Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Naissance et développement d'une institution

Une “République de savants” sous l’épreuve du regard administratif : le Muséum national d'Histoire naturelle 1849-1863

Camille Limoges

Note de l’éditeur

Limoges, C., 1997. Une “République de savants” sous l’épreuve du regard administratif : le Muséum national d’Histoire naturelle 1849-1863. in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 65-84. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

1Le Muséum national d’Histoire naturelle fut l’objet, par deux fois entre 1849 et 1863, de controverses publiques remettant en question son autonomie et les modalités de son administration.

  • 1 “Décret de la Convention nationale du 10 juin 1793”, Titre premier, article III, p. 135, in Hamy ( (...)
  • 2 Ibid., Titre premier, article IV, p. 135.
  • 3 Ibid., Titre premier, article VI, p. 136.
  • 4 Ibid., Titre premier, article IX, p. 136.
  • 5 “Projet de règlement présenté par les professeurs au Comité d’instruction publique de la Conventio (...)

2Le décret de la Convention nationale du 10 juin 1793, qui avait assuré sans solution de continuité la naissance du Muséum sur la base du ci-devant Jardin du roi, confiait aux titulaires des chaires dans la nouvelle institution la haute main sur sa gouverne. Selon les termes du décret, tous les professeurs “jouiront des mêmes droits”1 et la charge d’intendant du Jardin est supprimée pour “consacrer l’égalité entre des hommes que l’Europe savante met sur le même rang”2. Un directeur du Muséum, “nommé parmi les professeurs et par les professeurs” est “chargé uniquement de faire exécuter les règlements et les délibérations de l’assemblée qu’il présidera”3 Ce sont aussi les professeurs qui “nommeront au scrutin le savant qu’ils jugeront le plus propre à remplir [une] place vacante”4. Par ailleurs, le règlement interne, approuvé par le Comité d’instruction publique en septembre 1793, précisait que “les professeurs seront seuls chargés de l’administration générale du Muséum" et prendront “les décisions sur tous les objets relatifs à l’établissement et sur les moyens d’améliorer l’étude des sciences naturelles”5. Le rôle de l’État se limitait à l’attribution au Muséum de son budget annuel et de crédits exceptionnels pour ses immobilisations.

  • 6 “Mémoire du 7 brumaire an IX relatif à l’organisation du Muséum d’Histoire naturelle” (Archives na (...)
  • 7 Ibid., p. 3.

3À l’époque du Consulat, une première alerte avait mobilisé les professeurs-administrateurs du Muséum. “Instruits par la rumeur publique que le ministre de l’Intérieur par une mesure générale voulait faire régir tous les Établissements publics chacun par un seul administrateur de son choix”, l’assemblée faisait valoir que sous la constitution du Muséum où les professeurs sont aussi conservateurs des collections et administrateurs, l’institution “a plus acquis dans son ensemble en sept années que pendant le siècle qui a précédé sous le régime des intendants”6. Or la concentration des pouvoirs d’administration dans les mains du seul directeur nommé par le ministre ferait que “les professeurs dépourvus des moyens de conservation et n’influant pas sur le choix de leurs aides, se concentre[raient] dans la partie de l’enseignement ; l’union[serait] dissoute et l’Établissement marche[rait] vers sa destruction”7.

  • 8 “République française. Ministère de l’Instruction publique et des Cultes. Note sur le Muséum d’His (...)
  • 9 Un décret de 1822 transféra au Grand Maître de l’Université le pouvoir de recommandation des inspe (...)

4Le ministre Lucien Bonaparte fil créer par son frère, le Premier Consul, un poste de directeur-général du Muséum. Cependant, Antoine-Laurent de Jussieu ne voulut pas accepter sa nomination à cette charge et, Lucien Bonaparte étant remplacé au Ministère par le chimiste Claude Chaptal, la disposition n’eut pas de suite8. De lait, depuis 1793, la seule modification apportée aux règles d’administration du Muséum avait été l’abrogation, par la loi du 11 floréal an X sur l’organisation de l’instruction publique, de l’article donnant à l’Assemblée des professeurs la responsabilité exclusive de nommer aux postes vacants en son sein. À compter de cette date, en effet, les nouveaux professeurs seront nommés par le Ministère sur présentation concurrente de candidats par l’Académie des sciences, par les inspecteurs généraux de l’enseignement et par les professeurs du Muséum9.

  • 10 “Budget de 1849 : Extrait du rapport fait au nom de la Commission du budget de 1849, sur les dépen (...)

5En 1849, un rapport de la Commission du budget soutient que “plusieurs des ministres qui se sont succédé au département de l’instruction publique ont rencontré dans le mode d’administration appliqué à cet établissement des embarras et des entraves qui résultent de sa constitution trop indépendante du pouvoir central” et “invite M. le ministre de l’Instruction publique à préparer un plan d’organisation administrative du Muséum qui donne au chef de l’instruction publique, sur l’économie intérieure de cet établissement, sur la manière dont les différents cours y sont institués, sur les moyens d’assurer la conservation de ses richesses scientifiques, sur l’attribution des logements aux professeurs, etc., une autorité prépondérante”10.

  • 11 Cette première Commission, formée en vertu d’un arrêté du ministre de l’Instruction publique du 11 (...)
  • 12 Cette seconde Commission, formée par arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Cultes du (...)
  • 13 Trois exemples, relatifs à l’époque de la seconde Commission, suffiront pour en donner le ton : L’ (...)
  • 14 Paul Lemoine, qui n’est pas toujours très exact, écrit qu’une “période de repos [1838-1851] cesser (...)

6En fait deux commissions d’enquête seront créées, l’une en 184911, l’autre en 185812. Leurs travaux seront accompagnés d’une couverture de presse probablement orchestrée et généralement hostile au Muséum13 et entraîneront des polémiques s’étalant sur plusieurs années (1849-1851,1858-1863)14.

  • 15 Sur cet épisode, voir Blanchard (François), L’Institution de la paléontologie au Muséum d’Histoire (...)
  • 16 Ville occupa cette chaire jusqu’à sa mort en 1897.

7Dans l’intervalle de ces deux crises, deux événements étaient venus manifester la poigne ministérielle et faire craindre l’érosion de l’autonomie institutionnelle : en 1853, la transformation de la chaire de botanique à la campagne en chaire de paléontologie pour Alcide d’Orbigny15 et, en 1857, la création pour Georges Ville16 d’une nouvelle chaire de physique végétale. Dans les deux cas, ces créations s’étaient faites malgré l’opposition explicite de l’Assemblée des professeurs.

  • 17 Il s’agit, bien sûr de Georges Ville, que Paul Lemoine identifie comme “plus ou moins apparenté à (...)

8La chronique des travaux des deux commissions d’enquête et de leur réception serait assez savoureuse, romanesque même, avec ses péripéties occultes et ses vils acteurs, la protection personnelle mais discrète de l’empereur qui reçoit le déjà vénérable Chevreul en coulisses, le fils illégitime de l’empereur dans le rôle du délateur et de l’indicateur17, et la bonne action d’un militaire au grand cœur récompensée plus tard par une élection à l’Académie des sciences, élection à laquelle ne furent pas étrangers les professeurs du Muséum. Mais ces épisodes critiques dans la vie de l’institution seront ici plutôt abordés dans ce qu’ils révèlent des représentations de la nature et de la vocation du Muséum chez ceux qui l’administrent et chez ceux qui le critiquent, afin de mieux saisir ce que les textes pertinents traduisent de l’identité assignée par ses praticiens à l’histoire naturelle. En somme, il ne s’agit pas ici de rendre compte des rapports des deux commissions et des réactions qu’ils suscitèrent dans leurs différents aspects ; il s’agit seulement d’utiliser ces deux moments comme révélateurs de la façon dont les professeurs du Muséum construisaient les représentations qu’ils se faisaient des liaisons constitutives entre leur administration de l’établissement et leur propre activité de scientifiques.

