Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Naissance et développement d'une institution

La Brebis égarée du Muséum : la Société zoologique d'acclimatation entre la guerre franco-prussienne et la Grande Guerre

Michael A. Osborne

Note de l’éditeur

Osborne, M., 1997. La Brebis égarée du Muséum : la Société zoologique d’acclimatation entre la guerre franco-prussienne et la Grande Guerre, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 125-155. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 2 L’idéologie sociale d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, dont étaient empreintes les activités de la S (...)
  • 3 Voir par exemple la contribution de Richard W. Burkhardt au présent volume, et mon étude intitulée (...)
  • 4 L'origine et l’histoire de la Société sont décrites plus en détail dans mon ouvrage Osborne (Michae (...)

1La Société zoologique d’acclimatation (ci-après la Société), fondée en 1854 par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire2, professeur des Mammifères et des Oiseaux du Muséum, a connu des relations longues et fructueuses avec le Muséum, que l’on peut appeler à juste titre son institution mère. S’appuyant sur l’étude des animaux exotiques conservés à la ménagerie du Muséum et au parc zoologique de la Société, le Jardin zoologique d’acclimatation du Bois de Boulogne, ces deux institutions ont apporté une contribution considérable à notre connaissance de la présentation, de la conservation et de l’élevage des organismes exotiques3. Cela ne signifie pas, toutefois, que les deux institutions aient toujours partagé le même engagement en faveur de la science pure ou appliquée, ni même poursuivi des objectifs semblables. On ne peut dire non plus que les relations entre la Société et le Muséum aient toujours été cordiales. En réalité, deux périodes de bonne entente entre le comité directeur de la Société et le corps professoral du Muséum contrastent avec une histoire faite de querelles et de manœuvres politiques. Un premier âge d’or dura environ sept ans commençant à la fondation de la Société en 1854, peu après l’avènement de Napoléon III. Cette période de prospérité, où la Société recruta plus de deux milles nouveaux membres et obtint le patronage de Napoléon III et d’autres figures du Second Empire, se poursuivit jusque vers 18614.

  • 5 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Domestication et naturalisation des animaux utiles, 4ème éd., Par (...)
  • 6 La tension entre activité scientifique descriptive et appliquée est traitée dans Limoges (Camille), (...)

2L’objectif de la Société, l’acclimatation d’animaux exotiques en France et dans les colonies pour des raisons agricoles, récréatives et esthétiques, trouva de nombreux collaborateurs. En 1858, environ sept cents nouveaux souscripteurs lièrent leur sort à celui de la Société. Deux ans plus tard, en 1860, la Société atteignit en quelque sorte un nouveau sommet avec les cérémonies d’ouverture de son Jardin d’acclimatation. Très vite, cependant, l’avenir devait paraître moins brillant et moins assuré. Ce premier âge d’or s’acheva en 1861 avec le décès d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire. Zoologiste de grande envergure, Geoffroy Saint-Hilaire avait été le maillon capable de créer des alliances entre une triade d’institutions, le Muséum, la Société et le Jardin d’acclimatation. Cette triade se dissocia bientôt, mais Geoffroy Saint-Hilaire, qui jouait à la fois le rôle de directeur du Muséum (1860-1861), de président de la Société et de moteur du bureau directeur du Jardin d’acclimatation, avait des projets précis pour faire fonctionner ces trois institutions de façon indépendante mais solidaire pour leur plus grand avantage5. Au jour le jour, il sut apaiser les craintes des naturalistes du Muséum qui regardaient d’un œil méfiant l’activité scientifique appliquée ou pensaient que la Société et le Jardin d’acclimatation risquaient de drainer les ressources du Muséum6.

3Après 1861, les relations de la Société avec le Muséum se refroidirent, et ne devaient connaître un nouvel élan qu’à la fin du siècle. Le décès du père fondateur fut aussi le prélude d’un changement de sensibilité. Après l’entreprise fondatrice et les initiatives audacieuses empreintes de rhétorique utopiste, les dirigeants du groupe se tournèrent désormais vers la poursuite de projets déjà commencés. Le nombre des membres de la Société connut un déclin après la guerre franco-prussienne, et les relations du groupe avec le Jardin d’acclimatation se détériorèrent. À un moment où la Société avait moins d’argent à dépenser, le Jardin était obligé de solliciter prêts et dons. Les hostilités liées à la guerre et à la Commune détruisirent quasiment le Jardin d’acclimatation ; bon nombre de ses animaux servirent de nourriture aux Parisiens affamés, et les terres du Jardin furent dépouillées de leur végétation et creusées de tranchées.

4La Société et le Jardin allaient avoir bien du mal à s’adapter au nouvel ordre politico-culturel de la IIIème République. Néanmoins, dans les années 1880, la Société montrait des signes de renouveau, en partie sous l’impulsion d’un professeur du Muséum peu connu, Henri-Marie Bouley, vétérinaire et professeur de pathologie comparée. Vers la fin du siècle, la Société et le Jardin connurent un nouvel âge d’or, cette fois dirigés avec talent par le directeur du Muséum, le biologiste marin Edmond Perrier. Dans les pages qui suivent, je ne décris qu’un fragment de la grande histoire “non officielle” du Muséum. Je m’intéresse aux activités extra-institutionnelles du personnel du Muséum. Je me penche tout particulièrement sur les raisons pour lesquelles les professeurs et le personnel du Muséum, et en particulier Edmond Perrier, directeur du Muséum, choisirent de s’investir dans la vie de la Société au cours de la IIIème République. J’espère ainsi mieux situer le Muséum dans le tissu socio-politique de la France et de son empire colonial, pendant les années qui précèdent et suivent la Grande Guerre.

5L’engouement du Second Empire pour les pratiques aristocratiques comme les ménageries, les courses de chevaux, les parcs à gibier et la chasse avait aidé la Société dans sa naissance et son adolescence. Mais la chute de l’Empire la priva de son principal mécène et, ce qui était plus grave encore, l’associa dans l’esprit populaire aux excès et à la vanité d’une époque révolue et désormais discréditée. Bien que le président de la Société, Édouard Drouyn de Lhuys, eût été l’un des fonctionnaires les plus dévoués du Second Empire, il fut réélu à maintes reprises après la proclamation de la République. En 1879, lorsque, âgé et malade, il voulut passer la main, la Société refusa d’accepter sa démission. En 1881, lorsque Drouyn de Lhuys mourut à son poste, la Société fonctionnait sur des bases très différentes de la bureaucratie cérémonieuse dont elle s’était nourrie à sa naissance. Même si elle demeurait en France le principal partisan des cultures exotiques, rares étaient les agents de la République qui lui demandaient conseil.

  • 7 Paul (Harry W), From knowledge to power : the rise of the science empire in France, 1860-1939, Camb (...)

6Dans les années 1880, la Société avait perdu la faveur de ses principaux clients. Les ministères gouvernementaux et l’armée ne la considéraient plus comme une mine d’informations scientifiques. De multiples raisons expliquent cette situation. Le gouvernement avait, par exemple, commencé à constituer son propre corps d’experts. Après 1881, avec l’attribution à l’agriculture d’un ministère autonome, le gouvernement rétablit l’Institut National Agronomique. Le problème de la vision assez démodée que la Société avait de l’agriculture se posait également. Comme Jules Grévy, président de la République, le déclara aux membres de la Société nationale d’encouragement à l’agriculture en 1881, la grande question qui se posait à l’agriculture concernait le moyen d’accroître la production7. La France nouvelle allait moins se préoccuper de l’économie artisanale et du mode de vie des propriétaires terriens, pour s’intéresser davantage à l’économie d’importation, aux surplus agricoles, et à la résurrection de la mission civilisatrice et colonisatrice de la France. Alors que la Société avait autrefois prospéré sur la base de ses liens avec le nouvel ordre aristocratique de Napoléon III, elle s’orientait désormais plus résolument vers le domaine colonial et rétablissait ses lignes de communication avec le Muséum. Elle ne devait s’adapter enfin à la République, et convaincre à nouveau le gouvernement qu’elle lui était toujours utile, que vers la fin du siècle.

La Société et le Muséum dans les années 1880

  • 8 Crosland (Maurice), Science under control : the French Academy of sciences, 1795-1914, Cambridge : (...)
  • 9 Bouley (Henri), Traité de l’organisation du pied du Cheval comprenant l’étude de la structure, des (...)
  • 10 “Mort et funérailles de M. Henri Bouley”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème s (...)

7En 1881, vingt ans après la mort d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, la Société se tourna une nouvelle fois vers le corps professoral du Muséum pour y chercher un directeur. Le conseil dirigeant de la Société pressentit d’abord Armand de Quatrefages, le professeur d’anatomie et d’histoire naturelle de l’homme, vice-président de la Société depuis 1863. Quatrefages ayant décliné l’offre, Henri-Marie Bouley devint, le 24 février 1882, le troisième président du groupe. Bouley, qui avait rejoint la Société en 1872, et était devenu membre du conseil et du comité des publications en 1873, était spécialiste à la fois de médecine de laboratoire, de pathologie comparée, de médecine vétérinaire et d’hygiène. Après avoir obtenu son diplôme à l’École vétérinaire d’Alfort en 1836, il y retourna en 1837 et atteignit rapidement la position de directeur de la clinique, dispensant des cours de pathologie chirurgicale, de ferrage des chevaux, et de droit commercial. En 1866, il fut nommé inspecteur général des écoles vétérinaires et il entra deux ans plus tard à l’Académie des sciences en tant que membre de la section agricole8. Énergique vulgarisateur des sciences, il édita le Recueil de médecine vétérinaire, rédigea des articles de dictionnaires et d’encyclopédies, et publia sur des sujets aussi divers que la vaccinothérapie, les appareils de réfrigération, les forêts algériennes, la toxicologie, l’anatomie du pied du cheval9, et l’administration de l’enseignement. Membre de plusieurs organismes de santé publique, dont le Comité consultatif d’hygiène de France, il fut envoyé en Angleterre par le gouvernement en 1865 pour étudier une épidémie de typhus bovin. En 1879, il ajoutait à ses nombreuses distinctions la direction de la chaire de pathologie comparée du Muséum10.

  • 11 Durand, “La Chèvre en Algérie”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 1 (...)

8La présidence de Bouley plaçait à nouveau un savant du Muséum à la tête de la Société, mais elle ne dura que quatre ans et ne donna lieu à aucune initiative audacieuse. Cependant, quelques autres savants du Muséum, en plus de Quatrefages et Bouley, commencèrent à s’intéresser à la Société. En 1884, par exemple, le Bulletin de la Société comprenait les rapports habituels sur les essais d’acclimatation de chèvres exotiques en Algérie ; mais il donnait également des nouvelles des animaux nés à la ménagerie du Muséum, et comportait une série d’articles sur les plantes alimentaires exotiques signés par Désiré Bois, un préparateur de botanique du Muséum qui devait accéder par la suite au professorat du Muséum et à une chaire à l’École coloniale11. Quelques figures du Muséum appartenant à la génération d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire et qui étaient membres de la Société, par exemple le chimiste Edmond Frémy et le zoologiste Henri Milne-Edwards, continuaient à en être les membres les plus passifs. Mais une nouvelle génération d’hommes du Muséum, comprenant Bois, Alphonse Milne-Edwards, et de nouveaux venus comme E. Oustalet, un futur professeur des Mammifères et des Oiseaux du Muséum devenu membre en 1884, le zoologiste Edmond Perrier devenu membre en 1889, et E. Bureau, un botaniste devenu membre en 1891, devaient faire partie du comité directeur de la Société.

