Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Naissance et développement d'une institution

Du Jardin du roi au Muséum : les carrières de Fourcroy et de Lacepède

Roger Hahn

Note de l’éditeur

Hahn, R., 1997. Du jardin du roi au Muséum : les carrières de Fourcroy et de Lacepède. in : C. Blanckaert et al. (eds), Le Muséum au premier siècle de son histoire : 31-41. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-516-X.

Texte intégral

1Il suffit de songer à la date de cette commémoration, le 10 juin 1793, pour supposer que la fondation du Muséum était avant tout un acte politique, une affirmation républicaine assez remarquable si l’on pense qu’une institution nationale se créait — ou plutôt qu’une ancienne institution scientifique, le Jardin du roi, se transformait — en plein milieu d’événements dramatiques qui changeaient la vie politique de Paris et de la France. Je ne veux pas aujourd’hui vous raconter ce que l’on sait déjà sur les étonnantes créations scientifiques de la Convention nationale — l’École Polytechnique, l’École Normale, le Bureau des Longitudes, le Conservatoire des Arts et Métiers, etc. — qui ont servi à certains pour disculper, ou tout du moins adoucir, l’image du terrorisme de la gauche. Il ne s’agit pas ici d’inculper ou d’excuser un parti politique à un des grands tournants de l’histoire, mais de saisir dans toutes ses ramifications, la façon dont la politique et la science se sont trouvées entremêlées quand l’occasion d’une transformation de la structure de la culture s’est présentée. Je voudrais à la fois vous rappeler que les hommes de sciences avaient eux-mêmes une politique qu’ils voulaient suivre, avec l’espoir de voir leur métier justifié et leur carrière avancée ; et d’un autre côté que les acteurs politiques de l’époque désiraient donner à l’enseignement public et à la culture un reflet de leur conception de la Révolution qu’ils animaient et qui se déversait sur Paris. Quand on parle de la mutation du Jardin du roi au Muséum national d’Histoire naturelle, on doit s’imaginer deux transformations parallèles, une scientifique et une politique, qui en quelque sorte s’exprimaient concrètement par la nouvelle forme donnée à cette nouvelle institution.

2Mais ce parallélisme entre politique et science, qu’il est nécessaire de séparer pour analyser sa portée à long terme, n’offre pas la même utilité si l’on se penche sur les carrières de certains individus qui ont joué un double rôle à ce grand tournant de l’histoire, car pour chacun d’eux, vivant au milieu d’un monde incertain, la science et la politique étaient imbriquées. Leurs actions et leurs comportements répondaient aux besoins du moment qu’il était impossible de séparer en deux sphères d’intérêt. C’est pourquoi j’ai voulu interroger ce tournant historique à travers deux participants appartenant intimement à la fois au Jardin et au Muséum, et qui furent des acteurs non négligeables dans la politique et l’administration.

  • 1 Sur Fourcroy, consultez surtout Smeaton (William A.), Fourcroy, chemist and revolutionary 1755-180 (...)
  • 2 Sur Lacepède, voir mes articles : “Sur les débuts de la carrière scientifique de Lacepède”, Revue (...)

3En effet, Fourcroy n'était pas seulement un brillant démonstrateur d’histoire naturelle et de chimie, ou le député à la Convention qui remplaça Marat et fut président des Jacobins1 ; de même Lacepède n’était pas uniquement le naturaliste qui acheva le programme descriptif dessiné par Buffon, ou le représentant à l’Assemblée Législative, Sénateur et Chancelier de la Légion d’honneur2. Chacun était lié par sa carrière remplie de succès aussi bien en sciences qu’en politique, et ces deux aspects de leurs activités se confondaient chez eux. Leur style personnel, fort différent, les séparait, tout en leur donnant à chacun une certaine unité de pensée et d’action.

