Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception

 | 
Roland Billard
, 
Isabelle Jarry

Au temps des crocodiles mésozoïques sahariens*

Philippe Taquet

Texte intégral

  • * Taquet, Ph., 1997. Au temps des crocodiles mésozoïques sahariens. in : R. Billard & I. Jarry (eds) (...)

“Le désert, par exemple, n'est pas décevant, lui, même ici, à ce seuil ou il ne Fait que commencer d'apparaître. Son immensité prime tout, agrandit tout, et, en sa présence, la mesquinerie des êtres s’oublie”
Pierre Loti

1Pierre Loti, l'auteur des lignes qui précèdent, est séduit par les sables et déçu par les hommes. Pour bon nombre d'écrivains et de poètes, la traversée du désert est le moyen rêvé d'aller à la rencontre de ce que l'on cherche. Le Père de Foucauld et Ernest Psichari se rendirent dans le désert pour se rapprocher de Dieu, Pierre Benoît pour chercher Antinéa, la femme idéale, Antoine de Saint-Exupéry pour trouver le Petit Prince et Isabelle Eberhardt pour s'y marier. D'autres y chercheront la Montagne aux Ecritures ou l'Émeraude des Garamantes. D'autres encore, ingénieurs et utopistes, voudront construire un chemin de fer transsaharien ou créer une mer intérieure (Decraene & Zuccarelli, 1994) ; d'autres enfin, inquiétants ou dangereux, enfermés dans leurs engins motorisés, sourds au silence du désert, sillonnent aujourd’hui des étendues grandioses sans les voir, dans le vacarme et les vapeurs d'essence, écrasant indifféremment accélérateur et nomades.

2Entre les uns et les autres, il est une poignée de visiteurs du désert, admirateurs du vermiculé et de la fulgurite, du kerkoub et du dreikanter, amateurs des sables blancs ou crème, dorés ou saumonés, arpenteurs de la dune, du reg et de la hamada. Ces naturalistes, géologues, préhistoriens, paléontologues, botanistes, entomologistes, ornithologues, ethnologues explorent le vrai Sahara, rencontrent ses habitants, étudient et récoltent des objets sans valeur commerciale, des objets qui sont pour eux les plus beaux des trésors et dont ils feront les fleurons d'un Musée idéal, le Musée du désert.

3Le plus beau des musées du plus beau des déserts, nous le devons au doyen des naturalistes, à Théodore Monod. Celui qui se définit comme un “constatateur” et qui depuis plus de sept décennies se consacre au “patient travail d'inventaire du Cosmos, à l’inlassable accumulation des matériaux nécessaires à une description du monde” (Monod, 1963) a pu s'exclamer à juste titre :

“Monotone le désert ? Monsieur veut rire ! Pour l'aveugle, sans doute, le vrai, le physiologique, comme pour l'autre, le voyageur banal, ordinaire, sans curiosité et qui ne sait ni voir ni regarder. Mais pour qui a “bon pied, bon œil”, pour l'initié, que de choses à observer, à découvrir, le plus souvent à lire sur le sol qu'un marcheur ne saurait d'ailleurs quitter des yeux sous peine de s'ouvrir immédiatement le gros orteil sur un caillou !” (Monod, 1973).

4La géologie saharienne, écrit avec juste raison Théodore Monod, est à la fois exceptionnellement facile et exceptionnellement difficile. Facile “d'abord parce que la structure est simple, d'une simplicité de schéma scolaire, et puis parce que, faute de sol — au sens botanique du terme —, c'est en fait le sous-sol qui est partout à nu” ; “difficile parce que l'énormité des distances, la monotonie d'un régime indéfiniment tabulaire, sans relief appréciable, l'insigne rareté des horizons fossilifères, donc des points de repère datés, les redoutables récurrences de faciès lithologiquement identiques aux niveaux les plus variés de l'échelle stratigraphique, l'importance des dépôts récents... ne rendent ce schéma déchiffrable — pour simple soit-il — qu'à un œil exercé” (Monod, 1937a).

5C'est cet œil exercé qui a permis à Théodore Monod dès 1928 de découvrir nummulites, dipneustes, ossements de dinosaures, homme fossile d'Asselar dans la vallée du Tilemsi au cours de la mission Augiéras-Draper à laquelle il participait comme jeune naturaliste, d'esquisser ensuite à la faveur de nouvelles méharées une description sommaire des auréoles tassiliennes de l'Ahnet ; un oeil de plus en plus exercé lui permettait de découvrir en 1934 dans cette même région le Gothlandien schisteux à graptolithes, de proposer dès 1937 grâce à ces datations un essai de synthèse de la structure du Sahara occidental qui demeure parfaitement valable et dont toutes les cartes géologiques actuelles tiennent compte. Devaient suivre les découvertes de Stigmaria qui sont des plantes carbonifères, dans le Westphalien de Taoudenni, de faunes dévoniennes à goniatites au sud d'Aguerakkem, de fusulinelles dans le Viséen de l'Erg Chech oriental, sans compter d'innombrables bois silicifiés mésozoïques, etc. (Monod, 1935, 1936, Monod & Menchikoff, 1936, Monod, 1937b).

FIG. 1 – Carte du Sahara avec les régions fossilifères évoquées dans le texte.
1 : Précambrien, 2 : Paléozoïque, 3 : Méso-Cénozoïque, 4 : Volcanisme cénozoïque, 5 : Faille - Chevauchement. Modifié d'après Lefranc & Guiraud (1990). Dessin H. Lavina.

6Théodore Monod est un naturaliste qui a non seulement bon pied, bon œil, mais qui est aussi doté d'une plume ; d'une plume élégante capable de raconter en quelques lignes avec humour et pédagogie l'histoire géologique du Sahara sous forme de recette de cuisine, sachant expliquer la formation des dépôts et des reliefs de la partie septentrionale de la plate-forme africaine avec une tourtière, de la pâte à tarte, de la confiture, de la crème, du sucre en poudre et du sucre cristallisé (1937a).

7Au cours de ses méharées, Théodore Monod a rassemblé quelques témoins marquants de l'histoire de notre planète et placé dans son Musée du désert des échantillons remarquables. Aujourd’hui, après des décennies de prospections, de travaux détaillés, de recherches minières et pétrolières, de corrélations et de synthèses (Busson, 1972, Fabre, 1976, Lefranc & Guiraud, 1990), un Musée du Sahara comprendrait des salles riches de milliers de spécimens de toutes les périodes géologiques et de toutes les catégories botaniques ou zoologiques. S'il fallait décrire les plus belles et les plus intéressantes des pièces paléontologiques de ce Musée du désert, des dizaines de volumes n'y suffiraient pas. Contentons-nous de choisir et de décrire en guise d'hommage au paléontologue qu’est aussi Théodore Monod quelques fossiles représentatifs des lieux qu'il a parcourus, scrutés, déchiffrés et aimés.