  • 12 Bouley (Henri), “La Nouvelle vaccination”, Revue scientifique, no 2, 1882, pp. 546-50 ; Nicol (Loui (...)

9Sur le plan scientifique, Bouley, tout en demeurant zoologiste, s’était considérablement éloigné de l’anatomie et de la chirurgie vétérinaires pour s’intéresser à la théorie de la contagion et à l’étiologie de maladies comme le typhus, l’anthrax et la rage. Ami et allié puissant de Pasteur, il fut un adepte de la première heure de la théorie microbienne de la maladie et s’en fit le fervent défenseur12. Pasteur, à l’inverse de Charles Darwin, plaidait la cause de ses propres idées à diverses tribunes publiques. Mais Bouley se complaisait manifestement dans le rôle de “bouledogue” de Pasteur et contribua à faire accepter ses idées un peu comme Thomas Henry Huxley, adepte de la première heure de Darwin, le fit pour ce dernier. La distance intellectuelle traversée par Bouley, du ferrage des chevaux à la médecine de laboratoire, est l’indice des transformations fondamentales survenues dans la communauté médicale française. Cette communauté, qui avait été l’orgueil de l’art médical européen, s’efforçait désormais de concilier son précieux héritage conservateur, fait d’anatomie pathologique, de thérapeutique expectante, et de traditions médicales hippocratiques, avec un monde nouveau de microbes et de vaccinothérapie. Une des conséquences de ce changement progressif de perspective, qui ne devait s’achever qu’à la fin de la 1ère Guerre mondiale, fut de déprécier l’idéologie scientifique au cœur du mouvement d’acclimatation, qui avait tenté d’expliquer l’adaptation par les variations individuelles et par la réaction physiologique aux différents climats et environnements physiques.

  • 13 Quatrefages (Armand de), “Discours... au nom de la Société nationale d’acclimatation de France”, Bu (...)
  • 14 Ibid. ; citation de Bouley (Henry), “Les Découvertes de M. Pasteur devant la médecine”, Revue scien (...)

10La comparaison de deux conférences données aux assemblées publiques annuelles de la Société en 1874 et 1882 met en évidence l’évolution intellectuelle de Bouley. En 1874, il avait parlé des animaux domestiqués comme d’une composante essentielle de la société humaine. C’était, insistait-il, la persévérance humaine, bénéficiant désormais de l’aide de la science, qui avait produit ces utiles créations secondaires grâce à la sélection, au contrôle de l’hérédité, et à l’action de l’environnement. Ce merveilleux cadeau de la création humaine se voyait menacé par le spectre de la maladie épizootique, un agent de pauvreté et de désordre social qui avait “poussé aux révoltes sanglantes”13. Lorsque Bouley prononça son discours en 1882 à la même tribune, Pasteur avait produit un vaccin contre l’anthrax ovin et l’avait expérimenté sur le terrain de manière triomphale. Bouley avait assisté aux nombreuses expérimentations de vaccins effectuées à Pouilly-le-Fort, Chaumont, Lambert et d’autres localités de la campagne française, ou les avait suivies de près. Son dernier discours à la Société vantait avec éloquence les mérites de la vaccination préventive et faisait l'éloge de Pasteur qu’il dénommait “le Maître” et le “nouvel Apollon”14.

  • 15 Levasseur (M.), “Progrès de la race européenne au XIXème siècle par la colonisation”, Bulletin de l (...)
  • 16 Pichot (Pierre-Amédée), “Albert Geoffroy Saint-Hilaire”, Bulletin de la Société zoologique d’acclim (...)

11Le mandat de Bouley en tant que président de la Société coïncida avec un renouveau de la santé financière de la Société. En 1884, le Bulletin du groupe atteignit plus de mille pages, une longueur que seul avait dépassée l’imposant volume de 1862 qui avait marqué la fin du premier âge d’or de la Société. À la vingt-huitième assemblée publique de la Société, en 1885, la foule était trop importante pour le siège social situé à l’Hôtel Lauragais, rue de Lille, et les membres se réunirent au Théâtre du Vaudeville, plus spacieux. Là, ils écoutèrent la musique de l’orchestre du Jardin d’acclimatation sous la direction de M. Mayer de l’Opéra de Paris, et assistèrent à une conférence sur “Le Progrès de la race européenne au XIXème siècle par la colonisation”15. Lorsque la Société se réunit à nouveau, Bouley n’était plus. Le conseil se tourna à nouveau vers Quatrefages, maintenant septuagénaire, qui refusa encore le poste mais accepta de jouer le rôle de président jusqu’à ce que des élections puissent être organisées. La Société passa la saison 1885-1886 et commença la session de 1886-1887 sans président. Il ne fut remédié à cette situation qu’à la séance générale du 4 février 1887, lorsque plus de cinq cents voix portèrent à la présidence le secrétaire général en poste, qui était aussi directeur du Jardin d’acclimatation16 : A. Geoffroy Saint-Hilaire.

Un interlude : la Société et le Jardin sous la direction du fils du fondateur

  • 17 Henri Milne-Edwards à Rouland, [9 ou 10 novembre 1862] (Archives nationales, E17.3980).

12Albert Geoffroy Saint-Hilaire, fils unique d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, était devenu membre de la Société en 1854 à l’âge de dix-neuf ans et l’avait servie dans une multitude de capacités. À la différence de son père et de son distingué grand-père, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, il n’était pas professeur au Muséum. Albert Geoffroy Saint-Hilaire, et à travers lui le Jardin d’acclimatation qu’il dirigeait, était l’objet du mépris et de la colère de figures importantes du Muséum comme Henri Milne-Edwards, l’homme qui avait succédé à son père au poste de professeur de l’histoire naturelle des Mammifères et des Oiseaux17. Bras droit de son père dans l’organisation et l’édification du Jardin d’acclimatation dans les années 1850 et 1860, Albert Geoffroy Saint-Hilaire en avait pris la direction en 1865. En 1872, il avait entamé un mandat de secrétaire général de la Société et ce fut à partir de ce poste qu’il accéda à la présidence.

  • 18 Ménard (Saint-Yves), “Rapport sur les travaux de la société en 1888”, Bulletin de la Société zoolog (...)

13En 1886, la corporation qui dirigeait le Jardin d’acclimatation s’était déclarée indépendante de la Société. Mais à présent, l’élection d’Albert Geoffroy Saint-Hilaire promettait de réunir, nominalement du moins, les deux institutions. En 1888, dans l’esprit de cette ère nouvelle, le conseil d’administration de la Société développa le Bulletin. Dans son format remanié, celui-ci comprenait des sections d’informations et de comptes rendus d’ouvrages sur les sciences naturelles appliquées, le Jardin d’acclimatation, les sociétés scientifiques et les affaires coloniales. Il en résultait un volume annuel de près de mille deux cents pages, qui informait les membres de la Société sur des sujets aussi divers que les forêts et l’agriculture de Tunisie, les services rendus par les missionnaires jésuites au mouvement d’acclimatation et les nouvelles concernant le Jardin d’acclimatation et ses filiales d’Hyères, de Marseille, de Tours et de Melun, une préfecture au sud-est de Paris18.

  • 19 Sauf mention contraire, les exemples cités proviennent de Ménard (Saint-Yves), “Rapport sur les tra (...)
  • 20 Naudin (Charles V), Mueller (Ferdinand von), Manuel de l'acclimatent ou Choix de plantes recommandé (...)

14L'examen des travaux de la Société en 1889 met en évidence une activité prodigieuse dans les sections, en particulier dans la production d’hybrides19. Dans la section des Mammifères, par exemple, le tératologue expérimental Camille Dareste avait réalisé une étude sur un taureau et une vache niata, représentants d’une variété bovine monstrueuse offerts au Jardin d’acclimatation par le gouvernement du Chili. D’autres s’intéressaient à l’utilisation des chiens pour la guerre et la chasse, au croisement des lièvres et des lapins et, ce qui annonçait des préoccupations futures, à la disparition du castor d’Europe. Une éthique de la protection des espèces se développait également dans la section d’ornithologie. Les éleveurs de perdrix et de faisans avaient lancé un cri d’alarme et réclamaient un vaste programme de repeuplement pour parer aux conséquences des récentes améliorations des armes de chasse et de la perte d’habitats causée par le partage des grands domaines. Dans la section des Poissons, les membres s’employaient à tenter de faire s’établir des saumons en Méditerranée et à étudier les pêcheries de la Mer du Nord. Dans la section des plantes, présidée par l’horticulteur Henri de Vilmorin, on entendait des communications sur les plantes alimentaires et les substituts du café, et on célébrait la publication du Manuel de l’acclimateur de Charles Naudin et Ferdinand von Müller, un guide sur l’introduction et la culture des plantes exotiques en France et en Algérie réalisé avec le concours financier de la Société20. Seule la section des Insectes semblait rester en arrière, ne réalisant que quelques maigres études sur la soie.

  • 21 Geoffroy Saint-Hilaire (Albert), “[discours sans titre du 18 février 1887]”, Bulletin de la Société (...)

15Dans son discours inaugural de 1887, Albert Geoffroy Saint-Hilaire évoquait les grands noms de la science française. Il citait Buffon et Voltaire et mettait les membres en garde contre les dangers se profilant à l’horizon. Les succès même de la Société avaient eu certaines conséquences fâcheuses, car bien qu’elle ait réalisé “le spectacle le plus frappant que l’esprit puisse concevoir” en transplantant des organismes européens aux confins de la Terre, la France en subissait maintenant le contrecoup, car des plantes et des animaux d’origine européenne produits dans les colonies revenaient concurrencer l’agriculture de la métropole21. En réalité, la taille de la Société se réduisit au cours de la présidence d’Albert Geoffroy Saint-Hilaire. Elle descendit sous la barre des deux mille membres à la fin des années 1880 et en 1900 se trouvait réduite à un niveau qu’elle n’avait pas connu depuis les années 1850.

16La Société se désagrégeait et ses officiers étaient incapables d’enrayer cette évolution. Albert Geoffroy Saint-Hilaire vouait la majeure partie de ses efforts à une rénovation ambitieuse du Jardin d’acclimatation, comprenant une nouvelle serre et un musée de la chasse et de la pêche. Le rapprochement espéré entre le Jardin d’acclimatation et la Société ne se réalisa pas. À ce moment, plus que jamais, la Société avait besoin d’une administration financière saine. Mais Geoffroy Saint-Hilaire était bien incapable de la lui apporter et la responsabilité directe des finances incombait de toute façon au trésorier et au directeur administratif. En 1893, il allait démissionner de son poste au Jardin d’acclimatation dans des circonstances financières difficiles ; il démissionna également de la présidence de la Société à la première séance de la saison 1895-1896.