Une constitution mise en question

  • 18 Rapport Allard, p. 1.

9Le choix d’examiner sous cet angle les deux ensembles de textes suscités par les travaux des commissions trouve son origine dans une phrase de nature à attirer l’attention. Le rapport de la seconde commission déclare en effet : “il ne s’agissait pas de toucher aux personnes que protègent tant d’illustres travaux18.

  • 19 Sans doute, au Titre premier, à l’article XV du décret du 10 juin 1793 cité par Hamy (Ernest Théod (...)

10Des travaux scientifiques peuvent honorer leur auteur, inspirer du respect, de l’admiration, de la considération, de la reconnaissance même, mais qu’ils puissent servir de boucliers, servir à la protection des personnes voilà qui traduit une circonstance inattendue19. En fait, il nous faut tenir cette expression, à la façon d’un lapsus, pour très significative, car ce sont bien des personnes qui seront visées, au moins dans l’exercice de certaines de leurs attributions, qui se sentiront attaquées et qui effectivement en appelleront à la science pour se disculper.

  • 20 Rapport Corne, p. 13.
  • 21 Ibid., pp. 1-2 ; p. 14 : “depuis cette époque, plus d’une fois, les ministres qui avaient le Muséu (...)
  • 22 Ibid., p. 12.
  • 23 Ibid., pp. 52-53.

11Le rapport de la première commission avait rappelé que le ministre Lucien Bonaparte “s’étonna d’être dépouillé de toute autorité, de tout contrôle sérieux sur l’administration intérieure du Muséum [et] voulut faire cesser cet état de choses et ramener le Muséum aux règles communes d’administration appliquées à tous les autres services publics de son département”20. Le rapport rappelait aussi que “l’organisation de ce grand établissement, telle qu’elle était sortie du décret de la Convention du 10 juin 1793, était depuis longtemps l’objet de controverses animées. Il était de notoriété publique que plusieurs des ministres qui se sont succédé à l’Instruction publique avaient senti leur action trop insuffisante, trop entravée, à l’égard du Muséum et qu’ils avaient regretté que l’organisation spéciale de cet établissement le tint en dehors des règles générales qui rattachent fortement tous les autres services à l’administration centrale”21. Pour cette commission, le Muséum constituait une anomalie dans le système administratif : “à l’égard du Muséum, l’unité administrative est rompue. C’est une branche détachée du tronc commun et qui vit un régime particulier. La puissance publique est absente de cet établissement, excepté pour en solder les dépenses. Les hommes de science n’occupent pas seulement les chaires, ils administrent dans toute la portée de ce mot”22. Il fallait donc selon la première commission “rétablir [...] la règle nécessaire de la liberté d’action et de la responsabilité du pouvoir central”, “donner à l’administration de cet établissement, en la plaçant dans les mains d’un directeur délégué du pouvoir central, l’unité et la force d’initiative dont elle manque” et “garantir par des mesures d’ordre et de bonne comptabilité la conservation d’un précieux dépôt de richesses publiques”23.

  • 24 Rapport Allard, p. 1. L’italique est mienne.
  • 25 Ibid., p. 3.
  • 26 Ou comme disait le Rapport Corne, p. 4 : “l'unité est de l’essence d’un bon gouvernement” ; et enc (...)
  • 27 Rapport Allard, p. 26. Les italiques sont miennes. Le Rapport Corne déjà, dans un énoncé qui susci (...)
  • 28 Rapport Allard, p. 29.

12La seconde commission quant à elle reconnaissait d’entrée de jeu avoir été créée pour “rechercher les améliorations susceptibles d’être apportées à la constitution qui régit actuellement le Muséum”24. À cet égard, souligne le rapport, le Muséum continue de s’administrer en plein Second Empire en vertu d’un “décret d’inspiration républicaine”25. Or, “une telle organisation répond parfaitement aux idées d’égalité [...] mais on y cherche vainement le principe d’autorité26, sans lequel il ne saurait y avoir, pour un établissement quelconque, ni ordre, ni régularité, ni progrès. Un vice si capital devait porter ses fruits”27. De fait, concluait le Rapport Allard, “c’est la constitution même de l’établissement qui est défectueuse”28.

Un lieu de contentieux : celui des collections et des inventaires

13Ces effets néfastes, fatalité d’une institution sous l’empire de principes égalitaires et républicains, les commissions en cherchèrent les indices là où elles pouvaient légitimement se poser en juges compétents, c’est-à-dire en un lieu commun à l’administration et à l’histoire naturelle, du côté de l’état matériel des collections et surtout du côté des écritures, des inscriptions, registres, inventaires et catalogues qui sont aussi bien les outils de l’administration que ceux de l’histoire naturelle, outils par lesquels des entités sont fichées, identifiées, classées et où effectivement l’ordre, la régularité, conditionnent le “progrès”.

14Collections et écritures afférentes vont donc s’avérer l’objet privilégié des préoccupations des deux commissions et constituer les points d’entrée pour une mise à l’épreuve administrative de la gestion du Muséum. Sur ce terrain, si la démonstration pouvait être faite du désordre des collections et des outils, alors les effets funestes de la constitution de 1793 et la nécessité d’une réorganisation administrative apparaîtraient.

  • 29 Rapport Corne, p. 22.
  • 30 Ibid., p. 20. Les italiques sont miennes.

15Tant que des activités sont scientifiques, elles échappent au jugement de commissions administratives. Mais en revanche, là où les compétences et les exigences administratives s’appliquent, la “protection” scientifique ne jouerait plus : ce serait le cas, selon les commissions, pour ce qui a trait à l’amoncellement des richesses dans les galeries et les magasins — “des trésors de la science qui forment, à un autre point de vue, d’importantes propriétés publiques”29 fait-on valoir — et quand il s’agit bien d’ordre, de séries, de rangement, d’état matériel de collections, dans un domaine qui appelle une “comptabilité de matières” pour reprendre une locution fréquente dans les rapports des deux commissions. Comme l’écrit Corne : “comme l’administration, la conservation demande de l’unité dans la pensée, des vues d’ensemble, de l’harmonie dans les moyens d’exécution”30.

  • 31 Dagognet (François), Pour une théorie générale des formes, Paris : Vrin, 1975, chapitre 2.
  • 32 “Lettre du Colonel Favé, aide de camp de l’Empereur, à M. Chevreul, directeur du Muséum d’Histoire (...)

16La stratégie est habile, l’attaque redoutable, car en effet l’interface est réelle, il y a bien lieu commun. Comme l’a bien montré notamment François Dagognet, des pratiques courantes de l’administration sont aussi les mêmes ou des parentes de celles agissantes au cœur même de l’histoire naturelle, quand il s’agit de maîtriser la diversité par registres, inventaires, catalogues, inscriptions et assignations d’identité, archivages, constitutions de séries31. De fait, même les tenants de l’autonomie du Muséum usent librement d’un répertoire métaphorique qui manifeste éloquemment cette parenté de l’histoire naturelle et de la pratique administrative. Ainsi, le colonel Favé décrit le Muséum comme “un vaste ensemble consacré aux documents relatifs à l’étude de la terre et de sa création”32. Cet apparentement fournit les vrais points d’entrée de l’intervention administrative ; là aussi se trouve peut-être le talon d’Achille de l’institution.

Un travail de démarcation

17Les deux commissions vont fonder la nécessité d’une redistribution des responsabilités administratives au Muséum à partir du traçage de lignes de démarcation, identiques d’un rapport à l’autre, qu’à leur tour les naturalistes vont contester pour faire valoir d’autres lignes de partage justifiant leur juridiction sur l’administration de l’institution.