Les débuts de la vie saharienne : les Conophyton de l'Adrar mauritanien

8La série sédimentaire de la synéclise de Taoudenni a été étudiée dans la région du Hank et dans celle d'Atar par Nicolas Menchikoff et Théodore Monod en 1936, puis en 1952 par ce dernier dans sa synthèse sur l'Adrar mauritanien (Monod, 1952).

9Cette série, transgressive sur le socle, forme un ensemble concordant en grande partie carbonaté et renfermant de nombreux stromatolithes considérés autrefois comme cambriens et placés aujourd’hui dans le Précambrien. Les stromatolithes constituent des masses calcaires à structure laminaire ; ce sont des constructions dues au piégeage ou à la consolidation de boues fines par des filaments d'algues bleues associées à des bactéries se développant en communautés complexes. Il existe encore aujourd’hui des communautés vivantes de stromatolithes sur les côtes ouest de l'Australie. Parmi les stromatolithes sahariens, on compte Conophyton ressoti que Théodore Monod récolte et étudie. Conophyton forme des colonnes isolées de section subcirculaire pouvant atteindre 120 cm de diamètre. Ces colonnes s'édifiaient dans la zone de balancement des marées, leur âge est d'environ 800 millions d'années ; ces premières formes vivantes peuvent être de bons marqueurs stratigraphiques et elles donnent des indications sur l'histoire des formations anciennes de la plate-forme africaine ; on pense que les stromatolithes ont joué un rôle dans la production d'oxygène libre, favorisant ainsi l'établissement d'un milieu propice à l'épanouissement de la vie (Bertrand Sarfati, 1972).

FIG. 2 – Stromatolithe construction algaire du Précambrien du Hank. Sahara occidental. (grand diamètre : 18 cm.)

10C'est au moment où Théodore Monod étudié ces stromatolithes sahariens qu'un paléontologue connu qui n'est autre que le Père Teilhard de Chardin publie un article sur la nature et la signification des stromatolithes précambriens. Théodore Monod qui entretient depuis longtemps une correspondance suivie avec l'illustre Père jésuite le questionne sur cette publication ; les lettres témoignent de la qualité des échanges entre les deux hommes ; elles nous montrent aussi l'étendue des connaissances paléontologiques du directeur de l'Institut Français d'Afrique Noire.

11Le 17 novembre 1952, Théodore Monod écrit au Père Teilhard :

Mon cher Ami,

  • 1 Théodore Monod a ajoute en note, en 1982 : “On appartiennent à un Précambrien supérieur non méta-a (...)

(...) pour une fois ce n'est pas de cosmologie et de christocentrisme qu’il s'agit mais de stromatolithes, puisque nous sommes aussi des fils de la Terre.
Donc je viens de lire votre note aux Comptes rendus sur les Collenia précambriennes. Et les Collenia cambriennes ? Car nous considérons au Sahara occidental comme “cambrien” un complexe gréso-schisto-calcaire à Conophyton (et éventuellement Collenia) qui repose lui-même en discordance sur du Précambrien. Il est vrai que notre “Cambrien" est sans fossiles mais comme il n'est que la base d’une série compréhensive siluro-dévonienne, il paraît difficile d'en faire du Précambrien1. Il est vrai que nos divisions et nos accolades sont bien arbitraires et que c'est nous qui introduisons du discontinu dans le cosmos.
Nos stromatolithes sont des formations récifales : le Conophyton ressoti est un objet — j'allais dire un organisme — en chandeliers buissonnants.
Pas de Collenia, dites-vous, en Australie ?

12Et Théodore Monod de donner plusieurs références utiles pour le Père Teilhard avant de conclure :

Mon Adrar va enfin sortir et j'espère pouvoir vous l'envoyer sans trop tarder. Bien amicalement toujours,
Th. Monod

13La réponse du Père Teilhard à cette lettre arrive sans tarder, le 23 novembre 1952.

Cher ami,

  • 2 Professeurs de géologie à la Sorbonne.

Merci pour votre lettre du 17, et pour les renseignements concernant l'Australie. J'avais demandé à Jacob et Pruvost2 de réviser mon texte ; ils n’ont pas vu la lacune. Preuve que nous avons vraiment besoin de la carte que je réclame : une carte qui pourrait être comprise comme indiquant les régions où des formations massives à Collenia recouvrent directement les plates-formes cristallines (telles vos Collenia “cambriennes” du Sahara). (...)
(...) Méfiez-vous des formes ou apparences buissonnantes (il y en a dans le Beltien). J'ai pu me convaincre dans certains cas que leur isolement est “secondaire” : les “doigts de gants” s'isolant par suppression des anticlinaux ou des synclinaux dans une formation ondulée. Ce qui me paraît important pour définir les “vraies” Collenia, c'est l'identité entre leur rythme de lamination et le rythme de lamination de la roche encaissante. Me trompè-je ?... Fenton m'a dit que maintenant on pensait à certaines algues rouges, plutôt qu'aux cyanophycées, pour expliquer le concrétionnement. Il est également d'avis que les formations à Collenia correspondent à un état très particulier des surfaces continentales au moment de leur déposition...
Bien amicalement toujours,
Teilhard

14Mais Théodore Monod revient sur le sujet (j'ai failli écrire ne désarme pas, mais le terme est impropre) et répond le 3 décembre :

Mon cher ami,

D'accord pour les Collenia, pas d'accord pour le Conophyton : quand je vous aurai montré sur place, au sommet de la falaise du Hank, les récifs à candélabres de Conophyton ressoti, ou les récifs en rayons de miel ou en coupoles tuniquées à Conophyton de l'Adrar, vous conviendrez qu'il s'agit de “choses” réellement buissonnantes (ce qui ne veut pas dire ramifiées) et non de “doigts de gants” empruntés à une formation ondulée. Menchikoff parlait déjà à propos de ceux de Chenachane, de “troncs verticaux, droits, cylindriques”, “parallèles”, très régulièrement disposés et “qui font penser à de gros tuyaux d'orgue” (Bull. Soc. Fr. (5), XVI, 1946, p. 452). Il dit aussi : “les grands récifs de Conophyton” (p. 454).
On cite des Conophyton ramifiés, p. ex. C. cylindricus Maslov, de l’Oural méridional et de la Toungouska inférieure.
Au fond, Conophyton et Collenia sont tout de même bien différents.
Tout ceci est passionnant. (...)
Bien amicalement toujours,
Th. Monod

15Ces quelques extraits de lettres dont l’intégralité a été publiée (Monod, 1982) donnent une bonne idée de l'intérêt porté par le naturaliste saharien aux questions paléontologiques.

