Version classiqueVersion mobile

Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception

 | 
Roland Billard
, 
Isabelle Jarry

Théodore Monod, géologue saharien : de recherches en découvertes*

Jean Fabre

Texte intégral

  • * Fabre, J., 1997. Théodore Monod, géologue saharien : de recherches en découvertes, in : R. Billard (...)

“Car, comme ont dict les vieux proverbiaux, tousjours Aphrique apporte cas nouveaux”
Théodore Monod

1Géologue amateur, dit-il : quel géologue saharien, ou africain, ne prendrait ce qualificatif accolé au nom de Théodore Monod pour une plaisanterie ? Car, honnêtement, quel chercheur oserait traiter d'entités aussi importantes pour la géologie de l'Afrique que la Série Pourprée de l'Ahnet, ou le majestueux empilement de couches de l'Adrar mauritanien, sans citer leur inventeur, alors que l'une et l'autre sont devenues des références internationales ? Quant aux Richat, cet édifice circulaire si complexe et riche, il en demeure l'animateur scientifique !

La Série Pourprée

2En 1930, alors chamelier de deuxième classe dans une compagnie méhariste, Théodore Monod fait un séjour à Ouallen, l'un des postes les plus perdus du Sahara, au nord-ouest de l'Ahaggar, qu'étudiait alors le géologue Conrad Kilian. Monod connaît ce dernier, qui vient de démontrer brillamment l'âge Précambrien de son socle et celui (Cambrien et Dévonien) des deux grandes tables gréseuses, les Tassilis internes et externes qui le circonscrivent. Or voilà qu’il découvre, entre le vieux socle et la première table, celle des Tassilis internes “cambriens” (le système de base du Primaire), un ensemble de couches rouges qui paraît épais de plusieurs centaines ou milliers de mètres, modérément plissées et tranchées au sommet par la surface de base du Tassili (2). Cette Série Pourprée, comme il la nomme alors, est donc intermédiaire entre le Précambrien et le Primaire, et comme telle va exciter bien des géologues. On en découvre d'autres, mais différentes. En 1947, N. Menchikoff organise un colloque international du CNRS sur la question des séries intermédiaires dans le monde : un franc succès !

3Bien plus tard, la Série Pourprée acquiert une autre célébrité. À partir de 1960 en effet, on découvre l'existence d'un événement capital pour l'Afrique et l'Amérique du Sud : la formation de chaînes de montagnes comparables dans leur architecture et leur genèse aux chaînes modernes, à la fin des temps précambriens et au début du Primaire. C'est l'événement panafricain, ainsi baptisé par Kennedy (1964). Black (1966, 1967) et Caby (1970), puis Black et al. (1979) montrent son importance et la genèse de cette chaîne par collision et subduction, comme la chaîne alpine aujourd'hui. Mais, du Nigeria à l'Afrique du Sud, au Mozambique ou au Brésil, on n'en connaît pas les “molasses”, c'est-à-dire les débris qui proviennent de la démolition des montagnes et s'accumulent sur de grandes épaisseurs au pied des chaînes à mesure de leur surrection. La Série Pourprée de Monod est le premier exemple de ces molasses panafricaines et en demeure le plus remarquable : 7 à 12 kilomètres de sédiments, disent les spécialistes, accumulés à l'aube des temps primaires au pied de la plus grande de ces chaînes, dite chaîne Transsaharienne mais qui, du nord au sud, va de l'Algérie au cap de Bonne Espérance. Rien que de l'Ahaggar au golfe de Guinée, elle était d'une dimension comparable à l'Himalaya ! Ses molasses conservent dans la littérature internationale le nom que leur a donné Monod.

La stratigraphie de l’Adrar

4Autre série type dans la littérature internationale : les falaises de l'Adrar mauritanien, dominant des pentes abruptes, un millefeuille de couches qui reposent sur le vieux socle précambrien de la plaine. Le premier, Théodore Monod les analyse et leur consacre un mémoire (4). Ces couches, dont une partie s'est déposée au Précambrien, c'est-à-dire avant l'apparition des êtres organisés, étaient pourtant propres à décourager les “amateurs” ou les chercheurs de fossiles. Les géologues de Marseille ont publié depuis des analyses très détaillées de ces séries (v. Deynoux, 1983), mais la nomenclature de 1952 demeure toutefois nécessaire, à côté des nouvelles échelles. De plus, dès ses premiers travaux, notre voyageur cherche à établir une corrélation avec le Sahara central (d'où sa traversée du Tanezrouft). Ces premières esquisses serviront de base à tous les travaux ultérieurs sur le bassin de Taoudenni, au cœur de l'ouest africain. Avec le recul, on reste surpris des questions qu'il posait alors, et dont certaines n'ont reçu de réponse que bien plus tard. C'est le cas de la nature glaciaire des grès du Tamga, entre autres.

FIG. 1 – Huitième partie d’un panorama de Glat el Bil dessiné par Théodore Monod lors d'une étude géologique de la région de Foum Hanouk-Glat el Bil (Adrar mauritanien). Extrait de : Bull. IFAN, 24A, 1962.

5De la même façon Théodore Monod (6) met en images et en couleurs les roches qui couronnent la falaise du Khnachich, cet abrupt qui cerne au sud et à l'est la dépression de Taoudenni : “quartzites cassonade”, “roches à patine savon”, etc. Il y trouve des troncs d'arbres silicifiés, ce qui leur vaut aussitôt d'être cataloguées comme “Continental intercalaire”, un terme créé par C. Kilian pour les sédiments déposés entre les invasions marines de la fin du Primaire (Carbonifère) et de la fin du Secondaire (Crétacé supérieur). Il traque l'extension de ces roches vers l'ouest (Monod, 1955), dans la Majâbat al-Koubrâ et les retrouve. Il remarque par ailleurs qu'elles ne renferment plus de troncs silicifiés et qu'elles contiennent ou surmontent, parfois, des roches contenant un minéral vert (la glauconie), lequel ne se forme, théoriquement, que dans la mer ! Le problème de la silicification — qu'il posait aussi à propos du verre libyque —, nous en avons causé tous les jours lors de notre méharée de 1993-1994, en lisant le petit livre qu'Erhart (1973) lui avait consacré. Il aura fallu attendre l'analyse des résultats de cette mission et de la suivante pour qu'une autre interprétation survienne, qui tienne compte de la présence de glauconie : une silicification tardive, un “silcrete” comme disent les Anglais, formée bien plus tard, au milieu ou vers la fin du Tertiaire, et caractéristique d'un climat tropical.