Une première démarcation, selon les commissions, départage la connaissance scientifique et les matières

  • 33 Rapport Corne, p. 37.
  • 34 Ibid., p. 38. Les italiques sont miennes.
  • 35 Il faudra partout un registre d’entrée et de sortie, un registre d’ordre présentant l’inventaire c (...)

18Sur le terrain apparemment commun à la pratique de l’histoire naturelle et à la pratique administrative, les deux commissions prétendent faire le constat d’un désordre et de carences, attribuables à la constitution vicieuse du Muséum, de sorte que s’impose la nécessité d’un mandataire de la puissance publique seul responsable de toutes les fonctions administratives, les professeurs se trouvant ainsi déchargés de leurs responsabilités relatives aux collections. On s’inquiétait ainsi de ce que “l’état des collections en général attestait, de la part des professeurs du Muséum, un véritable zèle pour l’avancement de la science ; il n’attestait pas au même degré chez tous l’entente de l’ordre matériel et l’esprit de méthode”33 ; la “comptabilité matérielle” comporte de graves lacunes : “il n’existe pas d’inventaire des richesses accumulées dans cet immense dépôt” ; l'enregistrement des objets a été négligé “presque absolument” ; depuis quelques années le “zèle de plusieurs professeurs a introduit dans les registres d’ordre et dans l’avancement des catalogues scientifiques une régularité et une activité satisfaisante”34, mais “aucune règle uniforme n’est prescrite pour l’enregistrement des objets”, “chaque professeur a sa méthode” ; il est donc “urgent d’introduire dans tous les services du Muséum une comptabilité régulière et uniforme”35.

  • 36 La notion de “travail de démarcation” renvoie en sociologie des sciences à des stratégies de disti (...)

19Ce qui se présente ici comme un constat, comme le produit de l’observation immédiate et incontestable, relève en fait de ce que les sociologues des sciences qualifient de “boundary-work”, c’est-à-dire de “travail de démarcation”36. Bien loin de s’agir d’une simple lecture de la réalité, on assiste en fait à la construction active d’une représentation possible de celle-ci, par distinctions, divisions, hiérarchisations et par assignations conséquentes de responsabilités.

20En effet, dans la série d’énoncés que nous venons de citer à titre d’illustration du procédé, s’effectue le traçage d’une démarcation qui passerait entre la science et l’ordre matériel, auxquels correspondraient respectivement d’une part les catalogues scientifiques, et d’autre part la comptabilité matérielle. Cette distribution de produits, qui se donne pour allant de soi, répartit implicitement et automatiquement des acteurs : aux professeurs la science et la classification, aux administrateurs la gestion des matières. Alors, les professeurs ne sont plus administrateurs : une frontière se dresse entre eux et les matières à administrer.

La vraie démarcation, rétorquent les professeurs, ne passe pas entre la connaissance scientifique et les matières ; elle passe plutôt entre les objets scientifiques et le matériel

  • 37 Ainsi à propos du Rapport Allard, les professeurs écrivent : “quelle a été la pensée du rapporteur (...)

21S’ils veulent garder leur statut d’administrateurs, les professeurs ne peuvent bien entendu pas accepter le traçage d’une première démarcation entre la science et les matières. Ils en sont d’ailleurs parfaitement conscients, la stratégie des deux rapports leur étant d’autant moins opaque que chaque fois des professeurs du Muséum étaient membres des commissions et ont refusé de signer le rapport final, à l’exception, pour le Rapport Allard, de Georges Ville37.

22Il n’y a, affirment-ils, pas de démarcation entre la science et les collections que les commissions ont voulu subsumer entièrement sous la catégorie des matières.

  • 38 Réponse de 1851, p. 34.
  • 39 La détermination en histoire naturelle renvoie en effet à une maîtrise du multiple par recension, (...)
  • 40 Réponse de 1863, p. 99. Le genre de catalogue envisagé par la Commission ne répond donc pas aux be (...)
  • 41 Réponse de 1851, p. 36. Comment constater la présence, l’identité d’un spécimen sous un enregistre (...)

23La véritable démarcation se situe ailleurs avancent-ils ; non pas entre science et collections, mais entre le matériel et les objets scientifiques : “il faut bien distinguer”, écrivent-ils, “[l'] inventaire des objets scientifiques de celui des objets qui ne le sont pas, du reste du matériel des magasins, laboratoires, ateliers, etc.”38. Les inscriptions à effectuer posent dans les deux cas des questions entièrement différentes. Dans un cas il s’agit bien d’inventaire administratif ; dans l’autre, il faut des “catalogues vraiment scientifiques”. Le problème-clé si l’on se place du côté scientifique de la démarcation est celui de la détermination qui n’existe pas de l’autre côté pour l’inventaire matériel. Celle-ci est un travail scientifique et seuls les scientifiques peuvent en être les auteurs39. À l’adresse du général Allard, rapporteur pour la seconde commission, les professeurs rappellent non sans ironie que l’inventaire de spécimens ne peut obéir aux règles de l’inventaire de fournitures militaires où l’on a vite fait, par exemple, de reconnaître et de distinguer sans équivoque une giberne d’un fusil40. Le genre de catalogues dont les commissions déplorent l’inexistence au Muséum ne répond pas aux besoins de la science, insistent les professeurs. Si la détermination n’est pas précise, il n’y aura ni connaissance, ni contrôle : “on établira un ordre apparent, sous lequel se cachera le plus réel et le plus profond désordre”41. De part et d’autre de la ligne de démarcation tracée avec justesse, l’inventaire et le catalogue s’avèrent des produits totalement différents. Les collections — les objets scientifiques — ne peuvent entrer dans la règle des comptabilités matérielles ; les problèmes d’identification et de classement, comme de contrôle, posés par des spécimens de collection sont d’ordre scientifique ; si l’on peut parler de leur administration, ils ne peuvent pour autant passer sous la juridiction d’administrateurs qui ne seraient aussi des scientifiques.

  • 42 Ibid., p. 46.
  • 43 Ibid., p. 44.

24Sur le terrain de la conservation de “richesses” de propriété nationale, que les deux commissions voulaient occuper pour y faire valoir les droits de l’administration, les rapports avaient souligné combien l’“enregistrement” de ces biens confiés à la garde des professeurs laissait à désirer, combien la “comptabilité en matières” était déficiente, soit par absence d’inventaire d’ensemble, ou de registres, soit au contraire par multiplication des catalogues pour des objets d’un même service, sous une même chaire. À cela, les professeurs répondent, en insistant, qu’un catalogue au Muséum ne peut pas être “un inventaire de comptable”, mais doit être “une œuvre scientifique”. Les recommandations des commissions reposent sur une méconnaissance de la vraie démarcation et se traduisent par une méprise. Un directeur chargé de l’administration et donc de la conservation supervisera la production d’inventaires, l’œuvre scientifique manquera, les besoins de la science ne seront pas satisfaits.42 La première ligne de démarcation construite par les deux commissions est ainsi effacée. La conservation n’est pas d’ordre administratif, elle reste une activité scientifique et doit de ce fait demeurer sous l’entière responsabilité des professeurs43.

Les commissions font valoir une seconde démarcation, entre la science et l’État

  • 44 Rapport Allard, p. 30. Les italiques sont miennes.

25Pour conforter son argument, le Rapport Allard traçait une autre démarcation : “les services du Muséum sont complexes sans doute. Mais deux sortes d’attributions y peuvent être facilement distinguées : d’un côté, celles qui sont du domaine de la science ; de l’autre, celles qui dérivent du droit d’intervention de l’État et de sa responsabilité”. La seconde ligne de démarcation est exactement superposable à la première, mais se situe à un niveau plus abstrait, effectuant le partage entre juridiction de la science et juridiction de l’État44.