Mollusques et Vertébrés dans l'Océan des Origines : Goniatites et Arthrodires sahariens

16Quittons la plate-forme saharienne précambrienne tapissée de récifs stromatolithiques et donnons quelques images d'un monde disparu plus récent, bien que datant de plus de 370 millions d'années, d'un monde qui fut particulièrement bien représenté au Sahara, celui du Dévonien.

17La découverte du Dévonien au Sahara remonte à 1850 lorsque Overweg, le compagnon de l'explorateur allemand Barth, signala sa présence en Libye. Ce Dévonien comprend des formations continentales auxquelles succède une sédimentation marine argileuse et calcaire se terminant par des épisodes sableux. Dans la vallée de la Saoura, le Dévonien est particulièrement bien représenté et complet ; ses faunes abondantes se superposent sans lacunes et offrent une série de référence. Les nombreux fossiles de cette région ont donné lieu à des études détaillées sous l'impulsion de Nicolas Menchikoff ; le terrain est jonché de milliers d'échantillons : graptolithes, trilobites, conodontes, brachiopodes, céphalopodes, en particulier des goniatites et des clyménies qui sont les premiers représentants des Ammonoïdés. Enfin, dans les mêmes niveaux, des restes de poissons cuirassés spectaculaires.

18Les poissons cuirassés ou Placodermes se sont différenciés en une multitude de formes témoignant d'adaptations très variées, soit de type silure, soit de type raie, soit de type requin. Les plus grands des Placodermes, les Arthrodires, furent sans aucun doute les plus impressionnants de tous les poissons ayant jamais fréquenté les eaux des océans.

19Les Arthrodires étaient des animaux à carapace fortement ossifiée, avec un squelette interne en partie cartilagineux. La carapace est composée de deux parties articulées. La partie antérieure recouvre la tête et les joues, la partie postérieure entoure l'avant du tronc. Les deux portions ossifiées sont articulées au niveau du “cou” tandis qu'une charnière à axe horizontal permet à la tête de se relever pour ingérer de grandes proies. Les plus grandes formes, carnivores, s'épanouissent en même temps que se développent et se diversifient les Goniatites et les Clyménies. La plate-forme saharienne est l'un des lieux privilégiés permettant de suivre cette phase de l'histoire de la vie.

20Le Tafilalt, le Maïder, la vallée du Dra au Maroc, ainsi que les niveaux géologiques correspondants en Algérie dans la région de Beni Abbés, ont livré une faune abondante de céphalopodes étudiée par N. Menchikoff puis par G. Petter (Petter, 1.959 et 1960) ainsi que des restes d'Arthrodires étudiés par J.P. Lehman dès 1951 (Lehman, 1952a et b, 1956, 1963), puis par les chercheurs du laboratoire de Paléontologie du Muséum dont H. Lelièvre (Lelièvre, 1984a et b, 1991, Lelièvre, Janvier & Blieck, 1993). Les Céphalopodes ont permis d’établir d'excellentes corrélations avec les faunes d'Europe et d'Amérique du Nord tandis que l'étude des vertébrés permettait de faire connaître toute une série de formes nouvelles d'Arthrodires : Atlantidosteus hollardi, Antineosteus lehmani, Hollardosteus marocanus, Dunklosteus marsaisi, Maideria falipoui, Tafilalichthys lavocati et enfin le plus spectaculaire des Arthrodires sahariens Titanichthys termieri dont le genre était déjà connu aux États-Unis, mais dont l'espèce africaine est représentée par un squelette céphalique presque complet d'une largeur de 1,50 m au niveau de la plaque nuchale. Ces mêmes gisements ont livré également les restes d'un poisson Eusthénoptéridé (Lehman, 1978 et Lelièvre & Janvier, 1986) ; l'anatomie et la structure du crâne et des nageoires des représentants de cette famille donnent la meilleure image qui soit de l'étape qui, chez les vertébrés, précède la sortie des eaux et marque le passage des poissons aux premiers amphibiens.

Reptiles terrestres et récifs coralliens dans le Permo-Carbonifère saharien

21Les formations du Carbonifère sont bien représentées dans la région de Béchar en Algérie et la série marine très riche en fossiles a fait l'objet de nombreuses éludes détaillées et de monographies paléontologiques de M. Legrand-Blain, Y. Lemosquet, M. Lys, C. Pareyn, P. Semenoff-Tian-Chansky, R. Coquet, M. Weyant. Récemment de jeunes chercheurs algériens, A. Sebbar et A. Nedjari, ont continué l'oeuvre paléontologique entreprise dans cette région. Le Carbonifère marin est présent aussi dans les Ajjers, dans les régions de Tindouf, de Reggan et de Taoudenni. Dans cette dernière, la découverte de Spirifer tornacensis et de Spirifer konincki a permis à N. Menchikoff et Th. Monod de montrer qu'une partie des formations de cette région a dû se déposer au Tournaisien, c'est-à-dire il y a environ 340 millions d'années, tandis que Th. Monod découvrait une flore houillère dans les grès et argiles rouges d'El Guettara.

22La richesse des faunes marines est exceptionnelle (Pareyn, 1961) ; la qualité de la conservation des coraux est telle qu'elle a permis, grâce aux études très fines de la structure de certains échantillons, de fournir des données sur la durée des cycles astronomiques du passé (Semenoff-Tian-Chansky, 1974). En effet, les coraux sont des animaux au corps mou contenu dans la dernière loge du squelette, calice minéral qui leur sert de support. Avec les variations de luminosité du jour, de la nuit, du mois, de l'année, ces animaux sécrètent des quantités variables de carbonate de calcium, de sorte que leur squelette montre des stries transversales de quelques micromètres a quelques centimètres. Entre les espacements dus aux saisons, le comptage des stries fines, diurnes, permet de distinguer des intervalles annuels sur des échantillons de référence. Il est ainsi possible de calculer en valeur absolue la longueur de l'année, parfois du mois lunaire de la période géologique durant laquelle a vécu l'échantillon de corail étudié.

23En faisant des coupes longitudinales ultra-minces, de haute définition, dans des spécimens de Bothrophyllum proteum du Carbonifère supérieur de la formation d'Hassi Kerma (bassin de Bechar), P. Semenoff-Tian-Chansky et M. Guillaume ont pu, grâce à l'étude de la microstructure et en réussissant à trouver des stries témoignant de l’alternance des jours et des nuits, estimer le nombre de jours d'une année au Bashkirien, c'est-à-dire il y a 320 millions d'années, dans le Sahara nord-occidental. Voilà un rêve de paléontologue rendu possible grâce à l'utilisation de ces horloges des mers que sont les coraux.

