Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La campagne à la ville : le jardin botanique de Niort (1800-1908), tensions et conflits d’usages

p. 151-162


Texte intégral

1Au xixe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale, les sociétés savantes de province revendiquent la légitimité de leur érudition en animant la vie intellectuelle locale par leurs publications et manifestations scientifiques, par la gestion scientifique, voire administrative, d’un musée, d’une bibliothèque, d’un jardin botanique, plus rarement d’un jardin zoologique et de laboratoires, en agronomie et en biologie marine notamment1.

2Dans la période 1800-1914, les jardins botaniques signent leur caractère savant, au cœur de la cité. La création ou le maintien de jardins botaniques dans les espaces urbains est aussi liée aux enjeux d’une forte urbanisation.

Heurs et malheurs du jardin botanique de Niort

3L’histoire du jardin botanique de Niort est directement liée à celle des écoles centrales.

4Ce sont des établissements publics d’enseignement qui remplacent, dans les départements et sous leur autorité, les collèges d’Ancien Régime, par le décret du 7 ventôse an III (25 février 1795)2.

5Chaque école doit posséder un jardin botanique, un cabinet d’histoire naturelle et un cabinet de physique et de chimie. À Niort, en 1798, autorisation est donnée par l’administration du département des Deux-Sèvres d’établir un jardin botanique destiné à l’école centrale qui se trouve juste à côté (avec un pensionnat de cent élèves), sur un terrain compris dans l’enceinte du château de Niort (l’ancienne place d’armes), devenu le « Donjon ». Une première mention de l’enceinte fortifiée date de 9513. La construction du château au xiie siècle provoque un afflux de la population autour de l’enceinte. Ce quartier est devenu le cœur historique de Niort. Après un écroulement partiel en 1748, le château est sauvé de la démolition par sa reconversion. Il est acheté par la ville en 1791, puis devient propriété du département en 1792. Il sert de prison et de maison de justice pour le tribunal criminel.

6Subsiste alors un terrain attenant à la prison, qui ne peut pas tomber « dans des mains qui auraient pu favoriser les évasions », précise le député Morand.

7Par une résolution du 18 messidor an VI, il est décidé d’affecter les 15 000 mètres carrés non constructibles à la création d’un jardin botanique. Quatre cents francs sont pris sur les dépenses du département pour son aménagement. Pour le député Morand : « C’est aux sciences naturelles que nous devons nos plus précieuses ressources, l’aliment de nos arts et les soutiens de la vie humaine ; c’est à la botanique en particulier que le sol de la République est redevable de la plus grande partie des productions qui l’enrichissent. »

8Augmenter les connaissances sur « l’économie végétale », procurer des « récréations instructives » aux instituteurs et à leurs élèves, faire aimer la campagne et l’agriculture à des citadins, en leur donnant à voir en ville des plantes spontanées et cultivées localement, voilà esquissées les grandes missions du jardin. Quant aux élèves : « enseignez-leur la botanique », antidote aux « conversations frivoles ou licencieuses ». La botanique va « rendre leurs mœurs douces comme la nature »4.

9C’est un lieu commun qui traverse le siècle, exprimé dans des termes semblables dans les bulletins des sociétés savantes, qui célèbrent la « plus aimable des sciences », une science aux vertus morales, accessible à tous, une activité convenable pour les jeunes filles.

10Un professeur d’histoire naturelle a beaucoup œuvré pour la création et l’organisation de ce jardin dont il devient le directeur. Le citoyen Jozeau, licencié ès sciences et professeur d’histoire naturelle et de chimie à l’école centrale, membre de la Société libre d’agriculture des Deux-Sèvres (fondée le 29 floréal an IX, 20 mai 1801), lance un appel aux amateurs de botanique pour l’aider à créer ce jardin, dans l’Almanach des Muses de 17985.

11En 1800, le jardin comprend une orangerie dans la chapelle du donjon, les anciens fossés du château accueillent des plantes médicinales, une pépinière d’arbres fruitiers est plantée rue Thiers (actuelle rue de l’Hôtel-de-Ville), une école de botanique est installée, un labyrinthe est créé avec des plantes de bosquet de la flore locale (avec en plus des rosiers, jasmins, lilas). À gauche de l’entrée, des arbres du pays sont disposés en quinconce. On trouve des pépinières à large bande pour la culture de l’angélique de Niort, un espace pour les essais de cultures de céréales, de plantes industrielles, potagères, oléifères, pour l’acclimatation de plantes exotiques, ainsi que des plantations irrégulières d’arbres à la manière anglaise. Des bains chauds et une école de natation, sur les bords de la Sèvre Niortaise, se situent dans la partie nord du jardin.

