Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Collecter, observer, classer

La collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin xviième siècle – début xixème siècle)

Marie-Noëlle Bourguet

Note de l’éditeur

Bourguet, M.-N., 1997. La Collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin XVIIème siècle – début XIXème siècle). in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 163-196. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

1De leurs voyages, les explorateurs toujours rapportent des objets —journal de route, carte, dessin, herbier, collection de pierres, spécimens d’animaux et de plantes —, destinés à attester de la réalité du voyage accompli et à figurer les terres visitées, leurs habitants, leurs ressources aux yeux de ceux qui, restés en Europe, ne peuvent autrement se représenter les mondes découverts.

  • 1 Hansen (Thorkild), La Mort en Arabie : une expédition danoise, 1761-1767, [trad. du danois par Raym (...)

2Sans traces matérielles, le voyage s’efface. Presque, il n’existe pas. Tel le cas du botaniste Forsskäl, parti avec l’expédition danoise envoyée en Arabie en 1761 : plusieurs de ses caisses d’échantillons s’égarent en chemin ; d’autres sont dérobées par des corsaires ou confisquées aux postes de douane ; celles qui parviennent enfin à Copenhague, alors que le voyageur est mort depuis plusieurs années, achèvent de se décomposer avant d’être ouvertes et mises à l’étude, en 1772 ; le manuscrit de son journal, égaré, n’est retrouvé qu’au début du XXème siècle. De Forsskäl, de son œuvre, restent finalement des descriptions de plantes et de poissons, une collection d’insectes et de coquillages, et le souvenir d’un nom, attribué par Linné à une ortie, en hommage à son opiniâtre disciple... Cette hantise d’un voyage sans retour, d’un naufrage où s’anéantirait le fruit des découvertes, conduit Lapérouse, à mi-parcours de sa circumnavigation, à se séparer du jeune Barthélemy de Lesseps : débarqué en septembre 1787 sur la côte du Kamtchatka, celui-ci est chargé de rapporter en France, en traversant la Sibérie, les journaux et rapports de l’expédition. Quelques mois plus tard, les deux frégates françaises devaient se perdre à jamais sur les récifs de Vanikoro, et avec elles le butin des dernières collectes1.

  • 2 Archives nationales, AJ.15.502, cité par Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des (...)

3Ainsi, depuis le début des grandes découvertes, l’histoire des voyages se confond dans une large mesure avec celle des objets collectés sur le terrain, rapportés par terre ou par mer et amassés dans les cabinets, les musées et les jardins d’Europe, et parmi eux, au premier chef, au Jardin du roi à Paris, dont les collections sont si riches qu’elles autorisent André Thouin, le jardinier des plantations royales, à dresser en 1788 un bilan triomphal : “dans ce moment, [le Jardin] renferme environ six mille espèces différentes et plus de soixante mille individus. C’est sans contredit la collection la plus nombreuse de l’Europe”2.

  • 3 Daudin (Henri), De Linné à Lamarck : méthodes de la classification et idée de série en botanique et (...)

4Cette histoire des objets est, dans son détail matériel, bien connue. Elle fournit aux récits d’exploration leur trame d’anecdotes et d’aventures, imagerie familière qui dessine la figure pittoresque, parfois héroïque, de voyageurs partis au bout du monde en quête de fleurs, d’oiseaux ou de pierres. Elle appartient aussi, traditionnellement, au chapitre introductif de l’histoire de sciences comme la minéralogie, la botanique ou la zoologie. Évoquant le temps de la découverte, de la collecte patiente, ces récits subordonnent le rôle du voyageur à celui du savant qui, dans son cabinet, étudie et classe en système le matériau accumulé. Comme le note Henri Daudin, cette asymétrie est au fondement de l’histoire naturelle : les “déterminations de l’observateur [...] seront toujours soumises, en dernier ressort, au jugement du naturaliste, qui dispose [...] de la plus riche collection de spécimens [...] et qui connaît et juge le mieux les auteurs qui en ont traité. De par la nature de la question posée, de par les conditions de travail, la science des “cabinets” et des livres domine et contrôle les interprétations qui naissent des données de l’observation”3. Face à la suprématie d’une science qui se construit au centre, à partir des collections amassées, tout se passe comme si le temps du voyage, la pratique locale de l'observation et de la collecte, ne méritaient guère d’être racontés ni interrogés pour eux-mêmes.

  • 4 Latour (Bruno), “Comment redistribuer le Grand Partage ?”, Revue de synthèse, vol. CX, 1983, pp. 20 (...)

5Dans un article publié en 1983 dans la Revue de synthèse, Bruno Latour a attiré l’attention sur le phénomène, dédaigné, du voyage des objets (spécimens d’histoire naturelle) et des textes (cartes, dessins ou descriptions), invitant à questionner le lien qui par lui se noue entre le terrain de l’exploration et le cabinet du savant. À propos de l’épisode célèbre de la rencontre entre Lapérouse et les habitants de la presqu’île de Sakhaline, Latour montre que la différence entre le savoir du navigateur et celui des indigènes est moins dans le contenu (l’interlocuteur sauvage est fort capable de dessiner une carte du lieu) que dans les formes matérielles d’expression : tandis que les indigènes se satisfont d’une esquisse tracée sur le sable, que la vague efface mais qu’ils peuvent à chaque occasion reproduire, Lapérouse a besoin de garder une trace écrite de son passage. Inscrites sur son carnet, rapportées à Paris, ses notes et ses mesures permettront aux cartographes du roi de parfaire le dessin des mers et des côtes : par cette capitalisation d’informations, venues de la périphérie vers le centre, transcrites en tableaux et en cartes, combinées les unes aux autres à des échelles de plus en plus vastes, s’est construite peu à peu l’image géographique de la planète. Ainsi, qu’il s’agisse d’objets, de dessins ou de textes, leur voyage est, depuis le début des grandes découvertes, un élément caractéristique et déterminant du développement de la science occidentale. C’est la capacité à produire un savoir à la fois normalisé (donc communicable) et mobile (donc cumulable) qui a fondé la science moderne et affirmé la supériorité de l’Europe sur le monde4.

  • 5 Cité par Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours du Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Hi (...)
  • 6 Il ne sera pas ici question des objets ethnographiques rapportés par les voyageurs ou explorateurs, (...)

6Pour provocante qu’elle soit, en proposant de lire le développement de la science occidentale à travers l’histoire de techniques d’inscription, de transfert et de cumul d’objets et de textes, la thèse de Latour invite à reporter le regard des théories vers les pratiques, du centre vers la périphérie. Spécifiquement, dans le cas de l’histoire naturelle, elle invite à quitter les allées du Jardin du roi pour gagner les espaces lointains du voyage et s’intéresser à l’armée des voyageurs qui, célèbres ou anonymes, ont sillonné les mers et les continents pour amasser, en herbiers et en collections, en dessins et en descriptions, le matériau surabondant qui permit à Lakanal de déclarer devant la Convention, le 10 juin 1793, jour de la fondation du Muséum national d’Histoire naturelle : “le livre immense de la nature est en quelque sorte ouvert au Jardin des plantes”5. C’est l’histoire de leur manière de voyager, l’histoire de leurs gestes les plus routiniers et, finalement, l’histoire des objets rapportés (échantillons de pierres, de plantes ou d’animaux) que je voudrais, ici, raconter. Tenant ensemble les deux bouts de la chaîne du savoir, depuis le terrain de l’exploration jusqu’aux serres et galeries du Jardin, je voudrais interroger la manière dont s’est faite au temps des grands voyages l’appropriation intellectuelle et matérielle du monde par les explorateurs et les naturalistes6.

Le voyage, une pratique réglée

  • 7 Instruction pour les voyageurs et pour les employés dans les colonies sur la manière de recueillir, (...)
  • 8 Peyssonnel (Jean-André), Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, [présentation et notes de Lu (...)

7À l’époque moderne, l’exploration n’est pas un métier auquel prépareraient une éducation spécifique et l’acquisition de compétences professionnelles. Il faut attendre, en France, la Restauration pour que soit créée au Muséum d'Histoire naturelle une école de “voyageurs naturalistes”, qui recrute sur concours, dispense un enseignement et munit ceux qu’elle envoie à la découverte d’un manuel d’instructions, véritable guide d’exploration, plusieurs fois réédité au cours du siècle7. Jusque-là, rien de si officiel ni d’institutionnalisé : on est missionnaire ou officier de marine, trappeur ou médecin, marchand ou diplomate ; la curiosité, le goût du voyage ou l’occasion vous font explorateur ou naturaliste. Ainsi, au côté des coureurs des bois canadiens, les jésuites s’enfoncent dans l’intérieur du continent américain, du Mississippi à la Louisiane. Tout au plus, à partir de la fin du XVIIème siècle, le roi de France accorde-t-il à certains voyageurs envoyés en mission un brevet de “botaniste du roi”, qui sert de passeport et assure au retour le bénéfice d’une pension : c’est le cas du médecin Peyssonnel, envoyé en 1724 en Afrique du Nord “pour y faire la recherche des plantes, des fleurs qu’il y trouvera et faire les observations qu’il jugera propres à l’histoire naturelle”. Plus tard enfin, sur le modèle des correspondants de l’Académie des sciences, Buffon crée la fonction de “correspondant du Cabinet du Jardin du roi”, associée à une pension de trois cents livres : c’est le titre que reçoit André Michaux en 1779, lorsqu’il est envoyé en Amérique du Nord, avec mission de faire parvenir à André Thouin “les graines, les plantes, les oiseaux, animaux et autres objets d’histoire naturelle qu’il pourra rencontrer dans ses voyages”8.

  • 9 Archives nationales, AJ. 15.578. Notons aussi, pour illustrer ces effets de miroir entre norme et p (...)
  • 10 Comme l’a montré Justin Stagl, le recueil d’instructions à l’usage des voyageurs est un genre bien (...)

8Si peu institutionnalisée que soit leur fonction, les voyageurs ne partent pas pour autant “sans bagage”, au sens matériel comme métaphorique du terme, c’est-à-dire sans quelque notion de la tâche qui les attend au loin. Souvent, des instructions écrites leur ont été remises avant le départ, qui définissent l’objectif du voyage, précisent les objets dignes d’être observés, décrits ou recueillis, expliquent la manière de s’y prendre. Manuscrits ou imprimés, ces recueils forment des documents passionnants pour une histoire de la curiosité scientifique. Certes, il s’agit là de textes prescriptifs, listes de questions et séries de consignes, qui ne disent rien, sinon par défaut, des conduites effectives des voyageurs. Mais précisément, lus dans leur dimension normative, ces textes permettent d’amorcer une réflexion sur les rapports entre science et voyage, tels que l’époque les a pensés et prescrits, en projets et en programmes ; ils dessinent l’horizon d’attente dans lequel s’inscrivent alors les pratiques, matérielles et cognitives, des voyageurs. Horizon partagé, comme en témoigne cette requête adressée aux savants du Muséum, en pluviôse an III par un certain Monnot, qui projette d’aller s’établir sur les bords de l’Ohio : “si vous acceptez mon offre, je m’appliquerai à recueillir les graines, les plantes, les arbres, les arbustes qui me paraîtront les plus intéressants et les plus rares, qui peuvent s’acclimater dans ma patrie. Je me ferai un vrai plaisir de vous en faire hommage, si vous daignez me donner des instructions et les moyens les plus sûrs pour vous faire parvenir ces objets le plus promptement possible”9. De fait, depuis le milieu du XVIIème siècle, s’est affirmé dans les milieux de l’administration comme dans le monde savant, en particulier dans le cadre d’institutions comme l’Académie royale des sciences et le Jardin du roi, le souci d’utiliser pour le progrès des sciences les navigateurs, les voyageurs, les habitants installés dans les colonies. Des commissions d’étude se constituent, qui élaborent des propositions pour diriger la curiosité et régler la conduite de ceux qui parcourent le monde : ouvrages de méthode, guides d’enquête, recueils d’instructions accompagnent et orchestrent le mouvement d’expansion de l’Europe et la découverte du monde10.

  • 11 Boyle (Robert), General heads for the natural history of a country, great or small, drawn out for t (...)
  • 12 Shapin (Steven), Schaffer (Simon), Léviathan et la pompe à air : Hobbes et Boyle entre science et p (...)
  • 13 Huygens (Christiaan), Correspondance, in Œuvres, La Haye : Nijhoff, 1891, vol. IV, p. 326. Enquête (...)
  • 14 Gaziello (Catherine), L’Expédition de Lapérouse, 1785-1788, réplique française aux voyages de Cook,(...)

9Les premiers essais connus de questionnaire savant à l’usage des voyageurs lointains proviennent d’Angleterre. Dès sa fondation, la Royal Society constitue en son sein un “Committee for foreign enquiries”. À la même époque, le chimiste Robert Boyle rédige ses “General heads for the natural history of a country, great or small” : publié dans le premier volume des Philosophical transactions (1666), accompagné d’instructions pour les marins envoyés à la découverte et prolongé dans les volumes suivants par des questionnaires spécifiquement consacrés à diverses régions du monde (Turquie, Hongrie, Égypte, Antilles, etc.), le texte est finalement édité de façon complète après la mort du savant, en 169211. Il n’est pas indifférent, sans doute, que ces premières formulations systématiques, qui mettent le geste et le regard du voyageur au service de la science et veulent pour cela en régler la pratique, viennent d’outre-Manche, précisément à l’époque où se déploie l’emprise marchande et maritime de l’Angleterre à la surface du monde et où Boyle fait triompher à la Royal Society l’usage de la méthode expérimentale dans les sciences physiques12. Mais des projets semblables existent à la même époque sur le continent, ainsi qu’en témoignent, au moment de la création de l’Académie royale des sciences de Paris, les débats sur les tâches que devra assumer la nouvelle institution : “dans toutes les occasions où des personnes curieuses voyageront ou résideront dans des pays étrangers, on [...] les priera d’examiner les lieux où ils iront, ce qu’on jugera y être remarquable tant dans la nature que dans les arts, et même dans les grandes navigations l’on tâchera d’envoyer exprès des personnes intelligentes pour remarquer tout ce qu’il y aura de curieux dans les terres nouvelles, tant dans les métaux, les animaux et les plantes que dans les inventions des arts”. On connaît, pour l’époque de la Régence, une liste de “recherches [...] à faire dans les pays étrangers”, rédigée par Réaumur et l’abbé Bignon. Il y est demandé aux “Français qui voyagent” de “considérer avec attention tout ce que la nature et l’art produisent de plus important dans les régions où ils se trouvent, d’en dresser des mémoires exacts, et de les [...] envoyer avec des échantillons”13. Au cours du XVIIIème siècle, non seulement l’Académie des sciences mais aussi le Jardin du roi, plus tard la Société royale de médecine, participent à ce mouvement d’encadrement, multiplient les questionnaires à l’usage des explorateurs. Ainsi, en 1785, le “Mémoire du roi pour servir d’instruction particulière au Sr de Lapérouse”, signé de la main de Louis XVI, est complété d’un programme d’observations physiques et astronomiques rédigé par l’Académie des sciences, d’une série de “Questions posées par la Société royale de médecine” destinées au botaniste de Lamartinière et aux chirurgiens-majors de l’expédition et enfin d’un “Mémoire pour diriger le jardinier dans les travaux de son voyage autour du monde”, minutieusement composé par André Thouin à l’attention de son élève, le jeune Collignon14.

