Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Naissance et développement d'une institution

L’enseignement d’Antoine-Laurent de Jussieu au Muséum face au renouveau des doctrines de Linné sous la Restauration et la Monarchie de Juillet

Pascal Duris

Note de l’éditeur

Duris, P., 1997. L'Enseignement d’Antoine-Laurent de Jussieu au Muséum face au renouveau des doctrines de Linné sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 43-63. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

  • 1 Aymonin (Gérard G.), “Le Jardin des plantes de Paris et la botanique au Muséum national d’Histoire (...)
  • 2 L’étude la plus récente sur les Jussieu jusqu’en 1789 est celle de Audelin (Louise), “Les Jussieu  (...)

1L’enseignement de la botanique est, de tous ceux dispensés au Muséum, celui dont l’histoire est la plus longue et celui auquel, en raison même de son ancienneté et des noms célèbres qui l’ont illustré, s’attache le plus de prestige1. Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), qui publie avec succès dans ses Eléments de botanique (1694) un nouveau système de classification des plantes et qui précise la notion de “genre” botanique, et Sébastien Vaillant (1669-1722), qui établit en 1716 l’existence de la sexualité des végétaux et explique le mécanisme de leur fécondation, figurent parmi les premiers titulaires de cet enseignement au Jardin du roi. Mais c’est surtout à la famille Jussieu, avec la nomination d’Antoine (1686-1758), le 10 août 1710, comme démonstrateur de l’intérieur des plantes, que s’identifie le plus complètement l’enseignement de la botanique au Jardin du roi puis au Muséum jusque vers 1850. Ce sont notamment Bernard de Jussieu (1699-1777), frère d’Antoine, nommé en 1722 sous-démonstrateur de l’extérieur des plantes, et Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), son neveu, qui lui succède en 1778, qui mettent en œuvre la méthode naturelle à l’École de botanique du Jardin du roi et qui la diffusent dans leurs cours et leurs démonstrations du Muséum2.

  • 3 La diffusion des idées linnéennes en Europe (Hollande, Angleterre, Allemagne, Suisse, France, etc. (...)

2Depuis le XVIIème siècle, époque à laquelle la classification botanique cesse d’être strictement utilitaire pour devenir scientifique, deux approches bien distinctes s’offrent aux naturalistes pour classer les plantes. La première consiste à classer les végétaux d’après un seul critère, choisi plus ou moins arbitrairement, au risque de réunir artificiellement dans un même ensemble des plantes par ailleurs très différentes ou au contraire d’en séparer de très voisines. Cette classification, qui s’appuie sur l’application aussi stricte que possible, à l’image de systèmes physiques comme celui de Copernic et surtout de Newton, d’un principe unique, facilement observable et presque universel, est qualifiée de systématique. Auguste Rivin (1652-1723), dans son Ordo plantarum publié de 1690 à 1699, classe ainsi les plantes selon le nombre de pétales de la fleur et la régularité de la corolle, et selon le fruit. Mais c’est surtout la classification proposée pour la première fois en 1735 par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778) dans son Systema naturae qui est l’exemple d’un tel système. Le système botanique linnéen, qui s’appuie sur l’examen des organes sexuels des plantes, à savoir le nombre, la disposition, la taille des étamines et leur situation par rapport au pistil, est connu sous le nom de système sexuel. Linné établit vingt-quatre classes, les vingt-trois premières correspondant à nos actuelles plantes à fleurs ou phanérogames, la vingt-quatrième aux plantes cryptogames (fougères, lichens, algues...). Linné, par ailleurs auteur de la nomenclature binomiale des espèces et d’une langue très structurée pour les décrire, connaîtra un immense succès avec son système sexuel, quoiqu’artificiel, qui sera rapidement adopté dans la plupart des pays d’Europe et en Amérique latine3.

  • 4 Sur la querelle entre Buffon et Linné, cf Sloan (Phillip R.), “The Buffon-Linnaeus controversy”, I (...)

3La France, seule, manifeste des réticences face au système de Linné. Certes, de nombreux naturalistes comme François Boissier de Sauvages (1706-1767), Pierre-Marie-Auguste Broussonnet (1761-1807) et Antoine Gouan (1733-1821) à Montpellier, Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814) à Lyon, Jean-Baptiste Aymen (1728-1784) à Bordeaux, Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818) à Toulouse, Louis de Noailles, duc d’Ayen (1713-1793) et Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800) à Paris, sont d’ardents défenseurs des doctrines de Linné et certains sont d’ailleurs en correspondance avec lui. Mais l’élite botaniste parisienne, et en particulier celle travaillant au Jardin du roi, se montre très hostile au concept classificatoire linnéen. Buffon, intendant du Jardin du roi, l’attaque violemment en 1749 dans le premier discours de son Histoire naturelle, générale et particulière et encourage ses collaborateurs à s’opposer à la diffusion de la classification et de la nomenclature tant botanique que zoologique de Linné4.

  • 5 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Examen de la famille des Renoncules”, Histoire de l'Académie royale (...)
  • 6 Jussieu emprunte explicitement ce concept d'affinité aux chimistes. Cf. Jussieu (Antoine-Laurent d (...)
  • 7 Sur Linné et la méthode naturelle, cf. Larson (James L.), “Linnaeus and the natural method”, Isis,(...)

4En fait, les botanistes du Jardin du roi développent une deuxième approche pour classer les plantes, bien différente de celle des systématistes. Bernard et Antoine-Laurent de Jussieu estiment en effet que si les systèmes artificiels comme celui de Tournefort et plus encore celui de Linné sont commodes pour distinguer et nommer les plantes, en revanche ils ne sont pas la “vraie science” car ils ne font connaître qu’une partie de l’organisation des végétaux. Ces systèmes ne sont, selon A.-L. de Jussieu, que des “tables raisonnées”5 où les plantes sont disposées arbitrairement dans l’attente de leur assigner leur véritable place dans l’ordre de la Nature. Pour lui, en effet, “l’espèce est la collection des individus absolument semblables” et pour rapprocher celles qui se ressemblent le plus, il faut le faire d’après le plus grand nombre possible de caractères. Ce classement, plus naturel, permet de mettre en évidence les affinités des plantes entre elles6. Linné partageait d’ailleurs cet avis7.

  • 8 Sloan (Phillip R.), “John Locke, John Ray, and the problem of the natural System ”, Journal of the (...)

5Cette seconde approche, appelée “méthodique”, a d’abord été développée par deux naturalistes anglais, Robert Morison (1620-1683) dans son Plantarum historia universalis (1680) d’une part et John Ray (1627-1705) dans son Methodus plantarum nova (1682) d’autre part8. L'idée d’une “méthode naturelle” est reprise par le Montpelliérain Pierre Magnol (1638-1715) qui souligne en 1689 dans son Prodromus historiae generalis piantarum la nécessité de prendre en considération tous les caractères des plantes (tige, racine, fleur, graine, feuille, etc.) pour les “réduire” en familles naturelles. Michel Adanson (1727-1806) reprend les idées de Magnol quand il constate, lors d’un séjour qu’il fait au Sénégal de 1748 à 1752, que les systèmes artificiels comme ceux de Tournefort et de Linné sont incapables de rendre compte de la diversité de la flore tropicale. Selon lui, il faut examiner tous les organes des plantes sans en privilégier aucun et regrouper ensemble les plantes qui se ressemblent le plus. De ce point de vue, Adanson est, avec Buffon, l’un des plus farouches opposants au système artificiel linnéen, allant même jusqu’à nier Futilité de la nomenclature binomiale mise au point par Linné.

  • 9 C’est le cas par exemple des ouvrages de Gérard (Louis), Flora gallo-provincialis, Paris : C. J. B (...)
  • 10 Stafleu (Frans A.), “Introduction” au reprint du Genera plantarum d’A.-L. de Jussieu, Weinheim : J (...)
  • 11 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum secundum ordines naturales disposita, juxta methodu (...)
  • 12 Ibid., p. 21. Pour Jussieu, pour transcendante qu’elle soit, la recherche de la méthode naturelle (...)

