Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Muséum au premier siècle de son histoire

 | 
Claude Blanckaert
, 
Claudine Cohen
, 
Pietro Corsi
, 
et al.

Introduction générale

Roger Chartier

Texte intégral

1Les contributions que ce volume rassemble sont issues d'un colloque international tenu à Paris en juin 1993 à l'occasion du Bicentenaire du Muséum national d'Histoire naturelle. Cette rencontre, qui avait été organisée par le Centre Alexandre Koyré et qui réunissait des chercheurs de huit pays, rend possible aujourd'hui la publication de ce livre où l'on trouvera un état des connaissances les plus récentes sur l'histoire de l'un des premiers grands établissements scientifiques français.

2Trois parties portent la construction de l'ouvrage. En centrant l'attention sur le siècle qui sépare la fondation du Muséum en 1793 de la 1ère Guerre mondiale, il s'agit, en premier lieu, de réévaluer les périodisations classiques de l'histoire de l'institution. Les plus traditionnelles soulignent le déclin du Muséum à partir du milieu du XXème siècle, lorsque la multiplication des concurrents institutionnels sapent sa prédominance. D'autres, plus récemment proposées, distinguent trois moments dans son histoire : d'abord l'âge d'or, entre 1793 et 1840, puis trente années de stagnation et, enfin, un temps de contradictions entre 1870 et 1914, marqué à la fois par une marginalisation institutionnelle et une reprise de la vitalité scientifique.

3Les textes réunis ici s'efforcent de mieux élucider les différents critères mis en œuvre pour établir de tels diagnostics. Ils se déploient, en effet, sur plusieurs registres qu'il est bon de distinguer : ainsi la puissance de l'institution, repérée à travers l'importance de son budget ou le nombre de ses membres et de ses chaires, les titres et les carrières des professeurs qui y enseignent, son rayonnement international, ou encore sa contribution, plus ou moins grande selon les périodes, à l'innovation scientifique.

4En croisant ces différents indicateurs, institutionnels, pédagogiques et intellectuels, il est possible de réviser certaines certitudes peut-être trop vite acquises. C'est ainsi que les décennies du milieu du siècle, entre 1840 et 1880 apparaissent moins maussades qu'on ne l'a longtemps pensé. Le Muséum demeure alors intellectuellement vigoureux, participant de diverses manières à l'avancement des savoirs de l'histoire naturelle.

5À cette réévaluation chronologique se lie un déplacement thématique. Ce livre entend, en effet, mettre l'accent sur les gestes, les opérations, les "faire" qui caractérisent l'activité scientifique. Un tel parti ne conduit pas à minimiser l'importance des idées ou des doctrines scientifiques qui ont organisé le champ des grands affrontements épistémologiques du siècle et qui sont l'objet même d'une histoire intellectuelle des théories de l'Évolution. Le propos est autre. Il vise à montrer comment des pratiques plus humbles sont la condition même de l'élaboration théorique et constituent le quotidien du travail des savants. De là ; l'attention accordée à l'organisation des voyages et expéditions scientifiques, à la collecte et à la description des spécimens, à l'examen anatomique et à la dissection, à l'expérimentation en ses diverses formes, ou à la construction des classements botaniques et zoologiques.

6Cet ouvrage aborde également, de manière plus discrète, deux autres dimensions de la pratique scientifique. D'une part il interroge l'écriture même de la science et les formes “littéraires" de la connaissance. Des modestes comptes rendus de voyage, d'observation ou d'expérience aux grandes histoires de l'Évolution, nombreux sont les modèles narratifs et rhétoriques qui doivent, tout à la fois, garantir le statut de vérité du discours scientifique et l'organiser en un récit lisible et compréhensible. Il faut en faire l'inventaire et l'analyse. D'autre part plusieurs essais s'attachent à la "monstration" de la science telle que l'assure sa mise en spectacle. Jardins et ménageries, galeries d'exposition, reconstitutions, cires et photographies sont autant de lieux et de supports qui donnent à voir les objets et les opérations de la connaissance. Leur histoire est inséparable de celle des grandes constructions théoriques.

7Une question sous-jacente court ainsi à travers tout le livre : celle des relations entre la production du savoir et la société dans laquelle elle est inscrite. Pour les comprendre sans succomber aux tentations déterministes, il est plusieurs chemins que les auteurs de ce travail ont suivis. Ainsi, l'analyse des contraintes imposées et des ressources proposées par l'institution de savoir au travail scientifique, l'élucidation des enjeux politiques et nationaux des grandes controverses scientifiques, ou encore l'étude des formes diverses de la présence "publique" de l'histoire naturelle. Le parcours ainsi suggéré mène du lieu particulier où s'élaborent les savoirs à l'espace ouvert et public de leur transmission et appropriation.

8Une dernière intention a gouverné la composition de ce volume. Institution française, portée par l'enthousiasme révolutionnaire, le Muséum a très tôt joué un important rôle international. Pour mesurer son rayonnement, plusieurs critères ont été retenus : la présence dans ses cours d'étudiants étrangers, l'imitation de ses missions intellectuelles et structures institutionnelles par des établissements comparables, ou la participation de ses savants à la communauté scientifique internationale. En contrepoint de cette étude de la capacité d'attraction du Muséum et de la diffusion du modèle français, l'attention a été portée sur l'originalité de sa réception en Europe et hors d'Europe et, de ce fait, sur la variété des styles nationaux dans la pratique des sciences de la nature et de la vie.

9En histoire des sciences comme en d'autres domaines, le progrès de la connaissance procède d'une double manière : d'une part, par la rédaction de vastes synthèses, dont l'ambition et l'unité sont celles des grandes fresques ; d'autre part, par l'assemblage d'études plus singulières qui constituent comme les pièces, précisément découpées, d'une mosaïque. Ce livre appartient à ce second genre. Les matériaux qu'il rassemble, les hypothèses qu'il avance, les connaissances qu'il propose font considérer avec un regard neuf le premier siècle d'existence d'un établissement scientifique qui a puissamment contribué à l'avancement des savoirs sur le monde naturel.

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540