Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Naissance et développement d'une institution

La création de la chaire d’anthropologie du Muséum dans son contexte institutionnel et intellectuel (1832-1855)

Claude Blanckaert

Note de l’éditeur

Blanckaert, C, 1997. La Création de la chaire d'anthropologie du Muséum dans son contexte institutionnel et intellectuel (1832-1855). in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 85-123. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, Paris : Impr. impériale, 1867 (...)
  • 2 Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’Histoire naturelle, Paris : L. Curmer, 1853, p. 194.
  • 3 Esquiros (Alphonse), Paris, ou Les sciences, les institutions et les mœurs au XIXème siècle, Paris (...)

1On considère généralement que l’anthropologie, le mot et la chose, est publiquement consacrée au Muséum d’Histoire naturelle avec la nomination d’Armand de Quatrefages en 1855. Seule en son genre dans les établissements scientifiques d’Europe ou d’Amérique, la chaire d’anthropologie devait être pour longtemps “une exception dont la France doit être fière”. Un “honneur” témoignant selon Quatrefages de “l’initiative intelligente” des professeurs-administrateurs qui avaient su devancer, ou matérialiser, le mouvement “chaque jour plus prononcé qui porte tant d’esprits vers cette étude”1. Cette innovation ne paraît pas vaine, non plus que le sentiment de rupture qu’elle provoqua. Selon les contemporains, une “lacune” devait être comblée, une injustice réparée. Les familiers du Jardin des plantes s’en inquiétaient les années précédentes. En 1853, Paul-Antoine Cap statuait ainsi : “une foule de savants consacrent leurs veilles à des travaux relatifs à l’Homme, et le précepte de Socrate : Connais-toi toi-même, reçoit tous les jours une application plus étendue. Cependant le Muséum semble être demeuré étranger à ce mouvement”2. Et Alphonse Esquiros, six ans auparavant, signalait l’étrangeté et comme le désordre introduit dans l’image inachevée des œuvres de la création : “nous avons au Muséum tout l’univers et toute la création sous nos yeux : les mollusques, les insectes, les crustacés, les reptiles, les oiseaux, les mammifères, s’y montrent avec presque toutes leurs variétés : que manque-t-il donc à cette grande convocation des êtres ? Ce qu’il y manque, peu de choses en vérité, l’homme”3.

FIG. 1 - Quatrefages de Bréau (Jean-Louis, Armand de)1810 - 1892. Héliogravure.

  • 4 “Il est permis d’affirmer que c’est à partir de 1855, avec l’élection de Quatrefages à la chaire d (...)
  • 5 Par exemple Williams (Elizabeth A.), The Science of man : anthropological thought and institutions (...)
  • 6 Verneau (René), “Le Professeur E.-T. Hamy et ses prédécesseurs au Jardin des plantes”, L’Anthropol (...)
  • 7 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 28.

2Les observateurs cités déploraient en fait l’absence d’une galerie d’anthropologie, ouverte au public, qui eût individualisé l’histoire naturelle de l’homme et manifesté la diversité des nations du globe. On aurait tort cependant de conclure hâtivement de ce défaut des collections à la vacance de la chaire4. Nommé dans l’ancien cours d’anatomie humaine en remplacement de Pierre Flourens, Étienne Serres enseignait en effet l’anthropologie dès janvier 1839. Durant les années 1840-1850, il concourait activement, par ses leçons, son travail de terrain et ses initiatives muséales, à organiser le champ d’études dont il avait la responsabilité. Serres ne s’y montra à aucun moment en retrait de l’élan d’intérêt qui portait ses contemporains vers les études ethnologiques. Mais de même que l’œuvre programmatique de Pierre Flourens, titulaire de la chaire de 1832 à 1838, sa contribution demeurera paradoxalement aussi incontestable qu’oubliée. Les historiens de la science de l’homme, à peu d’exceptions près5, conviendront avec René Verneau que “Serres, pas plus que Flourens, ne nous a guère laissé de travaux sur l’histoire naturelle de l’homme”6. De son côté, et sans autre souci de collégialité, Armand de Quatrefages annulera l’autorité réelle de ses prédécesseurs pour inscrire intellectuellement la chaire d’anthropologie dans une généalogie doctrinale prestigieuse que Serres n’eût pas revendiquée : “la science de Buffon, de Blumenbach, de Prichard allait trouver pour la première fois des interprètes officiels”7.

  • 8 Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’Histoire naturelle, op. cit., p. 5 : “Cours d’anatomie et d’histoi (...)
  • 9 Quatrefages (Armand de), “Discours”, Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. II, 1865, (...)

3Ces affirmations, souvent recopiées, sont pareillement douteuses, partiales ou illusoires. Lorsqu’en juin 1856 la presse annonçait l’ouverture du “cours d’anatomie, d’histoire naturelle de l’homme ou d’anthropologie” qu’Armand de Quatrefages devait professer jusqu’à la fin de l’année 1891, l’intitulé du cycle de leçons semblait, par sa longueur inhabituelle, récapituler les vocations changeantes d’un enseignement incertain de son concept comme de son auditoire. À dire vrai, ce titre était emprunté. Serres lui avait donné toute publicité dans les années précédentes8. Il n’est donc pas inutile de renouer les fils d’une continuité souvent occultée. L’histoire de la chaire d’anthropologie porte en effet, dans ses remaniements successifs, la trace des contraintes de politique institutionnelle qui ont provoqué la réorganisation, dès 1832, de la chaire d’anatomie humaine du baron Portal. Elle signale également dans son contenu les filiations théoriques qui, de Cuvier jusqu’à Gall et Edwards, sont comme la marque “philosophique” du Muséum dans les années 1820-1860. En définissant l’anthropologie comme “l’histoire naturelle de l’homme faite mono-graphiquement comme l’entendrait un zoologiste étudiant un animal”9, Quatrefages se proposait un cadre d’études déjà classique, en tout cas pleinement accordé aux réquisits de la nouvelle raciologie de Pierre Flourens, Étienne Serres et William Edwards.

“Cette chaire est utile”

  • 10 “Décret relatif à l’organisation du Jardin national des plantes et du Cabinet d’histoire naturelle (...)
  • 11 “Règlement pour le Muséum national d’Histoire naturelle, présenté par les professeurs et approuvé (...)

4Quatrefages désirait promouvoir l’étude de l’espèce humaine et non l’anatomie descriptive, pathologique ou chirurgicale. Il voulait exposer devant son auditoire une monographie de l’homme où l’“ontologie” et la physiologie feraient part égale avec l’histoire physique des races. Dès 1832, Pierre Flourens avait milité pour une telle réorganisation du programme du cours d’anatomie et il n’avait pas moins que Quatrefages le sens de la “mission” pédagogique particulière du Muséum. À cette date, sa réforme eut d’ailleurs une dimension politique indéniable. Le cours d’anatomie humaine a été créé par la Convention nationale lors de l’organisation du Muséum d’Histoire naturelle de Paris le 10 juin 179310. Il figure parmi les douze chaires d’origine et le 21 septembre 1793 l’article X du chapitre II du règlement interne présenté par les professeurs au Comité d’instruction publique spécifiait ainsi son programme : “le cours de l’anatomie de l’homme qui sera au moins de quarante leçons, aura pour objet de faire connaître l’organisation du corps humain. Le professeur de cette science s’attachera à en perfectionner l’enseignement ; il présentera aux étudiants les découvertes récentes ; il cherchera par des digressions utiles sur l’anatomie comparée, à éclairer la structure de l’homme par celle des animaux”11.

  • 12 Saban (Roger), “Deux anatomistes montpelliérains professeurs au Collège royal de France et au Jard (...)
  • 13 Portal (Antoine), Cours d’anatomie médicale, ou Éléments de l’anatomie de l’homme, Paris : Baudoui (...)
  • 14 À vrai dire, le règlement des professeurs-administrateurs du 21 septembre 1793 assignait au cours (...)
  • 15 Vicq d’Azyr (Félix), Moreau de la Sarthe (Jacques-Louis), Œuvres de Vicq d’Azyr recueillies et pub (...)
  • 16 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Institut de France, Académie royale des sciences, Funérailles de (...)

5De 1793 à 1832, Antoine Portai fut le premier et le seul titulaire de la chaire d’anatomie. Il y fut en réalité reconduit. Nommé en octobre 1778 professeur d’anatomie et de chirurgie aux Écoles du Jardin royal des plantes grâce à la protection de Buffon, il “s’éternisera”, selon le mot plus tardif de Hamy, durant près de cinquante cinq ans dans sa fonction12. Portai, premier médecin de Louis XVIII, devenu baron sous Charles X, était également le successeur d’Antoine Ferrein à la chaire d’anatomie du Collège royal de France. Pionnier de la méthode anatomo-pathologique, il voulait, comme il l’indique dans son Cours d’anatomie médicale publié en 1804, émanciper la médecine de l’empirisme aveugle13. Mais quoique le programme de sa chaire l’y incitât, il ne contribua pas à l’essor de l’anatomie comparée non plus qu’à l’introduction de la “méthode homologique” dans la science de l’homme14. À la différence de ses collègues Cuvier, Geoffroy Saint-Hilaire, de Blainville ou même de Vicq d’Azyr, précurseur sans cesse revendiqué par Flourens, Serres ou Quatrefages15, Portai parut à sa mort, le 23 juillet 1832, illustrer un moment daté et presque périmé de la science de l’organisation. Constatant qu’“à la vérité ses chaires sont restées étrangères aux progrès de l’anatomie générale et philosophique, telles que les ont créées les anatomistes de nos jours”, Étienne Serres exprimait une idée partagée en traçant, dans une nécrologie de circonstance, le programme rénové de l’anthropologie : “c’est à ses successeurs à comprendre leur époque comme notre anatomiste a compris la sienne ; c’est à eux à imprimer à ces cours la direction que réclame l’état présent des sciences qui ont l’homme physique pour objet”16.

  • 17 “Ordonnance qui supprime la chaire d'anatomie humaine au Collège de France, l’"août 1832”, in Beau (...)
  • 18 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, (...)
  • 19 Legée (Georgette), Pierre Flourens, 1794-1867 : physiologiste et historien des sciences, sa place (...)
  • 20 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, (...)

6Encore fallait-il que les cours de Portai fussent maintenus. Le 1er août 1832, une ordonnance de Louis-Philippe supprimait la chaire du Collège de France17. Le 2 août, le ministre des Travaux publics d’Argout notifiait aux professeurs-administrateurs du Muséum qu’il convenait d’examiner “si dans l’état actuel de la science et de l’enseignement”, la chaire d’anatomie humaine gardait son utilité. Le ministre arguait du fait que cet enseignement faisait dorénavant double emploi avec les cours d’anatomie dispensés à l’École de médecine, dans les amphithéâtres de dissection des hôpitaux et à l’École des beaux-arts. Il proposait à l’Assemblée soit de reporter les fonds attribués à la chaire de Portai sur le crédit destiné au matériel de l’établissement, soit de les affecter “à une chaire plus utile qui rentrerait directement dans le but de l’institution du Muséum, comme la physiologie comparée ou toute autre branche d’histoire naturelle”18. La proposition du ministre était un écho à peine voilé d’une demande adressée par Frédéric Cuvier en juillet 1832 à l’administration du Muséum. Ce dernier souhaitait l’institution d’une chaire ayant pour objet “la nature des animaux vivants et leur éducation”, avant-projet de ce qui devait devenir le cours de physiologie comparée créé pour lui, finalement, en décembre 1837. Dans l’immédiat, et sans doute sous l’influence directe du professeur d’anatomie comparée Henri de Blainville qui considérera toujours que cet objet relevait strictement de son magistère, la demande fut déboutée19. Peut-être l’Assemblée vit-elle dans la lettre ministérielle une ingérence politique menaçant son autonomie. Le 6 août 1832, l’Assemblée des professeurs-administrateurs du Muséum décida à l’unanimité que la chaire d’anatomie humaine était “utile” et qu’il n’y aurait “aucun avantage à en changer le titre”. De Blainville fut dans la même séance chargé de rédiger une lettre-réponse au ministre, lettre dont le brouillon figure dans les minutes de la réunion du 7 août20. De Blainville y notifiait la résolution des administrateurs, expliquant que l’anatomie humaine est “réellement le pivot sur lequel roule l’ensemble de l’enseignement zoologique du muséum" : “c’est pour ainsi dire, une mesure préalablement connue, qu'elle pose successivement sur tous les degrés de l’échelle animale”. Il argumenta que dans le cadre de l’établissement, elle devait être “entièrement dégagée de toute application médicale ou chirurgicale”, une réclamation tournée contre Portai qui avait, sous ce rapport, “dérogé à l’exemple donné par Vicq d’Azyr son prédécesseur”. De Blainville fit également valoir que la suppression de la chaire d’anatomie du Collège de France était “douloureuse pour les amis éclairés de la science” et qu’elle le deviendrait plus encore si la même chaire du Muséum “venait aussi à être anéantie et presque simultanément”.

  • 21 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, (...)
  • 22 Ibid., séance du 17 août 1832.
  • 23 Moquin-Tandon (Alfred), Un Naturaliste à Paris sous Louis-Philippe : journal de voyage inédit (183 (...)
  • 24 Ces travaux sont analysés et restitués dans l’histoire de la neurophysiologie par Legée (Georgette (...)

7Le 10 août, le ministère donnait acte de la décision de l’Assemblée et demandait que les professeurs proposent un candidat. Sept anatomistes se présentèrent à leur suffrage, parmi lesquels Pierre Bérard et Pierre-Nicolas Gerdy de la Faculté de médecine, Étienne Serres de l’Hospice de la Pitié et familier du cercle “philosophique” de Geoffroy Saint-Hilaire et Pierre Flourens, membre de l’Académie des sciences depuis 1828, chargé de cours dans la chaire de Portai en 1830-1831 et suppléant de Cuvier en 183121. Le 17 août 1832, l’Assemblée élira Flourens par six voix contre cinq qui se porteront sur la candidature de Serres22. Au témoignage d’Alfred Moquin-Tandon, qui appartenait au réseau d’influence de Geoffroy Saint-Hilaire, il manqua à Serres le bulletin de de Blainville qui vota pour son rival, “sans doute pour avoir un collègue à peu près nul” : “on lui a préféré un homme peu anatomiste, peu savant, qui est arrivé dans une des plus belles chaires de Paris, par le vent de la faveur et par la queue de l’influence de Cuvier. Le grand homme dormait dans la tombe, et son ombre donnait encore des places à ses protégés”23. Le jugement partial de Moquin-Tandon mériterait d’être précisément situé. Flourens était un expérimentateur reconnu et même célèbre pour ses recherches sur les fonctions du système nerveux chez les vertébrés24. Dès sa nomination, il fit du comparatisme zoologique et de la méthode “anatomico-physiologique” les véritables fondements d’une “histoire naturelle de l’espèce humaine”. Sous sa direction de recherche, la chaire de Portai fut sensiblement réorientée. Il en garda le titre, pour les raisons de convenance invoquées par de Blainville, mais il en modifia le contenu d’une manière irréversible.

L’histoire physique de l’homme selon Pierre Flourens (1832-1838)

  • 25 L'ordonnance royale portant nomination de Flourens à la chaire est lue en réunion le 2 octobre 183 (...)
  • 26 “Lettre de M. Flourens à MM. les professeurs du Muséum d’Histoire naturelle, au sujet de sa candid (...)