12Avec la suppression des écoles centrales par la loi du XI floréal an X (1er mai 1802), les jardins botaniques sont désormais à la charge des communes, ce qui entraîne parfois leur morcellement ou des déménagements successifs6.

13Le terrain est cédé en 1821 pour la construction de la préfecture (première pierre posée le 13 septembre 1828, inaugurée en 1832), du palais de justice, de quelques maisons d’habitation et pour le percement de la rue de l’Abreuvoir, perpendiculaire à la Sèvre. La population est passée de 11 000 habitants dans les années 1790 à environ 18 000 habitants dans les années 1840.

14Le jardin est alors déplacé plus au nord, le long de la Sèvre, excentré, intégré au jardin des plantes. La ville le rejette à la périphérie.

15Les années 1840-1880 sont marquées par des tentatives infructueuses de recréation de l’ancien jardin, sur ce qu’il reste de terrain inoccupé.

16En 1840, le Dr Palustre, membre de la Société d’agriculture, soumet son projet d’une école pratique d’agriculture sur le site historique. Dans l’esprit de Jozeau, il intégrerait la botanique et l’agriculture. Mais le soutien des autorités locales fait défaut et le projet reste dans les cartons7. Dans les années 1860-1880, la Société d’arboriculture et d’horticulture se heurte aux mêmes difficultés, y compris financières. Elle réussit pourtant à acquérir le jardin de Belle-Île (entre les deux bras de la Sèvre, à l’ouest de Niort) et à en créer un autre autour de l’église Saint-Hilaire, à l’angle sud de la place de la Brèche, et un autre encore, loin du centre, route de Limoges8. Un nouveau projet près du Donjon est rejeté en 1876 par la municipalité, qui ne veut pas y consacrer les 22 000 francs nécessaires.

17La ville ne voit pas l’intérêt d’un jardin, ses priorités sont ailleurs, du côté des grands travaux dans le centre historique.

18Entamer les centres anciens par des percées concerne beaucoup de villes jusqu’au début du xxe siècle. À Niort, la demande de jardin botanique vient seulement du monde savant local, de notables qui s’intéressent à l’histoire naturelle et au patrimoine de leur ville. La population ne manifeste pas d’intérêt particulier pour un retour du jardin sur son terrain initial. Après tout, pour le promeneur niortais, la nature et la campagne ne sont jamais très loin.

La pression du monde savant local

19C’est une jeune société savante, la Société botanique des Deux-Sèvres fondée le 22 novembre 1888, qui va faire revivre le jardin au centre de la ville.

20La création du jardin est inscrite dans ses statuts (article 2), à côté de l’étude de la botanique scientifique, agricole, horticole et médicale9. Les autorités communales lui concèdent ce qu’il subsiste du terrain pour une durée de dix-huit ans. Le jardin est inauguré le 15 juin 1890.

21On peut se demander pourquoi le projet de la société botanique est accepté, alors que la ville ne connaît pas de changement politique notable.

22D’abord, les grands travaux sont terminés dans cette partie de Niort et il ne reste qu’un terrain en friche dont personne ne veut, autour du Donjon. Ensuite, les prisonniers sont partis depuis 1853. La maison d’arrêt et le tribunal judiciaire ont été construits ailleurs (en limite sud de l’emplacement du jardin, à l’extérieur de l’ancien mur d’enceinte du château).

23En conséquence, le jardin ne risque plus de faire obstacle à un plan d’urbanisme arrivé à son terme.

24Les fondateurs de la société botanique ont d’autres arguments : le futur président (Baptiste Souché, instituteur) a remis le terrain en état, bénévolement, au cours de l’été 1888, avec l’aide de quelques botanistes. La valorisation gratuite d’un terrain qui n’est pas convoité est vue d’un bon œil. Un gardien et un jardinier de la ville sont mis généreusement à la disposition de la société, mais à ses frais. En retour, la municipalité impose une contrainte : le jardin devra être ouvert au public le dimanche après-midi.

