Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception

 | 
Roland Billard
, 
Isabelle Jarry

Préface

Abdou Diouf

Texte intégral

1Que dire de Théodore Monod que l’on n'ait déjà dit d’une ou de l’autre manière ? Mais Monod est comme ces légendes que l’on ne se lasse pas de ressasser et qui, pourtant, à chaque récit, semblent plus captivantes que jamais et résistent ainsi à la puissance érosive de la durée.

2Ce grand savant, dont toute la vie fut, très tôt, tissée du fil de la légende, et qui est devenu lui-même une légende vivante, est né avec le siècle, à Rouen, le 9 avril 1902. Dès l'âge de cinq ans, “le jardin des Plantes faisait partie de son univers familier”, où il se rendait “en toutes saisons”, et dont il connaissait “déjà bien des secrets” (1). Dès lors, rien d’étonnant à ce qu'en 1921, nanti de son diplôme de licencié ès sciences naturelles (zoologie, botanique, géologie), il se retrouvât, à dix-neuf ans, boursier de doctorat au Muséum national d’Histoire naturelle, cette “maison mère”, selon son expression, avec laquelle il maintiendra toujours, à travers et malgré sa riche et exubérante carrière, le lien ombilical. À vingt ans, cet âge où l’on est prêt à toutes les aventures, devenu assistant au Muséum (Pêches et Productions coloniales d’origine animale), il découvre l’Afrique par la Mauritanie et le Sahara au cours d'une mission d'étude consacrée à l'océanographie et à la biologie marine. Monod a expliqué lui-même comment ce voyage, en le disposant à “deviner”, puis à “subir l'attirance” du milieu saharien, allait avoir sur le déroulement de sa carrière scientifique “les plus durables effets” (2). Après des mois passés à Port-Étienne, c'est à l'issue de cette mission qu’il rencontre le Sénégal, dont on peut dire qu'il deviendra l’une des patries de cet infatigable chercheur, aux intérêts intellectuels trop divers pour n'être que l'homme d'une seule terre.

3Entre 1925 et 1926, il sillonne le Cameroun, avant de répondre de nouveau, les années suivantes (1927-1928), à l'appel mystérieux et persistant du Sahara, dans le cadre, cette fois, de la mission Augiéras-Draper de la Société de Géographie, mission qui devait se rendre d'Alger à Dakar et qui travailla du Hoggar au Niger. Il découvre alors, en compagnie de Wladimir Besnard, le squelette fossilisé de l’Homme d’Asselar, dans le Sahara soudanais. C’est encore dans le Sahara qu’il fait son service militaire de 1929 à 1930, comme méhariste au sein de la compagnie saharienne du Tidikelt-Hoggar. De toute évidence, le savant ne dut pas se laisser absorber par des choses exclusivement militaires — quoiqu'on puisse subodorer que le citoyen s'acquitta honnêtement de toutes ses obligations dans ce domaine —, puisqu’il en rapporta un ouvrage de géologie et d'archéologie sur l’Adrar Ahnet, qui parut en 1932. Après un séjour en Europe de 1930 à 1934, il va retrouver une fois de plus la Mauritanie et le Sahara, et bientôt, ses séjours que l'on ne dénombre plus lui permettront, outre les célèbres Méharées, de rapporter des collections en grand nombre et diverses observations scientifiques de très grande qualité.

4En 1936, par l’arrêté no 1945 du 19 août du gouverneur général de l'AOF, est créé l’Institut Français d’Afrique Noire (IFAN) à Dakar, dont Théodore Monod va d’abord assurer les fonctions de Secrétaire général, puis de Directeur. Dès lors, l’Afrique devient son “centre principal de travail”. Il n’y est pas seulement conduit, comme il l’a dit fort modestement, à travailler “au progrès des études africaines” (2), mais mieux encore à les établir sur une fondation stable, qui constitue, encore aujourd’hui, le point de départ et la condition nécessaire de leurs avancées ultérieures.

5On mesure à présent d’autant mieux son phénoménal travail de pionnier que l’on sait davantage dans quelles conditions il a dû tout d’abord travailler. “Créé sur le papier”, il restait en effet à donner corps à l’Institut Français d’Afrique Noire par une organisation méthodique et rationnelle. C’est alors que, dans l’accomplissement de cette tâche gigantesque, le savant Théodore Monod, sans rien abdiquer de ses recherches fondamentales, allait être constamment suppléé par un autre Théodore Monod, administrateur hors pair, doté d'un sens de l’organisation allié à une aptitude à saisir le kairos, à une ténacité, un esprit laborieux, un dévouement, une capacité de dépassement dans les pires difficultés, un optimisme et enfin une vertu dans la direction des hommes qui ne laissent pas aujourd'hui d’impressionner.

  • 1 Comme en témoigne Alexandre Adandé : “Faut-il rappeler ici un cas entre autres, la mésaventure qui (...)