8Aussitôt assuré du soutien de l’Assemblée25, Flourens publiait en septembre 1832 sa déclaration d’intention dans les Annales des sciences naturelles26. Constatant que, “bornée à elle seule”, l’anatomie de l’homme “n’est qu’une véritable énigme”, il voulait renouer avec l’enseignement de Vicq d’Azyr et faire servir les “lois générales de l’organisation”, mises en évidence par la “zootomie comparative”, à “l’explication des faits particuliers à l’homme”. C’était là une proposition générale qui permettait d’individualiser le cours d’anatomie humaine dans le champ des savoirs naturalistes dispensés au Muséum, entre l’histoire des Mammifères et l’anatomie comparée. Le point de vue se voyait renégocié. Sans égard pour l’anatomie descriptive de l’individu, l’anthropologie nouvelle devenait une histoire du genre humain, dans toutes ses déterminations “physiques” et “morales”. Flourens voulait que cet enseignement contribuât à “remplir un vrai besoin de l’époque, celui de fonder enfin les études philosophiques sur l’anatomie et sur la physiologie”. Une anthropologie générale, mais également différentielle, dépendait de cette appréciation sous la double spécification du rapport de l’organe cérébral à sa fonction et de la race à son “génie”. Car si, comme le remarquait Flourens, “il est peu de mammifères peut-être dont on ne connaisse mieux les habitudes, les mœurs, les diverses races qu’on ne connaît les mœurs et les habitudes des diverses races humaines”, le cours d’anatomie humaine serait, eu égard à l’intelligence de l’homme, le “véritable lieu” où l’on devrait exposer les traits de comportement des animaux et “l’examen raisonné du rapport des organes cérébraux aux fonctions intellectuelles, branche de l’histoire naturelle sur laquelle les travaux de Gall ont répandu un intérêt si particulier, et qui est si digne par elle-même d’un développement suivi”.

FIG. 2 - Flourens (Pierre Marie Jean) 1794 - 1867. Litho par Lemoine.

  • 27 Gall était un ami de Geoffroy Saint-Hilaire qui soutint sa candidature à l’Académie des sciences :(...)
  • 28 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, (...)

9L’administration du Muséum avait anticipé cette direction d’études. Sans être une doctrine officielle, la phrénologie et le système des localisations cérébrales recueillaient les faveurs des professeurs d’anatomie et de zoologie. La collection craniologique rassemblée par Gall fut rachetée à sa veuve pour le Cabinet d’anatomie comparée en 183127. De Blainville en fera état dans sa lettre au ministre d’août 1832, suggérant qu’une acquisition de cet ordre “deviendrait évidemment inutile” avec la disparition de la chaire d’anatomie humaine. La collection de Gall devenait ainsi un enjeu dans une négociation officielle et elle le restera en septembre 1832 quand le docteur Bailly enverra au ministre d’Argout une pétition pour que soit créé un cours de phrénologie au Muséum. La lettre-réponse des professeurs-administrateurs est parfaitement explicite : “il sera répondu à Mr le ministre, 1o) que c’est parce que l’administration est pénétrée depuis longtemps de l’importance de l’étude de la phrénologie qu’elle a sollicité avec insistance l’acquisition de la collection du Dr Gall pour le Muséum. 2o) que le ministre se rappellera sans doute que l’administration consultée par lui dans ces derniers temps sur l’utilité de la chaire de l’anatomie de l’homme au Muséum en émettant l’opinion que cette chaire devait être conservée pour ne pas détruire l’harmonie de l’enseignement de l’histoire naturelle au Muséum, a avancé entr’autres raisons que dans l’état actuel des choses elle regarde comme une des attributions du cours de l’anatomie de l’homme l’exposé des faits positifs qui se rattachent aux recherches du Dr Gall. 3o) qu’il y aurait évidemment un double emploi à créer un cours particulier de phrénologie puisque des leçons sur cet objet font partie intégrante du cours de l’anatomie de l’homme”28.

  • 29 Flourens (Pierre), Examen de la phrénologie, Paris : Paulin, 1842, p. 30 : “toute la doctrine de G (...)
  • 30 Legée (Georgette), “M.J.P Flourens (1794-1867) et Destutt de Tracy (1754-1836)”, Histoire et natur (...)
  • 31 Legée (Georgette), Pierre Flourens..., op. cit., t. II, en part. pp. 413 sq.
  • 32 Lantéri-Laura (Georges), Histoire de la phrénologie : l’homme et son cerveau selon F.-J. Gall, Par (...)
  • 33 “Règlement”, Journal de la Société phrénologique de Paris, t. I, 1832, p. 13.
  • 34 “Messieurs les phrénologues ne trouveront guère une collection plus complète, plus curieuse et mie (...)
  • 35 Cf les remarques de Lantéri-Laura (Georges), Histoire de la phrénologie..., op. cit., p. 116.
  • 36 Flourens (Pierre), Deschamps (Michel H.), Cours sur la génération, l’ovologie et l’embryologie fai (...)
  • 37 Mathiot (Charles), Duvernoy (M.), Lettres inédites de Charles Laurillard à Georges Louis Duvernoy,(...)
  • 38 Flourens (Pierre), Deschamps (Michel H.), Cours sur la génération, l’ovologie et l’embryologie..., (...)

10On pourrait s’étonner que Flourens, connu surtout aujourd’hui pour ses positions philosophiques sur l’unité du moi révélé par le “sens intime” et ses attaques contre la cranioscopie phrénologique, ait prolongé dans son enseignement des doctrines qu’il réprouvait sur un plan métaphysique aussi bien que physiologique29. Néanmoins, Flourens partageait avec Gall une conception innéiste des facultés intellectuelles également accordée à la psychologie sensualiste des Idéologues de la Société d’Auteuil30. En 1815, il avait suivi le cours sur le système nerveux que Gall donnait à l’Athénée médical de Paris et il acceptait avec lui le principe de l’hétérogénéité fonctionnelle des organes encéphaliques. Ses positions anti-phrénologiques se préciseront seulement après 182531. Flourens défendra alors la méthode anatomique de Gall qu’il distinguera radicalement de l’organologie des penchants et de la palpation cranioscopique également aventurées. Dans les années 1830-1840, unitaires et localisationnistes, quoique antagonistes, s’accordaient à reconnaître que Gall était un observateur éminent qui avait su renouveler la description morphologique et physiologique du cerveau. Quand le Muséum acquiert la collection Gall et que Flourens évoque ses recherches dans sa lettre-programme, la phrénologie est en plein essor à Paris32. Le 14 janvier 1831 est fondée la Société phrénologique de Paris, dont le Journal paraît à partir du 1er trimestre 1832. Instituée dans le but de propager la doctrine de Gall, elle devait, selon l’article II de ses statuts, s’occuper “de l’anatomie humaine et comparée du système nerveux en général et du cerveau en particulier, ainsi que de leurs phénomènes physiologiques et pathologiques”33. Cette mode phrénologique s’acheva seulement avec l’avènement du Second Empire. Au Muséum, la salle de “crânologie” du docteur Gall, placée sous la responsabilité d’Henri de Blainville, bénéficia d’un enthousiasme public certain34. Soit par opportunisme, soit par adhésion réfléchie aux intérêts que lui portait l’institution, Flourens lui fera bon accueil dans son programme. La doctrine de Gall tenait sous sa juridiction épistémologique la démonstration des facultés et des dispositions instinctives communes aux Mammifères supérieurs et à l’homme et identifiait dans le substrat encéphalique la condition matérielle de leur exercice. Flourens pouvait dénier aux phrénologues leurs conjectures sur le nombre des penchants comme leur topographie corticale sans rejeter la théorie physiologique sous-jacente non plus que l’éclairage fourni par la psychologie comparée. Il conviendra avec Gall que l’anatomie comparée administre la preuve de “ces rapports croissants et décroissants qui lient l’organisation aux phénomènes fonctionnels”. Elle permettait aussi, et précisément, de mettre en valeur la spécificité de l’homme sur ce fond d’identité préalable35. Comme Flourens le soulignera sous la plume de son aide-naturaliste du Muséum Hyacinthe Deschamps, “on ne comprend donc toute l’importance de la disposition organique de l’homme que par la conformation des animaux”. Et l’auteur de rappeler les découvertes de Daubenton sur la position du trou occipital chez l’homme et dans la série des singes, ou celles de Camper relatives à la détermination de l’intelligence par la mesure de l’angle facial36. C’était là un horizon de sens invoqué par Flourens, qu’indiquaient suffisamment les Leçons d’anatomie comparée de Georges Cuvier. Ainsi, contredisant l’opinion de Moquin-Tandon, Charles Laurillard écrivait dès 1833 à Georges-Louis Duvernoy que “le professeur d’anatomie humaine fait plus d’anatomie comparée que celui qui occupe cette chaire”, en l’occurrence Henri de Blainville37. Flourens y voyait, selon le programme de Haller, Vicq d’Azyr et Cuvier, une “nouvelle ère scientifique créée de nos jours pour éclairer l’anatomie humaine”38. Entre 1832 et 1838, Flourens professa ainsi l’histoire des fonctions de relation (système osseux, musculaire, nerveux) et des fonctions qui ont pour but la conservation individuelle (digestion, nutrition, respiration, circulation). Deschamps publia le cours de 1836 consacré à la génération que Flourens devait continuer en 1837 par l’étude de l’embryologie et des monstruosités.

  • 39 Ibid., p. 1.
  • 40 Blanckaert (Claude), “Buffon and the natural history of man : writing history and the “Foundationa (...)
  • 41 Flourens (Pierre), “Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle de l’homme”, Annales (...)

11Un autre enjeu contribua à l’actualisation de l’enseignement de l’ancienne chaire de Portai. Dorénavant le “point essentiel”, le “but” recherché par Flourens était de populariser auprès d’un public moins confidentiel les éléments d’une synthèse monographique de l’espèce humaine. Deux directions d’études étaient ainsi désignées : “l’anthropologie se partage en deux branches principales, l’une complexe, anatomico-physiologique désormais inséparable, emprunte souvent de vives lumières à la zootomie comparative ; l’autre branche constitue l’histoire naturelle des races humaines”39. En vertu d’une mémoire disciplinaire bien installée, Flourens crédita Buffon d’avoir fondé cette science raciale dans son Histoire naturelle de l’homme de 174940. Mais il nuançait, comme beaucoup de zoologistes, l’apport de l’intendant du Jardin du roi pour mieux faire valoir les découvertes topiques de Pierre Camper, Johann Friedrich Blumenbach et Malpighi. Avec son chapitre sur les “variétés dans l’espèce humaine”, Buffon avait fait “le premier pas important”. Néanmoins, il n’avait pas su devancer, ou même inaugurer, le courant des études anatomiques positives qui contribua à déstabiliser la vieille théorie des climats d’Hippocrate et à donner à l’analytique des races sa pleine diversité. Buffon appartenait, en dépit de cette reconnaissance, à l’ancien régime intellectuel comme son protégé Portal : “faute de caractères anatomiques suffisamment sûrs, Buffon ne parvint pas à la détermination précise de ces variétés ; il admit des passages du nègre au blanc ; il crut que la chaleur du climat était la seule cause de la couleur noire ; et il arriva à cette conclusion, que toutes les différences physiques qui distinguent, actuellement, les variétés de l’espèce humaine n’avaient été, originairement, que l’effet de causes extérieures et accidentelles”41.

  • 42 Sur W. Edwards, voir Blanckaert (Claude), “On the origins of french ethnology : William Edwards an (...)
  • 43 Flourens (Pierre), “Recherches anatomiques sur le corps muqueux ou appareil pigmentai de la peau, (...)
  • 44 Flourens (Pierre), “Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle de l’homme”, art. ci (...)

12Flourens soutenait, de ses verdicts éclairés, la différence originaire des races humaines, conformément aux thèses développées en 1829 par le physiologiste William Edwards dans un essai souvent cité, Des caractères physiologiques des races humaines considérés dans leurs rapports avec l’histoire. Au dire des contemporains, William Edwards avait démontré la permanence des traits physiques et moraux des races et fondé “toute une nouvelle science avec son remarquable mémoire”. Edwards incarnait “une ère nouvelle”42. En 1832, il devint le “pivot” de la première Société anthropologique fondée par le phrénologue Spurzheim et, en 1839, le créateur et le président de la Société ethnologique de Paris. Flourens apporta sa contribution à la raciologie d’Edwards. Quatre Indiens de la tribu des Charruas furent amenés à Paris en 1832. À la mort de l’un d’entre eux, Flourens procéda à une dissection. Il crut découvrir, par une anatomie fine de la peau, une structure particulière située entre le derme et l’épiderme, une “lame continue” composée de plusieurs membranes dont l’une des faces portait le pigmentum responsable de la coloration des indigènes américains. Il retrouva cette disposition complexe dans le “corps muqueux” des Noirs et des Mulâtres et démontra, dans une communication à l’Académie des sciences publiée en 1837, que la race blanche ne possédait pas l’“appareil pigmentai” des races colorées43. L’argument était important. Il semblait décider des affinités de races et d’une ligne de partage séparant les variétés géographiques de l’homme. Dès lors, Flourens fit de la présence ou de l’absence de ce corps muqueux un critère de discrimination des races humaines, un principe de classement ethnologique privilégié qui autorisait à conclure que les Blancs et les Noirs forment “deux races essentiellement et spécifiquement distinctes”. Tout indiquait donc un caractère discret, primitif, fondamental, dont la valeur sémiotique fut exploitée par Flourens en 1838 d’une manière appuyée : les deux races, noire et blanche, “sont distinctes non seulement par un caractère de forme, comme sont les caractères tirés de la conformation du crâne et de la face, elles le sont par un caractère de structure, par un appareil spécial et très compliqué, par un appareil qui existe dans une des deux races et qui manque dans l’autre. Buffon suppose que la couleur noire n’est que l’effet du climat ; il suppose qu'originairement l’homme nègre a pu être blanc. Toutes ces suppositions tombent devant l’anatomie de la peau, mieux connue. L'effet du climat ne va pas jusqu’à donner ou retrancher un appareil”44.

  • 45 Ibid., p. 363.
  • 46 Ibid., pp. 364-365.

13Pareillement, les différences de formes crâniennes cédaient d’importance devant cette exhibition. Elles paraissaient de “second ordre45. Conséquemment, Flourens enseigna l’histoire des races en invalidant les classifications antérieures de Blumenbach, Cuvier et Prichard fondées sur les traits morphologiques macroscopiques. Il détermina “trois races spécifiquement et primordialement distinctes : la race blanche ou caucasique, la race nègre ou éthiopique, et la race rouge ou américaine”, laquelle présentait un appareil pigmentai différencié par sa couleur cuivrée. Flourens put, dans ses cours, rapporter à ces trois types “fixes et déterminés” les observations consignées dans les journaux de voyage des naturalistes et des médecins depuis Forster et François Péron jusqu’aux plus récentes circumnavigations du Pacifique. Il diversifia ainsi la diagnose des types humains en tenant compte des caractères de la tête osseuse, de la saillie des lèvres ou des physionomies, “jusqu’à ces habitudes des peuples sauvages, qu’on peut regarder comme primitives, et par conséquent, comme un effet plus immédiat de l’organisation même de ces peuples”. Il assura toutefois le privilège exclusif des “caractères anatomiques” et négligea délibérément la valeur indicielle des faits de distribution linguistique ou culturelle46. Sur la base des premières collections craniologiques du Cabinet d’anatomie comparée du Muséum, il établit une dizaine de sous-divisions raciales, réservant à l’avenir de déterminer si la race jaune figurait ou non au nombre des races “primitives”.

14Trois conclusions méritent d’être tirées de cette rapide présentation. Fa première concerne l’officialisation d’un genre technique nouveau au Muséum, à savoir l’histoire naturelle de l’homme. Fa seconde, son orientation doctrinale ; la troisième, son devenir institutionnel.

  • 47 Je dis régulier, car l’histoire naturelle de l’homme figurait de manière épisodique au titre des c (...)
  • 48 Ce mouvement est bien sûr international et il conviendrait d’évoquer les œuvres de J.F. Blumenbach (...)
  • 49 Flourens (Pierre), “Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle de l’homme”, art. ci (...)