4Lacepède, moins étudié et peut-être moins apprécié qu’il ne le mérite, était issu d’une famille d’ancienne noblesse d’Agen. Il s’était installé tout jeune encore à Paris avec l’ambition de percer soit dans la culture musicale, soit dans celles des sciences. Violoncelliste lui-même, il avait écrit un opéra (Omphale) apprécié par Gluck avec qui il était en correspondance, il fit publier un ouvrage trop peu connu La Poétique de la Musique en 1785, et par la suite composa des symphonies et des sextets joués et appréciés après la Terreur par Grétry. Il voulait également se faire connaître en sciences en publiant un Essai sur l’électricité naturelle et artificielle (1781) et une Physique générale et particulière (1782-1784). Cependant, ces deux ouvrages, bien qu’intéressants, ne correspondaient pas au style expérimental et mathématique de l’Académie des sciences, ce qui explique son relatif échec dans ce domaine.

5Dès sa jeunesse, Lacepède avait envisagé la science comme si elle devait être un miroir de l’imagination activée par l’examen direct du spectacle de la nature. En science comme en musique, il était dans son approche épris d’un romantisme assez naïf, mais qui pouvait plaire. Dans sa Poétique de la musique il envisageait cette activité créatrice à la manière de Gluck comme un reflet direct des passions et agitations intérieures des compositeurs, une espèce d’expression brute des sentiments intérieurs. De même en exposant les sciences physiques, il lui suffisait de lier ses lectures et observations directes de la nature avec une théorie développée par son bon sens pour la cerner et l’exposer.

  • 3 Lacepède (Bernard de), Œuvres du comte de Lacepède, nelle éd., Paris : A. G. Desmarest, 1826-1833, (...)

6Comme il le dira plus tard dans un discours prononcé au Muséum en 1799 : “mais de quelque manière que les sujets de l’étude soient circonscrits par le sentiment des difficultés que l’on doit vaincre, et de la force destinée à les surmonter, nous ne parvenons à posséder une connaissance réelle, qu’en distinguant les relations des êtres, et en apercevant la série de ces relations. Cependant, quel est cet ordre dont l’intuition est le complément de la science, ou, pour mieux dire, constitue la science proprement dite ?”3. Il prenait goût surtout comme observateur et spectateur, et non comme analyste, mathématicien ou mécanicien, préférant observer et peindre la nature plutôt que lui faire révéler ses secrets intimes, ses ressorts. Ces principes continuèrent à le guider toute sa vie.

FIG. 1 - Lacepède (Bernard, Germain, Étienne comte de) 1756 - 1825. Lytho par Delpech.

7Quoique les physiciens et mécaniciens de l’Académie lui tournèrent poliment, mais résolument, le dos, Buffon l’accueillit comme un homme distingué, de bon goût, et le nomma deuxième garde et sous-démonstrateur du Cabinet du roi. Avec Daubenton, il se consacra à terminer le grand panorama de la nature que Buffon avait inauguré au milieu du siècle. Buffon avait reconnu en lui non seulement un jeune passionné d’histoire naturelle, mais un personnage charmant et loyal, d’une noblesse d’esprit et de style qu’il appréciait, bien plus que le genre de la jeune génération d’expérimentateurs et analystes tels que Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier, qui allaient transformer l’histoire naturelle en sciences biologiques au Muséum après la Révolution.

8Lacepède publia une Histoire naturelle des reptiles, et une Histoire naturelle des serpents à l’époque de la disparition du grand maître Buffon, et par la suite une Histoire naturelle des poisson s (en 5 volumes) et des cétacés, toujours dans le style ampoulé et majestueux de Buffon. Il réussit non seulement à perpétuer le souvenir du naturaliste Buffon, mais aussi sa façon d’envisager la nature. Certes, on leur reprocha à tous deux des envolées spéculatives planant bien au delà de l’observation, et de dédaigner une explication serrée des mécanismes. Mais Lacepède crut au fond de son cœur que ce style et cette façon d’agir était non seulement juste, mais qu’elle servirait à donner de bonnes leçons de morale et d’utilité. Son romantisme comportait donc un aspect d’application pratique, et de ce fait aussi, politique.

