Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception

 | 
Roland Billard
, 
Isabelle Jarry

Explorations, récoltes et études botaniques de Théodore Monod1

Jean-Pierre Lebrun

Texto completo

  • 1 Lebrun, J. P., 1997. Explorations, récoltes et éludes botaniques de Théodore Monod. in : R. Billard (...)

“Il a suffi d'une averse pour que la vie ressuscite, et maintenant il va falloir attendre la prochaine pluie, dans quelques années, mais les graines seront là et tout pourra encore repartir : c’est courageux, les plantes”
Théodore Monod

1Comment accéder sans dommage à l'oeuvre immense et parfaitement intimidante de Théodore Monod ? En lisant d'abord Méharées. Explorations au vrai Sahara, ouvrage paru en 1937 et couvrant la période 1922-1936 ; puis L'Émeraude des Garamantes, relatif aux années 1940-1981 ; on y ajoutera, en ce qui nous concerne, 117 publications botaniques. L’identification de quelques centaines d’échantillons d’herbier soumis à notre sagacité sera un plus.

2C’est en 1923, à la faveur d’un voyage de Port-Étienne (Mauritanie) à Saint-Louis (Sénégal), que Théodore Monod débuta ses herborisations ; chose exceptionnelle, elles se poursuivent encore actuellement ici ou là. Le fait est qu’il n’est pas commun de récolter des plantes durant 72 ans, même de façon épisodique. C’est une performance digne de figurer au Livre Guiness des records, pour y rejoindre ainsi le botaniste Julian Steyermark qui récolta 137000 spécimens d’herbier. Un autre botaniste, mycologue amateur précisons-le, aurait peut-être aussi sa place parmi ces recordmans ; c’est l’abbé Hubert Bourdot qui, dans des conditions on ne peut plus indignes de sa valeur, étudia en détail 28470 récoltes différentes de champignons lignicoles qu’Amédée Galzin lui adressa.

3Il est difficile de connaître le nombre exact de numéros d’herbier recueillis par Théodore Monod car c’est l’ensemble de ses collections d’histoire naturelle qu’il a numérotées selon la suite logique des nombres. Seule une étude approfondie de son cahier de récoltes permettrait d’évaluer la part respective de chaque spécialité. Quoi qu’il en soit, au moins 4800 numéros d’herbier lurent récoltés.

4Au plan de la qualité, les échantillons sont de valeur très inégale, ce qui est normal, car ils proviennent très souvent de régions sèches et soumises à un pâturage parfois intense. D’où la notion de “débris incomplet”, de “maudit spécimen mancum” comme disent les botanistes. Cependant certains spécimens constituent des modèles du genre tel le numéro 13 757 récolté au Tchad en 1966 (Datura innoxia Mill., Solanaceae). D’autres sont extrêmement intéressants car ils représentent des individus dans des états extrêmes de développement, soit dans le gigantisme (no 16 078, Elionurus royleanus polycaule, haut de 27 cm, Mauritanie) soit au contraire dans le nanisme, tout en étant complets (no 16 129, Solanum nigrum, haut de 3,3 cm, Mauritanie). Il ne faut pas oublier que certaines espèces, en situation extrême, font un cycle en un temps extraordinairement court. Citons Théodore Monod à ce sujet : “...Huit jours après sa germination, un pied de Boerhavia repens a fleuri, mûri et semé ses graines... un record.” À l’extrême limite, Théodore Monod a dû, en certaines contrées particulièrement défavorisées, mettre précieusement de côté de simples fragments végétaux ; nous y reviendrons.

Premières herborisations

5Les résultats de la première herborisation de Théodore Monod furent publiés en 1927 par Raymond Benoist qui avait nommé près de 80 espèces. C’est justement cette année-là que débute la mission saharienne Augiéras-Draper qui se terminera en 1928 ; Théodore Monod y participe et herborise. Dans le sens méridien, elle s’est déroulée de l’Atakar-n-Ahaggar (Hoggar, Algérie) aux rives du Niger (Mali) ; de fait la première récolte (numérotée 1) [Capparis spinosa L. fa. coriacea (Coss.) Maire] a lieu le 17 octobre a Ain el Hadjaj dans la falaise méridionale du Tadémaït (Algérie) ; les derniers numéros (765-802) proviennent du Mali (de Mopti à Koulikoro). Divers botanistes étudièrent ces spécimens : Raymond Benoist, René Maire, François Pellegrin et Mlle Aimée Camus ; celle-ci décrivit en 1931 une Poaceae supposée nouvelle à l’époque : Cœlachyrium oligobrachiatum qui est actuellement reconnue comme s’incluant dans la variation de C. brevifolium Nees. Le Dr Maire publiera la même année la liste des espèces qu’il avait nommées, essentiellement celles en provenance du Sahara central, soit environ 165 espèces. Quant à Théodore Monod, il établira une liste de ses récoltes déterminées par Benoist et Pellegrin, mais en les présentant dans un ordre géographique et non systématique, ce qui lui permet de mettre en évidence certains faits phytogéographiques.

6Avant de participer à la mission Augiéras-Draper, Théodore Monod, à son insu et presque malgré lui, se trouva engagé dans une étude d’ensemble concernant les faunes et les flores du district de la basse Seulle, près de Courseulles-sur-Mer (Calvados). L’étude bionomique de cette zone constitue sa seconde thèse de doctorat ès-sciences naturelles (1926). Flore et phytosociologie y jouent un grand rôle.

L’Afrique et rien qu’elle

7Fn 1934, en collaboration avec le lieutenant Louis, Théodore Monod publie des notes botaniques qui sont un catalogue des plantes de la région Nord de la subdivision d’Ati, entité administrative du Tchad. Il souligne l’importance de celte zone pour trois raisons : elle est particulièrement ouverte aux influences orientales el nilotiques ; elle fait transition entre le Sahara et le Soudan ; enfin, c’est une zone entièrement soumise au régime de la vie pastorale. On mesure là à quel point Théodore Monod saisit toute la valeur de récoltes et d’observations dans des régions sub-désertiques. Il pensait que ces lieux attendraient “longtemps encore la visite d’un botaniste professionnel et un inventaire détaillé”. Notons à ce sujet que, par exemple, on dispose depuis 1960 d’une Étude des pâturages du ranch de l’Ouadi Rimé due à Hubert Gillet, l’un des lieux visités par le lieutenant Louis. Le catalogue de Louis et Monod recense 134 espèces identifiées.