  • 22 Fox (Robert), “The Savant confronts his peers : scientific societies in France, 1815-1914”, in Fox (...)
  • 23 Guerne (Jules de), “Aux membres de la Société nationale d’acclimatation de France”, Bulletin de la (...)
  • 24 Ibid., p. 4.

17Les années 1890 obligèrent la Société à s’interroger sur ses rapports avec la science et avec le Muséum. Elle fut également amenée à reconsidérer sa raison d’être à cette époque d’émergence de la culture républicaine. Tout en demeurant administrativement à distance du Jardin d’acclimatation, avec sa structure d’élevage de chiens et de parc à gibier, les amateurs, propriétaires et aristocrates de la Société éprouvaient un malaise collectif face aux rares savants ostensiblement professionnels qu’elle comptait parmi ses membres22. Certains membres craignaient que la Société ne soit en passe de devenir trop scientifique. En des termes reflétant les sentiments sociaux solidaristes de l’époque, le baron Jules de Guerne, secrétaire général de la Société et porte-parole des amateurs, écrivait : “les membres d’une Société comme la nôtre vivent en excellents termes de confraternité et si quelque inégalité se marque dans la science ou dans l’âge, c’est, en définitive, au profit de tous [...]”23. Le consensus du conseil d’administration, poursuivait Guerne, voulait que la Société “retourne à ses traditions originales” et que ses membres soient “agriculteurs instruits, horticulteurs, éleveurs en tout genre, chasseurs, voyageurs ou curieux de la nature [...]”24.

  • 25 Ibid., p. 3, note 2.

18Albert Geoffroy Saint-Hilaire et Quatrefages, qui était mort en 1892, furent les derniers représentants de la vieille garde à diriger la Société. Lorsqu’ils la quittèrent, le Jardin d’acclimatation et la Société s’étaient séparés tant sur le plan du programme que de l’esprit et du personnel. En outre, les naturalistes du Muséum ne trouvaient pas grand-chose, dans les activités du groupe, qui présente un intérêt pour leurs programmes professionnels. Guerne était particulièrement mécontent du fait que le Jardin d’acclimatation ne s’intéressait plus guère à l’élevage fermier, et il résumait ainsi les différences entre les deux institutions à la veille du départ de Paris d’Albert Geoffroy Saint-Hilaire : “fondé sous les auspices de la Société et grâce à son influence, le Jardin est une entreprise commerciale d’ordre particulier, à laquelle nous [la Société] avons largement donné l’appui moral et pécuniaire qu’elle a souvent mérité et dont elle se montrera peut-être encore digne. Mais il va sans dire que tout en vivant avec le Jardin en bonne intelligence, la Société se désintéresse absolument des exhibitions anthropologiques faites en vue des masses et n’encourage d’aucune manière les dompteurs flanqués de fauves [...]”25.

19Si le conseil avait voulu trouver un autre savant du Muséum pour présider la Société, il aurait pu faire appel à l’un de ses vice-présidents, Léon Vaillant, le professeur des Amphibiens du Muséum, qui était devenu membre de la Société en 1876 et qui, comme l’avait fait Quatrefages, présidait les séances en attendant l’élection d’un président permanent. Cependant, en raison des sentiments antiélitistes d’amateurs comme Guerne et de la situation financière fragile que connaissait la Société, celle-ci se prononça en faveur d’un dirigeant non issu du milieu scientifique et préféra se tourner vers un administrateur gouvernemental bénéficiant de bonnes relations et pouvant lui procurer des appuis plutôt que vers un homme du Muséum.

Le Myre de Vilers et le tournant colonial

  • 26 Il apparaît comme membre d’honneur en 1884 sur la Liste générale des membres de la Société, Paris : (...)

20Au printemps 1897, Vaillant céda sa place de président à Charles-Marie Le Myre de Vilers. Peu d’hommes en France pouvaient égaler sa connaissance des affaires coloniales, et personne ne possédait une compréhension aussi profonde de la situation de l’Algérie et des nouvelles colonies de Cochinchine et de Madagascar. Le Myre de Vilers avait tout d’abord envisagé de faire carrière dans la marine. Entré à l’École navale en 1849 à l’âge de seize ans, ce fut avec le grade d’insigne qu’il quitta la marine pour la fonction publique en 1861. En 1869, après avoir occupé divers postes en France métropolitaine, il fut nommé préfet d’Alger. En 1870, il retourna dans la marine en tant qu’aide de camp de l’amiral La Roncière le Noury pendant le siège de Paris. De retour à la vie civile en 1871, il fut nommé préfet de Haute-Vienne en 1873 et retourna en Algérie en 1875 en tant que directeur des Affaires civiles de la colonie. Il devint membre d’honneur de la Société dans les premières années de la IIIème République, très probablement au cours de la session 1876-1877 qui vit l’adhésion de son supérieur le général Chanzy, gouverneur d’Algérie26.

21En 1879, Le Myre de Vilers quitta les sables d’Afrique du Nord et s’embarqua pour l’Asie. Ayant acquis une réputation d’habile négociateur et de républicain modéré, il avait été choisi à l’unanimité par le gouvernement pour organiser les affaires publiques de Cochinchine. Premier gouverneur civil de cette ancienne colonie maritime, il assuma cette fonction jusqu’à son limogeage à la suite d’un différend avec l’amiral Jauréguiberry à propos de l’insurrection du Tonkin en 1882. Sa carrière coloniale était cependant loin d’être terminée, et en 1886 il devint ministre résident de Madagascar, où la France avait pris la responsabilité de la politique étrangère tout en laissant les affaires locales entre les mains du gouvernement Hova. Après avoir quitté l’île en 1889, il devait y retourner une dernière fois en 1894 et échouer dans les négociations de paix avec la cour Hova de Tananarive.

  • 27 Le Myre de Vilers (Charles-Marie), “L’Acclimatation végétale dans les colonies françaises, rôle des (...)
  • 28 Ibid.

22Le Myre de Vilers passa la majeure partie des années 1890 à Paris à plaider pour les colonies et la présidence de la Société lui apporta une nouvelle plate-forme pour ses activités. En 1889, tandis que la République réinstituait un régime économique protectionniste pour les colonies, il fit son entrée à la Chambre des députés en tant que député de Cochinchine. À l’assemblée générale de la Société de 1897, Le Myre de Vilers inaugura sa présidence en exprimant son étonnement d’avoir été choisi de préférence à l’un des “savants de premier ordre” que comptait la société27. Dans son discours sur le rôle des Jardins d’essai dans les colonies françaises, il déclara : “ce choix anormal ne peut s’expliquer que par votre intention, maintes fois manifestée, de nouer des relations plus intimes avec nos possessions d’outre-mer. Vous avez pensé qu’un colonial de profession parviendrait mieux qu’un autre à entrer en rapports directs avec nos correspondants de l’extérieur. Pénétré de futilité de votre entreprise, je m’efforcerai de remplir vos vues et de mériter la confiance que vous m’avez témoignée”28.

23Ce n’était pas la rhétorique creuse d’un président de façade et Le Myre de Vilers n’allait pas tarder à tenir parole.

  • 29 Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 4, 1887, pp. 180-186 ; t. 46, 189 (...)
  • 30 Pavie (Auguste), “Le Myre de Vilers”, art. cit., pp. 159-160 ; Union coloniale française, Préparati (...)

24Rompant avec la tradition d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Drouyn de Lhuys et Bouley, Le Myre de Vilers choisit de ne pas mourir à son poste et ne resta que trois ans à la tête de la Société. Ce n’était pas une période faste pour celle-ci. La participation aux élections de la Société, comme le nombre de ses membres, était proche du plus bas niveau jamais atteint. En 1887, cinq cent quarante membres avaient participé aux élections annuelles ; en 1889, ils n’étaient plus que cent soixante trois29. Signe encourageant cependant, la présidence de Le Myre de Vilers amena un apport de sang nouveau, limité mais marquant. Ces nouveaux membres constituèrent rapidement une nouvelle section devant travailler exclusivement sur la colonisation. Le Myre de Vilers s’intéressa tout particulièrement à la nouvelle section et présida certaines de ses séances avant de quitter ses fonctions de président. Tout en demeurant membre du conseil de la Société pendant plus de dix ans et en poursuivant sa lutte pour en restaurer la mission coloniale, il consacra la majeure partie de son énergie à d’autres projets, notamment l’Union coloniale française, qui désormais se réunissait parfois au Muséum, et la Société de géographie, dont il fut président de 1906 à 1908. Au milieu de la décennie, il contribua à l’organisation d’une expédition pour étudier la maladie du sommeil en Afrique occidentale, réunissant des membres de la Société de géographie, du Muséum et de l’Institut Pasteur30.

25Tant par le nombre de ses membres que par son budget, la Société n’était plus que l’ombre d’elle-même et elle avait un besoin dramatique de nouveaux membres. La nouvelle section consacrée à la colonisation permit à un certain nombre de membres très récents et plus jeunes de la Société d’accéder rapidement au cercle étroit du conseil d’administration. En 1900, par exemple, aussi bien le président fondateur de la section, A. Milhe-Poutingon, éditeur de la Revue des cultures coloniales et membre de l’Union coloniale française, que M. François, son vice-président, n’avaient que deux ans d’ancienneté dans la Société. Lun des deux secrétaires de la section, le docteur G. Fron, directeur de la section de botanique de l’Institut agronomique, était devenu membre en 1900. En 1905, Auguste Chevalier, directeur-adjoint du nouveau Laboratoire colonial du Muséum et futur professeur de la production de plantes coloniales au Muséum, fut élu président de la section alors qu’il n’était devenu membre de la Société que l’année précédente.

  • 31 Les membres en question étaient les suivants (selon les dates de première inscription données dans (...)

26En outre, d’autres facteurs venaient s’ajouter à la création de la section de la colonisation pour ouvrir les postes du conseil d’administration à une nouvelle pléiade de naturalistes du Muséum. L’âge avait frappé et en 1905, parmi les vingt-quatre principaux officiers de la Société, trois seulement étaient devenus membres avant 1887, date du début du mandat d’Albert Geoffroy Saint-Hilaire31. Chose plus remarquable encore, en réorientant ses efforts vers la colonisation, la Société s’était attiré la faveur de son institution mère, le Muséum, qui s’intéressait également aux activités coloniales pour s’efforcer de rehausser sa position sur la scène scientifique parisienne.

Edmond Perrier, directeur du Muséum et président de la Société

  • 32 Détails biographiques tirés de Limoges (Camille), “Perrier Edmond”, in Gillispie (Charles C.) (sous (...)
  • 33 Loyer (M[aurice]), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 68, 1921, pp.  (...)