24Grâce à cette méthode, le ralentissement de la vitesse de la rotation de la Terre, calculé par les astronomes et les géophysiciens, se trouve confirmé par les paléontologues. Pour les uns comme pour les autres, le nombre de jours par an aurait décru de 405,5 à 365,25 du Dévonien supérieur à nos jours. Le haut degré de résolution obtenu sur les coraux du Carbonifère du Sahara permet d’envisager grâce à ces horloges paléontologiques des résultats très intéressants susceptibles de mieux nous faire connaître l'histoire de ces temps géologiques lointains (Semenoff-Tian-Chansky, 1991, Guillaume & Semenoff-Tian-Chansky, 1991, Semenoff-Tian-Chansky & Guillaume, 1991a et b).

25Le Permien supérieur continental de la série d'Izégouandane au nord nord-ouest d'Agadès au Niger a livré une belle faune de vertébrés terrestres qui nous donne de précieuses indications sur le peuplement des terres émergées de la plate-forme saharienne il y a 240 millions d'années.

26En 1965, deux géologues du Commissariat à l'énergie atomique, MM. Berthault et Knobel, découvraient des vertèbres dans des argiles gréseuses rouges au nord d'une petite cuesta appelée Tchimozenog. Ces vertèbres envoyées pour détermination au Muséum à Paris présentaient un cachet très primitif, indice de la présence de vertébrés paléozoïques dans cette partie du Sahara. Des missions du Muséum se rendirent sur place en 1966, puis en 1967 et 1969 ; elles permirent de récolter les représentants d'une belle faune de reptiles ; parmi eux, un Dicynodonte, reptile mammalien herbivore et deux reptiles primitifs que l’on appelle des Cotylosauriens (Taquet, 1969, 1972 et 1976). En ces lieux cohabitaient des reptiles archaïques au crâne dépourvu de fosses temporales et des reptiles évolués au crâne fenestré faisant partie d'une lignée qui témoigne de la transformation des reptiles en mammifères ; parmi les formes archaïques, un animal de grande taille que j'ai appelé Moradisaurus grandis. Le crâne (Ricqlès & Taquet, 1982) montre l'aboutissement des tendances évolutives observées chez des reptiles Captorhinomorphes du Permien inférieur et moyen, avec la présence d'un grand nombre de dents disposées en rangées parallèles sur des plateaux maxillaires et mandibulaires. Ce reptile devait se nourrir d'aliments coriaces et sans doute volumineux eu égard à la taille de son crâne, mais nous ne savons pas exactement la nature de son régime alimentaire. L'origine de cet étrange animal se trouve parmi les Captorhinomorphes plus anciens du Permien inférieur d'Amérique du Nord qui, il y a 240 millions d'années, se trouvait bien proche de l'Afrique et donc du Niger.

Le Trias de Zarzaïtine : Stégocéphales et Prolacertiformes

27C'est en 1957 que fut signalée pour la première fois la présence de Trias dans le Sahara. Des restes de vertébrés fossiles avaient été découverts par les géologues pétroliers Chavan, Claracq et Zawadinsky dans le sud-est algérien près de la frontière libyenne. Leur étude permit à J.P Lehman, grâce à la détermination de restes d'amphibiens aux dents pourvues de dentine méandriforme caractéristique, de montrer la présence dans ces terrains d'amphibiens stégocéphales typiques du Trias (Lehman, 1957a). Ces restes étaient si intéressants que G. Busson et A.F. de Lapparent décidaient de se rendre sur le site la même année pour récolter davantage de matériel. Tous les matériaux furent étudiés au Muséum à Paris par Coudron (1961) puis par J.P. Lehman (1957b cl 1977) et plus récemment par N. Jalil (1990, 1994 ; Jalil et Taquet, 1994 ; Jalil et al, 1995).

28La série de Zarzaïtine comprend dans sa partie inférieure des grès fins fossilifères atteignant 50 mètres d'épaisseur. Des milliers de fragments osseux sont dispersés sur le sol, dégagés du grès par l'érosion éolienne. L'auteur de ces lignes a eu l'occasion en compagnie de N. Jalil de se rendre sur place et de montrer aux collègues pétroliers algériens étonnés ce magnifique gisement situé à quelques dizaines de kilomètres de la ville pétrolière d'In Aménas. Au pied de dunes magnifiques devenant pourpres sous le soleil couchant, il est possible de ramasser à même le sol des dents de dipneustes, des épines dorsales de requins hybodontes, des os et des plaques dermiques, des pièces crâniennes ornementées de cupules caractéristiques des amphibiens Stégocéphales. Un capitosaure, Stégocéphale à crâne aplati, évoquant quelque salamandre géante, a été décrit par J.P. Lehman en 1971 et nommé Wellesaurus bussoni, en hommage d'une part à G. Busson, grand connaisseur de la géologie saharienne dont les synthèses sur le Mésozoïque de la plate-forme saharienne constituent une somme inégalée (Busson, 1972) et en hommage d'autre part à S.P. Welles, paléontologue californien ; le gisement comprend un autre Stégocéphale, un Benthosuchidé dont le crâne possède un museau long et comporte des échancrures otiques largement ouvertes vers l'arrière. La faune assez riche comprend deux autres formes d'amphibiens : un Brachyopidé et un Trématosaure ; plusieurs reptiles dont un Prolacertiforme, petit animal à crâne fenestré, deux Aétosaures, au corps couvert de plaques dermiques, et un Phytosaure, animal ressemblant quelque peu à un crocodile, mais dont les narines externes sont situées sur le dessus du crâne et très en arrière.

29La faune de Zarzaïtine, très intéressante, comprend trois assemblages fauniques successifs dont les âges sont respectivement Spathien, Anisien et Carnien-Norien supérieur (210 à 205 MA). La faune de ces niveaux correspond à une période de transition : à la fin de 1ère Primaire, ou Paléozoïque, les terres émergées sont peuplées de Thérapsidés ou Reptiles mammaliens, puis avec l'ère Secondaire ou Mésozoïque s'instaure le règne des reptiles Archosauriens dont les représentants les plus encombrants furent les Dinosauriens.