FIG. 1 – Planche dessinée par Théodore Monod. Extrait de : “Fruits et Graines de Mauritanie”, Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 3, 461, 1977. Fig. 121-135. 121, Mollugo cerviana, capsule — 122-123, Morettia philæana, siliques (In Gall, Niger) : les “tubercules” sont en réalité des bases de poils étoilés ayant perdu leurs ramifications distales — 124, idem, silique (entre Tahoua et In Gall, Niger) — 125, idem, silique (Tchad, Gaston 1039) — 126, idem, graines (de la silique fig. 131) — 127, Morettia canescens, silique (Th. M., Oued en-Nefis, Tassili-n-Adrar, Sud Algérien, M.S.A.D. 298, 23-XI-1927) — 128, idem, silique (Chinguetti, Adrar) — 129, idem, 1/2 silique, face interne (ibidem) — 130, idem, graine — 133, Momordica balsamina, graine avec son enveloppe rouge charnue en partie fendue et écartée — 134, idem, graine — 135, idem, graine, profil.

8Le 29 mars 1934, Théodore Monod quitte Saint-Louis, chargé d’une mission scientifique patronnée par diverses institutions dont le Muséum national d’Histoire naturelle. Il rallie finalement Tombouctou le 11 mai 1935 ; l’itinéraire suivi entre ces deux points est fort complexe et dépasse 5000 kilomètres. Un herbier de plus de 900 numéros fut constitué et “présente un certain intérêt du fait que les points de récolte s’échelonnent, en longitude, du littoral atlantique aux collines des Iforas (Mali), et, en latitude, de la steppe sahélienne à baobabs, par-delà le Sahara typique à Cornulaca et Aristida pungens, jusqu’au désert d'affinités paléarctiques à Asphodelus, Rhus, etc.”

9C’est là l’évocation de l’ouest, point cardinal qui attire Théodore Monod, ainsi qu’il le souligne dans Méharées : “Le Sahara occidental me tente. Il est encore exceptionnellement mal connu, l’exploration scientifique est à peine commencée.” On trouvera dans les Contributions à l’étude du Sahara occidental, publiées en 1939 sous la direction de Théodore Monod, une liste des espèces récoltées, un itinéraire botanique [qui inclut un voyage de Reggan à Adrar (Touat) réalisé du 17 novembre 1935 au 18 mars 1936], ainsi que des remarques générales à caractère essentiellement phytogéographique ; in fine s’ajoute une liste des plantes récoltées en Mauritanie en février-mars 1939.

10Fait important, au printemps 1935, Théodore Monod avait dû renoncer à la traversée du Tanezrouft central (Algérie). Il le regrettait d'autant plus vivement qu’il s’agissait d’une vaste région encore totalement inconnue. Finalement, il put mener à bien son entreprise du 20 novembre 1935 au 18 mars 1936 ; parti de l’intersection de la piste transsaharienne et de la frontière soudanaise, il atteignit Adrar dans le Touat. Il réalisa à l’occasion de ce trajet méhariste quelques récoltes botaniques. Des trois entités que Théodore Monod distingue au Tanezrouft, c’est certainement le “Tanezrouft de hammada” le plus remarquable “désert intégral qui paraît avoir été évité de tout temps, même dans la préhistoire et n’avoir jamais eu de points d’eau”.

11Mobilisé au Tibesti (Tchad) de décembre 1939 à juin 1940, Théodore Monod, alors caporal-chef au bataillon de tirailleurs sénégalais n° 3, en profita pour y effectuer l’ascension des deux points culminants du massif et rassembler un herbier assez important pour servir de base à une nouvelle élude sur la flore et la végétation du Tibesti. La précédente datait de 1935, œuvre du Dr Maire, elle comptait 159 espèces spontanées. On peut estimer à environ 927 numéros cette nouvelle collection Monod ; chiffre auquel on peut ajouter à peu près 67 numéros relevant de la Cryptogamie.

12Publié en 1950, le volume 8 des Mémoires de l’Institut Français d’Afrique Noire, intitulé Études sur la flore et la végétation du Tibesti, recense 396 espèces. Quelques-unes des récoltes citées proviennent de Libye. En annexe III de l’ouvrage, on trouvera des itinéraires botaniques s’étendant de Moussoro (Tchad) à Zinder (Niger) ; ils concernent la période octobre 1939-juillet 1940. C’est au cours de son séjour au Tibesti que Théodore Monod explore au printemps 1940 la région la plus mal connue du massif tibestien, sa “corne” nord-est, c’est-à-dire la vaste région s’étendant de l’Enneri Dohozano à Bayai (le Dohone). Il y trouve des plantes intéressantes ; d’abord Nucularia perrini, Chenopodiaceae, très inattendue en ces lieux, et surtout Monodiella flexuosa, Gentianaceae sciaphile, à la source de Gongom sur la rive droite de l’enneri du même nom, au contact des grès et du socle cristallin, niveau aquifère privilégié.

13Quand Mme Le Cœur entreprit en 1946 de poursuivre les travaux de son mari (tombé au champ d’honneur pendant la campagne d’Italie), Théodore Monod lui demanda de bien vouloir recueillir des plantes. Il en résulta en 1950 une Florule de Bilma (Niger) de 78 espèces. Du fait qu’il s’agit d’une oasis, géographiquement remarquablement placée, des éléments d’origines très diverses voisinent, même parmi les espèces en apparence spontanées. L’intérêt botanique de Bilma n’avait pas échappé à Théodore Monod.

14Après la publication des Contributions à l'étude du Sahara occidental en 1939, Théodore Monod retourna dans l’Adrar de Mauritanie à cinq reprises pour des missions géologiques (1948-1952) ; en même temps il s’intéressa à la végétation de ce massif. Il en résulta en 1952 une Contribution à l’étude du peuplement de la Mauritanie : Notes botaniques sur l’Adrar. Elle regroupe 230 espèces de plantes vasculaires, un petit nombre de cryptogames et environ 250 numéros d’herbier. Dans ce groupe Monod récoltera la mousse Gymnostomiella monodii Pot. Varde, affine de l’espèce américaine G. orcuttii Bartr., et parmi les champignons le très rare et curieux Itajahya rosea (Del.) Fisch. ainsi que le remarquable Battarea guicciardiniana Ces.

