Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Collecter, observer, classer

Collecter, observer, classer

Claude Blanckaert

Texte intégral

1Description et classement sont la grande affaire des naturalistes du XIXème siècle. Il n'y aurait pas de sciences naturelles sans la capacité de distinguer le semblable du différent, de sérier le simple et le complexe. La taxonomie est réputée mesure de l'ordre et un moyen d'agir sur la nature. Comme le disait le philosophe Bacon, on ne commande aux choses qu'en leur obéissant. Il faut donc les connaître, en épuiser les propriétés, analyser, comparer pour mettre en évidence des mécanismes et comprendre les lois qui régissent le système de la nature. L'empirisme aveugle n'y suffit pas. Linné insistait déjà sur la nécessité de procéder dans l'investigation du monde avec méthode. Trois actes solidaires définissent une bonne méthode : l'observation, le classement et la nomination. La première ressortit à la pratique d'inventaire. Elle tient de la perception et plus encore d'une curiosité dirigée qui doit transformer le voyageur-naturaliste en auxiliaire zélé du savant de cabinet. Dans les instructions aux voyageurs, la récolte des spécimens — pierres, animaux naturalisés ou plantes — est souvent incitative et informelle. Cependant, lorsque la description fait office de connaissance scientifique, qu'il s'agisse de paysages géologiques ou des mœurs de pays lointains dont on doit attester sans autre vérification, la qualité de l'observateur répond seule du crédit donné aux faits rapportés. Dans ce cas, l'instruction tourne à l'impératif. Idéalement, l'informateur discipliné serait "l'œil de la science incessamment ouvert", selon les mots de Quetelet. Il lui faut apprendre à mieux voir et voir juste, presque sans intervenir.

2Les naturalistes du XIXème siècle insistent sur cette division des tâches : l'observation dresse un constat, les choses enregistrées sont des connaissances "véritablement positives". En elles réside la matière du jugement mais elles n'ont pas vocation à diriger le raisonnement. Quand l'intelligence s'en saisit, le jugement intervient. L'observation s'offre alors au classement. C'est le second moment du travail scientifique. À la différence de l'observation réputée neutre, la classification est perçue comme une connaissance "de raison". C'est une interprétation. Personne ne s'illusionne absolument sur la réalité qu'elle découpe ni sur le caractère conventionnel de ses catégories. Simplement, on veut que les classifications soient rigoureuses, les moins arbitraires possibles et d'une application utile.

3Depuis Tournefort, Ray et Linné, les "systèmes" se multiplient et leur nombre indique assez l'insatisfaction qu'ils motivent. Buffon déjà s'inscrivait comme le chef du parti nominaliste. Il raillait chez Linné cette "manie de faire des classes" et cette volonté d'enfermer la nature dans des catégories artificielles. Il ne sera pas suivi. Même si les naturalistes du Muséum se divisent, ils restent d'accord sur les enjeux. La recherche de l'ordre de la nature, de son économie, ne serait pas possible sans un principe de différenciation ou une grille taxonomique. Classer, c'est sans doute discriminer les observations, et rapprocher les êtres en fonction de leurs rapports. Au-delà, il importe de faire reculer l'arbitraire et d'atteindre à une méthode "naturelle" qui permettrait, telle la pierre de Rosette, de déchiffrer les pages du "grand livre de la nature". On sait qu'il est écrit dans une langue inconnue et complexe, accueillante aux incertitudes. Aussi bien, la nature est continue mais elle s'offre à la typologie. Il y a des invariants de structure anatomique autour desquels gravitent espèces et genres mais la taxinomie déploie la variabilité des êtres vivants. Les espèces sont fixes mais le temps les change et paraît les "enchaîner" à d'autres espèces fossiles.

4L'interprétation de la nature s'ouvre à la synthèse sans contester l'analyse. Elle dit la lutte des espèces et la coopération, la sélection et l'entraide. La nature est nourricière et marâtre. Les naturalistes ont su très vite que l'image du monde est le reflet des esprits. Elle en épouse l'anarchie ou la discipline, à la manière dont Linné rapproche les "classes", "ordres", "genres", "espèces" et "variétés", selon leur généralité décroissante, des "légions", "régiments", "bataillons", "compagnies" et "soldats" d'une armée rangée en bataille.

5La nomination, dernier acte de la méthode, cultive semblable ambiguïté. Nommer, c'est impliquer la chose par sa simple désignation. La nomination, qui confère au savoir son pouvoir de communication, n'est pas seulement didactique ; c'est la science même, parce qu'elle révèle l'ordre dans le chaos des phénomènes, qu'elle donne prise sur les choses. Son destin néanmoins est d'appuyer les rivalités d'écoles et la gloire des "inventeurs". Le livre de la nature s'écrit souvent dans les langues nationales.

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540