Le complexe concentrique des Richat

6Le dôme des Richat, c'est autre chose... Théodore Monod qui le découvrit en 1934 en perçut très vite la richesse et la complexité. Nombreux sont les collègues, français et étrangers, géologues et géophysiciens, qu'il y invita. Un mémoire faisait alors le bilan (provisoire, détaillé et précis) des données du problème (11). Cet ensemble de crêtes concentriques où le vent accroche des langues de dunes (d'où le nom de Richat : les plumes) présente une succession anormalement épaisse de sédiments du Précambrien supérieur, sous des faciès variés : calcaires à stromatolithes, roches siliceuses à micro-organismes unicellulaires primitifs, brèches siliceuses, schistes, grès, sans oublier des roches magmatiques (gabbros, dolérites, carbonatites) ou présumées telles (analcimolites) ; bref ! un vrai musée géologique. Quant à l'origine du dôme, que d'hypothèses ont été proposées ! Impact d'une météorite géante, bombement purement tectonique ou dû à une montée de matériaux profonds, explosion... Quant à son âge, toutes les hypothèses étaient possibles. Les recherches qu'il a relancées lui-même en 1990 ont permis de répondre à une ou deux questions posées dans le mémoire de 1973. Les roches basiques (gabbros, dolérites) et leurs associés appartiennent à un événement bien connu : celui des prémices de l'ouverture de l'Atlantique vers 200 millions d'années. Les carbonatites, authentifiées entre-temps par Wooley et al. (1984), n'ont que 100 millions d'années : c’est l’époque du Crétacé, un temps où les dinosaures de la troisième génération vagabondaient à travers le Sahara. L'origine si contestée des analcimolites sera, on peut l'espérer, précisée bientôt grâce aux teneurs en traces et terres rares d'échantillons récoltés sous sa conduite au cours de notre dernière mission. La même tournée (1994) avait permis de confirmer qu'elles avaient fossilisé une surface quaternaire, ce qu'il avait entrevu autrefois, mais qui cadrait mal avec certaines hypothèses. Par contre, ce que Théodore Monod n'avait pas prévu, lorsqu'en famille il campait dans le cadre enchanteur du “camp boisé”, près du centre des Richat, c'est que cet événement, qui a vu la mise en place des carbonatites et sans doute la formation du dôme, est bien proche dans le temps de celle des kimberlites (venues elles aussi des grandes profondeurs), qui ont fait la fortune de l'Afrique du Sud, mais aussi celle de milliers de petits prospecteurs en Côte d'ivoire, au Ghana, etc. De quoi faire saliver certains peut-être, mais aussi nous faire réfléchir sur cet événement mal connu dont les Richat sont, dans le nord de l'Afrique, la plus belle expression.

7Enfin Théodore Monod, avec quelques autres sans doute, a rendu visibles pour nous les paysages où ont vécu nos frères de la Préhistoire dans l'ouest africain. C'est en effet à pied que l'on se rend compte de l'extension que prennent, par exemple dans la Majâbat al-Koubrâ (6, 7, 8, 10), les sédiments lacustres ou palustres quaternaires. Les photos aériennes ou les images satellite n'en discernent qu'une petite partie, sous le voile de sable qui les masque. Plaisantant à demi, il évoque une sorte de Tchad occidental, dont nous aurions suivi, en 1993, le rivage septentrional et où vécut une population de pêcheurs et d'artisans. Ils allaient chercher la matière première de leurs outils... dans les roches silicifiées type Khnachich qui affleurent au nord. On a la preuve que de tels lacs énormes ont bien existé pendant la dernière période humide. N. Petit-Maire et ses collaborateurs viennent de le montrer pour la région au nord de Tombouctou (Petit-Maire & Riser, 1988).

8Aujourd'hui, Théodore Monod se préoccupe de sites plus énigmatiques : ceux des industries à bifaces et galets aménagés, beaucoup plus anciennes. On connaît bien des lieux où ces pièces jonchent le sol. Mais elles y ont été usées par le vent, et déplacées par le ruissellement. Aux Richat, Théodore Monod pense que l'on doit les trouver en place, là où ont vécu les hommes qui les ont fabriquées et utilisées. Il veut organiser pour cela une nouvelle mission de terrain.

9Nous avons délibérément omis beaucoup de sujets importants auxquels il s'est atttaché : les astroblèmes et en particulier la saga de la météorite de Chinguetti (16), l'énigme du verre libyque, et tant d'autres découvertes. Mais l'inventaire exhaustif de son oeuvre géologique, la recherche de ses racines scientifiques et des conditions dans lesquelles il a travaillé appartiennent aux historiens des sciences.

10En revanche, il nous paraît important aujourd'hui de souligner deux points. D'une part, si ses observations, ses notes, ont eu, sur les questions évoquées, de tels prolongements, on le doit à son souci de tout regarder et de tout noter avec le maximum de précision, même s'il ne pouvait dans le moment situer le fait dans un ensemble cohérent connu. C'est une démonstration de l'efficacité de la méthode naturaliste telle qu'il l'a pratiquée. Le second point est la conséquence du premier : avec les outils nouveaux dont nous disposons désormais, il faut que d'autres continuent sur sa lancée, avec la même rigueur et la même ouverture... C'est ce que nous allons tenter de montrer dans les pages qui suivent.

Modelé et déformations : une vie tellurique s’éveillerait-elle au Sahara occidental ?

11La “dévorante curiosité” de Théodore Monod envers la découverte nous a offert, au fil des ans, d'un désert à l'autre, des plus anciens à factuel, bien des clés pour comprendre et aimer ce monde dur, infini et terriblement séducteur. Il y va de la survie des êtres qui y vivent, comme aussi des manières variées qu'a le sable de former des dunes, ou encore les différentes roches de s'y révéler.

12Les formes du Sahara d’aujourd'hui sont parfois toutes fraîches, mais plus souvent héritées de déserts anciens, en particulier de ceux qui se sont succédé depuis un million d'années, encadrés de périodes de pluies fines ou d'orages tropicaux (3, 10). Les mers de sable, les dunes, l'ondoiement de leurs crêtes orangées, les creux de leurs flancs qui s'ombrent de mauve : c'est la première image qui s'impose a qui rêve du Sahara. La grande machine du vent a vanné les terrains alentours, ceux des hauts plateaux maghrébins par exemple, emporté les particules fines au loin, vers nos pays d'Europe ou l'océan Atlantique. Elle a traîné et entassé le “résidu lourd”, le sable, dans les creux ou sur certaines plaines abritées, en dunes mouvantes qui lentement progressent (de 1 à 10 mètres par an) vers le sud-ouest. Elle balaie les grands regs nus, sculpte les roches et évide des cuvettes dans les terrains tendres.

13L'eau est l'autre agent majeur du relief saharien. Ses modes d'action ont été bien décrits par les géographes. Le relief contrasté, en plateaux ou en gour circonscrits de falaises, elles-mêmes entaillées de gorges et dominant des glacis, caractérise le climat où il s'est formé (probablement au Néogène). Un climat tropical sec se caractérise par des pluies violentes, donnant des écoulements torrentiels éphémères et qui transportent une importante charge solide, suivies de périodes sèches où les sédiments comblent les chenaux et où se fixent en surface les croûtes et les patines. Enfin, lorsque le vent s'en mêle, des dunes viennent obstruer des vallées entières, comme celle de l'oued Ilafegh (fig. 2, voir aussi fig. 6) à la frontière Algérie-Mali.

14Les principaux systèmes de cours d'eau apparaissent assez clairement, venant des montagnes de l'Ahaggar (oued Mya) ou de l'Atlas saharien (oueds Namous, Saoura, Daoura, Dra). Par contre, on en restait jusqu'ici aux spéculations pour tout le centre du Sahara occidental : les cartes ne peuvent figurer que ce que l'on voit au sol, c'est-à-dire de courts segments d'oueds, de quelques kilomètres ou dizaines de kilomètres ; les pentes y sont imperceptibles à l'œil nu, les lits parfois à peine marqués, comme c'est le cas dans la moitié nord du Tanezrouft (Chorowicz & Fabre, 1997). De plus le pays est peu fréquenté et très ensablé.

15Mais il est un troisième agent pour façonner le paysage et c'est à lui que nous allons nous attacher. Celui-ci gît dans les profondeurs et commence à nous être accessible depuis que nous pouvons utiliser facilement les données de la géochimie isotopique pour les datations, de la géophysique pour les structures profondes et de l'imagerie spatiale : une panoplie nouvelle avec laquelle jouer ! Cet agent s'exprime surtout dans les parties de la croûte terrestre dites mobiles et dont la consolidation (relative) est jeune, du moins pour le géologue : quelques dizaines ou centaines de millions d'années.