15La même année, Théodore Monod publie des Notes sur la flore du Plateau Bautchi (Nigeria) ; tout simplement parce que, comme il l’écrit lui-même : “Ayant eu la bonne fortune de pouvoir rayonner quatre jours autour de Jos en décembre 1949, et au cours d’excursions qui n’avaient nullement l’étude de la flore pour objet, j’ai cru devoir en profiter pour glaner, chemin faisant, quelques échantillons d’herbier.” On mesure par ce simple exemple combien sa curiosité est aussi permanente qu’inlassable. Malgré l’extrême sécheresse et en dépit du caractère nécessairement très accidentel des possibilités de récolte, joint à l’absence complète de matériel adéquat, il trouve le moyen de réunir 200 numéros appartenant à un peu plus de 175 espèces.

16La première partie de l’étude consacrée à l’Adrar était à peine publiée que déjà il s’avérait nécessaire de la compléter. Des matériaux nouveaux recueillis en 1952 permirent d’ajouter environ 65 espèces à la flore adrarienne et quelques 250 numéros aux herbiers. Ces faits sont portés à la connaissance des botanistes en 1954. C’est justement cette année-là qu’a lieu à Paris le VIIIe Congrès international de botanique. Il comprend de nombreuses excursions qui se dérouleront avant ou après le congrès proprement dit. L'une d’elle est nommée “Mauritanie” ; Théodore Monod en rédige le fascicule. Ainsi qu’il l’écrit : “L'excursion Mauritanie sera avant tout, du Sénégal à l’Adrar, une marche à la rencontre du Sahara.” On ne saurait mieux dire, car justement, c’est bien de Sahara qu’il s’est agi quelques mois plus tôt, lorsque Théodore Monod, du 21 décembre 1953 au 1er janvier 1954, réalise sa première exploration de la Majâbat al-Koubrâ (le grand [espace] qu'on traverse). Dans ce cas précis l’adjectif grand est bien inférieur à l'immense réalité : 250 000 km2 qui sont sans doute parmi les plus inhospitaliers du désert mauritano-malien. Il y retournera encore cinq fois entre 1954 et 1964, parcourant au total 6000 kilomètres.

FIG. 2 – Planche dessinée par Théodore Monod. Extrait de : “Fruits et Graines de Mauritanie”, Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 3, 273 : 89,1974. Fig. 121-132. 121, Limeum indicum, méricarpe, vue latérale. — 122, vue mésiale. — 123, idem, graine. — 124, Lotus jolyi, graine. — 125, Leptadenia pyrotechnica, graine. — 126, Maerua crassifolia, fruit. — 127, idem, graine. — 128, Monsonia nivea, schizocarpe avec la base de la columelle (“bec”) et la base des styles. — 129, idem, schizocarpe et base de la columelle. — 130-131, idem, méricarpe (sur ses 2 faces). — 132, Moltkiopsis ciliata, fructification, avec 3 nucules (2 sépales ont été supprimés).

17En ce qui concerne la végétation, ni relief ni édaphisme (il n'y a que du sable) ne viennent interférer avec le jeu des influences climatiques. On peut cependant distinguer deux aspects : le type “Bnâig-Mreyyé” et le type “Adâfer-’Awâna”. Cette seconde entité a une frontière botanique marquée par l’apparition à peu près simultanée de 4 espèces : Cyperus conglomeratus, Indigofera argentea, Centropodia forsskalii, Moltkiopsis ciliata ; les espèces ligneuses y sont souvent très abondantes dans leurs stations de prédilection : Acacia seyal, A.tortilis, Leptadenia pyrotechnica, Calligonum sp. La première entité, elle, correspond à la plus grande partie de la Majâbat soit 150 000 à 200 000 km2. Les arbres manquent totalement. La végétation a une distribution typiquement “diffuse” avec, très souvent, une telle richesse en individus que le paysage se fait alors quasi steppique (nappes immenses de Stipagrostis pungens ou de Cornulaca monacantha), mais, contraste remarquable, elle affiche une des pauvretés floristiques les plus affligeantes du monde. C’est-à-dire 7 espèces en tout et pour tout : Stipagrostis pungens, Cornulaca monacantha, Stipagrostis acutiflora, Cistanche phelypœa, Centropodia forsskalii, Neurada procumbens, Eremobium œgyptiacum. Indicible monotonie de la flore, due à une impitoyable “filtration” des espèces, du fait de la sévérité des conditions du milieu.

18L’espacement des averses est peut-être supérieur à la capacité de survie des graines ; l'intensité des actions éoliennes use éventuellement les graines de petite taille jusqu’à les détruire. Rapportées à 10 000 km2, la richesse aréale de la Majâbat tombe au chiffre dérisoire de 4, ce qui fait des dunes est-mauritaniennes un ensemble exceptionnel d’importance mondiale. Seules les Orcades du Sud et le continent antarctique affichent le chiffre de 0 ou 1. En 1958, Théodore Monod publiera une véritable monographie de cet “empty quarter” ouest-saharien, en associant à ses propres données, celles recueillies par ses prédécesseurs au cours d’environ soixante-dix reconnaissances, la première datant de 1352.

19À l’occasion de la 6e Conférence Internationale des Africanistes de l’Ouest, tenue du 21 au 28 août 1956, Théodore Monod put faire quelques récoltes à São Tomé d’une part où il atteint le sommet du Pico Grande (2024 m), et à Principe où il monte au Pico de Principe (948 m) en compagnie de C.E. Thorold. Il étudie tout spécialement au cours de ces excursions la répartition altitudinale des espèces. L'ensemble de ses récoltes sera étudié par divers botanistes dont A. W. Exell qui publiera en 1959 des Additions to the Flora of São Tomé et Principe.

Escapades

20Théodore Monod affirme avoir “solennellement juré de ne jamais quitter l’Afrique”. Cependant, il ne put résister à la tentation. Elle l’amena à participer en 1969 et 1970 à deux missions dirigées par le géographe iranien A. Mostofi et destinées à une étude multiforme du désert de Lout. Il allait retrouver là un reg “tanezrouftien” à l’“océanique horizontalité”, “des dunes vives en cordons transversaux géants (jusqu’à 200 mètres de haut et davantage peut-être)”. Aux cailloutis piqués de buissons de Zygophyllum atriplicoides succède l’erg où l’on voit la végétation à Haloxylon persicum se raréfier peu à peu puis disparaître complètement. Il n’y a plus alors une trace de vie végétale actuelle ni même, ce qui est plus surprenant encore, passée. Au Lout méridional, Théodore Monod atteint les régions presque abiotiques ; il songe au Tanezrouft et au désert libyque. La chaleur est peut-être le facteur limitant ; car il doit bien y avoir, en ces lieux déshérités, une averse tous les cinq à dix ans et des graines qu'apporte un vent souvent violent. Les quelques espèces des dunes du Lout évoquent la Majâbat al-Koubrâ : Calligonum sp., Cistanche sp., Cyperus sp., Stipagrostis pennata.