27Edmond Perrier, l’homme choisi pour diriger la Société après Le Myre de Vilers, débordait d’énergie. Issu de l’École Normale Supérieure où il avait été l’élève d’Henri Lacaze-Duthiers, il suivit son mentor au Muséum en tant qu’aide-naturaliste attaché à la chaire des Mollusques, Annélides et Zoophytes qu’occupait Lacaze-Duthiers. Ayant obtenu le doctorat ès sciences naturelles en 1869 avec une thèse sur les appendices des étoiles de mer et des oursins, il succéda à Lacaze-Duthiers en 1876. Passionné de biologie marine et s’intéressant à la division du travail chez les animaux vivant en colonies, il participa à des expéditions océanographiques et fonda le laboratoire marin du Muséum à Tatihou, sur la côte atlantique au sud de Cherbourg. À la mort d’Alphonse Milne-Edwards en 1900, il devint directeur du Muséum, poste qu’il devait conserver pendant près de vingt ans32. À peine installé dans ses fonctions de directeur, Perrier reçut une délégation de membres du conseil de la Société lui demandant d’être candidat à la présidence33.

FIG. 1 - Perrier (Edmond) 1844 - 1921.

  • 34 Sur le Jardin, voir Osborne (Michael A.), Nature, the exotic, and the science..., op. cit., chapitr (...)
  • 35 Limoges (Camille), “The development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, art (...)

28Il commença sa présidence au milieu de rumeurs selon lesquelles la Société, qualifiée de malade par son secrétaire général, risquait bientôt de disparaître, ou tout au moins de subir le même sort que le Jardin d’acclimatation, mis en liquidation judiciaire en190134. Dès le départ, son programme était d’étendre la mission coloniale de la Société et de la réunir à la fois au Muséum et au Jardin d’acclimatation. Bien que portant un intérêt réel à la prospérité de la Société, Perrier était avant tout attaché à l’institution la plus forte de 1'ancienne triade, le Muséum, dont il était désormais directeur. Sous sa présidence, la Société devint une sorte de pion dans la politique institutionnelle de la science parisienne. Depuis 1891 environ, date à laquelle Alphonse Milne-Edwards avait remplacé le chimiste Frémy en tant que directeur du Muséum, les professeurs s’efforçaient de légitimer leur vocation en proclamant futilité du Muséum pour la mission coloniale de la France. Si Perrier s’attacha à réhabiliter la Société, ce fut donc principalement en raison de la longue expérience que celle-ci possédait en matière d’affaires coloniales. Cette expertise, plus latente que manifeste dans les années 1880, semblait désormais désirable à Perrier et à d’autres professeurs du Muséum qui craignaient de voir le Muséum annexé à l’Université de Paris35.

  • 36 Osborne (Michael A.), “The Société zoologique d’acclimatation and the new French empire : science a (...)
  • 37 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Note sur la ménagerie, et sur l’utilité d’une succursale ou annex (...)
  • 38 Sur Dybowski voir Prudhomme (Émile), “Jean Dybowski (1856-1928)”, Annales de l’Institut National Ag (...)

29Depuis l’époque du Jardin des plantes et de la Révolution, un certain nombre de professeurs du Muséum, de Daubenton à Perrier, s’était intéressé de manière “non officielle” aux affaires coloniales. Les expéditions coloniales et les agents français des colonies fournissaient des spécimens aux collections du Muséum, et la colonisation elle-même était source de travail taxinomique pour les professeurs, et de postes de directeurs de jardins botaniques coloniaux pour les diplômés de l’École de jardiniers du Muséum36. Lorsque Perrier devint directeur du Muséum, les professeurs étaient encore sous le coup de l’indignation qu’avait causée l’affaire du Jardin colonial de Nogent, une institution organisée en 1899 par le Ministère des Colonies sur un terrain du Bois de Vincennes appartenant au Muséum, là même où Isidore Geoffroy Saint-Hilaire avait autrefois espéré édifier une “colonie” de la Ménagerie du Muséum37. La tâche de direction de l’institution rivale fut confiée à Jean Dybowski, diplômé de l’École d’agriculture de Grignon. Vétéran de plusieurs expéditions botaniques en Afrique, Dybowski avait été nommé en 1893 à la première chaire de botanique coloniale de l’Institut National Agronomique, puis avait été promu à la direction de l’agriculture pour la Tunisie. Au début des années 1900, ses tentatives pour centraliser toute la botanique coloniale française sous son propre contrôle exaspéraient les professeurs du Muséum et Charles Rivière, membre de la Société, qui était à la tête du plus grand jardin colonial français, le Jardin d’essai d’Alger38.

  • 39 Perrier (Edmond), “Le Muséum d’Histoire naturelle et les colonies françaises en 1903”, Bulletin de (...)
  • 40 Ibid., p. 38.

30Perrier s’opposa à Dybowski et au Ministère des Colonies sur deux fronts. Le premier était celui de la propagande, et Perrier dut broder un peu sur l’histoire du Muséum en élaborant un récit hagiographique qui racontait comment il avait rempli ses missions utilitaire et coloniale. Invoquant le soutien accordé par le Muséum à la Société pour prouver l’intérêt porté par celui-ci aux colonies et à l’histoire naturelle appliquée, Perrier voyait dans le Muséum la réalisation du rêve utopique de Bacon, la “maison de Salomon”39. Il citait le décret constitutif, datant de 1793 et stipulant son devoir d’assister l’agriculture, le commerce et les arts. Il arguait également que le Muséum avait été à la hauteur de ses obligations utilitaires et déclarait : “le Muséum n’a [...] jamais cessé de tourner ses efforts vers la détermination exacte des richesses de nos colonies, vers la recherche des moyens d’augmenter ces richesses et d’en faire aussi profiter la métropole. Seul il est armé pour remplir économiquement ce rôle, pour y apporter la compétence et la documentation qui y sont nécessaires”40.

  • 41 Ibid., p. 40.

31Aux yeux de Perrier, l’institution dirigée par Dybowski était d’une légalité douteuse et elle grevait le budget domestique et colonial de services coûteux et redondants. Cela s’avérait d’autant plus exact que le Muséum se trouvait à nouveau en alliance étroite avec la Société, qu’il avait mis sur pied son propre laboratoire colonial, qu’il formait de futurs fonctionnaires coloniaux et qu’il avait ouvert ses portes à des conférences de l’Union coloniale française41.

  • 42 Sur le débat français au sujet d’un parc national et de ses liens avec l’acclimatation des organism (...)

32Malgré cette propagande, ce fut l’autre front d’opposition de Perrier, celui de la politique institutionnelle, qui s’avéra le plus efficace face à Dybowski. En 1905, Perrier eut la satisfaction d’obtenir le contrôle scientifique du Jardin colonial de Nogent et d’obliger le Ministère des Colonies à reconnaître la mission coloniale du Muséum et par extension celle de la Société. La Société en tirait avantage car elle aussi avait réorienté ses efforts vers les colonies durant les mandats de Le Myre de Vilers et de Perrier. Néanmoins, à la différence des années 1850 et 1860 où la Société avait joué le rôle de conseiller scientifique officieux de l’armée dans le domaine du développement agricole algérien, l’orientation coloniale prise à la fin du XIXème siècle était plus résolument rationnelle. Cette orientation comprenait une prise de conscience accrue du fait que l’acclimatation des organismes exotiques et le processus de civilisation lui-même, s’ils étaient mal dirigés, étaient inefficaces et pouvaient aboutir non seulement à une dégradation de l’environnement, mais bien aussi, pour le pays colonisateur, à une diminution de la valeur économique. Enthousiasmés par la création du Parc national de Yellowstone aux États-Unis et par les efforts que faisait ce pays en faveur de la protection de la vie sauvage, quelques Français, dont Perrier et d’autres membres de la Société, commencèrent à définir une éthique de la protection des espèces à l’échelle mondiale42.

  • 43 “Extraits des procès-verbaux... 11 juin 1901”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t (...)
  • 44 Voir le chapitre de Lebovics (Herman), “Frenchmen into peasants : rerooting the Vietnamese in their (...)

33Il ne faudrait toutefois pas trop insister sur une telle évolution vers une éthique de la protection des espèces, car certains membres de la Société, comme Milhe-Poutingon, président de la section de la colonisation, ne défendaient la protection des espèces qu’accessoirement et même ainsi, uniquement lorsque cela touchait à la politique concernant les ressources naturelles coloniales. Ainsi Milhe-Poutingon mettait-il en garde contre les conséquences économiques dangereuses de l’exploitation illimitée et incontrôlée des ressources coloniales, comme les pêcheries et les bancs d’huîtres d’Indochine43. Dans les années 1850, l’armée française avait eu recours à des arguments similaires pour ôter aux chefs tribaux algériens le contrôle de la reproduction des chevaux. Milhe-Poutingon et le Ministère des Colonies voyaient dans la préservation des ressources coloniales la mission essentielle de la Grande France, qui étendrait la loi et l’administration rationnelle propres à la France, à l’étude et à l’interprétation des espèces merveilleuses et économiquement précieuses que fournissaient les nouvelles colonies44. D’une manière générale, cependant, la position de Milhe-Poutingon était minoritaire et à l’époque de Perrier plusieurs membres de la Société se rallièrent à la cause de la préservation et de la protection des espèces aussi bien en France que dans ses colonies.

  • 45 Rivière (Charles), “La Chèvre d’Angora”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 54, (...)
  • 46 Rivière (Charles), “Climatologie algérienne”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. (...)
  • 47 Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 61, 1914, pp. 563-568.

34Les problèmes de protection des espèces prirent de l’importance à un moment où la Société se trouvait affaiblie aussi bien moralement que financièrement. Un des vieux rêves de la Société, celui d’acclimater des chèvres angora en Afrique du Nord, avait récemment été réduit à néant après le démantèlement du parc ovin algérien par les administrateurs coloniaux45. Qui plus est, un nombre croissant d’experts, parmi lesquels des membres de la Société, considérait désormais les tentatives faites autrefois par cette dernière pour acclimater des cultures exotiques en Algérie comme une “erreur absolue” autant du point de vue scientifique qu’économique46. En 1912 la protection des espèces, dans les colonies comme dans la métropole, devint une mission officielle pour les membres de la section d’ornithologie qui constituèrent une sous-section, la Ligue pour la protection des Oiseaux. L'intérêt pour la protection des espèces se généralisa dans toute la Société à la veille de la 1ère Guerre mondiale, avec la participation de nombreux membres à la Ligue et à des groupes qui, comme elle, étaient spécialisés dans l’étude d’une seule espèce, comme les Amis de l’Éléphant47.

  • 48 Perrier (Edmond), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, art. cit., (...)

35La guerre, avec les destructions massives qu’elle entraîna, ne fit qu’accentuer l’engagement de la Société en faveur de la protection des espèces, activité à laquelle les membres pouvaient s’employer sans assistance scientifique importante. En 1919, alors que les négociations pour la paix se poursuivaient encore, Perrier méditait sur les origines du cataclysme qui venait de s’achever et sur l’avenir de la Société. Situant la cause de la guerre dans la tendance naturelle des populations à s’accroître et à devenir toujours plus actives et plus envahissantes, il exhortait la Société à sauver ce qui restait. Comme exemple de ce qui avait été perdu, Perrier relatait l’histoire d’un membre de la Société, le comte Joseph Potocki, qui avait rassemblé et élevé des bisons d’Europe et d’autres Mammifères exotiques dans son parc privé en Russie. Mais les Bolcheviks avaient délibérément détruit les animaux après leur coup d’État et Perrier estimait désormais qu’il ne restait au monde qu’une centaine de bisons d’Europe et que l’espèce était sur le point de s’éteindre. “Prenons-y garde”, avertissait-il, car ce qui à présent “menace nos bisons, menacera bientôt tous nos grands Mammifères sauvages, et c’est ici que le rôle des Sociétés d’acclimatation, et surtout de la nôtre qui est leur mère, doit devenir considérable”48.

