Version classiqueVersion mobile

L’essai médiatique

 | 
Irène Langlet
, 
Chloé Conant-Ouaked

Deuxième partie. Stratégies essayistes en régime médiatique

Chapitre 10

Les essais en suspension d’Elfriede Jelinek

Sarah Neelsen

Note de l’éditeur

Sarah Neelsen est maîtresse de conférences au département d’études germaniques de l’Université Sorbonne Nouvelle et membre du Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG). Ses recherches portent sur la littérature de langue allemande, en particulier autrichienne, après 1945, notamment dans ses rapports aux autres arts (intermédialité, transmédialité, interférences). Elle a publié des articles entre autres sur Thomas Bernhard, Marlen Haushofer et Josef Winkler, ainsi que la monographie Les Essais d’Elfriede Jelinek. Genre, relation, singularité, chez Honoré Champion, Paris, 2016. Sur le genre de l’essai, on pourra lire également : « Essays Framed by Translation and Collection », Journal of Austrian Studies, no 22, 2014 ; « Warum die zeitgenössische Literatur ein neues Medium verlangt », dans Mirko Gemmel et Margrit Vogt (dir.), Wissensräume: Bibliotheken in der Literatur, Berlin, Ripperger & Kremers, 2013. Elle mène par ailleurs des recherches en traductologie comme membre associé du Centre interdisciplinaire de recherche en traduction et interprétation (université de Liège). Voir notamment : Francis Mus et Sarah Neelsen (dir.), « Traductions et pratiques plurisémiotiques », numéro spécial de la revue JoSTrans, no 35, 2021, en ligne : https://www.jostrans.org/issue35/issue35_toc.php (consulté en septembre 2022).

Texte intégral

Figure 1

Figure 1

Elfriede Jelinek et Elfriede Gerstl. Extrait du documentaire d’Hanna Laura Klar, Elfriede & Elfriede (2005).

  • 1 On peut citer parmi ses publications : Elfriede Gerstl, Wiener Mischung. Gedichte und Kurzprosa, Li (...)

1Dans deux textes consacrés à la poétesse autrichienne Elfriede Gerstl, Elfriede Jelinek fait l’éloge de la légèreté. Elle lui semble avoir été la plus belle qualité de son amie, enfant juive rescapée, poétesse de la modestie et du quotidien1, collectionneuse passionnée d’articles de mode. Elfriede appelle Elfriede un Luftmensch, créature de l’air vivant dans les airs :

  • 2 Citation originale : « Der leichteste Mensch wird plötzlich der schwerste. “traum vom luft in der l (...)

L’être le plus léger devient soudain le plus lourd. Dans l’un de ses poèmes, il est écrit « rêve d’être d’air en l’air ». Une femme capable de marcher dans les airs, à plusieurs centimètres du sol, qui s’est élevée dans les airs, devient soudain et d’une autre manière, parce qu’elle ne peut plus autrement, toute légère, dissoute en un pur mouvement.2

  • 3 Elfriede Jelinek, « Ich möchte seicht sein », Theater 1983. Jahrbuch der Zeitschrift Theater heute, (...)

2Elle lui envie cette légèreté dont elle se sait elle-même incapable, mais dont l’horizon traverse discrètement son œuvre comme en témoigne le titre français de son essai le plus connu : « Je voudrais être légère »3. La légèreté – ou la suspension comme je voudrais l’appeler ici – ne correspond certainement pas à l’image qu’on se fait de Jelinek, à la persona qu’on lui a construite dans les médias et sur scène, celle d’une autrice difficile, lestée du poids de l’histoire, engluée dans les idéologies du xxe siècle, enchevêtrée dans des tirades interminables, et souvent si insistante dans ses accusations qu’il arrive qu’on la trouve parfois un peu « lourde », au sens familier du terme.

  • 4 Voir notamment Claire de Obaldia, L’Esprit de l’essai. De Montaigne à Borges, trad. de l’anglais pa (...)
  • 5 Dans Sarah Neelsen, Les Essais d’Elfriede Jelinek. Genre, relation, singularité, Paris, Honoré Cham (...)

3Je voudrais néanmoins tenter ici cette expérience curieuse d’examiner les essais de Jelinek sous l’angle de la suspension. Celle-ci n’est évidemment pas tout à fait la légèreté, mais elle n’est pas non plus l’indétermination habituellement associée au genre de l’essai. Claire de Obaldia écrit par exemple : « cette sorte de flânerie d’un topique à l’autre, cette manière dont chacun d’entre eux est chaque fois “mis à l’essai” portent l’empreinte d’une hésitation, d’une imprécision, d’un caractère aléatoire […] »4. S’intéresser aux essais de Jelinek est chose rare, alors même que ce sont certainement les textes les plus lus de l’autrice, y compris dans les provinces les plus éloignées des scènes nationales et des librairies indépendantes, étant donné que ses « petits textes » ont commencé à coloniser la presse de langue allemande, d’abord viennoise puis transnationale et enfin régionale, il y a maintenant cinquante ans5. Pourtant, il n’est pratiquement aucun ouvrage universitaire qui se soit penché sur ce corpus conséquent – une portion congrue d’une quinzaine de textes considérés comme programmatiques faisant exception. Je voudrais toutefois considérer ici les essais de Jelinek comme pratique générique à part entière, indépendante de ses pièces de théâtre, romans et livrets d’opéra, une pratique générique cohérente, pensée comme un tout par l’autrice et de ce fait susceptible de nous renseigner aussi sur le genre de l’essai à la fin du xxe et au début du xxie siècle.