  • 15 Leur contenu, au demeurant, est souvent présenté dans les comptes rendus donnés dans des journaux c (...)
  • 16 “Questions d'économie politique”, par le citoyen Volney, Magasin encyclopédique, t. I, an III-1795, (...)

10D’ailleurs, les navigateurs et les voyageurs naturalistes envoyés officiellement à la découverte ne sont pas seuls à faire l’objet de cette entreprise d’inculcation. Aux directives manuscrites, parfois secrètes, qui sont remises aux explorateurs15, fait pendant une masse de recueils imprimés, destinés au public plus large et divers des voyageurs curieux et des amateurs d’histoire naturelle, invités à participer, eux aussi, à l’entreprise collective d’inventaire et de description du monde. Souvent réédités, copiés ou traduits, ces recueils témoignent de l’effort du siècle pour discipliner et codifier le voyage. Journaux, périodiques et collections jouent un grand rôle dans cette diffusion : le questionnaire statistique de Volney paraît dans le Magasin encyclopédique, en 1795 ; l’Essay to direct and extend the inquiries of patriotic travellers (1789) du comte Léopold Berchtold est publié en extraits dans le Guide des voyageurs en Europe de Heinrich-August Reichard, et bientôt traduit en allemand et en français16. Il en va de même pour les questionnaires plus spécialisés, spécifiquement consacrés à la collecte naturaliste : l’Avis pour le transport par mer des arbres, des plantes vivaces, des semences et de diverses autres curiosités naturelles, conjointement rédigé par Henri-Louis Duhamel du Monceau et le gouverneur du Canada, Roland Michel Barrin de La Galissonière, paraît dans le Journal économique (1752), avant d’être réédité en annexe du Mémoire instructif sur la manière de rassembler, de préparer et d’envoyer les diverses curiosités d’histoire naturelle du chevalier Étienne-François Turgot (1758). En 1775, un an après sa parution en Angleterre, paraît une traduction française de l’ouvrage du médecin John Coakley Lettsom, Le Voyageur naturaliste, ou Instructions sur les moyens de ramasser les objets d’histoire naturelle, et de les bien conserver, avec des observations propres à étendre les recherches relatives aux connaissances humaines en général.

  • 17 Au début du XIXème siècle, Boucher de La Richarderie consacre à ce genre une rubrique spéciale de s (...)

11Au total, avec plusieurs dizaines de titres pour les seuls manuels en français ou en anglais, ce corpus de textes, multiples, répétitifs, forme un genre littéraire en soi17. Son existence montre comment s’est mise en place, à partir de la seconde moitié du XVIIème siècle, l’idée d’une éducation du voyageur, d’une discipline de sa curiosité et de sa conduite, toutes choses nécessaires si l’on veut que le voyage soit utile. “Un homme, quelque intelligent qu’il puisse être, ne saurait profiter à courir le monde, s’il ignore ce qu’il doit observer dans chaque pays, et de quelle manière il doit s’y prendre dans ses recherches”, écrit Boyle. D’où le double objectif que s’assigne le savant, et après lui tous les auteurs d’instructions : diriger le regard des voyageurs, d’une part ; régler leurs gestes et leurs manières de faire, d’autre part.

De la curiosité à la discipline

  • 18 Baudelot de Dairval (Charles César), Mémoire sur quelques observations qu’on peut faire pour ne pas (...)

12Quels sont, tout d’abord, les objets que désignent ces traités à l’attention, à la “curiosité”, des voyageurs ? Publié en 1688 par un avocat au Parlement de Paris, Baudelot de Dairval, le Mémoire de quelques observations que l’on peut faire pour ne pas voyager inutilement est fait d’une liste de questions traitant des “curiosités” et des “singularités” sur lesquelles les voyageurs sont invités, dans chaque pays, à faire porter leurs investigations. Il faut s’enquérir, en Islande, “si toute l’herbe qui y croît y sent si bon qu’on s’en sert pour parfumer le linge” ; en Moscovie, “voir et examiner soi-même la plante qu’on dit semblable à un agneau et qui broute pour ainsi dire les herbes aux environs d’elle”. En Inde, “quelques relations rapportent que dans la province de Tenassary, il y a une espèce de cochons qui multiplient sans mâles : si cela est vrai, ce doit être un prodige”. Le recueil de Boyle, repris par Bernard, contient des questions fort semblables dans leur nature : le voyageur qui ira vers le nord devra chercher “s’il est vrai que dans les pays froids on trouve en hiver des hirondelles gelées sous l’eau, qui reviennent étant approchées du feu, comme des pêcheurs l’ont assuré” ; en Virginie, il devra s’enquérir “s’il est vrai qu’à l’extrémité de la baie de Chesapeake vers le nord, les habitants y soient de taille fort haute et au contraire vers l’orient d’une très petite taille” ; il cherchera, à Ceylan, “s’il est vrai qu’il s’y trouve un arbre dont les feuilles tombant à terre marchent comme des papillons” et, en Guyane ou au Brésil, s’il existe une espèce de sauterelle, “le Caayra, [qui] se change en plante au printemps, et se flétrit de même qu’une autre plante”18.

  • 19 Daston (Lorraine), “The Factual sensibility”, Isis, no  79, septembre 1988, pp. 452-467 ; “Marvelou (...)

13Toutes ces questions, liste de singularités et de prodiges puisés chez les historiens anciens ou les voyageurs modernes, peuvent surprendre le lecteur du XXème siècle, et cela d’autant plus qu’elles se trouvent dans les textes mêlées à d’autres demandes, plus legitimes à nos yeux parce qu’elles touchent aux grandes énigmes géographiques ou physiques encore en suspens à l’époque : l’existence d’un passage du Nord-Ouest, les crues du Nil, l’orientation du cours du Niger, le régime de la mousson, etc. “Il faudrait, demande Bernard, faire des recherches touchant les pluies réglées des Indes, quels effets elles y produisent [...]. Des remarques sur ces vents réglés qu’on appelle moussons sont ici très nécessaires”. Or ce bric-à-brac de questions, mêlant la légende et l’inconnu, laisse apercevoir, rétrospectivement, la manière dont s’est construite la démarche empirique et rationnelle que l’on donne comme fondatrice de la science moderne. Comme l’a bien montré Lorraine Daston19, l’intérêt porté dans ces instructions à ce qui est bizarre, singulier, prodigieux, a été la première forme de l’esprit empirique : ce n’est pas en les excluant de l’enquête mais en décidant, au contraire, de les soumettre à examen, au même titre que des informations plus banales, que les faits “curieux” — phénomènes insolites, légendaires ou merveilleux rapportés par les voyageurs — sont entrés à leur tour dans le champ de l’investigation positive. S’il y a des lois de la Nature, celles-ci doivent pouvoir rendre compte de tous les phénomènes, y compris les plus singuliers. La suspension de croyance, qui prive ces faits de leur statut extraordinaire, surnaturel ou divin, pour les soumettre à l'enquête, hors de toute théorie, a été la première forme de l’empirisme scientifique, fondé sur une banalisation et une désacralisation du monde.

  • 20 “Non seulement les objets rares et étranges mais aussi les plus communs et ordinaires”, extr. de Gr (...)
  • 21 “Dans le choix des objets à recueillir, ne négligez rien, même les choses les plus ordinaires et co (...)

14Et inversement d’ailleurs : car en même temps que se banalise l’insolite, que se sécularise le surnaturel, le commun et l’ordinaire à leur tour entrent dans le champ de ce qui est digne d’intérêt. Déjà, en 1681, le naturaliste Nehemiah Grew affirme que les collections du Cabinet d’histoire naturelle de la Royal Society devraient comporter “not only things strange and rare, but the most known and common amongst us”20. Dans la même perspective, John Woodward déplore que leur curiosité porte trop souvent les voyageurs vers les objets singuliers, au dépens des choses familières : “in the choice of these things, neglect not any, tho’the most ordinary and trivial, the commonest peble or flint, cockle or oyster-shell, grass, moss, fern or thistle, will be as useful and as proper to be gathered and sent, as any the rarest production of the country [...]. Be pleased likewise to send samples of seeds of all kinds of plants, even the most wild and common”21.

  • 22 “Un observateur doit s’appliquer à considérer les expériences et les observations les plus communes (...)

15Sans se laisser entraîner par ses goûts ou sa curiosité personnelle, le voyageur doit embrasser de son regard l’ensemble du monde naturel. S’exprime ici, à propos de l’enquête naturaliste, une éthique de la diligence et de l’étrangeté à soi-même que l’on trouve, à la même époque, au fondement de la science expérimentale. “An observer should endeavour to look upon such experiments and observations that are more common, and to which he has been more accustom’d, as if they were the greatest rarity, and to imagine himself a person of some other country or calling, that he had never heard of, or seen the like before”22. Ne rien exclure a priori, soumettre à l’expertise les faits les plus improbables comme les plus ordinaires, rendre curieux ce qui est banal, exotique ce qui est familier : la définition que donne Robert Hooke de l’attitude du philosophe naturel s’applique au physicien comme au naturaliste. Le voyage et l’observation sont à la connaissance scientifique de la nature ce que sont le laboratoire et l’expérience aux sciences physiques : le lieu où se construit et s’éprouve la connaissance.

  • 23 [Turgot (Étienne-François)], Mémoire instructif sur la manière de rassembler, de préparer, de conse (...)

16Encore faut-il, pour que ces pratiques locales servent le progrès de la science, que leurs résultats — observations ou expériences, mesures, spécimens, etc. — soient matériellement transmissibles vers les centres du savoir et suffisamment normalisés pour autoriser l’analyse, le cumul et la comparaison. C’est là souvent, constate le chevalier Turgot, l’obstacle premier aux relations entre les savants et leurs émissaires lointains : “les correspondants auxquels [les savants] sont obligés de s’adresser dans les colonies et ailleurs, et qui pour l’ordinaire n’ont pas fait leur étude de l’histoire naturelle, ont souvent peine avec la meilleure volonté à bien remplir les commissions qu’on leur donne ; et les curieux sont quelquefois dans le cas de recevoir à grands frais des choses mal choisies et mal conditionnées, qu’il sont obligés de mettre au rebut”. Aussi, à mesure que s’affirme le souci de définir aux voyageurs un strict protocole, il est remarquable de voir les auteurs d’instructions insister moins sur le contenu que sur la méthode, moins sur les objets à rechercher que sur les gestes à effectuer, les techniques à utiliser. Ce qui domine est le souci de codifier, de calibrer, de rendre uniformes et universelles des pratiques locales, en inculquant aux voyageurs, même simples amateurs, des savoir-faire, des habitudes, des gestes réglés, qui les mettent en état de “distinguer, de choisir, de préparer et d’envoyer ce que chaque pays produit de plus remarquable dans les différents genres”23.

  • 24 Bibliothèque centrale du Muséum, Papiers Lemonnier, Ms. 357, dossier no  7. Seules les grandes expé (...)

17Voici, par exemple, dans les papiers de Louis-Guillaume Lemonnier, professeur de botanique au Jardin du roi à l’époque de Louis XV, un “Recueil de ce que l’on doit ramasser dans un pays nouvellement découvert”, rédigé dans les années 1770 à l’usage de l’équipage des navires que l’on envoie alors vers les mers lointaines. Lemonnier y prescrit, dans le moindre détail, chacun des actes à accomplir, depuis le moment de la collecte d’un spécimen jusqu’à celui de la rédaction de l’étiquette. Ainsi, pour la minéralogie : “primo, en mettant pied à terre, prendre un cornet de sable qui se trouve sur le rivage et un cornet des différentes terres qui peuvent le border [...]. Pénétrer dans les terres jusqu’à l’approche d’une montagne. Amasser une petite pierre des différentes espèces et variétés qu’on rencontre dans la route qu’on fera [...]. Aller principalement dans les vallées, les torrents et les rivières [...]. Amasser un cornet des différents sables et des variétés de pierres que les eaux déposent sur les bords. Il faut avoir le plus grand soin de faire cette sorte de collection, d’en amasser toutes les variétés, ainsi que celles des différentes terres”. Au demeurant, si minutieux que soit le geste, cueillir ou ramasser ne suffit pas ; il faut encore que les spécimens collectés soient dûment préparés, triés, étiquetés, afin de parvenir dans le cabinet du savant et d’être à leur arrivée “lisibles”, faute de quoi il resteront inutilisables. À propos des échantillons botaniques, Lemonnier prend soin de décrire le moindre geste : “il faut être muni de quelques rames de papier gris, et prendre autant qu’il sera possible des rameaux et des tiges de plantes en fleurs. Les ranger entre deux feuilles de papier et les mettre en herbier ; et si les plantes ou arbres sont en fruit, numéroter le rameau qu’on fera dessécher et noter le même numéro sur le sac ou cornet qui contiendront les graines ou les fruits. Il faudra sur le même numéro marquer si c’est un grand arbre, arbuste ou arbrisseau, et si les plantes sont vivaces ou annuelles, si elles croissent sur les montagnes, dans les plaines, au bord des rivières, aux lieux humides, marécageux ou dans l’eau. Noter également si c’est en un lieu saumâtre, sablonneux, ou au bord de la mer. Sur le même numéro, on y portera si en blessant ou en taillant l’arbre, il rend un suc laiteux, balsamique ou résineux, si le bois est aromatique”24.