Le crocodile Sarcosuchus imperator et le dinosaure Ouranosaurus nigeriensis : les seigneurs du Mésozoïque

30La découverte des premiers restes de reptiles fossiles sur la plate-forme saharienne en 1893 est l'œuvre de F. Foureau, lequel participa ensuite à l'expédition militaire du commandant Lamy qui, partie de Ouargla (sud-est algérien) le 23 octobre 1898, arriva à Agadès au Niger le 28 juillet 1899, après avoir parcouru 5 000 kilomètres et n'ayant plus dans ses rangs que deux dromadaires sur les mille qu'elle comptait au départ. Foureau signala la découverte de sites fossilifères à l'est de Timassânine dans le Djoua (Foureau, 1904) dont l'âge albien (Crétacé inférieur) fut donné par le géologue E. Haug ; des dents de poissons pulmonés (Dipneustes), de poissons-scies et une vertèbre caudale d'un dinosaure carnivore (Théropode), furent ainsi décrites et figurées (Haug, 1904 et 1905). Ce fut ensuite R. Chudeau, géologue et géographe, qui, parti pour quelques semaines en exploration dans le sud algérien, effectua de février 1905 à novembre 1906 une extraordinaire randonnée, qualifiée par ce voyageur hors du commun de “simple excursion géologique” ; excursion qui le mena d’Alger à Zinder au Niger, puis de Zinder à Tombouctou. En novembre 1905, Chudeau découvrait au sud d'Agadès des ossements de dinosaures à Marandet au pied de la falaise de Tigguidi (Chudeau, 1907).

31Neuf missions mémorables d'A.E de Lapparent vont de 1946 à 1959 permettre de jeter les bases de la paléontologie des vertébrés mésozoïques sahariens. Celui-ci publiera ses résultats dans un mémoire sur les dinosaures du Continental intercalaire du Sahara (Lapparent, 1960). Le Continental intercalaire, terme créé par le célèbre géologue saharien Conrad Kilian (qu'a bien connu Théodore Monod), désigne tous les terrains continentaux qui se sont déposés sur la plate-forme saharienne entre le Carbonifère supérieur marin et le Cénomanien marin (Kilian, 1931).

32En novembre 1946, A. E de Lapparent recueillait dans les débris de la foggara Ben Draou à Aoulef Cheurfa au sud du plateau du Tademaït dans la région du Tidikelt les restes d'un crocodilien nouveau de grandes dimensions. Plus récemment, des restes semblables à ceux du crocodile d'Aoulef furent trouvés dans le sud tunisien, puis au Niger, par les prospecteurs d'uranium du Commissariat à l'énergie atomique. E de Broin-Lapparent et P Taquet attribuèrent ces fossiles d'âge aptien (Crétacé inférieur) récoltés au sud-est du massif de l'Air à un crocodilien nouveau qu'ils nommèrent Sarcosuchus imperator (Broin & Taquet, 1966). Il s'agit d'un crocodile piscivore dont les narines internes sont très postérieures et dont le museau allongé se termine par un bec caractéristique prouvant son appartenance à la famille des Pholidosauridés. Le crâne de ce crocodile peut atteindre 1,70 m de longueur et les plaques dermiques de son dos peuvent avoir une largeur de 45 cm ; la longueur totale de cet empereur des crocodiles devait atteindre 11 mètres ; c'est l'un des plus grands représentants connus de ce groupe de reptiles.

33La rencontre de nombreux vestiges de crocodiles sub-fossiles sur le fond des anciens lacs desséchés du Sahara avait déjà donné l'occasion à Théodore Monod d'écrire en 1937 dans son ouvrage Méharées un chapitre intitulé “Au temps des Crocodiles sahariens”. Aux crocodiles récents, il faut ajouter aujourd’hui plusieurs crocodiles anciens d'âge crétacé dont le géant Sarcosuchus imperator. Ce dernier vivait également à la même époque au Brésil dans la province de Bahia. L'existence de ce crocodile terrestre au Niger et au Brésil dans des terrains de même âge apporte des arguments de poids dans le débat concernant la date de l'ouverture de l'Atlantique Sud (Taquet, 1994). Cette présence de part et d'autre de l'actuel océan implique que, jusqu'à l'Aptien au moins, l’Afrique et l'Amérique du Sud étaient encore soudées, qu'elles faisaient encore partie de ce grand continent que l'on appelle le Gondwana.

34Théodore Monod évoquait dans son histoire géologique du Sahara le temps où les Iguanodons s'ébattaient en Picardie tandis que sur la plate-forme africaine les sédiments du Crétacé inférieur colmataient les reliefs anciens. Il est possible d'ajouter aujourd’hui que les cousins africains des iguanodons picards gambadaient à la même époque en plein Ténéré. Non pas dans les sables dunaires du Ténéré actuel, mais dans les sables fluviatiles du Ténéré mésozoïque. L'immense gisement de dinosaures de Gadoufaoua, qui fut découvert par H. Faure et par les géologues du CEA et que l'auteur de ces lignes a étudié de 1965 à 1972, a livré des squelettes complets magnifiquement conservés de plusieurs dinosaures (Taquet, 1976). Parmi ces dinosaures se trouvent les restes d'un Iguanodontidé gracile à bec de canard et pourvu de vertèbres dorsales avec de longues épines neurales formant une crête. Le squelette complet de ce nouveau dinosaure africain que j'ai nommé Ouranosaurus nigeriensis et qui mesure sept mètres de longueur constitue aujourd’hui le fleuron du Musée national du Niger à Niamey.

FIG. 3 – Reconstitution de l'Iguanodontidé Ouranosaurus nigeriensis de l'Aptien (Crétacé inférieur). Gisement de Gadoufaoua (Niger). Dessin F. Pilard.

Desertella foureaui et Carcharodontosaurus saharicus : des coquilles et des dents albiennes

35F Foureau, lors de ses missions, découvrait à quelques kilomètres à l'est de Fort Flatters (aujourdhui Zaouia el-Kahla) onze coquilles ferruginisées d'une nouvelle espèce de lamellibranche qui fut nommée Desertella foureaui par E. Munier-Chalmas en 1905. Pour l'unique espèce de ce genre de lamellibranche, C. Dechaseaux créa la famille des Desertellidae (Dechaseaux, 1946). Cette coquille semblait présenter des affinités avec les Unios lacustres ou fluviatiles et avec les Trigonies marines, mais le nombre insuffisant d'échantillons limitait les comparaisons. Le gisement exact et l'âge de ces coquilles n'avaient pu être précisés. Trouver une Desertella dans le désert du Sahara central semblait plus difficile que de chercher une aiguille dans une botte de foin. Il revint à J.P. Lefranc de retrouver en 1950, à deux kilomètres du Bordj, l'affleurement oublié, long de 1 000 mètres et large de 200 mètres, et d'y récolter une centaine d'échantillons qui ont permis de confirmer que Desertella foureaui était bien un lamellibranche lacustre se trouvant dans un niveau du Continental intercalaire, lequel dans le Djoua est à cet endroit d'âge albien (Lefranc, 1950).

