Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Naissance et développement d'une institution

Naissance et développement d'une institution

Claude Blanckaert

Texto completo

1À sa création officielle en 1793, le Muséum d'Histoire naturelle assume l'héritage de l'ancien Jardin royal des plantes médicinales. Il en conserve le cadastre et bien des inspirations. Incessamment agrandi, redessiné, remblayé dans ses zones marécageuses, le Jardin a doublé sa surface depuis la nomination de l'intendant Buffon en 1739 jusqu'aux dernières acquisitions de parcelles en 1785. L'espace physique n'est pas indifférent au devenir de l'établissement.

2L'agrément du lieu évoque sans doute la promenade et les charmes des démonstrations botaniques en plein air, ouvertes à tous. Mais l'administration n'a pas cessé, sous l'influence de Du Fay puis de Buffon, d'affirmer la dimension pratique, à la fois appliquée et instructive, du Jardin médicinal. On y reçoit des plantes rares, des espèces exotiques dont l'acclimatation promet l'embellissement des provinces ou la mise en culture des terres stériles. Il pourrait ainsi devenir, comme l'indique l'adresse des officiers à l'Assemblée nationale de 1790, "une sorte de métropole de toutes les sciences utiles à l'agriculture, au commerce et aux arts". Dans sa grande extension, l'établissement abrite encore des serres, des herbiers, des collections d'animaux, de minéraux et de fossiles. Confié à la garde de Daubenton en 1745, le Cabinet du roi s'est enrichi de tous les envois des voyageurs et des correspondants de Buffon. Une ménagerie, dont le projet est suggéré par Charles Viel dès 1779, viendra ultérieurement compléter cet inventaire des ressources du monde.

3En somme, la vocation encyclopédique du nouvel établissement se dévoile, d'étape en étape, tout au long du siècle des Lumières. La nature entière semble s'y réfléchir. C'est un temple de l'histoire naturelle, un microcosme. Dès lors, le mot "Jardin" n'en dit plus l'idée juste, le projet directeur. Comme l'indique André Thouin à ses collègues officiers en 1790, il faudrait discuter "si le nom de Museum ne lui conviendrait pas mieux". Placé par l'Ancien Régime sous l'administration du ministre de la Maison du roi, le Jardin n'était "royal" qu'à cette seule condition. Mais ce n'est pas la propriété du monarque. Le Jardin, affirme Thouin, "appartient à la Nation". Aussi bien les mots ne sauraient "dénaturer les choses". C'est bien dans son enceinte qu'il convient de naturaliser, selon la métaphore expressive, "l'arbre de la liberté". Voilà donc le Muséum national d'Histoire naturelle posé dès 1790 sur ses bases républicaines et assuré dans ses objectifs philosophiques. L'abandon de la tutelle monarchique s'avère contemporain d'un redéploiement décisif de son domaine d'objets.

4À sa mort en 1788, Buffon lègue à la postérité un trésor national. La médecine et la pharmacopée n'en sont plus la raison d'être, même si l'enseignement, dispensé dès l'origine du Jardin, se limite encore aux seuls domaines de la botanique, de la chimie et de l'anatomie. Dorénavant, le projet totalisateur de l'Histoire naturelle générale et particulière se voit prolongé dans un savoir différencié des quatre règnes de la nature, minéral, végétal, animal et humain. Par décret du 10 juin 1793, la Convention nationale organise douze chaires spécialisées et ce nombre ira croissant tout au long du XIXème siècle, par division des cours antérieurs ou apport de sciences nouvelles. Malgré ces transformations, la continuité de l'institution se trouve, en sorte, confirmée. La transition entre l'Ancien Régime des sciences et la révolution intellectuelle ouverte par l'avènement des disciplines naturalistes s'observe à deux niveaux : celui des structures et des hommes, celui des programmes.

5D'abord, le corps des officiers du Jardin royal garde l'initiative des réformes. Il proposera les nouveaux statuts du Muséum et s'assurera en 1793 une rente de situation en présentant, pour les plus qualifiés, des professeurs associés depuis longtemps aux travaux de Buffon, qu'il a nommés ou soutenus. Daubenton, Portal, Lacepède, Faujas de Saint Fond, Fourcroy, etc., lui sont redevables de leur charge d'enseignement ou d'employés du Cabinet. C'est pourquoi l'affirmation républicaine se double d'une organisation formellement aristocratique. Le recrutement des personnels obéit à une organisation en réseaux de patronage dont le clientélisme est souvent dénoncé au XIXème siècle.

6Tourné vers la diffusion des savoirs, le Muséum délivre des cours gratuits sans comporter aucune sanction. Le fait d'avoir suivi l'enseignement des grandes célébrités de la science française constitue en soi un diplôme et comme un certificat d'aptitude dans la carrière de nombreux jeunes savants venus de toute l'Europe. Telle est l'exception française. Mais l'autonomie administrative, le pouvoir de décision sur les nominations des professeurs et des aides-naturalistes que le Muséum a acquis, inclinent à l'extraterritorialité. Sa constitution presque indépendante protège l'établissement du pouvoir ministériel. Fondée sur des principes égalitaires, l'Assemblée des professeurs-administrateurs est souveraine dans ses décisions. L'exception française tourne alors à l'exception nationale.

7Le Muséum s'affiche comme un lieu de pouvoir scientifique dont on accuse la collusion avec l'Académie des sciences, les postes protégés et les dynasties héréditaires. La mainmise familiale se reconstitue incessamment autour des généalogies par tout un jeu de frontières, de cumul et de népotisme : les Jussieu, Geoffroy Saint-Hilaire, Cuvier, Milne-Edwards y font carrière selon un subtil rapport interne de forces et de hiérarchie. D'où le sentiment d'exclusion des autres savants qui attaqueront cette forteresse, sa situation de monopole intellectuel, son anarchie, son esprit de clan, et bientôt sa décadence. L'espace de l'ancien Jardin paraît un lieu hors d'atteinte, un isolat fermé sur ses privilèges.

8C'est en tout cas un centre de la vie scientifique ouvert aux innovations, capable de réformer ses chaires et dont le prestige est incontestable dans le premier demi-siècle de son existence. Son influence ne se démentira pas lorsqu'il s'agira d'inventorier l'Empire colonial ou d'instruire ses cadres. Ce prestige n'est pas seulement celui d'une institution originale, voire "anormale", comme le soulignent ses détracteurs. Il dépend aussi de la variété des options intellectuelles offertes aux curieux de la nature. Le désordre des écoles y nourrit l'intérêt passionné des auditeurs. Le conflit des programmes devient paradoxalement le gage d'un pluralisme utile à l'avancement des connaissances humaines.

9À l'heure des spécialités, l'enseignement du Muséum cherche à équilibrer, autant qu'il est possible, les tendances analytiques des disciples de Condillac et Lavoisier et les fresques spéculatives brossées dans les cours de Lacepède, Geoffroy Saint-Hilaire ou Lamarck. Aux uns, la rigueur des faits positifs, aux autres l'exigence d'un sens plein et d'une philosophie de la nature. Buffon voulait pondérer l'examen scrupuleux des objets par des "vues" audacieuses propres à captiver l'imagination. Au XIXème siècle, alors que la professionnalisation des sciences interdit les synthèses individuelles, c'est le collège des savants naturalistes qui prend en charge cette tâche indéfinie.

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540