  • 45 Ibid., p. 30. Les italiques sont miennes.

26Les professeurs conserveront alors la “direction de l’enseignement avec la disposition de toutes ses ressources. Ils y gagneront un temps précieux pour la science et pour eux”, puisqu’ils “se verront déchargés de détails minutieux et de soins matériels étrangers à leurs travaux45. En fait ici, en vertu d’un autre principe de traçage, on obtient les mêmes effets que ceux de part et d’autre de la première démarcation : les collections et leur conservation passent du côté de l’administration ; les professeurs et l’administration ne sont plus du même bord de la ligne de démarcation.

27La commission Corne ne pensait pas autrement : “ces deux branches d’attribution et de responsabilité [la direction administrative et la conservation] doivent être réunies dans une seule main, sous peine de négligences, de désordres ou de conflits très dommageables”. Encore une fois, l’intérêt administratif impose la désignation d’un directeur mandataire de la puissance publique.

La seconde démarcation, répondent les professeurs, passe ailleurs : elle départage établissements homogènes et établissements hétérogènes

28Pour les professeurs-administrateurs du Muséum, comme on peut s’y attendre, il en va tout autrement. Leur démonstration se déploie en deux temps.

29D’abord, le monde tel que se le représentent les commissions ne correspond pas au monde réel des objets naturels : il n’est pas assez complexe. Il n’y a pas une seule distinction à poser, mais plusieurs. Une fois gommée la fausse démarcation entre science et collection, il faut multiplier les distinctions dans la science et les partages dans les collections. Et cela change et redistribue tout : il ne peut plus y avoir de directeur unique administrateur de toutes les collections. Par la force des choses, qui imposent une multiplicité de limites internes à la connaissance, seule une variété d’administrateurs, chacun responsable des collections spécifiques à son service, peut, en une assemblée de professeurs, administrer l’ensemble des collections et de l’institution.

  • 46 Réponse de 1863, pp. 5-7.

30La logique est la suivante. Une perspective trop étroitement administrative, fondée sur un mauvais traçage de lignes de démarcation, permet d’envisager “un système unique de règles administratives” pour régir les services des “spécialités” des quinze chaires du Muséum. Cette perspective n’est pas satisfaisante, elle ne prend pas en compte les “besoins de la science”. Pour les professeurs en effet, l’administration doit s’ordonner sous cinq rapports : la conservation des collections, leur accroissement, la création de nouvelles collections, l’enseignement et enfin les recherches. Or la seule administration sous le rapport de la conservation (que les commissions voudraient voir passer sous la juridiction de la puissance publique) se différencie à son tour selon six catégories d’objets qui appellent des prises en charge bien distinctes et ne sauraient obéir aux mêmes règles uniformes : les objets en bibliothèque ; les collections d’objets inaltérables sous l’influence des agents atmosphériques (espèces chimiques, plantes et animaux fossiles, etc.) ; à quoi s’ajoutent les collections d'instruments ; les collections de spécimens botaniques et zoologiques très altérables et qui exigent des soins incessants ; les plantes vivantes cultivées en plein air ou en serres ; enfin la collection d’animaux vivants de la ménagerie. Chacun de ces types de collections exige des soins particuliers, l’importance des catalogues y est variable et la forme à leur donner ne peut rentrer sous une forme unique46.

  • 47 Ibid., p. 30. Les italiques ne sont pas miennes.
  • 48 Ibid., pp. 31-32. Les italiques ne sont pas miennes. De même, la Réponse de 1851 faisait valoir “l (...)

31Les professeurs y insistent dans leur mémoire : “la diversité des services du Muséum place cet établissement dans une condition particulière et donne la raison du maintien jusqu’à ce jour de son mode d’administration, qu’on dit être exceptionnel. Effectivement, la diversité des services [...] et les recherches scientifiques de tout temps considérées comme obligatoires aux fonctions de professeur, constituent un ensemble dont la complexité est si variée, qu’elle fait du Muséum un établissement à part, lorsqu’au point de vue administratif on le compare à un établissement homogène dont l’administration réside dans un chef unique”47. La “complexité et l'hétérogénéité de l’administration du Muséum”48 impliquent qu’un seul administrateur ne peut offrir les garanties suffisantes à un établissement homogène.

  • 49 Réponse de 1863, p. 32. Les italiques sont miennes.

32Une autre démarcation paraît donc ici — et c’est le second moment de la démonstration — résultant des multiples lignes de partage à l’intérieur même de la science pratiquée au Muséum, fidèle à la diversité des objets que requiert son activité : la démarcation entre institutions hétérogènes et institutions homogènes. Cette limite, au dire des professeurs, fonde la singularité de leur institution (“la diversité des branches principales qui constituent le Muséum [...] distingue cet établissement de tout autre”) ; contrairement à toutes les autres institutions qui sont homogènes et peuvent remplir les conditions de l’administration nationale commune, le Muséum est hétérogène de par les six catégories d’objets dont il assure la conservation ; et sa constitution est ainsi tout à fait adéquate — elle est même la seule adéquate — à la gestion de cette hétérogénéité. Son mode de gouvernement répond aux “cinq conditions auxquelles l’administration doit satisfaire d'après son institution toute scientifique”49. Il y a donc bien une ligne de démarcation entre la science et l’État, mais pour les professeurs du Muséum, celte ligne ne traverse pas le Muséum, elle ne partage pas les activités du Muséum de façon à attribuer à l’État certaines d’entre elles et à la science les autres. La démarcation entre l’hétérogène et l’homogène distribue en deux groupes, d’une part le Muséum seul et dans sa pleine intégrité et d’autre part l’État et les autres institutions.

33Ainsi la singularité du mode d’administration du Muséum ne repose pas sur une constitution mauvaise (un décret d’inspiration républicaine, un fait de société), comme le voudraient les rapports des commissions. Ce mode d’administration relève exclusivement de la science, c’est-à-dire des faits de nature.

Une constitution intangible, conforme à la nature

34Les deux commissions avaient voulu jauger selon des principes politiques et administratifs, les pratiques documentaires et de comptabilité matérielle qui, au Muséum, ne correspondraient pas aux “bonnes pratiques administratives”. Ils en avaient imputé la responsabilité aux effets de sa constitution d’inspiration républicaine, au défaut d’unité de sa direction et à la fragmentation de son administration entre quinze professeurs-administrateurs. Les professeurs infirment cette position : le défaut de règles communes d’enregistrement d’une collection à l’autre, d’un service à l’autre, ne signale pas une carence administrative ; les pratiques du Muséum reflètent seulement l’hétérogénéité essentielle de l’institution, laquelle traduit exactement la variété dans la nature. En somme les professeurs défont au bénéfice de la nature la thèse sociologique des commissions. En traçant la ligne de démarcation entre la nature et la société et en plaçant le Muséum du côté de la nature, sa constitution devient intangible comme l’ordre naturel, elle ne relève pas des réalités labiles que sont la société et la politique. Ils vont même plus loin en indiquant que ce n’est pas la société ou des politiciens, les Conventionnels de 1793, qui portent la responsabilité des particularités de la constitution du Muséum, mais la science elle-même, autant dire la nature.

  • 50 ibid., pp. 30 sq.
  • 51 Ce qui n’empêche pas les auteurs de souligner, en fin de mémoire, que le Muséum a été le “berceau (...)