25Enfin, la dynamique société botanique remporte un grand succès : 153 membres en 1889, plus de 600 entre 1905 et 1914, et fait bientôt rayonner la science niortaise sur tout le Centre-Ouest en devenant société régionale10. Le jardin est « pour le public la meilleure preuve de la vitalité de la société qui l’entretient11 ».

26Mais les relations entre la société et les élus restent difficiles. Les demandes d’assurer de modestes travaux : une clôture, la réparation de la prise d’eau, la consolidation de la voûte de la porte d’entrée, sont constamment remises au budget de l’année suivante. Au cours de l’été 1907, la fin de la concession à la société est signifiée de façon cavalière quand les ouvriers municipaux déposent des pierres dans le jardin.

27Le terrain est de nouveau utile : il sert de dépotoir.

L’engagement d’une ville

28Les situations locales sont diverses. L’exemple qui suit, à l’inverse de celui de Niort, manifeste la convergence d’intérêts communs. Le jardin devient un des éléments structurants d’un plan d’urbanisme pensé à partir des années 1820.

29À Tours, la ville est derrière les initiateurs d’un projet, d’abord ajourné en 1832 et relancé en 1841, au moment de la création de l’école de médecine et de pharmacie : le pharmacien et administrateur de l’hospice, Jean-Anthyme Margueron, le monde savant local (notamment la société d’agriculture), l’école préparatoire de médecine et de pharmacie récemment ouverte, des agriculteurs, horticulteurs et industriels se mobilisent pour la création d’un jardin botanique sur un terrain de plus de 5 hectares. Margueron consacre au projet une partie de ses fonds personnels, les Tourangeaux répondent à une souscription, le conseil général vote une allocation annuelle de 500 francs de 1842 à 1844, elle passe à 1 000 francs en 1845. Quelque 70 000 francs vont être dépensés pour l’irrigation.

30Tous sont convaincus de l’urgence d’assainir un marécage qualifié de « cloaque infect ». Peut-être ce cloaque évoque-t-il aussi pour les Tourangeaux les tanneries qui exhalent des odeurs putrides en bord de Loire, ainsi que l’abattoir. Le verdissement d’une ville qui se densifie est jugé indispensable.

31La pose de la première pierre de l’orangerie a lieu le 9 novembre 1843. En 1844, plus de deux mille espèces sont étiquetées.

32Le jardin remporte un succès immédiat. Le public est notamment attiré par son exotisme. Les Tourangeaux viennent admirer le magnolia et des représentants de la flore des colonies, le jardin anglais, les serres chaudes et la ménagerie (on introduit des lamas, antilopes, kangourous, avec plus ou moins de bonheur, les cerfs et les biches s’acclimatent plus facilement)12. C’est un instrument de travail pour le botaniste, l’agronome, l’horticulteur, l’étudiant en médecine ou en pharmacie, qui n’a que quelques pas à faire pour passer de l’amphithéâtre au jardin.

33La gare construite en 1845-1846 permet de faire le voyage depuis Paris en moins de 6 heures (les diligences les plus rapides mettaient 23 heures). Les Parisiens affluent et viennent participer à l’essor économique local, dans une ville aérée, assainie et verdie13.

Typologie des jardins botaniques14

34Les jardins ont donc plusieurs fonctions qui coexistent : scientifiques, éducatives, récréatives, artistiques, environnementales. Ils sont aussi pensés comme des éléments qui contribuent à structurer les plans d’urbanisme.

35Je vais m’arrêter sur leur fonction scientifique.

Des écoles de botanique

36« Par école on entend un jardin botanique où les plantes sont classées méthodiquement. Les diverses parties qui la composent ne peuvent être que régulières dans leur forme15. » Dans son traité sur les jardins, Louis Audot explique alors comment tracer des lignes droites et des perpendiculaires.

37Les « jardins écoles », ou « écoles de botanique », sont des lieux d’étude à l’esthétique scientifiquement pensée. On emprunte au chimiste Chevreul sa loi sur le contraste des couleurs pour l’appliquer aux parterres16. Par exemple, on mélange les fleurs de couleur bleue, jaune et rouge, les trois couleurs fondamentales, ou on leur associe les couleurs complémentaires (jaune et violet ; rouge et vert ; bleu et orangé).