6Bernard de Jussieu met finalement en pratique en 1759 au Jardin de Trianon les premiers éléments de la méthode naturelle, et son neveu Antoine-Laurent obtient en 1773 l’accord de Buffon pour agrandir et replanter l’École de botanique du Jardin du roi selon cette méthode en remplacement de celle de Tournefort alors en usage. Dans le même temps, la nomenclature binomiale de Linné est substituée à celle de Tournefort. Les Jussieu voient alors leur méthode adoptée dans les jardins botaniques et diffusée par de jeunes disciples dont les ouvrages vulgarisent la méthode naturelle9 et en révèlent les principales étapes jusqu’à la publication essentielle par Antoine-Laurent de Jussieu, dans les premiers jours d’août 178910, du Genera plantarum secundum ordines naturales disposila. Ce livre recense tous les genres de plantes connus à l’époque (mille sept cent cinquante-quatre au total) et les dispose dans cent familles — que l’auteur appelle “ordres” — selon la méthode naturelle en usage au Jardin du roi depuis 1774. Si cette méthode se fonde sur l’examen du plus grand nombre possible de caractères, Jussieu introduit la notion fondamentale de subordination des caractères, c’est-à-dire qu’un caractère constant équivaut à plusieurs caractères variables. Pour Jussieu, il existe trois groupes de caractères : les caractères uniformes, tirés d’organes essentiels (disposition — insertion — des étamines par rapport au pistil, situation de la corolle staminifère, nombre de cotylédons), les caractères presque uniformes, tirés d’organes non essentiels (présence ou non de la corolle non staminifère ou du calice, structure mono-ou polypétale de la corolle, situation respective du calice et du pistil, présence ou non du périsperme), les caractères semi uniformes, c’est-à-dire constants ou variables, tirés de n’importe quel organe (calice mono-ou polyphylle, ovaire simple ou multiple, nombre, proportion et connexion des étamines, nombre de loges du fruit et manière de s’ouvrir, position des feuilles et des fleurs, nature de la tige, etc.). Les caractères uniformes se retrouvent dans tous les ordres (familles), de même que les presque uniformes, à quelques exceptions près. Les caractères semi uniformes, ensemble, peuvent contribuer à former le caractère d’une famille, mais individuellement, ils ne servent qu’à déterminer un genre. Considérant que l’embryon de la graine “est l’objet des soins les plus recherchés de la Nature”11, A.-L. de Jussieu fonde ses premières divisions du règne végétal sur le nombre de cotylédons de l’embryon et constitue les trois ensembles de plantes Acotylédones, Monocotylédones et Dicotylédones. Puis la disposition relative des organes sexuels, et notamment le mode d’insertion des étamines par rapport au pistil, lui permet d’établir les trois catégories de plantes à étamines épigynes, hypogynes et périgynes. La combinaison de ces six ensembles conduit à la formation de sept classes, qui sont celles employées en 1759 par Bernard de Jussieu à Trianon. L’utilisation de caractères secondaires, comme la structure de la corolle, permet finalement de porter le nombre des classes à quinze, toutes “parfaitement distinctes et dont aucune, si ce n’est dans quelques exceptions fort rares, n’interrompt la suite des ordres naturels”12.

FIG. 1 - Gérard (Frédéric), Nouvelle flore usuelle et médicale, ou Histoire et description de tous les végétaux utiles, pl. 70 : Méthode naturelle de Candolle/M. Lebrun del., Lebrun sculp.

FIG. 2 - Gérard (Frédéric), Nouvelle flore usuelle et médicale..., op. cit., pl. 67 : Méthode d’Antoine-Laurent de Jussieu/M. Lebrun del., Lebrun sculp.

FIG. 3 - Gérard (Frédéric), Nouvelle flore usuelle et médicale..., op. cit., Paris : F. Didot frères, 1859, pl. 64 : Système de Linné/M. Lebrun del., Lebrun sculp.

  • 13 Morton (A. G.), History of botanical science : an account of the development of botany from ancien (...)
  • 14 Brongniart (Adolphe), “Notice historique sur Antoine-Laurent de Jussieu”, Annales des sciences nat (...)

7Le Genera plantarum d’A.-L. de Jussieu, publié conjointement sous l’égide de l’Académie royale des sciences et de la Société royale de médecine, marque traditionnellement aux yeux des historiens des sciences la victoire définitive de la méthode naturelle sur le système artificiel de Linné13. Brongniart (1837) estime ainsi qu’il ne fallut que quelques années pour que la méthode naturelle pénètre “d’une manière presque générale en France dans l’enseignement public, non seulement dans le haut enseignement des facultés et du Jardin des plantes de Paris, où elle avait pris naissance, mais dans l’enseignement même de la plupart des écoles centrales”14. En réalité, les choses ne furent pas aussi simples.

  • 15 Duris (Pascal), Linné et la France : 1780-1850, Genève : Droz, 1993, 283 p.
  • 16 Ibid., pp. 69-87.
  • 17 De 1803 à 1820, A.-L. de Jussieu révise plusieurs de ses familles naturelles et en décrit de nouve (...)
  • 18 Ibid., pp. XV-XVI, et Farber (Paul Lawrence), “The Transformation of natural history in the Ninete (...)

8Nous avons montré dans un précédent travail15 que la mort de Buffon en 1788, un an avant la parution du livre de Jussieu, avait enfin permis aux partisans de Linné de s’exprimer librement, notamment en fondant à Paris la première Société linnéenne au monde et en inaugurant le 23 août 1790 au Jardin du roi un buste du naturaliste suédois16. De plus, la plupart des révolutionnaires, qui croient aux vertus éducatives de la botanique et qui entretiennent un véritable culte de la Nature, voient en Linné la figure symbolique de cette science et de l’histoire naturelle en général. Linné incarne parfaitement à leurs yeux l’esprit à la fois utilitariste, méthodique et rationaliste de la Révolution et leur adhésion aux idées linnéennes dépasse largement le cadre strict de l’histoire naturelle pour participer d’un mouvement d’ensemble tourné vers la redécouverte de la Nature et la recherche d’un certain ordre. Les œuvres de Linné acquièrent ainsi à la fin du XVIIIème siècle français une nouvelle actualité. Et tandis qu’A.-L. de Jussieu, nommé en 1793 professeur de botanique “dans la campagne”, et ses élèves, s’emploient à perfectionner la méthode naturelle17, les livres de Linné exaltant le système sexuel sont traduits en français et vulgarisés auprès d’un public d’amateurs toujours plus étendu et conquis, comme Jean-Jacques Rousseau quelques années auparavant, par la rigueur et la commodité des méthodes linnéennes. Dans le même temps, le flot croissant de plantes nouvelles qui arrivent en France apportées par les expéditions maritimes18 incite un certain nombre de naturalistes à demeurer fidèles aux valeurs sûres et depuis longtemps éprouvées des dogmes linnéens. Et cela d’autant plus que la recherche des affinités engagée par l’école de Jussieu ainsi que le respect trop rigoureux de sa définition de l’espèce conduisent, selon les Linnéens, à la multiplication abusive et à la confusion de la nomenclature. Se creuse ainsi inexorablement le fossé entre la botanique enseignée au Muséum, fondée sur l’anatomie et la physiologie végétales et qui s’adresse de plus en plus aux seuls savants professionnels, et une botanique descriptive et nomenclaturale, davantage pratique et distractive, réservée aux amateurs. Dans ces conditions, la crise devient inévitable.

  • 19 Sur l’histoire de cette société et de ses colonies, cf. Duris (Pascal), Linné et la France..., op. (...)
  • 20 Voir la description et l’interprétation que nous donnons de ces fêtes linnéennes aux pp. 192-215 d (...)
  • 21 Lefébure (Louis-François-Henri), “Discours sur le principe essentiel de l’ordre en histoire nature (...)

9Elle éclate en 1818. Convaincus que la botanique ne sortira du chaos dans lequel elle s’enfonce qu’en revenant au respect scrupuleux de la taxinomie linnéenne et au système sexuel, des naturalistes décident de fonder des sociétés d’histoire naturelle qu’ils placent sous le patronage de Linné, et connues sous le nom de Sociétés linnéennes : Société linnéenne de Bordeaux en 1818, avec bientôt douze sections en France et à l’étranger, Société linnéenne de Paris en 1821 et ses neuf colonies19, Société linnéenne de Lyon en 1822, Société linnéenne du Calvados en 1823, Société linnéenne du Nord de la France en 1838, Société linnéenne de Maine-et-Loire en 1852, etc. Ces sociétés, surtout celles fondées sous la Restauration, ont en commun de célébrer un véritable culte de Linné, très ostentatoire, qui s’exprime spectaculairement lors de réunions champêtres dites “fêtes linnéennes” qui se tiennent chaque année généralement le 24 mai, jour anniversaire de la naissance de Linné20. Mais en même temps qu’elles rendent hommage à Linné, ces sociétés instruisent le procès de la méthode naturelle accusée par les Linnéens, notamment Parisiens, de mettre la botanique “au rang des sciences occultes”21.