35Les professeurs vont en effet faire valoir que la genèse de cette constitution telle que la dénoncent les deux rapports est mal comprise : en effet cette constitution n’est ni jacobine, ni républicaine, elle n’est pas politique, elle est exclusivement scientifique. La constitution de 1793, soulignent-ils, est antérieure à la Convention nationale. En effet, le décret du 10 juin 1793 reproduit exactement la proposition des officiers du Jardin du roi présentée le 23 août 1790 à l’Assemblée constituante50. Ils en concluent donc, d’une façon de prime abord étonnante, que ce n’est pas la politique mais bien “la science qui a présidé à l’institution du Muséum, c’est donc elle qui l’a divisé en autant de services qu’il y a de chaires et c’est en son nom que ceux qui en étaient les organes ont déclaré la nécessité de faire administrer le Muséum par les professeurs chargés de l’enseignement”51 ! Les signataires de l’Adresse de 1790 ne parlaient pas en leur nom, ni pour faire valoir des intérêts personnels, ils agissaient en délégation de la science, ils n’en étaient que les organes. Le décret conventionnel n’est rien d’autre que la traduction juridique d’une exigence purement scientifique, fondée sur la nature. Par nécessité, du fait de la diversité des objets de la connaissance scientifique et de la genèse de sa constitution, le Muséum se pose donc fermement et entièrement du côté de la nature, le plus puissant des alliés.

  • 52 En somme, il n’y a pas de ligne de démarcation au Muséum entre direction et professeurs et il ne d (...)

36Aussi bien, “nous dépouiller de la qualité d’administrateur [...], déclarent les professeurs, c’est prononcer notre condamnation et celle des hommes illustres qui nous ont précédés” ; alors “les progrès de l’établissement seraient incessamment compromis par des conflits naissant de la division du pouvoir entre le directeur et ses adjoints d’une part, et d’autre part les professeurs chargés de l’enseignement”52. “Il ne s’agissait pas de toucher aux personnes que protègent tant d’illustres travaux” avait insisté le rapport de la seconde commission. Mais les professeurs-administrateurs du Muséum ne pouvaient l’entendre de cette façon. Si “la science [...] a présidé à l’institution du Muséum” et si comme leurs prédécesseurs de 1790 ils se conçoivent comme les “organes” de la science, comment le travail de démarcation des commissions qui attente à la science pourrait-il le faire sans que ses “organes” subissent eux-mêmes l’agression ?

FIG. 1 – 1ère page du texte du décret de la Convention nationale relatif à l’organisation du Jardin national des plantes, 1793.

  • 53 Il n’est pas certain que cela soit exact. Les seules copies de ce rapport qui nous sont connues, a (...)
  • 54 Marcou (Jules), De la science en France. Troisième fascicule : Le Muséum d’Histoire naturelle, Par (...)

37La première commission n’atteignit pas ses objectifs. Les professeurs du Muséum ne furent pas les seuls à le penser. Selon le géologue Jules Marcou, par ailleurs fort critique à l’endroit des professeurs-administrateurs, la première commission “n’aboutit à rien. [...] Il y eu un rapport de fait, fort important dit-on, mais qui ne vit jamais le jour ; on ne lui fit pas même les honneurs d’une simple et inoffensive publication ; les professeurs-administrateurs du Jardin des plantes parvinrent facilement à l’étouffer et il a dormi dans les cartons du Ministère de l’Instruction publique. Toutefois il paraît que ce rapport a été imprimé53, ainsi qu’une réponse faite par les professeurs-administrateurs du Muséum ; mais le public scientifique les a ignorés complètement tous les deux et on peut dire qu’ils sont restés inédits. Je n’ai jamais pu les voir ni me les procurer ; ils sont enfermés dans les oubliettes des cartons du Ministère”54.

  • 55 Rapport Corne, p. 41 : “il est interdit sous peine de rendre inintelligible ces annales de l’ancie (...)
  • 56 Réponse de 1851, p. 25.
  • 57 Marcou (Jules), De la science en France..., op. cit., p. 220.

38Néanmoins, et sur un seul point peut-être, le Rapport Corne pourrait avoir été mis en application. La première commission avait en effet recommandé la création d’une chaire de paléontologie dotée de sa propre collection55. Or, malgré l’opposition des professeurs qui déclaraient : “nous ne concevons pas qu’elle [la paléontologie] puisse constituer une science à part”56, une telle chaire fut créée pour Alcide d’Orbigny en 1853. On peut douter toutefois que cette création soit due au Rapport Corne. Si l’on en croit Jules Marcou, “la nomination de d’Orbigny n’avait été obtenue que par des influences de famille auprès de deux ministres de l’Empereur”57.

  • 58 Vapereau (Gustave), Dictionnaire universel des contemporains, Paris : Hachette, 1870, pp. 439-440.
  • 59 La Presse, 23 juin 1858.

39On doit aussi se rappeler que la première commission était avant tout une émanation d’une assemblée de “Représentants du peuple” renversée par le coup d’État du 2 décembre ; l’Empire autoritaire ne se sentait évidemment pas lié par les actes de cette assemblée. En outre, Hyacinthe Corne lui-même, l’âme agissante de la première commission, avait siégé comme député du Nord dans l’opposition modérée au Prince Président, puis avait dénoncé le coup d’État et avait été écarté de la politique58. Enfin, comme l’avait souligné à l’époque Louis Figuier, trois changements successifs de cabinet, entraînant la succession de trois ministres à l’Instruction publique pendant les travaux de la première commission n’avaient pu assurer la continuité de l’action59. Toutes ces raisons, ajoutées à la vive réaction des professeurs du Muséum et à la mobilisation de leurs puissants réseaux familiaux et scientifiques suffisent probablement à rendre compte de l’échec de la première commission.

  • 60 Qu’il faut lui aussi ranger au nombre des critiques les plus virulents de l’administration du Musé (...)
  • 61 Voir Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle...”, art. cit., pp. 22 (...)

40Quant à la seconde commission, sa création s’explique largement du fait que les fonctionnaires critiques à l’endroit de l’autonomie administrative du Muséum, à la Cour des comptes comme au Ministère de l’Instruction publique, n’avaient pas désarmé. Elle s’explique aussi, surtout peut-être, par l’intention de porter à la tête du Muséum un membre de la famille impériale, le prince Charles Bonaparte, par ailleurs zoologiste distingué60. Si ce second coup de force contre le Muséum avorta aussi, cela tint d’abord à la mort du prince en 1857 et au fait que Louis Agassiz, alors pressenti pour diriger le Muséum par le ministre Gustave Rouland — qui avait été secrétaire de la seconde commission —, déclina l’invitation préférant poursuivre ses travaux aux États-Unis61.

  • 62 Marcou (Jules), De la science en France..., op. cit., pp. 220-221.

41Selon Jules Marcou encore, “dès les premiers pas, le pouvoir exécutif faisait fausse route en plaçant dans cette commission deux éléments qui n’auraient jamais dû y entrer, l’élément administratif du Muséum lui-même et l’élément militaire [entendons ici Chevreul, directeur élu du Muséum et le colonel Favé] qui à eux deux devaient paralyser toutes les délibérations et tuer toutes les réformes dans leurs germes mêmes. [...] Une pareille commission ne pouvait donner lieu qu’à un rapport mort-né, et plût à Dieu qu’elle n’eût fait que cela ; mais par ses violences, ses inhabiletés, ses faux pas, ses transfuges, elle parvint à rendre un instant intéressante une administration et une organisation caduque plus que mauvaise, qui saisit avec empressement l’occasion inespérée qui lui était offerte, et est sortie de l’épreuve du coup d’autorité plus souriante, plus vivace, plus enracinée dans le sol des abus qu’elle ne le fut jamais”62.

  • 63 “Lettre du Colonel Favé, aide de camp de l’Empereur à M. Chevreul, directeur du Muséum d’Histoire (...)
  • 64 Chevreul (Eugène), Réfutation des allégations..., op. cit., p. 19.

42Le Muséum avait en outre bénéficié d’une haute protection. Napoléon III, sur les instances de son aide de camp, le colonel Favé63, avait reçu Chevreul en privé et, selon les termes mêmes de ce dernier, “l’Empereur voulut bien rassurer le directeur sur les suites du Rapport”, de sorte que “l’orage qui les menaçait [les professeurs du Muséum] a été conjuré”64.