36L'appel de Perrier n’était que la continuation de ce que la Société s’efforçait déjà de faire depuis soixante ans ; il n’avait pas pour but de reconnaître à la nature le droit de fixer elle-même les conditions de sa propre existence. Pour préserver et protéger la nature, il était d’abord nécessaire de la dominer.

  • 49 Hayes (Samuel R), Conservation and the gospel of efficiency : the progressive conservation movement (...)
  • 50 Woolsey (Theodore S.), French forests and forestry : Tunisia, Algeria, Corsica, [Préf. de Pinchot, (...)

37Perrier associait la défense de la préservation et de la protection des espèces à une doctrine de la gestion des ressources naturelles prônant l’utilisation multiple des ressources, doctrine qui n’était pas sans rappeler le mouvement de la “conservation progressiste” qui s’était implanté aux États-Unis sous l’influence de Theodore Roosevelt, Gifford Pinchot et d’autres49. Pinchot, qui avait suivi des cours à l’École française de sylviculture de Nancy avant de devenir le premier directeur du Service forestier des États-Unis, était un ardent défenseur d’une gestion utilitaire et scientifique des ressources. Appliquant les méthodes européennes aux problèmes de gestion de l’irrigation en Californie du Sud, il écrivait : “en Algérie la simplicité, l’économie et l’efficacité de l’administration forestière sont d’un intérêt particulier pour nous […]”50.

  • 51 Ibid., p. 236. Perrier reprend des thèmes similaires dans “Discours”, Bulletin de la Société zoolog (...)

38À l’inverse des défenseurs américains de la protection des espèces, qui découpaient des parcs et des forêts nationales dans l’immensité vierge de leur propre Ouest, la Société tournait en grande partie son attention loin de la métropole, vers les colonies. Mais, dans le vocabulaire colonial français, colonisation était synonyme d'exploitation. Ainsi l’exploitation, censée être moins destructive parce que menée selon les principes scientifiques élaborés par la Société, devait-elle aller de pair avec la protection des espèces et leur préservation. En plus d’abriter et de cultiver des espèces rares dans des institutions de la métropole comme le Jardin d’acclimatation, Perrier considérait que la Société devait aussi œuvrer pour créer, dans les colonies françaises d’Afrique et d’Asie, de vastes parcs nationaux, qui comprendraient des plantes cultivées aussi bien que des forêts traversées de rivières, où la chasse serait formellement interdite, et où les bêtes sauvages et les plantes pourraient se reproduire facilement51. Mandarin du monde scientifique français, Perrier conférait une légitimité à la fois scientifique et sociale à la doctrine de la protection des espèces et aux activités de la Société.

  • 52 Ibid. Le lamarckisme social et la notion de force nationale sont traités dans Nye (Robert A.), Crim (...)
  • 53 Sur le solidarisme et la pensée biologique, voir La Vergata (Antonello), “Les Bases biologiques de (...)
  • 54 Perrier (Edmond), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, art. cit., (...)

39Alliant l’idéologie de la protection des espèces au transformisme lamarckien, Perrier proclamait la nécessité de préserver toutes les espèces, car même des organismes actuellement nuisibles pouvaient être modifiés par la main de l’homme. Son espoir était que la société humaine puisse devenir aussi malléable que les diverses formes de vie, elles-mêmes plus variables que les naturalistes ne l’avaient supposé52. Dans un de ses derniers discours à la Société, il s’efforçait d’expliquer l’irrationalité de la guerre et de ramener les forces de la civilisation qui l’avaient créée sous le contrôle de la raison. Ses idées reflétaient tout à la fois la vision solidariste d’une société bien construite et le désir des Français d’en finir avec la guerre53. La vision sociale qu’il décrivait donnait de la valeur aux plus modestes, soulignait l’interdépendance de tous et insistait sur la nécessité de la coopération et de la préservation des espèces pour éviter les massacres survenant lorsqu’une espèce en chassait ou en exterminait une autre. Armé de la capacité de modifier les espèces et de la volonté et des moyens de préserver ces ressources potentielles jusqu’à ce que la science puisse les remodeler pour le bien de l’Humanité, l’homme “deviendrait ainsi le maître de la Nature dont il était naguère le jouet ; il s’égalerait presque au Créateur qui commence à lui livrer quelques-uns de ses secrets quant à l’origine de la vie que nous arrivons à entrevoir ; l’aveugle lutte pour l’existence serait contenue, réglée dans ses détails par l’intelligence humaine [...]”54.

  • 55 Roy MacLeod traite avec une clarté admirable des genres scientifiques coloniaux et impériaux britan (...)

40Le lien ainsi établi entre la préservation et la protection des espèces d’une part et l’exploitation scientifique d’autre part, coïncidait avec un regain d’intérêt, du côté du gouvernement, pour les activités de la Société. En tant que communauté épistémique source de conseils, la Société avait prospéré lors de l’âge d’or de la science coloniale sous le Second Empire. Avec la perte de sa base de pouvoir au sein du gouvernement après la guerre franco-prussienne, elle avait connu un rapide déclin dans les premières années de la République. Après sa séparation du Jardin d’acclimatation et sous la présidence d’Albert Geoffroy Saint-Hilaire dans les années 1880 et 1890, le gouvernement n’avait pas fait grand cas d’elle, car elle ne semblait pas pouvoir lui être d’une grande utilité scientifique. Avec Perrier à la présidence de la Société, un nombre croissant de responsables gouvernementaux commencèrent à considérer la Société comme à la lois scientifique et utile à la réalisation des objectifs de la République outre-mer. Ayant étendu son intérêt de la colonie d’Algérie, alors bien établie, à d’autres plus récentes comme l’Indochine et Madagascar, la Société adhérait également à la nouvelle théorie sociale se réclamant de la science, “l’impérialisme scientifique”. Comme le solidarisme, “l’impérialisme scientifique” soulignait l’esprit de coopération et la nécessité de préserver l’harmonie. Il comparait la Grande France à une famille, mettait en sourdine les thèmes de la dépendance et de l’exploitation coloniales et appelait au renforcement des liens entre les colonies et la patrie mère55.

  • 56 “Liste des membres... arrêtée au 31 décembre 1911”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatati (...)

41Même si les médecins et les naturalistes professionnels avaient toujours revendiqué une part des postes au comité directeur de la Société, l’époque de Perrier fut, comme celle des années 1850, un moment où les savants du Muséum étaient particulièrement à l’honneur. En fait, en 1910 la composition de la Société était plus axée encore vers des préoccupations scientifiques qu’elle ne l’avait été à ses débuts. Dans les années 1860, par exemple, alors que le nombre moyen des membres de la Société était largement supérieur à deux mille, seule une douzaine de naturalistes du Muséum en avait fait partie. En 1911, alors que le nombre de sociétaires ne dépassait plus les quatre ou cinq cents, au moins dix-huit membres du Muséum en faisaient partie. Parmi ces nouveaux venus, qui comprenaient le jardinier en chef du Muséum Joseph Gérôme, le préparateur Raoul-Ferdinand Anthony et les assistants Désiré Bois, Adrien Lucet, A. Ménegaux, J. Pellegrin et Jules Poisson, figuraient de nombreux techniciens qui voyaient peut-être dans l’adhésion à la Société un moyen de s’attirer les faveurs de Perrier, leur directeur56. En s’imposant comme l’associé des savants du Muséum et de la mission coloniale, la Société rehaussait son image de communauté épistémique et pouvait à nouveau convaincre le gouvernement de sa valeur.

Perrier réunit la triade de l’histoire naturelle appliquée

  • 57 Perrier (Edmond), “Allocution”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 48, 1901, pp. (...)
  • 58 Clément (L.), “La Station entomologique de Paris”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatatio (...)
  • 59 Je veux montrer qu’il s’agit d’un renversement explicite de la politique instituée lorsqu’Henri Mil (...)
  • 60 Ibid., pp. 356-357 ; Perrier (Edmond), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatatio (...)
  • 61 Osborne (Michael A.), “Zoos in the Family : the Geoffroy Saint-Hilaire clan and the three zoos of P (...)

42Dans le cadre du programme élaboré par Perrier pour réunifier la Société et le Muséum, le siège de la Société déménagea de l’Hôtel Lauraguais à la rue Buffon, à l’extrémité sud-est du domaine du Muséum. Peu après, elle commença à tenir ses réunions annuelles de remise de prix dans le grand amphithéâtre du Muséum. Perrier assura les membres que “toutes les facilités pour la visite et l’étude seront données au Muséum aux membres de la Société d’acclimatation”57. Dans les années précédant la guerre, les sections organisèrent fréquemment des sorties au Muséum, à l’Institut agronomique, à l’Aquarium du Trocadéro et à d’autres attractions scientifiques parisiennes58. Perrier fit intentionnellement du Muséum une sorte de substitut du Jardin d’acclimatation, le troisième membre manquant de l’ancienne triade. Le service des cultures du Muséum inscrivit des membres de la Société sur ses listes de distribution de graines et de plantes. Oustalet, le professeur responsable de la ménagerie, leva l’interdiction d’échanger les animaux édictée en 1862 et accepta de fournir à la Société les animaux que le Muséum possédait en excédent ou en double59. En échange du concours du Muséum, Perrier incita des membres de la Société à fonder une Société des amis du Muséum60. Celle-ci prospéra et devint de plus en plus importante pour le Muséum en lui assurant une certaine autonomie financière. À la fin de l’Exposition coloniale internationale de 1931 au Bois de Vincennes, elle acheta les animaux montrés à l’exposition et fonda le Zoo du Bois de Vincennes pour en faire une exposition permanente de la faune coloniale et une succursale de la ménagerie du Muséum61.

  • 62 Bénardeau, “Allocution”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 57, 1910, pp. XXXII- (...)

43Le nombre des membres de la Société se stabilisa sous le patronage du Muséum et les hauts fonctionnaires de la IIIème République commencèrent à prononcer des allocutions lors de ses occasions officielles. Certains, comme M. Bénardeau, l’administrateur des eaux et forêts du Ministère de l’Agriculture, firent l’éloge des “hautes personnalités scientifiques” du groupe, en assurant aux membres : “le gouvernement ne se contente pas de suivre vos travaux avec intérêt, il saisit toutes les occasions d’encourager vos efforts par des subventions et des distinctions honorifiques”62. En 1914, lorsque la Société tint son assemblée annuelle dans l’amphithéâtre du Muséum, elle entendit le ministre des Colonies féliciter la Société d’être la première association de France à réclamer des réserves de gibier et à inciter le Ministère de l’Agriculture à constituer une commission sur le gibier et la faune sauvage. Le président de la République Raymond Poincaré et son épouse participaient à la remise des prix et se joignirent ensuite aux lauréats et à Perrier pour une réception privée dans le bâtiment administratif du Muséum.