15En premier lieu, avec la nomination de Flourens, l’histoire de l’homme, dans ses versions naturaliste et classificatoire les plus réductrices, fut l’objet d’un enseignement régulier au Muséum47. Flourens infléchit résolument le cours d’anatomie humaine dans un contexte d’études que le concept d’ethnologie devait bientôt résumer et qui, aux mêmes dates, trouvait accueil dans une série de publications importantes de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, Pierre-Nicolas Gerdy, Pierre-Paul Broc, William Edwards, etc.48. Cet infléchissement était en parfait accord avec les présupposés comparatistes et essentialistes de la raciologie contemporaine, qui paraissaient seuls capables de réguler et d’ordonner la diversité déconcertante du phénomène humain révélée par les voyageurs. Flourens en fit un enjeu didactique explicite : “je me suis donc proposé dans mes leçons trois principaux objets : le premier, de chercher les caractères anatomiques qui distinguent les races humaines les unes des autres ; le second, de suivre les modifications qu’éprouvent ces caractères dans les filiations de ces races, depuis la race primitive jusqu’à la sous-race, et de la sous-race jusque dans les tribus ou familles qui en dérivent ; et le troisième, de remonter jusqu’aux lois particulières qui président à la distribution des divers rameaux de l’espèce humaine sur les différents points de la surface du globe. L'étude de ces trois parties de l’histoire physique de l’homme a fait le sujet de mes leçons pendant ces dernières années”49.

  • 50 Ibid., p. 366. Voir également Flourens (Pierre), Histoire des travaux et des idées de Buffon, 2eme(...)
  • 51 Topinard (Paul), Éléments d’anthropologie générale, Paris : Delahaye et Lecrosnier, 1885, p. 78.
  • 52 “Ce n’est ni le crâne, ni la peau qui constituent l’homme. Ce qui fait notre essence, ce qui est n (...)
  • 53 Par ex. Salles (Eusèbe-François de). Histoire générale des races humaines, ou Philosophie ethnogra (...)

16La seconde conclusion est que Flourens a, durant ses études, conclu à l’unité de l’espèce humaine. Il verra en 1838 cette grande vérité surgir “de tous les faits acquis” sur l’histoire naturelle de l’homme50. Mais il n’en contribua pas moins directement à étayer la thèse adverse. À la fin du siècle, Paul Topinard a avancé l’idée que l’école anthropologique du Muséum se singularisa, dans la continuité de Cuvier, par sa vocation monogéniste. Le Muséum serait donc, à une époque de polygénisme dominant, le seul lieu institutionnel majeur où perdureraient des options unitaires51. Néanmoins, la crainte du transformisme lamarckien et la commande fixiste de la raciologie conjuguèrent leurs raisons pour ruiner, chez Cuvier comme chez son disciple Flourens, l’étiologie dégénérationniste qui soutenait la tradition monogéniste classique. Cuvier et Flourens n’ont pas seulement déstabilisé le paradigme climatique et dégénérationniste popularisé encore, après Blumenbach, par Prichard et ses émules. Ils l’ont véritablement ignoré en se détournant de toute perspective sur l’origine des races humaines. Dans les années 1830, le monogénisme de Flourens reste donc nominal. Ses écrits, sur ce point, n’évoluèrent sensiblement qu’au terme d’une conversion spiritualiste plus tardive52. Comme Cuvier, Flourens achoppa à penser la dimension temporelle de l’ethnogenèse. Les deux auteurs refusèrent de “donner cette tête à ce corps” et leur positivisme, assimilé à un ralliement discret au polygénisme, fut condamné par les commentateurs d’obédience traditionaliste53.

  • 54 Eichthal (Gustave d’), Urbain (Ismayl), Lettres sur la race noire et la race blanche, Paris : Paul (...)

17Deux choses restent sûres. D’une part, l’ambiguïté lexicale de Flourens desservait ses conclusions présumées. Quand il parlait des races primitives et spécifiquement distinctes, il donnait carrière à un imaginaire polygéniste. “Primitif’ équivalait, en bonne étymologie, à “originel” et renvoyait à la pluralité des premiers hommes. D’autre part, les considérations anatomiques sur l’appareil muqueux présent dans certaines races, absent chez d’autres, furent rapidement annexées à l’argumentaire polygéniste. On y vit une “différence constitutionnelle et radicale”, une forme signalétique préparant, comme le voulait Flourens, “l’alliance de la zoologie avec l’histoire”54.

18La dernière conclusion est relative à l’institutionnalisation de l’anthropologie. Flourens occupa la chaire d’anatomie humaine durant six ans. Entre temps, beaucoup de choses changèrent. Il devint secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences en 1833. Le Muséum passait en octobre 1832 sous la tutelle du Ministère de l’Instruction publique et en décembre 1837, sur proposition du ministre Salvandy, l’Assemblée du Muséum acceptait, contre l’avis de de Blainville, la création d’un cours nouveau de physiologie comparée. Frédéric Cuvier, nommé à la chaire, mourut en avril 1838 sans avoir exercé et, en novembre de la même année, Pierre Flourens permutait et devenait professeur de physiologie comparée. La vacance de la chaire d’anatomie humaine lui permit d’imprimer une dernière fois sa marque personnelle sur les destinées d’un cours qu’il abandonnait. Le 13 novembre 1838, en séance de l’Assemblée des professeurs-administrateurs, Flourens demandait la modification officielle du titre et du programme de l’ancien cours d’anatomie humaine de 1793. L'Assemblée adopta la réorganisation de la chaire “d’anatomie et d’histoire naturelle de l’homme” et Flourens fut chargé d’élaborer de nouveaux statuts.

  • 55 Minutes et procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d'Histoire naturelle (Archives (...)
  • 56 Flourens (Pierre), “Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle de l’homme”, art. ci (...)
  • 57 “Ordonnance qui modifie le titre de la chaire d’anatomie humaine du Muséum d’Histoire naturelle, 3 (...)

19Il rappela à cette occasion que dès la deuxième année de son exercice, il avait, avec le consentement des professeurs, déjà donné ce titre à son programme d’enseignement. Le nouveau titulaire serait chargé d’exposer, pour partie de ses leçons, l’histoire des races telle que Flourens l’avait promue et tenu d’accroître la collection anthropologique dorénavant rattachée à la chaire55. Le programme ainsi rénové fut publié dans les Annales des sciences naturelles et Flourens, d’une manière toute rhétorique, y fit valoir la nécessité “de voir combler la lacune qu’offre l'histoire particulière de l’homme, au milieu des progrès rapides de toutes les autres branches de l’histoire naturelle générale”56. L'ordonnance du ministre Salvandy du 3 décembre 1838 qui transformait la destination de la chaire fit pareillement état des vœux de Flourens et des raisons de ce changement souhaité par les professeurs57.

  • 58 Lettre de P. Bérard, minutes et procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire (...)
  • 59 Il était à l’Académie le candidat unique de la section d’anatomie et zoologie. Cf. Comptes rendus (...)

20Quatre candidats se déclarèrent, Serres, Bourgery, Bérard et peut-être Gerdy. Par une lettre du 20 novembre, Pierre Bérard, professeur à la Faculté de médecine, annonçait qu’il se retirait “devant des manifestations qui ne m’ont laissé aucun doute sur le parti pris par la majorité de M.M. les professeurs du Muséum”58. Étienne Serres fut élu à l’unanimité candidat officiel du Muséum et reçut les suffrages de l’Académie des sciences59. Sa nomination officielle intervint le 10 janvier 1839. Il fut professeur d’anthropologie jusqu’à la mort de Georges-Louis Duvernoy, titulaire de la chaire d’anatomie comparée auquel il succéda en 1855.

E.-R.-A. Serres, de l’anatomie transcendante à la science du Règne humain (1839-1855)

  • 60 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., pp. 29, 58 et 59.
  • 61 Hamy (Ernest Théodore), “Vie et travaux de M. de Quatrefages”, in Quatrefages (Armand de), Les Ému (...)

21Tout suggère, dans la littérature ultérieure, qu’une fois encore le caractère des études transmis par Flourens sombra en déshérence durant quinze ans. Comme ce fut le cas avec Portai, Serres paraîtra un savant exclusif, portant les seuls intérêts de l’anatomie “philosophique” et romantique qui lui valut le soutien et l’estime de la famille Geoffroy Saint-Hilaire. Les publications de Flourens et celles de Serres sur l’histoire naturelle de l’homme ont été “très peu nombreuses” notera Quatrefages60. Ernest Théodore Hamy, succédant à Quatrefages, enchérit dans le registre critique. Serres faisait en chaire des leçons, “enlevées avec verve, souvent ingénieuses, toujours pittoresques, parfois bizarres, mais dans lesquelles l’anthropologie, telle que nous la comprenons maintenant, n’avait habituellement qu’une place très secondaire”61.

FIG. 3 - Serres (Étienne Renaud Augustin) 1786 - 1868.

22Romantique, voire “bizarre”, Serres le fut sans doute. Néanmoins les quinze années du magistère de Serres furent déterminantes pour l’orientation plus tardive de la chaire et l’on ne saurait y voir le temps de latence suggéré par les auteurs plus tardifs. Serres, en effet, fait montre d’originalité. Dans le cadre d’une raciologie fixiste, il introduit l’élément du progrès organique et il fut, avant Isidore Geoffroy Saint-Hilaire ou Quatrefages, le premier professeur du Muséum à rassembler les éléments de preuves favorables à l’existence de l’homme fossile. Sous l’hypothèse taxinomique d’un quatrième règne de la nature, le “règne humain”, il assura l'autonomie de la science anthropologique, de son projet cognitif comme de son domaine d’objets, hypothèse habituellement associée au nom de Quatrefages. Enfin il emprunta à la littérature de l’époque, scientifique ou non, la matrice d’un système palingénésique qui prétendait conclure dialectiquement la lutte d’influence où s’affrontaient les monogénistes traditionnels et les polygénistes. L'anthropologie ainsi reconstruite n’a, d’évidence, plus aucun lien direct avec la science de l’homme du XXème siècle. Mais Serres joua un rôle actif dans l’élaboration conceptuelle de l’ethnologie raciale et de la paléontologie humaine. Ses “bizarreries” figurent encore, dans l’histoire des idées, comme un moment clé de la transformation du regard et de l’interrogation philosophique de l’homme sur lui-même.

  • 62 Sur l’anatomie transcendante, cf. Russell (Edward Stuart), Form and function : a contribution to t (...)
  • 63 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante, principes d’embryogénie, de zoo (...)

23Théoricien du développement et de l’épigenèse, Serres est avant tout un anatomiste célèbre dès les années 1820 pour ses recherches sur le cerveau des vertébrés. Il reste aujourd’hui connu des historiens comme un doctrinaire tardif de la philosophie “transcendante”, fondée sur le principe de l’unité de la nature vivante et la théorie des analogues62. Allié d’Étienne et d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, il poursuivit avec eux l’ambition d’une vaste synthèse des sciences morphologiques groupant l’anatomie comparative, l’embryologie, la tératologie, la paléontologie et l’anthropologie. L’homme est défini par Serres comme “l’étalon des sciences organiques”, une sorte d’abrégé du règne animal dont il récapitule les enchaînements gradués dans ses phases embryonnaires. Montrant que les animaux d’une classe moins élevée sont comme des embryons permanents des êtres supérieurs, Serres juge réciproquement que les êtres supérieurs reproduisent transitoirement, dans leur propre évolution, les formes fixes, définitives, des organismes inférieurs. Le fœtus du vertébré prend ainsi, successivement, des caractères permanents des Poissons, des Reptiles, etc. D’où ces deux propositions régulatrices : l'ontogenèse humaine est la clé d’interprétation des transformations de l’organisation animale ; la division des classes et des espèces dans l’échelle de l’Être s’explique, comme on l’observe en embryologie ou en tératologie, par un processus unique : les inégalités de développement et les “arrêts de formation”. Par là l’étude de l’homme redevient, dans la dignité de son objet, ce qu’en disait de Blainville en 1832, à savoir le “pivot sur lequel roule l’ensemble de l’enseignement zoologique du Muséum”. Serres rendit cette réclamation manifeste : “en traçant d’une main hardie le programme de la chaire d’anatomie humaine au Muséum, Vicq-d’Azyr a dit qu’il fallait l’éclairer par l’anatomie comparée. Aujourd’hui les progrès de l’anthropogénie nous permettent de retourner cette proposition, et de dire à notre tour que l’organogénie humaine doit éclairer l’étude de l’anatomie comparée, en rendant compte par ses temps d’arrêt des variations organiques qui se manifestent chez les animaux”63.

  • 64 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Anthropologie : résumé des leçons sur l’embryogénie anthropolog (...)
  • 65 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., pp. 827 sq.
  • 66 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Philosophie anthropologique”, cahier relié, [s.d.], (Bibliothèq (...)

24Serres y voit la base d’une “embryogénie anthropologique” et la matrice d’explication de la variété de la “famille humaine”64. L’unité de plan révélée dans le monde animal le conduit à admettre une série hiérarchique de systèmes organiques, une chaîne de complexité croissante considérée métaphoriquement comme un être unique dont l’homme figure l’actualisation et l’achèvement65. Envisagé dans le cadre de la nouvelle science anthropologique, l’homme paraît aussi, par la prééminence de sa forme et de ses organes, le dépassement absolu et comme la finalité historique de toute la création66.

  • 67 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 404.
  • 68 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Histoire générale des règnes organiques principalement étudiée c (...)
  • 69 Ibid., pp. 40 sq.
  • 70 Ibid., p. 188.
  • 71 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., pp. 404-408, note (...)
  • 72 Ibid., p. 405. Je souligne.
  • 73 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction publ (...)
  • 74 Il dira néanmoins en 1859 que “la venue de l’homme sur la terre paraît constituer un phénomène à p (...)
  • 75 Blanckaert (Claude), “Le Trou occipital...”, art. cit., en part. pp. 255-264.
  • 76 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Histoire naturelle générale des régnes organiques..., op. cit., (...)
  • 77 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., pp. 762 sq.
  • 78 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Leçons sur les métamorphoses embryonnaires dans les deux embran (...)
  • 79 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 771 et “Philoso (...)
  • 80 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 764.