FIG. 2 – Le Sahara occidental sur le craton ouest-africain, formé vers 2 milliards d'années et séparé, par une suture mal cicatrisée, du domaine panafricain dont les dernières chaînes de montagnes datent de 600 millions d'années seulement. Les deux domaines ont été cisaillés bien plus tard, au cours du Secondaire, par des fractures nord-est à est-ouest surtout, lorsque l'Afrique s'est séparée de l'Amérique du Nord, puis lorsqu'elle a tourné dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, pour réduire la Méditerranée et former les chaînes alpines. En tirets : les failles d'âge Secondaire. En traits pleins : les failles récentes (fin du Tertiaire et Quaternaire). Croix : socle métamorphique précambrien. Ligne de gros points : limite du craton ouest-africain. En blanc : les terrains sédimentaires postérieurs. EB : El Beyyed, G : Ghallaouiya, BJ : Bou Jertala.

16Les grandioses montagnes de l'Atlas situées en marge du désert, ou celles de l'Ahaggar et du Tibesti ainsi que leurs volcans sont célèbres. Le Sahara occidental, l'Adrar mauritanien mis à part, est plat : une grande partie de sa surface se trouve entre 300 et 400 mètres d'altitude. Il apparaît comme un grand morceau de continent, figé depuis deux milliards d'années, disent les géologues. Leur diagnostic : l'ouest africain est un craton, un grand panneau de plaque lithosphérique, froid et qui a atteint son équilibre, donc mort.

17Or, après y avoir cru et l'avoir enseigné, nous nous rendons compte que ce n'est pas tout à fait vrai. Le tremblement de terre de Tombouctou, en 1912, aurait dû pourtant mettre la puce à l'oreille des géologues. En 1961, Théodore Monod a avancé l'idée hérétique que les feux follets des Daounas et les roches fondues qui les accompagnaient pouvaient avoir une origine volcanique (9). Très longtemps considérée comme le fruit de l'imagination farfelue d'un “géologue amateur”, cette hypothèse vient de recevoir un début de confirmation (El Abbas et al., 1993). Quelques géologues, comme Karpoff (1989) avaient bien signalé, sur sa marge orientale, des déformations récentes. D'autres avaient décrit des fossés d'âge Secondaire tandis que des géophysiciens notaient des anomalies de la gravité (Lesquer & Moussine-Pouchkine, 1980). Ces phénomènes, cependant, se trouvaient tous au voisinage du fleuve Niger ; le centre du craton (Taoudenni) paraissait indemne. Puis deux types de données, sans rapport entre elles, sont discrètement apparus :

  • une anomalie du flux de chaleur venu des profondeurs de la Terre a été décelée par une équipe de géophysiciens montpelliérains qui avait entrepris l'étude des températures au fond de sondages pétroliers et miniers dans le Sahara algérien ; cette anomalie s'étendrait, dans le Nord du Sahara, d'ouest en est, de l'Atlantique (?) à la frontière libyenne (Lesquer et al., 1991, Lesquer & Vasseur, 1992) ;
  • des failles vivantes au cœur du craton (Fabre et al., 1989) ainsi que des dépressions et des bombements d'âge Quaternaire, ou au plus Néogène.

Les failles

18Un trait blanc, rectiligne, traverse en oblique une pente couverte de débris patinés de noir : nous sommes dans les monts d'Ougarta (P. Riffault, observation inédite), ou dans les Eglab au sud du Kahal Morrat (Sahara algérien occidental), ou encore au nord-ouest et au sud-ouest du dôme des Richat, en Mauritanie. De loin on prend ces traits pour des pistes de caravanes ou de prospection minière. En fait il n'en est rien. Pas trace de piste au pied de cet abrupt tout frais de deux mètres de haut au nord-ouest des Richat. C'est bien là une faille récente qui affecte la nappe d'éboulis et son substrat rocheux et a joué après que la patine ferrugineuse a enduit les roches. Or, cette patine est anté-Holocène et postérieure à la formation de l'éboulis, lui-même dû à une érosion vive sous climat tropical sec ou subaride ; on peut donc estimer cette nappe d'éboulis patinés d'âge Pléistocène supérieur, c'est-à-dire entre 100 000 (?) et 20 000 ans BP (before present, par convention, avant 1950). Le jeu de cette faille est donc postérieur, il date de moins de 20 000 ans BP, ce qui correspond au Pléistocène terminal ou à l’Holocène. Dans tous les cas que nous avons pu étudier, ces failles ont une direction nord-est (Ougarta, Eglab) à est-ouest (Richat NW, Taoudenni) ou subméridienne (Richat SW).

19Toujours en Mauritanie, à une centaine de kilomètres des Richat, dans la région de Ghallaouiya, l'oued de Sani, que Théodore Monod, ses chameaux et ses compagnons descendaient le 31 décembre 1993, incise le bord du plateau gréseux sur plusieurs kilomètres. Vers l'aval, sur sa rive gauche, à une dizaine de mètres de son lit, la terrasse au pied du versant est tronquée par un abrupt de plusieurs mètres, très frais lui aussi, et qui n'a pas été affouillé par l'oued. C'est une faille qui l'a créé. Vers l'amont la faille a découpé les grès de la rive droite en marches d'escalier que ne jonche aucun débris. A l'amont de la gorge, elle se continue sur le plateau par une ligne claire, rectiligne, qui s'allonge vers le nord-est sur plusieurs kilomètres. La fraîcheur de l'entaille de l'aval, comme celle de la petite falaise de l'amont, montre que l'une et l'autre sont postérieures à la dernière phase d'activité permanente de l'oued, c'est-à-dire à la dernière phase humide, bien datée au Sahara occidental de 10 000 à 4 000 ans BP.

FIG. 3A – Les mini fossés récents de la cuvette de Taoudenni (nord Mali).
d : dykes de dolérite (200 millions d'années). Les fractures par où sont montées ces roches magmatiques ont rejoué récemment par places. Site 1 : rejet de 2 à 3 mètres d’une faille jadis injectée par un dyke, et abaissant le compartiment sud. Sites 2 et 3 : fossés de 1 à 2 mètres de profondeur moyenne. Site 4 : falaise de plusieurs dizaines de mètres d'où sont tombés des blocs dans les sédiments lacustres encore mous, à Melanoides, de l'Holocène. D'après cartes IGN, photographies aériennes et observations sur le terrain. En tiretés : oueds morts. En pointillé : limites de la Sebkhet d'Agorgott où sont encore exploitées plusieurs couches de sel datées de 6 640 et 5 650 ans BP (Holocène, Petit-Maire & Riser, 1983).

FIG. 3B – Fossé récent de Bou Jertala (Mauritanie).
Au centre du massif, des dépressions fermées aux bords abrupts s'alignent dans la même direction. Les puits de Bou Jertala, à la limite d'une zone ensablée, paraissent se trouver sur une zone de failles parallèle à la première. L'eau des puits contient une très forte teneur en nitrates qui ne peuvent venir que du socle sous-jacent. En pointillé : cordons de dunes d'âge Quaternaire ancien, surmontés de cordons récents. d : dyke de dolérite. L'image radar suggère un système de fractures comparable au nord. Croquis établi d'après observations sur le terrain et image radar ERS1 390 traitée au laboratoire Chorowicz par Ch. Chalah (Université Paris 6).

20Une autre faille récente d'âge comparable (postérieure à l'humide Holocène) a été reconnue bien par hasard (fig. 3A, site no 1). Au cours d'une mission sur les traces de Théodore Monod, dirigée par N. Petit-Maire pour étudier les paléolacs de la région de Taoudenni, nous remontions un oued mort, mes collègues Carbonel, Oxnevad, Riser et moi, à la recherche du rivage du lac des salines où il se jetait autrefois. Ô surprise ! Une petite falaise de 2 à 3 mètres de haut vient nous barrer la route... et l'oued continue en amont, encombré de témoins de grès tendres et d'argile rouge. Or, aucun déblai ne s'est accumulé au pied de la falaise.

21C'est donc qu'elle s’est formée après la dernière crue importante, c'est-à-dire depuis moins de 4000 ans. Cette faille récente, qui correspond au rejeu d’une fracture plus ancienne, est orientée est-nord-est elle aussi (Fabre et al, 1989).