  • 63 Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 61, 1914, pp. 97 ; t. 62, 1915, pp. 355 ; Loy (...)

44Lorsque la guerre éclata, Perrier avait assuré au Muséum sa place dans la science coloniale. Il avait également ranimé la Société et, avec l’aide de Le Myre de Vilers et d’autres, l’avait rétablie dans son rôle de communauté épistémique utile au gouvernement. En 1914, la Société devait célébrer d’autres signes de sa renaissance, avec la constitution d’un nouveau Comité d’ornithologie économique et la signature d’un accord avec l’autre brebis égarée du Muséum, le Jardin zoologique d’acclimatation. Cette convention permettait aux membres de la Société d’acheter pour cinq francs une carte donnant droit à son titulaire à un nombre illimité d’entrées au Jardin pour lui-même ainsi qu’à dix tickets d’entrée. En juin de la même année, des membres de la Société et le personnel du Jardin, avec le concours financier du Ministère de l’Agriculture, organisèrent une manifestation destinée aux amis des animaux vivant dans les petits appartements parisiens, une exposition des Insectes vivants, des Oiseaux d’ornement et des Poissons d’aquarium, qui connut un vif succès63. Malheureusement, cette exposition fut le dernier interlude de paix que le groupe devait connaître pendant les six années à venir.

L’histoire naturelle appliquée pendant la Grande Guerre

  • 64 “Réponse au manifeste des intellectuels allemands”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatati (...)

45Pendant la guerre franco-prussienne, le conseil de la Société avait conservé outre-Rhin des contacts à caractère purement scientifique. La situation de 1871 ne ressemblait guère, cependant, à celle de 1914. La 1ère Guerre mondiale détruisit l’engagement que la Société professait, depuis sa fondation, envers l’internationalisme scientifique mondial. En novembre 1914, peu après la publication par un groupe d’intellectuels allemands d’un manifeste approuvant la guerre, le conseil condamna les atrocités commises par les Allemands en Belgique et en France et raya de ses listes les noms de tous les membres allemands et autrichiens. Fustigeant la barbarie de Ferdinand I, la Société versa mille francs à l’œuvre de secours aux orphelins de guerre serbes64.

46Tout comme lors du conflit de 1870-1871, le conseil de la Société vota la poursuite des réunions pendant la guerre. Les mobilisations pour les guerres, les expéditions coloniales et l’exploration géographique avaient toujours été fructueuses pour la Société. Possédant des liens plus étroits avec l’armée qu’avec la marine, la Société avait bâti sa réputation sur l’Algérie lorsque celle-ci était gouvernée par l’armée française. Ayant perdu un grand nombre de ses membres coloniaux après la chute du Second Empire et le passage de l’Algérie sous gouvernement civil, elle avait moins d’amis et de membres dans la marine, qui gouverna la Cochinchine jusqu’à l’arrivée de Le Myre de Vilers en 1879. Du point de vue des forces françaises, la 1ère Guerre mondiale, comme l’Algérie, était essentiellement une affaire d’armées. Avec la mobilisation de l’armée et les préparatifs de guerre, les nombreux projets de la Société pour améliorer la nutrition publique et ses liens avec les colonies où les Français allaient lever des armées semblaient mériter une attention particulière de l’État.

  • 65 “Aux membres de la Société d’acclimatation”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t.  (...)

47Le conseil de la Société prit un certain nombre de mesures pour la durée de la guerre. Il réduisit la fréquence du Bulletin, suspendit les élections, annula les assemblées annuelles et les banquets exotiques, et supprima un concours d’histoire naturelle que la Société organisait pour les enfants des écoles primaires. La Ligue française pour la protection des Oiseaux ne tint séance que sept fois en 1915 et les six sections interrompirent leur roulement hebdomadaire de sorties et de réunions. Tous les membres étaient invités à se réunir en assemblée générale deux fois par mois et à contribuer à l’effort de guerre65.

  • 66 “Actes de la Société d’acclimatation”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 63, 19 (...)
  • 67 Pichot (Pierre-Amédée), “Les Chiens aux armées”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation,(...)
  • 68 Rousseau (Louis), “Observations zoologiques faites sur le Front”, Bulletin de la Société zoologique (...)
  • 69 Geoffroy Saint-Hilaire (Henri), “L’Exposition de Casablanca au Maroc”, Bulletin de la Société zoolo (...)

48Pendant la guerre, le Bulletin regorgeait de nouvelles de mobilisation de membres et de nécrologies. Il donna, durant tout le conflit, la liste des décorations gagnées au combat et au service civil par les membres et leur famille, et il nota avec regret la perte de deux des vice-présidents du groupe et le décès de ses deux anciens présidents encore vivants, Le Myre de Vilers et Albert Geoffroy Saint-Hilaire66. Luttant pour poursuivre ses projets, la Société remporta une médaille d’or à l’exposition de Casablanca de 1915 et se réunit pour entendre parler de l’élevage des chiens de guerre, des plantes utiles du Congo belge et des utilisations du Bambou africain67. Comme lors des précédents conflits, les membres de la Société au front et dans les colonies trouvèrent le temps de rassembler des observations zoologiques68. L’agronome colonial Henri Geoffroy Saint-Hilaire, membre récent de la Société et fils d’Albert Geoffroy Saint-Hilaire, tint ses collègues informés de la situation au Maroc. Ne possédant pas d’armes de guerre modernes, écrivait Geoffroy Saint-Hilaire, la colonie devait fournir “à la Mère patrie le maximum des forces disponibles, hommes et des productions agricoles, [et] conserver le terrain acquis par tous les moyens [...]”69.

  • 70 “Actes de la société d’acclimatation pendant la guerre”, Bulletin de la Société zoologique d’acclim (...)
  • 71 “Ordres du jour des séances pour le mois d’avril 1919”, Bulletin de la Société zoologique d’acclima (...)

49Les assemblées générales de la Société attiraient une assistance nombreuse, et en avril 1917 le conseil lança une souscription pour collecter onze mille francs pour une salle de réunion plus spacieuse. Le groupe réunit bientôt plus de trente mille francs et en novembre il quitta le Muséum pour des locaux loués près de l’École de médecine dans le VIIème arrondissement, au 198 boulevard Saint-Germain70. En avril 1919, alors que la délégation allemande arrivait à Versailles, les sections et les assemblées générales se penchaient imperturbablement sur des sujets comme “la question de la mule du Soudan”, “les chiens français au Front pendant la guerre”, “l’acclimatation des orangers dans le bassin méditerranéen” et écoutaient Henri Geoffroy Saint-Hilaire, récemment rentré d’Afrique du Nord, parler de l’élevage fermier au Maroc71. Peu après, le conseil rétablissait les assemblées annuelles et les banquets.

  • 72 Sur l’étendue de ces préoccupations en France, voir Paul (Harry W), “The Issue of decline in Ninete (...)
  • 73 “Prix fondé par un membre de la Société qui désire garder l’anonymat”, Bulletin de la Société zoolo (...)
  • 74 Voir Crawford (Elizabeth), “Internationalism in science as a casualty of World War I”, in Nationali (...)

50Les membres de la Société, comme beaucoup de citoyens français72, avaient été choqués par la relative efficacité et la puissance destructrice de la technologie, de l’industrie et de la science allemandes. Ce sentiment d’infériorité vis-à-vis des Allemands s’étendait à la science et à la pratique de l’acclimatation, car on estimait qu’avant la guerre les Allemands s’étaient assuré le monopole du commerce des animaux et des plantes exotiques. En 1919, le conseil de la Société annonça un nouveau prix récompensant un essai sur les moyens d’affaiblir la domination allemande dans le domaine du commerce des organismes exotiques. Les participants au concours devaient répondre à la question suivante : “par quels moyens la France et ses alliés peuvent-ils arriver à supplanter les Allemands dans la recherche, le transport et la vente des animaux et des plantes exotiques tout en assurant la protection de la faune et de la flore des régions d’où les animaux et les plantes sont originaires ?”73. La France et les Alliés avaient gagné la guerre, mais l’internationalisme scientifique figurait désormais parmi les victimes74.

La paix retrouvée : esthétique du foyer et dîners exotiques

51La guerre avait épuisé Perrier. Maintenant âgé de soixante-quinze ans, il laissa la direction du Muséum au botaniste Louis Magnin en 1919. Magnin allait poursuivre la tradition et lui succéder comme président de la Société à sa mort en 1921. Perrier avait remodelé l’alliance entre le Muséum, la Société et le Jardin d’acclimatation, et au cours de ses derniers mois en tant que président de la Société il eut la satisfaction de voir la vitalité de celle-ci confirmée par la création d’une nouvelle section consacrée aux animaux de terrarium et d’aquarium. Le président de la nouvelle section, un assistant du Muséum du nom de Jacques Pellegrin, allait succéder à Louis Roule en tant que professeur des Amphibiens en 1937.

  • 75 Pellegrin (Jacques), “La Nouvelle section d’aquariums et de terrariums”, Bulletin de la Société zoo (...)
  • 76 “Bulletin de vote, élections du 19 décembre 1921”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatatio (...)

52Cette toute nouvelle section proposait des activités plus tranquilles et relativement peu coûteuses, convenant aux résidents du centre urbain, aux invalides de guerre et aux femmes. Comme les banquets, l’aquariophilie ne nécessitait pas de grandes connaissances scientifiques. Pellegrin pensait que la section, qui mettrait l’accent sur l’esthétique plus que sur le scientifique, attirerait “les amateurs de jolies choses, de bibelots rares et précieux” qui côtoieraient des savants, des gens du monde, des artistes, et en particulier les dames qui veillaient à maintenir “l’agrément de nos demeures et le charme de nos foyers”75. La nouvelle section accordait une attention rare à la sensibilité des femmes, dont le nombre avait augmenté proportionnellement à celui des hommes dans la France de l’après-guerre. Les femmes participaient aux activités de la Société depuis les années 1850 en tant que mécènes et que lauréates et avaient commencé à devenir des membres à part entière au début des années 1900. En 1921, la marquise de Ganay, la première femme à être candidate au conseil de la Société, accéda à ce cercle étroit en devenant vice-présidente76.

  • 77 “Déjeuner amical annuel du 26 février 1920”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t.  (...)
  • 78 “Déjeuner amical du 18 mai 1908”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 55, 1908, p (...)
  • 79 Ibid., Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 58, 1911, pp. 764-767.

53Une des dernières actions de Perrier en tant que président fut de participer à un dîner composé de beurre de chèvre, de curry de cochon d’inde de Patagonie et de poisson de la colonie d’Afrique occidentale de Mauritanie77. En 1905, la Société avait instauré la tradition d’achever sa saison de réunions par un banquet. Se tenant traditionnellement au Buffet de la Gare de Lyon, le festin attirait une élite gouvernementale qui côtoyait les membres de la Société et goûtait aux produits de la Grande France. En 1910, le repas se composait d’omelettes d’œufs d’autruche provenant du Jardin d’essai d’Alger, de python indien, et de tortue algérienne78. Les participants au dîner de 1911, dont le ministre des Colonies Messimy, dégustèrent de l’écrevisse d’Afrique occidentale, des foies gras de tortue marine en croûte et cinq plats différents élaborés à partir de soja d’Asie79. Les repas remplissaient une fonction autant pédagogique que sociale, et le Bulletin comportait des recettes détaillées et des notes sur l’histoire naturelle des ingrédients de ces repas.