25En effet, la succession graduée des espèces animales fossiles devait elle-même témoigner, selon Serres, de l’unité du processus “métamorphogénique” dans la longue durée de la nature et rendre raison des “harmonies admirables” par lesquelles “tout est combiné à travers les siècles, pour préparer sur la terre l’avènement de la grande figure humaine qui, à elle seule, constitue dans la nature un règne à part, le règne humain”67. Cette notion de “règne humain”, qui désigne la suprématie de fait et de droit de l’espèce humaine sur les animaux inférieurs, n’est ni claire ni distincte, faute d’élaboration. Elle doit nous retenir cependant car Serres en fit la base de son argumentation anthropologique et Isidore Geoffroy Saint-Hilaire lui rendit bientôt justice pour l’avoir promue : “son enseignement si justement renommé sur l’histoire naturelle de l’homme, enfin séparée de celle des animaux, a répandu et presque popularisé parmi nous le règne humain68. Ce concept n’était pas tout à fait inédit. Il a été antérieurement forgé par une série d’auteurs d’obédience spiritualiste sous des épithètes diverses, depuis le “règne moral” de Barbançois et le “règne hominal” de Fabre d’Olivet jusqu’au “règne social” de l’abbé Maupied, collaborateur d’Henri de Blainville. Au Muséum, après la fronde anti-linnéenne de Louis Daubenton, l’école dite “philosophique” refusa également que l’homme fût assigné à l’ordre des Primates, ou maintenu dans les cadres simples de la nomenclature zoologique69. Créant deux ordres distincts pour dissocier l’homme des Singes, l’ordre des bimanes et l’ordre des quadrumanes, Blumenbach, Cuvier et leurs émules seront accusés de confondre encore l’homme avec l’animal et de réduire à l’unique, par une “transaction impossible”, deux niveaux de réalité incommensurables70. Serres voyait dans cette “anthropozoïdie” un assujettissement condamnable de l’anatomie à la zoologie. Elle lui sembla doublement coupable : d’une part, elle donnait carrière aux hypothèses transformistes de Lamarck selon lesquelles l’homme “sortait” du singe et n’occupait, au tableau des espèces, qu’une “toute petite case” au-dessus de lui. D’autre part, elle encourageait le polygénisme dans ses formes les plus réductrices et menait, de là, à la consécration scientifique de l’esclavage des Noirs71. L'affirmation d’un véritable “règne humain”, authentifiant le hiatus dans la série des êtres et l’insularité de notre espèce dans la nature, avait maintenant une valeur indistinctement heuristique et morale. Non sans ambiguïté, Serres parla à son propos d’une “réhabilitation scientifique de la dignité humaine”72. L’étude positive des races humaines prenait alors d’autres connotations et son programme s’en trouvait changé : “l’anthropologie détermine les conditions physiques qui séparent l’homme de l’animalité, en ramenant la diversité des races à leur unité primitive”73. Nonobstant le rôle critique qui était désormais conféré à l’anthropologie, Serres ne chercha pas à différencier l’homme par les traits de sa culture, de sa moralité ou de sa religion. Ces caractères eurent la faveur plus tardive d’Armand de Quatrefages ; Serres les ignorait74. Suivant la leçon anatomique de Daubenton75, il faisait de la rectitude ou de la station bipède la condition exclusive de l'émergence de l’homme, la marque matérielle de la différence de son règne et un moyen de classement systématique de ses races76. La bipédie résume l’homme, comme l’homme résume l’animalité avant que son évolution individuelle ne l’en éloigne. L'attitude normale du corps tient sous sa dépendance tous les autres faits physiques qui fondent l’exception humaine. Mobilisant le principe des corrélations des parties de Cuvier, Serres montra que l’organisation distinctive de l’homme dépend de ses dispositions embryonnaires et que les organes entrent tous en synergie pour confirmer, dès l’enfance, cette singularité. C’est là l’effet d’une combinatoire d’éléments que Serres se proposa de déchiffrer comme s’il s’agissait d’une énigme. Partant des mêmes présupposés, Daubenton avait vu dans la position médiane du grand trou occipital l’indice tangible de l’homme, le fondement physique de ses prérogatives intellectuelles et métaphysiques. Sans mésestimer l’enseignement de l’anatomie comparée, Serres chercha un “signe extérieur représentatif de cette élévation de l’homme” qui soit à la fois une “mesure physique du degré de supériorité ou d’abaissement relatif des diverses races” et un trait véritablement organogénique, ayant son siège “dans les racines mêmes de la vie de l’embryon”, c’est-à-dire variable et mobile selon les temps de son développement77. Il le trouva dans les “degrés d’ascension de l’ombilic” qui commandent et traduisent, d’une expression toute mécanique, la taille du foie et des viscères abdominales et, par contiguïté directe, la structure du bassin. Toute l’organisation particulière de l’homme, depuis la charpente du thorax jusqu’à la projection de la face, se subordonne ainsi à ce “nœud vital de l’embryon” dont la hauteur abdominale varie en fonction de l’évolution individuelle. Serres est convaincu que l’homme blanc caucasien est “le chef d’œuvre de la Création”, position évolutive cardinale qui le situe à l’extrême opposé de l’animalité. D’où la possibilité d’interpréter comme autant de moments ontogénétiques les autres types raciaux78. “Il n’y a qu’un homme”, remarque Serres, dont les variétés “ne constituent que des degrés de développement”79 ou, selon la formule transcendante, des “arrêts de formation”. “En appliquant aux trois races primordiales du règne humain ces degrés d’ascension de l’ombilic, il nous a paru que, chez la race éthiopique, il n’atteignait que l’élévation qu’il présente au début de l’adolescence chez la race caucasique ; que, chez la race mongolique, il s’élevait un peu plus haut, et qu’enfin il atteignait sa dernière limite chez la race blanche ou caucasique”80.

  • 81 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction publ (...)
  • 82 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 770.
  • 83 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., p. 120.
  • 84 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines. Cahier II : “Existence de l’homme (...)

26Dès lors ce caractère, “tout spécial à l’anthropologie” puisque intimement lié à la bipédie, devient, sous la plume de Serres, un objet d’investigation offert à l’attention des voyageurs. Serres leur réclame, pour le Muséum, des moulages des bustes et des abdomens censés manifester, avec l’élévation du foie, la situation respective des races étudiées81. Dans son enseignement, le professeur d’anthropologie montrera que de la connexion des parties dépend l’harmonie de l’organisme humain : “tout marche, tout s’arrête simultanément dans cette belle œuvre de la création humaine”82. Certaines races persistent selon lui, d’une manière toute anachronique, comme si elles représentaient des époques juvéniles, voire fœtales, dépassées par la race caucasienne : “M. Serres démontre que le Nègre adulte conserve le plus grand nombre des particularités d’organisation qui se retrouvent dans le fœtus de la race Européenne”83. Les grands types distincts de l'humanité, noir et jaune, sont décrits par Serres comme des Blancs inachevés, demeurés en deçà de la maturité physique et intellectuelle, comme au seuil de leur propre histoire blanche. C’est à un état d’infantilisme prolongé qu’il subordonne leur différenciation épigénétique, constat qui s’entend particulièrement de la tête osseuse et de l’organe de l’intelligence84.

27Serres admet l’existence de races “complètes” et de races “incomplètes”, autrement nommées races “anormales”. En réalité, la revendication de l’existence d’un “règne humain” n’implique chez lui ni préalable humaniste, ni absence de hiérarchie des races humaines. Sa perspective reste naturaliste. Née dans le sillage des études tératologiques des Geoffroy Saint-Hilaire sur les monstres “par défaut”, elle en parait l’application ou le prolongement. L’“anthropogénie” de Serres est donc l’une des expressions des écoles concurrentes du Muséum. Le règne humain doit s’entendre, sous ce registre, comme la puissance la plus haute d’une force qui anime la nature entière et dont l’impulsion varie dans sa quantité selon les types animaux et humains. C’est pourquoi l’homme seul a la capacité de résumer progressivement le monde animal avant d’accéder à l’ordre inédit de son genre. En retour, et quoique apparemment installées dans la plénitude et l’unité de leur règne, certaines variétés des races humaines peuvent en troubler les limites infranchissables. Si Serres récuse l’humanisation du singe, il n’en cautionne pas moins de ses lectures anatomiques la déshumanisation des peuples de couleur.

  • 85 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)
  • 86 Pucheran (Jacques), Considérations anatomiques sur les formes de la tête osseuse dans les races hu (...)
  • 87 Voir également Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines : cours de M. Serres”, Revue (...)
  • 88 Pucheran (Jacques), Considérations anatomiques..., op. cit., p. 5, note 1.
  • 89 Cette ambiguïté sera relevée par le monogéniste chrétien, Salles (Eusèbe-François de), Histoire gé (...)
  • 90 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction publ (...)
  • 91 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, cahier X (...)

28Contrairement à ce qu’indiquent les témoignages ultérieurs, Serres n’a nullement négligé la raciologie “positive”. Même s’il parut tourné après 1850 vers les plus hautes considérations philosophiques, il écrit que la détermination des “types primordiaux” de l’humanité est la “clef de l’anthropologie”85. On ignore partiellement le contenu de ses premiers cours au Muséum, sinon par des manuscrits non datés et quelques textes de circonstance. Toutefois, son fils adoptif, Jacques Pucheran, se fit l’écho et le vulgarisateur des leçons de décembre 1840 consacrées à la “crâniotomie comparée des races”86. Serres y démontrait que les races non-caucasiennes se distribuaient anatomiquement selon deux types crâniens dont l’un reproduisait la forme “globuleuse” du nouveau-né de race blanche et l’autre semblait régresser vers la forme “allongée”, caractéristique des “mammifères inférieurs”. Pucheran ajoutait que cette “dégradation” témoignait de “tendances animales” et qu’elle se combinait physiologiquement avec l’extension croissante “des puissances destinées à l’exécution des fonctions masticatrices” ou des fonctions sensorielles. Il faisait état de l’existence d’un antagonisme entre le développement de l’appareil facial et celui du crâne cérébral pour rabaisser les capacités intellectuelles des races exotiques. Pour Serres, comme pour beaucoup d’ethnologues contemporains, la nature humaine, qu’il avait l’ambition de réhabiliter, reste strictement conditionnelle et presque mesurée en coordonnées mathématiques87. Le “règne humain” qualifie d’abord la marche idéale de la race caucasique au rebours de toute considération philanthropique sur le destin historique des peuples “arrêtés”, autrement dit “abaissés”. Le texte de Pucheran, revendiqué par Serres et comme écrit sous sa dictée, confond strictement la norme (embryologique) et la valeur de l’homme, la loi du genre humain et le fait empirique de sa diversité. On sait par Pucheran lui-même que Serres dut protester d’avance “contre l’intention qu’on aurait pu lui supposer de vouloir justifier l’esclavage auquel sont soumis les malheureux nègres”88. À une époque où les positions d’écoles se déterminent souvent sur des nuances, Serres se maintient à égale distance des thèses monogénistes et polygénistes89. S’il affirme l’unité abstraite de l’homme, il croit, dans les années 1840, à la fixité et à la permanence des races selon l’axiome ethnologique popularisé par William Edwards. Serres définit l’ethnologie comme l’étude des “relations des différentes races, leur filiation, leur dissémination et leur mélange sur la surface du globe”90. Il en fit l’objet d’un long cours non daté, inauguré dans des conférences faites à l’Institution de Plymouth entre 1832 et 183791, qui constituèrent ses “Leçons sur les races humaines” conservées dans les archives du Muséum d’Histoire naturelle.

  • 92 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)
  • 93 Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 161 et Hamilton-Smith cité d (...)
  • 94 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, vol. Il, (...)

29Au plus fort de la controverse d’origine qui opposait les partisans de l’unité de l’homme aux tenants de sa diversité d’espèces, Serres professe une opinion dilatoire. Il concède l’existence de “tiges typiques” héréditaires et, comme Flourens avant lui, il refuse d’associer leur origine à la loi de dégénération climatique. Toutefois, eu égard aux croisements féconds avérés entre les races, la question demeure ouverte qu’elles appartiennent à une seule espèce. En fait, Serres reproche aux polygénistes de multiplier inutilement le nombre de souches primitives et aux monogénistes de postuler l’unité de création dans un couple adamique primordial. Conformément à la “méthode analogique” des “anthropologistes”, il conclut qu’en bonne philosophie transcendante l’unité de structure du règne humain n’implique pas la parenté généalogique92. Les trois “types primordiaux”, caucasique, mongolique et éthiopique, peuvent avoir pris naissance en divers points de l’espace et peut-être en divers temps, les races “inférieures” précédant les races “supérieures” qui les supplanteront. Commentateurs de Serres, Esquiros et Hamilton-Smith ont donné à cette dernière option une forme plus péremptoire93, mais le cours manuscrit laisse encore libre choix entre toutes les alternatives : “les faits montrent, sinon une succession de créations distinctes de formes humaines, au moins la probabilité que leurs différents caractères sont d’une date plus ancienne que celle du grand cataclysme qui eut lieu sur la surface de la terre ; car les dates chronologiques admises ne donnent pas une période suffisante de durée entre cet événement et les plus vieilles sculptures de l’Égypte, pour sanctionner la transition du type Caucasien barbu, au type Nègre crépu ou vice versa, comme on les voit tous deux sur les monuments”94.

  • 95 Ibid., p. 8. Cf. p. 10 : “la race Caucasienne ne peut pas se multiplier dans le centre de l’existe (...)
  • 96 Ibid., no  153, cahier IV : “Pays habités primitivement par l’homme, ou position des races typique (...)
  • 97 Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 161 s’en fera l’écho en 1845 (...)
  • 98 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, cahier I (...)

30La même précaution d’expression s’observe chez Serres lorsqu’il traite des questions de biogéographie raciale. Affirmant d’une part que les habitats actuels des types de l’humanité représentent, dans l’économie climatique du globe, des zones de viabilité caractérisées et exclusives95 et, d’autre part, que le genre humain “paraît être parti du voisinage d’un centre commun” situé dans les hauts plateaux asiatiques d’où il rayonna par voie migratoire, Serres tenait à une distance d’examen égale les hypothèses adverses qui divisaient les anthropologues96. La première rappelait la doctrine polygéniste des “centres de création” multiples ; la seconde ralliait les conjectures les plus orthodoxes des monogénistes sur l’origine orientale du genre humain. Mais Serres ne paraît pas seulement être un théoricien de l’entre-deux. Il inscrit dorénavant l’histoire humaine dans la trame temporelle de la géologie catastrophiste de Cuvier et admet que l’homme fut le contemporain d’un ordre de création révolu puis du Déluge universel. Par là, la question d’origine devenait presque insoluble, dans ses termes contradictoires. Dès les années 184097, devançant la publication par Boucher de Perthes des Antiquités celtiques et antédiluviennes (1847) et leur célébration en 1859, Serres enseignait au Muséum la doctrine de l’homme fossile et l'antiquité de son apparition. La première “Leçon sur les races humaines”, intitulée “Os humains parmi les restes organiques” reconnaît exhaustivement les découvertes publiées en France, en Europe, à la Guadeloupe ou au Brésil, depuis le début du siècle, démontrant la coexistence de l’homme et des espèces de Mammifères éteints. Outre cet accord critique avec des thèses controversées et même officiellement récusées par les porte-parole de l’école cuviériste, Serres en tirait l’évidence que des “races nombreuses de plusieurs formes d’Homme” s’étaient “entièrement éteintes”. Certaines de ces races disparues, présentées sous le titre générique d'anormales, avaient alimenté le folklore et la mémoire mythologique de leurs successeurs sous la forme des Géants et des Nains, les premiers distingués par leur “férocité brutale”, les seconds leur étant soumis. Les Géants et les Nains paraissent avoir été cosmopolites. Les Nains et d’autres “tribus anormales” subsistent encore à l’état de vestiges dans ces populations “basanées, avec des cheveux noirs et des yeux noirs” refoulées dans les terres inhospitalières du Nord, dans les montagnes ou les centres insulaires. Serres les retrouvent chez les Lapons, les Ostiaks, les Basques, mais aussi bien chez les Védas de Ceylan ou les tribus troglodytiques d’Afrique et d’Asie. Un autre de ces peuplements antédiluviens, contemporain des espèces disparues, est également longuement mentionné : il s’agit des “Flatheads” d’Amérique du Sud présentant des traits crâniens si singuliers qu’ils paraissaient d’une origine spécifiquement séparée98.

  • 99 Blanckaert (Claude), “L’Indice céphalique et l’ethnogénie européenne : A. Retzius, P. Broca, F Pru (...)
  • 100 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)

31En accord avec les ethnologues Scandinaves99, Serres pense que la distribution géographique des peuples témoigne d’une lutte de races puis d’une substitution physique des moins doués par les mieux doués. L'évolution locale des industries procède du même mécanisme, que des métissages précipitent le progrès des races stationnaires ou sauvages, ou qu’elles soient supplantées physiquement ou refoulées par des envahisseurs. Les Leçons ethnologiques de Serres, sensiblement oubliées par ses remplaçants à la chaire d’anthropologie, devaient faire l’objet d’une publication. Les douze cahiers conservés forment autant de chapitres d’un “livre”, présenté comme tel, qui restera inédit. À partir de la 5ème leçon, le professeur étudiait les caractères physiques, moraux et religieux des “formes typiques et sous typiques de l’Homme”, leurs filiations et migrations dans une tradition naturaliste et moralisante classique depuis Buffon. Relativement à ce canon de l’histoire naturelle de l’homme, le cours de Serres ne manque ni de systématisation ni de contenu documentaire. Il est inutile de revenir sur le détail de l’entreprise et ses limites actuelles. Mais il reste instructif d’en résumer la philosophie d’ensemble parce que Serres modifia certaines de ses vues après 1850. D’une part, dans les années 1840, Serres affirme l’immutabilité des races. Les races “incomplètes” ou “abaissées” sont parfaites dans leur nature, ou “achevées dans leur imperfection” (Esquiros), au même titre que les classes animales. D’autre part, les caractères physiques et “moraux” se correspondent. L'organe répond de la fonction. Il y a donc, de nature, des races “supérieures” et des races “inférieures” : “l’analyse philosophique de l’intelligence des peuples se lie et se coordonne avec l’analyse anatomique des caractères qui les distinguent”100.

  • 101 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, cahier I (...)
  • 102 Ibid., no  153, III, pp. 13-14.