  • 4 Lacepède (Bernard de), Vues sur l’enseignement public, Paris : Desenne, 1790, pp. 5-6.

9Tout au début de la Révolution, il publia ses Vues sur l’enseignement public (1790), c’est-à-dire l’enseignement gratuit et général qu’il convenait d’offrir au peuple pour qu’il soit éclairé par le savoir. Sans dire que cet enseignement devait forcément ou uniquement se faire au Jardin des plantes, il est évident qu’il se l’imaginait comme l’un des sites privilégiés pour exposer aux jeunes des échantillons de la beauté de la nature, en leur faisant visiter les serres et les ménageries qu’un jardin idéal devait renfermer. D’ailleurs, il envisageait que chaque centre urbain de la France (chaque chef-lieu de département) aurait son petit jardin avec son cabinet d’objets de la nature pour illustrer les leçons d’histoire naturelle, et que les jeunes seraient aussi conduits dans la campagne pour admirer la nature sur place. Écoutons-le, se faisant ici l’écho de Jean-Jacques Rousseau : “toute richesse morale n’en vient-elle pas [de la nature et de la campagne] ; c’est au milieu des campagnes que la vertu est née ; et c’est là qu'elle a souvent besoin d’aller acquérir des forces contre la corruption des villes […]”4.

  • 5 Ibid., p. 20.
  • 6 Lacepède (Bernard de), Œuvres..., op. cit., vol. I, pp. 112-113.

10Selon lui, il faudrait offrir aux jeunes (ainsi qu’aux femmes), sur toute l’étendue du territoire, des connaissances sur l’histoire naturelle, la géographie, la géologie, etc. pour animer une classe de citoyens productifs qui s’occuperaient d’agriculture, du commerce et des manufactures. L’on “éloignera toute hypothèse énumérative et descriptive”5, insistait-il, en leur enseignant ces connaissances, c’est-à-dire en leur montrant des échantillons de la nature, en leur exposant des faits, et en les invitant à toucher et à manipuler les objets de la nature utiles aux manufactures. Il prônait un contact direct avec la nature, à la fois utile pour son bien-être et pour sa morale. Pour Lacepède, l’étude de l’histoire naturelle devait être le fondement de la réforme intellectuelle que la Révolution annonçait. Il ne perdit jamais cet engouement pour son sujet préféré. En témoigne son discours de clôture, à la fin de ses conférences en 1798 : “tout ce que la philosophie a dit de l’étude en général, combien nous devons le dire [...] de cette passion constante et douce, qui s’anime avec le temps, échauffe, sans consumer, entraîne avec tant de charme, imprime à l’âme des mouvements si vifs et cependant si peu tumultueux, s’empare de l’existence toute entière [...] l’attache avec tant de force à la conquête de la vérité, a pour premier terme l’observation des actes de la faculté créatrice, pour dernier but le perfectionnement de l’homme, pour jouissance une paix intérieure, un contentement secret et inexprimable, et pour récompense l’estime de son siècle et de la prospérité ! [...] Non, après la vertu, rien ne peut vous conduire plus sûrement à la félicité, que l’amour des sciences naturelles”6.

  • 7 Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire n (...)

11Or, en 1790, Lacepède n’était qu’un démonstrateur-en-second au Jardin, gagnant très peu en comparaison du nouvel intendant le marquis d’Angiviller, Flahaut de la Billarderie et même de certains officiers titrés7. Il était de service pour guider les visiteurs à travers les collections du Jardin certains jours de la semaine. Mais ce Jardin, il fallait ouvrir ses portes au grand public, il fallait le démocratiser, il fallait augmenter ses effectifs, aménager ses amphithéâtres, faire de la publicité pour que les Parisiens puissent jouir de ce trésor national, il fallait aménager le Jardin avec des animaux vivants, augmenter les collections, il fallait donner au personnel comme Lacepède des moyens pour servir la science qui servait la patrie. Voilà tout un programme de réforme de l’institution qu’il était tout naturellement prêt à soutenir, quel que soit le régime au pouvoir. Lacepède acclamait la Révolution malgré ses titres de noblesse et son appartenance à la belle société des privilégiés.