  • 6 Elfriede Jelinek, « über mich », dans id., Jelinek, Elfriede: o.T. Mit Linolschnitten von–ION, Vien (...)
  • 7 Un recensement exact figure dans Sarah Neelsen, op. cit., p. 327.
  • 8 Pour un éclairage approfondi sur l’essai contemporain de langue allemande, on se reportera à Georg (...)

4Ce corpus d’essais d’écrivain est difficilement saisissable, dans la mesure où il est toujours en extension, mais trois arguments me paraissent pouvoir justifier son étude. Tout d’abord son amplitude chronologique : le premier texte, « über mich » [sur moi], date de 19676 et la production a été continue depuis lors, s’accélérant et s’intensifiant au fil des années, au gré de la notoriété croissante de son autrice, avec parfois une vingtaine de textes par an7. À cela s’ajoute son amplitude quantitative, qui se chiffre en plusieurs centaines de textes et justifie que l’on parle bien des essais de Jelinek et que l’on propose ici une théorisation, qu’on ne pourrait entreprendre à l’échelle d’un texte isolé. La pratique essayiste est bien une pratique répétée, à mon sens, comme le préfigure l’œuvre fondatrice de Montaigne. Jelinek a systématisé son écriture de l’essai au fil du temps, elle a problématisé son propre rapport au genre, et cette partie de son activité est devenue aussi le lieu d’une pratique singulière, différente de son écriture théâtrale ou romanesque. Et pour finir, il faut mentionner son ancrage dans le paysage médiatique de langue allemande, lequel confirme l’importance et la circulation du corpus. Depuis la fin des années soixante, Jelinek a publié dans une centaine de titres de la presse germanophone, des quotidiens nationaux (Frankfurter Rundschau, Kurier) aux magazines (Cicero, Emma, Theater heute), en passant par des titres régionaux (Kölner-Stadtanzeiger, Kärntner Tageszeitung). Il s’agit toujours de textes de commande et d’occasion, ce qui me fait dire que ce corpus porte aussi la marque de l’essai contemporain de langue allemande, qu’il a été façonné par son contexte médiatique et a évolué avec lui8. Pour soutenir ma thèse d’une écriture de l’essai en suspension, j’examinerai donc dans ce qui suit la suspension comme critère générique et l’entendrai pour ce faire en trois sens distincts mais corrélés.

Dispersion et circulation. La médialité de l’essai

  • 9 Une bibliographie exhaustive des œuvres de Jelinek, tous genres confondus, de leurs traductions et (...)

5La suspension sera entendue ici comme dispersion et circulation des essais dans l’espace public. Il existe bien des archives Elfriede Jelinek à Vienne, dont la directrice, Pia Janke, a entamé il y a près de vingt ans un colossal travail de collecte de ces objets volants9. Mais leur accès est réservé aux chercheurs et chercheuses et il ne s’agit la plupart du temps que de photocopies. Les originaux restent dispersés dans les archives des grands journaux, dans les archives des théâtres, ou bien dans des livres d’art dont ils sont la préface, l’introduction ou la postface.

  • 10 Elfriede Jelinek, « Ich möchte seicht sein », op. cit. Pour un aperçu des différentes republication (...)

6À cette dispersion s’ajoute une réelle circulation, propre aux supports que je viens d’évoquer (presse quotidienne, magazines spécialisés, programmes de spectacles), mais aussi une circulation entendue comme migration d’un support à un autre. Il n’est pas rare qu’un texte paraisse d’abord dans la presse puis dans un livre, ou d’abord dans un catalogue d’exposition puis sur Internet. L’essai déjà cité, « Je voudrais être légère », a été écrit en premier lieu pour une performance, puis il est devenu préface d’une pièce de Jelinek, il a été republié ensuite sur son site Web personnel, avant d’être traduit et publié dans un recueil en Pologne10.

  • 11 Éric Méchoulan, « Intermédialité, ou comment penser les transmissions », communication sur Fabula / (...)

7Dispersion et circulation relèvent donc d’abord d’un état de fait, indépendant de la volonté de l’autrice, et l’on hésite à les qualifier de critères génériques. Mais elles sont aussi à l’origine d’effets de sens importants. Si l’on suit la proposition d’Éric Méchoulan dans un article de 201711, on pourrait pratiquer une véritable « herméneutique des supports ». Au-delà de sa matière et de sa forme, le support est lié à des usages sociaux, à des dispositifs de savoir et de pouvoir ainsi qu’à une autorité institutionnelle.

  • 12 Elfriede Jelinek, « Finster wars, der Mond schien helle… « , Programmheft des Wiener Burgtheaters z (...)

8Prenons l’exemple d’un texte rédigé à l’occasion d’une représentation de la Cantatrice chauve au Burgtheater de Vienne en 199712. Sa publication dans le programme de la soirée implique non seulement un temps de réception particulier (le soir même, juste avant ou juste après la représentation), concomitant pour la plupart des lecteurs et lectrices, et orienté vers l’exégèse (à double sens d’ailleurs : Jelinek expliquant Ionesco, et Ionesco éclairant en retour le théâtre de Jelinek en tant que théâtre du langage et de l’absurde). Le support « programme de théâtre » est donc lié à ce que Méchoulan appelle « une organisation du temps » et « un rythme social », qui influent sur les conditions de réception et l’horizon d’attente des lecteurs et lectrices.

