux terres australes, exécuté... sur les corvettes “le Géographe, le Naturaliste” et la goélette “le Casuarina”, pendant les années 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 (historique rédigé par F Péron... et continué par M. Louis Freycinet), Paris : Impr. nationale, 1807-1816, 3 vol. Voir Plomley (Norman James Brian), The Baudin expedition and the Tasmanian aborigenes, 1802, Hobart : Blubber Head Press, 1983, 245 p.

21 Cuvier (Frédéric) (sous la dir. de), Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg : Levrault, 1816-1830, 70 vol.

22 Livingstone (David), “Human acclimatization : perspectives on a contested field of inquiry in science, medicine and geography”, History of science, no 15, 1987, pp. 359-394 et Anderson (W), “Climates of opinion : acclimatization in Nineteenth-century France and England”, Victorian studies, no 35, 1992, pp. 135-157. Voir également MacLeod (Roy), Lewis (Milton), (sous la dir.), Disease, medicine, and empire : perspectives on Western medicine and the experience of European expansion, Londres : Routledge, 1988, 339 p. ; Arnold (David) (sous la dir.), Imperial medicine and indigenous societies, Manchester : Manchester University Press, c. 1988, 231 p. ; Curtin (Philip), Death by migration : Europe’s encounter with the tropical world in the Nineteenth-century, Cambridge : Cambridge University Press, 1989, 251 p. ; Arnold (David), Colonising the body : state medicine and epidemic disease in Nineteenth-century India, Berkeley : University of California Press, c. 1993, 354 p. et Harrison (Mark), Public health in British India : Anglo-Indian preventive medicine, 1859-1914, Cambridge : Cambridge University Press, 1994, 324 p.

23 Ce point est traité dans les contributions de Jean Gayon, Michael Osborne et Richard Burkhardt à ce volume. Voir également Desmond (Adrian), “The Making of institutional zoology in London”, art. cit., Scherren (Henry), The Zoological Society of London : a sketch of its foundation and development and the story of its farm, museum, gardens, menagerie and library, Londres : Cassell and Co., 1905.

24 Brockway (Lucile H.), Science and colonial expansion : the role of the British Royal Botanic Gardens, New York : Academic Press, 1979, 215 p. et Hobhouse (Henry), Seeds of change : fixe plants that transformed mankind, Londres : Sidgwick and Jackson, 1985, 252 p.

25 Lesson (René), “Coup d’œil sur les îles océaniennes et le grand océan”, Annales des sciences naturelles, no 5, 1825, pp. 172-188 ; Lesson (René), Garnot (Prosper), Zoologie, 2 vol., in Duperrey (Louis Isidore) et al., Voyage autour du monde, exécuté par ordre du roi, sur la corxette de Sa majesté, La Coquille, pendant les années 1822, 1823, 1824 et 1825 sous le Ministère et conformément aux instructions de S.E.M. le marquis Clermont-Tonerre, ministre, Paris : A. Bertrand, 1825-1830, 6 vol.

26 Lyell (Charles), Principies of geology, [rééd. avec une introd. par M.J.S. Rudwick], Chicago : Chicago University Press, 1991, vol. II, pp. 130 et 156

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Banks (Sir Joseph) 1742 - 1820. Photo d’une gravure de S. W. Reynolds d’après une peinture de Sir Joseph Reynolds.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende FIG. 2 - Rhea Darwinii, pl. 47 by John Gould in Fitzroy, The Zoology of the voyage of H.M.S. Beagle under the common of captain Fitzroy during the years 1832 to 1836, London : Smith, Eider and Co., 1841.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende FIG. 3 - Darwin (Charles) 1809 - 1882. Extr. de Darwin (Charles), Ch. Darwin's diary of the voyage of Beagle, 1933.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteur

Wellcome Institute for the History of Medicine, Angleterre

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540