22Alertés par cet accident, nous en avons retrouvé d'autres dans le même secteur. Le plus spectaculaire (site no 4) a provoqué la formation d'une falaise, au-dessus d'un lac Holocène. Des blocs provenant de sa lèvre supérieure sont venus s'enfoncer dans des travertins à Melanoides tuberculata, bien caractéristiques des lacs de cette période dans la région. Le dernier rejeu de cette faille est donc bien Holocène. Elle n'est pas seule : au nord, sur le plateau calcaire, deux petits fossés (sites no 2 et 3), larges de 200 à 500 mètres et profonds de 1 mètre ou plus, s'allongent sur plusieurs kilomètres. Leurs berges sont ébouleuses mais encore bien visibles. Une partie seulement est parcourue par un petit oued. Sur la lèvre sud du fossé méridional, le Guelb Haïno supporte une relique perchée d'un dépôt sulfaté tendre apparemment Quaternaire.

23Sur la fin de notre méharée de 1993-94 (17) nous avons observé un autre fossé, à la même latitude, mais 700 kilomètres à l'ouest, en Mauritanie, dans la région de Bon Jertala (fig. 3B). On ne peut ici encore l'attribuer à un creusement par les eaux. Son origine tectonique est confirmée par le système de fractures qui affectent les grès des berges, serrées près du fossé, et plus distantes au-delà, et sa formation récente attestée par la fraîcheur de ses berges et l'absence de comblement par des sédiments quaternaires ou plus anciens. 180 kilomètres à l'ouest, en approchant des puits d'El Beyyed, nous nous sommes faufilés, avec nos chameaux, dans une autre brèche, de direction comparable et qui pourrait avoir une origine analogue. La limite si nette entre les plateaux gréseux au sud et la dépression de la Makteir au nord aurait été rajeunie.

24Enfin un fossé comparable par ses dimensions et sa direction apparaît sur une image satellite LANDSAT-TM dans le nord du Tanezrouft, au sud de Reggan. Une croûte blanche, probablement gypseuse, le souligne. Long de plus de 5 kilomètres, large de 100 mètres au moins, il fait partie d'un ensemble de fractures et de dépressions de même direction, bien visibles sur l'image et très probablement récent. Ces fossés donnent une indication précieuse sur le champ de contraintes à l'intérieur du craton : une distension nord-sud et surtout nord-ouest sud-est qui a créé ces failles et ouvert ces fossés. La plupart des accidents sont situés dans une zone qui s'étendrait sur le nord du Sahara, de la Mauritanie à la frontière algéro-libyenne, et dont la dorsale Reguibat (fig.2), formée de roches cristallines anciennes, serait une intumescence, flanquée par les dépressions de l'Erg Chech, d'Adrar et de Reggan-Sebkha Meqerghane.

25Des déformations récentes se produisent aussi dans le Domaine panafricain : la faille d'Amguid, méridienne, dans le nord de l'Ahaggar, en est un bon exemple (Conrad, 1969). On en connaît aussi sur la suture, à la limite orientale de notre craton ouest-africain, vers le méridien zéro. Nous n'avons pas pu les observer directement, mais sur une image satellite (LANDSAT-TM) traitée par le professeur Hervouet, de Pau. Là, tous les petits oueds qui descendent des affleurements précambriens du Bled El Mass dessinent une baïonnette à la traversée d'une faille de direction nord-ouest et qui sépare le Précambrien du Primaire. Cette faille, récente elle aussi, a joué, comme celle d’Amguid, en décrochement. On est là dans un autre type de déformation, non plus en distension mais en compression.

Le réseau hydrographique

26Le réseau hydrographique, à demi fossilisé, peut, dans notre région parfaitement dénudée, donner de précieuses indications sur deux autres types de déformations récentes. Nous savons en effet qu'il y a quelques milliers d'années (entre 8000 ans et 2000 ans avant notre ère) le pays était couvert de marais et de lacs et que les cours d'eau devaient être permanents ou presque.

27Nous les observons sur le terrain ; nous les retrouvons, à l'échelle du kilomètre sur les photographies aériennes et de plusieurs dizaines de kilomètres sur les images satellite. Ces données sont complétées par les mesures d'altitude des topographes de l'Institut Géographique National ou des missions géophysiques (CNRS, SONATRACH, ORSTOM). Un certain nombre de ces données ont été introduites dans la DEM (Digital Elevation Map). Nous avons eu la chance que le professeur F. Guillot, de Lille, veuille bien traiter la zone qui nous intéresse. De quoi faire réfléchir... et rêver.

28Les oueds, en zone hyperaride, ce qui est notre cas, sont souvent encombrés par les dunes des sables qu'ils ont contribué à produire ou à accumuler. Les cartes topographiques publiées offrent une représentation objective de ce que l'on peut voir et toucher au sol. L'image satellite dans le visible permet déjà des extrapolations, d'un segment à l'autre, par-delà les cordons dunaires : le canal dans le proche infrarouge, si l'on a bien choisi la date de prise de vues enregistre les plaques de végétation temporaires nées d'une pluie, et donc l'humidité qui persiste dans les alluvions. L'image radar permet de détecter, sous un voile de sable ou d'alluvions fines pas trop épais, des chenaux aujourd'hui fossilisés ou les grandes structures des roches sous-jacentes. Enfin la DEM, en offrant une image globale des zones hautes et basses, suggère l'origine, la forme et la répartition du réseau hydrographique régional et des dépressions dans lesquelles il aboutit.

29L'oued Saoura-Messaoud, long de près de 800 kilomètres, s'allonge vers la limite entre le Grand Erg occidental et les monts d'Ougarta. Né au Maroc (oued Guir) et en Algérie (oued Zousfana), il peut, dans les plus fortes crues, débiter plus de 3600 m3/s (plus de deux fois le Rhône) et va alors se perdre dans la sebkha d'Adrar-Reggan. Près de Kerzaz, il coule sur un plateau qui domine d'une quarantaine de mètres une longue dépression dont il est séparé par une double crête de grès. Il se jette dans cette dépression en période de crues normales après le défilé du Foum El Kheneg. L'existence d'une faille importante ancienne à peu près parallèle à son cours majeur est attestée par les déformations des couches du Primaire. Par contre, son rejeu récent, reconnu sur le terrain par R. Caby (communication orale), est bien apparu sur l'image satellite LANDSAT-TM 197/40, complétée par l'image SPOT 47/293.

FIG. 4 – Le cours de la Saoura en aval de Kerzaz (Algérie) : la capture (?) du Foum El Kheneg et ses anciens cours. En pointillé : les cordons de dunes. La Saoura, en trait plein — qui porte au sud le nom d'oued Messaoud-oued Tseibat —, coule en aval de Kerzaz en bordure du Grand Erg occidental, à une quarantaine de mètres au-dessus de la Sebkhet El Melah dont elle est séparée par de vigoureuses crêtes de grès du Primaire. Au Foum El Kheneg, elle descend rapidement sur les roches métamorphiques du socle Précambrien qui constitue le plancher de la Sebkhet. Là, elle reflue en période de crues normales vers la Sebkhet. Lors des crues exceptionnelles, elle bouscule les dunes qui obstruent son lit et va divaguer à l'aval au milieu de terrains récents. En tirets : les chenaux fossiles du Quaternaire ancien, aujourd'hui en relief sur la Hamada Chammar. En tirets doubles : un autre ancien cours de la Saoura, mais en creux, et donc probablement plus jeune, découvert par Y. Hervouet (Pau) en analysant l'image LANDSAT TM 197/40. Cet ancien cours allait alimenter peut-être les oasis du Gourara, à l'Est. En chiffres, quelques altitudes significatives dans le lit de l'oued, sur le plancher de la Sebkhet, etc., d'après les cartes IGN. Croquis établi d'après les images LANDSAT TM 197/40 et SPOT 47/293 traitées dans les laboratoires de J. Chorowicz (Paris 6) & Y. Hervouet (Pau).