  • 8 Kersaint (Georges), Antoine François de Fourcroy..., op. cit., p. 13.

12Et Fourcroy, où en était-il quand la Révolution éclata ? C’était un homme d’un tout autre caractère et avec une carrière bien différente, mais qui le mena comme Lacepède au Jardin du roi. D’une famille bien moins importante dans la société parisienne d’Ancien Régime, fils d’un apothicaire ayant été successivement attaché au duc d’Orléans et à l'artillerie, avec des difficultés d’argent que son biographe Kersaint n’a pas réussi à déceler, Fourcroy aimait suivre son père et trafiquer avec les fioles dans son arrière boutique, rue Saint André-des-Arcs, tout en ambitionnant une carrière en médecine, profession plus élevée que celle d’un marchand de drogues8. Il eut des malheurs, car bien que soutenu pendant sa formation par d’excellents savants de l’Académie, Bucquet et Vicq d’Azyr, il dut affronter les jalousies des corporations d’Ancien Régime. La Société royale de médecine qui était habilement menée par Vicq d’Azyr était en guerre contre la Faculté de médecine, ce qui rendit l’accession au bonnet de docteur très compliquée pour le jeune Fourcroy. Au bout de cinq ans et de cinq thèses successives, il se le fit attribuer. Mais bien qu’il fit ses preuves en tant que très habile et éloquent orateur substitut de son protecteur Bucquet (dont il acheta le laboratoire à sa mort en 1780), et qu’il eut un grand succès en prenant sa suite, Fourcroy n’obtint pas le titre de docteur-régent de la Faculté qu’il convoitait et méritait. Son élection unanime comme membre de la Société royale de médecine l’empêcha d’accomplir son rêve.

  • 9 Fourcroy (Antoine-François de), Discours sur l’état actuel des sciences et des arts dans la Républ (...)
  • 10 Hahn (Roger), The Anatomy of a scientific institution : the Paris Academy of sciences (1666-1803),(...)

13Sans entrer dans le détail de toutes les intrigues et les mesquineries de l’époque, notons qu’elles l’aigrirent beaucoup et lui donnèrent une opinion assez mauvaise de l’injustice de l’Ancien Régime. Pendant la Révolution, Fourcroy se dressa souvent contre les privilégiés et contre l’abus des corps constitués, y compris ceux auxquels il appartenait. Dès les débuts de la Révolution, il souhaitait une réforme profonde des institutions, et préconisait la création de nouveaux règlements qui ouvriraient la porte aux talents plus qu’à ceux qui avaient la chance d’être soutenus et patronnés par des gens en place, qu’il s’agisse de nobles ou d'académiciens9. Il aspirait, par exemple, à ce que les sociétés savantes qui l’avaient accueilli se purgent elles-mêmes des savants résistant à la tendance politique vers l’égalitarisme, y compris ceux qui avaient choisi l’émigration10. Il contestait le rôle de l’autorité ministérielle dans les affaires des académies, et voulait que chacune d’elle devienne une sorte de petite république des lettres, se gouvernant elle-même. Il est évident que Fourcroy se sentit, dès le début des événements politiques de 1789, très impliqué dans les affaires nationales. Son évolution vers la gauche, sa participation comme député à la Convention nationale, même sa présidence du Club des Jacobins, ne doit surprendre personne.

  • 11 Smeaton (William A.), Fourcroy, chemist..., op. cit., pp. 94-176.