32Par ailleurs, la civilisation progressive n’est pas un caractère de race mais une prérogative du règne humain tout entier. La “routine héréditaire” contredit la marche ascendante de l’humanité, même chez les Caucasiens éduqués. Les peuples se perfectionnent seulement par le mélange des races et le choc des hérédités. Ainsi, “aucun peuple des races typiques ne peut arriver à une existence sociale progressive, sans le mélange d’une ou de plusieurs branches des nations homogènes des types barbus et sans barbe”101. Si la tige mongole paraît stationnaire, la raison en incombe aux pratiques endogamiques. Serres réprouve les mariages croisés des mêmes familles qui, en Europe même, favorisent les tares dégénérescentes et avance, à titre contradictoire, que le croisement constant des sangs celtique et teutonique est “peut-être la cause principale [ajoutons organique] de la civilisation progressive et avancée de l’Europe du Sud et de l’Ouest”102.

  • 103 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)
  • 104 Broca (Paul), “Recherches sur l'hybridité animale en général et sur l’hybridité humaine en particu (...)
  • 105 Lacroix (Frédéric), “Les Esclaves de la France et les Nègres libres de l’Angleterre”, La Revue ind (...)
  • 106 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, cahier I (...)
  • 107 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)

33Enfin, la nature veut l’élévation de l’homme et les organes sexuels des différentes races conspirent, selon Serres, à cette vocation de la Création. Non sans prohibition. Serres explique ainsi, dès 1841, que l’union de l’homme noir avec la femme blanche est antipathique, douloureuse et le plus souvent stérile, alors que l’union de l’homme blanc avec la femme noire est, selon les mots d’Esquiros, “facile, sympathique et presque toujours féconde”103. Serres eut, pour cette proposition, l’appui tardif de polygénistes comme Paul Broca qui y verront l’exemple d’une hybridité “paragénésique”104. Il en reçut auparavant le blâme imparable des abolitionnistes qui dénonceront “l’opinion comiquement sérieuse de M. Serres, membre de l’Académie des sciences” et ses “fantaisies anatomiques”105. Serres tenait en fait à cette proposition toute nomothétique. Il en étendit le verdict à l’union croisée de l’“homme sans barbe”, c’est-à-dire le mongol, avec la femme du Caucase106 et cherchera à restaurer par elle, paradoxalement, la pleine humanité des peuples qu’il qualifiait au même moment d’inférieurs : “c’est la voie naturelle mise en œuvre par le créateur, pour ramener à l’unité toutes les races humaines, soit que cette unité décèle une tendance à leur retour primitif, soit qu’elle résulte de la marche progressive des œuvres de la nature”107.

  • 108 Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 166. Sur cette “investiture (...)

34La convergence physique, l’absorption et l’unification des races devaient, pour Serres, favoriser providentiellement l’accession de tous les peuples disgraciés à la dignité d’homme, hauteur de l'Évangile du peuple, l’ancien saint-simonien Alphonse Esquiros, témoignera mieux encore de cette sorte de messianisme colonial, de palingénésie, dans un compte rendu du cours de Serres en 1845. “Qui ne prévoit déjà les conséquences philosophiques de ce fait d’histoire naturelle ? Les envahissements de la race blanche tendent aujourd’hui à effacer par toute la terre l’existence des autres races. Les traditions anciennes, qui nous représentent un premier homme blanc dont toutes les races sont sorties comme d’une souche unique, perpétuent sans doute une erreur ; mais ce n’est qu’une erreur de temps. L'unité de races, l’homme modèle, l’homme type, n’existe pas dans le passé ; il a sa raison d’être dans l’avenir. Adam n’est pas venu, il viendra”108.

35Les années 1848-1855 scelleront plus avant l’accord des thèses de Serres et celles d’Esquiros dans une identique philosophie de l’histoire. Mais la réforme souhaitée eut d’abord des attendus pratiques. Il fallait organiser les collections anthropologiques et les rassembler “afin d’avoir constamment sous les yeux les éléments de l’observation”.

  • 109 Serres s’en préoccupera dès sa nomination. Un extrait du procès-verbal de la séance des professeur (...)
  • 110 Rousseau (Louis), Lemonnier (Céran), Promenades au Jardin des plantes, op. cit., pp. 85-86, 89-90, (...)
  • 111 Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’Histoire naturelle, op. cit., p. 195.
  • 112 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Observations sur l’application de la photographie à l’étude des (...)
  • 113 Hamy (Ernest Théodore), “La Collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle”, L (...)
  • 114 Sur cet élément patriotique, Cf. Dias (Nélia), “Séries de crânes et armée de squelettes... ”, op. (...)
  • 115 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Observations sur l’application de la photographie à l’étude des (...)

36Individualisé par son règne, l’homme devait logiquement relever au Muséum d’une “galerie spéciale” destinée à la coordination de ses divers types et à la recherche anthropologique109. À l’époque de Flourens, l’anatomie humaine dépendait du Cabinet d’anatomie comparée, elle était disséminée dans ses diverses salles. La répartition des pièces correspondait à l’analyse cuviérienne consignée dans les Leçons d’anatomie comparée, isolant donc, par systèmes et fonctions, les grands faits de l’organisation. Les têtes osseuses ethniques étaient associées à la série des têtes d’animaux vertébrés, les spécimens de peau et de cuir chevelu se voyaient rangés dans la salle des organes de la sensibilité auprès d’autres productions cutanées animales, plumes, écailles, etc. Les nains et les géants, destinés à assouvir les curiosités inquiètes ou voyeuristes du public, côtoyaient la Vénus hottentote ou le squelette supplicié de Solyman el Hhaleby, l’assassin de Kléber110. Les dons personnels et les achats, l’incitation des voyageurs, les missions commanditées par le Ministère de l’Instruction publique et l’Académie des sciences, les exhibitions d’indigènes à Paris, augmentèrent sensiblement les ressources documentaires du Muséum et infléchirent sa politique de conservation. “Si la galerie n’existe pas encore, remarque P.-A. Cap en 1853, ce n’est pas faute de matériaux”111. Elle s’accrut, après la collection de Gall, des bustes moulés des insulaires du Pacifique, des Africains de la côte orientale, puis des races algériennes, des figurines représentant les ethnies de l’empire russe envoyées par le prince Demidoff, de la série ethnogénique des crânes gaulois rassemblée par l'abbé Frère, des divers daguerréotypes ethniques que Serres encouragea expressément en y voyant, outre un procédé de restitution plus fidèle que le dessin, les bases d’un “musée photographique des races humaines”112. Toutes ces collections, dont l’inventaire totalisait “trois mille cinq cents objets de toute nature, dont huit cent soixante crânes environ”113, seront célébrées chez les ethnologues comme un enjeu de prestige national114. Les salles anthropologiques furent ouvertes au public en 1855 seulement. Serres, pourtant, en fit une priorité et une revendication bien des années auparavant. Il justifiait déjà, dans diverses publications datées de 1841-1845, l’imperfection de l’anthropologie comparée par l’absence d’un musée permettant “l’examen comparatif et direct des objets”. Le succès de la zoologie en témoignait. Serres y dévoilait même un enjeu philanthropique. Les épreuves photographiques faisaient justice, par exemple, des vues “systématiques des philosophes et des anthropologistes” qui avaient étrangement défiguré la race noire, trop souvent étudiée comme “le passage du singe à l’homme”115.

  • 116 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 761, note. Ce s (...)
  • 117 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Sur le monument et les ossements celtiques, découverts à Meudon (...)
  • 118 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 760. Un feuille (...)
  • 119 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Note sur les types des races humaines du Nord, envoyée au Muséu (...)

37Et effectivement, il paraîtrait que l’accumulation des collections ait eu, dans l’œuvre anthropologique de Serres, le pouvoir d’annuler pour partie la vision monadique des races, à la fois discontinue et essentialiste, léguée par l’ethnologie classique. À la fin des années 1840, Serres notifie son adhésion inconditionnelle à la thèse monogéniste. Il accuse alors les polygénistes d’être des doctrinaires attardés du système de la préexistence des germes116. Il leur oppose l’unité d’origine de l’homme, l’épigenèse et l’action des milieux. Certes, dès 1845, Serres disait avoir pris pour base de ses leçons d’anthropologie au Muséum “les principes d’Hippocrate, principes d’après lesquels les races humaines sont filles de la contrée de la terre sur laquelle elles se sont développées et fixées”117. Mais cet accord restait verbal, ou suffisamment général pour s’encadrer dans tous les raisonnements, polygénistes compris. Il n’engageait ni l’action climatique ni la conversion des types humains dans la descendance d’un couple unique. Or “l’unité de l’espèce humaine au milieu de ses diversités” devient maintenant la conclusion de la science du règne humain et la grande pensée guidant Serres dans la formation du Musée anthropologique118. La mise en série, la comparaison des types, permettent de rechercher comment, “en partant d’une souche commune, les variétés humaines ont pu se développer, tantôt en suivant une ligne de perfectionnement, et tantôt, en suivant une ligne de dégradation119.

  • 120 [Flourens (Pierre), Duperrey], Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les races nègres de (...)
  • 121 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., pp. 765-766.
  • 122 Ibid., p. 766.

38En 1850, une présentation de bustes moulés de Nègres d’Afrique orientale, rapportés par Eugène de Froberville, annonçait un revirement dans la problématique organogénique antérieure. Serres montrait que dans ses “dégradations extrêmes”, la race éthiopique ne transgressait pas les limites de la variabilité humaine et que, “dans son développement”, elle se haussait “dans plusieurs de ses branches jusqu’aux caractères typiques de la race caucasique”. Cet entrecroisement des caractères témoignait des analogies qui solidarisaient les races humaines dans la parenté de leurs familles. L’égalité potentielle des races trouvait sa garantie embryologique : “chaque race humaine renferme en elle-même le germe des types des autres races”120. De là la réhabilitation physique des races nègres. Même si le degré de rectitude du corps paraissait, “jusqu’à un certain point, en raison inverse du prognathisme de la face” et matérialisait les inégalités du développement biologique, toutes les races renfermaient en elles-mêmes le “témoignage” de leur unité “avec le principe de leur perfectibilité”. Les bustes moulés par Froberville vérifiaient cette “marche ascensionnelle de la race éthiopique”, qui s’avançait jusqu’au “degré” de la race mongolique, avant de se rapprocher du type sémitique et s’élever “jusqu’à celui de la race caucasique”121. Dans les années précédentes, Serres n’avait guère parlé en termes universalistes de la “perfectibilité des races inférieures de l’homme”. Il en fournira dorénavant d’autres exemples, toujours relatifs aux “conditions organiques et ombilicales” d’un “perfectionnement universel de l’homme”122.

  • 123 Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 170.
  • 124 Gobineau (Arthur de), Essai sur l’inégalité des races humaines, rééd., Paris : Belfond, 1967.
  • 125 Esquiros (Alphonse), “Des études contemporaines sur l’histoire des races”, art. cit., p. 1002.

39Aussi l’histoire naturelle de l’homme de Serres paraît-elle réaliser un compromis entre deux problématiques théoriques difficilement conciliables. Apologiste du Règne humain, le professeur du Muséum fait large accueil à la raciologie positive contemporaine, illustrée par la Société ethnologique de Paris, une raciologie discontinuiste, hiérarchique, anti-humaniste, voire (dans certains cas) pro-esclavagiste. En fait, Serres tente de résoudre dans le champ des études naturalistes les trois interrogations fondamentales de l’anthropologie philosophique : Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Aussi bien l’embryologie zoologique conduit-elle au Règne de l’homme qui en est la négation, quand la typologie raciale présuppose toutes les distances d’origine entre les “tiges” humaines. Serres multiplie les niveaux d’analyse, dont l’intégration - ou la systématisation - paraît faiblement articulée. Mais elle n’est pas forcément contradictoire. Si l’humanité est une combinatoire d’éléments primitivement distincts et “désunis”, les races qui posséderont de nature, ou par alliance, un plus grand nombre de ces éléments seront les plus élevées, les plus “compliquées”, les plus riches de potentiel évolutif. La philosophie de l’histoire atteste la lutte entre la constance du type et le changement, les fusions, l’effacement des variétés originelles par le mouvement des peuples, les migrations, les guerres. C’est pourquoi, comme le remarque Esquiros, l’unité de la nature humaine “sortira de la tendance du type Caucasique à s’incarner dans les autres familles de l’espèce humaine”123. Pessimiste et anti-progressiste, Gobineau verra dans les métissages la cause toute organique de la décadence des peuples occidentaux124. Serres joue avec Esquiros le pari inverse : “les races, dans leurs caractères primitifs comme dans leurs transformations successives, sont, pour ainsi dire, les dépositaires des matériaux dans lesquels puise la main de la Providence pour augmenter la vie intellectuelle et morale des peuples”125.

40De 1832 à 1855, les titulaires de l’ancienne chaire d’anatomie humaine mettent en place les cadres généraux d’une anthropologie naturaliste qui, jusqu’à Paul Rivet, donna à l’École du Muséum une grande homogénéité. Quoique oublié aujourd’hui, Serres n’eut pas moins qu’Armand de Quatrefages, Ernest Théodore Hamy ou René Verneau, le sens d’une synthèse conjuguant “l’idée de race et l’idée de civilisation”. En définitive, le plan d’études auquel le nom de Quatrefages reste lié, paraît déjà arrêté dans le changement d’intitulé de la chaire conférée à Flourens et assidûment poursuivi par son successeur. Le nom et le concept de l’anthropologie sont impatronisés au Muséum puis à l’Académie des sciences avec leurs deux nominations. Il est donc historiquement paradoxal de briser le sens de cette continuité pour faire valoir, au profit de Quatrefages, une sorte de réforme épistémologique dont il reçut en héritage la plupart de ses dogmes théoriques. La rupture inaugurale qu’on se plaît à pointer en 1855 n’est qu’une erreur historiographique. Telle qu’on l’analysait alors, touchant par ses deux extrémités à la physique du genre humain comme à la métaphysique, l’anthropologie reçoit sa consécration institutionnelle au Muséum en 1832.

  • 126 “Cabinet anthropologique du Muséum d’Histoire naturelle”, Nouvelles annales des voyages et des sci (...)
  • 127 “Les trésors augmentent tellement que M. Serres ne rêve plus que la construction d’une nouvelle ga (...)
  • 128 Hamy (Ernest Théodore), “Vie et travaux de M. de Quatrefages”, art. cit., p. CXVIII.
  • 129 Dias (Nélia), “Séries de crânes et armée de squelettes...”, art. cit., p. 204.
  • 130 Les dates sont indiquées par Stanton (William), The Leopard’s Spots, scientific attitudes toward r (...)
  • 131 “Comparées à cette Galerie — et à la seule exception du département de craniologie, surpassé par l (...)

41Un autre point de débat relatif à l’organisation des collections anthropologiques mérite d’être tranché. Priorité affichée dans la lettre ouverte de Flourens aux professeurs-administrateurs, le Musée devenait pour Serres un instrument de la recherche essentiel, “indispensable”126. Tout indique, de par ses intérêts propres et les fouilles de “paléontologie gauloise” dans les vieilles sépultures mégalithiques qu’il encouragea, qu’il ne ménagea pas ses efforts pour sa création, son établissement et sa valorisation127. Pourtant Ernest Théodore Hamy suggéra qu’à son départ pour la chaire d’anatomie comparée en 1855, Serres laissa à son remplaçant “un service en bien mauvais état, matériel et personnel”128. La France accuserait de ce fait un “retard” en matière muséologique et occuperait “une position quelque peu marginale”129. Nous possédons peu de documents pour étayer, pondérer ou réfuter le jugement de fait prononcé par Hamy. Pourtant, l’activité des professeurs comme la compétence des aides-naturalistes attachés à leur chaire, Emmanuel Rousseau, Michel-Hyacinthe Deschamps ou Henri Jacquart, contredisent a priori cette sentence tardive. Peut-être les contemporains avaient-ils, en situation, une perception moins partiale ou... mieux informée. L'anthropologue américain George Gliddon, l’un des éditeurs de Types of mankind (1854), vint en Europe et à Paris en 1845 et 1854, du temps donc de l’administration de Serres130. Il laissa en 1857 un témoignage enthousiaste des épreuves photographiques rassemblées par les préparateurs du Muséum et conclut ainsi son éloge de la Galerie d’anthropologie : “compared to this Gallery — save only the department of craniology in which it is surpassed by the Mortonian collection at Philadelphia —, all other collections known to my personal observation, or through report, sink imo insignificance. Skeletons, skulls, anatomical preparations ; casts of entire figures, busts, and heads, colored and uncolored, of an immense number of nations ; oil and water-colored portraits, daguerréotypes, photographs, of individuals from all parts of the world ; not forgetting those exquisite colored models of Russian races, presented by Prince Demidoff — all these, and other items by far too various for enumeration —, already render the Galerie anthropologique [...] one of the glories of Paris, no less than foremost in the world’s ethnology. In fact, such an admirable System has there been laid down, susceptible of indefinite expansion, that with very trifling aid from the imperial government, Paris might contain, amidst her thousand attractions to the Student, as well as to persons of education and leisure, every desideratum in anthropology”131.