21Ayant péché une fois, Théodore Monod pouvait récidiver, en allant en 1977-1978 dans le Yémen du Sud. Là, il s’agissait d’une part de confirmer ou d’infirmer la présence clans l'Hadramaout des encensiers, d’autre part de constituer un début d'herbier national. En arrivant à Aden, Théodore Monod s’y sent moins dépaysé qu’en Iran ; il voit l’évidente parenté botanique du Yémen du Sud et de la Mauritanie : Peristrophe paniculata, Cleome brachycarpa, Blepharis ciliaris, Salvadora persica.

22Le 30 mai 1977, accompagné de l’ornithologiste Jacques Trotignon, Théodore Monod débarque dans l’île Herné au Sahara occidental. Il y retournera le 19 mai 1978. Il y observe une quinzaine d’espèces. Du 15 décembre 1977 au 12 février 1978, Théodore Monod se vit fixer par le Yemeni Center for Cultural and Archeological Research divers objectifs, dont celui de rechercher des arbres à encens. De fait, Boswellia sacra existe bien en de nombreux points du Hadramaout ; mais il ne s’y présente jamais en peuplements “étalés” comme il peut le faire parfois au Dhofar. Ce voyage sera aussi l’occasion pour Théodore Monod de récolter 1136 numéros d’herbier. Celui qui croirait que la curiosité de Théodore Monod est fonction de son éloignement de Paris serait dans l’erreur ; il y serait encore s’il se figurait que l'immensité seule l'inspire ; c'est ainsi que pendant des années, en compagnie de Paul Jovet, il s’intéressa beaucoup à la flore et à la faune de l’île Saint-Louis ; ce fut d’ailleurs le sujet d'une conférence commune donnée le 1er octobre 1983.

Retour aux sources

23Ayant herborisé à six reprises, de 1939 à 1984, dans les 6 000 km2 continentaux du parc national du Banc d’Arguin, Théodore Monod fut en mesure de publier en 1988 un premier catalogue des espèces déjà rencontrées dans ces limites en y ajoutant des plantes de régions adjacentes, en particulier de l’Aguerguer qui occupe un territoire côtier délimité, le “Sahara océanique”. Le total s’élève à 182 espèces, fruit de l’étude de plus de 300 numéros d’herbier pour s’en tenir à ceux récoltés par Théodore Monod. C’est à l’occasion de son étude sur les Lotus macaronésiens et ouest-sahariens que Théodore Monod a commencé à s’intéresser à la flore de l’archipel des Salvages, qu’il avait d’ailleurs visité en 1933. Il y retourne à deux reprises, en juillet 1984 et en avril 1986. Certes, la flore des Salvages a fait l’objet de plusieurs inventaires ou listes entre 1969 et 1978, ce qui n’a pas empêché Press, Biscoito et Zino d'ajouter 2 familles, 2 genres et 5 espèces à la florule. Mais il ne faut pas oublier que bon nombre d’espèces signalées autrefois n’ont pas été revues ; les causes de cet appauvrissement restent obscures car on ne sait pratiquement rien sur l’histoire, même récente, de ces îles. Quoi qu’il en soit, on possède depuis 1990 grâce à Théodore Monod un Conspectus floræ Salvagicœ regroupant environ 90 espèces et citant 92 numéros d'herbier de ses propres récoltes ; une fois de plus les phytogéographes y trouveront leur compte.

FIG. 3 – À Madère, en avril 1985. Théodore Monod examine un Lotus glaucus, avant de l’insérer dans sa presse entre deux feuilles de journal.

24Pour un professionnel du désert de l’envergure de Théodore Monod, il était frustrant de n’avoir jamais visité “le vrai désert libyque, désert des déserts”. Le hasard fait bien les choses ; il mit sous les yeux du candidat à un surcroît de sécheresse le prospectus d’une agence de voyages, la Lama Expedition de Francfort-sur-le-Main. Le 3 février 1980, c’était l’envol à destination du Caire.

25Le plateau du Gilf Kebir, situé à environ 300 kilomètres des oasis occidentales égyptiennes, couvrirait en gros 20 000 km2. Il n’y existe actuellement aucun point d'eau. Citons Théodore Monod : “... Il [le Gilf] se trouve aujourd’hui dans une région où l’aridité n’a cessé de s’intensifier et où l’on peut parfois parcourir plus de 100 kilomètres sans découvrir une seule plante, même sèche.” Herboriser dans de telles conditions, c’est franchement décourageant ; établir une liste des plantes du Gilf, c’est une gageure, sauf pour Théodore Monod. Simplement, comme il l’écrit : “... On devra en effet se contenter de recueillir non des échantillons d’herbier mais de simples débris botaniques, trop souvent, hélas, indéterminables.” Et c’est ainsi que l’on dispose depuis novembre 1995 d’une Contribution à l'établissement d’une florule du Gilf Kebir (S.-O. Egypte), riche d’au moins 38 espèces. De tels résultats, obtenus aux confins du possible en botanique classique (nous avons déterminé Eremobium œgyptiacum sur la base d’une demi-silique), apportent beaucoup en phytogéographie car, sans de telles recherches, les mêmes régions constitueraient sans fin des blancs sur les cartes de répartition de niveau spécifique.

26De plus, l’étude des débris végétaux composant ce que Théodore Monod nomme le “drift” éolien éclaire un sujet encore mal connu concernant la biologie désertique ; le vent déplace aisément ces matériaux pour les déposer soit dans les creux, soit sous le vent des obstacles, et en particulier des dunes, où ils peuvent même rester piégés sous forme d’étonnants feutrages, mimant un paillasson. Non seulement il y a dispersion de diaspores, mais il y a aussi distribution d’aliments et même d’une certaine humidité à des animaux.