38Plusieurs catégories de jardins écoles se dessinent : école de botanique, de l’arboretum, fruitière, des mûriers, des céréales, fourragères-oléagineuses-tinctoriales, école maraîchère.

39La promotion de ces jardins est faite par des traités illustrés dont les rééditions successives attestent de leur succès et par les sociétés savantes.

40Au cours de leur congrès scientifique organisé à Poitiers en 1834, une maquette de jardin est présentée. Il s’agit d’un système de planchettes mobiles percées de trous avec des quilles portant des étiquettes de couleurs différentes selon les classifications adoptées :

vertes au recto pour la méthode de classification naturelle d’Antoine-Laurent de Jussieu, Genera Plantarum (1789)17 ;

roses au verso pour celle du botaniste suisse Augustin-Pyramus de Candolle, continuée par son fils Alphonse18.

41C’est à la fois un modèle pour les directeurs de jardins et un support pédagogique pour les étudiants qui souhaitent se familiariser avec les nouvelles méthodes de classification naturelle, plus complexes que les systèmes artificiels anciens, de Joseph Pitton de Tournefort et surtout de Linné.

42Du fait de cette complexité, le jardin de Poitiers est revenu au système de Linné en 1804, après avoir testé la méthode de Jussieu avec laquelle les étudiants rencontraient des difficultés19.

43Les arguments pédagogiques ne sont pas les seuls, dans le contexte de renaissance du mouvement linnéen français, qui se manifeste par la création d’un réseau de sociétés linnéennes, surtout au cours du premier tiers du siècle. On peut citer Jean-François Laterrade, directeur du jardin botanique de Bordeaux, qui voue un véritable culte à Linné et en fait la promotion dans le Bulletin de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux et dans celui de la Société linnéenne fondée en 181820.

44La fonction pédagogique des jardins écoles est mise en avant. Ce sont aussi des jardins d’essai, dans lesquels on expérimente l’acclimatation et la naturalisation des plantes utiles, l’hybridation, surtout à partir des années 1850.

45À Niort, les graines et plantes sont fournies par des membres de la société botanique, déjà identifiées et vérifiées. Il faut veiller au grain : l’un des membres, conservateur du jardin, signale que les plantes étiquetées sont en mauvais état alors que le potager personnel du jardinier est bien entretenu. Ensuite, les choses s’améliorent, mais un autre botaniste constate de nombreuses erreurs d’étiquetage. Un amateur confirmé est alors nommé directeur des travaux scientifiques et ceux qui viennent travailler dans le jardin sont indemnisés de leurs frais de déplacement.

46Rituellement, l’école de botanique est doctement arpentée par les membres de la société les jeudis après-midi après les séances ordinaires, et des instituteurs (souvent membres de la société) y viennent avec leurs élèves. Pour eux, on ouvre le jardin d’autres jours. Il est comme un livre vivant21.

Des cartes botanico-géographiques

47L’école de botanique devient un herbier vivant. À Niort, elle a l’ambition d’exposer au regard des visiteurs une sorte de résumé de la flore régionale. Les botanistes veulent donner à voir et à connaître la flore de la campagne aux habitants de la ville. Quant à eux, ils peuvent prolonger leurs excursions botaniques et leurs travaux en cabinet par l’observation des échantillons vivants. On sait que les plantes séchées en herbier ne conservent pas tous les caractères utiles à leur identification, du fait de leur réduction à deux dimensions et de la perte de leurs couleurs.

48Le jardin offre aussi une lecture de la distribution géographique des espèces, il peut donner envie de sortir de la ville pour retrouver la plante dans son milieu naturel, en se rendant directement sur le site mentionné dans le jardin, muni de la Flore du Haut-Poitou publiée par la société, dont la première partie permet de déterminer les espèces, et la seconde, de les localiser22.

49La géographie botanique connaît un développement extraordinaire au sein du monde savant local. Les sociétés lancent des programmes qui visent à établir la carte géobotanique de leur territoire, de leur petite « patrie » locale.