  • 132 Riviale (Pascal), Les Français à la recherche des antiquités du Pérou préhispanique au XIXème sièc (...)
  • 133 Topinard (Paul), “Visite à la collection anthropologique du Muséum d’Histoire naturelle”, Congrès (...)
  • 134 Ernest Théodore Hamy, successeur de Quatrefages en 1892, fut son aide-naturaliste dès les années 1 (...)
  • 135 Thulié (Henri), “Rapport sur les sociétés d’anthropologie et l’enseignement de l’anthropologie”, C (...)

42Ainsi la France put-elle apparaître au premier plan sur le terrain muséal ethnologique. Une chose est plus significative néanmoins. Depuis Cuvier, les professeurs d’anatomie comparée puis d’anatomie humaine ont enrichi régulièrement, d’une manière toute cumulative, les premiers fonds anthropologiques rassemblés dès le XVIIIème siècle au Cabinet du roi132. Paul Topinard en fit l’inventaire successif et chiffré en 1878, concluant qu’une tradition ininterrompue liera au Muséum Daubenton à Armand de Quatrefages. À l’exception de Pierre Flourens qui “négligea entièrement la collection anthropologique”, Serres, après Cuvier, “a rendu au contraire de très grands services à l’anthropologie en fondant la collection actuelle. Profitant de sa position de directeur de Clamart, il réunit longtemps en silence de nombreux matériaux”133. Là encore, la continuité d’une institution prévaut sur l’image négative et heurtée, léguée par Hamy à des fins sans doute auto-promotionnelles134. Ajoutons enfin, si l’on en croit Henri Thulié, que Paris accusa une autre priorité : “il y avait eu jusqu’alors des collections particulières en Allemagne, en Hollande, en Angleterre, aux États-Unis, mais la première galerie publique a été celle du Muséum”135.

  • 136 Dias (Nélia), “Séries de crânes et armée de squelettes... ”, art. cit, p. 224.
  • 137 “Les Français ont peu développé ce secteur particulier de la science. Néanmoins, les noms de Serre (...)

43Une troisième conclusion mérite quelque mention. On a parfois avancé qu’en France, à la différence de ce que l’on observe en Angleterre ou aux États-Unis, l’anthropologie s’est constituée “en rupture avec la phrénologie”. Le succès de la phrénologie aurait freiné le développement d’une science positive de l’homme ou la fondation de collections136. Or nous avons constaté que les professeurs du Muséum votèrent le rachat de la collection de Gall, qu’ils en firent un élément décisionnaire alors que le Ministère des Travaux publics souhaitait la suppression de la chaire de Portai en 1832, et qu’enfin l’engouement public qu’elle occasionna ne se démentit pas jusqu’à la fin des années 1840. Mais encore, quel qu’ait été le jugement des professeurs-administrateurs sur la légitimité scientifique de l’organologie ou de la palpation cranioscopique, variable avec le temps et les personnes, la phrénologie resta au programme des cours de Flourens et elle favorisa ultérieurement l’accroissement des collections crâniennes en déterminant leur concentration. Le privilège accordé aux têtes osseuses par Gall, Spurzheim, Frère ou Dumoutier parut incitatif, au moment où les travaux craniologiques français n’avaient pas, jugés de l’étranger, l’audience de leurs homologues allemands, suédois ou américains137.

  • 138 Jacquinot (Honoré), Voyage au Pôle sud et dans l’Océanie sur les corvettes l’Astrolabe et la Zélée (...)
  • 139 Blanchard (Émile), Voyage au Pôle sud et dans l’Océanie sur les corvettes l’Astrolabe et la Zélée, (...)
  • 140 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)
  • 141 Ackerknecht (Erwin H.), “P.M.A. Dumoutier et la collection phrénologique du Musée de l’Homme”, Bul (...)
  • 142 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)
  • 143 Blainville (Henri Ducrotay de), “Rapports faits à l’Académie royale des sciences de l’Institut de (...)
  • 144 Hombron (Bernard), ibid., p. 293 : “la Galerie anthropologique Dumoutier est une des richesses les (...)
  • 145 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavi (...)

44Du point de vue des savants parisiens, on incriminait avec Serres l’état inchoatif de l’anthropologie raciale, laquelle était “encore à son berceau”, faute de collections représentatives. “Ce sont de semblables moyens qui ont si puissamment contribué aux rapides progrès des autres branches de la zoologie”, remarquait Honoré Jacquinot, regrettant qu’il “n’existe point de collections ou musées anthropologiques”138. Sur un ton moins pessimiste, Émile Blanchard énonçait les mêmes demandes. Dans la mesure où l'histoire naturelle de l’homme restait avant tout classificatoire, “s’attacher, dès à présent, à une étude minutieuse des pièces renfermées dans nos musées, en augmenter le plus possible le nombre, sont les seuls moyens de faire la science dont nous nous occupons ici”139. Or les premières séries ethniques ont été rassemblées par les phrénologistes et octroyées au Muséum. Après la collection de Gall et la série gauloise de Frère, les cinquante et un bustes moulés et colorés d’indigènes du Pacifique et les têtes osseuses ramenées par Pierre Marie Alexandre Dumoutier de la circumnavigation de Dumont d’Urville (1837-1840) firent, comme l’avait pronostiqué Serres, “entrer l’anthropologie dans une voie nouvelle de recherches, dont on peut d’avance prévoir les importants résultats, si nous ne laissons pas avorter cette première impulsion”140. Dumoutier était l’un des fondateurs de la Société phrénologique de Paris et il avait été attaché comme “préparateur d’anatomie et de phrénologie” à l’expédition de Dumont d’Urville sur la recommandation de l’amiral, lui-même converti aux thèses de Gall141. Ainsi la phrénologie donna-t-elle l’impulsion. Les masques moulés en plâtre, les crânes ethniques (deux cents pièces au total selon Serres), devaient servir à l’origine l’examen cranioscopique et justifier les déductions relatives aux rapports “entre la forme de la tête et les facultés intellectuelles et morales des peuples de l’Océanie”. Serres trouva ce sujet “intéressant”142, de Blainville rappela “combien ces matériaux pourront être utiles pour confirmer, rectifier ou détruire le célèbre système de Gall”143. Mais partisans ou détracteurs de la phrénologie saluèrent unanimement la technique de moulage sur le vivant créée pour l’occasion et les observations totalement nouvelles qu’elle rendait possibles144. Après avoir payé le juste tribut de sa reconnaissance, Serres commenta : “ainsi reproduits, ce sont en quelque sorte les Océaniens en personne”. D’où la réorganisation pressentie de la pratique du terrain ethnologique, localisée, méthodique et quantitative, et corrélativement de la systématisation de laboratoire : “car, au lieu d’aller à la recherche des peuples, ce qui est impossible à un seul homme, ce seront les peuples qui, à certains égards, viendront eux-mêmes à la rencontre de l’observateur, du philosophe, de l’historien et du physiologiste”145.

  • 146 “Que le cerveau soit un organe unique, comme la science incline de nos jours à le penser, ou une r (...)
  • 147 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., pp. 255-256.
  • 148 Dumoutier ouvrit en 1836 un “musée phrénologique” composé pour partie de pièces “détournées” du vo (...)
  • 149 Voir le commentaire général de Cooter (R.J.), “Phrenology : the provocation of progress”, History (...)

45Sous cette forme neutralisée, la phrénologie a servi, plus qu’elle ne l’a entravée, la dynamique de la recherche anthropologique au Muséum en proposant des idéaux techniques formellement objectifs146. On pouvait alors dénoncer “l’idole” ou les “supercheries” de Gall et vanter en même temps ses “belles recherches” anatomiques147. Dumoutier, quant à lui, initiateur de la méthode prometteuse des moulages de bustes, fut distingué au nombre des bienfaiteurs de la science de l’homme148. L’école du Muséum préféra en effet longtemps le jugé oculaire en grand nombre à la statistique des mesures abstraites. Du reste, la phrénologie parut une opportunité théorique plus qu’un enjeu doctrinaire stricto sensu. Elle imposa parmi les anatomistes l’idée du déterminisme encéphalique, la corrélation des facultés et des organes, l’innéité des différences psychologiques et, d’un point de vue anthropologique, la faveur assez exclusive de la craniologie149. Le glissement de l’anthropologie vers une psychologie comparée des races témoigne donc encore pour cette continuité. Il faudra dès lors réexaminer, sous ce rapport de conformité, le rôle du Muséum dans la diffusion des thèses générales de Gall avant le démenti de la fin des années 1850.

  • 150 Flourens (Pierre), Histoire des travaux et des idées de Buffon, op. cit., p. 155.
  • 151 “C’est bien le propre de la réussite institutionnelle que de s’emparer du dispositif de la mémoire (...)
  • 152 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Considérations sur la méthode d’observation expérimentale en an (...)
  • 153 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Note sur les types des races humaines du Nord, envoyée au Muséu (...)

46La quatrième et dernière conclusion est sans doute moins attendue. On sait le capital d’estime dont l’anthropologie de Buffon jouit dans l’œuvre ultérieure de Flourens. L’Histoire naturelle de l’homme, œuvre maîtresse de Buffon, lui parut, dans toute sa prescience, comme un texte précurseur, portant certaines de ces vues “profondes” et définitives qui couronnent une pensée et inaugurent une science nouvelle. “Avant lui, l’histoire naturelle de l’homme n’existait pas. Depuis lui, l’étude des variétés, des races humaines, est devenue une science particulière. Telle est la puissance du génie”150. En dépit de ce “plaidoyer d’instauration”, typique de la mythologie des pères-fondateurs et largement porté par l’institution151, Buffon n’est ni de près ni de loin associé au renouveau des études ethnologiques. En barrant la route novatrice de Vicq d’Azyr, constamment cité comme le rénovateur du champ de l’anatomie de l’homme, en choisissant Portai, l'homme des routines, en évinçant Daubenton, théoricien de la “statique des animaux” dans l'histoire naturelle jusqu’en 1767, Buffon “se plaça en travers de cette squelettologie de la nature, d’où sortirent cependant la zoologie et l’anatomie comparée”152. Si Flourens fut, à l’époque de son enseignement, distant vis-à-vis des thèses unitaire et dégénérationniste propagées après Buffon par Blumenbach et James Cowles Prichard, Serres s’avéra plus radical : c’est contre Buffon, et malgré les obstacles qu’il multiplia, que l’anthropologie reprit “la tête de l’histoire naturelle” : “en prenant l’initiative d’une chaire d’anthropologie au Muséum, la France a suivi l’impulsion donnée depuis un demi-siècle aux sciences naturelles, par les progrès de l’anatomie générale et comparée. Elle a redonné la vie à une science morte, et le mouvement nouveau qu’elle lui a imprimé intéresse tout à la fois l’humanité, la philosophie et la civilisation. Cette résurrection de l’anthropologie avait sa source dans l’enseignement anatomique du Muséum, dont les programmes, rédigés par Vicq-d’Azyr, embrassaient, dans leur ensemble, d’une part l’anatomie comparée des animaux entre eux, et d’autre part l’anatomie de l’homme, comparée à celle des animaux”153.

47Autre science, autre fondateur. La “résurrection” de l’anthropologie viendra, selon les professeurs du Muséum, de l’union de la méthode expérimentale et de l’observation de terrain. Privilège ici de l’ethnologie, la science des races, propre à enraciner le principe des nationalités dans l’hérédité des formes et des forces. En 1839, Flourens, avec Edwards, sera l’un des membres fondateurs de la Société ethnologique de Paris. Serres postula également que les aptitudes ethniques sont la clé de toute philosophie de l’histoire et que l’idée de race est le nœud conceptuel, commensurable à l’homme et à l’animal, qui fera seul accéder l’anthropologie philosophique au rang des sciences naturelles. Sous cet ordre d’exposition, elle venait “remplir un vrai besoin de l’époque”.

Notes

1 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, Paris : Impr. impériale, 1867, pp. 28-29.

2 Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’Histoire naturelle, Paris : L. Curmer, 1853, p. 194.

3 Esquiros (Alphonse), Paris, ou Les sciences, les institutions et les mœurs au XIXème siècle, Paris : Comon et Cie, 1847, t. I, p. 286.

4 “Il est permis d’affirmer que c’est à partir de 1855, avec l’élection de Quatrefages à la chaire d’anatomie et d’histoire naturelle de l’homme (ayant pris sous sa direction la désignation de chaire d’anthropologie) que s’entame le processus d’institutionnalisation de l’anthropologie” : Dias (Nélia), “Séries de crânes et armée de squelettes : les collections anthropologiques en France dans la seconde moitié du XIXème siècle”, in Blanckaert (Claude), Ducros (Albert), Hublin (Jean-Jacques), (sous la dir.), Histoire de l’anthropologie : hommes, idées, moments, no  spécial des Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, nelle série, t. I, no 3-4, 1989, p. 213.

5 Par exemple Williams (Elizabeth A.), The Science of man : anthropological thought and institutions in Nineteenth-century France, Ph. D. : Indiana University, 1983, p. 42 sq.

6 Verneau (René), “Le Professeur E.-T. Hamy et ses prédécesseurs au Jardin des plantes”, L’Anthropologie, t. XXI, 1910, p. 267.

7 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., p. 28.

8 Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’Histoire naturelle, op. cit., p. 5 : “Cours d’anatomie et d’histoire naturelle de l’Homme, ou d’anthropologie. M. Serres, professeur” ; Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Anthropologie. Résumé de 49” (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 165, 2ème partie), p. 1 : “il y a dix ans que sur la demande des professeurs de cette école nationale que l’Europe nous envie la chaire d’anatomie humaine a pris le titre de chaire d’anthropologie ou d’anatomie et d’histoire naturelle de l’homme”.

9 Quatrefages (Armand de), “Discours”, Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. II, 1865, p. III.

10 “Décret relatif à l’organisation du Jardin national des plantes et du Cabinet d’histoire naturelle, sous le nom de Muséum d’Histoire naturelle”, in Beauchamp (Arthur de), Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur (1880-1898), Paris : Delalain frères, 1880, t. I, pp. 11-13.

11 “Règlement pour le Muséum national d’Histoire naturelle, présenté par les professeurs et approuvé par le Comité d’instruction publique de la Convention nationale”, in ibid., t. I, p. 18.

12 Saban (Roger), “Deux anatomistes montpelliérains professeurs au Collège royal de France et au Jardin du roi : Ferrein et Portai”, 110ème Congrès national des sociétés savantes, Colloque sur l’École médicale de Montpellier, Montpellier, 1985, pp. 141-162. Hamy (Ernest Théodore), “La Collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle”, L'Anthropologie, t. XVIII, 1907, p. 262. Sur les premiers titulaires de la chaire d’anatomie, voir Hamy (Ernest Théodore), “Les Débuts de l’anthropologie et de l’anatomie humaine au Jardin des plantes, M. Cureau de la Chambre et P. Dionis (1635-1680)”, L'Anthropologie, t. V, 1894, pp. 257-275.

13 Portal (Antoine), Cours d’anatomie médicale, ou Éléments de l’anatomie de l’homme, Paris : Baudouin, an XII [1803], t. I, préface.