  • 22 Sur Lefébure, lire Lefebvre-Cauchy, Lamoureux et Lacroix, “Lefébure (Louis-Henri)”, Biographie uni (...)
  • 23 Sur le fonctionnement de cet établissement dans lequel enseigneront Fourcroy, Cuvier, Monge, les B (...)
  • 24 Lefébure (Louis-François-Henri), Concordance des trois systèmes de Tournefort, Linnaeus et Jussieu (...)
  • 25 Ibid., p. 10.
  • 26 Ibid., p. 12.
  • 27 Lefébure (Louis-François-Henri), Le Vrai système des fleurs, poème, Paris : Impr. Richomme, 1817, (...)
  • 28 Lefébure (Louis-François-Henri), Atlas botanique, ou Clef du jardin de l’Univers, d’après les prin (...)
  • 29 Le système botanique de Tournefort, comme on le voit, conserve encore dans les premières années du (...)
  • 30 Le livre de Lefébure fait l’objet en 1818 d’un rapport de Lamarck, Labillardière et Palisot de Bea (...)

10Louis-François-Henri Lefébure (1754-1839), vice-président de la Société linnéenne de Paris, est le premier à mettre personnellement en cause A.-L. de Jussieu et son enseignement au Muséum dans le chaos de la botanique. Littérateur et musicien avant d’être botaniste, Lefébure est Fauteur, avant la Révolution, de plusieurs ouvrages de réflexion sur la peinture, la poésie et la musique22. En 1789, il est membre du conseil de la commune de Paris et en 1793 il est envoyé dans le Midi de la France en qualité de commissaire pour les beaux-arts. Sous l’Empire, il devient sous-préfet de Verdun, mais la Restauration lui retire son poste. C’est à cette époque qu’il s’oriente vers l’étude des plantes et qu’il devient professeur de botanique à l’Athénée royal de Paris23. Lefébure trouve dans cet établissement, fondé en 1781 par Jean-François Pilâtre de Rozier (1756-1785), l’indépendance financière et surtout intellectuelle propice à l’épanouissement de ses idées sur les méthodes botaniques. L’Athénée encourage d’ailleurs ses conférenciers à s’assurer de la priorité de leurs travaux en les faisant connaître au public avant même qu’ils n’aient reçu l’approbation des instances officielles. Lefébure publie ainsi en 1816, sous le titre de Concordance des trois systèmes de Tournefort, Linnaeus et Jussieu, deux de ses conférences prononcées à l’Athénée24. Dans ce livre, il expose un nouveau mode de classification fondé sur la position et le mode d’insertion des feuilles et baptisé “système foliaire”. Par ce système, Lefébure tente de concilier les trois principaux concepts classificatoires de l’époque afin que les botanistes parlent tous la même langue. Fauteur regrette surtout les “perpétuelles lacérations de genres” et les “métamorphoses” subies par les noms créés par Linné25 et, pour lui, seul “un sage retour aux principes de Tournefort et de Linné” pourra détourner la botanique du chaos26. Un an plus tard, en 1817, Lefébure, après avoir fait paraître un poème sur Le Vrai système des fleurs27, publie un nouvel ouvrage intitulé Atlas botanique, ou Clef du jardin de l’Univers28 dans lequel il présente une méthode botanique fondée sur la réunion des deux méthodes de Tournefort et de Linné29. Ce livre ne ferait qu’illustrer la prolifération des méthodes botaniques à l’époque s’il ne contenait une Lettre à M. de Jussieu par laquelle Lefébure s’affirme comme le chef de file de la croisade menée par les Linnéens contre A.-L. de Jussieu et son enseignement au Muséum30.

  • 31 Lefébure parle de cette époque comme d’un “terme fatal pour la botanique” : Lefébure (Louis-Franço (...)
  • 32 Ibid., p. 181.
  • 33 Ibid., p. 192.
  • 34 Ibid., pp. 194 et 200. Ce concept rappelle à Lefébure celui employé au XVIIème siècle par l’histor (...)
  • 35 Ibid., p. 196.
  • 36 Ibid., p. 211.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., p. 220.
  • 39 Ibid., p. 208.
  • 40 Ibid., p. 207.

11Depuis 1789, date à laquelle la méthode naturelle exposée par A.-L. de Jussieu dans le Genera plantarum a supplanté celles de Tournefort et de Linné31, la botanique, selon Lefébure, est devenue “de toutes les sciences, la plus difficile à étudier”32. Aucun des principes de la nouvelle méthode n’échappe à ses critiques. Lefébure regrette d’abord que Jussieu ait pris l’embryon de la graine comme “fondement de toute la science”33 car son examen est difficile et n’aboutit qu’à constituer trois ensembles très inégaux. De plus, “l’espèce de balance” que représente à ses yeux le concept de subordination des caractères interdit, selon lui, le rangement en bon ordre des plantes34. Lefébure met également en cause la recherche des affinités — mot “dont l’effet paraît magique”35 — chère à Jussieu et à ses disciples, qui empêche les élèves de se faire la moindre idée d’une espèce. Il est en effet impossible de “mettre en ordre ces milliards de rapports divers” et Newton lui-même “n’y suffirait pas”36. Pour Lefébure, ce travail s’apparente “à la découverte de la pierre philosophale”37 car dans le règne végétal “le nombre de combinaisons que produisent les éléments dont se composent les plantes, est inépuisable”38. Au total, la méthode de Jussieu ne permet de bien connaître une plante que lorsqu’on en a étudié au microscope les plus infimes parties, si bien que les botanistes n’arrivent plus à distinguer la cigüe du persil ou le figuier de l’ortie39. Enfin, Lefébure reproche à l’“école moderne” d’avoir fabriqué une “espèce de jargon [...] étranger à tout idiome actuellement connu dans le monde” et dont l’apprentissage “exige plus de mémoire que la science même”40.

  • 41 Pour Lefébure, cette méthode, dont les cotylédons constituent la “base mystique”, est “un projet d (...)
  • 42 Lefébure parle d’une méthode enveloppée “d’un latin qu’il est permis d’appeler barbare”, d’“un jar (...)
  • 43 En 1817 déjà, Lefébure dénonçait en termes plus ou moins mesurés “la nullité de l’enseignement act (...)
  • 44 Lefébure (Louis-François-Henri), Réflexions importantes adressées à M. de Jussieu..., op. cit., pp (...)
  • 45 Ibid., p. 6.
  • 46 Ibid., p. 5.
  • 47 Ibid., p. 3.
  • 48 Ibid., p. 1.
  • 49 Ibid., p. 5.

12La fondation en 1821 de la Société linnéenne de Paris permet à Lefébure, élu aussitôt premier vice-président, de renforcer ses critiques contre Jussieu. Le 28 juin 1821, il lit devant un public acquis d’avance ses Réflexions importantes adressées à M. de Jussieu, sur le vice radical de l’enseignement actuel adopté pour la botanique au Jardin du roi. Si Lefébure dénonce une fois encore avec vigueur les fondements de la méthode naturelle41 et l’aridité du lexique botanique42 des anatomistes, des arguments nouveaux, mettant en cause l’organisation de l’enseignement scientifique en France, dont le Muséum est évidemment une composante essentielle, apparaissent43. Lefébure déplore en effet que ce “fantôme de méthode”44 bénéficie d’un “privilège inouï”45 et que ses principes “remplissent l’atmosphère des bureaux où se prépare en secret le grand œuvre qu’on nomme instruction publique”46 car elle a, selon lui, détourné le public de l’étude de la botanique. Lefébure s’interroge alors : “un tel résultat vaut-il ce que coûte au trésor public l’enseignement exclusif qui a pour principe fondamental les cotylédons ? Une section de l’Institut peut-elle être condamnée à ne s’occuper que d’une pareille chimère ?”47. Lefébure regrette surtout que ce soit uniquement à A.-L. de Jussieu, “titulaire perpétuel” d’une chaire qui se transmet dans sa famille “à l’instar d’un majorât”48 que “l’administration tout entière s’en rapporte aveuglément sur ces matières ténébreuses, parce qu’il a la rare complaisance de centraliser en lui la science, sa doctrine, sa théorie, sa direction, sa surveillance et jusqu’au jugement en dernier ressort de toute méthode ancienne ou moderne, qui, faute d’avoir son aveu, demeure frappée de mort”49.

  • 50 Lefébure explique en 1830 que “si c’est toujours l’influence du même censeur que l’on retrouve par (...)
  • 51 Raspail (François-Vincent), Nouveau système de physiologie végétale et de botanique, Paris : J. B. (...)