50Ces programmes se traduisent par la réorganisation des jardins botaniques. À Bordeaux, l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts, par la voix de son président, souhaite aménager le jardin de la ville avec « une partie plus ou moins grande de la carte botanico-géographique, […] un abrégé, un sommaire de la mappemonde végétale23 ». La Société d’étude des sciences naturelles de Béziers a le projet de présenter « tout ce que l’on peut voir tous les jours dans notre région, sous notre climat24 ». L’Académie de Clermont-Ferrand remet en cause l’intérêt de « l’arrangement régulier des plantes par famille, disposées les unes à la suite des autres dans de longues plates-bandes [car] il est impossible […] de faire ressortir l’importance d’une flore locale et la distribution des espèces dans une région donnée25 ».

Des jardins écologiques

51La détermination des aires de répartition des espèces entraîne la recherche des causes de leur distribution géographique, dans le cadre d’un programme de géographie botanique écologique initié par Alexander von Humboldt et Augustin-Pyramus de Candolle au début du xixe siècle26.

52À la fin du siècle, cette évolution dans la conception des jardins botaniques est portée par la vogue des jardins alpins, comme celui du pic du Midi, qui réunit les principaux représentants de la flore pyrénéenne, sur le modèle suisse promu par les clubs alpins. Les jardins du Lautaret et du mont Aigoual sont remarqués lors du premier congrès international des jardins alpins de 190427.

53On caresse l’espoir de mettre en œuvre de tels projets dans des jardins de plaine et de ville.

54Ainsi, les botanistes de l’Académie de Clermont-Ferrand souhaitent que « le sol de chaque plate-bande [soit] emprunté au sol de la région qu’elle représente » afin d’y présenter les « plantes caractéristiques »28. À Bordeaux encore, le jardin botanique deviendrait un « véritable jardin biologique, une collection non seulement de plantes alpines, mais aussi une collection de conditions alpines29 ». Le terrain doit alors présenter des « groupes physiologiques tout à fait comparables aux associations biologiques que l’on trouve dans la nature30 ». Il s’agit là d’une référence à un ouvrage d’Alphonse de Candolle publié en 1874. Les « groupes physiologiques » sont déterminés par deux facteurs de l’environnement : la température et l’humidité. Identifier des groupements végétaux, des communautés, encore appelées associations, avec des espèces caractéristiques dont on analyse les conditions du milieu (du biotope), est une problématique écologique.

55Les jardins alpins répondent aussi à une demande esthétique, en rupture avec les allées géométriques à la française. Après l’Angleterre, la Suisse et certaines régions d’Allemagne, l’essor du tourisme montagnard entraîne un engouement des Français pour les jardins alpins. « Chacun composera son petit poème de rocailles fleuries, et bien souvent les plantes, dans leur lutte pour l’existence, dans le charmant fouillis de leurs végétations entremêlées, produiront des effets pittoresques et gracieux sur lesquels l’amateur n’avait pas compté31. »

56Le goût pour les jardins à l’anglaise, développé à la suite des encyclopédistes après la Révolution française, entraîne le bannissement de la ligne droite, jugée antinaturelle. Cependant, sous la Restauration, la restriction de l’espace urbain et une nouvelle forme de rationalisation tempèrent les fantaisies et les créations originales. Les ellipses sont tracées au compas, les allées sont tirées au cordeau.

Conclusion

57Les jardins botaniques ont été abordés ici, pour le xixe siècle, comme des espaces urbains clos qui donnent notamment à voir et à connaître des plantes communes des campagnes environnantes, dont les habitants des villes sont de plus en plus éloignés, à l’exception des « mauvaises herbes » qui se développent sur les trottoirs, dans les rues, les friches urbaines ou les ruines. Mais leur présence est liée à des conditions écologiques spécifiquement urbaines.

58Les enjeux et les situations locales dans les villes de province sont divers. Finalement la création et le maintien des jardins urbains du xixe siècle sont tributaires des formes et des acteurs de la demande sociale, sous réserve qu’elle soit en cohérence – ou négociée – avec les plans d’urbanisation qui sont mis en œuvre dans les villes.

59Au regard de l’historien des sciences, les jardins témoignent aussi de l’appropriation de concepts scientifiques en matière de taxonomie, de géographie botanique et d’écologie. « Entre science et représentation », ce sont des « jardins de l’intelligence », à la fois « joie pour le cœur » et « satisfaction pour la raison »32.