  • 65 L’Assemblée des professeurs du Muséum, pour donner suite au décret du 29 décembre 1863, édicta en  (...)

43Les résultats effectifs de la seconde commission restèrent donc bien en deçà de ses visées. Le décret du 29 décembre 1863 substitua au directeur élu annuellement par ses pairs un directeur et un sous-directeur choisis parmi les professeurs-administrateurs sur proposition de leur assemblée, nommés par le ministre pour cinq ans. Par ordonnance ministérielle, Chevreul, le plus vigoureux opposant aux propositions du Rapport Allard, et Henri Milne-Edwards furent ainsi, à la fin de 1868, nommés respectivement directeur et sous-directeur du Muséum. Le décret instituait aussi pour l’inspection du matériel (article IX) une Commission composée de cinq membres nommés par le ministre et de deux membres au choix de l’Assemblée des professeurs, assistée du directeur et de l’agent comptable du Muséum. Cette commission devait faire rapport au ministre chaque année. Ainsi se trouvaient pour l’essentiel préservées les responsabilités administratives des professeurs ; tout au plus l’article X du décret leur faisait-il obligation de présenter chaque année, à l’Assemblée des professeurs-administrateurs, un rapport sur l’état et les besoins des laboratoires et des collections sous leur responsabilité65.

  • 66 Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle...”, art. cit., pp. 230-233

44S’il est difficile de jauger la part des contre-offensives des professeurs du Muséum dans l’échec des deux commissions, en revanche il est une conséquence certaine de ces luttes prolongées sur près de quinze ans : ce fut de conforter au sein même de l’établissement une représentation de sa vocation scientifique principalement construite autour des collections. Comme la rhétorique même des professeurs l’avait mis en évidence, c’est sa qualité d’établissement principalement défini par ses collections qui distinguait le Muséum et justifiait sa constitution et son mode d’administration autonome, déviant par rapport aux autres institutions sous l’emprise directe du Ministère. Cette identité institutionnelle, essentiellement fondée sur des collections et sur les pratiques de classification plutôt que sur les caractéristiques de laboratoires de sciences expérimentales, renforçait la tradition de l’histoire naturelle surtout descriptive. On le sait, cette tendance allait s’exacerber au cours des décennies suivantes aux dépens des chaires expérimentales, sans collection66 et conférer à l’institution ce caractère apparemment suranné qui suscitera les critiques des tenants des sciences biologiques émergentes.

Notes

1 “Décret de la Convention nationale du 10 juin 1793”, Titre premier, article III, p. 135, in Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours du Jardin au roi et la fondation du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Impr. nationale, 1893, p. 136 ; Le texte du décret est reproduit en entier pp. 135-138.

2 Ibid., Titre premier, article IV, p. 135.

3 Ibid., Titre premier, article VI, p. 136.

4 Ibid., Titre premier, article IX, p. 136.

5 “Projet de règlement présenté par les professeurs au Comité d’instruction publique de la Convention nationale d’après le décret du 10 juin 1793”, pp. 146-160, in Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours du Jardin au roi..., op. cit., chapitre premier, article III, p. 46. Les italiques sont miennes.

6 “Mémoire du 7 brumaire an IX relatif à l’organisation du Muséum d’Histoire naturelle” (Archives nationales, AJ.15.515), p. 1.

7 Ibid., p. 3.

8 “République française. Ministère de l’Instruction publique et des Cultes. Note sur le Muséum d’Histoire naturelle” (Archives du Muséum, Ms. 10430), p. 2. Cette note anonyme et non datée a été écrite sous la présidence de Louis-Napoléon Bonaparte.

9 Un décret de 1822 transféra au Grand Maître de l’Université le pouvoir de recommandation des inspecteurs généraux. Un autre décret, de 1852, réserva à l’Académie des sciences et à l’Assemblée des professeurs du Muséum ce pouvoir de recommandation. L’Académie et le Muséum pouvaient recommander les mêmes candidats, de sorte que les professeurs du Muséum, très nombreux à l’Académie, pesaient lourd dans ce processus de double recommandation. Sur l’évolution de l’interpénétration du Muséum et de l’Académie des sciences, voir Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in Fox (Robert), Weisz (George), (sous la dir.), The Organization of science and technology in France (1808-1914), Cambridge : Cambridge University Press, 1980, pp. 216-217.

10 “Budget de 1849 : Extrait du rapport fait au nom de la Commission du budget de 1849, sur les dépenses du Ministère de l’Instruction publique et des Cultes, par M. Corne, représentant du peuple. Muséum d'Histoire naturelle”, [27 mars 1849] (Archives du Muséum, Ms. 104029), p. 1. Vers la même époque, une note administrative souligne également “l’indépendance absolue dans laquelle ces deux lois [le décret et le règlement de 1793] placent MM. les professeurs du Muséum”, indépendance qui, sous le Consulat, “ne parut pas compatible avec les droits de l’administration supérieure” (Archives du Muséum, Ms. 104030), p. 1.

11 Cette première Commission, formée en vertu d’un arrêté du ministre de l’Instruction publique du 11 juin 1849, était composée de : Héricart de Thury (président de la Commission, inspecteur général des Mines, membre de l’Académie des sciences), Charles Deville (secrétaire de la Commission, professeur de géographie physique à l’École d’administration), Hyacinthe Augustin Corne (Rapporteur, Représentant du peuple), Jean-Baptiste Boussingault (membre de l’Académie des sciences), Charles Gaudichaud (membre de l’Académie des sciences), E Génin (chef de la Division des Établissements scientifiques et littéraires au Ministère de l’Instruction publique et des Cultes), Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (membre de l’Académie des sciences, professeur au Muséum, inspecteur général de l’Université), de Lafresnaye (ornithologiste), Michelin (conseiller à la Cour des comptes), Antoine Passy (ancien député), Édouard de Verneuil (vice-président de la Société géologique de France).
Jean-Baptiste Dumas (membre de l’Académie des sciences, doyen de la Faculté des sciences de Paris, Représentant du peuple) prit part aux débuts des travaux mais quitta la Commission lorsqu’il devint ministre de l’Agriculture et du Commerce. Le rapport de cette Commission est daté du 6 janvier 1850 : Rapport au nom de la Commission spéciale instituée par M. le ministre de l’Instruction publique pour étudier les questions qui se rattachent soit à l’administration, soit à l’enseignement du Muséum d’Histoire naturelle, par M. Corne, membre de l’Assemblée nationale, copie manuscrite (Archives du Muséum, Ms 103973), 72 pages. [Ci-après : Rapport Corne]. Les professeurs du Muséum publièrent une réfutation du rapport de la Commission : Observations en réponse au rapport de la Commission spéciale instituée par le ministre de l’Instruction publique (en juin 1849) pour étudier les questions qui se rattachent, soit à l’administration, soit à l’enseignement au Muséum d’Histoire naturelle ; par les professeurs-administrateurs du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Impr. de L. Martinet, 1851, 60 p. [Ci-après : Réponse de 1851].