  • 13 Voir notamment le numéro de la revue Zeitschrift für Germanistik consacré à la Feuilletonforschung (...)

9Pour compléter l’article de Méchoulan, qui ne porte pas spécifiquement sur le genre essayiste, on peut citer aussi les travaux de la Feuilletonforschung13. Ceux-ci s’intéressent à la parution de l’essai dans la presse, historiquement dans le tiers inférieur de la page, et à l’effet de cet environnement intermédial et polyphonique sur sa réception, mais aussi sur sa production.

Figure 2

Figure 2

Page 5 de l’édition du journal Der Tag le 8 avril 1928. Dans le dernier tiers figure le texte « Kakanien » de Robert Musil.

  • 14 Robert Musil, Der Mann ohne Eigenschaften, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 2008, 2 (...)
  • 15 Karl Corino, « Wie Robert Musil einem Frauenmörder zu einer literarischen Karriere verhalf », Neue (...)

10La reproduction ci-dessus (fig. 2) montre un journal viennois de 1928 avec un texte de Robert Musil qui intégrera plus tard L’Homme sans qualités14. Il est publié dans le dernier tiers de la page, appelé « unterm Strich » (sous le trait qui le sépare du reste), flanqué notamment d’un entrefilet sur les chiffres du chômage et d’une publicité pour la marque de savon « Sunlight ». Or, si l’on ignore de quelle manière cette cohabitation influe sur la réception des lecteurs et lectrices, on sait en revanche que l’un des personnages clefs du roman essayistique de Musil, Moosbrugger, est inspiré d’un fait divers sanglant commis par un dénommé Christian Voigt, dont l’auteur avait attentivement suivi le procès dans la presse en 191115.

11L’essai est donc médiatique en ce qu’il est intimement lié à un écosystème intermédial et à un régime sémiotique particulier. Il peut changer de support, mais cette migration laisse toujours des traces dans le texte. Le corpus jelinekien en fournit maints exemples : changement de titre, changement de date de publication, raccourcissement ou rallongement du texte, illustration, apparition d’un nom de traducteur ou de traductrice, sans parler du changement de modalité dans le cas de transcription de discours ou de lecture (souvent par quelqu’un d’autre) de ses discours de réception de prix.

  • 16 Voir en ligne : www.elfriedejelinek.com (consulté en septembre 2022).
  • 17 Irène Langlet (dir.), Le Recueil littéraire. Pratiques et théorie d’une forme, Rennes, Presses univ (...)

12Or, pour être tout à fait juste, il faut rectifier notre propos initial sur la circulation et la dispersion des essais de Jelinek. Il n’en existe pas de recueil, parce que l’autrice les interdit, à l’exception notable de son site personnel, ouvert et régulièrement alimenté depuis mai 199616. Nous savons, grâce aux précieux travaux d’Irène Langlet, combien le passage au recueil est critique pour le genre de l’essai17. Beaucoup d’essais n’accèdent au rang d’essai qu’une fois republiés en livre, une fois extraits de la paralittérature ou des marges journalistiques de la littérature. Dans le cas de Jelinek, l’existence d’une sorte d’anthologie numérique, réalisée par ses soins, est tout à fait paradoxale et semble dans un premier temps contrevenir au souci de la suspension telle que je viens de la décrire, comme libre circulation et dispersion des essais.

Relationnalité. Paradoxes du site Internet de l’autrice

  • 18 Georg Lukács, L’Âme et les formes, trad. de l’allemand par Guy Haarscher, Paris, Gallimard, 1974, p (...)

13La relationnalité intrinsèque de l’essai peut être entendue comme le fait d’être nécessairement « suspendu à quelque chose ». Dans « Nature et forme de l’essai », Lukács notait que l’essai « parle toujours de quelque chose de déjà formé, ou, dans le meilleur des cas, de quelque chose qui a déjà existé »18. L’essai est pour cette raison la forme par excellence de la critique d’art – bien représentée dans le corpus jelinekien – mais aussi du commentaire politique, d’un événement, d’une élection, d’un fait de société – qui constitue sans doute un bon tiers des essais de Jelinek.

  • 19 Anne Baillot, « Les écrivain/e/s et leurs éditeur/trices : finir sur Jelinek », Autour de Jelinek. (...)

14Pour prolonger Lukács à la lumière de la Feuilletonforschung déjà mentionnée, on pourrait dire aussi que par la nature de ses supports, l’essai est en permanente coprésence d’autres textes avec qui il partage l’espace de la page et l’attention des lecteurs et lectrices. Or, que devient cette relationnalité sur un site Internet, où chaque essai dispose d’un espace bien à lui ? Est-ce une façon de les mettre sous cloche ou bien au contraire de les ouvrir à un maximum d’interférences avec d’autres contenus ? Les avis au sujet du site d’Elfriede Jelinek sont partagés. Anne Baillot, à la suite d’autres, écrit que c’est une façon pour l’autrice « de s’affranchir des logiques marchandes » et des « mécanismes éditoriaux » pour donner accès à ses textes au plus grand nombre19. Mais cela n’est vrai que pour le roman Neid publié en 2007 ou quelques pièces de théâtre (Ulrike Maria Stuart, Kein Licht), sachant que de toute façon les éditeurs de théâtre sont pratiquement inexistants en Allemagne. Ils jouent avant tout le rôle d’agents et très peu de pièces sont éditées.