36J'ai eu la chance de me rendre en novembre 1970 avec A.F. de Lapparent et J.P. Lefranc sur le deuxième gisement connu de Desertella foureaui découvert et étudié toujours par J.P Lefranc (Lefranc & Toutin, 1971). Le gisement est situé sur le talus nord-ouest du plateau du Tademaït entre El Golea et Timimoun ; une avancée de ce talus, la Gara Samani, présente une belle coupe des sédiments albiens avec un niveau de plaques gréseuses ferruginisées à la surface desquelles se trouvent quelques exemplaires de cette rareté conchyliologique saharienne.

37La Gara Samani avait tout d'abord été explorée par deux herpétologues spécialistes du comportement des varans et des vipères des sables, C. Grenot et R. Vernet ; la recherche de reptiles vivants devait les conduire à découvrir en cet endroit une magnifique faune de reptiles fossiles : crocodiles, tortues, dinosaures (Broin, Grenot & Vernet, 1971). Si mon collègue Lefranc fut ravi de retrouver les lamellibranches qui lui étaient familiers, je lus pour ma part enchanté de récolter dans la faune de ce gisement les dents caractéristiques du Carcharodontosaurus saharicus, dinosaure carnivore de grande taille découvert pour la première lois non loin de là. En effet, à une centaine de kilomètres à l'ouest de la Gara Samani, le capitaine Butté, administrateur du poste de Timimoun, avait trouvé en 1924 des ossements prélevés à 40 mètres de profondeur dans le puits de tête d’une foggara ou galerie souterraine d'adduction d'eau de la ville de Timimoun, la foggara Amghir. Ces restes de vertébrés fossiles furent étudiés par C. Depéret et J. Savornin qui reconnurent la présence dans l'Albien du Sahara de deux grandes dents d’un dinosaure carnivore, un Théropode, qu'ils attribuèrent à une nouvelle espèce de Mégalosaure : Megalosaurus saharicus (Depéret & Savornin, 1925 et 1927). Les lames de ces dents comprimées, tranchantes, aux bords crénelés, présentaient des ondulations régulières ; elles appartenaient en fait à un nouveau genre de Théropode que l'Allemand E. Stromer décrivit d'après des restes plus complets provenant de l'oasis de Baharia en Égypte (Stromer, 1931). Carcharodontosaurus saharicus est aujourd’hui l’un des dinosaures les plus célèbres du Mésozoïque saharien. A.E de Lapparent a retrouvé sa trace dans le sud tunisien et le nord-ouest du Niger, R. Lavocat a récolté d'autres dents de ce dinosaure dans l'extrême sud du Maroc dans la région des Kem-Kem (Lavocat, 1948 et 1954) ; cette région vient de livrer à nos collègues américains un crâne assez complet de ce Théropode dont la photo a fait la une de tous les journaux (Sereno et al, 1996). Cette dernière découverte a montré que Carcharodontosaurus saharicus n'a rien à envier au célèbre Tyrannosaurus rex américain et les spécialistes s'interrogent déjà pour savoir si le carnivore saharien n'a pas détrôné le roi des Dinosaures.

FIG. 4 – Dent de Carcharodontosaurus saharicus, dinosaure Théropode de l'Albien (Crétacé inférieur). Gisement d'In Abangarit (Niger).

Conclusion

38L'histoire des faunes et des flores ne s'interrompt pas avec le peuplement du Sahara par les grands Reptiles mésozoïques ; au cours du Crétacé moyen, la mer viendra envahir une bonne partie de la plate-forme saharienne reliant par un bras de mer le golfe de Guinée au sud à la Téthys, cette mer qui précède la Méditerranée actuelle ; cet épisode apporta des ammonites dans des lieux aujourd’hui bien éloignés des côtes ; puis d'autres dinosaures peuplèrent la moitié nord du continent africain au Crétacé supérieur avant de disparaître définitivement il y a 65 millions d'années.

39Les mammifères qui étaient discrets et de petite taille au cours du Mésozoïque vont alors s'épanouir et devenir plus imposants, ils vont se diversifier et donner naissance à toutes les lignées qui nous sont familières, notamment à celle des gazelles et des dromadaires qui peuplent aujourd’hui les étendues arides et désertiques du Sahara.

40Des vastes mers précambriennes aux immenses deltas fluviatiles du Crétacé inférieur, des forêts carbonifères aux lacs pléistocènes, la plate-forme saharienne offre à celui qui veut la découvrir la possibilité d'effectuer de magnifiques voyages dans le temps et l'espace.

41Tous ces fossiles, tous ces témoins du passé qui semblent dans le Sahara avoir été laissés sur une immense plage de sable par une mer venant à peine de se retirer, nous restituent les chapitres d'une histoire longue de 3,5 milliards d'années, pleine de changements et de bouleversements. En attendant de revoir sur la plate-forme saharienne des mers et des forêts, des fleuves et des volcans, des récifs et des glaciers, faisons nôtre cette conclusion de Théodore Monod, extraite de L'Hippopotame et le philosophe : “Tout passe et se transforme. Le désert aussi. Rien n'est permanent, ni la forme des montagnes, ni celle de notre crâne, ni même celle des constellations, ni la limite des terres et des mers. Tout change. Pourquoi le désert ferait-il exception ?”

Bibliographie

Références

Bertrand Sarfati J. 1972. Les Stromatolithes columnaires du Précambrien supérieur du Sahara nord-occidental : Inventaire, Morphologie et Microstructure des laminations. Corrélations stratigraphiques. Thèse Doct. Univ. Montpellier, 242 p., 30 pl., 65 fig.

Broin F. de, Grenot C. & Vernet R. 1971. Sur la découverte d'un nouveau gisement de vertébrés dans le continental intercalaire saharien : la Gara Samani (Algérie). C. R. Acad. Sci. Paris, sér. D, 272 : 1219-1221.

Broin F. de, Taquet R 1966. Découverte d'un Crocodilien nouveau dans le Crétacé inférieur du Sahara. C. R. Acad. Sci. Paris, sér. D, 262 : 2326-2329.

Busson G. 1972. Principes, méthodes et résultats d'une étude stratigraphique du Mésozoïque saharien. Mém. Mus. natl. Hist. nat. Paris, sér. C, 26 : 1-441 p., 140 fig., 8 pl. photo, 2 cartes géol.

Chudeau R. 1907. Excursion géologique au Sahara et au Soudan (mars 1905-décembre 1906). Bull. Soc. Géol. Fr., sér. 4, 4 (7) : 319-346.