6En effet, comme vient de nous le rappeler son ancien collaborateur Alexandre Adandé : “Quand Théodore Monod rejoignit son poste le 14 juillet 1938, rien n'était pratiquement prêt pour l'accueillir comme il convenait à son rang.” En dehors d'une aile du palais Verdier mise à sa disposition, il n'y avait rien : ni mobilier de bureau, ni rayonnages, ni personnel scientifique, et à peine un secrétariat (3). C'est pourtant dans ces conditions précaires, n’hésitant pas même à mettre la main aux tâches les plus prosaïques1, qu'il créa patiemment, et pour ainsi dire de toutes pièces, le plus grand institut de recherche fondamentale que l’Afrique noire ait jamais abrité, dont l’aura et le prestige, appuyés sur les siens propres, continuent de rayonner à travers le monde. C’est lui qui fixa de manière magistrale le programme général de l’Institut, à l’exécution duquel il consacra sans nul doute le meilleur de sa vie. Pour l’organisation scientifique de l’IFAN, il dut s'inspirer du modèle de la “maison mère”, le Muséum national d’Histoire naturelle, “c'est-à-dire un organisme polyvalent de recherche et de documentation consacré à l’édification des connaissances de base indispensables à la fois dans le domaine des sciences naturelles et dans celui des sciences de l’homme” (2). À la fin de 1963, au bout d’un quart de siècle de travail acharné, 25 tomes du Bulletin A (soit 50 volumes], autant de volumes du Bulletin B, 66 volumes des Mémoires, 100 numéros des Notes africaines, 16 volumes des Initiations africaines, 15 volumes des Catalogues, 3 volumes des Instructions techniques, 3 volumes des Publications hors-série, 3 Cartes ethnodémographiques, témoignent d’un bilan dont la réussite est éloquente, brillante et jusqu’ici inégalée, peut-être même inégalable.

7Dans le même temps, l’administrateur Théodore Monod n'avait pas étouffé le savant, lequel n’avait pas même sommeillé un seul instant puisque ses travaux personnels alignaient en 1963 quelque 750 titres ! Ses travaux touchent aussi bien aux divers domaines des sciences naturelles qu'à ceux des sciences de l'homme. C'est que, en vérité, un esprit si curieux des mille et une choses de la vie ne pouvait trouver son accomplissement, au-delà du modèle polymathique des sophistes grecs, que dans l'unité substantielle de la science. À un moment où cette unité de la science — sans doute désirée, mais si peu recherchée de nos jours — semblerait promise à une dissolution progressive dans la multitude croissante des spécialisations, d'ailleurs plus souvent obtuses que pointues, Théodore Monod garde à l'esprit un parangon et un idéal de l'unicité originelle du savoir qui furent ceux des Anciens, et d'abord de Platon et d’Aristote.

8C’est pourquoi aucun thème ne pouvait mieux convenir à la personnalité scientifique si riche et si éclectique de Théodore Monod que celui du colloque Théodore Monod, organisé à l'occasion de son quatre-vingt-quinzième anniversaire : “Sciences naturelles et Humanisme”. Naturaliste de formation, il a su et sait toujours se faire humaniste par vocation. Aux naturalistes comme aux humanistes, il ne cesse de rappeler que l’homme, sujet de la science, en est de ce fait même le point fondamental d’unité. N’est-ce pas d'ailleurs cela la principale leçon de l'humanisme ?

9Transcendant les dichotomies artificielles, Théodore Monod revendiquait, il y a déjà exactement trente-trois ans, ce qu'écrivit un jour Moquin-Tandon à Auguste de Saint-Hilaire : "Que m’importe en définitive qu'on me classe parmi les naturalistes chez les littérateurs et parmi les littérateurs chez les naturalistes ?" Tout Monod est là : dans le naturalisme comme dans l’humanisme.

10Pour conclure, je voudrais dire combien le Sénégal en la personne de son Président de la République et, par-là, l’Afrique noire sont heureux de se trouver associés si opportunément à l’hommage rendu à celui qu'il ne serait pas peu expédient d’appeler, pour emprunter au langage biblique, le “Fils de l'homme”, et qui restera à jamais dans notre mémoire collective non seulement un grand Africain, mais aussi un grand homme, et sans doute l’un parce que l’autre.

Bibliographie

Références

1. Monod Th. 1941. Titres et travaux scientifiques de Théodore Monod. Union bibliophile de France, Paris, p. 3.

2. Monod Th. 1963. Notice sur les Titres et Travaux scientifiques de Théodore Monod. Imprimerie Protat Frères. Mâcon, 127 p

3. Diop Ch. A. 1996. Témoignage sur la genèse de l'IFAN. Bull. IFAN, 47B (2) (Spécial Cinquantenaire de l'IFAN) : 29

Notes

1 Comme en témoigne Alexandre Adandé : “Faut-il rappeler ici un cas entre autres, la mésaventure qui nous arriva à tous les deux lorsque, “imprimeurs” improvisés, nous fabriquions les tout premiers numéros des Notes africaines ? Des feuilles sortaient de travers de la ronéo Gestetner, tandis que les mains de l’un et de l’autre, cherchant à remettre les choses au point, étaient toutes barbouillées d’encre noire que répandait le duplicateur.”

Auteur

Président de la République du Sénégal

© Publications scientifiques du Muséum, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540