  • 20 Verena Mayer et Roland Koberg, Elfriede Jelinek. ein porträt, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 2006, p (...)
  • 21 Elfriede Jelinek, « Die Tote Musik-Maschine », dans Institut Für Medienarchäologie (dir.), Zauberha (...)

15D’autres voient dans ce site, notamment par la précocité de son ouverture dès 1996, la marque typique d’une certaine curiosité technique et technologique de l’autrice20. Elle est venue tard à la télévision (elle était déjà jeune adulte), mais en est devenue une fervente consommatrice ; elle a par exemple converti l’un de ses textes en jeu vidéo et elle a consacré un essai à l’un des premiers synthétiseurs21.

Figure 3b

Figure 3b

Captures d’écran du site Internet de l’autrice à la fin des années 1990 (à gauche) et en 2020.

16Mais, comme le fait remarquer Norbert Bachleitner, Jelinek ne fait en réalité aucun usage des possibilités du Web22. Pratiquement aucun hyperlien, pas d’écriture fractionnée dans le temps, pas de forum ou d’espace pour les commentaires. Aucun des essais présents sur le site n’est d’ailleurs digital native, ce ne sont que des republications d’essais parus ailleurs et sur papier. Le fait notable pour nous est qu’au moins jusqu’en 2005, le site était le recueil pratiquement exclusif des essais, dont 150 à 200 étaient repris.

  • 23 Georg Lukács, op. cit., p. 29-30.
  • 24 Benoît Denis, « Du texte de circonstance au recueil Situations. L’économie de l’écriture engagée ch (...)

17À mon sens, ce recueil numérique est paradoxal en ce qu’il vient rompre doublement les liens originels que l’essai entretient avec son contexte : avec son écosystème primitif de la page de journal et avec l’actualité qui l’a fait naître. Comme le notait encore Lukács, « à côté du titre de tout essai figure en lettres invisibles : à l’occasion de… »23, ce qui se vérifie aussi pour les textes de Jelinek. Tous sont des textes de commande, tous les portraits d’artistes par exemple sont motivés par un anniversaire, un décès, une distinction ou une nouvelle publication. En extrayant l’essai de sa page de journal ou de son catalogue d’exposition, Jelinek suspend les liens de l’essai, comme cela arrive pratiquement toujours au moment de la « mise en recueil » de l’essai, qui s’apparente souvent à sa « mise au tombeau ». Benoît Denis, dans sa contribution à l’ouvrage d’Irène Langlet, décrit la republication en recueil comme le passage d’une « temporalité limitée et fragile » à la « stabilité et à la permanence typique du livre »24. Mais qu’en est-il de la stabilité et de la permanence du Web ? Peut-on vraiment croire que Jelinek participerait d’elle-même à la canonisation de ses textes, elle pour qui le prix Nobel a sans doute été un choc plutôt qu’un couronnement ?

  • 25 Voir en ligne : www.elfriedejelinek.com.
  • 26 Voir par exemple Agnieszka Jezierska et Monika Szczepaniak, Elfriede Jelinek : « Moja sztuka protes (...)

18Les usages qui ont été faits de ce recueil numérique posent question à plusieurs égards. Jelinek a en effet introduit deux principes de classement dans son anthologie : un classement antichronologique par année de publication et un classement thématique (essais sur la musique, le cinéma, la littérature, la politique, etc.)25. Or, on retrouve ces catégories ainsi que la présélection effectuée par l’autrice aux archives de Vienne et dans les rares publications consacrées à ses essais26, comme si Jelinek avait anticipé sur la canonisation de ses propres essais. Mais cette apparence est trompeuse.

Obsolescence programmée

  • 27 Elfriede Jelinek, sans titre / « Mit meiner Literatur versuche ich […] », Bio-Technik, mai 1983.

19C’est ici que la mémoire du corpus, son histoire longue, nous renseigne. Alors qu’elle a longtemps pratiqué dans ses essais une écriture très didactique, faisant notamment l’exégèse de ses premières pièces de théâtre, les années 1980 marquent un tournant esthétique majeur. Elle affirme d’une part, en référence à Brecht, vouloir inventer de nouvelles formes et « ne pas verser de nouveaux contenus dans les mêmes vieux tuyaux »27. Et elle s’intéresse d’autre part de plus en plus à un imaginaire gothique et féministe pour créer des personnages de vampires et de morts-vivants, par exemple dans sa pièce Maladie ou Femmes modernes (1984) ou plus tard dans son roman Enfants des morts (1995). Or, avec les années 2000, elle semble avoir passé un nouveau cap de son évolution esthétique, comme en témoigne un paragraphe désormais ajouté sous chacune des pièces mises en ligne sur son site et qui mérite un commentaire approfondi. Je le cite d’abord in extenso en allemand :

  • 28 [Passage souligné] « Jusqu’au jour de la première / de la première représentation en langue alleman (...)