13Ces attaques, que Lefébure poursuivra jusqu’en 183850 — deux ans après la mort d’A.-L. de Jussieu —, reçoivent un écho favorable auprès de nombreux naturalistes à l’image de Victor Auger (1757-1837), d’Alexandre-Louis Marquis (1777-1828) et surtout de François-Vincent Raspail (1794-1878) qui estime lui aussi que le succès de la méthode de Jussieu “n’a réellement jamais dépassé le seuil de l’Académie et celui du Muséum ; et [que] s’il est devenu classique, ce n’est que par ordre de l’Université”51. Ces propos vigoureux témoignent indiscutablement d’une réalité dont il nous faut maintenant examiner les différents aspects.

  • 52 Farber (Paul Lawrence), “The Transformation of natural history...”, art. cit. Pour A.-L. de Jussie (...)
  • 53 Nous avons montré dans Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit., pp. 182-189, l’attachement (...)
  • 54 Laissus (Yves), “Les Voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’Histoire naturelle : e (...)
  • 55 Petit (S.), “Observations sur l’organisation des muséums d’histoire naturelle”, Revue zoologique, (...)
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid., p. 390. Voir aussi Heim (Roger), “Le Muséum de Paris : Jardin du roi et jardin du peuple”, (...)

14D’un point de vue scientifique d’abord, les critiques portées par Lefébure et ses amis contre l’enseignement de la méthode naturelle au Muséum illustrent parfaitement les transformations que connaît la pratique naturaliste au milieu du XIXème siècle. Le divorce est désormais consommé entre les partisans d’une histoire naturelle fondée uniquement sur la morphologie et la classification et ceux pour qui l’anatomie et la physiologie sont autant de moyens de mettre en œuvre, à la suite de Lamarck, une approche “biologique” des êtres vivants52. Les attaques des Linnéens posent aussi, par contrecoup, la question du public auquel s’adresse l’enseignement de Jussieu au Muséum, et d’une façon plus générale, de la mission de cet établissement. Pour Lefébure, la technicité de la méthode naturelle a progressivement dissuadé nombre d’amateurs de suivre les cours du Muséum. Les femmes en particulier, qui depuis Jean-Jacques Rousseau, avaient manifesté un réel engouement pour la botanique, désertent les amphithéâtres. Cette situation est d’autant plus regrettable que le Muséum autorise le libre accès à ses cours, aux femmes notamment, contrairement à la Faculté des sciences53. La Revue zoologique estime ainsi en 1841 que la possession d’un jardin botanique et de grandes collections scientifiques, qu’enrichissent des voyageurs-naturalistes pensionnés à cet effet par le Gouvernement54, distingue le Muséum des autres établissements d’enseignement supérieur et lui impose de dispenser “des cours d’un ordre moins élevé”55 qu’à la Sorbonne ou au Collège de France par exemple. Ces cours devraient en particulier privilégier “l’histoire et la classification des grandes familles”56 pour qu’un public profane puisse mieux apprécier ses richesses. Or, c’est le contraire qui se produit : botanique, minéralogie, entomologie, conchyliologie, sont remplacées par la physiologie végétale, la physique du globe et l’anatomie comparée57. Si, pour le Muséum, il s’agit évidemment d’encourager la professionnalisation des savoirs, cela signifie aussi courir le risque de s’aliéner de nombreux amateurs ne se reconnaissant plus dans cette spécialisation croissante, à l’image des Linnéens. D’ailleurs, dans le cas précis de l’enseignement de Jussieu, les Linnéens, posant le problème de l’utilité de la science, considèrent que les partisans de la méthode naturelle ne s’en soucient aucunement.

15Il y a cependant aussi, chez les opposants de Jussieu, la sévère dénonciation d’un certain nombre de pratiques qui les indignent. Même si leurs propos sont parfois l’expression d’une certaine jalousie à l’encontre de confrères disposant à la fois de structures pour mener à bien leurs recherches — le Muséum — et d’une tribune — l’Académie des sciences — pour les faire connaître, il n’en demeure pas moins que leurs accusations de népotisme, de cumul et, en définitive, d’oligarchie, sont en partie fondées.

  • 58 Cf. par exemple les Brongniart, les Cuvier, les Geoffroy Saint-Hilaire, les Milne-Edwards, et plus (...)
  • 59 Ordonnance du 22 février 1826 (Archives nationales, AJ.15.539). Antoine-Laurent de Jussieu était d (...)
  • 60 Cette suppression laissera un goût amer au Muséum et un professeur de l’établissement ne pourra s’ (...)

16L'accusation de népotisme à propos des Jussieu est peu contestable même s’il s’agit d’une pratique courante à l’époque58 : Adrien de Jussieu (1797-1853) succède en effet en 1826 à son père Antoine-Laurent59 qui lui-même avait succédé en 1778 à son oncle Bernard, entré au Jardin du roi en 1722 sur la recommandation de son frère Antoine qui y enseignait depuis 1710. Il faut également ajouter à cette liste Joseph de Jussieu (1704-1779), correspondant du Jardin du roi. Les Linnéens considèrent qu’il s’agit-là d’une confiscation pure et simple de la botanique au seul bénéfice de quelques élus et ils se sentent exclus d’une science sur laquelle ils ont le sentiment de n’avoir aucune prise. Le gouvernement impérial supprimera d’ailleurs à la mort d’Adrien de Jussieu en 1853 sa chaire de botanique rurale pour la remplacer par une chaire de paléontologie qu’il confiera, contre l’avis des professeurs du Muséum, à Alcide d’Orbigny (1802-1857)60 Cette première tentative du pouvoir politique de contester l’autonomie et de dénoncer certaines pratiques népotiques du Muséum légitime en partie les accusations des Linnéens.

  • 61 Limoges (Camille), “The Development of the Muséum...”, art. cit., cite les exemples d’Achille Vale (...)
  • 62 À l’exception de G. Van Spændonck (1746-1822). Limoges (Camille), “The Development of the Muséum.. (...)
  • 63 Brongniart (Adolphe), “Notice historique sur Antoine-Laurent de Jussieu”, art. cit., écrit que A.- (...)
  • 64 C’est Flourens, qui avait été l'élève à Montpellier de A.-P. de Candolle (1778-1841), qui prononce (...)
  • 65 Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit., pp. 220-222.

17L’accusation de cumul de postes est également incontestable61. Ainsi, entre 1810 et 1850, tous les professeurs du Muséum sont aussi membres de l’Académie des sciences62, situation qui renforce beaucoup leur autorité intellectuelle. Antoine-Laurent de Jussieu, entré à l’Académie en 1773 comme adjoint botaniste, ne déroge pas à la règle, et les relations privilégiées qu’il entretient avec les botanistes académiciens lui permettent de bénéficier de leur soutien moral et intellectuel. Ainsi, si tous ses biographes s’accordent pour dire que Jussieu ne répondit jamais aux attaques dont lui et sa méthode furent l’objet63, en revanche ses amis académiciens, et en particulier Pierre Flourens (1794-1867), secrétaire perpétuel pour les sciences physiques64, n’hésitèrent pas à prendre publiquement sa défense, notamment lorsque Raspail et les Adansoniens, après les Linnéens, tentèrent dans les années 1840-1860 de réhabiliter la méthode naturelle d’Adanson contre celle de Jussieu65. On peut ici parler d’une manière de lobby des partisans de la méthode naturelle de Jussieu. Ce sont d’ailleurs eux que le Ministère de l’Instruction publique consulte.

  • 66 Loi du 10 mai 1806, complétée par le décret du 17 mars 1808. Sur les origines et l’organisation de (...)
  • 67 L'ordonnance du 17 février 1815 créa le Conseil royal de l’Instruction publique dont A.-L. de Juss (...)
  • 68 A.-L. de Jussieu fut titulaire de la chaire de matière médicale de 1804 à 1822, puis mis à la retr (...)
  • 69 Lettre du ministre de l’Instruction publique en date du 18 décembre 1828 (Archives nationales, F.1 (...)

18A.-L. de Jussieu, en même temps que son poste au Muséum, occupe ainsi, notamment sous l’Empire, de hautes fonctions administratives lors de la réorganisation de l’enseignement en France. Après la fondation de l’Université impériale en 180666, il est nommé le 16 septembre 1808 par Louis de Fontanes (1757-1821), grand-maître de l’Université, l’un des dix Conseillers titulaires de l’Université, poste qu’il occupera jusqu’en 181567. Jussieu participe ainsi à l’élaboration de tous les arrêtés, règlements et instructions régissant l’Université. Dans le même temps, alors qu’il est depuis 1804 professeur de matière médicale à la Faculté de médecine de Paris, il succède le 17 mars 1809 à Georges Cuvier (1769-1832) comme vice-recteur68. Enfin, quoique boudé par la Restauration, A.-L. de Jussieu est nommé, en décembre 1828, secrétaire de la Commission pour l’examen et l’amélioration des ouvrages destinés à l’instruction primaire, commission dont l’une des missions est de rédiger les programmes sur lesquels s’appuieront les manuels scolaires69.