Coudron J. 1961. Le remplacement dentaire chez Stenotosaurus, Capitosauridé triasique (Gour Laoud, Sahara). C. R. Acad. Sci. Paris, 252 : 3319-3320.

Dechaseaux C. 1946. Le genre Desertella Munier-Chalmas, type d'une nouvelle famille de Lamellibranches, les Desertellidae. C. R. Som. Soc. Géol. Fr., 15 : 307-309.

Decraene P., Zucarelli F. 1994. Grands Sahariens à la découverte du “désert des déserts”, in : L'Aventure coloniale de la France, Denoël, Paris, 270 p.

Depéret C., Savornin J. 1925. Sur la découverte d'une faune de vertébrés albiens à Timimoun (Sahara occidental). C. R. Acad. Sci. Paris, 181 : 1108-1111.

Depéret C., Savornin J. 1927. La faune de reptiles et de poissons albiens de Timimoun (Sahara occidental). Bull. Soc. Géol. Fr., sér. 4, 27 : 257-265.

Fabre J., M. Girod, A. Moussine-Pouchkine (avec la collaboration de R. Caby) 1976. Introduction à la géologie du Sahara algérien et des régions voisines I. La couverture phanérozoïque. SNED Alger, 422 p., 2 cartes géol.

Foureau F. 1904. Découverte de gites fossilifères dans le Djoua à l'est de Timassânine (Sahara). C. R. Acad. Sci. Paris, 138 : 1257-1259.

Guillaume M., Semenoff-Tian-Chansky R 1991. Stries semi-journalières chez un Tétracoralliaire (Bothrophyllum proteum) du Carbonifère supérieur. Implication dans la détermination des rythmes de croissance. C. R. Acad. Sci. Paris, 312, sér. II : 1401-1407.

Haug E. 1904. Sur la faune des couches à Ceratodus crétacés du Djoua près de Timassânine (Sahara). C. R. Acad. Sci. Paris, 138 : 1260-1262.

Haug E. 1905. Documents scientifiques de la mission saharienne. Mission Foureau-Lamy. “D'Alger au Congo par le Tchad”. Publ. Soc. Géogr. : 751-832.

Jalil N. 1990. Sur deux crânes de petits Sauria (Amniota, Diapsida) du Trias moyen d'Algérie. C. R. Acad. Sci. Paris, 311, sér. 11 : 731-736.

Jalil N. 1994. Sur la présence de Brachyopoidea (Vertebrata, Tetrapoda, Temnospondyli) dans la série de Zarzaïtine (Trias, Algérie). C. R. Acad. Sci. Paris, 318, sér. II : 1687-1691.

Jalil N., Lucas S.G., Hunt A. P. 1995. Biochronological significance of Actosaurs and Phytosaurs (Reptilia, Archosauromorpha). in : The triassic Zarzaïtine Series of Algeria. N. Jb. Geol. Pal. Mh. H. 3 : 173-181.

Jalil N., Taquet P. 1994. Les vertébrés triasiques de la série de Zarzaïtine (Algérie). Liste faunique et implications stratigraphiques. Mém. Serv. Géol. Algérie, 6 : 99-104.

Kilian C. 1931. Des principaux complexes continentaux du Sahara. C.R. Som. Soc. Géol. Fr., sér. 5, 1 : 109-111.

Lapparent A. F. de. 1960. Les Dinosauriens du “Continental Intercalaire du Sahara Central”. Mém. Soc. Géol. Fr. (nlle série). 88A, 56 p., 11 pl.

Lavocat R. 1948. Découverte de Crétacé à Vertébrés dans le soubassement de la Hammada du Guir (Sud marocain). C. R. Acad. Sci. Paris, 226 : 1292-1294.

Lavocat R. 1954. Reconnaissance géologique dans les Hammadas des confins algéro-marocains du Sud. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 116 : 1-147.

Lefranc J.P. 1950. Le gisement de Desertella foureaui de Fort Flatters (Sahara central). C.R. Som. Soc. Géol. Fr., 12 : 202-203.

Lefranc J.P, Guiraud R. 1990. The Continental Intercalaire of northwestern Sahara and its equivalents in the neigh-bouring regions. in : Major african continental phanerozoic complexes and dynamics of sedimentation. J. Afr. Earth Sci., 10 (1-2) : 27-77.

Lefranc J.P., Toutin N. 1971. Un gisement de Desertella foureaui (lamellibranche préhétérodonte) dans le soubassement albien du Tademaït ouest (Sahara algérien). Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. du Nord, 62 (1-2) : 103-110.

Lehman J.P. 1952a. Les Arthrodires du Maroc méridionnal. C. R. Acad. Sci. Paris, 234 : 2631-2633.

Lehman J.P. 1952b. Notes paléoichthyologiques. Ann. Paléont., Vertébrés, 38 : 59-67.

Lehman J.P. 1956. Les Arthrodires du Dévonien supérieur du Tafilalt (sud marocain). Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 129 : 1-70.

Lehman J.P. 1957a. Les Stégocéphales sahariens. C. R. Acad. Sci. Paris, 245 : 551-552.

Lehman J.P. I957b. Les Stégocéphales sahariens. Ann. Paléont., Vertébrés, 43 : 139-146.

Lehman J.P. 1963. À propos de quelques Arthrodires cl Ichthyodorulites sahariens. in : Mélanges Ichthyologiques (Th. Monod ed.), Mém. IFAN, 68 : 193-200.

Lehman J.P. 1977. Nouveaux Arthrodires du Tafilalt et de ses environs, Ann. Paléont., Vertébrés, 63 (2) : 105-132.

Lehman J.P. 1978. À propos de deux poissons du Famennien du Tafilalt. Ann. Paléont., Vertébrés, 64 : 143-152.

Lelièvre H. 1984a. Atlantidosteus hollardi n.g. n.sp., nouveau Brachythoraci (Vertébrés, Placodermes) du Dévonien inférieur du Maroc présaharien. Bull. Mus. natn. Hist. nat. Paris, sér. 46, sect. C : 197-208.

Lelièvre H. 1984b. Antincosteus lehmani n.g. n.sp., nouveau Brachythoraci du Dévonien du Maroc présaharien. Remarques sur la paléobiogéographie des Homostéidés de l'Emsien. Ann. Paléont., Vertébrés, 70 : 115-158.

Lelièvre H. 1991. New information on the structure and the systematic position of Tafilalichthys lavocati (Placoderm, Arthrodire) from the Late Devonian of Tafilalt, Morocco. in : Chang M.M., Liu Y.H. and Zhang G.R. (eds), Early Vertebrates and Related Problems of Evolutionary Biology, Science Press, Beijing : 121-130.