  • 25 Sur ce thème, voir l’analyse de Spary (Emma), Making the natural order : the Paris Jardin du roi, 1 (...)

18On conçoit aisément pourquoi un geste apparemment aussi ordinaire que la rédaction d’une étiquette ou l’inscription d’un numéro sur une caisse est essentiel pour construire une connaissance systématique de la nature. Une graine, indistinctement mêlée à d’autres, n’est rien pour le jardinier qui ne sait comment ni quand la semer ; un spécimen empaillé n’évoque guère le comportement de l’animal vivant ; un échantillon de minerai est sans intérêt sans le texte qui donne sa provenance. Que faire, par exemple, des spécimens recueillis par l’abbé Noroña et remis à André Thouin par le comte d’Angiviller, leurs enveloppes déchirées, leurs graines confondues ? Le jardinier doit se résoudre à classer comme “inutiles” les paquets de graines reçus sans autre information sur leur nature ou leur provenance ; ou s’il entreprend de les mettre en terre, il inscrit sur son registre la mention “inconnu”, en attendant que la plante puisse, une fois levée, être décrite, identifiée et nommée25.

  • 26 [Turgot (Étienne-François)], Mémoire instructif..., op. cit., pp. 103-104 ; Duhamel du Monceau (Hen (...)
  • 27 “Lettre écrite par le Sr Thouin à M. de Lapérouse, le 19 mai”, in “Projet, instruction, mémoires re (...)

19Ainsi, en mettant l’accent, dans leurs instructions, sur la minutie des gestes du voyage, les savants sédentaires tentent d’inculquer chez leurs émissaires une discipline routinière et d’en contrôler à distance l’exécution. Peu importe que ces hommes de terrain ne maîtrisent pas eux-mêmes les connaissances nécessaires à l’interprétation de ce qu’ils observent ou soient incapables de nommer les spécimens qu’ils recueillent et préparent. Il suffit, explique Turgot à propos des coquillages marins, de suivre fidèlement les modèles fournis dans son manuel : “on en a fait graver de différents genres pour guider ceux qui voudront bien en rassembler [...]. On a cru inutile de donner des noms aux différentes coquilles qu’on a fait graver ; ceux qui sont usités parmi les naturalistes, n’ayant rien de commun avec ceux qu’emploient les navigateurs et les pêcheurs sur les différentes côtes, ne serviraient qu’à les embarrasser”, L'auteur, en revanche, s’attarde sur les instruments et détaille, figures à l’appui, chacun des gestes de la cueillette et de la préparation : “il faut, autant que l’on peut, en vidant ces coquilles de l’animal qui les occupe, conserver la charnière qui unit les deux battants, en sorte qu’ils restent toujours attachés l’un à l'autre ; on y introduira aisément du coton, de l’étoupe, etc., en les entrebâillant un peu, comme on le voit (planche VII) aux deux coquilles numérotées 1 et 2. Il faudra ensuite refermer la coquille, etc.”. À propos de l’envoi de plantes vivantes, Duhamel du Monceau n’hésite pas à entrer dans les plus menus détails : “on trouve chez les clincaillers des caractères [...] tout faits, tant pour les lettres que pour les chiffres. Les étiquettes doivent être attachées au corps de l’arbre, et non aux branches”26. Le bon voyageur est donc celui dont le regard, parfaitement fidèle, observe et communique ce qu’il voit, dont la main, précise, habile à cueillir, exacte à décrire, est capable de faire des spécimens rassemblés des objets lisibles et transmissibles, parce que dûment calibrés et étiquetés. Lorsqu’André Thouin obtient, en 1785, l’autorisation de faire embarquer un jardinier à bord de l’un des navires de Lapérouse, il choisit un élève bon connaisseur des plantes et, surtout, capable d’écrire “assez passablement pour tenir un journal d’observations” : le jeune homme aura soin, explique-t-il, de prendre note “des lieux où il fera ses récoltes, de la nature du sol, des expositions, de l’époque à laquelle il fera chacune d’elles, et surtout de colliger un exemplaire choisi de chacune des plantes dont il ramassera les graines. Au moyen de numéros correspondant au journal, aux plantes séchées et aux graines, nous serons à même de cultiver avec succès ces récoltes à leur arrivée en Europe”27.

  • 28 Dumoulin-Genest (Marie-Pierre), L'Introduction et l’acclimatation des plantes..., op. cit., t. 1, p (...)

20Tout le souligne, dans ces instructions : le savant resté dans son cabinet redoute l’indiscipline et la subjectivité du voyageur plus encore que son ignorance. À ses correspondants de Chine, Thouin demande d’inscrire simplement sur l’étiquette des plantes qu’ils lui expédient la transcription phonétique du nom vernaculaire, sans s’aventurer à proposer, par ressemblance avec la flore d’Europe, d’hypothétiques identifications. Lemonnier, quant à lui, prévient les navigateurs qu’ils n’ont pas à vouloir juger par eux-mêmes ce qui mérite d’être choisi et cueilli, parmi la flore de la région visitée : “il ne faut point s’arrêter à la ressemblance de nos arbres et plantes d’Europe telle réelle qu'elle nous puisse paraître, il n’y a que les yeux d’un botaniste éclairé qui puissent faire des différences”. De même, en 1791, un certain Besson, sous-inspecteur des mines, réfléchissant au choix des personnes qu’il convient d’envoyer avec D’Entrecasteaux et déplorant “l’esprit de système” qui, trop souvent, déforme la vision des savants, rêve de voyageurs qui, débarrassés de tout préjugé, sauraient “se borner à bien voir, à comparer, à rapporter fidèlement”. À la fin du siècle, Cuvier exprime cette défiance de la manière la plus extrême dans les directives qu’il remet aux membres de l’expédition Baudin, en partance pour les terres australes. Au texte, à la description, au dessin même, qui toujours portent l’empreinte d’une personnalité et d’une culture, l’anatomiste préfère l’objet brut, crâne ou os : “en vain, voudrait-on s’en rapporter aux observations faites sur les lieux par des voyageurs et consignées dans leurs journaux. L’expérience prouve qu’en histoire naturelle, toute description absolue est vague, et que toute comparaison faite entre un objet présent et un objet absent est illusoire [...]. Les dessins qui se trouvent dans les voyages modernes, quoique faits sur les lieux, se ressentent plus ou moins des règles et des proportions que le dessinateur avait apprises dans les écoles d’Europe, et il n’en est presque aucun sur lequel le naturaliste puisse assez compter pour en faire la base de recherches ultérieures. Il faut donc absolument recueillir des pièces anatomiques dans un même local et les y comparer dans tous leurs rapports”28.

  • 29 Il en est ici de la collecte naturaliste comme de l’observation astronomique : sur la nécessité de (...)

21C’est dire clairement que la science se construit dans le cabinet du naturaliste, non sur le terrain du voyageur. Celui-ci, élément mobile d’un système dont le centre est, à Paris, le Jardin du roi ou l’Académie des sciences, doit, pour être utile, se faire transparent. Il est la main qui recueille les objets, l’œil qui les observe et les décrit, comme pour permettre au naturaliste resté en Europe de voir et travailler à distance. Au prix de la plus stricte discipline, de l’accomplissement de gestes définis, de la communication d’informations calibrées, peut se construire, au centre, une science de la nature systématique, universellement valide. Il faut souligner combien, jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, l’effort de discipline et de codification minutieuse des pratiques locales ne vise pas à reconnaître au voyageur un statut d’observateur, actif et autonome, participant lui-même, sur le lieu de son enquête, à l’élaboration du savoir. C’est moins la conception d’un empirisme scientifique qui s’exprime ici que le désir, pour le savant de cabinet, de voir à travers l’œil du voyageur, d’agir par ses gestes, sans se déplacer. Conception d’un ordre social fondé sur la hiérarchie, la subordination et le patronage, et conception d’une science s’appuyant sur la collecte, l’accumulation et la centralisation des faits vont de pair et se renforcent l’une l’autre29.

Le voyage des plantes : science et empire

22Parmi les objets qui voyagent, des lieux les plus lointains que visitent les explorateurs vers la France, les plantes occupent aux XVIIème et XVIIIème siècles une place prépondérante. De multiples raisons, d’ordre matériel et intellectuel mais aussi politique et économique concourent à cette primauté de la botanique.

  • 30 Besson, “Observations...”, art. cit. (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 46, no  4) ; Klein (Jaco (...)

23Des raisons pratiques, tout d’abord. Elles tiennent à la relative facilité de cueillette, de conservation et de transport des échantillons de plantes, secs ou même vivants. Rien de tel avec les animaux : à la difficulté de la capture, s’ajoute celle du transport, pour les spécimens vivants, ou de la conservation, pour les spécimens naturalisés (conseillé par Boyle dès 1663, l’alcool n’est couramment utilisé dans les préparations qu’à partir du XVIIIème siècle). Quant aux pierres, le poids et l’encombrement font obstacle à une collecte systématique, comme le rappelle le minéralogiste Besson : “les objets [des] recherches [du minéralogiste], pour leur volume et leur pesanteur, sont bien différents de ceux du botaniste et de l’entomologiste. Si le minéralogiste ne savait pas faire un choix, [...] il trouverait sur la place de la première île une quantité suffisante de pierres et de roches pour remplir un vaisseau, au lieu qu’il faut bien des plantes et bien des insectes [...] pour former la pesanteur d’un quintal”. Il y a en outre, réalité très concrète aussi mais essentielle par ses conséquences cognitives, le fait que les plantes présentent des caractères distinctifs visibles à l’œil nu, sans recours au scalpel ou au microscope. Au contraire, l’aspect moins différencié des traits anatomiques de l’animal et la nécessité fréquente de recourir à l’observation des organes internes ou même à la dissection compliquent le travail du naturaliste voyageur. “Quant à savoir si les tortues et les lézards ont des dents molaires ou non, il faut user du doigt ou du scalpel pour en faire l’expérience [...]. Si nous désirons savoir de quelles dents la nature a pourvu les animaux de cette sorte, il est indispensable de leur ouvrir la bouche, même de force”. On conçoit que, de ce fait, la classification zoologique (à l’exception de la conchyliologie, fondée sur la description des coquilles), se soit trouvée, pendant plus de deux siècles, devancée par celle des végétaux30.

  • 31 Tulard (Jean), L'Amérique espagnole en 1800 vue par un savant allemand, Alexander von Humboldt, Par (...)

24De là vient souvent, dans la pratique des voyageurs, une collecte qui couvre de façon fort inégale les divers domaines de l’histoire naturelle. Deux exemples, venus du Nouveau Monde, suffiront à l’illustrer. Le chirurgien de marine Dierville, qui fait le voyage d’Amérique à la fin du XVIIème siècle, s’extasie de l’abondance et de la variété de la faune marine et terrestre qu’il observe vers Terre-Neuve ; il y consacre l’essentiel de sa Relation du voyage du Port-Royal de l’Acadie ou de la Nouvelle France (1708) mais ne rapporte aucun spécimen, alors même qu’il envoie à Tournefort et à Sébastien Vaillant, pour l’herbier du Jardin du roi, de nombreuses plantes séchées, échantillons d’une flore dont, pourtant, il fait à peine mention dans son récit. Un siècle plus tard, Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland, fascinés eux aussi par la faune qu’ils découvrent en Amérique du Sud, dans la forêt amazonienne notamment, s’efforcent de faire parvenir en Europe quelques exemplaires, empaillés ou vivants, de singes, d’oiseaux, de serpents ; Humboldt, de retour à Paris en 1804, offre un squelette de lama au Muséum et soumet à l’examen de Cuvier quelques dents fossiles d’éléphants. Mais tout cela est peu de chose, comparé aux soixante mille plantes rapportées et à l’herbier de quelque six mille deux cents espèces confectionné par les deux voyageurs au cours de leur expédition américaine31.

  • 32 Rappelons que le Jardin, créé en 1635 sur le modèle de celui de la Faculté de médecine de Montpelli (...)

25Cependant, pour expliquer le privilège accordé aux plantes, il faut invoquer d’autres motifs encore, ceux de Futilité. Car ne voyagent pas seulement des spécimens séchés, destinés à compléter peu à peu l’inventaire de la nature, mais aussi des graines ou des plants vivants, destinés à être mis en culture, en France ou dans les colonies. L’incitation à la connaissance des plantes vient, ici, de l’usage que l’on veut en faire, et de l’avantage qu’on en attend : utilité médicinale, bien sûr, liée aux rapports traditionnels de la botanique avec la médecine et la pharmacopée32, mais aussi utilité économique, pour l’alimentation, l’agriculture ou l’industrie. Sous cet angle, l’intérêt que les voyageurs portent aux flores étrangères s’articule étroitement aux goûts et aux besoins, aux attentes, aux conceptions économiques du temps. On sait que, depuis le début des grandes découvertes, le souci mercantiliste d’assurer l’indépendance nationale et de limiter les sorties monétaires a légitimé en Europe une politique d’expansion et de conquête, visant à prendre le contrôle de richesses naturelles lointaines (argent du Pérou, or du Brésil, castor du Canada). Il en fut de même pour quelques productions végétales, peu nombreuses, qui passent au XVIIème siècle sous le contrôle de l’Europe maritime. Citons, par exemple, la domination hollandaise sur la production de poivre et de muscade en Asie et, grâce à la colonisation et à l’esclavage, la mainmise des pays atlantiques sur la production de tabac, d’indigo, de sucre et de café dans les Antilles et l’Amérique tropicale. Dans ce contexte, le développement de l’histoire naturelle au XVIIIème siècle, à travers la collecte et le transport des plantes, est l’une des formes que prend, aux siècles modernes, la politique mercantiliste des pays européens.