30Aujourd'hui l'oued, lors des crues exceptionnelles, après avoir franchi le barrage de dunes qui en temps normal l'envoie dans la Sebkhet El Melah, divague en méandres dans une large plaine avant d'atteindre le chapelet de dépressions qui se succèdent, d'Adrar, Reggan, le Bled El Mass, jusqu'à la Sebkha Meqerghane (fond à 140 mètres d'altitude). Mais ce tracé est récent : on voit nettement sur l'image SPOT que l'ancien cours continuait sur le plateau, à l'est de la Sebkhet El Melah. Il s'y divisait en un certain nombre de bras, de chenaux aujourd'hui en relief à la surface de la Hamada Chammar. G. Conrad (1969) attribue ces paléochenaux au Plio-Villafranchien, c'est-à-dire au Quaternaire ancien. Leur étude sur place nous a montré l'identité des sédiments au cœur de ces “cordons” avec les tout premiers sédiments quaternaires conservés dans un creux du Bled El Mass, et bien étudiés par nos collègues russes qui y cherchaient des placers. Un autre cours a été découvert par Y. Hervouet en examinant l’image LANDSAT TM 197/40. Aujourd'hui barré de plusieurs cordons de dunes, il passait à l'est en direction des oasis du Gourara. Encore marqué en creux dans quelques segments il serait, dans le temps, intermédiaire entre l’actuel et les anciens cordons. Les changements de cours, la capture (?) sont donc d'âge Quaternaire. L'ampleur du jeu de cette faille s'amortit du nord-ouest au sud-est. Partant de ces observations, on doit donc admettre l'existence de mouvements récents dans un craton ouest-africain considéré jusqu'ici comme stable. Cela étant admis, on pouvait se demander si ces jeux verticaux de failles pouvaient être en rapport avec des surrections ou des subsidences d'amplitude régionale. Ceci impliquait une analyse des altitudes relatives de différents secteurs.

Bombements et cuvettes

FIG. 5 – Bombements et dépressions (en noir) au Sahara occidental entre l'Ahaggar à l'est et l'Adrar mauritanien à l'ouest. Ce schéma qui synthétise les données DEM traitées par F. Guillot (Lille) montre l'orientation de ces dépressions suivant deux directions, nord-est et nord-ouest ; ces directions sont celles des grandes failles d'âge Secondaire, demeurées zones de faiblesse dans la croûte terrestre. Il permet de comprendre la logique des fragments d'oueds figurant sur les cartes.

Les bombements

31Les Eglab, les “cœurs” en arabe, sont un ensemble de collines sculptées dans le vieux socle précambrien de la dorsale Reguibat (fig. 2) âgé de deux milliards d’années. Cette zone haute est entourée par le plateau de la Hamada de Tindoul au nord, les dépressions de Taoudenni au sud, les dunes de l'Erg Chech à l'est, celles de l'erg Iguidi à l'ouest. Les collines culminent vers 680 mètres alors que l'altitude moyenne des plaines environnantes est aux alentours de 300 mètres. Le géologue qui étudie ces terrains très anciens est surpris par la fraîcheur de certaines roches habituellement fort altérables, comme les gabbros, alors que dans un relief jeune comme l'Ahaggar, les roches du socle sont altérées sur plusieurs mètres ou dizaines de mètres sous la surface actuelle. Tout se passe comme si les collines des Eglab avaient été décapées de leur couverture altérée par une érosion qui ne peut être que postérieure au dépôt des terrains d'âge Tertiaire qui les environnent. Un tel décapage, ajouté à la différence d'altitude, suppose une surélévation des Eglab de 400 à 450 mètres environ par rapport aux plaines environnantes, à la fin du Tertiaire et au Quaternaire.

FIG. 6 – Schéma du réseau hydrographique dans le sud Tanezrouft d’après les images LANDSAT 196/44 et 197/44. Altitudes d'après IGN et mission géophysique Rechenmann (CNRS, ORSTOM, SONATRACH, 1973). L'oued Tamanrasset descendu des hauts massifs de l'Ahaggar et bien alimenté dans les périodes humides par les pluies de mousson se perdait-il dans la dépression de Charebba, ou ses eaux empruntaient-elles le large cours de l'oued Djouf vers le nord-ouest ? L'un et l'autre ont pu communiquer dans la région de Tagnout avec le cours aval de l'oued Ilafegh qui a dû alimenter le Niger et les lacs de la région de Tombouctou.

Le bombement du Djouf

32L'oued Djouf (ou tout au moins sa partie médiane) traverse sur près de 300 kilomètres l'ouest du Tanezrouft. Il creuse dans les quartzites de la surface du plateau un lit large de près de 1 kilomètre, du sud-est au nord-ouest. Les mesures d'altitude faites dans le lit de l'oued, par l’IGN ou les topographes de missions de gravimétrie, montrent que les deux extrémités se trouvent vers 300 mètres alors que vers le milieu de son cours l'altitude est de 30 mètres supérieure. Or la reconnaissance au sol comme l'analyse d'images satellites LANDSAT TM suggèrent qu’à la dernière crue cet oued coulait de bout en bout. La dernière période humide locale est d'âge Holocène, car la datation du travertin d'un oued voisin a donné 7 280 ans BP (Petit-Maire et al, 1990). Le point haut repéré se trouve sur le passage d'une double faille bien reconnaissable sur images LANDSAT TM, et connue aussi en profondeur par la géophysique. Un bombement s'est donc produit là, interrompant le cours de l'oued à l'Holocène.

Le bombement de Tagnout

33Deux grands oueds convergent au sud-ouest du Tanezrouft : le Tamanrasset et le Djouf. Le premier vient de l'est et draine une grande partie de la lace occidentale du Hoggar, celle qui reçoit les vents de mousson ; le second, nord-ouest sud-est paraît avoir été, à certaines périodes, la partie aval du premier (Chorowicz & Fabre, 1997). Tous deux alimentaient à la dernière période humide la dépression de Charebba. Or, dans cette dépression, il y a eu non point un lac salé, une machine évaporatoire comme à Taoudenni, mais un lac d'eau douce où vivaient des mollusques. Ce lac avait donc un exutoire, au moins souterrain.

34La cuvette de Charebba est aujourd'hui limitée au sud par une petite croupe calcaire de 20 à 30 mètres de haut qui la sépare des zones basses de Tagnout et de l'erg In Sakhane. Cette dernière zone paraît, sur images satellites LANDSAT-TM et surtout Radar ERS, la suite aval du grand oued Ilafegh qui descend de l'Adrar des Iforas et a pu se jeter autrefois dans le Niger vers Tombouctou. Un bombement de direction et d'amplitude semblables à celui qui interrompt l'oued Djouf se serait-il formé là, depuis la dernière période de grande activité de ces oueds ?