14Mais ce qu’il nous importe de souligner, c’est que son activité scientifique ne subit que peu de changements de fond. Il avait acquis une grande renommée comme professeur à Paris, à la fois d’histoire naturelle et de chimie, et en suivant la tradition que Bucquet avait commencée, de materia medica, donc de l’usage des plantes et des produits chimiques pour la guérison des maladies. Il avait très tôt formé un jeune chimiste, Vauquelin, qui l’assista dans toutes ses analyses chimiques présentées aux sociétés savantes comme travaux de recherche, et un jeune et habile démonstrateur Alexandre Brongniart, qui l’assista dans son enseignement, exactement comme Fourcroy l’avait pratiqué avec Bucquet au début de sa carrière. Ses recherches étaient plutôt dispersées, ne suivant aucun programme théorique, allant de l’analyse d’eaux minérales, à l’étude des gaz et acides, à celle des calculs urinaires et de substances végétales utilisées comme remèdes11. Il voulait avant tout que l’utilité de l’art chimique soit fermement reconnue, et ses possibilités pour l’avenir envisagées, tel que cette nouvelle science le méritait. Comme professeur, il tenait à présenter cette science et celles qui lui étaient associées (la botanique, la zoologie, la médecine) d’une façon systématique (on disait à l’époque, une philosophie chimique) avec son propre langage (la nouvelle nomenclature lavoisienne) et ses propres méthodes d’analyses mises en œuvre dans le laboratoire. Il avait d’ailleurs lancé une revue dès 1791, La Médecine éclairée par les sciences physiques, qui était l’expression de sa conception plutôt utilitaire et davantage versée sur 1 expérimentation directe que sur les nouvelles théories chimiques. Tout en étant un admirateur de la nouvelle chimie lavoisienne, il n’agissait pas uniquement comme son prosélyte. C’est l’art expérimental — l’analyse chimique — et ses possibilités qui le passionnaient.

FIG. 2 - Fourcroy (Antoine-François comte de) 1755 - 1809. Litho en noir et blanc.

15Et justement Fourcroy était un homme passionné, ce qui lui valu son succès comme orateur aussi bien dans les amphithéâtres où la science était exposée que dans les assemblées politiques qui se multipliaient à Paris pendant la Révolution. Son talent fut de suite reconnu en sciences comme en politique. De ce fait, et en tant que député et membre influent du Comité d’instruction publique et de Salut public il se trouva souvent être le parfait porte-parole pour expliquer les besoins des scientifiques et de leurs institutions.

  • 12 Kersaint (Georges), Antoine François de Fourcroy..., op. cit., p. 21, cité par Edmond Frémy.
  • 13 Smeaton (William A.), Fourcroy, chemist..., op. cit., pp. 15-16 et 71-72 ; Kersaint (Georges), Ant (...)

16Revenons un instant en arrière pour nous pencher sur sa participation au Jardin du roi. Buffon le choisit pour remplacer Macquer au Jardin en 1784 grâce à la notoriété de son talent comme enseignant chez Bucquet, et par la suite en 1783 à la nouvelle École vétérinaire d’Alfort, et comme professeur de chimie du règne animal. Bien plus que son prédécesseur, il attira une foule d’auditeurs (jusqu’à mille cinq cents auditeurs, dit-on en exagérant un peu) composée à la fois d’étudiants et d’amateurs du grand monde12. Ce cours ne comportait que vingt leçons, trop peu pour rendre compte de toutes les découvertes et de leurs applications qui se faisaient à Paris et à l’étranger. Il choisit donc de donner des leçons générales au Jardin, surtout d’exposer brillamment la nouvelle chimie de Lavoisier, et d’inviter ceux qui tenaient à plus de détails à s’abonner à ses cours privés, rue des Blancs-manteaux dans le Marais. Il fit aussi des cours appréciés par la haute société au Lycée de la rue Valois à partir de 1785, et continua à y enseigner au début de la Révolution. Il enseigna aussi au Lycée des Arts13. De toute évidence, l’enseignement de la chimie devenait de plus en plus difficile à contenir en si peu de leçons, et il réussit à faire créer en 1793 au Muséum une deuxième chaire de chimie s’occupant des arts chimiques utiles aux manufactures, de même qu’il s’occupa de transformer le poste de garde-en-second du Cabinet détenu par Lacepède en une troisième chaire d’histoire naturelle.