  • 33 “Observations générales de la Société d’histoire naturelle sur le voyage à entreprendre pour aller (...)
  • 34 Archives nationales, Col. C2, art. 22, fo  311, cité par. Ly Tio Fane (Madeleine), Mauritius and th (...)

26Dans sa dimension coloniale, l’histoire de ces transferts de plantes est bien connue. C’est le voyage célèbre du plant de café, importé de Java par Amsterdam, qu’Antoine de Jussieu s’efforce de cultiver à Paris, dans une serre du Jardin construite à cet effet en 1714, avant de le réexporter vers la Martinique, Saint-Domingue et la Guyane dans les années 1720. Ou l’histoire de l’arbre à pain que d’Entrecasteaux doit, comme le capitaine anglais Bligh, rapporter de Tahiti, à destination des plantations des Antilles : “l’arbre à pain qui, à lui seul, peut remplacer tous les végétaux nécessaires à la vie, transporté dans nos colonies, assurerait à chaque individu une nourriture saine et indépendante de la variété des saisons, ménagerait le terrain, ménagerait les forces du nègre qui, alors seraient portées par le colon vers ces productions que le luxe et l’habitude ont rendu parmi nous des objets de première nécessité”. Soigneusement préservés, en dépit des mésaventures politiques traversées par l’expédition, les plants recueillis par Labillardière et mis en terre à Sourabaya arrivent en France en 1798, puis sont transplantés en Guyane ; dès 1808, mille sept cents individus étaient recensés dans la colonie33. D’autres transferts se font aussi, à une échelle plus locale, d’une colonie à l’autre, par des pratiques qui tiennent de l’espionnage et de la contrebande, sinon du pillage caractérisé. Voici un projet d’expédition formé par la Compagnie des Indes en 1729, en direction des îles Moluques contrôlées par les Hollandais : “les matelots couverts et défendus par les soldats enlèveront le plus promptement qu’il leur sera possible des plants de muscadiers et gerofiers [sic] avec autant de terre qu’il sera jugé nécessaire [...] et les transporteront à bord du vaisseau qui mettra sur le champ à la voile pour les rapporter aux Îles de Bourbon et de France”. Et l’on sait les tentatives aventureuses de Pierre Poivre pour dérober aux Hollandais la noix de muscade et le clou de girolle, et pour en introduire la culture aux Mascareignes, dans son jardin des Pamplemousses34.

FIG. 1 - “Serres à végétaux vivants pour les. voyages autour du monde", pl. préparatoire pour le cours de culture et de naturalisation d’André Thouin. Aquarelle.

  • 35 Sur la conception linnéenne de la nature et le rôle des voyages naturalistes, voir Linné (Carl von) (...)

27Loin de se borner aux productions coloniales, ce mercantilisme végétal concerne aussi, au XVIIIème siècle, l’économie intérieure des pays européens. Ainsi Linné, soucieux de libérer la Suède de sa dépendance à l'égard de l'étranger, propose d’assurer l’autosuffisance du pays par des cultures d’importation ou de substitution et, pour ce faire, envoie à travers le monde dans les années 1742-1772 une vingtaine de disciples dont il attend merveille. D’Amérique, Peter Kalm promet le châtaignier, le ginseng, le noyer, le magnolia, l’érable, le mûrier ; de Palestine, Frederick Hasselquist propose l’amandier et l’olivier, et même des tortues, afin de “décorer [le] paradis” du botaniste. Grâce au thé, venu de Chine par la Russie, Linné espère mettre fin à l’hémorragie monétaire vers l’Asie ; il encourage aussi la culture de la rhubarbe, de l’opium, celle du riz et même du coton, et rêve de faire de la Laponie les Indes occidentales de la Suède, véritable grenier pour la culture des céréales et les ressources forestières. Ces espérances reposaient sur la conviction que les plantes peuvent non seulement se déplacer latéralement, à latitudes comparables (d’où la décision d’envoyer Peter Kalm en Amérique du Nord, après avoir songé à la Sibérie, à cause de la similitude des climats), mais qu’elles peuvent aussi, à condition d’êtres éduquées dans des jardins créés à cette fin, vivre sous des cieux très différents de ceux de leur région d’origine. Les maigres résultats des mûriers et noyers américains et l’échec sans appel du “thé suédois” montrèrent suffisamment la fragilité de l’utopie nationaliste et végétale du savant. On aurait tort, pourtant, de négliger ces projets de botanique appliquée, en les considérant comme des anecdotes de la biographie de Linné, sans rapport avec le reste de son œuvre : car si l’on veut comprendre à la fois pourquoi voyageaient les naturalistes et comment ils voyaient le monde, il faut tenir ensemble leur projet et leur méthode, leurs objectifs et de leurs pratiques. Pour Linné et ses disciples, comme pour tous les voyageurs naturalistes des Lumières, compléter, d’une part, l’inventaire du monde en remplissant les cases encore vides du tableau de la nature et permettre, d’autre part, à l’homme de restaurer des équilibres détruits, de réparer des insuffisances locales par la transplantation et la culture de plantes étrangères, sont une même entreprise. En matière de botanique, science et utilité vont du même pas35.

  • 36 Bourde (André J.), Agronomie et agronomes en France au XVIIIème siècle, Paris : SEVPEN, 1967, 3 vol (...)

28Dans cette perspective, le cas français est particulièrement intéressant, parce que plusieurs facteurs convergent, dans le dernier tiers du XVIIIème siècle, à faire du voyage des plantes un thème d’actualité. Dans les années 1760 et 1770, la politique physiocratique des Ministères de Bertin et de Turgot met en effet à l’ordre du jour la lutte contre l’archaïsme et le marasme par le moyen de la modernisation de l’agriculture et le développement de la production. L’indépendance économique doit désormais être assurée par la croissance intérieure du pays, elle-même fondée sur une agriculture scientifique. Fait significatif du rapport étroit qui doit lier désormais l’économie à la science, la section “botanique” de l’Académie royale des sciences se trouve, lors de la réforme conduite par Lavoisier en 1785, réorganisée en “botanique et agriculture” : la science des botanistes doit permettre d’enrichir la flore nationale, de développer des cultures nouvelles, d’assurer l’indépendance du pays36.

FIG. 2 - Bernard de Jussieu revenant d’Angleterre en 1734, rapportant dans son chapeau les deux pousses de cèdre du Liban : gravure par Bouton (noir & blanc), 1854.

  • 37 Le Journal de physique de Rozier publie la recette du chunô, le 19 janvier 1782 (pp. 82-83), et les(...)
  • 38 “Catalogue d’arbres, d’arbustes et de plantes qui croissent en Amérique et produisent des graines e (...)

29Toute une série de voyages naturalistes prennent place dans ce contexte, pour l’organisation desquels, aux côtés des ministres, l’Académie et le Jardin du roi, notamment son jardinier en chef, André Thouin, jouent un rôle essentiel. En 1764, Berlin confie à deux Chinois une mission d’enquête à travers la Chine : “on serait fort aise d’avoir des graines de thé”, indique Turgot dans le questionnaire rédigé à leur intention. Sur la recommandation de Condorcet et de Thouin, le médecin Joseph Dombey est envoyé par Turgot en Amérique du Sud avec mission de chercher des plantes ou des arbres qui pourraient s’adapter en Corse et en Provence. De 1778 à 1785, Dombey explore le Chili et le Pérou, en quête de plantes médicinales, industrielles ou alimentaires, en particulier de plantes panifiables susceptibles d’aider à résoudre en France le problème crucial des subsistances ; il observe les pratiques culinaires des indigènes, fait parvenir à Paris en 1779 la recette du chunô péruvien et rapporte une plante amylacée dont la farine sert de base à des expériences auxquelles procèdent Fourcroy et Parmentier en 178637. À la même époque, André Michaux est chargé d’explorer les forêts nord-américaines, sur la demande de l’abbé Nolin, directeur des pépinières de Rambouillet, qui, inquiet des progrès de la déforestation, a rédigé à partir des catalogues d’horticulteurs américains une liste des arbres dont il souhaite l’introduction en France. Pour faciliter leur transplantation, Michaux crée une pépinière près de New York, suivie d’une seconde à Charleston, d’où il envoie, au cours des dix années suivantes, plus de soixante mille pieds d’arbres et quatre-vingt-dix caisses de graines, destinés à régénérer les forêts de France : “les landes de Bordeaux seront employées bien avantageusement pour la culture des pins d’Amérique [...]. Les arbres de l’Amérique septentrionale seront cultivés avec succès dans les Pyrénées”, explique le voyageur à Lemonnier38.

  • 39 “Mémoire pour diriger le Jardinier dans les travaux de son voyage autour du monde” (Bibliothèque ce (...)
  • 40 “Observations générales de la Société d’histoire naturelle sur le voyage à entreprendre pour aller (...)

30Même les grandes expéditions de circumnavigation de la fin du siècle, en dépit du peu de temps passé lors des escales à l’exploration des terres, sont animées de ce souci utilitaire. Les instructions données par André Thouin au jeune Collignon, le jardinier qui accompagne Lapérouse, consacrent une section entière à “la récolte des végétaux qui peuvent être utiles à l’Europe”, en insistant sur l’ordre des priorités : “il n’est pas douteux que les arbres et les plantes qui peuvent être utiles en Europe à la nourriture des habitants doivent tenir le premier rang, comme l’espèce de fougère dont la racine sert d’aliment aux peuples de la Nouvelle-Zélande. Les plantes d’usage dans les arts occuperont le second. Celles qui peuvent servir à la décoration de nos jardins le troisième. Et enfin le quatrième renfermera les plantes qui ne sont propres qu’à tenir une place dans les jardins de botanique”39. Voyageurs et explorateurs de la Révolution entendent aussi mettre la science au service du bien public, en recherchant les végétaux et animaux utiles aux arts : “le lin de la Nouvelle-Zélande, transporté en France, par sa beauté et sa qualité remplacerait d’une manière bien plus avantageuse le lin et le chanvre que nous sommes obligés même souvent de tirer de l’étranger [...]. Ne pourrait-on pas trouver aussi dans ces contrées une espèce du genre de l'eider dont le duvet eût les mêmes qualités que celui de cet oiseau que nous tirons du Nord à grands frais et dont nous faisons un usage assez fréquent ? Les insectes malgré leur petitesse méritent aussi toute l’attention de l’observateur. Les uns tels que le chermes et la cochenille sont quelquefois imprégnés de matières colorantes fort précieuses”40.

  • 41 Dès 1719, le jardin botanique de Nantes se voit désigner la tâche d’être un “entrepôt et séminaire (...)

31Ainsi une grande partie de l’activité des voyageurs naturalistes des Lumières est consacrée à recueillir, transporter et mettre en culture des plantes, d’une région à l’autre du monde, par le relais du Jardin du roi ou de ses annexes océanes et coloniales41. Presque sans paradoxe, on peut dire que l’essentiel, dans l’histoire matérielle et intellectuelle des voyages, est moins le voyage des hommes, partis à la découverte, que celui, en sens inverse, des plantes, depuis le lieu de leur récolte jusqu’à l’herbier ou au jardin. Et ceci à double titre. Il est, tout d’abord, remarquable de voir comment ces cueillettes naturalistes, alors même qu’elles s’inscrivent dans un projet mercantiliste et national, tendent à créer, par le biais du voyage et de la culture, les conditions d’une circulation des plantes qui amenuise les écarts, comble les différences et ainsi tend vers une progressive unification végétale du monde. Lorsqu’ils entreprennent de rendre aux marchands la liberté, c’est sur l’agriculture et l’acclimatation plus que sur la concurrence et l’échange — autrement dit, sur le voyage des plantes plus que sur le commerce des hommes et des choses — que les physiocrates entendent fonder le progrès économique des îles et celui de la métropole. Tout se passe comme si, parce que les plantes semblent plus mobiles et plus malléables que les hommes, le modèle cosmopolite et libéral trouvait dans l’idée de la circulation et de l’échange des plantes sa première expression : les pratiques des naturalistes des Lumières prennent, dans le rêve du voyage des plantes et du progrès par le commerce et le désenclavement, une légitimité à la fois philosophique et pratique.

32En outre, qu’il s’agisse du botaniste occupé à composer son herbier ou du jardinier qui s’efforce de transplanter quelques spécimens vivants, les pratiques de ces voyageurs, aussi locales et matérielles soient-elles, ne sont pas sans intéresser, jusque dans son contenu théorique, la science botanique qui se construit ainsi. Car l’effet du voyage accompli par les plantes est, toujours, celui d’une délocalisation, d’une décontextualisation : qu'elle vise à classer l’échantillon à sa place dans l’ordre systématique d’un tableau ou à le mettre en terre dans une serre afin de l’acclimater dans un autre lieu du monde, la pratique du naturaliste tend à brouiller, sinon à effacer, la question de la provenance locale des plantes et de la distribution des flores à la surface de la planète. Dans ces abrégés descriptifs du “livre de la nature” que sont les cases d’un herbier ou les allées d’un jardin botanique, l’origine géographique n’est, au mieux, qu’un nom de lieu, inscrit au bas d’une étiquette. Le tableau de la nature qu’expose le système du botaniste ne se superpose pas à la carte géographique du monde. Même, il l’ignore. Car proximité géographique et proximité taxinomique vont rarement ensemble : deux plantes, très voisines par leur caractères, peuvent à l’état naturel se trouver aux antipodes l’une de l’autre. Rien dans l’ordre systématique du tableau des espèces et des genres ne permet de rendre compte de la répartition géographique des plantes à la surface de la planète, ni d’expliquer la présence d’une plante ici, son absence ailleurs, même à une latitude comparable. Ce n’est pas là l’un des moindres paradoxes que révèle la pratique des voyageurs naturalistes des Lumières. Alors même qu’ils parcourent le monde et font de sa diversité l’épreuve très concrète, ils ignorent longtemps, dans ses implications cognitives, la dimension spatiale et géographique des phénomènes naturels.