  • 80 Sarraut ([Albert]), “Allocution”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 67, 1920, p (...)

54Albert Sarraut, un ancien gouverneur d’Indochine qui venait d’être nommé ministre des Colonies lorsqu’il prononça un discours au banquet de 1920, souhaitait faire en sorte que la France puisse tirer le meilleur profit de ses colonies. Ébauchant des projets d’institutions scientifiques coloniales permanentes, il demandait à la Société sa “collaboration permanente” avec le Ministère afin d’élaborer une “méthode scientifique” d’administration coloniale pour remplacer “l’empirisme” alors en vigueur80. Il semble que les savants, en particulier les naturalistes du Muséum, paraissaient à nouveau utiles au gouvernement français.

  • 81 Anthoüard (A. de), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 68, 1921, pp.  (...)

55Le banquet de 1921, rassemblant quatre-vingt-dix-sept invités et membres de la Société, proposait un menu de ragoût de chameau, de salade au crabe de l’Océan indien, et de tartes aux fruits de la Martinique. Le tout était couronné de rhum de la Martinique et de cigarettes d’Indochine. Perrier étant trop malade pour être présent, ce fut le baron d’Anthoüard, un haut fonctionnaire du Ministère des Colonies de Sarraut, qui s’adressa aux convives. Après les avoir assurés du soutien constant de son ministère, Anthoüard émit l’idée que le repas avait été “une sorte de programme de politique coloniale mis en pratique de la façon la plus originale et la plus satisfaisante. Son menu [...] vous enseigne que de nos colonies nous pouvons tirer des ressources alimentaires très variées dont la préparation intéresse à la fois le capital et le travail français, le travail colonial, ainsi que tous les consommateurs de la France métropolitaine et d’outremer. C’est une synthèse où la science et l’industrie nationales s’unissent à nos sentiments d’humanité”81.

56Ainsi l’ancienne triade — le Muséum, la Société et le Jardin d’acclimatation — constituait-elle l’épicentre institutionnel du mouvement d’acclimatation des animaux exotiques en Europe occidentale. Ces trois institutions et les rapports qu’elles entretenaient entre elles, reflètent des courants politiques plus vastes caractéristiques de cette époque, comme l’impérialisme et la professionnalisation progressive de l’activité scientifique. Comme l’association de la Société avec tout un assortiment de généraux, de ministres et de sénateurs, ses liens avec les savants du Muséum étaient importants pour légitimer l’affirmation de sa compétence scientifique. Pour les membres du gouvernement, la Société parut plus “scientifique” au cours des périodes où elle fut dirigée par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire et par Edmond Perrier, deux directeurs du Muséum se situant dans l’orbite de la théorie biologique de Lamarck.

  • 82 Perrier (Edmond), “Le Muséum d’Histoire naturelle et les colonies françaises en 1903”, Bulletin de (...)

57Le Muséum tirait lui aussi profit de son association avec la Société, en particulier vers les années 1900 où il s’efforçait de convaincre le gouvernement de son utilité. Edmond Perrier ne s’écartait donc que très peu de la vérité lorsqu’en 1903 il attribuait au Muséum l’origine à la fois de la Société et du Jardin d’acclimatation82. Néanmoins, comme nous l’avons montré dans les pages qui précèdent, la Société, si elle était issue du Muséum, était tout au plus une brebis égarée et il fallut les talents considérables d’hommes du Muséum comme Bouley et Perrier pour la ramener enfin au bercail et reconstituer la triade.

Notes

2 L’idéologie sociale d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, dont étaient empreintes les activités de la Société à ses débuts, est judicieusement traitée dans Blanckaert (Claude), “Les Animaux “utiles” chez Isidore Geoffroy Saint-Hilaire : la mission sociale de la zootechnie”, Revue de synthèse, no 113, 1992, pp. 347-382.

3 Voir par exemple la contribution de Richard W. Burkhardt au présent volume, et mon étude intitulée “Applied natural history and utilitarian ideals : “jacobin science” at the Muséum d’Histoire naturelle, 1789-1870”, in Ragan (Bryant T.), Williams (Elizabeth A.), (sous la dir.), Re-creating authority in revolutionary France, New Brunswick : Rutgers University Press, 1992, pp. 125-143.

4 L'origine et l’histoire de la Société sont décrites plus en détail dans mon ouvrage Osborne (Michael A.), Nature, the exotic, and the science of French colonialism, Bloomington : Indiana University Press, 1994, 216 p. Sur l’idéologie de la protection des espèces et la Société, voir Raffin (J.-P.), Ricou (G.), “Le Lien entre les scientifiques et les associations de protection de la nature : approche historique”, in Cadoret (A.), Protection de la nature : histoire et idéologie : de la nature à l’environnement, Paris : Éd. l’Harmattan, 1985, pp. 61-74.

5 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Domestication et naturalisation des animaux utiles, 4ème éd., Paris : Libr. agricole de la Maison Rustique, 1861, pp. 502-519.

6 La tension entre activité scientifique descriptive et appliquée est traitée dans Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in Fox (Robert), Weisz (George), (sous la dir.), The Organization of science and technology in France (1808-1914), Cambridge : Cambridge University Press, 1980, pp. 211-240.

7 Paul (Harry W), From knowledge to power : the rise of the science empire in France, 1860-1939, Cambridge : Cambridge University Press, 1985, pp. 180-181.

8 Crosland (Maurice), Science under control : the French Academy of sciences, 1795-1914, Cambridge : Cambridge University Press, 1992, p. 158.

9 Bouley (Henri), Traité de l’organisation du pied du Cheval comprenant l’étude de la structure, des fonctions et des maladies de cet organe, Paris : Labé, 1851, 2 vol.

10 “Mort et funérailles de M. Henri Bouley”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 2, 1885, pp. IXXVII ; Bouley (Henri), “Rapport sur les réclamations dont a été l’objet le décret rendu sur la demande de M. le Gouverneur de l’Algérie...”, Compte rendu de l’Académie des sciences, t. 81, 1875, pp. 1175-1182.

11 Durand, “La Chèvre en Algérie”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 1, 1884, pp. 113-125 ; Huet, “Note sur les naissances, dons et acquisitions de la ménagerie du Muséum d’Histoire naturelle”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 1, 1884, pp. 126-130 ; Pailleux (A.), Bois (D.), “Le Potager d’un curieux”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 1, 1884, pp. 131-158.

12 Bouley (Henri), “La Nouvelle vaccination”, Revue scientifique, no 2, 1882, pp. 546-50 ; Nicol (Louis), L’Épopée pastorienne et la médecine vétérinaire, Garches : Louis Nicol, 1974, pp. 170-190, 598-599 et 610-622.

13 Quatrefages (Armand de), “Discours... au nom de la Société nationale d’acclimatation de France”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 2, 1885, pp. III-V.

14 Ibid. ; citation de Bouley (Henry), “Les Découvertes de M. Pasteur devant la médecine”, Revue scientifique, no 7, 1883, pp. 439-443 et “Vaccination charbonneuse”, Comptes rendus de l’Académie des sciences, t. 93, 1881, pp. 190-192.

15 Levasseur (M.), “Progrès de la race européenne au XIXème siècle par la colonisation”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4eme série, t. 2, 1885, pp. XCIII-CXXV

16 Pichot (Pierre-Amédée), “Albert Geoffroy Saint-Hilaire”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, 1919, pp. 97-100 et “Séance générale du 4 février 1887”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 4, 1887, pp. 180-186.

17 Henri Milne-Edwards à Rouland, [9 ou 10 novembre 1862] (Archives nationales, E17.3980).

18 Ménard (Saint-Yves), “Rapport sur les travaux de la société en 1888”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 6, 1889, pp. XIV-XX ; Camboué, “Sur les services rendus à l’acclimatation par les RR. PP. missionnaires de la Compagnie de Jésus”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 5, 1888, pp. 161-164. On peut trouver un exemple de cette réorganisation dans la “Chronique générale”, ibid., pp. 851-857, qui reproduisait un article de Paul Topinard paru dans La Nature du 11 août 1888 et intitulé “Les Hottentots au Jardin d’acclimatation de Paris”.

19 Sauf mention contraire, les exemples cités proviennent de Ménard (Saint-Yves), “Rapport sur les travaux de la société en 1888”, art. cit.

20 Naudin (Charles V), Mueller (Ferdinand von), Manuel de l'acclimatent ou Choix de plantes recommandées pour l'agriculture, l’industrie et la médecine, Antibes : J. Marchand, 1887, 556 p.

21 Geoffroy Saint-Hilaire (Albert), “[discours sans titre du 18 février 1887]”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 4, 1887, pp. 131-134.

22 Fox (Robert), “The Savant confronts his peers : scientific societies in France, 1815-1914”, in Fox (Robert), Weisz (George), (sous la dir.), The Organization of science..., op. cit., pp. 241-282.

23 Guerne (Jules de), “Aux membres de la Société nationale d’acclimatation de France”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 43, 1896, pp. 1-4.

24 Ibid., p. 4.

25 Ibid., p. 3, note 2.

26 Il apparaît comme membre d’honneur en 1884 sur la Liste générale des membres de la Société, Paris : Au siège de la Société, 1884, et Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 59, 1912, pp. 1-29 indique 1871 comme sa date d’adhésion. Mais son nom est absent des listes supplémentaires de 1870 à 1874 publiées dans le Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 2ème série, t. 7, 1870, pp. VII-X ; t. 8, 1871, pp. VII-XII ; t. 9, 1872, pp. VII-XII ; t. 10, 1873, pp. V-XVI ; 3ème série, t. 1, 1874, pp. VII-XVII. Les détails biographiques sont tirés de Pavie (Auguste), “Le Myre de Vilers”, La Géographie, bulletin de la Société de Géographie, t. 32, 1918, pp. 145-164 ; Grandidier (Guillaume), Le Myre de Vilers, Duchesne, Galliéni : quarante années de l’histoire de Madagascar, 1880-1920, Paris : Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1923, pp. 31-69.

27 Le Myre de Vilers (Charles-Marie), “L’Acclimatation végétale dans les colonies françaises, rôle des jardins d’essai”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 44, 1897, pp. 233-235.

28 Ibid.

29 Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 4, 1887, pp. 180-186 ; t. 46, 1899, p. 387.

30 Pavie (Auguste), “Le Myre de Vilers”, art. cit., pp. 159-160 ; Union coloniale française, Préparation aux carrières coloniales : conférences faites par MM. Le Myre de Vilers, 1901-1902, Paris : Augustin Challamel, 1904.

31 Les membres en question étaient les suivants (selon les dates de première inscription données dans le Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 52, 1905, pp. 1-25) : le baron Jules de Guerne (1886), C. Ravert-Wattel, directeur de la Station aquicole du Nid-de-Verdier (1871), et Le Myre de Vilers (1871 [date incertaine !).