  • 14 Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au Jardin du roi..., op. cit., p. 104.

17Il faut savoir que lorsque l’Assemblée nationale voulut s’occuper de la réorganisation du Jardin du roi en août 1790, elle s’adressa aux officiers du Jardin et du Cabinet du roi pour demander qu’ils proposent eux-mêmes une réforme de leur institution. Lacepède fut nommé secrétaire de l’assemblée et Fourcroy un de ses principaux rédacteurs, avec Portal. Ils signèrent tous les deux une série de propositions pour transformer le Jardin en Muséum, avec des points de vue tout à fait compatibles, malgré leur caractère si différent. Entre autre, ils souhaitaient profiter de la nouvelle atmosphère politique pour se passer d’un intendant comme La Billarderie qui n’avait pas de compétences scientifiques, et ils accueillirent l’idée de laisser le gouvernement de leur maison à un conseil de professeurs, libres et égaux entre eux. Voyez à quel point ils avaient déjà en 1790 appris à manier la rhétorique républicaine : “l’égalité de droits et de fonctions entre tous les officiers de l’établissement ; une administration simple, confiée à tous les officiers assemblés et qui ne pourra jamais appartenir à l’un d’eux séparé des autres : une surveillance fraternelle et réciproque de tous sur chacun et chacun sur tous ; l’équilibre soutenu sans effort ; le poids d’un grand travail supporté également ; le droit de vote pour tout ce qui est relatif à l’enseignement des sciences, donné à des savants auxquels il aurait dû appartenir dans tous les temps ; telles sont les bases sur lesquelles repose l’édifice que vous nous avez chargé d’élever pour l’avancement des connaissances humaines”14.

  • 15 Ibid., p. 106.

18Et suivant cette idée, ils réclamèrent une égalité d’émoluments et plusieurs nouveaux postes de professeurs, y compris celui qui sera plus tard attribué à Lacepède. Fourcroy et Lacepède partageaient largement l’idée qu’il fallait à la fois rendre le gouvernement de l’établissement aux experts et lui donner les moyens de s’épanouir pour remplir leur mission savante et pédagogique, qui ferait du Muséum “bientôt une sorte de métropole de toutes les sciences utiles à l’agriculture, au commerce et aux arts”15. On ne voit poindre ici aucun désaccord entre l’ancien comte de la Ville-sur-Illon, Lacepède, et le roturier, citoyen Fourcroy. Il ne s’agit pas ici de retracer tous les détails de la transformation du Jardin en Muséum, si bien documentée par Ernest Théodore Hamy au cours du centenaire du Muséum en 1893, mais de prendre conscience de ce que le rapport de l’assemblée des officiers du Jardin et les projets de règlements préparés et signés par Lacepède, Fourcroy et leurs collègues en août 1790 inspirèrent largement les réformes du 10 juin 1793 que nous célébrons.

  • 16 Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris : éd. James Guil (...)