27Mentionnons encore pour terminer ce paragraphe deux herborisations substantielles de 1995. En mars, en Algérie, dans la région de Tindouf, ainsi qu’au Sahara occidental et en quelques points de la Mauritanie, ce qui se traduit par la récolte d’au moins 153 numéros. En avril-mai, à la faveur d’un nouveau séjour au Yémen, ce sont 350 numéros qu’il convient d’ajouter aux collections botaniques.

La phytogéographie

28Dès 1931, dans ses Remarques biologiques sur le Sahara, Théodore Monod se préoccupe des limites du désert. E année suivante il présente ses récoltes botaniques effectuées lors de la mission Augiéras-Draper (1927-1928) selon le critère topographique et non systématique, de layon à mettre en évidence certains faits phytogéographiques.

29Cet intérêt particulier pour la répartition et plus généralement pour les limites bioclimatiques ne cessera pas. De telle sorte que, sans entrer dans le détail d’un sujet vaste et encore insuffisamment connu, il faut souligner que Théodore Monod se verra invité à présenter en 1956, à la faveur d’une réunion de spécialistes sur la phytogéographie tenue à Yangambi du 29 juillet au 9 août, un rapport intitulé Les Grandes Divisions chorologiques de l’Afrique. L’ouvrage, fort de 146 pages, est fondamental en ce sens que, tout en faisant le point de nos connaissances de l’époque sur le sujet, il suscitera de nouvelles recherches qui, en 1983, se traduiront par la remarquable somme due à Frank White, The Vegetation of Africa ; elle constitue aujourd’hui la référence incontournable en matière de phytogéographie africaine.

Conclusions : un bilan d’études botaniques exceptionnellement riche

30En présence de la pile de publications botaniques dues à Théodore Monod, on reste stupéfié par l'étonnante variété des sujets abordés. Des activités botaniques de René Caillié à celles des insectes provoquant des galles chez les acacias, en passant par l’identification de “ces plantes que j’offre à Votre Grâce et que, en ce royaume, nous appelons roses de Notre-Dame” (Gil Eanes, 1434), rien, absolument rien, n’échappe à la curiosité infinie de Théodore Monod. Et grâce à cette curiosité, il nous transmet bien des faits, sous forme de très nombreux et remarquables dessins, de ceux, justement, qu’on trouve rarement dans la littérature botanique et qui, pourtant, constituent souvent un outil décisif dans la détermination des plantes. Sa série intitulée Fruits et graines de Mauritanie est un modèle du genre : que de détails qui justement peuvent servir à ceux qui — botanistes classiques ou archéologues — tentent de nommer ces fameux “débris botaniques” qu’évoque Théodore Monod à la faveur de ses herborisations au Gilf Kebir.

31Quant à l’avenir, il nous paraît tout tracé, parfaitement semblable au passe que nous venons d’évoquer. En ce qui nous concerne, nous nous attendons, une fois de plus à nous voir confier pour détermination quelques nouveaux spécimens. Car, nous le savons bien, Théodore Monod n’est pas homme à se laisser priver de désert.

FIG. 4. – Planche dessinée par Théodore Monod. Extrait de : “Galles africaines d'Acacias’’, Bull. IFAN, 30A, 1968. Fig. 96, 97-98 et 99-100. — 96, Acacia seyal, galle d’inflorescence (no 13999). — 97-98, acrocécidie (no 13413 a). — 99-100, Acacia etbaica, pleurocécidies (no 13423 b).

32Plantes vasculaires décrites par Théodore Monod :

Anthocleista exelliana Monod (Loganiaceae), Sāo Tomé.

Elatine fauquei Monod (Elatinaceae), Mali.

Teucrium chardonianum Maire & Wilczek, fa. albiflora Monod, Mauritanie.

Les plantes vasculaires dédiées à Théodore Monod sont listées p. 151.

Bibliografía

Bibliographie

1. Monod Th. 1925. La région de la basse Seulle. Étude bionomique. Trav. Stn. Biol. Roscoff, 74 p. (1925) et Thèse Univ. Paris, 2e thèse, 74 p., PUE (1926).

2. Monod Th. 1927. L'exploration scientifique du Sahara occidental : bilans et projets. Rev. Gén. Sci., 37 (2) : 37-38.

3. Monod Th. 1928. Une traversée de ht Mauritanie occidentale. Rev. Géogr. Phys. Géol. Dyn., 1 : 3-25, 88-106.

4. Monod Th. 1931. Les animaux et les plantes in Augiéras, etc. D'Algérie au Sénégal, Mission Augiéras-Draper 1927-1928, Parts : 201-252.

5. Monod Th. 1931. Notes sahariennes. La Terre et la Vie, n.s., 1 (7) : 443-446 (août) et 1 (10) : 627-629.

6. Monod Th. 1931. Remarques biologiques sur le Sahara. Rev. Gén. Sci., 43 (21) : 609-616.

7. Monod Th. 1932. Mission saharienne Augiéras-Draper, 1927-1928. Phanérogames (liste des récoltes classées par ordre géographique) avec une introduction par Th. Monod. Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 2, 4 (6) : 756-774.

8. Monod Th. 1932. Plantes importées par l'industrie lainière. La Terre et la Vie, 2 (10) : 624-625.

9. Monod Th. 1934. Notes botaniques sur la région nord de la subdivision d’Ati (colonie du Tchad). Bull. Ag. Gén. Colonies, 27 (302) : 593-637.

10. Monod Th. 1935. Compte-rendu sommaire de la première partie d’une mission au Sahara occidental. Bull. Mus. natn. Hist. nat., ser 2, 7 (5) : 293-299.

11. Monod Th, 1936. À l’Ouest, du nouveau. Une exploration scientifique au Sahara occidental. Science el Voyages, 18 (12) : 229-342.

12. Monod Th. 1936. Compte rendu sommaire de la deuxième partie d’une mission au Sahara occidental. Bull. Mus. natn. Hist. nat., ser. 2. 8 (3) : 311-315.

13. Monod Th. 1936. Notes biogéographiques sur le Sahara occidental. C. R. Som. Séances Soc. Biogéog., 13 (111) 41-42.

14. Monod Th. 1936. Travels in the Western Sahara. The Geogr. J., 87 (6) : 534-538.

15. Monod Th. 1937. L'homme à la conquête du blé. La Flèche, 64 : 4-5.

16. Monod Th. 1937. New journey to the Western Sahara 1935-1936. The Geogr. J., 89 (2) : 152-155.

17. Monod Th. 1938. Notes botaniques sur le Sahara occidental et ses confins sahéliens. in : La Vie dans la région désertique subtropicale de l’Ancien Monde. Mêm. Soc. Biogéogr., 6 : 351-374 (voir aussi Bull. Corn. Et. Hist. Sci. AOF, sér. B, 5, 1939 [1940] : 179-201).