Du tableau au terrain : un nouvel espace de connaissance

33Du moins en est-il ainsi dans le cas de la flore. Cet effacement de l’espace géographique dans la construction de la science botanique de l’âge classique, articulée sur des systèmes taxinomiques et des techniques de culture, rend d’autant plus intéressant ce qui se passe pour un autre type d’objet collecté par les voyageurs, à savoir les pierres, les minéraux et les fossiles. Parce que les pierres, à la différence des plantes ou des bêtes, ne voyagent pas, la préoccupation utilitaire passe par l’observation locale, contextuelle, et la construction savante passe par la géographie.

  • 42 [Gaultier (Jean-François)], “Mémoire des morceaux de pierres et des mines que j'envoie à M. 6uettar (...)

34Un exemple de ces premières formes de recours à l’espace local pour penser la collection est fourni par les enquêtes minéralogiques conduites au Canada, dont témoigne la correspondance échangée de 1749 à 1755 par Jean-Étienne Guettard, membre de l’Académie royale des sciences, et Jean-François Gaultier, médecin et naturaliste de Québec, qui agit comme son agent local pour la collecte des échantillons. Très désireux d’aider au programme de développement économique lancé par le gouverneur du Canada, La Galissonière, Gaultier est, tout naturellement, à la recherche de “preuves qui donnent lieu de supposer avec fondement que le Canada est un pays rempli de mines”. Il voyage lui-même à travers la colonie et entretient une correspondance active avec des officiers et collecteurs locaux, afin de recueillir des spécimens de toutes sortes et de toutes provenances. Ses envois prennent la forme classique d’une caisse d’échantillons, soigneusement numérotés et accompagnés d’un mémoire descriptif où il note la nature et la localisation de chacun d’eux. Telle cette boîte, expédiée de Québec vers la France, le 2 novembre 1755 : “no 1 : d’un morceau de mine de plomb de la baye Saint-Paul à vingt-cinq lieues de Québec sur le nord du fleuve Saint Laurent [...]. Cette mine contient un peu d’argent [...] ; no 2 : un morceau de pierre de Beauport, à deux lieues de Québec. C’est une pierre couchée par lits horizontalement dans la terre. On en fait toute la chaux qu’on emploie à Québec. On l'emploie aussi pour la maçonnerie, et surtout pour les parements et dehors des murs de toutes les maisons [...] ; no 3 : un morceau de pierre du cap ou montagne sur laquelle Québec est bâtie. C’est un schistus niger salidus. Cette pierre s’exfolie l’hiver étant exposée à l’air. On y trouve des cristaux semblables à ceux du Rhin. Aussi la nomme-t-on pierre à diamants de Québec”42.

  • 43 À noter que Guettard n’aborde pas ici le problème de la stratigraphie sous-jacente des couches dont (...)

35Les envois se succèdent, exploités par Guettard dans une série de rapports présentés devant l’Académie des sciences. Envoyant un exemplaire de son mémoire à son correspondant canadien, le minéralogiste formule de nouvelles demandes : il souhaite que Gaultier lui procure d’autres échantillons, afin d’étayer sa théorie sur “l’espèce d’ordre systématique” qui fait se succéder régulièrement, à la surface de la terre, des bandes de terrains schisteux (ou “métalliques”), marneux, puis sablonneux. À diverses reprises, déjà, Guettard a exposé cette thèse devant ses pairs de l’Académie et, sur cette base, entreprit de construire une carte minéralogique de la France. Son attitude à l’égard des minéraux canadiens diffère donc de celle des botanistes, soucieux avant tout d’identifier et de classer leurs spécimens au sein d’une taxinomie générale. Décrire, nommer, répertorier ne suffit pas au minéralogiste, il lui faut aussi tenir compte de l’agencement local des pierres, de leur distribution dans l’espace, et comparer celle-ci avec ce qu’il observe en d’autres lieux du monde. Utilisant la carte de la Nouvelle France dessinée par le géographe Buache, Guettard s’applique à y reporter la provenance de chacun des échantillons que lui a adressés Gaultier. Puis il cherche à comparer la succession des bandes de terrain ainsi repérée avec ce que, déjà, il connaît de l’Europe : la Suisse lui sert de terme de comparaison, car il y a trouvé des pierres qui, semblables par leur nature, présentaient aussi une même disposition de surface. Ainsi, explique le savant, la démonstration “est en quelque sorte faite par les cartes que j’en donne” : la présence dans les deux pays d’une même bande schisteuse indique que “le Canada est un pays semblable à ceux d’Europe”. Encore faudrait-il, pour une démonstration assurée, étendre la recherche sur le terrain et aller, indépendamment des frontières politiques, jusque dans le territoire des colonies anglaises d’Amérique : “pour que la comparaison eût été complète, il aurait fallu pouvoir déterminer s’il y a au Canada, de même qu’en Suisse, une étendue de terrain remplie de pierres crétacées ou calcaires [...]. Il faudrait [...] savoir de quelle nature sont les pierres qui se trouvent dans les endroits où il y a [des] mines [...] ; il faudrait de plus observer les pierres qui se rencontrent dans les lieux qui sont entre ceux où l’on en a remarqué, lier ainsi ces différents cantons et en faire une suite continue ; par là on verrait si on peut distinguer différentes bandes de terrain [...]. Je ne donne cependant tout ceci que comme des conjectures qu’il serait curieux de vérifier”43.

FIG. 3 - Carte minéralogique dressée par Philippe Buache, Desbrulins fils sculp. Extr. de : Guettard (Μ.), Mémoire dans lequel on compare le Canada à la Suisse par rapport à ses minéraux, Paris : [s.n.], 1752, pl. VII, p. 220.

36L’intérêt de cet exemple est qu’en permettant d’articuler l’invention théorique de Guettard et la pratique concrète de son collecteur canadien, il donne à réfléchir sur la façon dont a pu s’introduire la nouveauté dans la science minéralogique du XVIIIème siècle. C’est la nécessité de tenir compte de la localisation des minéraux pour produire un savoir utile (c’est-à-dire permettre une éventuelle exploitation minière) qui d’abord informe la conduite des voyageurs, motivant leur souci de noter précisément la provenance de leurs découvertes. À terme, ce problème d’ordre technique et matériel induit un changement dans la définition même de la science, et construit un nouvel objet théorique : l’étude de la répartition géographique des roches. Dans le va-et-vient entre l’enquête locale et l’élaboration théorique, dans l’articulation entre la liste d’un catalogue de minéraux et le dessin d’une carte topographique, s’élabore vers le milieu du XVIIIème siècle une première pensée de l’espace géologique.

  • 44 [Richard (Louis-Claude)], “Adresse à la Société d’histoire naturelle de Paris, 17 février 1791” (Bi (...)

37L’espace, le terrain local de la collecte prennent donc, dans le cas des pierres et des minéraux, une importance qu’ils n’avaient pas, ou dans de moindres proportions, dans le cas des plantes ou des bêtes. Les instructions données au voyageur, dans la seconde moitié du siècle, insistent sur la nécessité d’être attentif à la manière dont s’organisent, sur les lieux, les roches dont on prélève des échantillons. “C’est le seul moyen de pouvoir juger du pays”, insiste déjà Lemonnier, vers 1770. Vingt ans plus tard, lorsqu’est préparée l’expédition de d’Entrecasteaux, Besson demande expressément d’“observer la position des roches les unes par rapport aux autres, s’il y a des bancs, lits ou couches bien marquées, leurs différentes épaisseurs, leurs arrangements réciproques, leurs superpositions et leurs inclinaisons. Bien observer vers quelle partie du ciel sont constamment ou le plus souvent les escarpements ou les pentes les plus rapides”. Ces notes permettront de “comparer la formation des terres des continents et des îles de la mer du Sud à celles de notre Europe” et, par là, de mieux connaître l’histoire de la planète. Un autre naturaliste, Louis-Claude Richard, insiste sur l’importance de lier les observations les unes avec les autres, par des moyens cartographiques : “ne pourrait-on pas, par exemple, engager le géographe à dresser des cartes lithographiques sur les observations récentes des minéralogistes ?” Mieux, les savants sont invités à coopérer sur le terrain, afin de croiser les données recueillies sur la nature du sol, son relief, sa flore : “les botanistes pourront également observer si les mêmes roches et les mêmes pierres ne produisent pas les mêmes plantes ; il peut y avoir une analogie entre certains terrains et certains végétaux [...]. Les savants dans les différentes parties s’éclaireront réciproquement et les observations générales du voyage gagneront beaucoup s’ils se communiquent leurs vues et leurs remarques”. Derrière l’idéal révolutionnaire de la fraternité, cet appel à l’union et à la pluridisciplinarité est aussi une prise de position scientifique : il exprime l’exigence d’une approche, locale et compréhensive, des rapports entre le sol, le milieu et la végétation. Apparaît ici le modèle d’une science qui se construit sur le terrain autant que dans le cabinet ou le musée et qui exige de ce fait la présence sur place de véritables savants, non de simples agents. “Il est nécessaire que ce soient des minéralogistes qui collectent et ramassent avec connaissance de cause”, déclare Besson44.

  • 45 “...Examiner les productions naturelles de ce merveilleux pays [...]. La branche de la minéralogie (...)
  • 46 “Il serait vraiment mortifiant de voir les Français publier la géologie de nos colonies [...], puis (...)
  • 47 “Il n’est pas besoin d’employer à cette tâche un mineur compétent, puisqu’il n’est pas prévu de fai (...)
  • 48 “La géologie et la minéralogie ne doivent être pour vous qu’une activité secondaire ; vous n’y cons (...)
  • 49 Respectant les consignes de Banks, le naturaliste Robert Brown, aidé de Ferdinand Bauer et du jardi (...)

38Le projet d’une science locale, pratiquée par des savants venus sur le terrain, trouve ainsi en France, à la fin du siècle, une première formulation. Le fait est d’autant plus remarquable qu’il semble spécifique et distingue les voyages français de ce qui se passe, à la même époque, du côté anglais. Dans les grandes expéditions organisées par l’Angleterre à partir des années 1760, la minéralogie n’occupe en effet qu’une place relativement mineure. Il est vrai que James Douglas, le président de la Royal Society, a donné aux voyageurs partis avec Cook mission de ramasser à chaque escale, même sans exploration plus poussée, des échantillons de pierres pris dans le lit des ruisseaux ou des rivières, afin d’en tirer des indications sur l’intérieur du pays. Mais à bord de l'Endeavour, Joseph Banks et son compagnon, le botaniste Daniel Solander, disciple de Linné, s’intéressent moins aux pierres qu’aux plantes et aux animaux. Si en 1772, cédant à la mode de son temps, Banks visite l’Islande, ses volcans et ses sources d’eau chaude, il ne va néanmoins pas jusqu’à entreprendre une étude systématique de la minéralogie de l'île. Plutôt qu’objets de science, ses échantillons de lave et de pierres éruptives serviront à décorer les jardins de Chelsea et de Kew. Enfin, lorsque Banks, président de la Royal Society depuis 1778, rédige le programme de l’expédition Flinders, chargée d’achever le repérage des côtes australiennes avant les navires du capitaine Baudin, il a soin de ne formuler que des exigences réduites sur le chapitre de la minéralogie. Malgré les remarques du capitaine Flinders (“the mineralogical branch would probably not be the least interesting”, écrivait celui-ci en 1800, au retour d’un premier séjour en Australie, pour encourager le lancement d’une expédition chargée d’examiner “the natural productions of this wonderful country”45) ; malgré les exhortations patriotiques du minéralogiste John Mawe (“it will be truly mortifying to see the French publish the geology of our settlements, [...] for by thus employing mineralogists, they render as it were a bounty for discovery”46) Banks se contente de doter l’expédition anglaise d’un simple ouvrier mineur, le jeune John Allen, à qui il confie une mission limitée : “the person need not be an able miner, as no trials are intended to be made below the surface. All mines in a new country may be seen at the surface”47. Sa tâche se bornera à la collecte d’échantillons de roches et de minerais, qu’il rapportera en Angleterre. Comme l’explique Banks au dessinateur de l’expédition, Ferdinand Bauer, “geology and mineralogy must be considered by you as a subsidiary pursuit, and you will be required to do them no more than is compatible with a full attention to botany, entomology, ornithology, etc.”48. Il n’est demandé aux voyageurs que de ramasser des échantillons de pierres, comme ils recueillent des spécimens de plantes, sans observation locale plus poussée. La science minéralogique se construira au retour, dans le cabinet du chimiste, non sur le terrain du voyageur. On est loin, ici, de l’enquête lithologique demandée aux minéralogistes de l’expédition de d’Entrecasteaux ou de celle de Baudin49.

  • 50 “Captain, if we had not been kept so long picking up shells and catching butterflies at Van Diemen’ (...)
  • 51 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Notice sur l’expédition à la Nouvelle Hollande entreprise pour des r (...)
  • 52 C’est du moins ce qu’invite à penser le contraste entre la position publique adoptée par Banks à l’ (...)

39Ce décalage d’objectifs et de pratiques entre les voyages français et anglais invite à réviser les idées reçues sur les liens entre science et empire, utilité et connaissance. Le capitaine Flinders évoque, dans la relation de son expédition, l’exclamation de l’un des officiers de l’équipage de Baudin, Henri Freycinet, qui déplorait le temps passé par les Français à attraper des papillons et à chercher des coquillages au lieu d’explorer rapidement la côte australienne et de devancer les Anglais50. C’était déclarer que, par la faute des savants toujours curieux de multiplier les escales et les promenades botaniques, les navires français avaient trop lentement progressé, laissant le champ libre aux reconnaissances anglaises. Aussi bien, Baudin lui-même s’était tout au long du voyage exaspéré de la lenteur du Naturaliste qui, lourdement chargé et constamment à la traîne, freinait l’allure de la corvette Le Géographe. Certes, le butin des naturalistes fit à leur retour l’émerveillement des savants du Muséum : “de toutes les collections qui nous sont parvenues des pays éloignés, à diverses époques”, déclare Antoine-Laurent de Jussieu, “celle-ci [...] est certainement la plus considérable”51. Malgré son intérêt exprimé pour une science du terrain et faute d’exploration suffisante, faute de découverte géographique, la France perdait tout droit à la revendication de territoire. L'intérêt de la science et l’intérêt de l’empire n’allaient point, ici, du même pas. Sans doute Banks en avait-il clairement conscience, lorsqu’il négligea délibérément l’étude minéralogique et géologique, qui aurait exigé de longs séjours sur le terrain, au profit de la reconnaissance côtière et de la collecte d’échantillons, plus rapide et plus offensive52.