  • 70 Du reste, l’enseignement de la méthode naturelle de Jussieu est conseillé par Millin (Aubin-Louis) (...)
  • 71 Cuvier (Frédéric), “[Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle dans les collèges]” (...)
  • 72 Règlement du 4 septembre 1840 (Archives nationales, F 17.6894). Ce programme, qui privilégie “les (...)

19Tirant profit de la centralisation administrative, Jussieu accède à des fonctions lui permettant de veiller sur le contenu de l’enseignement de l’histoire naturelle en France. À sa mort en 1836, la méthode naturelle est la seule enseignée dans les manuels scolaires70 même si, comme le reconnaît Frédéric Cuvier (1773-1838) en 1838, “peu de professeurs dans les collèges et même dans les facultés [la] conçoivent bien”71. En 1840, le Règlement relatif à l’enseignement de l’histoire naturelle dans les Collèges prévoit qu’en botanique, après des notions générales sur les systèmes artificiel et naturel, sur l’espèce, le genre, la famille, la méthode de Jussieu, le professeur donnera des “notions sur quelques-unes des principales familles du règne végétal, considérées comme exemples de la méthode précédente” et qu’il montrera l’“importance [en zoologie] de la classification naturelle, comparée aux classifications artificielles”72.

  • 73 “Note pour Mr le Ministre”, s.d. [1838 ?] (Archives nationales, E17.1557).

20Lefébure n’est pas le seul à critiquer le travail de ces commissions successives auxquelles appartient A.-L. de Jussieu. De nombreux auteurs, dont les ouvrages, comme ceux de Lefébure, n’ont pas été retenus, mettent en doute l’impartialité d’une commission dont les membres ont eux-mêmes écrit des livres élémentaires73.

  • 74 On voit ici que Laissus (Yves), “Les Voyageurs naturalistes du Jardin du roi...”, art. cit., p. 29 (...)

21A.-L. de Jussieu a donc parfaitement su profiter du cumul de ses fonctions au Muséum, à l’Académie des sciences et au Ministère de l’Instruction publique pour promouvoir sa méthode classificatoire et assurer son succès final74. Cette attitude, commune à nombre de ses collègues du Muséum, assure en définitive l’hégémonie des idées défendues par l’établissement et interdit l’émergence de points de vue différents comme le montre bien l’exemple des Linnéens. On peut, à ce titre, parler de monopole intellectuel du Muséum. Dans cette perspective, la question de savoir comment il a réagi aux nouvelles sollicitations intellectuelles, politiques, sociales et culturelles du XIXème siècle semble difficile à poser puisqu’il en détermine le plus souvent lui-même le mouvement et les orientations. Toutefois, bien que l’historiographie traditionnelle considère la période 1793-1840 comme l’âge d’or du Muséum, il n’en demeure pas moins que les critiques formulées par les Linnéens contre l’enseignement de Jussieu révèlent clairement que le savoir dispensé dans son enceinte n’est pas incontesté. Ces critiques rappellent aussi que si le Muséum occupe une place dominante pour la recherche scientifique dans la première moitié du XIXème siècle, il existe parallèlement des sociétés savantes spécialisées de plus en plus nombreuses et puissantes au sein desquelles la science est discutée et qui participent autant que lui à l’élaboration des nouveaux savoirs.

  • 75 Hugo (Victor), Les Misérables, Paris : Gallimard, 1951, p. 26. D’ailleurs, Mgr Myriel “respectait (...)

22Cet affrontement entre les Linnéens et les Jussistes sous la Restauration eut vraisemblablement un certain retentissement auprès d’un large public. En témoigne par exemple le personnage de Monseigneur Myriel dont V Hugo nous dit dans Les Misérables (1862), qu’en dépit de son amour pour les fleurs, il n’avait “aucune prétention à la botanique” et que notamment “il ne cherchait pas le moins du monde à décider entre Tournefort et la méthode naturelle ; il ne prenait parti ni pour les utricules contre les cotylédons, ni pour Jussieu contre Linné”75.

Notes

1 Aymonin (Gérard G.), “Le Jardin des plantes de Paris et la botanique au Muséum national d’Histoire naturelle”, notes inédites réunies à l’occasion de la 101ème session extraordinaire de la Société botanique de France, 1972, 24 p. L'auteur a donné un aperçu très complet des importantes collections botaniques, historiques et modernes, conservées au Muséum et qui témoignent du rayonnement et de la richesse de ses activités en ce domaine depuis trois siècles.

2 L’étude la plus récente sur les Jussieu jusqu’en 1789 est celle de Audelin (Louise), “Les Jussieu : une dynastie de botanistes au XVIIIème siècle (1680-1789)”, Thèse de l’École nationale des Chartes, 1987, 2 tomes, XLII-584 p. Voir aussi Lacroix (Alfred), “Notice historique sur les cinq de Jussieu membres de l’Académie des sciences (1712-1853) : leur rôle d’animateurs des recherches d’histoire naturelle dans les colonies françaises, leurs principaux correspondants”, Mémoires de l’Académie des sciences de l’Institut de France, 2ème série, t. 63, 1941, pp. 1-100.

3 La diffusion des idées linnéennes en Europe (Hollande, Angleterre, Allemagne, Suisse, France, etc.) a été bien étudiée par Stafleu (Frans A.), Linnaeus and the Linnaeans : the spreading of their ideas in systematic botany, 1735-1789, Utrecht : Oosthoek, 1971, XVI-386 p. Sur leur diffusion en Espagne et dans les pays latino-américains, cf. Bueno (Antonio González), “La Sociedad Linneana Matritense”, in Medicamento, historia y sociedad : estudios en memoria del profesor D. Rafael Folch Andren, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 1982, pp. 511-538 ; Bueno (Antonio Gonzalez), “Nuevos datos sobre una agrupación botánica : la Sociedad Linneana Matritense (1878-1892)”, Boletín de la Sociedad española de historia de la farmacia, no 38, 1987, pp. 347-358 ; Bueno (Antonio González) et Ruíz Ochayta (M.), “La Introducción de la filosofía linneana en la botánica española : actitud de C. Gómez Ortega (1741-1818)”, Boletín de la Sociedad española de historia de la farmacia, no 36, 1985, pp. 15-39 ; Aceves Pastrana (Patricia Elena), “La Difusión de la ciencia en la Nueva España en el siglo XVIII : la polémica en torno a la nomenclatura de Linneo y Lavoisier”, Quipu, no 4, 1987, pp. 357-385.

4 Sur la querelle entre Buffon et Linné, cf Sloan (Phillip R.), “The Buffon-Linnaeus controversy”, Isis, no 67, 1976, pp. 356-375 ; Larson (James L.), “Linné’s french critics”, in Broberg (Gunnar), Linnaeus : progress and prospects in Linnaean Research, Stockholm : Almqvist et Wiksell International, 1980, pp. 67-79 et Barsanti (Giulio), “Linné et Buffon : deux visions différentes de la nature et de l’histoire naturelle”. Revue de synthèse, 3ème série, no 113-114, 1984, pp. 83-111.

5 Jussieu (Antoine-Laurent de), “Examen de la famille des Renoncules”, Histoire de l'Académie royale des sciences, 1773, p. 215.

6 Jussieu emprunte explicitement ce concept d'affinité aux chimistes. Cf. Jussieu (Antoine-Laurent de), “Examen de la famille des Renoncules”, art. cit., p. 214 et Goupil (Michelle), Du flou au clair ? : histoire de l’affinité chimique de Cardan à Prigogine, Paris : Éd. du C.T.H.S., 1991, 350 p.

7 Sur Linné et la méthode naturelle, cf. Larson (James L.), “Linnaeus and the natural method”, Isis, no 58,1967, pp. 304-320.

8 Sloan (Phillip R.), “John Locke, John Ray, and the problem of the natural System ”, Journal of the history of biology, no 5, 1972, pp. 1-53.