14 À vrai dire, le règlement des professeurs-administrateurs du 21 septembre 1793 assignait au cours d’anatomie des animaux une vocation semblable, mais plus impérative : le professeur “insistera particulièrement sur l’anatomie comparée, soit des animaux entre eux, soit des animaux avec l’homme”, in Beauchamp (Arthur de), Recueil des lois..., op. cit., t. I, p. 18.

15 Vicq d’Azyr (Félix), Moreau de la Sarthe (Jacques-Louis), Œuvres de Vicq d’Azyr recueillies et publiées... par Moreau de la Sarthe, Paris : Baudouin ; L. Duprat-Duverger, an XIII [1805], en part. t. IV.

16 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Institut de France, Académie royale des sciences, Funérailles de M. le Bo n Portal : discours de M. Serres, le mercredi 25 juillet 1832, Paris : Impr. Firmin-Didot frères, 1832, p. 4.

17 “Ordonnance qui supprime la chaire d'anatomie humaine au Collège de France, l’"août 1832”, in Beauchamp (Arthur de), Recueil des lois..., op. cit., t. I, p. 672.

18 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, AJ.15.644), séance du 6 août 1832.

19 Legée (Georgette), Pierre Flourens, 1794-1867 : physiologiste et historien des sciences, sa place dans l’évolution de la physiologie expérimentale, Abbeville : F. Paillart, 1992, t. I, pp. 138 sq.

20 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, AJ.15.644), séance du 7 août 1832.

21 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, AJ. 15.130), séance du 14 août 1832. Les autres candidats se nomment Clément (suppléant de Portal), Bourgery et Laurent.

22 Ibid., séance du 17 août 1832.

23 Moquin-Tandon (Alfred), Un Naturaliste à Paris sous Louis-Philippe : journal de voyage inédit (1834), [introd. et notes par Marcel Roland], Paris : Mercure de France, 1944, pp. 113 sq.

24 Ces travaux sont analysés et restitués dans l’histoire de la neurophysiologie par Legée (Georgette), Pierre Flourens..., op. cit., t. II.

25 L'ordonnance royale portant nomination de Flourens à la chaire est lue en réunion le 2 octobre 1832.

26 “Lettre de M. Flourens à MM. les professeurs du Muséum d’Histoire naturelle, au sujet de sa candidature à la chaire d’anatomie humaine vacante dans cet établissement”, Annales des sciences naturelles, t. XXVII, 1832, pp. 79-85.

27 Gall était un ami de Geoffroy Saint-Hilaire qui soutint sa candidature à l’Académie des sciences : cf Weiner (Dora B.), Raspail : scientist and reformer, New York ; London : Columbia University Press, 1968, p. 70. De son côté, Blainville jugeait que ce serait “honorer la mémoire d’un homme de génie” que de souscrire à la demande de la Veuve Gall. Le dossier des procès-verbaux a été republié par Verneau (René), “Documents inédits sur Gall et sa collection”, L'Anthropologie, t. VII, 1896, pp. 195-198. Voir aussi Ackerknecht (Erwin H.), Vallois (Henri Victor), François Joseph Gall et sa collection, Paris : Éd. du Muséum, 1955, 92 p. (Mémoires du Muséum national d’Histoire naturelle, série A. Zoologie ; t. X). Voir en particulier les pp. 33 sq.

28 Procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, AJ.15.130), séance du 18 septembre 1832.

29 Flourens (Pierre), Examen de la phrénologie, Paris : Paulin, 1842, p. 30 : “toute la doctrine de Gall est une suite d’erreurs qui se pressent et s’accumulent”.

30 Legée (Georgette), “M.J.P Flourens (1794-1867) et Destutt de Tracy (1754-1836)”, Histoire et nature, nelle série, no 4, 1974, pp. 95-98.

31 Legée (Georgette), Pierre Flourens..., op. cit., t. II, en part. pp. 413 sq.

32 Lantéri-Laura (Georges), Histoire de la phrénologie : l’homme et son cerveau selon F.-J. Gall, Paris : PUF, 1970, pp. 145 sq.

33 “Règlement”, Journal de la Société phrénologique de Paris, t. I, 1832, p. 13.

34 “Messieurs les phrénologues ne trouveront guère une collection plus complète, plus curieuse et mieux choisie” : Boitard (Pierre), Le Jardin des plantes : description et mœurs des Mammifères de la Ménagerie et du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : J.-J.·Dubochet et Cie, 1842, p. LVIII. Cf. aussi Rousseau (Louis), Lemonnier (Céran), Promenades au Jardin des plantes, Paris : J.-B. Baillière, 1837, pp. 100-136 et Esquiros (Alphonse), “Le Cabinet du docteur Gall”, Revue de Paris, nelle série, t. XVI, 1843, pp. 47-68.

35 Cf les remarques de Lantéri-Laura (Georges), Histoire de la phrénologie..., op. cit., p. 116.

36 Flourens (Pierre), Deschamps (Michel H.), Cours sur la génération, l’ovologie et l’embryologie fait au Muséum d’Histoire naturelle en 1836, par M. le professeur Flourens, Paris : Libr. médicale de Trinquart, 1836, pp. 5-6. Cf. Blanckaert (Claude), ““Les Vicissitudes de l’angle facial” et les débuts de la craniométrie (1765-1875)”, Revue de synthèse, 4ème série, no 3-4, 1987, pp. 417-453 et “Le Trou occipital et la “craniotomie comparée des races humaines” (XVIIIème-XIXème siècle)”, in Hainard (Jacques), Kæhr (Roland), (sous la dir.), Le Trou, Neuchâtel : Musée d’ethnographie, 1990, pp. 255-299.

37 Mathiot (Charles), Duvernoy (M.), Lettres inédites de Charles Laurillard à Georges Louis Duvernoy, [introd. et notes par Charles Mathiot et M. Duvernoy], Montbéliard : Société anonyme d’Impr. montbéliardaise, 1940 [extr. des Mémoires de la Société d’émulation], lettre du 18 mai 1833, pp. 29-30.

38 Flourens (Pierre), Deschamps (Michel H.), Cours sur la génération, l’ovologie et l’embryologie..., op. cit., p. 8.

39 Ibid., p. 1.

40 Blanckaert (Claude), “Buffon and the natural history of man : writing history and the “Foundational myth” of anthropology”, History of the human sciences, vol. VI, no 1, 1993, pp. 13-50.

41 Flourens (Pierre), “Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle de l’homme”, Annales des sciences naturelles. Zoologie, 2ème série, t. X, 1838, pp. 361-362.

42 Sur W. Edwards, voir Blanckaert (Claude), “On the origins of french ethnology : William Edwards and the doctrine of race”, in Stocking (George W, Jr.) (sous la dir.), Bones, bodies, behavior : essays on biological anthropology, Madison : University of Wisconsin Press, 1988, pp. 18-55 ; Blanckaert (Claude), ““Story” et “History” de l’ethnologie”, Revue de synthèse, 4ème série, no 3-4, 1988, pp. 451-467 et Sommer (Antje), “William Frederic Edwards : “Rasse” als Grundlage europaïscher Geschichtsdeutung ?”, in Mann (Gunter), Dumont (Franz), (sous la dir.), Die Natur des Menschen : Probleme der physischen Anthropologie und Rassenkunde (1750-1850), Stuttgart ; New York : Gustav Fischer, 1990, pp. 365-409.

43 Flourens (Pierre), “Recherches anatomiques sur le corps muqueux ou appareil pigmentai de la peau, dans l’Indien Charrua, le Nègre et le Mulâtre”, Annales des sciences naturelles. Zoologie, 2ème série, t. VII, 1837, pp. 156-164.

44 Flourens (Pierre), “Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle de l’homme”, art. cit., pp. 362-363.

45 Ibid., p. 363.

46 Ibid., pp. 364-365.

47 Je dis régulier, car l’histoire naturelle de l’homme figurait de manière épisodique au titre des cours zoologiques délivrés au Muséum par Lacepède, Cuvier et les Geoffroy Saint-Hilaire. Lacepède eut sans doute le bénéfice de l’introduire dès l’an VI. Cf. Blanckaert (Claude), “Une Anthropologie de transition : Lacepède et l’histoire naturelle de l’homme (1795-1830)”, Annales Benjamin Constant, no 13, 1992, pp. 95-111. Rien n’indique que Portai eût été favorable à cette direction d’études, dont Étienne Geoffroy Saint-Hilaire lui fit crédit dans son Cours de l’histoire naturelle des Mammifères, Paris : Pichon et Didier, 1829, “5ème leçon” : “Messieurs, l’histoire naturelle de l’homme est l’objet spécial d’un cours fait dans le Muséum, par mon vénérable et savant collègue, M. le baron Portai. Nous passerons de suite aux considérations des animaux du deuxième ordre de notre classification".

48 Ce mouvement est bien sûr international et il conviendrait d’évoquer les œuvres de J.F. Blumenbach, James Cowles Prichard, Friedrich Tiedemann, etc.

49 Flourens (Pierre), “Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle de l’homme”, art. cit., p. 365.

50 Ibid., p. 366. Voir également Flourens (Pierre), Histoire des travaux et des idées de Buffon, 2eme éd., Paris : Hachette, 1850, chap. IX.

51 Topinard (Paul), Éléments d’anthropologie générale, Paris : Delahaye et Lecrosnier, 1885, p. 78.

52 “Ce n’est ni le crâne, ni la peau qui constituent l’homme. Ce qui fait notre essence, ce qui est nous, c’est notre âme ; cette âme est la même dans tous les êtres de l’espèce humaine” : Flourens (Pierre), Cours de physiologie comparée : de l’ontologie, ou Étude des êtres, [leçons professées au Muséum d’Histoire naturelle recueillies et rédigées par Charles Roux], Paris : J.-B. Baillière, 1856, p. 40.

53 Par ex. Salles (Eusèbe-François de). Histoire générale des races humaines, ou Philosophie ethnographique, Paris : B. Duprat ; Pagnerre, 1849, 386 p.

54 Eichthal (Gustave d’), Urbain (Ismayl), Lettres sur la race noire et la race blanche, Paris : Paulin, 1839, pp. 14-15 et p. 7. Dans son Cours de physiologie comparée de 1856, Flourens publia son apostasie : “il y a vingt ans, je me suis livré à des études anatomiques, très difficiles, sur la peau humaine ; je ne les regrette pas, elles m’ont convaincu que la peau des hommes de la race caucasique et celle des hommes de race éthiopique sont la même peau”. Il vit dorénavant dans la coloration noire de la peau un “caractère tellement superficiel, tellement accidentel, que toutes les races peuvent le prendre”, ibid., p. 39 ! Cet “abandon étrange et volontaire du feuillet moyen” fut dénoncé ultérieurement par le préparateur de Flourens : Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, Paris : Leiber et Comelin, 1857-1859, pp. 258-263. Cf. aussi Jéhan de Saint-Clavien (Louis-François), “Peau”, Dictionnaire d’anthropologie, ou Histoire naturelle de l’homme et des races humaines, Petit-Montrouge : J.-R Migne, 1853, pp. 1089-1103 (Nouvelle encyclopédie théologique ; tome 42).

55 Minutes et procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d'Histoire naturelle (Archives nationales, AJ.15.656), séance du 13 novembre 1838 (AJ.15.135), séance du 20 novembre 1838.

56 Flourens (Pierre), “Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle de l’homme”, art. cit., p. 361.

57 “Ordonnance qui modifie le titre de la chaire d’anatomie humaine du Muséum d’Histoire naturelle, 3 décembre 1838”, in Beauchamp (Arthur de), Recueil des lois..., op. cit., 1.1, pp. 809-810.

58 Lettre de P. Bérard, minutes et procès-verbaux des Assemblées des professeurs du Muséum d’Histoire naturelle (Archives nationales, AJ.15.656), dossier du 20 novembre 1838.

59 Il était à l’Académie le candidat unique de la section d’anatomie et zoologie. Cf. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. VII, 1838, pp. 1148-1149 (séance du 31 décembre 1838).

60 Quatrefages (Armand de), Rapport sur les progrès de l’anthropologie, op. cit., pp. 29, 58 et 59.

61 Hamy (Ernest Théodore), “Vie et travaux de M. de Quatrefages”, in Quatrefages (Armand de), Les Émules de Darwin, Paris : Félix Alcan, 1894, t. I, pp. CXVI-CXVII.

62 Sur l’anatomie transcendante, cf. Russell (Edward Stuart), Form and function : a contribution to the history of animal morphology (1916), Chicago ; London : University of Chicago Press, 1982, pp. 80-83 et 205-206 ; Gould (Stephen Jay), Ontogeny and phylogeny, Cambridge : Belknap Press of Harvard University Press, 1977, pp. 47 sq. ; Canguilhem (Georges), Lapassade (Georges), Piquemal (Jacques), Ulmann (Jacques), Du développement à l’évolution au XIXème siècle, 2eme éd., Paris : PUF, 1985, pp. 10-18 ; Balan (Bernard), L’Ordre et le temps : l'anatomie comparée et l’histoire des vivants au XIXème siècle, Paris : Vrin, 1979, 2ème partie ; Appel (Toby A.), The Cuvier-Geoffroy debate : french biology in the decades before Darwin, New York ; Oxford : Oxford University Press, 1987, 305 p. ; Laurent (Goulven), Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860 : une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin, Paris : Éd. du C.T.H.S., 1987, pp. 353-362.

63 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante, principes d’embryogénie, de zoogénie et de tératogénie, Paris : Firmin-Didot frères, fils et Cie, 1859, p. 495.

64 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Anthropologie : résumé des leçons sur l’embryogénie anthropologique”, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. XXXII, 1851, pp. 107-112.

65 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., pp. 827 sq.

66 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Philosophie anthropologique”, cahier relié, [s.d.], (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 165), 2ème partie.

67 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 404.

68 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Histoire générale des règnes organiques principalement étudiée chez l’homme et les animaux, Paris : Victor Masson, 1859, t. Il, p. 44, note 1. Cf. aussi p. 256 où Serres est rappelé comme ayant approfondi “plus que personne” cette question.

69 Ibid., pp. 40 sq.

70 Ibid., p. 188.

71 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., pp. 404-408, note 1.

72 Ibid., p. 405. Je souligne.

73 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction publique pour une expédition scientifique qui va se faire dans l’Amérique du Sud sous la direction de M. Émile Deville. Partie anthropologique”, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. XXXV, 1852, p. 82.

74 Il dira néanmoins en 1859 que “la venue de l’homme sur la terre paraît constituer un phénomène à part de la création, tant dans l’ordre physique que dans l’ordre moral” : Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 771.

75 Blanckaert (Claude), “Le Trou occipital...”, art. cit., en part. pp. 255-264.

76 Geoffroy Saint-Hilaire (Isidore), Histoire naturelle générale des régnes organiques..., op. cit., t. II, 1859, pp. 197-198, note. Cf. les notes manuscrites (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 165, 2ème partie), où Serres définit l’homme comme un “hyper-vertébré” : “la colonne vertébrale doit donc servir de base à la distinction des races humaines”.

77 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., pp. 762 sq.

78 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Leçons sur les métamorphoses embryonnaires dans les deux embranchements du Règne animal”, 1845 (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 165, 1“partie), p. 4 : “d’où vous voyez enfin que les phases embryonnaires de la Race la plus élevée du Règne humain doit servir de base à la détermination et à la classification des diverses Races. C’est une échelle humaine que l’embryologie nous permettra d’établir”.

79 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 771 et “Philosophie anthropologique”, manuscrit cité, p. 189.

80 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 764.

81 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction publique...”, art. cit., p. 83.

82 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 770.

83 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., p. 120.

84 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines. Cahier II : “Existence de l’homme comme un genre ou une seule espèce”, pp. 13-14 (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 153).

85 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation de l’Astrolabe et de la Zélée. lère partie : anthropologie”, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. XIII, 1841, p. 645.

86 Pucheran (Jacques), Considérations anatomiques sur les formes de la tête osseuse dans les races humaines, [Thèse de doctorat en médecine présentée et soutenue le 5 juin 1841], Paris : Impr. de Rignoux, 1841.