40Ce tableau, tracé à grands traits, des pratiques du voyage et de la collecte naturaliste montre comment se pose la question de la construction d’une science de la nature à la fin du XVIIIème siècle, au moment où, à Paris, est fondé le Muséum. Deux types d’attitude en effet se distinguent chez les voyageurs et naturalistes, qui dessinent deux approches différentes de la nature, deux modèles de science.

  • 53 Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins..., op. cit., pp. 347-464 ; Hamy (...)

41La première, centrée sur le travail de cabinet, vise à constituer des collections, à établir des classements, à comparer entre eux les éléments d’une série. C’est elle, on l’a vu, qui légitime le programme d’un inventaire encyclopédique de la nature et, par là, l’effort de discipline et de contrôle des pratiques des voyageurs chargés, sur place, de la collecte des échantillons. C’est elle qui conduit à ce gigantesque transfert de spécimens, venus peu à peu s’accumuler dans les herbiers et les vitrines, et soumis au travail taxinomique des savants. Lue dans cette perspective, la création du Muséum national d’Histoire naturelle vient parachever ce mouvement, en permettant soudain une prodigieuse concentration d’échantillons, provenant de collections éparses, confisquées ou conquises, désormais réunies dans une unique institution centrale. Il suffit d’évoquer ici la figure d’André Thouin, devenu “commissaire à la recherche des arbres et plantes étrangères” et chargé en 1792 de procéder à la réquisition des végétaux précieux cultivés dans les serres et jardins de la famille royale et de l’aristocratie, puis envoyé en Belgique et Hollande en 1794-1795, en Italie en 1796-1798, pour dresser l’inventaire des cabinets, des jardins et des ménageries, et assurer le transport vers Paris des plus riches collections de pierres, de plantes ou d’animaux ; ou celle d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, envoyé en 1808 dans la péninsule Ibérique, alors occupée par l’armée napoléonienne, afin de se procurer dans les collections naturalistes d’Espagne et de Portugal une moisson d’échantillons, destinés à enrichir les collections françaises de spécimens nouveaux, minéralogiques, botaniques ou zoologiques : “il n’est pas douteux que notre établissement ne puisse beaucoup profiter de ce voyage”, écrivent les directeurs du Muséum. “Nous savons qu’il y a en Portugal plusieurs cabinets publics, riches en productions des trois règnes de l’Inde et du Brésil, dont nous sommes privés, faute de relations avec ces contrées éloignées”. Cette soudaine accumulation transformait radicalement les conditions de travail des savants, notamment dans le domaine zoologique, en leur permettant d’affiner les classements, de constituer des séries, d’établir des comparaisons. Très clairement perçue, cette opportunité motive Cuvier dans son refus d’accompagner Bonaparte en Égypte : “mon calcul fut bientôt fait. J’étais au centre des sciences, et au milieu de la plus belle collection, et j’y étais sûr d’y faire de meilleurs travaux, plus suivis, plus systématiques, et des découvertes plus importantes que dans le voyage le plus fructueux”53.

  • 54 Hamy (Ernest Théodore) (sous la dir.), Lettres américaines d’Alexandre de Humboldt (1798-1807), Par (...)
  • 55 Ramond de Carbonnières (Louis François Élisabeth), Observations faites dans les Pyrénées pour servi (...)

42D’autres, cependant, rêvent encore de partir, tel Alexandre de Humboldt qui, faute d’avoir pu se joindre à l’expédition égyptienne, prend le chemin de l’Amérique du Sud en compagnie du botaniste Aimé Bonpland. Pourquoi partir ? Humboldt n’entend pas faire comme ces botanistes qui “s’occupent presqu’exclusivement de la découverte de nouvelles espèces de plantes, de l’étude de leur structure extérieure, des caractères qui les distinguent et des analogies qui les unissent en classes et en familles”. Il voyage moins pour compléter le catalogue du monde que pour observer la nature elle-même, sur place, et voir comment, sous différents deux ou climats, s’organise la vie des plantes. Le 27 frimaire an XIII, il déclare aux professeurs du Muséum à qui il destine son herbier américain : “cette collection, outre d’avoir été décrite sur les lieux [...] a encore l’avantage de ne pas présenter un seul objet dont on ne puisse indiquer la hauteur à laquelle il croît au-dessus du niveau de la mer”. Devant la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut, le 17 nivôse an XIII, il esquisse le programme d’une science nouvelle, “dont il n’existe encore que le nom” : “la géographie des plantes [...] considère les végétaux sous les rapports de leur association locale dans les différents climats”54. Cette apologie d’une approche locale et compréhensive de la nature vient donner au voyage une légitimité nouvelle : pour Humboldt, et pour nombre de ses contemporains, comme le botaniste Augustin Pyramus de Candolle ou le géologue Louis Ramond de Carbonnières, le voyage n’est plus seulement moyen d’une collecte de spécimens, destinés à prendre place, individuellement, dans un tableau taxinomique. Le terrain, faisant jonction avec la théorie, devient pour ces savants voyageurs le laboratoire où ils peuvent observer la nature, reconstruire les formes de son organisation, approcher enfin son histoire. Ils inventent le paysage comme outil et objet de recherche scientifique : “c’est une propriété des montagnes que de contenir, dans le moindre espace, et de présenter, dans le moindre temps, les aspects de régions diverses, les phénomènes de climats différents ; de rapprocher des événements que séparaient de longs intervalles”, déclare Ramond55.

43Le voyage ou le cabinet, la collection ou le terrain, le tableau ou la carte, tels sont, à l’aube du XIXème siècle, les deux modes d’approche, complémentaires, dont disposent les voyageurs naturalistes pour déchiffrer la nature. Tels sont les enjeux théoriques dont est riche chacun de leurs gestes, au jour le jour : il n’est rien de moins anodin que la rédaction d’une étiquette.

Notes

1 Hansen (Thorkild), La Mort en Arabie : une expédition danoise, 1761-1767, [trad. du danois par Raymond Albeck], Arles : Actes Sud, 1988, pp. 301-315 ; Dunmore (John), Brassard (Maurice de), (sous la dir.). Le Voyage de Lapérouse, 1785-1788 : récits et documents originaux, Paris : Impr. nationale, 1985, t. 1, pp. 185-191.

2 Archives nationales, AJ.15.502, cité par Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin, 1747-1824, Paris : Éd. du Muséum, 1989, p. 250.

3 Daudin (Henri), De Linné à Lamarck : méthodes de la classification et idée de série en botanique et zoologie (1740-1790), Paris : Éd. des archives contemporaines, 1983, p. 148 [réimpr. de la 1ère éd., Paris : Félix Alcan, 1926-1927].

4 Latour (Bruno), “Comment redistribuer le Grand Partage ?”, Revue de synthèse, vol. CX, 1983, pp. 202-236. Pour une mise au point sur le modèle latourien, appliqué à l’histoire naturelle : Secord (Ann), “Science in the pub : artisan botanists in early Nineteenth-century Lancashire”, History of science, vol. XXXII, no 97, 1994, pp. 269-315.

5 Cité par Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours du Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Impr. nationale, 1893, 162 p.

6 Il ne sera pas ici question des objets ethnographiques rapportés par les voyageurs ou explorateurs, encore que leur présence au Cabinet du Jardin du roi jusqu’à la Révolution mérite commentaire. Car la présentation des outils, parures et instruments de musique des peuples sauvages au milieu des vitrines de coquillages, madrépores et autres curiosités naturelles, souligne la matière dont ils sont faits (plume, bois, pierre ou corne), plutôt que l’art de leur fabrication. Au regard du visiteur, ces objets — et par là les peuples qui les ont confectionnés — semblent appartenir encore au règne de la nature, plus qu’à celui de l’histoire et de la civilisation. Cf. Bourguet (Marie-Noëlle), Voyage, statistique, histoire naturelle : l’inventaire du monde au XVIIIème siècle, Rapport pour l’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris I, 1993, dactyl., pp. 72-78.

7 Instruction pour les voyageurs et pour les employés dans les colonies sur la manière de recueillir, de conserver et d’envoyer des objets d’histoire naturelle, rédigée sur l’invitation de S.E. le ministre de la Marine et des Colonies par l’administration du Muséum Royal d’Histoire Naturelle, Paris, 1824.

8 Peyssonnel (Jean-André), Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, [présentation et notes de Lucette Valensi], Paris : La Découverte, 1983, p. 13. Brevet d’André Michaux,1 er juin 1779 (Archives nationales, AJ.15.510, no  369). Le titre devient, sous la Révolution, “correspondant du Muséum d’Histoire naturelle”. Sur le recrutement, la formation et le rôle des voyageurs naturalistes français dans les explorations du XVIIIème siècle : Laissus (Yves), “Les Voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’Histoire naturelle : essai de portrait-robot”, Revue d’histoire des sciences, t. 34, no 3-4, 1981, pp. 260-317 ; Drouin (Jean-Marc), “De Linné à Darwin, les voyageurs naturalistes”, in Serres (Michel) (sous la dir.), Éléments d’histoire des sciences, Paris : Bordas, 1989, pp. 321-335 ; Bourguet (Marie-Noëlle), “L’Explorateur”, in Vovelle (Michel) (sous la dir.), L'Homme des Lumières, Paris : Éd. du Seuil, 1996, pp. 285-346.

9 Archives nationales, AJ. 15.578. Notons aussi, pour illustrer ces effets de miroir entre norme et pratique, que nombre de recueils d’instructions ont été rédigés par des voyageurs, qui fondent sur leur propre expérience les règles qu’ils édictent. Le botaniste Johann Reinhold Forster, qui participe à la seconde expédition de Cook, compose A catalogue of the animals of North America... to which are added short directions for collecting, preserving and transporting all kinds of natural history curiosities, London : B. White, 1771, 43 p. Volney fait paraître en 1795 des Questions de statistique à l’usage des voyageurs qui, dans le programme et la méthode, rappellent le récit que le voyageur philosophe a donné de son Voyage en Syrie et en Égypte pendant les années 1783, 1784 et 1785, Paris : Volland Desenne, 1787, 2 vol.

10 Comme l’a montré Justin Stagl, le recueil d’instructions à l’usage des voyageurs est un genre bien établi en Europe depuis le XVIème siècle. Illustré par l’ouvrage de Zwinger (Theodor), Methodus apodemica in eorum gratiam qui cum fructu in quocunque tandem vitae genere peregrinan cupiunt, cum índice, Strasbourg : Zetznerum, 1594, 400 p., l’“art de voyager” s’adresse à ceux qui parcourent l’Europe ou ses abords, et associe la vocation pédagogique (la formation de soi) et l’utilité (la collecte d’informations utiles). Déjà aussi le Nouveau Monde attire, comme en témoigne la vaste enquête des Relaciones geogràphicas, lancée en 1577 par Philippe II sur ses territoires d’Amérique. Laissant au voyage d’Europe sa fonction éducative, c’est aux marges du monde connu ou vers les régions inexplorées du globe que se déploie surtout la curiosité savante des XVIIème et XVIIIème siècles. Cf. Stagi (Justin), “The Methodising of Sixteenth century travel”, History and anthropology, vol. IV, 1990, pp. 303-338 et Stagi (Justin), A History of curiosity : the theory of travel, 1550-1800, Shur : Harwood academic publishers, 1994, 344 p. (Studies in anthropology ; vol. XIII).

11 Boyle (Robert), General heads for the natural history of a country, great or small, drawn out for the use of travellers and navigators, London : John Taylor and S. Holford, 1692, 134 p. À la même époque, le naturaliste John Woodward publie des Brief instructions for the making of observations and collections, in order to the promotion of natural history in all parts of the world, London : R. Wilkin, 1696. En France, le texte de Boyle est repris, presque littéralement quoique sans nom d’auteur, dans l'“Essai d’instructions pour voyager utilement” qui ouvre le Recueil de voyages au Nord publié par l’imprimeur Jean-Frédéric Bernard (Amsterdam, 1715, vol. I, pp. 1-116). Notons que déjà, dans son essai “Of travel” (1597), Francis Bacon avait donné une première formulation du programme empirique du voyage naturaliste, fondé sur l’observation directe et l’accumulation des faits. Cf. Sörlin (Sverker), “National and international aspects of cross-boundary science : scientific travel in the XVIIIth Century”, in Crawford (Elisabeth), Shinn (Terry), Sörlin (Sverker), (sous la dir.), Denationalizing science : the context of international scientific practice, Dordrecht : Klüwer Academic publishers, 1993, pp. 43-72.

12 Shapin (Steven), Schaffer (Simon), Léviathan et la pompe à air : Hobbes et Boyle entre science et politique, [trad. de l'angl. par Piélak (Thierry), Barjansky (Sylvie)], Paris : La Découverte, 1993, 457 p. [1ère éd. angl. 1985].

13 Huygens (Christiaan), Correspondance, in Œuvres, La Haye : Nijhoff, 1891, vol. IV, p. 326. Enquête du Régent, “Recherches proposées par l’Académie des sciences, à faire dans les pays étrangers”, 1716 (Archives de l’Académie des sciences).

14 Gaziello (Catherine), L’Expédition de Lapérouse, 1785-1788, réplique française aux voyages de Cook, Paris : C.T.H.S., 1984, 323 p. ; Zobel (Maurice), Les Naturalistes voyageurs français et les grands voyages maritimes des XVIIème et XIXème siècles, Thèse de doctorat de médecine, Paris, 1961 ; Thouin (André), “Mémoire pour diriger le Jardinier” (Bibliothèque centrale du Muséum, ms 1928), extraits cités dans Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins..., op. cit., pp. 210-213. Au cours de la décennie révolutionnaire, ce sont la Société d’histoire naturelle, la Société des observateurs de l’homme, ensuite la section “Géographie” de la classe morale et politique de l’Institut, qui rédigent les directives à l’usage des expéditions de découverte.