9 C’est le cas par exemple des ouvrages de Gérard (Louis), Flora gallo-provincialis, Paris : C. J. B. Bauche, 1761, 587 p. ; Duchesne (Antoine-Nicolas), Manuel de botanique, Paris : Didot le jeune, 1764, 4 parties, 1 vol. ; Buisson (J. P.), Classes et noms des plantes, Paris : Vve Hérissant, 1779, 115 p. et Durande (Jean-François), Notions élémentaires de botanique, Paris : L. N. Frantin, 1781, 368 p. Sur ces premiers disciples des Jussieu, lire Guédès (Michel), “Duchesne, Buisson, Durande, early followers of the natural method of the Jussieus”, Taxon, no 22, 1973, pp. 211-219.

10 Stafleu (Frans A.), “Introduction” au reprint du Genera plantarum d’A.-L. de Jussieu, Weinheim : J. Cramer, 1964, pp. V-XLXVIII. L’auteur y a précisé les dates et les circonstances de la publication du Genera plantarum. Cf. l’analyse qu’en donne Haüy (René-Just), “[Sur le Genera plantarum d’A.-L. de Jussieu]”, Le Journal des savants, janvier 1790, pp. 40-48.

11 Jussieu (Antoine-Laurent de), Genera plantarum secundum ordines naturales disposita, juxta methodum in horto regio parmensi exaratam, anno M. DCC. LXX1V, Paris : Hérissant, 1789, p. 18.

12 Ibid., p. 21. Pour Jussieu, pour transcendante qu’elle soit, la recherche de la méthode naturelle n’est pas dénuée d'arrière-pensées utilitaristes car, selon lui, les plantes qui se ressemblent par beaucoup de caractères doivent avoir les mêmes vertus médicinales et qu’ainsi les seuls signes extérieurs doivent rendre compte de leurs propriétés.

13 Morton (A. G.), History of botanical science : an account of the development of botany from ancient times to the present day, Londres : Academie Press, 1981, XII-474 p. et Joly (Patrick), “Les Classifications botaniques”, in Tassy (Pascal), L'Ordre et la diversité du vivant : quel statut scientifique pour les classifications biologiques ?, Paris : Fayard, 1986, pp. 51-67. Il est important de souligner que l’approbation du livre de Jussieu par l’Académie royale des sciences ne signifie pas nécessairement qu’elle rejette le système artificiel de Linné dont elle reconnaît en 1774 que les partisans “sont en grand nombre, même parmi les botanistes les plus éclairés” : Anonyme, “Sur le nouvel ordre de plantes établi dans l’École de botanique du Jardin du roi”, Histoire de l’Académie royale des sciences, 1774, pp. 29-30. L’Académie a d’ailleurs toujours tenu à se démarquer des positions extrêmes affichées par certains de ses membres comme Buffon ou Adanson, voire même à les déplorer. Selon elle, il ne faut “point regarder comme de simples nomenclateurs ou des compilateurs de dictionnaires, les botanistes occupés à former des méthodes, et même des méthodes artificielles. [...] Ceux qui n'ont fait qu’en ébaucher l’étude [de la botanique], n’y voient qu’une longue et inutile nomenclature ; et ils disent que la science n’existe point, parce qu’ils ne se sont pas élevés jusqu'au point où elle commence” : Anonyme, “Sur les familles naturelles des plantes, et en particulier sur celle des Renoncules”, Histoire de l’Académie royale des sciences, 1773, p. 36.

14 Brongniart (Adolphe), “Notice historique sur Antoine-Laurent de Jussieu”, Annales des sciences naturelles, no 7, 2ème série Botanique, 1837, p. 15. Selon Flourens (Pierre), “Éloge historique d’Antoine-Laurent de Jussieu”, Mémoires de l’Académie royale des sciences, t. 17, 1838, p. XIV, c’est de la parution de cet ouvrage que “date l’esprit nouveau qui anime aujourd’hui tous ceux qui s’occupent des rapports et de la classification des êtres”.

15 Duris (Pascal), Linné et la France : 1780-1850, Genève : Droz, 1993, 283 p.

16 Ibid., pp. 69-87.

17 De 1803 à 1820, A.-L. de Jussieu révise plusieurs de ses familles naturelles et en décrit de nouvelles. Cf. la liste de ses travaux dans Flourens (Pierre), “Éloge historique d’Antoine-Laurent de Jussieu", art. cit., pp. LVII-LX.

18 Ibid., pp. XV-XVI, et Farber (Paul Lawrence), “The Transformation of natural history in the Nineteenth-century", Journal of the history of biology, no 15, 1982, pp. 147-148.

19 Sur l’histoire de cette société et de ses colonies, cf. Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit., pp. 168-177.

20 Voir la description et l’interprétation que nous donnons de ces fêtes linnéennes aux pp. 192-215 du même ouvrage.

21 Lefébure (Louis-François-Henri), “Discours sur le principe essentiel de l’ordre en histoire naturelle, et particulièrement en botanique”, Mémoires de la Société linnéenne de Paris, t. 1, 1822, p. 117.

22 Sur Lefébure, lire Lefebvre-Cauchy, Lamoureux et Lacroix, “Lefébure (Louis-Henri)”, Biographie universelle, Paris : Michaud, [1854-1856], t. 23, pp. 577-579.

23 Sur le fonctionnement de cet établissement dans lequel enseigneront Fourcroy, Cuvier, Monge, les Brongniart, Lamarck, Lacepède, les Geoffroy Saint-Hilaire, Comte et bien d’autres, lire Haines (Barbara), “The Athénée de Paris and the Bourbon Restoration”, History and Technology, no 5, 1988, pp. 249-271. L’Athénée royal ferma ses portes en 1849.

24 Lefébure (Louis-François-Henri), Concordance des trois systèmes de Tournefort, Linnaeus et Jussieu, par le système foliaire appliqué aux genres des plantes qui croissent spontanément dans le rayon de dix lieues autour de Paris, Paris : Desœr, 1816, 79 p. Dès 1814, Lefébure publie une Nouvelle manière d’apprendre à connaître le nom des plantes à leur première inspection, sans qu’il soit besoin d’avoir étudié aucun système, et par un procédé qui exige une heure d’étude qui illustre bien le souci qu’il a toujours eu de vouloir simplifier l’étude de la botanique pour la rendre accessible au plus grand nombre.

25 Ibid., p. 10.

26 Ibid., p. 12.

27 Lefébure (Louis-François-Henri), Le Vrai système des fleurs, poème, Paris : Impr. Richomme, 1817, 24 p.

28 Lefébure (Louis-François-Henri), Atlas botanique, ou Clef du jardin de l’Univers, d’après les principes de Tournefort et de Linné, réunis, Paris : Impr. Richomme, 1817, 224 p.

29 Le système botanique de Tournefort, comme on le voit, conserve encore dans les premières années du XIXème siècle de nombreux adeptes, en particulier parmi les Linnéens. Tournefort, pour qui “connaître les plantes, c’est précisément savoir les noms qu’on leur a donné par rapport à la structure de quelques-unes de leurs parties”, a en effet servi de modèle à Linné tant du point de vue de la nomenclature que de celui de la systématique. Tournefort estimait en particulier que pour se faire comprendre de tous et pas seulement des spécialistes, il ne fallait pas multiplier les noms de genres nouveaux à partir de différences minimes. C’est le très linnéen Nicolas Jolyclerc (mort en 1817) qui rééditera ses Éléments de botanique en 1797 : Tournefort (Joseph de), Jolyclerc (Nicolas), Éléments de botanique, ou Méthode pour connaître les plantes, édition augmentée de tous les suppléments donnés par Antoine de Jussieu, enrichie d’une concordance avec les classes, les ordres du système sexuel de Linné et les familles naturelles créées par Antoine-Laurent de Jussieu, mise à la portée de tous..., Lyon : P. Bernuset, 1797, 6 vol.

30 Le livre de Lefébure fait l’objet en 1818 d’un rapport de Lamarck, Labillardière et Palisot de Beauvois à l’Académie des sciences qui voient dans cet ouvrage une “idée heureuse”. Mais les rapporteurs ne font nulle mention de la lettre à Jussieu.

31 Lefébure parle de cette époque comme d’un “terme fatal pour la botanique” : Lefébure (Louis-François-Henri), Atlas botanique..., op. cit., p. 190.

32 Ibid., p. 181.

33 Ibid., p. 192.

34 Ibid., pp. 194 et 200. Ce concept rappelle à Lefébure celui employé au XVIIème siècle par l’historiographe André Félibien (1619-1695) pour évaluer les mérites respectifs de divers peintres et qui le conduisait à placer Raphaël un peu au-dessous de Rubens.