12 Cette seconde Commission, formée par arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Cultes du 21 mai 1858, était ainsi composée : général Nelzir Allard (président, président de section au Conseil d’État), Michel Lévy (vice-président, directeur de l’École impériale de médecine et de pharmacie militaire, inspecteur du service de santé des Armées), Doûmet (député au Corps législatif), Thirria (inspecteur général des Mines), Michel-Eugène Chevreul (directeur du Muséum, membre de l’Académie des sciences), Pierre Flourens (professeur au Muséum, membre de l’Académie des sciences), Louis-Félicien de Saulcy (membre de l’Institut), Alfred Moquin-Tandon (membre de l’Académie des sciences, professeur de botanique à la Faculté de médecine), colonel Ildephonse Favé (officier d’ordonnance de l’Empereur, professeur à l’École Polytechnique), Pelletier (conseiller référendaire à la Cour des comptes), Georges Ville (professeur au Muséum), de Bessé (Inspecteur des finances), Gustave Rouland (secrétaire de la Commission, directeur du personnel et du secrétariat général au Ministère de l’Instruction publique et des Cultes). Rapport présenté à S. Exc. le ministre de l’Instruction publique et des Cultes, par la Commission chargée d’étudier l'organisation du Muséum d’Histoire naturelle, rééd., Paris : Impr. impériale, 1862, 32 p. [Ci-après : Rapport Allard]. Ni le colonel Favé, ni les professeurs du Muséum, à l’exception de Ville, ne signèrent ce rapport. Il ne fut publié et ainsi rendu public qu’en décembre 1862, à la suite de la mise en circulation de la Réfutation rédigée par Chevreul. Eugène Chevreul avait en effet publié en 1862 un texte qui fut réimprimé, avec des modifications, en janvier 1863 : Réfutation des allégations contre l’administration du Muséum d’Histoire naturelle, proférées à la tribune du Corps législatif, dans la séance du 19 juin 1862, Paris : Mallet-Bachelier, 1863, 26 p. Les professeurs du Muséum publièrent aussi une réponse collective : Mémoire des professeurs-administrateurs du Muséum d’Histoire naturelle, en réponse au rapport fait en 1858 par une commission chargée d’étudier l’organisation de cet établissement, Paris : Mallet-Bachelier, 1863, 147 p. [Ci-après : Réponse de 1863]. Cette réponse fut signée par tous les professeurs, à l’exception de Georges Ville dont les pratiques de délateur sont mises en évidence par Favé et Chevreul : Chevreul (Eugène), Réfutation des allégations..., op. cit., p. 4 et pp. 21-22. Un rapport de 1865 indique que “le service de la physique végétale [la chaire de Ville] nous a paru se tenir ou demeurer dans un état presque complet d’isolement des autres services et de l’ensemble de l’administration du Muséum. [...] Ce service doit cesser d’être, en quelque sorte, un établissement dans l’établissement”, Rapport adressé à son Exc. le ministre de l’Instruction publique par la Commission instituée en exécution du décret du 29 décembre 1863 pour l’inspection du matériel du Muséum d’Histoire naturelle : daté du 31 janvier 1865, Paris : Impr. impériale, 1865, p. 27.

13 Trois exemples, relatifs à l’époque de la seconde Commission, suffiront pour en donner le ton : L’Écho du monde scientifique, cité par Louis Fleury, rédacteur en chef du périodique Le Progrès, Journal des sciences et de la profession médicale, dans un article sur “Le Muséum d’Histoire naturelle de Paris” (pp. 68-75) écrit en 1858 : “on sait que le Muséum de Paris est une espèce de république, qui s’administre à la romaine, c’est-à-dire en oligarchie. [...] L'anarchie qui règne dans cette région de la science est devenue proverbiale. [...] Les professeurs-administrateurs ont le choix de leurs subordonnés. Ils choisissent des gens de leur famille, ou bien des gens façonnés de bonne heure à leur régime somnifère” (pp. 70-73). Sous le titre “Réorganisation du Muséum d’Histoire naturelle”, Le Constitutionnel du 30 août 1858 déclare : “l’état de négligence et de désordre où s’y trouvent toutes choses résulte du mode administratif qui le régit depuis soixante ans”. Louis Figuier écrit dans La Presse du 23 juin 1858, sous le titre “De la réorganisation du Muséum d’Histoire naturelle” : “depuis une vingtaine d’années, il était de notoriété publique que le Muséum d’Histoire naturelle était tombé dans un état regrettable de décadence et de confusion”.

14 Paul Lemoine, qui n’est pas toujours très exact, écrit qu’une “période de repos [1838-1851] cessera avec le Second Empire, probablement grâce à Georges Ville, parent du duc de Morny et en relations directes avec Napoléon III”. En fait, le Muséum avait déjà été passablement secoué par les travaux de la première Commission de 1849 à 1851. Voir Lemoine (Paul) : “Le Muséum d’Histoire naturelle, son histoire, son état actuel”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle, 6ème série, t. XII, 1935, p. 16.

15 Sur cet épisode, voir Blanchard (François), L’Institution de la paléontologie au Muséum d’Histoire naturelle de Paris en 1853, Mém. de maîtrise, Université de Montréal, 1976. À la mort de d’Orbigny, en 1857, la chaire resta vacante pendant quatre ans, claire manifestation de la résistance passive de l’Assemblée des professeurs.

16 Ville occupa cette chaire jusqu’à sa mort en 1897.

17 Il s’agit, bien sûr de Georges Ville, que Paul Lemoine identifie comme “plus ou moins apparenté à l’Empereur”, “Le Muséum d’Histoire naturelle...”, art. cit., p. 51. En fait, la rumeur en faisait un fils naturel de Napoléon III.

18 Rapport Allard, p. 1.

19 Sans doute, au Titre premier, à l’article XV du décret du 10 juin 1793 cité par Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au Jardin du roi..., op. cit., p. 136, on lit bien que “le Muséum d’Histoire naturelle sera sous la protection immédiate des Représentants du peuple, et sous la surveillance du Conseil exécutif’, mais alors c’est l’établissement qui est sous protection, non les personnes, et la protection s’étend à une création de la Convention nationale, non à qui bénéficie de la notoriété scientifique.

20 Rapport Corne, p. 13.

21 Ibid., pp. 1-2 ; p. 14 : “depuis cette époque, plus d’une fois, les ministres qui avaient le Muséum d’Histoire naturelle dans leurs attributions eurent l’occasion de reconnaître combien l’indépendance absolue de cet établissement était peu compatible avec les droits de l’Administration supérieure”. Il y allait de l’“intérêt du public comme de la dignité du pouvoir”.

22 Ibid., p. 12.

23 Ibid., pp. 52-53.

24 Rapport Allard, p. 1. L’italique est mienne.

25 Ibid., p. 3.

26 Ou comme disait le Rapport Corne, p. 4 : “l'unité est de l’essence d’un bon gouvernement” ; et encore, p. 5 : “la responsabilité disparaît dès qu’elle se partage”.

27 Rapport Allard, p. 26. Les italiques sont miennes. Le Rapport Corne déjà, dans un énoncé qui suscitera de vives réactions de la part des professeurs du Muséum, écrivait (p. 15) : “il est certain qu’un pouvoir isolé, qui ne tire point sa vitalité et sa force du pouvoir central, manquera souvent d’initiative, sera faible pour l’impulsion vers le progrès, faible pour combattre l’invasion constante des abus”. Voir la Réponse de 1851, p. 44.

28 Rapport Allard, p. 29.

29 Rapport Corne, p. 22.

30 Ibid., p. 20. Les italiques sont miennes.

31 Dagognet (François), Pour une théorie générale des formes, Paris : Vrin, 1975, chapitre 2.

32 “Lettre du Colonel Favé, aide de camp de l’Empereur, à M. Chevreul, directeur du Muséum d’Histoire naturelle”, in Chevreul (Eugène), Réfutation des allégations..., op. cit., pp. 21-28. La métaphore est aussi spontanée que parlante, et de fait ce champ sémantique est proliférant : on parle aussi bien des “archives du globe”.

33 Rapport Corne, p. 37.

34 Ibid., p. 38. Les italiques sont miennes.

35 Il faudra partout un registre d’entrée et de sortie, un registre d’ordre présentant l’inventaire constamment à jour ; Rapport Corne, pp. 38-39 ; sur le contrôle de la circulation des spécimens et la répression des abus, p. 42.