19Onze mois plus tard, Fourcroy fut désigné par ses confrères pour convaincre les comités de la Convention que le nouveau Muséum devrait être complété par une ménagerie, formée d’animaux venant de Versailles, Raincy et d’autres lieux. L’idée avait déjà été préconisée un peu par Bernardin de Saint-Pierre16. Après avoir profité des contacts de Fourcroy en tant que membre de plusieurs assemblées politiques pour élargir son domaine, le Muséum obtint pour Lacepède, en 1794, une troisième chaire d’histoire naturelle (de zoologie), réservée à l’ancien sous-démonstrateur du Cabinet du roi. Il remplit ce poste avec énergie et éclat pendant une dizaine d’années. J’ajoute, entre parenthèse, que Lacepède avait démissionné de son poste de professeur, en faveur de Geoffroy Saint-Hilaire, en mars 1793 pour se retirer à Leuville près de Monthléry, où il resta à l’abri de la Terreur pendant une bonne année. Après la chute de Robespierre, ses confrères lui réattribuèrent son poste. Quant à Fourcroy, il fut obligé de demander un congé de son poste de professeur de chimie au Muséum pour entrer en politique comme député à la suite de l’assassinat de Marat en juillet 1793. Il revint souvent au Muséum, notamment comme directeur en 1799 et en 1805, mais ne fit plus ses cours, repris par son cousin Laugier. Tout en restant fidèle au Muséum, Fourcroy devint conseiller d’État chargé de l’Instruction publique puis directeur général quelques années avant sa mort. À cette époque, il avait depuis longtemps quitté son activité de professeur. Il fut récompensé en qualité de membre de l’administration de Napoléon par l’attribution de la Légion d’honneur en 1804, qu’il reçu de son ancien collègue Lacepède, chancelier de la Légion d’honneur !

20Tout comme Fourcroy, Lacepède avait lui aussi trouvé sa place comme administrateur sous Napoléon : d’abord pressenti comme ministre de l’Intérieur (qu’il refusa), il fut sénateur et grand maître des cérémonies et bienfaiteur des familles de blessés de guerre au Palais de la Légion d’honneur. Chacun avait donc trouvé sa place dans le nouveau monde politique de l’après-Révolution. La différence vient de ce que Fourcroy abandonna la recherche pour gravir les échelons administratifs et prendre la direction de l’enseignement public, tandis que Lacepède, qui vécu plus longtemps, continua à travailler la science à sa façon, dans une nouvelle direction.

  • 17 Blanckaert (Claude), “Une Anthropologie de transition : Lacepède et l’histoire naturelle de l’homm (...)

21Après avoir mené à bout l’histoire naturelle de Buffon, Lacepède se consacra à réécrire de fond en comble ses Époques de la nature en rédigeant ses Âge de la nature et une Histoire naturelle de l’espèce humaine, en tenant compte des recherches faites au Muséum et par d’autres savants à l’Institut17. On est étonné, en lisant ces volumes, de voir qu’il voulait donner un panorama complet de l’évolution de notre planète et des êtres humains, en se servant au début des travaux de ses amis Lagrange et Laplace. Il y dessine également un plan du passage de la bête primitive à l’homme en société, des différentes races de l’humanité, qu’il termine par une histoire de l’Europe en dix-huit volumes, du Vème siècle au milieu du XVIIIème siècle, ouvrage aussi charmant et majestueux que toutes ses autres productions. Lacepède, comme toujours dans sa vie, suivait ses propres idées nourries par son profond romantisme et sa fréquentation de savants érudits. Mais au lieu d’adopter les conceptions de Cuvier et de la nouvelle génération scientifique, il termine sa vie en dressant un tableau du progrès de la civilisation. Il est bien dommage qu’il n’est plus été lu.

22En vous parlant de Lacepède et de Fourcroy, j’ai voulu indiquer que le passage du Jardin au Muséum à travers la grande transformation de la fin du XVIIIème siècle, tout en étant fort mouvementé et plein de drames politiques, ne fut pas aussi violente qu’elle aurait pu l’être. La science descriptive et spéculative de Buffon ne s’arrêta pas, la science expérimentale et analytique continua à être pratiquée, que l’institution fut nommé Jardin du roi ou Muséum national d’Histoire naturelle. L’institution continua d’être à la fois un lieu de recherche et de méditation, tout en présentant ses ressources au public. Sans vouloir effacer la profondeur et l’intensité des mouvements politiques qui bouleversèrent la vie des hommes, il faut constater que Lacepède et Fourcroy, chacun à sa manière trouva dans l’exercice de sa science une convergence de pensée et d’action qui surmontait ses origines sociales et ses différends politiques. L’étude de la nature les réunit.