Les cuvettes

35Nous n'avons pas étudié dans cette optique la Hamada de Tindouf mais seulement les dépressions qui s'étendent au sud de la Dorsale Reguibat et son bombement des Eglab. La dépression de Taoudenni est la plus connue car ses salines sont exploitées depuis bien des siècles. Le plancher de calcaires se trouve vers 125 mètres. Nous l'avions autrefois interprétée comme due uniquement à l’érosion éolienne (Fabre & Mainguet, 1984), car elle n'a pas d'exutoire de surface vers la mer ou le Niger qui, à Tombouctou, coule à une altitude de 260 mètres, soit 130 mètres plus haut. Certes le rôle du vent est flagrant : dans le paléolac de Haïdjaj, près de Taoudenni, il a enlevé en moins de 4000 ans 4 à 6 mètres d’épaisseur de farine calcaire et argileuse, peu consolidée il est vrai, et quelques décimètres d'argilite rouge sous-jacente sur 5 à 6 km2

36.La découverte citée plus haut de failles récentes oblige cependant à réviser ce point de vue. De fait, on observe dans ce relief en creux l'emboîtement de plusieurs surfaces d'érosion : la plus ancienne, d'âge Crétacé (environ 100 millions d'années) vers 300 mètres d'altitude, la seconde, tertiaire, en contrebas vers 270 mètres, et au moins deux surfaces quaternaires vers 220-240 mètres et 130-140 mètres. Si l’importance de l'ablation éolienne dans le remplissage argileux d'âge Primaire qui surmonte les calcaires est indiscutable, il est difficile d'admettre que cette dépression ait été creusée seulement par les eaux ou le vent. On est amené à envisager un facteur tectonique. Le gauchissement de la dalle Khnachich qui borde le Tanezrouft à l'ouest et domine la vaste zone déprimée de Fersiga (fig. 5) est aussi une preuve de tectonique récente. Cette tectonique, postérieure à la croûte siliceuse qui cuirasse le bord du plateau au sud de la cuvette de Taoudenni et à l'est de celle de Fersiga, est au plus d'âge Néogène (moins de 23 millions d'années).

37Comme celle de Taoudenni, cette dernière dépression s'abaisse au-dessous de 200 mètres d'altitude et ne peut être creusée seulement par les eaux ou le vent. Elle aussi est cloisonnée par des dykes de dolérite qui ont déterminé, pendant la dernière période humide, la formation de nombreux petits lacs tapissés de travertins à Melanoides tuberculata d'âge Holocène. Nous n'y avons pas trouvé de dépôts quaternaires plus anciens. Les longues dunes aiguës de l'Aouker sont en train de les ensabler. Cette subsidence de la dépression de Fersiga est responsable du changement de cours de l’oued Djouf, à l'extrémité septentrionale de son cours : de nord-ouest sur le plateau du Tanezrouft (fig. 6), il s'encaisse et lait un coude brusque vers le sud-ouest, avant de s'étaler à nouveau en méandres.

38Aux dépressions que nous venons de décrire il faudrait en ajouter trois que nous n'avons pu encore étudier : celle du Gsaïb Ounane, au sud-ouest de Taoudenni, celle de Bir El Deheb au cœur de l'Erg Chech, où Conrad (1969) signale des dépôts lacustres quaternaires ou plio-quaternaires, et celle de Reggan-Sebkha Meqerghane, située sur la zone de suture panafricaine et en domaine panafricain. Celle-ci s'abaisse jusqu'à 140 mètres. Les plus anciens sédiments quaternaires y dateraient, selon Causse et al. (1988) d’environ 92 000 ans BP. Ces dépressions s'alignent sur une direction nord-est (fig. 5).

39On pourrait en ajouter deux autres, de même direction, qui n'apparaissent pas, faute de données, sur la DEM, mais que nos traversées avec Th. Monod et B. Lamarche ont mises en évidence : deux larges gouttières vers où convergent les oueds et qui ont contenu des lacs à deux ou trois reprises au Quaternaire. La première, dans le nord de la Majâbat al-Koubrâ, est évoquée par Théodore Monod (16, page 66). Nous avions suivi ensemble le bord marécageux de ce “Tchad occidental”, complétant ainsi les observations de sa méharée de 1964. L'autre dépression se trouverait sous la Makteir.

Causes et conclusions

40Relaisons, comme ce fut notre cas mais en sens inverse, la première grande traversée “au long cours” de Théodore Monod, celle du Tanezrouft, en compagnie du lieutenant Brandstetter : 600 kilomètres sans puits, d'In Dagouber à Ouallen, qu'il nous conte dans Méharées (1937). Nous partons de Ouallen (ou des environs de la Balise 250, sur la grande piste méridienne d'Algérie au Mali, de Béchar à Gao), c'est-à-dire, pour le géologue, de la suture encore mobile, comme nous l'a montré R. Caby (communication orale), vers le centre du craton, stable. Sur des centaines de kilomètres, on ne voit rien, ou presque : un reg doux, monotone, semé de petits cailloux ronds ; quelques dunes isolées, quelques minibuttes blanches au Sud, de vagues dépressions. Pas une herbe parfois ; quelques oiseaux perdus. Nous sommes en voilure, certes, mais Théodore Monod, à pied, n'y a rien trouvé non plus, sauf une météorite (le veinard !). Il a fallu l'image satellite pour réaliser qu'il était couvert d'un réseau d'oueds, “en tresse”, à peine esquissé il est vrai, et ensablé.

41Puis des blocs de grès sortent du sable, deux ou trois oueds se creusent et soudain, on est sur le bord de la table. C'est le Khnachich, le chanfrein : sur le talus, au pied de la petite falaise, s'allongent des langues de sable. À nos pieds, à perte de vue, un fond mou, jaune et rose, hérissé de murs, de tables et de chicots noirs et rouges : un paysage minéral. On s'imagine sur l'une de nos planètes soeurs mortes. La vie, notre vie, n'est plus qu'un souvenir, balayée, supprimée par le soleil, le gel, le vent qui poudre les regs, sculpte les roches, entasse du sable, enlève tout ce qui peut voler pour l'emporter au loin. Vastes comme l'horizon, de vagues croupes se bombent, des ventres se creusent. Nous avons vu plus haut que les formes de cette terre nue, ces abrupts témoignent d'une autre vie, interne, minérale. Sous la pellicule grouillante de la biosphère de nos pays, elle passerait inaperçue du voyageur distrait. Ici, elle s'exprime discrètement alors qu'on nous dit ce pays figé.

FIG. 7 – Son marteau de géologue à la main, Théodore Monod observe une roche qu'il vient de ramasser. Il conserve dans des tubes de toile tous les échantillons qu’il numérote au fur et à mesure des récoltes. Au retour au laboratoire, les roches sont analysées et permettent de connaître la nature géologique des terrains traversés.

42Alors pourquoi maintenant ces failles, ces oueds qui changent de lit, ces événements que des hommes ont ressenti ? Nous ne savons pas. Mais on peut bien sûr imaginer, proposer des interprétations. La plaque Afrique se déplace lentement vers le nord. En son sein, des tensions se créent et des fractures anciennes mal cicatrisées rejouent, en réponse à la collision qui forma la chaîne alpine au Tertiaire et se poursuit encore aujourd'hui. Une augmentation du flux de chaleur venu des zones profondes de notre planète et qui affecte le nord du Sahara pourrait bien être aussi l'un des facteurs responsables du bombement des Eglab. On s'explique par contre moins bien comment il se fait que la vaste dépression de la Sebkha Meqerghane soit située juste au-dessus de la partie la plus active de l'anomalie. Une chose seule est sûre : le craton ouest-africain n'est pas mort ; il vit, imperceptiblement. Les outils d'aujourd'hui, images satellite dans le visible ou en Radar, ou techniques de plus en plus fines dans les laboratoires, sont maintenant entre les mains des chercheurs des nouvelles générations qui apprendront à les combiner entre elles et à les tester à l'expérience du terrain.

43Du point de vue des méthodes, les images satellite révèlent la cohérence des observations ponctuelles au sol. Elles suscitent hypothèses et synthèses. Mais elles impliquent un contrôle en retour sur le terrain : c'est là seulement, et non dans un raisonnement, si subtil ou rigoureux soit-il, que se trouvent les contraintes indispensables, qu'il s'agisse de vérifier une hypothèse, de l'enrichir, ou d'affiner l'usage d'un outil, comme le radar. On est donc loin de délaisser l'approche du naturaliste qui observe, comme paraissent le souhaiter d'aucuns, dévots du laboratoire en pantoufles. Les voyages sur la Lune nous ont bien montré pourtant combien la récolte directe d'échantillons par un homme qualifié et passionné était irremplaçable. Il en est de même au Sahara pour la récolte de fossiles ou de sables en vue de mesures de paléotempératures ou de radiochronologie, pour les relevés à quatre pattes permettant ensuite la stratigraphie fine de buttes d'argile ou de couches de sel qui nous montrent les modes de sédimentation et suggèrent des cycles climatiques à l’échelle humaine, ou encore pour l'analyse et la datation de rejeux de failles.