36 La notion de “travail de démarcation” renvoie en sociologie des sciences à des stratégies de distinction visant à conférer une autorité, aussi exclusive que possible dans un domaine, à des acteurs en vertu de compétences qu’ils seraient seuls à maîtriser. Voir Gieryn (Thomas), “Boundary-Work and the demarcation of science from non-science : strains and interests in the professional ideologies of scientists”, American sociological review, no 48, 1983, pp. 781-795. La même notion a été mise en œuvre par Sheila Jasanoff dans l’analyse de stratégies de partage d’autorité entre travail scientifique et définition de politiques : voir “Contested boundaries in policy-relevant science”, Social studies of science, no 17, 1987, pp. 195-230 ; et aussi son livre The Fifth branch : science advisors as policymakers, Cambridge : Harvard University Press, 1990, 302 p.

37 Ainsi à propos du Rapport Allard, les professeurs écrivent : “quelle a été la pensée du rapporteur du mémoire ? C’est l’existence nettement tranchée de deux choses dans le Muséum : une chose administrative, et une chose scientifique qui ne peut être réglée qu’à la condition d’être subordonnée à la première, et cette subordination n’est possible qu’avec un chef unique et permanent. Sous l’influence de cette pensée, le rapporteur s’est dit : si je prouve que tout est déplorable dans la partie matérielle du Muséum, que l’État n’a aucune garantie pour les richesses qu’il renferme, et que ses collections sont absolument négligées, j’aurais assuré le triomphe de mon opinion, et le mode actuel de l’administration devra être changé”, Réponse de 1863, p. 1.

38 Réponse de 1851, p. 34.

39 La détermination en histoire naturelle renvoie en effet à une maîtrise du multiple par recension, classement et assignation qui ressemble à celle du livre, à partir du moment où le livre trouve comme principe fondamental de désignation son géniteur, l’auteur. Voir Chartier (Roger), L'Ordre des livres : lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre les XIVème et XVIIIème siècles, Aix-en-Provence : Alinea, 1992, 118 p. Comme diront encore les professeurs, une classification n’est pas un inventaire, elle est une œuvre.

40 Réponse de 1863, p. 99. Le genre de catalogue envisagé par la Commission ne répond donc pas aux besoins de la science.

41 Réponse de 1851, p. 36. Comment constater la présence, l’identité d’un spécimen sous un enregistrement fait sous un nom général, vague ou incertain ? Dans ces conditions, il n’y a pas de contrôle possible.

42 Ibid., p. 46.

43 Ibid., p. 44.

44 Rapport Allard, p. 30. Les italiques sont miennes.

45 Ibid., p. 30. Les italiques sont miennes.

46 Réponse de 1863, pp. 5-7.

47 Ibid., p. 30. Les italiques ne sont pas miennes.

48 Ibid., pp. 31-32. Les italiques ne sont pas miennes. De même, la Réponse de 1851 faisait valoir “la diversité de nature des branches principales qui constituent le Muséum, diversité qui distingue cet établissement de tout autre”, p. 46.

49 Réponse de 1863, p. 32. Les italiques sont miennes.

50 ibid., pp. 30 sq.

51 Ce qui n’empêche pas les auteurs de souligner, en fin de mémoire, que le Muséum a été le “berceau des sciences naturelles”, et que c’est de là “que sont sortis les grands législateurs de la science [...] qui ont trouvé dans les collections les matériaux indispensables à leurs travaux", pp. 115-116.

52 En somme, il n’y a pas de ligne de démarcation au Muséum entre direction et professeurs et il ne doit pas y en avoir ; la réforme envisagée importerait à l’intérieur du Muséum le conflit entre les Commissions et le Muséum.

53 Il n’est pas certain que cela soit exact. Les seules copies de ce rapport qui nous sont connues, aux Archives du Muséum et aux Archives nationales, sont manuscrites.

54 Marcou (Jules), De la science en France. Troisième fascicule : Le Muséum d’Histoire naturelle, Paris : C. Reinwald, 1869, pp. 214-215. Marcou classa en 1846-1847 une partie de la collection paléontologique du Muséum ; il fut géologue-voyageur du Muséum en Amérique du Nord de 1848 à 1850 et à cette époque se lia d’amitié avec Louis Agassiz dont il écrivit plus tard une biographie. Marcou estime que “ce qui a amené la décadence du Jardin, c’est sa constitution” (p. 225), qui rendait possibles les pratiques népotiques des professeurs (pp. 224-226).

55 Rapport Corne, p. 41 : “il est interdit sous peine de rendre inintelligible ces annales de l’ancien monde, d’en éparpiller les documents essentiels entre dix collections différentes”.

56 Réponse de 1851, p. 25.

57 Marcou (Jules), De la science en France..., op. cit., p. 220.

58 Vapereau (Gustave), Dictionnaire universel des contemporains, Paris : Hachette, 1870, pp. 439-440.

59 La Presse, 23 juin 1858.

60 Qu’il faut lui aussi ranger au nombre des critiques les plus virulents de l’administration du Muséum. Il écrivait lui même en 1857, dans le prospectus de l’ouvrage qu’il se proposait de publier sur La Faune française : “ces collections nationales resteraient en grande partie enfouies dans les magasins du Muséum, oubliettes autrement profondes que les cartons des commissions académiques, nécropoles dont personne ne connaît le contenu, pas même les fossoyeurs-administrateurs [...]. L'organisation anarchique de cet établissement a produit ce qu’elle devait produire : le désordre”, cité par Fleury (Louis), “Le Muséum d’Histoire naturelle de Paris”, Le Progrès, Journal des sciences et de la profession médicale, 1858, p. 74. Cette opinion avait été largement répercutée par la presse ; on la trouve également citée dans Le Constitutionnel du 30 août 1858 et aussi par Louis Figuier dans La Presse du 23 juin 1858.

61 Voir Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle...”, art. cit., pp. 226-227. Dans sa Réfutation Chevreul écrit : “si l’intention du général Allard n’a pas été de déblayer la voie, afin qu’une personne dont on ne prononce pas le nom prenne prochainement possession du pouvoir administratif du Muséum, sa conduite nous semble difficile à expliquer. [...] Le général Allard croirait-il, agissant ainsi, rendre facile à tenir la position de la personne à laquelle il s’intéresserait, une fois qu’elle serait maîtresse de la place dont il dirige l’attaque ? Nous croyons qu’il s’abuserait étrangement”, p. 17 ; voir la contribution de Toby Appel au présent volume.

62 Marcou (Jules), De la science en France..., op. cit., pp. 220-221.

63 “Lettre du Colonel Favé, aide de camp de l’Empereur à M. Chevreul, directeur du Muséum d’Histoire naturelle”, in Chevreul (Eugène), Réfutation des allégations..., op. cit., pp. 21-28 ; p. 28 : “vous savez mieux que moi avec quelle bonté l’Empereur a voulu cicatriser lui-même les blessures qui avait été faites, à son insu, à vous et à vos collègues”.

64 Chevreul (Eugène), Réfutation des allégations..., op. cit., p. 19.

65 L’Assemblée des professeurs du Muséum, pour donner suite au décret du 29 décembre 1863, édicta en 1864 un règlement relatif à la prise en charge et aux registres et catalogues d’objets confiés à la garde de l’établissement : “Dispositions prises par l’Administration du Muséum pour l’exécution des articles VII et VIII du Décret du 29 décembre 1863” (Archives du Muséum, Ms. 104003), 4 p.

66 Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle...”, art. cit., pp. 230-233.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – 1ère page du texte du décret de la Convention nationale relatif à l’organisation du Jardin national des plantes, 1793.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Conseil de la science et de la technologie, Gouvernement du Québec, Canada

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540