Alle Rechte vorbehalten, insbesondere das der Aufführung durch Berufs- und Laienbühnen, des öffentlichen Vortrags, der Verfilmung und Übertragung durch Rundfunk und Fernsehen, auch einzelner Abschnitte. Das Recht der deutschsprachigen Aufführung ist nur vom Rowohlt Theater Verlag, Hamburger Straße 17, 21465 Reinbek, Tel. : 040 – 72 72 – 271, theater@rowohlt.de zu erwerben. Den Bühnen und Vereinen gegenüber als Manuskript gedruckt. Dieser Text gilt bis zum Tag der Uraufführung / deutschsprachigen Erstaufführung / bis zur ersten Aufführung der Neuübersetzung als nicht veröffentlicht im Sinne des Urheberrechtsgesetzes. Es ist nicht gestattet, vor diesem Zeitpunkt das Werk oder einzelne Teile daraus zu beschreiben oder seinen Inhalt in sonstiger Weise öffentlich mitzuteilen oder sich öffentlich mit ihm auseinanderzusetzen. Der Verlag behält sich vor, gegen ungenehmigte Veröffentlichungen gerichtliche Maßnahmen einleiten zu lassen.28 [je souligne]

20Il s’agit en apparence des quelques lignes standard fixant le statut juridique des textes accessibles en ligne et réglementant les conditions de leur utilisation. Mais le texte paraît anormalement long et la phrase soulignée, que je traduis ici en français, retient notre attention : « Jusqu’au jour de la première, de la première représentation en allemand ou de la première représentation de la nouvelle traduction, ce texte n’est pas considéré comme publié au sens où l’entend le droit d’auteur. » Le texte est donc là, accessible à tous et à toutes dans une forme que son autrice considère comme achevée, mais il se trouve dans un état intermédiaire et n’adviendra véritablement à l’existence – artistique, juridique et commerciale – qu’une fois qu’il aura été produit sur scène, c’est-à-dire que quelqu’un en aura fait quelque chose. Pour qui connaît un peu le théâtre de Jelinek, il est évident que ses textes ne sont pas transposables à la scène tels quels, d’une part parce qu’ils sont trop longs et souvent sans changement de locuteur ou de locutrice, et d’autre part parce que les rares didascalies incitent surtout à « faire comme on veut ». Il convient donc d’en faire quelque chose, de se les approprier. Mais qu’en est-il des essais figurant eux aussi sur ce site – et largement en surnombre par rapport aux pièces ?

  • 29 Elfriede Jelinek, « Tidens uppehåll », dans Stig Dagerman, Tysk höst, Stockholm, Norstedts, 2010, p (...)
  • 30 Johann Wolfgang von Goethe, Les Affinités électives, trad. de l’allemand par Pierre du Colombier et (...)

21Le recueil virtuel pensé par Jelinek est en fait un espace second, aux marges de l’enfer, un lieu intermédiaire entre le royaume des morts et le moment de la rédemption. Republier ses essais en ligne revient à une mise au tombeau, puisque les essais se trouvent sortis de leur contexte (lequel s’était de toute façon déjà évanoui). Et l’on peut même prouver que, dans un certain nombre de textes, Jelinek renforce cette obsolescence programmée en insérant plus qu’il n’est nécessaire des allusions à l’actualité immédiate. Par exemple, dans un essai sur le journaliste suédois Stig Dagerman, elle évoque non seulement la fête portuaire de la ville de Hambourg mais aussi un obscur accident de parachute qui s’était produit le même jour29. La référence peu explicite devient quasiment tout de suite indéchiffrable et précipite l’obsolescence de l’essai. On ne peut s’empêcher de penser aux Affinités électives, où un souvenir des propriétaires est enfoui dans les fondations de la nouvelle maison au moment de sa construction30. Sauf que pour l’essai, l’insertion d’un événement insignifiant joue le rôle d’une bombe à retardement : avec le souvenir du contexte s’évanouira aussi progressivement la bonne compréhension du texte. L’essai est pour ainsi dire suspendu au-dessus de l’abîme.

22Qui veut relire les essais de Jelinek devra lui aussi s’en emparer, comme le metteur en scène d’une pièce, soit pour se livrer à un travail d’historien et reconstituer les traces du passé laissées dans le texte, soit pour actualiser le propos, comme Jelinek le fait parfois elle-même. En 2018, elle poursuit un texte de 2001 consacré à son père, suite à la découverte d’un document important dans ses archives31. Si l’on suit mon interprétation, on comprend mieux aussi la deuxième exception prévue par Jelinek à son interdiction de publier ses essais en recueil : elle autorise depuis 2007 la publication de recueils en traduction, qui sont autant d’actualisations, de modifications et de recontextualisations de ses textes. L’obsolescence programmée est donc un pari de l’autrice, une manière de préserver l’intermédialité initiale de ses essais et de contraindre les lecteurs et lectrices à une actualisation – laquelle est toujours aussi un travail de mémoire.

Conclusion

  • 32 Patrick Née, « Sur la notion de quatrième genre », dans Patrick Née (dir.), Le Quatrième Genre : l’ (...)

23Si le corpus essayiste de Jelinek me paraît digne d’intérêt pour une théorie contemporaine de l’essai, c’est qu’il porte la marque de césures médiatiques importantes que son autrice a intégrées à l’élaboration d’une esthétique proprement essayiste, sur laquelle je me suis concentrée ici et que seule une lecture de l’ensemble du corpus permet de retracer. Les études jelinekiennes ne l’avaient pas fait jusqu’ici, préférant faire un usage ponctuel de l’un ou l’autre essai, toujours en lien avec l’œuvre dite « principale », les romans et le théâtre. Mais il ne faut évidemment pas aujourd’hui tomber dans l’excès inverse en ne lisant plus les essais que coupés des autres genres. Au contraire, Jelinek a eu une pratique à ce point systématique et exploratoire de tous les genres que son œuvre renseigne aussi sur les frontières génériques de l’essai. Patrick Née évoque, dans son préambule à l’ouvrage qu’il a dirigé sur l’essai, les rapports de l’essai avec le roman et la poésie32. Il me semble qu’au-delà de ces relations, les rapports entre essai et théâtre, à ma connaissance beaucoup moins explorés, feraient tout autant sens pour une œuvre comme celle de Jelinek, et j’en ai esquissé quelques raisons ici.