15 Leur contenu, au demeurant, est souvent présenté dans les comptes rendus donnés dans des journaux comme le Magasin encyclopédique et La Décade philosophique, ou dans les publications des sociétés savantes : la mission de d’Entrecasteaux, par exemple, est évoquée dans l’éloge du naturaliste Riche par Cuvier (Georges), Rapports généraux des travaux de la Société philomathique de Paris, t. 2, an VIII, pp. 168 sq.

16 “Questions d'économie politique”, par le citoyen Volney, Magasin encyclopédique, t. I, an III-1795, pp. 352-362 ; Berchtold (Léopold), Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilité de leur patrie, [trad. par Lasteyrie du Saillant (Charles Philibert)], Paris : Du Pont, an V [1797], 2 vol. [1ère éd. 1789].

17 Au début du XIXème siècle, Boucher de La Richarderie consacre à ce genre une rubrique spéciale de sa Bibliothèque des voyages, avec soixante et un titres, dont plus du tiers pour les seules années 1750-1800. Les répertoires bibliographiques plus récents complètent l’inventaire : Cox (Edward Godfrey), A Guide to the literature of travel, Seattle : University of Washington Press, 1935-1949, t. 2, pp. 321-333 ; Fowler (Don D.), “Notes on inquines in anthropology”, in Thoresen (Timothy H.), Toward a science of man : essays in the history of anthropology, Paris ; La Haye : Mouton, 1975, pp. 15-32. Justin Stagi recense plus de trois cents traités consacrés à l’“art de voyager”, parus en Europe entre le XVIème et le XVIIIème siècle : Stagi (Justin), “The Methodising of Sixteenth-century travel”, art. cit., et Apodemiken : eine räsonnierte Bibliographie der reisetheoretischen Literatur des 16., 17., und 18. Jahrhunderts, Paderborn : E Schöningh, 1983, 119 p. Pour la seule France révolutionnaire et napoléonienne, André Monglond compte quarante cinq titres : La France révolutionnaire et impériale : annales de bibliographie méthodique et description des livres illustrés, Grenoble : Arthaud, 1930-1935 ; cité par Mona Ozouf, in Nordman (Daniel), Ozouf-Marignier (Marie-Vie), (sous la dir.), Atlas de la Révolution française, t. 4 : Le territoire (1) : réalités et représentations, Paris : E.H.E.S.S., 1989, p. 72. À quoi il faut ajouter la masse des instructions manuscrites que l’on trouve dans les archives du Jardin du roi, aux Archives nationales et au Muséum, notamment les papiers d’André Thouin.

18 Baudelot de Dairval (Charles César), Mémoire sur quelques observations qu’on peut faire pour ne pas voyager inutilement, Bruxelles : J. Léonard, 1688, p. 16. Inséré d’abord dans un ouvrage destiné aux érudits et antiquaires (Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des antiquités procure aux savants, Paris : P. Auboin et P. Emery, 1686, 2 vol.), le texte de Baudelot paraît deux ans plus tard en fascicule séparé, à l’usage d’un public plus large de voyageurs et de curieux : cf. Briffaud (Serge), Naissance d’un paysage : la montagne pyrénéenne à la croisée des chemins, XVIème – XIXème siècle, Tarbes ; Toulouse : Association Guillaume Moran, 1994, pp. 316-318. Boyle (Robert), General heads for the natural history of a country..., op. cit., pp. 76, 106 ; Bernard (Jean-Frédéric), Recueil de voyages au Nord, op. cit., t. I, pp. 43, 72 et 87.

19 Daston (Lorraine), “The Factual sensibility”, Isis, no  79, septembre 1988, pp. 452-467 ; “Marvelous facts and miraculous evidence in early modem Europe”, Critical inquiry, no 18, autumn 1991, pp. 93-123.

20 “Non seulement les objets rares et étranges mais aussi les plus communs et ordinaires”, extr. de Grew (Nehemiah), Musaeum regalis societatis, or A Catalogue and description of the natural and artificial rarities belonging to the Royal society, and presented at Gresham college, London : The author, 1681.

21 “Dans le choix des objets à recueillir, ne négligez rien, même les choses les plus ordinaires et courantes. Tout ce qu’il y a de plus commun, caillou ou silex, coquillage ou coquille d’huître, herbe, mousse, fougère ou chardon, est aussi utile et digne d’être recueilli et envoyé que les plus rares productions du pays. Qu’il vous plaise, de la même manière, d’envoyer des échantillons de graines de toutes sortes de plantes, même les plus communes et sauvages” (Woodward (John), Brief instructions..., op. cit., pp. 10-12).

22 “Un observateur doit s’appliquer à considérer les expériences et les observations les plus communes et auxquelles il est le plus habitué comme si elles étaient des plus rares ; s’imaginer être d’un autre pays ou d’un autre métier, comme s'il n’avait jamais rien vu ou entendu de semblable auparavant” : Hooke (Robert), “A General scheme of the present state of natural philosophy, and how its defects may be remedied by a methodical proceeding in the making experiments and collecting observations : whereby to compile a natural history as the solid basis for the superstructure of true philosophy”, in Waller (Richard) (sous la dir.), The posthumous Works of Robert Hooke, [1705], [repr. 1969], pp. 61-62 (cité par Daston (Lorraine), “Baconian facts, academic civility and the prehistoty of objectivity”, in Megill (Allan) (sous la dir.), Rethinkmg objectivity, Durham ; London : Duke University Press, 1994, pp. 41-42). Sur le thème de l’objectivité, voir aussi Daston (Lorraine), “Neugierde als Empfindung und Epistemologie in der frühmodern Wissenschaft”, in Grote (Andreas) (sous la dir.), Macrocosmos im Microcosmo : die Welt in der Stube zur Geschichte des Sammelns, 1450 bis 1800, Opladen : Leske et Budrich, 1994, pp. 35-39.

23 [Turgot (Étienne-François)], Mémoire instructif sur la manière de rassembler, de préparer, de conserver et d’envoyer diverses curiosités d’histoire naturelle, auquel on a joint un mémoire intitulé Avis pour le transport par mer des arbres, des plantes vivaces, des semences, et de diverses autres curiosités d’histoire naturelle, Paris ; Lyon : Jean-Marie Bruyset, 1758, p. V.

24 Bibliothèque centrale du Muséum, Papiers Lemonnier, Ms. 357, dossier no  7. Seules les grandes expéditions officielles de la fin du siècle ont à leur bord des savants formés à l’histoire naturelle, la botanique en particulier, tels Commerson avec Bougainville, La Martinière avec Lapérouse, La Billardière avec D’Entrecasteaux. Comme le souligne Janet Browne, la situation est semblable en Angleterre où le personnel naval et militaire, officiers, marins et chirurgiens de bord, et aussi le personnel colonial, les agents de la Compagnie des Indes, les diplomates et les négociants sont, bénévoles ou appointés, d’actifs pourvoyeurs de spécimens pour leurs correspondants de la Royal Society ou du jardin botanique de Kew. Cf. Browne (Janet), “A Science of empire : british biogeography before Darwin”, Revue d’histoire des sciences, vol. XLV, 1992, pp. 455-459 ; ainsi que sa communication dans le présent volume.

25 Sur ce thème, voir l’analyse de Spary (Emma), Making the natural order : the Paris Jardin du roi, 1750-1795, Ph. D., Cambridge, 1993, dactyl., en part. pp. 118-122 et Dumoulin-Genest (Marie-Pierre), L'Introduction et l’acclimatation des plantes chinoises en France au XVIIIème siècle, Thèse E.H.E.S.S., Paris, 1994, t. 1, pp. 249-255.

26 [Turgot (Étienne-François)], Mémoire instructif..., op. cit., pp. 103-104 ; Duhamel du Monceau (Henri-Louis), Avis pour le transport par mer des arbres, des plantes vivaces, des semences et de diverses autres curiosités naturelles, publié à la suite de [Turgot (Étienne-François)], Mémoire instructif..., op. cit., p. 161. La correspondance de Réaumur est riche de ces instructions techniques, adressées aux correspondants qui le pourvoient en animaux, insectes et oiseaux de toutes sortes, tel le médecin Artur, installé en Guyane. Cf. Chala (Jean), “Sur une correspondance inédite de Réaumur avec Artur, premier médecin du roi à Cayenne”, Episteme, vol. II, no  l, 1968, pp. 36-57 et ibid., no  2, pp. 121-138.

27 “Lettre écrite par le Sr Thouin à M. de Lapérouse, le 19 mai”, in “Projet, instruction, mémoires relatifs au voyage de découverte ordonné par le roi, sous la conduite de M. de La Pérouse, 1785” (Bibliothèque Mazarine, Ms. 1546-[1699]), cité par Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins..., op. cit., p. 200.

28 Dumoulin-Genest (Marie-Pierre), L'Introduction et l’acclimatation des plantes..., op. cit., t. 1, pp. 251-252. Besson, “Observations sur le choix des minéralogistes et leurs recherches pendant le voyage projeté pour la recherche de M. de la Peyrouse”, 18 février 1791 (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 46, no  4) ; Cuvier (Georges), “Note instructive sur les recherches à faire relativement aux différences anatomiques des diverses races d’hommes”, reproduit in Copans (Jean), Jamin (Jean), Aux origines de l’anthropologie française : les mémoires de la Société des observateurs de l’homme en l'an VIII, Paris : Le Sycomore, 1978, p. 174.

29 Il en est ici de la collecte naturaliste comme de l’observation astronomique : sur la nécessité de discipliner la conduite des astronomes et de calibrer leurs relevés pour pouvoir centraliser les informations, voir l’article de Schaffer (Simon), “Astronomers mark time : discipline and the personal equation”, Science in context, no 2, 1986, pp. 115-145.

30 Besson, “Observations...”, art. cit. (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 46, no  4) ; Klein (Jacob Theodor), Summa dubiorum, circa classes quadrupedum et amphibiorum, Lispsiae : apud J. F. Gleditschium, 1743, 52 p., cité par Daudin (Henri), De Linné à Lamarck..., op. cit., p. 64.

31 Tulard (Jean), L'Amérique espagnole en 1800 vue par un savant allemand, Alexander von Humboldt, Paris : Calmann-Lévy, 1965, 301 p.

32 Rappelons que le Jardin, créé en 1635 sur le modèle de celui de la Faculté de médecine de Montpellier, est, d’abord, un jardin de plantes médicinales. Souvent médecins ou apothicaires de formation, les voyageurs naturalistes sont, naturellement, attentifs aux vertus curatives des plantes qu’ils découvrent. À la fin du XVIIème siècle, le médecin Michel Sarrazin, botaniste du roi à Québec, envoie à son protecteur à l’Académie des sciences, l’abbé Bignon, “des racines vivantes de geinsing”, afin, lui écrit-il, “de vous rajeunir si vous êtes âgé, et de bien soutenir votre jeunesse si vous êtes assez heureux pour l’être encore”. Dans les années 1700, le missionnaire François Le Maire, installé en Louisiane, envoie à Isnard, successeur de Tournefort au Jardin royal, “quelques plantes médicinales pour réparer le dégât qu’en a fait le grand hiver de 1709” (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 948, “Relation de la Louisiane”, fo  3v). Sur l’histoire du Jardin du roi : Laissus (Yves), Torlais (Jean), Le Jardin du roi et le Collège royal dans l’enseignement des sciences au XVIIIème siècle, Paris : Hermann, 1987, 262 p.

33 “Observations générales de la Société d’histoire naturelle sur le voyage à entreprendre pour aller à la recherche de M. de La Peyrouse” [1791] (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 46, dossier no 1) ; La Billardière, “Notice de mes collections d’objets d’histoire naturelle, 13 prairial an IV (ibid., dossier no  9). Voir Richard (Hélène), Le Voyage, de D’Entrecasteaux à la recherche de Lapérouse : une grande expédition scientifique au temps de la Révolution française, Paris : C.T.H.S., 1986, pp. 297-300.

34 Archives nationales, Col. C2, art. 22, fo  311, cité par. Ly Tio Fane (Madeleine), Mauritius and the spice trade : the odyssey of Pierre, Poivre, Port-Louis (Mauritius) : [s.n.], 1958, pp. 39-41 (Mauritius archives publications fund. ; no 4). On peut citer aussi, pour les Antilles, le cas de Thierry de Mennonville, parti clandestinement de Saint-Domingue vers Oaxaca en 1777 pour se procurer dans les territoires espagnols des larves de cochenille ainsi que le type particulier de cactus que l’insecte aime à habiter : McClellan III (James E.), Colonialism and science : Saint-Domingue in the Old Regime, Baltimore and London : John Hopkins University Press, 1992, pp. 154-156.

35 Sur la conception linnéenne de la nature et le rôle des voyages naturalistes, voir Linné (Carl von), L’Équilibre de la nature, [introd. de Camille Limoges], Paris : Vrin, p. 21 ; Worster (Donald), Naturels economy : a history of ecological ideas, Cambridge : Cambridge University Press, 1988, 404 p. ; Sörlin (Sverker), “Scientific travel : the linnean tradition”, in Frängsmyr (Tore) (sous la dir.), Science in Sweden : the Royal Swedish Academy of sciences, 1739-1989, [s.l.] : Science history publications, 1989, pp. 96-123 ; Eliasson (Par), Sörlin (Sverker), "Swedish science and the New World”, in Lafuente (Antonio), Elena (Alberto), Ortega (Maria Luisa), (sous la dir.), Mundializaciòn de la ciencia y cultura nacional, Madrid : Ed. Doce Calles, 1993, pp. 619-631 ; Kœrner (Lisbet), “Purposes of Linnaean travel : a preliminary research report”, in Miller (David Philip), Reill (Peter Hans), Visions of empire : voyages, botany, and representations of nature, Cambridge : Cambridge University Press, 1996, pp. 117-152.

36 Bourde (André J.), Agronomie et agronomes en France au XVIIIème siècle, Paris : SEVPEN, 1967, 3 vol. ; Sylvestre de Sacy (Jacques de), Henri Bertin dans le sillage de la Chine (1720-1792), Paris : Belles Lettres, 1970, 176 p. ; Dumoulin-Genest (Marie-Pierre), L'Introduction et l’acclimatation des plantes..., op. cit., t. 1, pp. 45-47 ; Hahn (Roger), L'Anatomie d’une institution scientifique : l’Académie des sciences de Paris, 1666-1803, (trad. franç.], Paris : Éd. des archives contemporaines, 1993, p. 139 [1ère éd. 19711.