32 Détails biographiques tirés de Limoges (Camille), “Perrier Edmond”, in Gillispie (Charles C.) (sous la dir.), Dictionary of scientific biography, New York : Scribner, 1970-1980, vol. X, pp. 522-523 ; “Mort et obsèques d’Edmond Perrier”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 68, 1921, pp. 144-157.

33 Loyer (M[aurice]), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 68, 1921, pp. 152-154.

34 Sur le Jardin, voir Osborne (Michael A.), Nature, the exotic, and the science..., op. cit., chapitre IV et Tribunal de commerce de la Seine, Assemblée de concordat, extrait du rapport du liquidateur judiciaire, Paris : Impr. Georges Petit, 1902, pp. 14-20. Sur les finances et la réunion avec Perrier, voir Perrier (Edmond), “Discours prononcé... à l’occasion du Cinquantenaire de la Société d’acclimatation”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 52, 1905, pp. 26-28 ; Loyer (M.), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 68, 1921, pp. 152-154.

35 Limoges (Camille), “The development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, art. cit. ; Headrick (Daniel R.), The Tentacles of progress : technology transfer in the age of imperialism, 1850-1940, New York : Oxford University Press, 1988, pp. 222-230.

36 Osborne (Michael A.), “The Société zoologique d’acclimatation and the new French empire : science and political economy”, in Petitjean (P) et al., (sous la dir.), Science and empires : historical studies about scientific development and european expansion, Autun : Kluwer Academic, 1992, pp. 299-306.

37 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Note sur la ménagerie, et sur l’utilité d’une succursale ou annexe aux environs de Paris, Paris : Impr. de L. Martinet, 1860, 16 p.

38 Sur Dybowski voir Prudhomme (Émile), “Jean Dybowski (1856-1928)”, Annales de l’Institut National Agronomique, no 22, 1929, pp. 26-31 ; Franchet (Adrien), Contributions à la flore du Congo français : Famille des Graminées, Autun : Impr. Dejussieu père et fils, 1896, p. 5 ; Dybowski (Jean), Gaillardon, Duval, “Le Jardin d’Essai d’Alger”, Bulletin de la Réunion d’études algériennes, t. 8, 1906, pp. 193-207 ; Rivière (Charles), “Le Jardin d’Essai d’Alger”, [Extr. du Bulletin de la Réunion d’études algériennes], Paris : Augustin Challamel, 1907 ; Headrick (Daniel R.), The Tentacles of progress..., op. cit., pp. 225-226.

39 Perrier (Edmond), “Le Muséum d’Histoire naturelle et les colonies françaises en 1903”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 51, 1904, pp. 33-46.

40 Ibid., p. 38.

41 Ibid., p. 40.

42 Sur le débat français au sujet d’un parc national et de ses liens avec l’acclimatation des organismes exotiques, voir Frollo (Jean), “Un Parc national”, Le Petit parisien, 8 janvier 1895 ; Perrier (Edmond), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, 1919, pp. 232-239.

43 “Extraits des procès-verbaux... 11 juin 1901”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 48, 1901, pp. 372-374.

44 Voir le chapitre de Lebovics (Herman), “Frenchmen into peasants : rerooting the Vietnamese in their villages”, in True France : the wars over cultural identity, 1900-1945, Ithaca : Cornell University Press, 1992, pp. 98-134, qui analyse la sémiotique de l’hégémonie culturelle prônée par l’Exposition coloniale de 1931 et l’institution qui lui succéda, le Musée des colonies et de l’aquarium. Selon le même ouvrage p. 67, note 24, le terme de “Grande France” commença à être utilisé systématiquement vers 1909 et impliquait que “le temps de l'exploitation et des excès coloniaux était révolu”. Je l’utilise ici pour suggérer l’évolution d’une sensibilité coloniale fondée sur l’exploitation effrénée à une sensibilité où l’exploitation est associée à la rationalité, au progrès et à la préservation des ressources.

45 Rivière (Charles), “La Chèvre d’Angora”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 54, 1907, pp. 81-82.

46 Rivière (Charles), “Climatologie algérienne”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 49, 1902, pp. 280-343.

47 Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 61, 1914, pp. 563-568.

48 Perrier (Edmond), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, art. cit., p. 234.

49 Hayes (Samuel R), Conservation and the gospel of efficiency : the progressive conservation movement 1890-1920, Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1959, en part, le chapitre XIII : “The Conservation movement and the progressive tradition”, pp. 261-276.

50 Woolsey (Theodore S.), French forests and forestry : Tunisia, Algeria, Corsica, [Préf. de Pinchot, pp. V-VIII], New-York : John Wiley and sons, 1917, 238 p.

51 Ibid., p. 236. Perrier reprend des thèmes similaires dans “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 67, 1920, pp. 91-93.

52 Ibid. Le lamarckisme social et la notion de force nationale sont traités dans Nye (Robert A.), Crime, madness, and politics in modem France : the medical model of national decline, Princeton : Princeton University Press, 1984, 367 p.

53 Sur le solidarisme et la pensée biologique, voir La Vergata (Antonello), “Les Bases biologiques de la solidarité”, in Tort (Patrick), Darwinisme et société : Colloque international, Paris, 4-6 juin 1991, Paris : PUF ; 1992, pp. 55-87.

54 Perrier (Edmond), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, art. cit., p. 239.

55 Roy MacLeod traite avec une clarté admirable des genres scientifiques coloniaux et impériaux britanniques dans “On visiting the “Moving Metropolis” : reflections on the architecture of imperial science”, in Reingold (Nathan), Rothenberg (Marc), (sous la dir.), A cross-cultural comparaison : papers from a Conference at Melbourne, Australia, 25-30 May 1981, Washington, D.C. : Smithsonian Institution Press, 1987, pp. 217-249. Selon Lebovics (Herman), True France..., op. cit., p. 67, note 24, le terme de “Grande France” est dérivé du concept de Grande Angleterre” de John Stuart Mill.

56 “Liste des membres... arrêtée au 31 décembre 1911”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 59, 1912, pp. 4-23.

57 Perrier (Edmond), “Allocution”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 48, 1901, pp. 353-357.

58 Clément (L.), “La Station entomologique de Paris”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 55, 1908, p. 452 ; Loyer (Maurice), “L'Aquarium du Trocadéro”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 55, 1908, pp. 452-453.

59 Je veux montrer qu’il s’agit d’un renversement explicite de la politique instituée lorsqu’Henri Milne-Edwards occupait la chaire des Mammifères et des Oiseaux. Quoique je n’en aie pas trouvé la preuve, cette interdiction avait sans doute été “levée” avant cette date.

60 Ibid., pp. 356-357 ; Perrier (Edmond), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 52, 1905, pp. 26-28 ; Bruyère (H.), “Une Visite à la ménagerie des Reptiles”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 55, 1908, p. 21-26.

61 Osborne (Michael A.), “Zoos in the Family : the Geoffroy Saint-Hilaire clan and the three zoos of Paris”, in Hoague (Robert A.), Deiss (William), (sous la dir.), New worlds, new animals : from menagerie to zoological park in the Nineteenth-century, Baltimore : Johns Hopkins University Press, 1996, pp. 33-42.

62 Bénardeau, “Allocution”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 57, 1910, pp. XXXII-XXXIV.

63 Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 61, 1914, pp. 97 ; t. 62, 1915, pp. 355 ; Loyer (Maurice), “Exposé des travaux de la Société depuis 1914”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, 1919, pp. 103-109.

64 “Réponse au manifeste des intellectuels allemands”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 61, 1914, p. 573 ; “Actes de la Société d’acclimatation”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 62, 1915, pp. 353-354. L’activisme de la Société dès le début de la 1ère Guerre mondiale contraste avec ce que Crosland décrit comme le “scepticisme détaché” de l’Académie des sciences. Voir Crosland (Maurice), Science under control..., op. cit., pp. 328-330.

65 “Aux membres de la Société d’acclimatation”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 61, 1914, p. 574.

66 “Actes de la Société d’acclimatation”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 63, 1916, pp. 493-495 ; “Actes de la Société d’acclimatation pendant la guerre”, Bulletin de la Société zoologique d'acclimatation, t. 65, 1918, pp. 321-323 ; Pichot (Pierre-Amédée), “Albert Geoffroy Saint-Hilaire”, art. cit.

67 Pichot (Pierre-Amédée), “Les Chiens aux armées”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 61, 1914, pp. 575-579 ; “Actes”, art. cit. ; “Ordres du jour des séances générales pour le mois de novembre 1917”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 64, 1917, p. 408.

68 Rousseau (Louis), “Observations zoologiques faites sur le Front”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 62, 1915, pp. 333-336.

69 Geoffroy Saint-Hilaire (Henri), “L’Exposition de Casablanca au Maroc”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 62, 1915, pp. 326-336. Son œuvre principale est L'Élevage dans l’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie), Paris : Augustin Challamel, 1919, 431 p.

70 “Actes de la société d’acclimatation pendant la guerre”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 64, 1917, pp. 409-411 ; “Remerciements”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 68, 1921, p. 173.

71 “Ordres du jour des séances pour le mois d’avril 1919”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, 1919, p. 96.

72 Sur l’étendue de ces préoccupations en France, voir Paul (Harry W), “The Issue of decline in Nineteenth-century French science”, French historical studies, no 7, 1972, pp. 416-450 ; Nye (Mary Jo), “Scientific decline : is quantitative evaluation enough”, Isis, no 75, 1985, pp. 697-708.

73 “Prix fondé par un membre de la Société qui désire garder l’anonymat”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 66, 1919, p. 102.

74 Voir Crawford (Elizabeth), “Internationalism in science as a casualty of World War I”, in Nationalism and internationalism in science, 1880-1939 : four studies in the Nobel population, New York : Cambridge University Press, 1992, pp. 49-71.

75 Pellegrin (Jacques), “La Nouvelle section d’aquariums et de terrariums”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 67, 1920, pp. 113-116.

76 “Bulletin de vote, élections du 19 décembre 1921”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 68, 1921, non paginé.

77 “Déjeuner amical annuel du 26 février 1920”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 67, 1920, pp. 85-90.

78 “Déjeuner amical du 18 mai 1908”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 55, 1908, p. 449 ; Loyer (Maurice), “Déjeuner amical annuel”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 57, 1910, pp. 559-563.

79 Ibid., Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 58, 1911, pp. 764-767.

80 Sarraut ([Albert]), “Allocution”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 67, 1920, pp. 90-91.

81 Anthoüard (A. de), “Discours”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, t. 68, 1921, pp. 179-182.

82 Perrier (Edmond), “Le Muséum d’Histoire naturelle et les colonies françaises en 1903”, Bulletin de la Société zoologique d’acclimatation, 4ème série, t. 54, 1904, pp. 33-46. L’expression exacte décrit la Société et le Jardin d’acclimatation comme “des émanations directes du Muséum”.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Perrier (Edmond) 1844 - 1921.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

Université de Californie, Santa Barbara, États-Unis1

Remerciements à Claude Blanckaert, William Coleman, Jean-Marc Drouin, Paul Farber et Goulven Laurent.

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540