44Car c'est bien ce qui fait l'intérêt particulier des recherches sur la période récente. Non seulement elle est exceptionnelle par la coïncidence de l'apparition d'Homo et (dans l'hémisphère nord) d'une période glaciaire à phases multiples telle que l'on n'en avait pas vu depuis 250 millions d'années ; mais de plus le premier venu, tant soit peu amoureux du désert, peut imaginer les paysages passés, au moins ceux des derniers temps : ceux qu'ont connus les précurseurs des grands nomades d'aujourd'hui. Et quand on écoute ces derniers raconter leurs raids, du Tablait à Tombouctou, ou de Gao à Rhat (Libye), leur démarche n'est guère différente de celle du naturaliste, le marteau ou la loupe en main, son GPS, sa carte, puis l'image satellite sur l'écran. Ils se repèrent à des détails : la corne d'une dune, la forme d'une tour ou d'une falaise, un alignement de collines ou la qualité d'un sable ! Et ils intègrent ces repères de détail à des ensembles beaucoup plus vastes de plaines sablonneuses ou salées, de plateaux rocailleux, de larges oueds ponctués de points d'eau. Pour compter le temps, nomades et naturalistes prennent comme bornes les événements remarquables : une crue exceptionnelle, un changement de cours ou de climat, etc. Chasseurs du Paléolithique, artisans, pêcheurs, éleveurs ou chasseurs du Néolithique, nomades, ksouriens, naturalistes modernes : c'est le même jardin, façonné par l’eau, le vent, la tectonique actuelle, qu'ils cherchent à comprendre, et à apprivoiser.

Bibliographie

Références

Black R. 1966. Sur l’existence d'une orogénie riphéenne en Afrique occidentale. C. R. Acad. Sci. Paris, 262 : 1046-1049.

Black R. 1967. Sur l'ordonnance des chaînes métamorphiques en Afrique occidentale. Chron. Mines, 364 : 225-238.

Black R., Caby R., Moussine-Pouchkine A., Bayer R., Bertrand J.M., Boullier A.M., Fabre J., Lesquer A. 1979. Evidence for Late Precambrian plate tectonics in West Africa. Nature, 278 (5701) : 223-227.

Caby R. 1983. La chaîne pharusienne dans le nord-ouest de l'Ahaggar (Sahara central, Algérie) ; sa place dans l'orogenèse du Précambrien supérieur en Afrique. Thèse D. Sci. Montpellier (1970). Publ. Direction des Mines et géologie, Alger, Mém. 47 : - 288, 4 cartes h. t.

Causse Ch., Conrad G., Fontes J. Ch., Gasse F., Gibert E., Kassir A. 1988. Le dernier humide Pléistocène du Sahara nord-occidental daterait de 80-100000 ans. C. R. Acad. Sci. Paris, 306, sér. II : 1459-1464.

Chorowicz J., Fabre J. 1997. Mise en évidence par l'imagerie spatiale de réseaux de drainage dans le Tanezrouft (Sahara occidental). Implications sur les déformations intracratoniques récentes. Mém. Serv. Géol. Algérie (sous presse).

Conrad G. 1969. L'évolution continentale post-hercynienne du Sahara algérien (Saoura, Erg Chech-Tanezrouft, Ahnet-Mouydir). éd. CNRS, Paris, Mém. CRZA, Sér. Géologie, 10 : 527 p.

Deynoux M. 1983. Les formations de plate-forme d'âge Précambrien supérieur et Paléozoïque dans l'ouest africain. Corrélation avec les zones mobiles. in : Afrique de l'Ouest - West Africa (Fabre éd.), Pergamon Press : 46-74.

El Abbas T., Person A., Gérard M., Albouy Y., Sauvage M., Sauvage J. F, Bertil D. 1993. Arguments géophysiques et géologiques en faveur de manifestations volcaniques récentes dans la région du lac Faguibine (Mali). C. R. Acad. Sci. Paris, 316 : 1303-1310.

Erhart H. 1973. Itinéraires géochimiques et cycle géologique du silicium. Doin, Paris : 217 p.

Fabre J., Mainguet M. 1984. L'ablation éolienne en climat hyperaride : son rôle dans la genèse de la dépression de Taoudenni (Mali). C. R. Ac. Sci. Paris, 299, sér. II, 13 : 887-892.

Fabre J., Carbonel P., Riser J., Oxnevad I. 1989. Déformations récentes au cœur du craton ouest-africain (Taoudenni, Mali). C. R. Acad. Sci.Paris, 308, II : 1561-1566.

Karpoff R. 1989. PICG 252. Déformations récentes dans la vallée du Niger. Géochronique, 29 : 7-8.

Kennedy W.Q. 1964. The structural differenciation of Africa in the Pan-African (+/-500 my) tectonic episode. Univ. Leeds, Res. Inst. Africa, Geol. 8th ann. report : 48-49.

Lesquer A., Moussine-Pouchkine A. 1980. Les anomalies gravimétriques de la boucle du Niger. Leur signification dans le cadre de l'orogenèse panafricaine. Can. J. Earth Sci. 17 : 1538-1545.

Lesquer A., Villeneuve J.C., Bronner G. 1991. Heat flow data from the western margin of the West African craton (Mauritania). Physics Earth Plan. interiors, 66 : 320-329.

Lesquer A., Vasseur G., 1992. Heat flow constraints on the West African lithosphere structure. Geophys. Res. Lett., 19 (6) : 561-564.

Petit-Maire N., Riser J. (eds). 1983. Sahara ou Sahel ? Quaternaire récent du bassin de Taoudenni (Mali). Mém. CNRS Marseille, 473 p.

Petit-Maire N., Riser J. 1988. Le Sahara à l'Holocène : Mali. CCGM, Paris, 1 carte coul. au 1/1 000 000.

Petit-Maire N. (ed.). 1991. Paléoenvironnements du Sahara. Lacs holocènes à Taoudenni (Mali). Ed. CNRS, Paris, 1 vol. 235 p.

Petit-Maire N., Commelin D., Fabre J., Fontugne M. 1990. First evidence for Holocene rainfall in the Tanezrouft hyper desert and its margins. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 79 : 333-338.

Wooley A.R., Rankin C.A., Elliott C.J., Bishot A.C., Niblett D. 1984. Carbonatites dykes from the Richat dome, Mauritanie, and the genesis of the dome. The Indian Mineralogist : 189-207.

Bibliographie

Principales publications de Théodore Monod portant sur la géologie (liste non exhaustive)

1. Monod Th. 1930. Contribution à la connaissance géographique du Tanezrouft. La Géographie, 54 (3-4) : 154-176.

2. Monod Th. 1931-1932. L'Adrar Ahnet. Contribution à l'étude physique d'un district saharien. Rev. Géog. Phys. Géol. Dyn., Paris, 4 (2) : 107-150 ; 4 (3) : 223-262 ; 5 (3) : 245-297.

3. Monod Th. 1937. Méharées. Explorations au vrai Sahara. Je Sers, Paris, 1 vol. 300 p., 1 carte h. t. Réédition 1989. Actes Sud.

4. Monod Th. 1952. L'Adrar mauritanien (Sahara occidental). Esquisse géologique. Bull. Dir. Mines A.O.F., 15, 2 vol.

5. Monod Th. 1955. Sur l'extension en Mauritanie des grès du Continental Intercalaire (grès du Khnachiche). C. R. Soc. Géol. Fr., Paris, 7 : 142.