24Quittant la suspension que j’ai examinée ici sous trois angles différents, je voudrais revenir un instant à la légèreté du Luftmensch évoquée au sujet d’Elfriede Gerstl. Heinz Wismann en donnait une définition en 2013 dans une interview à la revue Vacarme, qui me laisse à penser que Jelinek, au moins dans sa pratique essayiste, a gagné un peu de cette légèreté dont elle se croyait dépourvue :

  • 33 Pascale Bouhénic, Ariane Chottin-Burger et Petra Neuenhaus, « L’Entre du philosophe. Entretien avec (...)

[Le Luftmensch] peut élaborer une existence de funambule, et alors toute son adresse consiste à se maintenir en l’air, conscient qu’il y a une sorte d’abîme dans lequel il peut tomber à tout moment. Dans cette position exposée, intermédiaire, menacée, le funambule ne peut pas se contenter de vouloir rester en repos car alors il serait sûr de tomber. Il lui faut bouger en contre-balançant.33

Bibliographie

Bachleitner Norbert, « Elfriedes Romanblog », publié le 21 mai 2007, en ligne : https://jelinetz.com/2007/05/21/norbert-bachleitner-elfriedes-romanblog/ (consulté en septembre 2022).

Baillot Anne, « Les écrivain/e/s et leurs éditeur/trices : finir sur Jelinek », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 22 juillet 2015, en ligne : http://jelinek.hypotheses.org/1582 (consulté en septembre 2022).

Bouhénic Pascale, Chottin-Burger Ariane et Neuenhaus Petra, « L’Entre du philosophe. Entretien avec Heinz Wismann », Vacarme, no 64, 2013, publié en ligne le 22 juin 2013 : https://vacarme.org/article2280.html (consulté en septembre 2022).

Corino Karl, « Wie Robert Musil einem Frauenmörder zu einer literarischen Karriere verhalf », Neue Zürcher Zeitung, publié en ligne le 10 juin 2019.

Denis Benoît, « Du texte de circonstance au recueil Situations. L’économie de l’écriture engagée chez Jean-Paul Sartre », dans Irène Langlet (dir.), Le Recueil littéraire. Pratiques et théorie d’une forme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

Gerstl Elfriede, Wiener Mischung. Gedichte und Kurzprosa, Linz et Graz, Droschl, 1982.

Gerstl Elfriede, Unter einem Hut. Gedichte und Essays, Vienne, Deuticke, 1993.

Gerstl Elfriede, Mein papierener Garten. Gedichte und Denkkrümel, Vienne, Deuticke, 2006.

Goethe Johann Wolfgang von, Les Affinités électives, trad. de l’allemand par Pierre du Colombier et Michel Tournier, Paris, Gallimard, 1980.

Janke Pia, Elfriede Jelinek. Werk und Rezeption, Vienne, Praesens, 2014, 2 vol.

Jelinek Elfriede, « Finster wars, der Mond schien helle… », Programmheft des Wiener Burgtheaters zu Eugène Ionescos Die Unterrichtsstunde & die kahle Sängerin, 1997.

Jelinek Elfriede, « Ich möchte seicht sein », Theater 1983. Jahrbuch der Zeitschrift Theater heute ; traduction française : « Je voudrais être légère », trad. de l’allemand par Yasmin Hoffmann et Maryvonne Litaize, traduction revue par Louis-Charles Sirjacq, dans Elfriede Jelinek, Désir et permis de conduire. Recueil, Paris, L’Arche, 1998, p. 7-14.

Jelinek Elfriede, « Die Tote Musik-Maschine », dans Institut Für Medienarchäologie (dir.), Zauberhafte Klangmaschinen. Von der Sprechmaschine bis zur Soundkarte, Mainz am Rhein (Mayence), Schott, 2008.

Jelinek Elfriede, « Vom Boden abgestoßen », 2009, en ligne : www.elfriedejelinek.com (consulté en septembre 2022).

Jelinek Elfriede, « Tidens uppehåll », dans Stig Dagerman, Tysk höst, Stockholm, Norstedts, 2010.

Jelinek Elfriede, Restoroute/Animaux, trad. de l’allemand par Patrick Démerin et Dieter Hornig, Paris, Verdier, 2012.

Jelinek Elfriede, Houlette, Bâton et Schlague, trad. de l’allemand par Louis-Charles Sirjacq, L’Arche éditeur, inédit.

Jezierska Agnieszka et Szczepaniak Monika, Elfriede Jelinek : « Moja sztuka protestu ». Eseje i przemowienia, Varsovie, W.A.B., 2012.

Kernmayer Hildegard, Reibnitz Barbara von et Schütz Erhard, « Perspektiven der Feuilletonforschung. Vorwort », Zeitschrift für Germanistik, vol. 22, no 3, 2012, Berlin, Peter Lang, p. 494-507.

Langlet Irène (dir.), Le Recueil littéraire. Pratiques et théorie d’une forme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

Lukács Georg, L’Âme et les formes, trad. de l’allemand par Guy Haarscher, Paris, Gallimard, 1974.

