Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception

 | 
Roland Billard
, 
Isabelle Jarry

Conclusion

Théodore Monod

Texte intégral

“D’une Façon maladroite et succinte, je crois que pour Théodore Monod il est essentiel “de garder, dans les lassitudes inévitables, l'habitude du travail et de l'effort”. C’est une citation (tronquée) d’un athée (Jean Jaurès) mise en avant par son père, le pasteur Wilfred Monod, dans son livre Aux croyants et aux Athées et mise en pratique certainement dans son entourage. Les références utiles à tous (laïcs, scientifiques, enseignants) concernant l’histoire naturelle se trouvaient déjà chez Wilfred Monod qui Fait remarquer la nécessité d’une nouvelle réflexion liée aux acquis de Cuvier, Darwin, Haeckel, etc. S’il a fini par interrompre ses cotisations au Parti Socialiste, Théodore Monod a toujours appartenu, pour ce qui concerne les sciences, à la Société de Géographie, de Biogéographie, aux Sociétés de Zoologie et de Géologie, etc. Curieux de tout, il s'efforce de se tenir informé des nouvelles découvertes comme des nouvelles idées. S’il n’a pas pu assister à un rendez-vous important, il n’ignore pas pour autant le Fait nouveau ou le renouveau de certitude d’un Fait primordial comme la dérive des continents devenue tectonique des plaques et expansion océanique. À ce propos, il n’est pas inutile de s’imprégner lorsqu’on est un chercheur des nécessités œcuméniques qui devraient balayer les mesquineries entre gens savants, mais pas encore sages ”
Philippe Cals

1Ce texte a été prononcé par Théodore Monod au terme de la journée de colloque que le Muséum national d’Histoire naturelle lui a consacré à l’occasion de son quatre-vingt-quinzième anniversaire, et qui s’est tenu à Paris le 11 avril 1997.

2Chers collègues, chers amis, Mesdames, Messieurs,

3Inutile de dire combien j’ai été touché de l'initiative prise par le Muséum national d'Histoire naturelle de célébrer mon quatre-vingt-quinzième anniversaire sous une forme qui lui vaut certes ma plus vive et ma plus entière gratitude. Mais je suis bien obligé de me demander si tant d’efforts réalisés à mon sujet sont demeurés réellement compatibles avec la modestie certaine des résultats obtenus par moi dans les divers domaines qu'une insatiable curiosité m’aura contraint à aborder.

4L’énumération de tous ceux qui devraient être cités ici comme ayant droit de ma part à une amicale reconnaissance ne sera pas chose facile : comment imaginer en effet une liste ne comportant pas trop de lacunes et par conséquent d’injustices ? L’objectif restera d’autant plus difficile à atteindre que chacun connaît les défaillances que comporte la mémoire d'un vieillard. Je vais faire, croyez-le, de mon mieux en sollicitant d'avance votre indulgence pour les oublis divers que pourrait comporter mon exposé.

5En 1992, mon quatre-vingt-dixième anniversaire avait donné lieu, au Muséum d'Histoire naturelle d'Orléans, à une cérémonie dont tous ceux qui y ont participé auront conservé un vivant souvenir. Une importante exposition, un document publié plein d'humour, un pittoresque diaporama, ainsi que la présence de deux fraternels dromadaires ne pouvaient passer inaperçus. Et voici que l'une des chevilles ouvrières de cette commémoration, mon excellent ami Jacob Oliel, suggère tout à coup, dès l’été 1996, au Directeur du Muséum, que l'année 1997 se voie l'objet d’une manifestation analogue se tenant à Paris et évoquant mon association avec la vieille maison du Jardin des Plantes dès 1921 comme boursier de doctorat et comme assistant l’année suivante.

6Je me souviens encore de la façon dont je venais alors à chaque fin du mois recevoir au secrétariat dans une enveloppe libellée à mon nom et en pièces de monnaie les émoluments que nous devait l’État.

7Le Professeur Henry De Lumley, Directeur du Muséum, devait sans tarder accepter cette suggestion et mettre en route le Comité indispensable à la préparation de la présente journée.

8Connaissant et appréciant la tradition germanique des Festschriften, j'avais signalé que je serais heureux de voir réunies sous la plume d'une série de collègues les contributions diverses qu'une longue carrière m’avait permis de consacrer à nombre de sujets passablement différents mais exprimant en réalité la dévorante curiosité qui n’aura jamais cessé de m'animer : il est amusant en effet de se voir pris pour l'un des leurs par des géologues et comme un collègue par des botanistes.

9Un volume de publications du Muséum se verra donc consacré aux divers témoignages rédigés par des collègues et concernant ma contribution à leur propre discipline. |e tiens à signaler ici combien l’attentive compétence d'Isabelle Jarry aura rendu service à la mise en forme des textes proposés.

10A l'intérieur du Muséum de nombreux collègues et amis, auront bien voulu s’associer aux multiples tâches, pas tous biens faciles d’ailleurs, qu'aura exigés la préparation de cette journée. Sans qu'il me soit possible de tenter une énumération risquant de comporter des lacunes, ils me permettront de me contenter d'un témoignage collectif de la gratitude que je leur dois.

11Bien sûr ce n'est pas à moi de juger si dans certains domaines il m'aura été possible d'enrichir la science de faits nouveaux ou de réflexions utiles. C'est à d'autres que reviendra le devoir de le dire et de formuler sur les contributions que j'aurai apportées à des recherches peut-être trop diverses aux yeux de certains, un jugement lucide et véridique.