35 Ibid., p. 196.

36 Ibid., p. 211.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 220.

39 Ibid., p. 208.

40 Ibid., p. 207.

41 Pour Lefébure, cette méthode, dont les cotylédons constituent la “base mystique”, est “un projet de système inachevé et interminable [...] absolument inutile et à ceux qui savent la botanique, et à ceux qui veulent l’apprendre”. Lefébure montre d’ailleurs que les principes de la méthode naturelle ont été empruntés aux deux botanistes hollandais Adriaan Van Royen (1704-1779) et allemand Johann Gottlieb Gleditsch (1714-1786). Lefébure (Louis-François-Henri), Réflexions importantes adressées à M. de Jussieu, sur le vice radical de l’enseignement actuel adopté pour la botanique au Jardin du roi, lu à la Société linnéenne de Paris, le 28 juin 1821, Paris : Impr. de Richomme, [1821], p. 2.Nelle publication : “Un Botaniste à M. de Jussieu, sur le vice radical de l’enseignement actuel adopté pour la botanique au Jardin du roi”, Le Mercure du dix-neuvième siècle, no 34, 1831, pp. 103-114.

42 Lefébure parle d’une méthode enveloppée “d’un latin qu’il est permis d’appeler barbare”, d’“un jargon technique” qui ne fait qu’accréditer l’idée que la botanique n’est qu’une science de mots (ibid., pp. 5-6). Il dénonce également le “copinage scientifique” qui consiste à donner le nom d’un ami naturaliste à une plante nouvelle (ibid., p. 6).

43 En 1817 déjà, Lefébure dénonçait en termes plus ou moins mesurés “la nullité de l’enseignement actuel” et en appelait au pouvoir politique pour qu’il le réforme. Lefébure (Louis-François-Henri), Atlas botanique..., op. cit., p. 218.

44 Lefébure (Louis-François-Henri), Réflexions importantes adressées à M. de Jussieu..., op. cit., pp. 4-5.

45 Ibid., p. 6.

46 Ibid., p. 5.

47 Ibid., p. 3.

48 Ibid., p. 1.

49 Ibid., p. 5.

50 Lefébure explique en 1830 que “si c’est toujours l’influence du même censeur que l’on retrouve partout au Conseil d’enseignement, au Jardin des plantes, à l’Institut, près du Ministère, comment résister au parti pris d’étouffer une méthode quelconque, dans la crainte qu’elle n’en remplace une autre qui, depuis quarante ans constamment changée ou refaite, n’est toujours qu’un simple projet et sans application pratique usuelle”. Lefébure (Louis-François-Henri), “D’un nouveau système botanique”, Le Mercure du dix-neuvième siècle, no 31, 1830, p. 15. Il réagit également en 1838 à l’éloge d’A.-L. de Jussieu prononcé par Flourens devant l’Académie des sciences en évoquant en termes caustiques la succession d’Adrien de Jussieu à la chaire de son père au Muséum. Lefébure (Louis-François-Henri), Observations sur le discours lu à l’Institut, par M. Flourens, faisant suite aux réflexions importantes adressées à M. Antoine-Laurent de Jussieu, sur le vice radical de l’enseignement actuel (1821) adopté au jardin botanique des plantes du Muséum de Paris, Paris : tous les libraires, 1838, 15 p. Cf. aussi Lefébure (Louis-François-Henri), Flore de Paris, genera et species, ou Première application faite du nouveau système floral aux plantes vivantes, Paris : Impr. de Casimir, 1835, IV-124 p.

51 Raspail (François-Vincent), Nouveau système de physiologie végétale et de botanique, Paris : J. B. Baillière, 1837, vol. II, p. 405. Les Linnéens aiment à rappeler que Charles-François Brisseau de Mirbel (1776-1854), élève de René Louiche-Desfontaines (1750-1833) et titulaire à partir de 1828 de la chaire de culture du Muséum, est également très critique à l’encontre de la méthode naturelle de Jussieu. Cf Mirbel (Charles-François Brisseau de), Éléments de physiologie végétale et de botanique, Paris : Magimel, 1815, vol. II, p. 851, et surtout Mirbel (Charles-François de), “Introduction : connaissance des rapports naturels, considérés comme objet principal de la science”, Revue européenne, no 4, 1824, pp. 556-570 et [Lefébure (Louis-François-Henri)], chapitre “Végétaux” des Œuvres complètes de Buffon, mises en ordre par M. le comte de Lacepède (supplément contenant un précis des découvertes les plus importantes nouvellement faites dans l’histoire naturelle), Paris : Eymery, Fruger et Cie, t. 26, 1828, pp. 321-441.

52 Farber (Paul Lawrence), “The Transformation of natural history...”, art. cit. Pour A.-L. de Jussieu, le but principal de la botanique “est, non de nommer une plante, mais de connaître sa nature et son organisation entière” : Jussieu (Antoine-Laurent de), article “Méthode naturelle des végétaux”, in Cuvier (Frédéric) (sous la dir.), Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg : F G. Levrault, 1816-1830, vol. XXX, p. 463. Le Muséum d’ailleurs, dans la deuxième moitié du XIXème siècle, multiplia les chaires dans les disciplines expérimentales annonçant ainsi le déclin — provisoire — de sa vocation descriptive et la marginalisation des naturalistes travaillant en son sein : cf. Limoges (Camille), “The Development of the Muséum d’Histoire naturelle of Paris, c. 1800-1914”, in Fox (Robert), Weisz (George), (sous la dir.), The Organization of science and technology in France (1808-1914), Cambridge : Cambridge University Press, 1980, pp. 230-231.

53 Nous avons montré dans Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit., pp. 182-189, l’attachement des femmes à la botanique linnéenne. Sur l’exclusion des femmes des cours de la Faculté des sciences de Paris, qui fut maintenue jusque vers 1870, cf. Loisel (Gustave), “Origine et développement de l’enseignement de l’histoire naturelle à la Faculté des sciences de Paris”, Revue internationale de l’enseignement, no 42, 1901, pp. 492-493. Ceux qui suivent les cours du Muséum sont plus des auditeurs que des élèves et Limoges (Camille), “The Development of the Muséum...”, art. cit., p. 222, rappelle que cet établissement n’a jamais délivré de diplôme.

54 Laissus (Yves), “Les Voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’Histoire naturelle : essai de portrait-robot”, Revue d'histoire des sciences, no 34, 1981, pp. 259-317.

55 Petit (S.), “Observations sur l’organisation des muséums d’histoire naturelle”, Revue zoologique, no 4, 1841, p. 391.

56 Ibid.

57 Ibid., p. 390. Voir aussi Heim (Roger), “Le Muséum de Paris : Jardin du roi et jardin du peuple”, Revue des deux mondes, 1931, pp. 324-333, où l’auteur parle pour cette époque d’un “enseignement d’avant-garde [...] répandu parmi un public curieux et avide, ouvert aux vocations plus qu’aux parchemins” (p. 329) qui confirme l’ambiguïté des objectifs pédagogiques du Muséum.

58 Cf. par exemple les Brongniart, les Cuvier, les Geoffroy Saint-Hilaire, les Milne-Edwards, et plus tard, les Becquerel, parmi d’autres. Lire aussi Marcou (Jules), De la science en France, Paris : C. Reinwald, 1869, p. 160.

59 Ordonnance du 22 février 1826 (Archives nationales, AJ.15.539). Antoine-Laurent de Jussieu était démissionnaire et il explique dans une lettre écrite le 13 octobre 1830 au duc de Broglie, ministre de l’Instruction publique, qu’il a alors “abdiqué la place de professeur au Jardin des Plantes qui a été donnée à (son] fils sur la présentation des professeurs du Jardin, de l’Académie des sciences et de l’un [des] prédécesseurs [du ministre]" (Bibliothèque centrale Muséum, Ms 475 (4)).