Macé Marielle, « Figures de savoir et tempo de l’essai », Études littéraires, vol. 37, no 1, automne 2005, p. 33-48, en ligne : https://www.erudit.org/fr/revues/etudlitt/2005-v37-n1-etudlitt1127/012823ar/ (consulté en septembre 2022) (DOI : https://doi.org/10.7202/012823ar).

Mayer Verena et Koberg Roland, Elfriede Jelinek. ein porträt, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 2006, p. 213.

Méchoulan Éric, « Intermédialité, ou comment penser les transmissions », communication sur Fabula / Colloques, « Création, intermédialité, dispositif », colloque organisé en février 2014 par l’université de Toulouse Jean-Jaurès, en ligne : https://www.fabula.org/colloques/document4278.php (consulté en septembre 2022).

Musil Robert, Der Mann ohne Eigenschaften, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 2008, 23e réédition, chapitre 8 « Kakanien », p. 31-35.

Née Patrick, « Sur la notion de quatrième genre », dans Patrick Née (dir.), Le Quatrième Genre : l’essai, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 17-23.

Neelsen Sarah, Les Essais d’Elfriede Jelinek. Genre, relation, singularité, Paris, Honoré Champion, 2016.

Obaldia Claire de, L’Esprit de l’essai. De Montaigne à Borges, trad. de l’anglais par Émilie Colombani, Paris, Seuil, 2005.

Stanitzek Georg, Essay – BRD, Berlin, Vorwerk, 2011.

Notes

1 On peut citer parmi ses publications : Elfriede Gerstl, Wiener Mischung. Gedichte und Kurzprosa, Linz et Graz, Droschl, 1982 ou Unter einem Hut. Gedichte und Essays, Vienne, Deuticke, 1993 ou encore Mein papierener Garten. Gedichte und Denkkrümel, Vienne, Deuticke, 2006.

2 Citation originale : « Der leichteste Mensch wird plötzlich der schwerste. “traum vom luft in der luft sein” steht in einem dieser Gedichte. Eine Frau, die in der Luft gehen konnte, Zentimeter über dem Boden, die sich in die Luft erhoben hat, wird plötzlich, aber auf ganz andre Weise, weil sie nicht mehr anders kann, wieder ganz leicht, löst sich in Bewegung auf. » Elfriede Jelinek, « Vom Boden abgestoßen », 2009, en ligne : www.elfriedejelinek.com (consulté en septembre 2022), ma traduction.

3 Elfriede Jelinek, « Ich möchte seicht sein », Theater 1983. Jahrbuch der Zeitschrift Theater heute, p. 102 ou sa traduction française : « Je voudrais être légère », trad. de l’allemand par Yasmin Hoffmann et Maryvonne Litaize, traduction revue par Louis-Charles Sirjacq, Elfriede Jelinek, Désir et permis de conduire. Recueil, Paris, L’Arche, 1998, p. 7-14.

4 Voir notamment Claire de Obaldia, L’Esprit de l’essai. De Montaigne à Borges, trad. de l’anglais par Émilie Colombani, Paris, Seuil, 2005, p. 13 [je souligne].

5 Dans Sarah Neelsen, Les Essais d’Elfriede Jelinek. Genre, relation, singularité, Paris, Honoré Champion, 2016, p. 329-332, on trouvera en annexe une présentation tabulaire des lieux de publication de tous les essais d’E. Jelinek parus entre 1967 et 2010.

6 Elfriede Jelinek, « über mich », dans id., Jelinek, Elfriede: o.T. Mit Linolschnitten von–ION, Vienne, édition avantypidy, 1967.

7 Un recensement exact figure dans Sarah Neelsen, op. cit., p. 327.

8 Pour un éclairage approfondi sur l’essai contemporain de langue allemande, on se reportera à Georg Stanitzek, Essay – BRD, Berlin, Vorwerk, 2011.

9 Une bibliographie exhaustive des œuvres de Jelinek, tous genres confondus, de leurs traductions et commentaires, est parue il y a quelques années : Pia Janke, Elfriede Jelinek. Werk und Rezeption, Vienne, Praesens, 2014, 2 vol. 

10 Elfriede Jelinek, « Ich möchte seicht sein », op. cit. Pour un aperçu des différentes republications du texte, voir Pia Janke, op. cit., p. 303.

11 Éric Méchoulan, « Intermédialité, ou comment penser les transmissions », communication sur Fabula / Colloques, « Création, intermédialité, dispositif », colloque organisé en février 2014 par l’université de Toulouse Jean-Jaurès, en ligne : https://www.fabula.org/colloques/document4278.php (consulté en septembre 2022).

12 Elfriede Jelinek, « Finster wars, der Mond schien helle… « , Programmheft des Wiener Burgtheaters zu Eugène Ionescos Die Unterrichtsstunde & die kahle Sängerin, 1997. Pour un aperçu des différentes republications du texte, voir Pia Janke, op. cit., p. 338.

13 Voir notamment le numéro de la revue Zeitschrift für Germanistik consacré à la Feuilletonforschung et l’introduction des éditeurs et éditrices Hildegard Kernmayer, Barbara von Reibnitz et Erhard Schütz, « Perspektiven der Feuilletonforschung. Vorwort », Zeitschrift für Germanistik, vol. 22, no 3, 2012, Berlin, Peter Lang, p. 494-507.

14 Robert Musil, Der Mann ohne Eigenschaften, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 2008, 23e réédition, chapitre 8 « Kakanien », p. 31-35.