Figure 1

Image 1000000000000569000003C631482FAEFBC95491.jpg

Plan du jardin botanique de Niort en 1800.

Médiathèque Pierre-Moinot, Niort, fonds Henri Clouzot, H C P 31.

Notes de bas de page

1 La Société zoologique de Marseille fait figure d’exception en gérant un jardin zoologique : voir Christophe Borrely, « Histoire du jardin zoologique de Marseille », carnet de recherche, avril 2020, en ligne : https://www.openedition.org/32161 (consulté en août 2022). Sur les animaux dans la cité : Caroline Hodak, « Les animaux dans la cité : pour une histoire urbaine de la nature », Genèses, no 37, 1999, « Sciences du politique » (dir. Stéphane Beaud), p. 156-169. Bénédicte Percheron, « Les hommes face aux animaux à Rouen au xixe siècle. Représentations, études zoologiques et perceptions », Histoire urbaine, no 47, 2016/3, p. 87-105, en ligne : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2016-3-page-87.htm (DOI : 10.3917/rhu.047.0087) (consulté en août 2022). Voir aussi la création d’une station de recherche en zoologie marine par une société savante, la Société zoologique d’Arcachon : Patrick Matagne, « Les naturalistes au laboratoire », Bulletin d’histoire et d’épistémologie des sciences de la vie, vol. 3, no 1, 1996, p. 30-41.

2 Modifié par le titre II de la loi Daunou du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795).

3 Castrum niortense.

4 Corps législatif, Conseil des Anciens. Rapport fait par Morand, député du département des Deux-Sèvres, sur la résolution du 18 messidor an VI qui autorise l’administration centrale du département des Deux-Sèvres à disposer d’une portion de terrain dépendant du ci-devant château de Niort pour y établir un jardin botanique, séance du 22 fructidor an VI, 1798, 11 p. Citations p. 4, p. 7, p. 9.

5 Annuaire pour l’an VII de la République, p. 20 et notes sur l’Almanach des Muses de l’école centrale des Deux-Sèvres, 1798.

6 Les écoles centrales sont remplacées par des lycées d’État ou par des écoles secondaires (équivalentes des collèges).

7 Matthieu Palustre, « De la création d’un jardin des plantes à Niort et d’un cours de botanique appliquée à l’agriculture », Journal de l’agriculture, no 8, août 1841, p. 154-156 et p. 166-172. Notice sur la botanique, idem, no 9, septembre 1841, p. 165-189.

8 Société d’horticulture et d’arboriculture des Deux-Sèvres, VIe année, 1er semestre 1858. Idem, XIIIe année, 1er semestre 1865.

9 Société botanique des Deux-Sèvres. Statuts et règlement, Niort, Imprimerie Chiron, 1888.

10 Société de vulgarisation des sciences naturelles (1909), Société historique et scientifique des Deux-Sèvres (1905) qui fait suite à la Société de statistique des Deux-Sèvres (1836).

11 Bulletin de la Société botanique des Deux-Sèvres, 1899, p. 139.

12 « Rapport de M. de Sourdeval sur le projet de création d’un jardin botanique à Tours », Annales de la Société d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l’Indre-et-Loire, t. 22, 1842, p. 237-245. Sur le jardin botanique de Tours, idem, t. 23, 1843, p. 58-61 ; t. 25, 1845, p. 186-193 ; t. 40, 1861, p. 51-55. Laurence Berluchon, Jardins de Touraine, Tours, Arrault et Cie Maîtres imprimeurs, 1940, p. 330-331. Robert David Barnsby, « Sur l’acclimatation de quelques espèces animales et végétales en Touraine », Annales de la Société d’agriculture, t. 9, nouvelle série, 1870, p. 90-100.

13 Jeannine Labussière, « Nouveaux notables pour un nouveau départ (1815-1870) », dans Bernard Chevalier (dir.), Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 260-261.

14 Patrick Matagne, « Des jardins écoles aux jardins écologiques », dans Jean-Louis Fischer (dir.), Le Jardin entre science et représentation, actes du 120e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, du 23 au 29 octobre 1995, Paris, éditions du CTHS, 1999, p. 307-315.

15 Louis-Eustache Audot, Traité de la composition et de l’ornement des jardins, Paris, Audot libraire-éditeur, réimpression de la 6e édition (1re en 1818), 1859, p. 46.