60 Cette suppression laissera un goût amer au Muséum et un professeur de l’établissement ne pourra s’empêcher cinquante ans plus tard de regretter que la chaire d’Adrien de Jussieu ait “été transformée en une chaire de paléontologie pour des raisons dans lesquelles la science n’était pas seule en cause” : Lecomte (Henri), “Historique des collections de botanique du Muséum d’Histoire naturelle de Paris”, Revue scientifique, 5ème série, no 7, 1907, p. 673. D’Orbigny ne sera d’ailleurs jamais élu à l’Académie des sciences. En janvier 1874, la IIIème République rétablit la chaire d’Adrien de Jussieu sous le nom de chaire de botanique, classifications et familles naturelles et la confia à Louis-Édouard Bureau (1830-1918). Les attributions de cette chaire — l’actuelle chaire de phanérogamie — sont alors clairement définies par le Ministère : “elle aura pour objet la classification du règne végétal et particulièrement la méthode naturelle, dont elle exposera les divisions et les principaux groupes ou familles. Des excursions ou herborisations, dans lesquelles on fera l’application de cet enseignement à nos plantes indigènes, feront partie de ce cours” (Archives nationales, AJ.15.539). La chaire de physiologie et anatomie végétale qu’Adrien de Jussieu occupait depuis 1850 à la Faculté des sciences de Paris fut également supprimée après sa mort, par Napoléon III. Elle fut plus ou moins remplacée par la chaire de physiologie générale créée en 1854 pour Claude Bernard (1813-1878). Cf. Loisel (Gustave), “Origine et développement de l’enseignement...”, art. cit., pp. 159 et 489. Petit (S.), dans ses “Observations sur l’organisation des muséums...”, art. cit., au moment de la succession d’Henri Milne-Edwards (1800-1885) à la chaire d’entomologie précédemment occupée par son gendre Jean-Victor Audouin (1797-1841), déplorait déjà que la “camaraderie” et l’“esprit exclusif de corporation” régnant au Muséum et à l’Académie des sciences fassent prédominer “les intérêts personnels ou de famille” (p. 364). Sur l’histoire des chaires du Muséum au XIXème siècle, lire Lemoine (Paul), “Le Muséum national d’Histoire naturelle”, Archives du Muséum national d’Histoire naturelle,6ème série, t. 12, 1935, pp. 1-79.

61 Limoges (Camille), “The Development of the Muséum...”, art. cit., cite les exemples d’Achille Valenciennes (1794-1865), d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861) et de H. Becquerel (1852-1908). La loi du 9 mars 1852 limita beaucoup cette pratique en autorisant seulement deux postes rémunérés simultanément. Mais les exceptions seront nombreuses, si bien que le taux de cumul au Muséum, entre 1790 et 1890, ne descendra jamais en dessous de 25 % pour s’établir en moyenne à 33 % (p. 216). Cf. aussi Marcou Jules), De la science en France, op. cit., pp. 249-252.

62 À l’exception de G. Van Spændonck (1746-1822). Limoges (Camille), “The Development of the Muséum...”, art. cit., précise que 70 % des professeurs étaient déjà membres de l’Académie avant d’obtenir une chaire au Muséum (p. 217).

63 Brongniart (Adolphe), “Notice historique sur Antoine-Laurent de Jussieu”, art. cit., écrit que A.-L. de Jussieu “ne fut jamais entraîné dans une polémique scientifique ; on ne citerait pas, soit dans son ouvrage, soit dans ses nombreux mémoires, un mot qui pût être blessant pour aucun de ses contemporains” (p. 23). Flourens (Pierre), “Éloge historique d’Antoine-Laurent de Jussieu”, art. cit., convient lui aussi que Jussieu “s’est laissé attaquer, à peu près dans toutes les langues, sans jamais répondre” (p. XXXVI). Lefébure lui-même regrettait que ses attaques n’aient jamais reçu de réponses : cf. Lefébure (Louis-François-Henri), “D’un nouveau système botanique”, art. cit., p. 17.

64 C’est Flourens, qui avait été l'élève à Montpellier de A.-P. de Candolle (1778-1841), qui prononce 1 éloge d A.-L. de Jussieu le 13 août 1838. Cf. aussi Flourens (Pierre), Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Académie des sciences, Paris : Garnier frères, 1836-1857, 2 vol.

65 Duris (Pascal), Linné et la France..., op. cit., pp. 220-222.

66 Loi du 10 mai 1806, complétée par le décret du 17 mars 1808. Sur les origines et l’organisation de l’Université impériale, cf. Aulard (Alphonse), Napoléon 1er et le monopole universitaire : origines et fonctionnement de l’Université impériale, Paris : Armand Colin, 1911, IX-385 p.

67 L'ordonnance du 17 février 1815 créa le Conseil royal de l’Instruction publique dont A.-L. de Jussieu fut nommé conseiller honoraire. Mais ce Conseil fut dissout dès le 29 mars et, par l’ordonnance du 15 août 1815, il fut remplacé par la Commission de l’Instruction publique à laquelle Jussieu ne fut pas appelé. Cette commission prit plus tard par l’ordonnance du 1er novembre 1820 — le nom de Conseil royal de l’Instruction publique.

68 A.-L. de Jussieu fut titulaire de la chaire de matière médicale de 1804 à 1822, puis mis à la retraite comme professeur honoraire par l’ordonnance royale du 2 février 1823 lors de la réorganisation de l’École de médecine. Cf. aussi Legée (Georgette), “La Participation de Georges et de Frédéric Cuvier à l’organisation de l’Instruction publique (1802-1838)”, Histoire et nature, no 2, 1974, pp. 47-72 ; Legée (Georgette), “Cuvier et la réorganisation de l’enseignement sous le Consulat et l’Empire”, Actes du 95ème congrès national des sociétés savantes, Colloque Histoire de l’enseignement de 1610 à nos jours, Paris, 1974, pp. 197-214.

69 Lettre du ministre de l’Instruction publique en date du 18 décembre 1828 (Archives nationales, F.17.1557). Cette commission, instituée par arrêté du Conseil royal de l’Instruction publique en date du 6 décembre 1828, était constituée de six personnes dont Frédéric Cuvier (1773-1838), Inspecteur général adjoint.

70 Du reste, l’enseignement de la méthode naturelle de Jussieu est conseillé par Millin (Aubin-Louis), dès 1795, dans ses Eléments d’histoire naturelle et par Duméril (Constant), Traité élémentaire d’histoire naturelle, Paris : Déterville, 1804, 394 p. Cet ouvrage à destination des professeurs des lycées suit cette méthode pour la partie botanique. La même année, le Genera plantarum de Jussieu figure — avec les œuvres de Linné — dans le Catalogue des livres qui doivent composer la bibliothèque d’un lycée, et le Règlement sur l’enseignement dans ces établissements, en date du 19 septembre 1809, recommande cet ouvrage pour l’enseignement de l’histoire naturelle. Et l’on ajoute : “Le professeur pourra faire lire et extraire les ouvrages plus considérables de Linnaeus, Buffon, Lacepède, Pallas, Haüy, etc.” (p. 19).

71 Cuvier (Frédéric), “[Considérations sur l’enseignement de l’histoire naturelle dans les collèges]”, Journal des savants, janvier 1838, p. 40.

72 Règlement du 4 septembre 1840 (Archives nationales, F 17.6894). Ce programme, qui privilégie “les points les plus importants de l’histoire naturelle, tels que les principales fonctions des animaux et des plantes, les bases de la classification naturelle” (circulaire du ministre de l’Instruction publique en date du 5 septembre 1840 adressée aux recteurs) (Archives nationales, E 17.6894), montre que ses rédacteurs adhèrent totalement à la nouvelle conception de l’histoire naturelle développée au Muséum au milieu du XIXème siècle qui fait appel, dans l’ordre, à l’anatomie, la physiologie, la classification, les mœurs, la distribution géographique, et les usages.

73 “Note pour Mr le Ministre”, s.d. [1838 ?] (Archives nationales, E17.1557).

74 On voit ici que Laissus (Yves), “Les Voyageurs naturalistes du Jardin du roi...”, art. cit., p. 293, a raison de parler du Muséum, du Ministère de l’Instruction publique dont il dépend au XIXème et de l’Académie des sciences comme d’une “trinité aux interrelations nombreuses, parfois subtiles”.

75 Hugo (Victor), Les Misérables, Paris : Gallimard, 1951, p. 26. D’ailleurs, Mgr Myriel “respectait beaucoup les savants, il respectait encore plus les ignorants, et, sans jamais manquer à ces deux respects, il arrosait ses plates-bandes chaque soir d’été avec un arrosoir de fer-blanc peint en vert”.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Gérard (Frédéric), Nouvelle flore usuelle et médicale, ou Histoire et description de tous les végétaux utiles, pl. 70 : Méthode naturelle de Candolle/M. Lebrun del., Lebrun sculp.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende FIG. 2 - Gérard (Frédéric), Nouvelle flore usuelle et médicale..., op. cit., pl. 67 : Méthode d’Antoine-Laurent de Jussieu/M. Lebrun del., Lebrun sculp.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Légende FIG. 3 - Gérard (Frédéric), Nouvelle flore usuelle et médicale..., op. cit., Paris : F. Didot frères, 1859, pl. 64 : Système de Linné/M. Lebrun del., Lebrun sculp.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 660k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540