15 Karl Corino, « Wie Robert Musil einem Frauenmörder zu einer literarischen Karriere verhalf », Neue Zürcher Zeitung, publié en ligne le 10 juin 2019. Jelinek travaille elle-même beaucoup à partir de coupures de presse, par exemple pour sa pièce sur un réseau de prostitution à Vienne (Über Tiere, 2006), pour laquelle elle s’est appuyée sur les investigations de Florian Klenk, journaliste au Falter. La différence par rapport à Musil est qu’elle travaille aussi avec la télévision, par exemple pour sa pièce Stecken, Stab und Stangl (1995). Voir Elfriede Jelinek, Restoroute/Animaux, trad. de l’allemand par Patrick Démerin et Dieter Hornig, Paris, Verdier, 2012 et id., Houlette, Bâton et Schlague, trad. de l’allemand par Louis-Charles Sirjacq, L’Arche éditeur, inédit.

16 Voir en ligne : www.elfriedejelinek.com (consulté en septembre 2022).

17 Irène Langlet (dir.), Le Recueil littéraire. Pratiques et théorie d’une forme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

18 Georg Lukács, L’Âme et les formes, trad. de l’allemand par Guy Haarscher, Paris, Gallimard, 1974, p. 12-33, ici p. 24.

19 Anne Baillot, « Les écrivain/e/s et leurs éditeur/trices : finir sur Jelinek », Autour de Jelinek. Regards croisés sur une artiste autrichienne [carnet de recherche], 22 juillet 2015, en ligne : http://jelinek.hypotheses.org/1582 (consulté en septembre 2022).

20 Verena Mayer et Roland Koberg, Elfriede Jelinek. ein porträt, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 2006, p. 213. Disponible en français dans la traduction de Laurent Cassagnau.

21 Elfriede Jelinek, « Die Tote Musik-Maschine », dans Institut Für Medienarchäologie (dir.), Zauberhafte Klangmaschinen. Von der Sprechmaschine bis zur Soundkarte, Mainz am Rhein (Mayence), Schott, 2008, p. 219-225.

22 Norbert Bachleitner, « Elfriedes Romanblog », publié le 21 mai 2007, en ligne : https://jelinetz.com/2007/05/21/norbert-bachleitner-elfriedes-romanblog/ (consulté en septembre 2022).

23 Georg Lukács, op. cit., p. 29-30.

24 Benoît Denis, « Du texte de circonstance au recueil Situations. L’économie de l’écriture engagée chez Jean-Paul Sartre », dans Irène Langlet (dir.), Le Recueil littéraire, op. cit., p. 267-281, p. 270.

25 Voir en ligne : www.elfriedejelinek.com.

26 Voir par exemple Agnieszka Jezierska et Monika Szczepaniak, Elfriede Jelinek : « Moja sztuka protestu ». Eseje i przemowienia, Varsovie, W.A.B., 2012.

27 Elfriede Jelinek, sans titre / « Mit meiner Literatur versuche ich […] », Bio-Technik, mai 1983.

28 [Passage souligné] « Jusqu’au jour de la première / de la première représentation en langue allemande / de la première représentation d’une nouvelle traduction, ce texte est à considérer comme non-publié au sens juridique du droit d’auteur. » Voir par exemple au bas du texte de la pièce d’Elfriede Jelinek, FaustIn and Out (2012), en ligne : www.elfriedejelinek.com.

29 Elfriede Jelinek, « Tidens uppehåll », dans Stig Dagerman, Tysk höst, Stockholm, Norstedts, 2010, p. 5-11.

30 Johann Wolfgang von Goethe, Les Affinités électives, trad. de l’allemand par Pierre du Colombier et Michel Tournier, Paris, Gallimard, 1980.

31 Elfriede Jelinek, « Oh mein Papa » (2001/2018), en ligne : www.elfriedejelinek.com.

32 Patrick Née, « Sur la notion de quatrième genre », dans Patrick Née (dir.), Le Quatrième Genre : l’essai, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 17-23, p. 20-21.

33 Pascale Bouhénic, Ariane Chottin-Burger et Petra Neuenhaus, « L’Entre du philosophe. Entretien avec Heinz Wismann », Vacarme, no 64, 2013, publié en ligne le 22 juin 2013 : https://vacarme.org/article2280.html (consulté en septembre 2022). Marielle Macé développe, au sujet de l’essai et de sa « vitesse » de saisie (parfois envisagée comme une superficialité), une métaphore proche : celle du cycliste qui tombe s’il ne roule pas assez vite. Voir Marielle Macé, « Figures de savoir et tempo de l’essai », Études littéraires, vol. 37, no 1, automne 2005, p. 33-48, en ligne : https://www.erudit.org/fr/revues/etudlitt/2005-v37-n1-etudlitt1127/012823ar/ (consulté en septembre 2022) (DOI : https://doi.org/10.7202/012823ar).

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Elfriede Jelinek et Elfriede Gerstl. Extrait du documentaire d’Hanna Laura Klar, Elfriede & Elfriede (2005).
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/2062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2
Légende Page 5 de l’édition du journal Der Tag le 8 avril 1928. Dans le dernier tiers figure le texte « Kakanien » de Robert Musil.
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/2062/img-2.png
Fichier image/png, 139k
Titre Figure 3a
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/2062/img-3.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 3b
Légende Captures d’écran du site Internet de l’autrice à la fin des années 1990 (à gauche) et en 2020.
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/2062/img-4.png
Fichier image/png, 406k

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search