12La seule chose qu’il me soit à moi permis de souligner, c’est peut-être que l’exercice de ma curiosité se sera vu largement facilité par le hasard. Celui en effet qui m'aura envoyé, dès l’âge de vingt ans sur la côte atlantique du Sahara et m'aura amené à circuler si longtemps dans des régions encore si imparfaitement connues que toute observation ou récolte nouvelle se trouvait directement utile à l'accroissement de nos connaissances. C'est ainsi que le zoologiste se trouvait contraint de devenir un peu géologue, un peu botaniste, un peu archéologue, etc.

13Le recueil en question comprend donc une série de notices consacrées aux principaux sujets ayant retenu mon attention depuis mon entrée au Muséum jusqu'à l'heure présente. Nous allons les énumérer sommairement en témoignage de gratitude pour les collègues qui auront bien voulu accepter de traiter ici tel ou tel sujet.

14Mon excellent collègue et ami le Professeur Henry De Lumley, Directeur du Muséum, m'a fait l'honneur de rappeler ici comment le hasard une fois de plus m’aura conduit, il faut en réalité dire contraint, à m’intéresser aux industries préhistoriques sahariennes et en même temps à d'autres périodes archéologiques, comme la protohistoire, puisque la majorité des gravures rupestres ouest-sahariennes appartient déjà à l'âge du métal et du dromadaire. On pénètre ensuite dans l’histoire plus proprement dite qu’a accepté de traiter un érudit confirmé du CNRS, Monsieur Denis Escudier, partageant son activité entre l'enseignement et la recherche. Je lui sais gré d’avoir su, avec autant de précision que d'intelligence, énumérer les principales publications que j'aurai consacré à des sujets historiques.

15Une géologie relativement aisée, peut-être à la portée d’un simple amateur, devait me retenir longtemps dans le Sahara central, d'abord dans l’Adrar Ahnet, puis dans l’Adrar mauritanien. Un ami de longue date, Jean Fabre, pour sa part géologue professionnel du Sahara, aura bien voulu esquisser un résumé de nos intérêts communs et en particulier de l'étude du prodigieux accident circulaire des Richat, universellement célèbre désormais.

16Le Professeur Philippe Taquet, spécialiste bien connu des dinosaures, a bien voulu accepter de rappeler quelques-unes de mes récoltes dans le domaine de la paléontologie, peu de choses en volume, peut-être, mais dont certaines ne semblent pas manquer d'importance, par exemple, les faunes dévoniennes à Brachiopodes de l’Adrar mauritanien ou la surprenante microflore découverte dans le Cambrien Supérieur des Richat, étudié avec tant de patience par mon collègue Edouard Boureau qui pense que ces algues unicellulaires seraient encore privées de noyaux et représenteraient par conséquent un stade archaïque de l'évolution de la cellule vivante.

17Il va falloir tout de même en arriver à la zoologie, puisqu'il s’agit en fait de la seule spécialité qui me soit officiellement reconnue. Il sera donc ici question d'abord chez les invertébrés, de mes recherches sur les crustacés et principalement sur les Isopodes aquatiques et de quelques sujets divers comprenant par exemple les Phyllopodes, les Thermosbaenacés, les Amphipodes, les Décapodes, etc. Nul n’était plus qualifié pour parler de carcinologie qu'un maître de réputation internationale tel que le Docteur Lipke B. Holthuis.

18Le second volet de ma zoologie concernait bien entendu les poissons : deux ichtyologues du laboratoire, les Professeurs Jean-Claude Hureau et François Meunier, ont pris la peine de résumer les principales publications que j’ai consacrées à l'étude des poissons, en particulier à la morphologie de leur squelette, sujet qui d'ailleurs m'occupe encore : un travail sur l’anatomie de la tête des Scaridés, ou poissons-per roquets, commencé à Dakar il y a près de soixante ans, demeure encore inachevé en 1997...

19J'ai eu la chance de voir mes contributions aux études botaniques résumées par l’auteur de beaucoup le plus qualifié, Monsieur Jean-Pierre Lebrun, dont la compétence en matière de botanique saharienne, sahélienne, etc., est connue de tous. Je dois cependant signaler que cet excellent texte porte principalement sur mes récoltes d'échantillons d’herbier sans chercher à énumérer les diverses contributions que j’ai pu apporter à des questions de morphologie concernant par exemple les galles d'Acacias, les nectaires extra floraux des Pédaliacées, l'anatomie des Sphenoclea, les diaspores des plantes de Mauritanie, etc.

20Je désire enfin assurer de ma gratitude les trois amis qui, sans appartenir à la mouvance du Jardin du Roy, ont bien voulu cependant enrichir la présente séance d'un témoignage personnel hautement apprécié de cet auditoire.

21En conclusion, il ne m’appartient certainement pas de vouloir tenter d'évaluer ce que j'ai pu essayer de faire et, dans certains cas, réussi à réaliser. Disons plus modestement que j’aurai fait tout au long de ces soixante-quinze ans de relations avec le Muséum national d'Histoire naturelle ce que j'aurai pu pour accroître ici et là le volume de nos connaissances, avant que la sévère épreuve d'une semi cécité ne soit venue interrompre l'activité du chercheur. Pouvoir consacrer sa vie à faire ce dont on a envie demeure un singulier privilège et, si cette joie m'aura été accordée, elle aura pris tout son sens par ma constante association avec un milieu prestigieux et spécifiquement attaché au service de sciences aussi fondamentales que la zoologie et la botanique, disciplines aujourd'hui disparues à la fois du vocabulaire universitaire comme de celui des académies.

22Mes chers collègues, mes chers amis, Mesdames et Messieurs,

23Je vous remercie de votre bienveillante attention.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Muséum national d'Histoire naturelle
Laboratoire d'ichtyologie générale et appliquée
43, rue Cuvier
F-75231 Paris cedex 05

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540