18. Monod Th. 1939. Plantes médicinales el indigènes. Notes africaines, 1 : 6.

19. Monod Th. 1939. Algues ou mousses. Notes africaines, 2 : 4.

20. Monod Th. 1939. Encore des “mousses” qui tien sont pas. Notes africaines, 2 : 4-5.

21. Monod Th. 1939. Galles. Notes africaines, 2 : 8 et 12.

22. Monod Th. 1939. Une “Flore vivante” de l’Afrique occidentale. Ibidem : 9-10.

23. Monod Th. 1939. Au jardin de l'IFAN. Notes africaines, 3 : 4-5.

24. Monod Th. 1939. La croissance du baobab. Notes africaines, 4 : 4.

25. Monod Th. 1940. Graines de coloquinte et autres. Notes africaines, 7-8 : 6-7.

26. Monod Th. 1940. Phanérogames. in : Contribution à l’étude du Sahara occidental. Bull. Com. Et. Hist. Sci. AOF, sér. B, 5, 1939 [1940] : 53-212.

27. Monod Th. 1941. Des plantes d’Afrique pour l’Amérique. Notes africaines., 9 : 11-12.

28. Monod Th. 1941. Hibiscus. Notes africaines, 9 : 13.

29. Monod Th. 1941. Qui veut favoriser la bryologie ? Notes africaines. 10 : 3.

30. Monod Th. 1941. Plantes alimentaires. Notes africaines, 10 : 5-6.

31. Monod Th. 1941. Plantes de jardin. Notes africaines, 12 : 6.

32. Monod Th. 1942. Note sur un fruit à sucre d’AOF. Notes africaines, 14 : 7.

33. Monod Th. 1942. Les “Detarium” d’Afrique occidentale. Notes africaines, 15 : 2-3.

34. Monod Th. 1942. Le fruit du Tribulus terrestris. Notes africaines, 15 :4.

35. Monod Th. 1942. Production curieuse chez un Acacia. Notes africaines, 16 : 2.

36. Monod Th. 1943. Sur la présence de graines de “Celtis” dans le Quaternaire de Mauritanie. Notes africaines, 18 : 3-4.

37. Monod Th. 1944. Sur deux “tumble-weeds” sahariennes. Notes africaines, 24 : 19 [Schouwia, Crotalaria].

38. Monod Th. 1944. Tableau d’ensemble des divisions adoptées (p. 13-14) et Remarques sur l’esquisse phytogéographique du Sahara occidental (p. 26-31, 1 carte). in : Murat, Esquisse phytogéographique du Sahara occidental. Mém. Off. Nat. Anti-acridien, 1.

39. Monod Th. 1948. Notes biogéographiques sur l’Afrique de l’Ouest. Portugaliæ Acta Biologica, (1948) : 208-284.

40. Monod Th. 1948. Reconnaissance au Dohone. Inst. Rech. Sah. Univ. Alger, Miss. Scientifique du Fezzan, 6 : 121-156.

41. Monod Th. 1949. Notes biogéographiques sur l’Afrique de l’Ouest. Résumé par J. Trochain. C. R. Congrès de Paris, 1945, 64e Session. Ass. Franç. Av. Sci. : 571-577.

42. Monod Th. 1949. Florule Corniche-cap Manuel-île de la Madeleine. in : La presqu’île du Cap-Vert. Ét. Sénégalaises, 1 : 133-135, IFAN, Dakar.

43. Monod Th. 1949. Sur une Lemnacée africaine : Wolfiella welwitschii (Hegelmaier, 1855) comb. nov. in Travaux botaniques dédiés à René Maire : 229-242 (Mém. h. s. de la Soc. Sci. Nat. Afr. Nord, Alger).

44. Monod Th. 1949 [“1945”]. Sur une Podostémonacée nouvelle pour l’AOF. Bull. IFAN, 7A : 156-159.

45. Monod Th. 1949. Plantes alimentaires indigènes de l’Afrique de l’Ouest. Notes africaines, 43 : 69-70.

46. Monod Th. 1950. Un Elatine nouveau d’Afrique occidentale. Notes africaines, 46 : 37.

47. Monod Th. 1950. Florule de Bilma (Sahara nigéro-tchadien), 2e Conf. Intern. Africanistas Ocidentais, Bissau 1947, 2 (1) : 189-200. Lisbonne.

48. Monod Th. 1950. Pour l’étude des graminées ouest-africaines. Notes africaines, 47 : 68.

49. Monod Th. 1950. Sur une maladie des Ficus des rues de Dakar. Notes africaines, 47 : 69-70.

50. Monod Th. 1950. Sur deux cas de myrmécophilie. Notes africaines, 47 : 98.

51. Monod Th. 1950. Michel Adanson et le henné. Notes africaines, 48 : 138.

52. Monod Th. 1950. Études sur la flore et la végétation du Tibesti. Mém. IFAN, 8 : 1-145.

53. Monod Th. 1951. Découverte du Cynomonium coccineum dans la Mauritanie du Sud. Notes africaines, 51 : 73.

54. Monod Th. 1951. Notes complémentaires sur un travail algologique (abbé P. Frémy, 1945). Bull. IFAN, 13A, Notes et documents : 534.

55. Monod Th. 1951. Au sujet des Talinum ouest-africains. Bull. IFAN, 13A, Notes et documents : 546-550.

56. Monod Th. 1951. Un catalogue des plantes de Richard Toll (Sénégal) en 1824. Bull. IFAN, 13A : 1281-1298.

57. Monod Th. 1951. Biologie et régions arides. in : Les bases écologiques de la régénération de la végétation des zones arides. Union Intern. Sci. Biologiques, sér. B, 9 : 33-34.

58. Monod Th. 1952. Biotopes ouest-sahariens. Bull. Inst. Fouad Ier du Désert, 1 (2) : 95-102.

59. Monod Th. 1952. Contribution à l’étude du peuplement de la Mauritanie, Notes botaniques sur l'Adrar (Sahara occidental). Bull. IFAN, 14A : 405-449.