6. Monod Th. 1958. Majâbat al-Koubrâ, contribution à l'étude de l'“empty quarter” ouest-saharien. Mém. IFAN, 52 (1) : 407 p., 81 pl. photo.

7. Monod Th. 1961. Majâbat al-Koubrâ (supplément). Bull. IFAN, 23A (3) : 591-637.

8. Monod Th. 1964. Majâbat al-Koubrâ (2e supplément). Bull. IFAN, 26A (4) : 1393-1402.

9. Monod Th., Palausi G. 1961. Sur des manifestations fissurales de lave à néphéline au sud du lac Faguibine (Mali). Bull. IFAN, 23A (2).

10. Monod Th. 1973. Les Déserts. Horizons de France, Paris, 247 p.

11. Monod Th., Pomerol Ch. 1973. Contribution à l'étude de l'accident circulaire des Richat (Adrar, Mauritanie). Sci. de la Terre, Nancy, mém., 28 (1) : 1-186.

12. Monod Th. 1980. Majâbat al-Koubrâ (3e supplément). Bull. IFAN, 42A (1) : 201-209.

13. Monod Th., Durou J.M. 1988. Déserts. AGEP, Marseille, 320 p.

14. Monod Th. 1989. Données nouvelles sur le problème de la météorite géante de Chinguetti (Adrar, Mauritanie). C. R. Acad. Sci. Paris, 309 : 547-552.

15. Monod Th., Zanda B. 1992. Le fer de Dieu. Histoire de la météorite de Chinguetti. Actes Sud, Arles, 137 p.

16. Monod Th. 1996. Majâbat al-Koubrâ. Actes Sud, Arles, 247 p.

Notes de fin

* Fabre, J., 1997. Théodore Monod, géologue saharien : de recherches en découvertes, in : R. Billard & I. Jarry (eds). Hommage à Théodore Monod naturaliste d’exception : 35-54. Muséum national d’Histoire naturelle, Archives. Paris ISBN 2-85653-509-7.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Huitième partie d’un panorama de Glat el Bil dessiné par Théodore Monod lors d'une étude géologique de la région de Foum Hanouk-Glat el Bil (Adrar mauritanien). Extrait de : Bull. IFAN, 24A, 1962.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende FIG. 2 – Le Sahara occidental sur le craton ouest-africain, formé vers 2 milliards d'années et séparé, par une suture mal cicatrisée, du domaine panafricain dont les dernières chaînes de montagnes datent de 600 millions d'années seulement. Les deux domaines ont été cisaillés bien plus tard, au cours du Secondaire, par des fractures nord-est à est-ouest surtout, lorsque l'Afrique s'est séparée de l'Amérique du Nord, puis lorsqu'elle a tourné dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, pour réduire la Méditerranée et former les chaînes alpines. En tirets : les failles d'âge Secondaire. En traits pleins : les failles récentes (fin du Tertiaire et Quaternaire). Croix : socle métamorphique précambrien. Ligne de gros points : limite du craton ouest-africain. En blanc : les terrains sédimentaires postérieurs. EB : El Beyyed, G : Ghallaouiya, BJ : Bou Jertala.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende FIG. 3A – Les mini fossés récents de la cuvette de Taoudenni (nord Mali).d : dykes de dolérite (200 millions d'années). Les fractures par où sont montées ces roches magmatiques ont rejoué récemment par places. Site 1 : rejet de 2 à 3 mètres d’une faille jadis injectée par un dyke, et abaissant le compartiment sud. Sites 2 et 3 : fossés de 1 à 2 mètres de profondeur moyenne. Site 4 : falaise de plusieurs dizaines de mètres d'où sont tombés des blocs dans les sédiments lacustres encore mous, à Melanoides, de l'Holocène. D'après cartes IGN, photographies aériennes et observations sur le terrain. En tiretés : oueds morts. En pointillé : limites de la Sebkhet d'Agorgott où sont encore exploitées plusieurs couches de sel datées de 6 640 et 5 650 ans BP (Holocène, Petit-Maire & Riser, 1983).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 3B – Fossé récent de Bou Jertala (Mauritanie).Au centre du massif, des dépressions fermées aux bords abrupts s'alignent dans la même direction. Les puits de Bou Jertala, à la limite d'une zone ensablée, paraissent se trouver sur une zone de failles parallèle à la première. L'eau des puits contient une très forte teneur en nitrates qui ne peuvent venir que du socle sous-jacent. En pointillé : cordons de dunes d'âge Quaternaire ancien, surmontés de cordons récents. d : dyke de dolérite. L'image radar suggère un système de fractures comparable au nord. Croquis établi d'après observations sur le terrain et image radar ERS1 390 traitée au laboratoire Chorowicz par Ch. Chalah (Université Paris 6).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. 4 – Le cours de la Saoura en aval de Kerzaz (Algérie) : la capture (?) du Foum El Kheneg et ses anciens cours. En pointillé : les cordons de dunes. La Saoura, en trait plein — qui porte au sud le nom d'oued Messaoud-oued Tseibat —, coule en aval de Kerzaz en bordure du Grand Erg occidental, à une quarantaine de mètres au-dessus de la Sebkhet El Melah dont elle est séparée par de vigoureuses crêtes de grès du Primaire. Au Foum El Kheneg, elle descend rapidement sur les roches métamorphiques du socle Précambrien qui constitue le plancher de la Sebkhet. Là, elle reflue en période de crues normales vers la Sebkhet. Lors des crues exceptionnelles, elle bouscule les dunes qui obstruent son lit et va divaguer à l'aval au milieu de terrains récents. En tirets : les chenaux fossiles du Quaternaire ancien, aujourd'hui en relief sur la Hamada Chammar. En tirets doubles : un autre ancien cours de la Saoura, mais en creux, et donc probablement plus jeune, découvert par Y. Hervouet (Pau) en analysant l'image LANDSAT TM 197/40. Cet ancien cours allait alimenter peut-être les oasis du Gourara, à l'Est. En chiffres, quelques altitudes significatives dans le lit de l'oued, sur le plancher de la Sebkhet, etc., d'après les cartes IGN. Croquis établi d'après les images LANDSAT TM 197/40 et SPOT 47/293 traitées dans les laboratoires de J. Chorowicz (Paris 6) & Y. Hervouet (Pau).
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1590/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende FIG. 5 – Bombements et dépressions (en noir) au Sahara occidental entre l'Ahaggar à l'est et l'Adrar mauritanien à l'ouest. Ce schéma qui synthétise les données DEM traitées par F. Guillot (Lille) montre l'orientation de ces dépressions suivant deux directions, nord-est et nord-ouest ; ces directions sont celles des grandes failles d'âge Secondaire, demeurées zones de faiblesse dans la croûte terrestre. Il permet de comprendre la logique des fragments d'oueds figurant sur les cartes.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1590/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 6 – Schéma du réseau hydrographique dans le sud Tanezrouft d’après les images LANDSAT 196/44 et 197/44. Altitudes d'après IGN et mission géophysique Rechenmann (CNRS, ORSTOM, SONATRACH, 1973). L'oued Tamanrasset descendu des hauts massifs de l'Ahaggar et bien alimenté dans les périodes humides par les pluies de mousson se perdait-il dans la dépression de Charebba, ou ses eaux empruntaient-elles le large cours de l'oued Djouf vers le nord-ouest ? L'un et l'autre ont pu communiquer dans la région de Tagnout avec le cours aval de l'oued Ilafegh qui a dû alimenter le Niger et les lacs de la région de Tombouctou.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1590/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende FIG. 7 – Son marteau de géologue à la main, Théodore Monod observe une roche qu'il vient de ramasser. Il conserve dans des tubes de toile tous les échantillons qu’il numérote au fur et à mesure des récoltes. Au retour au laboratoire, les roches sont analysées et permettent de connaître la nature géologique des terrains traversés.
URL http://books.openedition.org/mnhn/docannexe/image/1590/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search