37 Le Journal de physique de Rozier publie la recette du chunô, le 19 janvier 1782 (pp. 82-83), et les Mémoires d’agriculture rendent compte en mai-juin 1786 de l’expérience de Fourcroy et Parmentier. Sur Dombey : Lang (Catherine), “Joseph Dombey (1742-1794) : un botaniste au Pérou et au Chili : présentation des sources”, Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 35, avril-juin 1988, pp. 262-274.

38 “Catalogue d’arbres, d’arbustes et de plantes qui croissent en Amérique et produisent des graines en maturité dans le jardin de John Bartram, près de Philadelphie ; qui se vendent en plantes ou en graines, le tout à un juste prix”, 1783 (Archives nationales, AJ.15.511). Lettre de Michaux à Lemonnier (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 357, no 20). Michaux décrit, dans son journal, l’alternance de ses activités, entre voyage et jardinage : “Portions of the journal of André Michaux, botanist, written during his travels in the United States and Canada, 1785 to 1796, with an introduction and explanatory notes, by C. S. Sargent”, Proceedings of the American philosophical society, vol. XXVI, 1889. Le thème de la régénération des forêts de l’Ancien Monde grâce aux espèces américaines, que l’on pense plus nombreuses, variées et vigoureuses que celles d’Europe, est souvent explicitement associé à l’idée de la jeunesse du Nouveau Monde. Quelques années plus tard, à propos d’un “Mémoire relatif à la naturalisation des arbres forestiers de l’Amérique septentrionale”, rédigé par le fils de Michaux, devenu botaniste à son tour, l’abbé José Correa da Serra, naturaliste portugais, joue de cette opposition entre les flores d’Europe et d’Amérique : “Mr Thouin [...] a fait la classification et l’analyse des arbres qui croissent actuellement en France et n’a trouvé que trente-sept espèces qui s’élèvent au-dessus de trente pieds. Mr. Michaux en présente quatre-vingt-dix de l’Amérique septentrionale qui s’élèvent au-dessus de quarante pieds [...]. De nos espèces d’arbres, on peut à la rigueur porter le nombre de ceux qui sont propres à la charpente et aux constructions civiles et navales à neuf espèces, et les bois de l’Amérique septentrionale propres à cet usage sont de cinquante et une espèces” (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 2442, s.d.).

39 “Mémoire pour diriger le Jardinier dans les travaux de son voyage autour du monde” (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 1928). Pragmatique, Thouin insiste : “dans les pays analogues à la température de celle de l’Europe, on ne risque rien de ramener en grande abondance, parce que l’emploi de ces semences sera facile à faire, devant être semées en pleine terre, et leur qualité fournira les moyens de les multiplier en grand dans les différentes provinces de France” (cité par Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins..., op. cit., p. 212).

40 “Observations générales de la Société d’histoire naturelle sur le voyage à entreprendre pour aller à la recherche de M. de La Peyrouse” [1791] (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 46, dossier no 1). Cf. Richard (Hélène), Le Voyage de D’Entrecasteaux à la recherche de Lapérouse..., op. cit., pp. 297-300.

41 Dès 1719, le jardin botanique de Nantes se voit désigner la tâche d’être un “entrepôt et séminaire [...] pour l’entretien et la culture des plantes des pays étrangers”, en attendant leur transport vers le Jardin du roi à Paris. Ordre est donné aux capitaines de navire d’y apporter des graines et des plantes provenant des pays visités. D'autres jardins par la suite, à La Rochelle et à Rochefort en particulier, servent aussi d’annexes atlantiques de l’institution parisienne, spécifiquement chargées de l’acclimatation des plantes exotiques rapportées par les navigateurs. Plus tard, les colonies elles-mêmes voient l’implantation de jardins botaniques : un jardin existe à la Guadeloupe dès 1716, un autre est créé à Saint-Domingue en 1776 ; à l'Île de France, le jardin de Monplaisir, créé par Pierre Poivre dans le quartier des Pamplemousses, devient jardin royal sous la direction de Nicolas Céré ; Michel Adanson tente durant son séjour de créer un jardin au Sénégal ; en Amérique du Nord, André Michaux et son aide, le jardinier Saulnier, installent leurs plants d’arbres dans deux jardins, créés à cette fin près de New York et à Charleston.

42 [Gaultier (Jean-François)], “Mémoire des morceaux de pierres et des mines que j'envoie à M. 6uettard, de l’Académie royale des sciences” et lettre du 21 octobre 1752’(Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 293, pièces 2 et 3) ; [Gaultier (Jean-François)], “Catalogue des minéraux que j’envoie à M. Guettard, de l’Académie royale des sciences à Paris" et lettre du 2 novembre 1755 (ibid., pièces 4 et 5) ; Guettard (Jean-Étienne), “Mémoire dans lequel on compare le Canada à la Suisse par rapport à ses minéraux”. Histoire de l’Académie royale des sciences, année 1752, avec les mémoires de mathématique et de physique pour la même année, Paris : Impr. royale, 1756, pp. 189-220, 323-360 et 524-538.

43 À noter que Guettard n’aborde pas ici le problème de la stratigraphie sous-jacente des couches dont il observe la juxtaposition à la surface du sol. Sur les théories de Guettard, voir Lagarde (Lucie), “La Cartographie minéralogique de Guettard”, in Nordman (Daniel), Ozouf-Marignier (Marie-Vic), (sous la dir.), Atlas de la Révolution française..., op. cit., p. 22.

44 [Richard (Louis-Claude)], “Adresse à la Société d’histoire naturelle de Paris, 17 février 1791” (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms. 46, dossier no 1) ; “Observations sur le choix des minéralogistes et leurs recherches pendant le voyage projeté pour la recherche de M. de La Peyrouse, lues à la Société des naturalistes de Paris le 18 février 1791, par M. Besson, sous-inspecteur des mines” (ibid., dossier no  4).

45 “...Examiner les productions naturelles de ce merveilleux pays [...]. La branche de la minéralogie ne serait probablement pas la moins intéressante” : Vallance (T. G.), Moore (D. T.), “Geological aspects of the voyage of HMN Investigator in Australian waters, 1801-1805”, Bulletin of the British Museum (Natural History), Historical series, vol. X., no  1, janvier 1982, pp.1-43.

46 “Il serait vraiment mortifiant de voir les Français publier la géologie de nos colonies [...], puisqu’en employant à cela des minéralogistes ils font comme s’il s’agissait d’un butin à découvrir” : ibid.

47 “Il n’est pas besoin d’employer à cette tâche un mineur compétent, puisqu’il n’est pas prévu de faire de recherches sous la surface de la terre. Dans un pays nouvellement découvert, les mines s’aperçoivent suffisament en surface” : ibid.

48 “La géologie et la minéralogie ne doivent être pour vous qu’une activité secondaire ; vous n’y consacrerez pas plus de temps que ne le permettra la pleine attention que vous devez porter à la botanique, à l’entomologie, à l’ornithologie, etc.” : ibid.

49 Respectant les consignes de Banks, le naturaliste Robert Brown, aidé de Ferdinand Bauer et du jardinier Peter Good, amasse une large moisson d’échantillons, mais les notations de ses catalogues restent pauvres, brèves remarques sur le lieu de la collecte (“on the surface”, “on the beach”, “at the bottom of the mountain”), sans attention particulière à la lithologie ni souci de cartographie. Comme il l’écrit à Banks, de Sidney, le 30 mai 1802 : “in mineralogy, I have hitherto collected what merely presented itself” : ibid.

50 “Captain, if we had not been kept so long picking up shells and catching butterflies at Van Diemen’s Land, you would not have discovered the south coast before us” : Flinders (Matthew), A Voyage to Terra Australis, Londres : [s.n.], 1814, cité par Horner (Frank), The French reconnaissance : Baudin in Australia, 1801-1803, Melbourne : Melbourne University Press, 1987, p. 220.

51 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Notice sur l’expédition à la Nouvelle Hollande entreprise pour des recherches de géographie et d’histoire naturelle”, Annales du Muséum, t. 5, 1804, p. 7. Grâce au zêle du naturaliste François Péron et du dessinateur Charles Lesueur, la zoologie occupe une place tout à fait exceptionnelle, avec plus de cent mille spécimens, y compris quelque dizaines d’animaux vivants (un casoar de Nouvelle-Hollande, plusieurs kangourous, etc.), enrichissant ainsi le Muséum de plus de deux mille cinq cents espèces nouvelles : “MM. Péron et Lesueur auront eux seuls fait connaître plus d’animaux nouveaux que tous les naturalistes-voyageurs des derniers temps”, déclare Cuvier dans le rapport présenté en 1806 devant l’Académie des sciences (cité par Laissus (Yves), “Un Naturaliste exemplaire, ami de Charles-Alexandre Lesueur : François Péron”, Annales du Muséum du Havre, fasc. no 12, juin 1978, p. 7). Ce n’est pas seulement le nombre de spécimens capturés mais surtout la qualité des observations effectuées sur place qui fit la qualité de leur travail : “Péron a décrit sur les lieux une grande partie de ses objets, suivant une méthode uniforme qui embrasse l’organisation, les mœurs ou habitudes, les noms et les usages du pays”. Les résultats furent, en revanche, plus décevants pour la minéralogie : “on ne sera pas étonné que dans une recherche bornée à des côtes la plupart désertes ou couvertes de bois, qui n’offraient ni montagnes élevées, ni ravins pour apercevoir les diverses couches de terres, ni aucun travail d’exploitation, les minéralogistes Depuch et Bailly n’aient pu recueillir qu’un petit nombre de minéraux, insuffisants pour donner une idée exacte de la géologie de ce pays. Ce qu’ils ont rapporté servira au moins à faire connaître généralement la surface des terrains qu’ils ont visités et à indiquer la distinction des époques auxquelles ont été produites les substances minérales qui occupent ces terrains” (Jussieu (Antoine-Laurent de), “Notice sur l’expédition à la Nouvelle Hollande...”, art. cit., pp. 7-9).

52 C’est du moins ce qu’invite à penser le contraste entre la position publique adoptée par Banks à l’égard des missions australes et l’intérêt qu’il manifeste comme entrepreneur privé pour les sciences de la terre. Pour rechercher des gisements miniers dans la région du Derbyshire et du Lincolnshire, où se trouvent ses domaines, Banks fait appel à l’expertise savante : il s’intéresse aux débuts de la géologie stratigraphique, marquée par les travaux de William Smith et fait effectuer une carte géologique du Derbyshire. Contre la science que pratiquent les gentlemen, celle des cabinets de curiosités, Banks se trouve ici du côté de la science utile des géologues. Cf. Torrens (Hugh S.), “Patronage and problems : Banks and the earth sciences”, in Banks (R.E.R.) et al., Sir Joseph Banks : a global perspective, Kew : the Royal botanic gardens, 1994, pp. 49-75.

53 Letouzey (Yvonne), Le Jardin des plantes à la croisée des chemins..., op. cit., pp. 347-464 ; Hamy (Ernest Théodore), “La Mission de Geoffroy Saint-Hilaire en Espagne et au Portugal (1808)”, Nouvelles archives du Muséum d’Histoire naturelle, 4ème série, t. 10, fasc. 1, 1908, pp. 4-5 ; Flourens (Pierre), Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Académie des sciences, Paris : Garnier frères, 1856-1862, t. 1, p. 185 (cité par Outram (Dorinda), Georges Cuvier : vocation, science and authority in post-revolutionary France, Manchester : Manchester University Press, 1984, p. 61). Sur le changement introduit par la Révolution dans les pratiques cognitives des naturalistes du Muséum, voir Dagognet (François), “La Révolution dans l'institution muséale : le Muséum d'Histoire naturelle et les collections”, in Azouvi (François) (sous la dir.), L'Institution de la raison, Paris : Vrin ; E.H.E.S.S., 1992, pp. 91-99.

54 Hamy (Ernest Théodore) (sous la dir.), Lettres américaines d’Alexandre de Humboldt (1798-1807), Paris : Libr. orientale et américaine, 1905, pp. 175-177, lettre du 27 frimaire an XIII ; Humboldt (Alexander von), Essai sur la géographie des plantes, [Fac-similé de l’éd. de Paris : Levrault, Schoell et Cie, 1807, 155 p.], Londres : Society for the bibliography of natural history, 1959, pp. 13-14.

55 Ramond de Carbonnières (Louis François Élisabeth), Observations faites dans les Pyrénées pour servir de suite à des observations sur les Alpes, Paris : Belin, 1789, p. 228 (cité par Briffaud (Serge), “Naissance d’un paysage : l’invention géologique du paysage pyrénéen à la fin du XVIIIème siècle”, Revue de synthèse, IVème série, no  3-4, juillet-décembre 1989, p. 430). Sur les débuts de la géobotanique : Browne (Janet), The Secular ark : studies in the history of biogeography, Newhaven ; Londres : Yale University Press, 1983, 273 p. ; Nicholson (Malcolm), “Alexander von Humboldt and the geography of vegetation”, in Cunningham (Andrew), Jardine (Nicholas), Romanticism and the sciences, Cambridge : Cambridge University Press, 1990, pp. 169-185 ; Drouin (Jean-Marc), Réinventer la nature : l’écologie et son histoire, Paris : Desclée de Brouwer, 1991, 207 p.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - “Serres à végétaux vivants pour les. voyages autour du monde", pl. préparatoire pour le cours de culture et de naturalisation d’André Thouin. Aquarelle.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende FIG. 2 - Bernard de Jussieu revenant d’Angleterre en 1734, rapportant dans son chapeau les deux pousses de cèdre du Liban : gravure par Bouton (noir & blanc), 1854.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende FIG. 3 - Carte minéralogique dressée par Philippe Buache, Desbrulins fils sculp. Extr. de : Guettard (Μ.), Mémoire dans lequel on compare le Canada à la Suisse par rapport à ses minéraux, Paris : [s.n.], 1752, pl. VII, p. 220.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 449k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540