60. Monod Th. 1952. Notes sur la flore du plateau Bautchi (Nigeria). Mém. IFAN, 18, Mélanges botaniques : 9-37.

61. Monod Th. 1952. La protection des bois immergés sur la côte occidentale d’Afrique. IFAN, Catalogues, 8 : 137-140.

62. Monod Th. 1953. Note sur les Gynandropsis (Cappar.) ouest-africains. Notes africaines, 57 : 9-10.

63. Monod Th. 1953. Autour du bâtonnet-brosse à dents ouest-saharien. Notes africaines, 60 : 117.

64. Monod Th. 1953. Exposé liminaire pour la section de biologie. Proc. Intern. Symp. Desert Research, Jérusalem, 1952 : 43-88.

65. Monod Th. 1954. Contribution à l’étude du peuplement de la Mauritanie, Notes botaniques sur l’Adrar (Sahara occidental) (suite). Bull. IFAN, 16A : 1-48.

66. Monod Th. 1954. Sur une florule soudanaise hygrophile. Bull. IFAN, 16A : 309-320.

67. Monod Th. 1954. Mauritanie. Notice botanique et itinéraires commentés, publiés à l’occasion du VIIIe Congrès international de botanique, Paris-Nice 1954, SEDES, Paris, 32 p.

68. Monod Th. 1954. Modes “contractés” et “diffus” de la végétation saharienne. Symposium on the Biology of Hot and Cold Deserts, Londres 1952. London Institute of Biology, 1954 : 34-44.

69. Monod Th. 1955. Remarque sur un palmier peu connu, Wissmannia carinensis (Chiov., 1929) Burret 1943. Bull. IFAN, 17A : 338-358.

70. Monod Th. 1955. Sur un cas exceptionnel de richesse aréale : les sables de la Mauritanie orientale. Recueil Trav. Lab. Bot., Géol. et Zool., Fac. Sci. Univ. Montpellier, 7 : 63-67.

71. Monod Th. 1956. Observations botaniques sur l’Adrar (Summary). Proc. III Intern. West Afric. Conf. Ibadan 1949 : 75 [résumé des publications 59 et 65]. Lagos.

72. Monod Th. 1956. Nomenclature des formations végétales dans les régions arides et semi-arides. Réunion de spécialistes sur la phytogéographie, Yangambi 1956, Soc. CCTA/CSA, Afrique (56) 208 : 304-319.

73. Monod Th. 1957. Sur un Anthocleista nouveau de Sāo Tomé. Bull. IFAN, 19A : 347-354.

74. Monod Th. 1957. Les grandes divisions chorologiques de l’Afrique. Rapport présenté à la réunion de spécialistes sur la phytogéographie, Yangambi, 29 juil.-8 août 1956, CSA, Londres, 24, 147 p.

75. Monod Th. 1957. Notes biogéographiques sur le “Djouf” (résumé). C. R. Soc. Biogéogr., 298 : 99-101.

76. Monod Th. 1957. La protection de la nature en Afrique française. in : Protection de la nature dans le monde, Buenos Aires 1957 : 153-156.

77. Monod Th. 1957. Sur une variété d'Albizzia lebbek (Willd.) Benth. Notes africaines, 75 : 78-79.

78. Monod Th. 1958. Majâbat al-Koubrâ. Contribution à l’étude de l’“Empty Quarter” ouest-saharien. Mém. IFAN, 52 : 407.

79. Monod Th. 1958. Carte de la végétation de l’Afrique au Sud du tropique du Cancer. AEThFAT et UNESCO.

80. Monod Th. 1960. Notes botaniques sur les îles de Sāo Tomé et de Principe. Bull. IFAN, 22A : 19-94.

81. Monod Th. 1960. René Caillié botaniste. Bull. IFAN, 22A : 343-350.

82. Monod Th. 1960. Sur un cas de prolifération florifère du réceptacle chez un Fragaria. Notes africaines, 87 : 72-73.

83. Monod Th. 1961. À propos des formations végétales des sables littoraux. C. R. Som. Soc. Biogéogr., 332-334 : 72.

84. Monod Th. 1961. Utilisation des terres de la région saharo-sahélienne. in : Histoire de l’utilisation des terres des régions arides : 263-277.

85. Monod Th. 1961. La Nature africaine en péril : peut-elle encore être sauvée ? Science et Nature, 48 : 2-3.

86. Monod Th. 1962. Majâbat al-Koubrâ ; un “Empty Quarter” ouest-saharien. Festschrift Hermann von Wissmann, Tübingen : 115-125. UNESCO.

87. Monod Th. 1963. Après Yangambi (1956) : notes de phytogéographie africaine. Bull. IFAN, 25A : 594-654.

88. Monod Th. 1964. À propos de deux publications du Pr M. Zohary. Bull. IFAN, 26A : 1403-1428.

89. Monod Th. 1968. Sur quelques galles africaines d’Acacias. Bull. IFAN, 30A : 1302-1333.

90. Monod Th. 1968. Sur un éventuel Genera Plantarum Africanarum (Révision de “Genera” de Thonner). in : Conservation of Vegetation in Africa South of the Sahara. Acta Phytogeogr. Suedica, 54 : 297.

91. Monod Th. 1968. Contribution à l’étude des pseudo-galles formicaires chez quelques Acacias africains. Bull. IFAN, 30A : 953-1012 + 25 pl. h. t. (avec Cl. Schmidt).

92. Monod Th. 1969. Rapport sur une mission effectuée dans l’Adrar de Mauritanie (21 novembre au 17 décembre 1967). Bull. IFAN, 30A : 1737-1747.

93. Monod Th. 1970. Sur des endocarpes de Celtis du gisement néolithique d’Amekni (Ahaggar). Bull. IFAN, 32A : 585-593.

94. Monod Th. 1971. Remarques sur les symétries floristiques des zones sèches nord et sud en Afrique. Mitt. Bot. Staatssamml. Munich, 10 : 375-423.

95. Monod Th. 1974. Fruits et graines de Mauritanie. Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 3, 273 : 29-115.

96. Monod Th. 1974. Note sur quelques Acacias d’Afrique et du Proche-Orient. Bull. IFAN, 36A : 642-669.

97. Monod Th. 1974. Spectre de modes de dissémination dans l’Adrar mauritanien (Sahara occidental). Candollea, 29 : 401-425.

98. Monod Th. 1975. Introduction in : Th. Monod (ed.), Pastoralism in Tropical Africa. International African Institute and Oxford University Press, Londres : 3-93 (English version : 99-183).