Notes

1 Sur Fourcroy, consultez surtout Smeaton (William A.), Fourcroy, chemist and revolutionary 1755-1809, Cambridge : Heffer, 1962, XXI-288 p. et Kersaint (Georges), Antoine François de Fourcroy (1755-1809) : sa vie et son œuvre, Paris : éd. du Muséum, 1966, 296 p. (Mémoires, nouvelle série : série D, Sciences physico-chimiques ; 2).

2 Sur Lacepède, voir mes articles : “Sur les débuts de la carrière scientifique de Lacepède”, Revue d’histoire des sciences, no 27, 1974, pp. 347-353 et “L’Autobiographie de Lacepède retrouvée”, Dix-huitième siècle, no 7, 1975, pp. 49-85, ainsi que Roule (Louis), Lacepède et la sociologie humanitaire selon la nature, Paris : Flammarion, 1932, 244 p.

3 Lacepède (Bernard de), Œuvres du comte de Lacepède, nelle éd., Paris : A. G. Desmarest, 1826-1833, vol. I, p. 166.

4 Lacepède (Bernard de), Vues sur l’enseignement public, Paris : Desenne, 1790, pp. 5-6.

5 Ibid., p. 20.

6 Lacepède (Bernard de), Œuvres..., op. cit., vol. I, pp. 112-113.

7 Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au Jardin du roi et la fondation du Muséum d’Histoire naturelle, Paris : Impr. nationale, 1893, p. 76.

8 Kersaint (Georges), Antoine François de Fourcroy..., op. cit., p. 13.

9 Fourcroy (Antoine-François de), Discours sur l’état actuel des sciences et des arts dans la République française, Paris : Impr. de C.F, [1793], pp. 6-7.

10 Hahn (Roger), The Anatomy of a scientific institution : the Paris Academy of sciences (1666-1803), Berkeley : University of California Press, 1971, pp. 179 et 242-245, une traduction française a été publiée : Paris : Éd. des Archives contemporaines, 1993, XXIV-594 p.

11 Smeaton (William A.), Fourcroy, chemist..., op. cit., pp. 94-176.

12 Kersaint (Georges), Antoine François de Fourcroy..., op. cit., p. 21, cité par Edmond Frémy.

13 Smeaton (William A.), Fourcroy, chemist..., op. cit., pp. 15-16 et 71-72 ; Kersaint (Georges), Antoine François de Fourcroy..., op. cit., pp. 131-136 ; Guénot (Hervé), “Musées et lycées parisiens (1780-1830)”, Dix-huitième siècle, no 18, 1986, pp. 264-265 ; Guénot (Hervé), “Une Nouvelle sociabilité savante : le Lycée des Arts”, in La Carmagnole des muses, Paris : A. Colin, 1988, pp. 67-78.

14 Hamy (Ernest Théodore), Les Derniers jours au Jardin du roi..., op. cit., p. 104.

15 Ibid., p. 106.

16 Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris : éd. James Guillaume, 1891-1907, vol. III, pp. 315, 319-320 et vol. V, p. 279.

17 Blanckaert (Claude), “Une Anthropologie de transition : Lacepède et l’histoire naturelle de l’homme (1795-1830)”, Annales Benjamin Constant, no 13, 1992, pp. 95-111.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 - Lacepède (Bernard, Germain, Étienne comte de) 1756 - 1825. Lytho par Delpech.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 2 - Fourcroy (Antoine-François comte de) 1755 - 1809. Litho en noir et blanc.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

Université de Californie, Berkeley, États-Unis

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540