16 Michel-Eugène Chevreul, De la loi du contraste simultané des couleurs et de l’assortiment des objets colorés considérés d’après cette loi dans ses rapports avec la peinture, les tapisseries des Gobelins, les tapisseries de Beauvais pour meubles, les tapis, la mosaïque, les vitraux colorés, l’impression des étoffes, l’imprimerie, l’enluminure, la décoration des édifices, l’habillement et l’horticulture, Paris, Pitois-Levrault, 1839.

17 Antoine-Laurent de Jussieu, Genera Plantarum secundum ordines naturales disposita, juxta modum in Horto Regio parisiensis exaratam, Paris, Hérissant, 1789.

18 Augustin-Pyramus de Candolle, Regni vegetabilis Systema naturale, Paris, Treuttel et Würtz, 1818-1821, suivi du Prodromus systematis naturalis regni vegetabilis, commencé en 1824 et continué par Alphonse de Candolle.

19 Yves Laissus, « Le jardin botanique de Poitiers, note sur les sources manuscrites conservées à la bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle », dans Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), Comptes rendus du 87e Congrès national des sociétés savantes, Poitiers, 1962. Section des sciences, Paris, Gauthier-Villars, 1963, p. 165-172.

20 Pascal Duris, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz, 1993, p. 159 et suiv.

21 Jean-Marc Drouin, « Une espèce de livre vivant : le rôle des jardins botaniques d’après Augustin-Pyramus de Candolle », Saussurea, vol. 24, 1993 (Société botanique de Genève), p. 37-46.

22 Baptiste Souché, Flore du Haut-Poitou ou analyse des familles, des genres, des espèces, et description des plantes qui croissent spontanément ou qui sont l’objet d’une culture en grand dans les départements des Deux-Sèvres et de la Vienne, Niort, L. Clouzot, 1894, 334 p. Id., Flore du Haut-Poitou, 2e partie : Matériaux pour une géographie botanique régionale, Niort, Lemercier et Alliot, 1901, 283 p.

23 Jean-François Laterrade, « De l’utilité des jardins des plantes et de l’état de celui de Bordeaux en 1847 », dans Actes de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, 1847, p. 428.

24 Bulletin de la Société d’étude des sciences naturelles de Béziers, 1886, p. 58.

25 Bulletin de l’Académie de Clermont-Ferrand, vol. 14, no 164, mars 1893, p. 242.

26 Alexander von Humboldt, Essai sur la géographie des plantes, Paris, Schoell et Tübingen, Cotta, 1807. Augustin-Pyramus de Candolle, « Géographie botanique », dans Dictionnaire des sciences naturelles, t. 18, édité par Frédéric Cuvier, Paris et Strasbourg, Levrault, 1820, p. 359-422.

27 R. Bonaparte, « Compte rendu du premier congrès des jardins alpins », Bulletin de la Société botanique de France, t. 51, 1904, p. 386-387.

28 Bulletin de l’Académie de Clermont-Ferrand, mars 1893, vol. 14, no 164, p. 242.

29 Henri Devaux, « Un jardin alpin », Bulletin de la Société philomathique de Bordeaux, 1901, p. 90.

30 Ibid., p. 87. Référence à Alphonse de Candolle, Constitution dans le règne végétal de groupes physiologiques applicables à la géographie botanique ancienne et moderne (1874).

31 Édouard André, Les fleurs de pleine terre, comprenant la description et la culture des fleurs annuelles, bisannuelles, vivaces et bulbeuses, suivies de classements divers indiquant l’emploi de ces plantes et l’époque de leurs semis ou plantations et de leur floraison ; de nombreux exemples d’ornementation pour corbeilles, plates-bandes, etc., ainsi que des plans de jardins et de parcs paysagers avec des notes explicatives et exemples de leur ornementation, Paris, 1894, 4e édition augmentée (Vilmorin), p. 1226.

32 Jean-Louis Fischer (dir.), Le jardin entre science et représentation, actes du 120e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, du 23 au 29 octobre 1995, Paris, éditions du CTHS, 1999. Lucien Corpechot, Les jardins de l’intelligence. Parcs et jardins de France, Paris, Plon, 1937, p. 8 et p. 74.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.