99. Monod Th. 1975. Les galles et pseudo-galles d’Acacias. Bull. 3, Groupe International d’Étude des Mimosoideæ : 35-39.

100. Monod Th. 1977. Percement de la fleur de Tecoma stans L. par Xylocopa ætrans (L.) à Nouakchott (Mauritanie). Bull. IFAN, 39A : 169-176.

101. Monod Th. 1977. Flore et végétation du Parc National du Banc d’Arguin. in : Richesse du Parc National du Banc d’Arguin. Association de soutien au PNBA : 23-25, 1977.

102. Monod Th. 1977. Fruits et graines de Mauritanie (suite). Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 3, 461 : 73-127.

103. Monod Th. 1978. À propos d’un ouvrage récent sur le Qât. J. Agric. Trad. Bot. Appl., 25 : 203-212.

104. Monod Th. 1978. Les rosas de Sancta Marya de Gil Eanes (1434). Rev. Univers. Coimbra, 26 : 85-91 ; Publ. Centro de estudos de cartografia antiga, 107 : 1-9 ; Notes africaines, 159 : 81-84.

105. Monod Th. 1979. Fruits et graines de Mauritanie (suite). Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 4, 1, sect. B : 3-51.

106. Monod Th. 1979. Les arbres à encens (Boswellia sacra Flückinger, 1867) dans le Hadramaout (Yémen du Sud). Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 4, 1, sect. B : 131-169.

107. Monod Th. 1980. À propos de l’île Herné (baie de Dakhla, Sahara occidental). Bull. IFAN, 41A : 1-34.

108. Monod Th. 1980. Contribution à l’étude des Lotus (Papilionaceœ) ouest-sahariens et macaronésiens. Adansonia, sér. 2, 19 : 367-402.

109. Monod Th. 1980. À propos du Sphenoclea zeylanica (Sphenocleaceœ). Adansonia, sér. 2, 20 : 147-164.

110. Monod Th. 1981. Sur quelques textes anciens concernant l’histoire naturelle de l’archipel de Madère et des îles Salvages. Bol. Mus. Mun. Funchal, 38 (176) : 97-109.

111. Monod Th. 1981. The Sahel zone north of the Equator. in : M. Evenair et al. (eds), Hot Deserts and Arid Shrublands. Elsevier, Amsterdam : 203-243.

112. Monod Th. 1986. Nectaires extrafloraux et fleurs avortées chez les Pédaliacées (note préliminaire). Bull. Mus. natn. Hist. nat., Paris, sér. 4, 8, sect. B : 103-115.

113. Monod Th. 1987. Leçon inaugurale, 31 août 1987, Université de l’État à Gand, Fondation mondiale pour la qualité de la vie. Enseignement postuniversitaire d’Erémologie. 30 p.

114. Monod Th. 1987. On two morphological anomalies of Acacia tortilis ssp. raddiana in the Libyan desert. Bull. Intern. Group for the Study of Mimosoideæ, 15 : 86-87.

115. Monod Th. 1988. Notes sur la flore et la végétation du Parc National du Banc d’Arguin. Études sahariennes et ouest-africaines, 1 (3) : 1-63 + ph. h.t.

116. Monod Th. 1989. Anomalie morphologique chez un Acacia tortilis du Mali. Notes Africaines, 183 : 67.

117. Monod Th. 1990. Conspectus floræ Salvagicæ. Bol. Mus. Mun. Funchal, Suppl. 1 : 1-79, 142 fig. h.t.

Notas finales

1 Lebrun, J. P., 1997. Explorations, récoltes et éludes botaniques de Théodore Monod. in : R. Billard & I. Jarry (eds), Hommage à Théodore Monod naturaliste d’exception : 85-99. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-509-7.

Índice de ilustraciones

Leyenda FIG. 1 – Planche dessinée par Théodore Monod. Extrait de : “Fruits et Graines de Mauritanie”, Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 3, 461, 1977. Fig. 121-135. 121, Mollugo cerviana, capsule — 122-123, Morettia philæana, siliques (In Gall, Niger) : les “tubercules” sont en réalité des bases de poils étoilés ayant perdu leurs ramifications distales — 124, idem, silique (entre Tahoua et In Gall, Niger) — 125, idem, silique (Tchad, Gaston 1039) — 126, idem, graines (de la silique fig. 131) — 127, Morettia canescens, silique (Th. M., Oued en-Nefis, Tassili-n-Adrar, Sud Algérien, M.S.A.D. 298, 23-XI-1927) — 128, idem, silique (Chinguetti, Adrar) — 129, idem, 1/2 silique, face interne (ibidem) — 130, idem, graine — 133, Momordica balsamina, graine avec son enveloppe rouge charnue en partie fendue et écartée — 134, idem, graine — 135, idem, graine, profil.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1599/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 448k
Leyenda FIG. 2 – Planche dessinée par Théodore Monod. Extrait de : “Fruits et Graines de Mauritanie”, Bull. Mus. natn. Hist. nat., sér. 3, 273 : 89,1974. Fig. 121-132. 121, Limeum indicum, méricarpe, vue latérale. — 122, vue mésiale. — 123, idem, graine. — 124, Lotus jolyi, graine. — 125, Leptadenia pyrotechnica, graine. — 126, Maerua crassifolia, fruit. — 127, idem, graine. — 128, Monsonia nivea, schizocarpe avec la base de la columelle (“bec”) et la base des styles. — 129, idem, schizocarpe et base de la columelle. — 130-131, idem, méricarpe (sur ses 2 faces). — 132, Moltkiopsis ciliata, fructification, avec 3 nucules (2 sépales ont été supprimés).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1599/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 412k
Leyenda FIG. 3 – À Madère, en avril 1985. Théodore Monod examine un Lotus glaucus, avant de l’insérer dans sa presse entre deux feuilles de journal.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1599/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 328k
Leyenda FIG. 4. – Planche dessinée par Théodore Monod. Extrait de : “Galles africaines d'Acacias’’, Bull. IFAN, 30A, 1968. Fig. 96, 97-98 et 99-100. — 96, Acacia seyal, galle d’inflorescence (no 13999). — 97-98, acrocécidie (no 13413 a). — 99-100, Acacia etbaica, pleurocécidies (no 13423 b).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1599/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 197k

Autor

Botaniste
Muséum national d'Histoire naturelle
Laboratoire de Phanérogamie
16, rue Buffon
F-75231 Paris cedex 05

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540