Lelièvre H., Janvier R 1986. L'Eusthénoptéridé (Osteochthyes, Sarcopterygii) du Famennien (Dévonien supérieur) du Tafilalt (Maroc) : nouvelle description. Bull. Mus. natn. Hist. nat. Paris, 1986 : 351-365.

Lelièvre H., Janvier P. et Blieck A. 1993. Silurian-Devonian vertebrate biostratigraphy of Western Gondwana and related terranes (South America, Africa, Armorica-Bohemia, Middle East). in : Long (ed.), Palaeozoic Vertebrate biostratigraphy and biogeography, Belhaven Press, London, 139-173.

Loti P 1923. Le Désert. Calmann-Lévy, Paris, 258 p.

Monod Th. 1935. (avec la collaboration de F Jacquet). Sur le Primaire fossilifère du sud de l'Adrar mauritanien. C. R. Acad. Sci. Paris, 201 : 908-909.

Monod Th. 1936. Remarques sur la structure du Sahara sud-occidental. Bull. Soc. Géol. Fr., sér. 5, 5 (6-7) : 513-518.

Monod Th. 1937a. Méharées. Explorations au vrai Sahara. Je Sers, Paris, 300 p.

Monod Th. 1937b. Essai de synthèse structurale de l'Ouest saharien. in : Mélanges E.F. Gauthier, Paris : 368-387, 7 fig.

Monod Th. 1942. L'Hippopotame et le Philosophe. Julliard-Sequana, Paris, 426 p.

Monod Th. 1952. L'Adrar mauritanien (Sahara occidental), esquisse géologique. Bull. Dir. Min. AOF, Dakar, t. 1, 288 p., 3 cartes h. t., XVI = 26 (A-Z) pl. h. t., 60 fig., t. II : Appendices : 289-460, 4 pl. h. t., 2 pl. (A-B), 11 fig. : 61-71.

Monod Th. 1963. Notice sur les Titres et Travaux scientifiques de Théodore Monod. Imprimerie Protat Frères, Mācon, 127 p.

Monod Th. 1973. Les déserts. Horizons de France, Paris, 218 p.

Monod Th. 1982. in : Quelques lettres inédites de Pierre Teilhard de Chardin à Théodore Monod. Études théologiques et religieuses. 57e année, (3) : 317-342.

Monod Th., Menchikoff N. 1936. Coupe Géologique du Hank à Taoudeni (Sahara occidental). C. R. Acad. Sci. Paris, 202 : 230-232.

Pareyn C. 1961. Les massifs carbonifères du Sahara sud-Oranais. CNRS, Paris, t. 1 ; 325 p., t. 2 : 244 p., 28 pl.

Petter G. 1959. Goniatites dévoniennes du Sahara, Publ. Serv. Cart. Géol. Algérie, sér. A, 3166 : 313 p., 25 pl.

Petter G. 1960. Clyménies du Sahara, Publ. Serv. Cart. Géol. Algérie, Paléont., Mém. 6 : 1-58, 8 pl.

Ricqlès A. de, Taquet P. 1982. La faune de vertébrés du Permien supérieur du Niger. I. Le Captorhinomorphe Moradisaurus grandis (Reptilia, Cotylosauria) - le crâne. Ann. Paléont., Vertébrés, 68 : 33-106.

Semenoff-Tian-Chansky P. 1974. Recherches sur les Tétracoralliaires du Carbonifère du Sahara occidental. Mém. Mus. natn. Hist. nat., sér. C., 30 : 1-316, 76 pl.

Semenoff-Tian-Chansky R 1991. Rythme de croissance chez les coraux fossiles et ralentissement de la rotation terrestre. in : La mobilité des continents, la Tectonique des Plaques et l'Expansion de la Terre, 107e Congrès de l'AFAS, Sciences, 91 (2-3) : 127-163.

Semenoff-Tian-Chansky P., Guillaume M. 1991a. Les horloges des mers. Pour la Science, 167 : 14-15.

Semenoff-Tian-Chansky P., Guillaume M. 1991b. Semi-dailygrowth bands in Bothrophyllum (?) proteum (Rugosa, Upper Carboniferous). CFS-Courier 172 : 215-222.

Sereno R, Dutheil D., larochene M., Larsson H., Lyon G., Magwene P., Sidor C., Varrichio D., Wilson J. 1996. Predatory Dinosaurs from the Sahara and late Cretaceous faunal differenciation. Science, 272 : 986-991.

Stromer E. 1931. Wirbeltier Reste des Baharije Stufe (untertes Cenoman) 10. Ein Skelett-rest von Carcharodontosaurus. Abh. Bayer. Akad. Wiss., N.E, 9 : 1-23.

Taquet P. 1969. Première découverte en Afrique d'un Reptile Captorhinomorphe (Cotylosaurien) C. R. Acad. Sci. Paris, sér. D, 268 : 779-781.

Taquet R 1972. Un exemple de datation et de corrélation stratigraphique basé sur les Captorhinomorphes (Reptiles Cotylosauriens), Mém. BRGM, 77 : 407-409.

Taquet P. 1976. Géologie et Paléontologie du gisement de Gadoufaoua (Aptien du Niger). Cahiers de Paléontologie : 1-191, 24 pl.

Taquet P. 1994. Des Crocodiles, un Continent. in : L'Empreinte des Dinosaures. Odile Jacob, Paris.

Notes

1 Théodore Monod a ajoute en note, en 1982 : “On appartiennent à un Précambrien supérieur non méta-admet aujourd’hui que les stromatolithes ouest-sahariens morphique.”

2 Professeurs de géologie à la Sorbonne.

Notes de fin

* Taquet, Ph., 1997. Au temps des crocodiles mésozoïques sahariens. in : R. Billard & I. Jarry (eds), Hommage à Théodore Monod naturaliste d’exception : 57-72. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-509-7.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Carte du Sahara avec les régions fossilifères évoquées dans le texte.1 : Précambrien, 2 : Paléozoïque, 3 : Méso-Cénozoïque, 4 : Volcanisme cénozoïque, 5 : Faille - Chevauchement. Modifié d'après Lefranc & Guiraud (1990). Dessin H. Lavina.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende FIG. 2 – Stromatolithe construction algaire du Précambrien du Hank. Sahara occidental. (grand diamètre : 18 cm.)
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 3 – Reconstitution de l'Iguanodontidé Ouranosaurus nigeriensis de l'Aptien (Crétacé inférieur). Gisement de Gadoufaoua (Niger). Dessin F. Pilard.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG. 4 – Dent de Carcharodontosaurus saharicus, dinosaure Théropode de l'Albien (Crétacé inférieur). Gisement d'In Abangarit (Niger).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540