87 Voir également Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines : cours de M. Serres”, Revue des deux mondes, livraison du 1er avril 1845, p. 163 : “M. le professeur Serres a jeté cette année dans son cours public les premiers traits d’une anthropologie comparée : il a montré les fonctions se dégradant avec les organes, à mesure qu’on descend de la race caucasique dans les races inférieures”.

88 Pucheran (Jacques), Considérations anatomiques..., op. cit., p. 5, note 1.

89 Cette ambiguïté sera relevée par le monogéniste chrétien, Salles (Eusèbe-François de), Histoire générale des races humaines..., op. rit., pp. 309-311.

90 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction publique...”, art. cit., p. 82.

91 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, cahier XIV, p. 2.

92 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation... ”, art. cit., p. 645.

93 Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 161 et Hamilton-Smith cité dans Meigs (James Aitken), “The Cranial characteristics of the races of men”, in Nott (Josiah Clark), Gliddon (George Robins), (sous la dir.), Indigenous races of the Earth, or New chapters of ethnological enquiry, Philadelphia : J.B. Lippincott and Co ; London : Trübner and Co, 1857, p. 236.

94 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, vol. Il, p. 15-16. Cf. aussi pp. 16-17 : “le type aux cheveux crépus porte encore des marques d’une plus grande antiquité que les deux autres...”.

95 Ibid., p. 8. Cf. p. 10 : “la race Caucasienne ne peut pas se multiplier dans le centre de l’existence nègre ; et dans les vallées les plus chaudes des espaces intermédiaires, comme celle du Nil, il n’y a qu’une seule tige sémitique qui ait de la durée”.

96 Ibid., no  153, cahier IV : “Pays habités primitivement par l’homme, ou position des races typiques”.

97 Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 161 s’en fera l’écho en 1845 : “le mouvement de destruction et de reproduction qui préside à toute la nature paraît s’être étendu jusque sur la genèse du genre humain”.

98 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, cahier II : “Existence de l’homme comme un genre ou une seule espèce”, pp. 15 sq., en part. pp. 17-19 ; cahier III : “Les Paltas Aturiens ou Flatheads (têtes applaties [sic]) de l’Amérique du Sud” ; cahier VII : “Tige américaine sous-typique”.

99 Blanckaert (Claude), “L’Indice céphalique et l’ethnogénie européenne : A. Retzius, P. Broca, F Pruner-Bey (1840-1870)”, in Blanckaert (Claude), Ducros (Albert), Hublin (Jean-Jacques), (sous la dir.), Histoire de l’anthropologie : hommes, idées, moments, op. cit., p. 183.

100 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation... ”, art. cit., p. 647.

101 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, cahier IV, p. 9.

102 Ibid., no  153, III, pp. 13-14.

103 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation... ”, art. cit., p. 648. Ce texte est repris dans l'Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 758. Voir le commentaire d’Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 165.

104 Broca (Paul), “Recherches sur l'hybridité animale en général et sur l’hybridité humaine en particulier considérées dans leurs rapports avec la question de la pluralité des espèces humaines”, Mémoires d’anthropologie, Paris : Reinwald, 1877, t. III, pp. 521-522.

105 Lacroix (Frédéric), “Les Esclaves de la France et les Nègres libres de l’Angleterre”, La Revue indépendante, t. IX, 1843, p. 561.

106 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Leçons sur les races humaines, manuscrit cité, no  153, cahier III, pp. 14.

107 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation...”, art. cit., p. 648.

108 Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 166. Sur cette “investiture divine de la masse humaine”, voir Bénichou (Paul), Le Temps des prophètes : doctrines de l’âge romantique, Paris : Gallimard, 1977, en part. pp. 448 sq.

109 Serres s’en préoccupera dès sa nomination. Un extrait du procès-verbal de la séance des professeurs du 10 novembre 1839, annexé aux archives de Serres du Muséum (Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 165, 2ème partie) indique que “les galeries destinées à recevoir les pièces d’anatomie humaine, ou relatives à l’histoire naturelle de l’homme, qu’il se propose de faire dans le sein du Muséum sont terminées, et qu’elles lui sont livrées”,

110 Rousseau (Louis), Lemonnier (Céran), Promenades au Jardin des plantes, op. cit., pp. 85-86, 89-90, 94-95, 98-99, etc.

111 Cap (Paul-Antoine), Le Muséum d’Histoire naturelle, op. cit., p. 195.

112 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Observations sur l’application de la photographie à l’étude des races humaines”, Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, nelle série, t. III, 1845, p. 116 et “Instructions demandées par M. le ministre de l’Instruction publique... ”, art. cit., p. 83.

113 Hamy (Ernest Théodore), “La Collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle”, L'Anthropologie, t. XVIII, 1907, p. 271.

114 Sur cet élément patriotique, Cf. Dias (Nélia), “Séries de crânes et armée de squelettes... ”, op. cit.

115 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Observations sur l’application de la photographie à l’étude des races humaines”, art. cit., pp. 117-118. Voir aussi “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation... ”, art. cit., p. 644.

116 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 761, note. Ce système, dira-t-il, avait “tout cadavérisé [sic] dans la nature humaine” (“Anthropologie. Résumé de 49”, Bibliothèque centrale du Muséum, Ms 165, 2ème partie, p. 2). Il parlait encore, à propos de la préformation d’une “science de la mort”, d’un “code de mort” : “l’homme divisé en espèces immuables et imperfectibles, l’humanité parquée et catégorisée, l’espèce éthiopique toujours au bas de l’échelle pour servir de marche pied à l’espèce européenne...” (“Philosophie anthropologique”, Manuscrit cité, no  165, 2ème partie, p. 138).

117 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Sur le monument et les ossements celtiques, découverts à Meudon en juillet 1845”, extr. des Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. XXI, 1845, p. 2.

118 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., p. 760. Un feuillet séparé de ses manuscrits déposés à la Bibliothèque centrale du Muséum (Ms 165, 2ème partie) définit les races humaines comme “des branches d’un tronc commun. Le Règne humain résume ainsi le grand principe de la nature l’Unité dans la Variété”, s. d.

119 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Note sur les types des races humaines du Nord, envoyée au Muséum par M. le prince Demidoff, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. XXXVII, 1853, p. 700. Je souligne.

120 [Flourens (Pierre), Duperrey], Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les races nègres de l’Afrique orientale au Sud de l’équateur, observées par M. de Froberville”, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. XXX, 1850, pp. 679-690.

121 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), Anatomie comparée transcendante..., op. cit., pp. 765-766.

122 Ibid., p. 766.

123 Esquiros (Alphonse), “Du mouvement des races humaines”, art. cit., p. 170.

124 Gobineau (Arthur de), Essai sur l’inégalité des races humaines, rééd., Paris : Belfond, 1967.

125 Esquiros (Alphonse), “Des études contemporaines sur l’histoire des races”, art. cit., p. 1002.

126 “Cabinet anthropologique du Muséum d’Histoire naturelle”, Nouvelles annales des voyages et des sciences géographiques, nelle série, t. XXXVI, no 4, 1853, p. 358.

127 “Les trésors augmentent tellement que M. Serres ne rêve plus que la construction d’une nouvelle galerie au Muséum pour les y exposer à l’admiration publique” : J. Reynaud, lettre du 4 octobre 1847, Correspondance familière, Paris : Motteroz, 1886, p. 230.

128 Hamy (Ernest Théodore), “Vie et travaux de M. de Quatrefages”, art. cit., p. CXVIII.

129 Dias (Nélia), “Séries de crânes et armée de squelettes...”, art. cit., p. 204.

130 Les dates sont indiquées par Stanton (William), The Leopard’s Spots, scientific attitudes toward race in America : 1815-1859, Chicago : University of Chicago Press, 1982, pp. 90 et 174.

131 “Comparées à cette Galerie — et à la seule exception du département de craniologie, surpassé par la collection de Morton à Philadelphie —, toutes les autres collections que je connais, personnellement ou par catalogue, sombrent dans l’insignifiance. Squelettes, crânes, préparations anatomiques ; visages, têtes et bustes moulés, restitués dans leur couleur ou non, d’un nombre immense de nations ; portraits à l’huile ou à l’aquarelle, daguerréotypes, photographies d’individus de toutes les parties du monde ; sans oublier ces figurines en couleur des races russes présentées par le prince Demidoff — tout cela et d’autres pièces bien trop variées pour être énumérées —, font d’ores et déjà de la Galerie anthropologique [...] l’une des gloires de Paris et la première au monde en matière ethnologique. En fait ce système admirable, et susceptible d’expansion indéfinie, est ici si bien installé qu’avec le soutien presque négligeable du gouvernement impérial, Paris pourrait combler — parmi les milliers d’attractions destinées à l’étudiant comme aux personnes lettrées ou disposant de loisir — tous les besoins de l’anthropologie”, Gliddon (George R.), “Commentary upon the principal distinctions observable among the various groups of humanity”, in Nott (Josiah Clark), Gliddon (George Robins), (sous la dir.), Indigenous races of the Earth..., op. cit., pp. 608-609.

132 Riviale (Pascal), Les Français à la recherche des antiquités du Pérou préhispanique au XIXème siècle (1821-1914) : les hommes et les institutions, Thèse de l’Université de Paris VII, 1991, vol. II, pp. 408 sq.

133 Topinard (Paul), “Visite à la collection anthropologique du Muséum d’Histoire naturelle”, Congrès international des sciences anthropologiques tenu à Paris du 16 au 21 août 1878, Exposition universelle, Paris 1878, Paris : Impr. nationale, 1880, pp. 293-297. Un jugement différent sur Flourens est livré par Hamy (Ernest Théodore), “La Collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle”, art. cit., p. 266.

134 Ernest Théodore Hamy, successeur de Quatrefages en 1892, fut son aide-naturaliste dès les années 1870 et s’occupa tout particulièrement des collections. C’est lui qui, selon son mot, mit fin en 1871 au “désordre officiel qui régnait depuis quinze ans dans la galerie” : “La Collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle”, art. cit., p. 273.

135 Thulié (Henri), “Rapport sur les sociétés d’anthropologie et l’enseignement de l’anthropologie”, Congrès international des sciences anthropologiques tenu à Paris du 16 au 21 août 1878..., op. cit., p. 26.

136 Dias (Nélia), “Séries de crânes et armée de squelettes... ”, art. cit, p. 224.

137 “Les Français ont peu développé ce secteur particulier de la science. Néanmoins, les noms de Serres, Foville, Gosse, Dumoutier, Blanchard et d’autres encore, lui sont associés dans le public”, Meigs (James Aitken), “The Cranial characteristics of the races of men”, art. cit., pp. 216-217.

138 Jacquinot (Honoré), Voyage au Pôle sud et dans l’Océanie sur les corvettes l’Astrolabe et la Zélée, exécuté par ordre du roi pendant les années 1837-1838-1839-1840, sous le commandement de M. J. Dumont d’Urville, Zoologie, t. II : Considérations générales sur l’anthropologie, Paris : Gide et Cie, 1846, p. 4.

139 Blanchard (Émile), Voyage au Pôle sud et dans l’Océanie sur les corvettes l’Astrolabe et la Zélée, exécuté par ordre du roi pendant les années 1837-1838-1839-1840, sous le commandement de M.J. Dumont d’Urville, Anthropologie... par M. le docteur Dumoutier, Paris : Gide et J. Baudry, 1854, pp. 12 et 46-47.

140 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation... ”, art. cit., p. 650.

141 Ackerknecht (Erwin H.), “P.M.A. Dumoutier et la collection phrénologique du Musée de l’Homme”, Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 10ème série, t. VII, 1956, pp. 289-308.

142 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation... ”, art. cit., p. 658.

143 Blainville (Henri Ducrotay de), “Rapports faits à l’Académie royale des sciences de l’Institut de France sur les travaux de M.M. Hombron et Jacquinot, pendant le voyage de circumnavigation de l’Astrolabe et de la Zélée. Partie Zoologique”, Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences, t. XIII, 1841 reproduit in Hombron (Bernard), Voyage au Pôle sud et dans l’Océanie sur les corvettes l’Astrolabe et la Zélée, exécuté par ordre du roi pendant les années 1837-1838-1839-1840, sous le commandement de M. J. Dumont d’Urville, Zoologie, t. I : De l’homme dans ses rapports avec la création, Paris : Gide et Cie, 1846, pp. 41-42.

144 Hombron (Bernard), ibid., p. 293 : “la Galerie anthropologique Dumoutier est une des richesses les plus précieuses des archives scientifiques”. Voir aussi Salles (Eusèbe-François de), Histoire générale des races humaines..., op. cit., p. 210 et Janin (Jules), “Le Jardin des plantes”, [introduction], in Boitard (Pierre), Le Jardin des plantes..., op. cit., pp. XL-XLI.

145 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Rapport sur les résultats scientifiques du voyage de circumnavigation... ”, art. cit., p. 650.

146 “Que le cerveau soit un organe unique, comme la science incline de nos jours à le penser, ou une réunion d’organes composés entre eux, comme le croyait Gall, la localisation inventée par lui, vraie ou fausse, n’en aura pas moins rendu quelques services à la science de l’homme, en contribuant à déterminer les formes de la tête qui sont en rapport avec certaines dispositions de l’esprit” : Esquiros (Alphonse), Paris, ou Les sciences, op. cit., t. I, p. 400.

147 Deschamps (Michel-Hyacinthe), Études des races humaines, op. cit., pp. 255-256.

148 Dumoutier ouvrit en 1836 un “musée phrénologique” composé pour partie de pièces “détournées” du voyage de l’Astrolabe. La collection sera acquise par le Muséum en 1873-1874. Cf. Hamy (Ernest Théodore), “La Collection anthropologique du Muséum national d’Histoire naturelle”, art. cit., p. 267, note 1.

149 Voir le commentaire général de Cooter (R.J.), “Phrenology : the provocation of progress”, History of science, vol. XIV, 1976, pp. 211-234 ; Lantéri-Laura (Georges), Histoire de la phrénologie..., op. cit., chap. III, § 2 ; Cohen (William B.), Français et Africains : les Noirs dans le regard des Blancs (1530-1880), [trad. C. Garnier], Paris : Gallimard, 1981, en part. pp. 312 sq. et surtout McLaren (Angus), “A Prehistory of the social sciences : phrenology in France”, Comparative studies in society and history, vol. XXIII, no 1, 1981, pp. 3-22. Cf. p. 17 : “la phrénologie a émergé en même temps que le genre d’anthropologie raciste à la française qui est apparu dans la première moitié du XIXème siècle et, en fait, lui a fourni pour partie sa raison d’être”.

150 Flourens (Pierre), Histoire des travaux et des idées de Buffon, op. cit., p. 155.

151 “C’est bien le propre de la réussite institutionnelle que de s’emparer du dispositif de la mémoire, et de configurer le mémorable pour tenter de s’emparer de l’avenir” : Schlanger (Judith), “Fondation, nouveauté, limites, mémoire”, in Lécuyer (Bernard-Pierre), Matalon (Benjamin) (sous la dir.), “Les Débuts des sciences de l’homme”, no  spécial de Communications, no 54, 1992, pp. 297-298. Cf. Blanckaert (Claude), “Buffon and the natural history of man”, art. cit.

152 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Considérations sur la méthode d’observation expérimentale en anthropologie : première leçon recueillie le 28 octobre 1854 par Μ. E. Deramond, préparateur de la chaire d’anthropologie au Muséum”, extr. de la Gazette médicale, 1854, pp. 13-14.

153 Serres (Étienne-Renaud-Augustin), “Note sur les types des races humaines du Nord, envoyée au Muséum par M. le prince Demidoff, art. cit., pp. 698-99. Je souligne.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Quatrefages de Bréau (Jean-Louis, Armand de)1810 - 1892. Héliogravure.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 2 - Flourens (Pierre Marie Jean) 1794 - 1867. Litho par Lemoine.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 3 - Serres (Étienne Renaud Augustin) 1786 - 1868.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540