Version classiqueVersion mobile

La nature en ville

 | 
Patrick Matagne

Sociétés savantes

Les sociétés savantes dans l’Ouest de la France : regards et pratiques des botanistes en ville (1850-1914)

Louise Couëffé

Texte intégral

Introduction

  • 1 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale : une histoire de la nature en milie (...)
  • 2 Cité dans John M. Merriman, (traduit de l’anglais par Jean-Pierre Bardos) Aux marges de la ville. F (...)
  • 3 Sophie Bouffier, Claude-Isabelle Brelot et Denis Menjot (dir.), Aux marges de la ville. Paysages, s (...)
  • 4 Florence Bourillon, Les villes en France au xixe siècle, Paris, éditions Ophrys, 1992, p. 22, p. 10 (...)
  • 5 Jean-Pierre Poussou, La croissance des villes au xixe siècle. France, Royaume-Uni, États-Unis et pa (...)

1La présence du végétal en ville a pour fonction de structurer, de policer et d’assainir le tissu urbain : maîtrisé et ordonné, il est synonyme d’ordre, vecteur d’hygiénisme et de moralisation, ce qui suppose l’effacement du végétal spontané1. Ainsi, lorsque Victor Hugo décrit le quartier de la barrière d’Italie, aux marges de Paris, il écrit : « ce n’était pas une ville, les rues avaient des ornières comme les grandes routes, et l’herbe y poussait », et ce n’était pas non plus la campagne2. L’urbanisation croissante à partir du milieu du siècle transforme l’environnement et les paysages, tout en redéfinissant les frontières des villes3. Dans l’Ouest, où dominent les villes moyennes, la croissance et l’expansion urbaines sont particulièrement fortes dans la deuxième partie du xixe siècle, bien qu’elles restent moins importantes que dans l’Est et le Nord de la France4. Si la définition de la ville est délicate, allant de la petite ville de province de 2 000 habitants (seuil défini en 1846) jusqu’à la grande ville, qu’elle soit industrielle, administrative ou politique5, les transformations spatiales et sociales qu’elles subissent suscitent une certaine anxiété chez les contemporains, qui valorisent en réponse à cela les espaces de campagne, de « nature » et des loisirs en plein air.

  • 6 Yves Luginbühl, « Nature, paysage, environnement ; obscurs objets du désir de totalité », dans Mari (...)
  • 7 Krzysztof Pomian, « Collections : une typologie historique », Romantisme, no 112, 2001, « La collec (...)
  • 8 Patrick Matagne, « Les naturalistes amateurs et leurs réseaux (1880-1914), ou comment occuper le “t (...)

2Depuis le xviiie siècle, la pratique de la botanique est valorisée en tant que loisir sérieux qui favorise une certaine proximité avec la nature, vue comme porteuse de valeurs morales et hygiénistes6. À la fin du xviiie siècle, l’intérêt se porte autant sur les plantes extraordinaires que sur le végétal spontané ordinaire7. La pratique de l’herborisation est encouragée au xixe siècle par le développement de l’enseignement de la botanique, d’une offre éditoriale et matérielle variée, et par la multiplication de sociétés savantes naturalistes. Elle répond à un intérêt croissant pour les sciences, tout en associant les bénéfices d’un loisir sérieux à ceux de l’excursion en plein air8.

  • 9 Patrick Matagne, Aux origines de l’écologie. Les naturalistes en France de 1800 à 1914, Paris, édit (...)
  • 10 Jean-Marc Drouin et Bernadette Bensaude-Vincent, « Nature for the People », article cité, p. 410-42 (...)

3Dans les départements de Maine-et-Loire, de la Loire-Inférieure, de la Sarthe, de la Mayenne et de la Vendée, les sociétés savantes se consacrant aux sciences naturelles apparaissent principalement dans la deuxième partie du xixe siècle (Société linnéenne d’Angers en 1853, Société d’études scientifiques d’Angers en 1871, section de sciences naturelles dans la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure en 1847, Société des sciences naturelles de l’Ouest de la France à Nantes en 1891, réseau de botanistes particulièrement actif autour d’Ambroise Gentil dans la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe à partir des années 1870, etc.). À l’instar d’autres sociétés naturalistes, les herborisations collectives qu’elles organisent ont lieu dans des sites pittoresques accessibles à pied, par train ou en bateau9. La valorisation de ces espaces repose autant sur l’intérêt scientifique de leur flore (richesse et diversité des espèces) que sur une lecture dichotomique de l’espace qui en fait des refuges contre l’urbanisation croissante et des lieux de loisir privilégiés10. À la suite de ces excursions, les comptes-rendus d’herborisations, catalogues et notes publiés dans leurs bulletins conservent la trace des itinéraires suivis et des espèces observées ou collectées sur le trajet, révélant ainsi des formes d’attention au végétal, où les plantes des espaces considérés comme « naturels » dominent. Ces publications facilitent la circulation publique de connaissances actualisées sur la flore locale : l’inscription des espèces dans ces sources dépend en partie de leur intérêt au point de vue du savoir botanique et en rapport avec les localités explorées.

4La valorisation des herborisations dans ces sites considérés comme « naturels » suggère une attention asymétrique au végétal spontané entre la ville et la campagne. De fait, ces sources n’accordent que peu de place au végétal présent dans l’espace urbain, notamment lorsqu’il est spontané. Cela pose la question des modes d’attention des acteurs à l’égard de ces plantes selon les contextes et les espèces, la question de la valeur accordée au végétal urbain et celle de sa mobilisation dans la construction de savoirs sur la flore. Ces contextes d’observation et de collecte du végétal urbain par les botanistes amateurs, dans un espace non valorisé comme terrain d’herborisation, invitent à questionner le statut de pratiques mobilisées ainsi que leurs conséquences sur la définition de l’identité des amateurs.

  • 11 Isabelle Trivisani-Moreau, Aude-Nuscia Taïbi et Cristiana Oghina-Pavie (dir.), Traces du végétal, R (...)

5Étudier les observations des botanistes et leurs formes d’attention au végétal urbain, quelle que soit l’échelle de la ville, nécessite ainsi de prêter une attention particulière aux « traces » laissées par ces pratiques, que ce soit dans les publications des sociétés savantes ou dans les herbiers11. L’article utilise essentiellement les comptes-rendus d’herborisation publiés par les sociétés savantes de l’Ouest ou les articles rédigés par leurs membres, ce qui est complété par l’étude des carnets d’herborisation et des herbiers des acteurs. Il s’agit de relever les évocations du végétal urbain, de saisir les contextes, les enjeux, les finalités de pratiques d’observation et de collecte diffuses, éparses et peu visibles. Si les discours déployés sur la ville, l’urbanisation et le végétal urbain sont relativement péjoratifs, quelques traces montrent que le végétal urbain (notamment les phanérogames) attire l’attention des amateurs de botanique au gré des itinéraires quotidiens ou des herborisations, ainsi que dans quelques lieux particuliers de l’espace urbain. Elles évoquent l’attention différenciée au végétal en ville suivant les espèces et les espaces considérés.

À la recherche de traces d’herborisation en ville : un intérêt pour la flore des rues ?

  • 12 Victor Pavie (1808-1886) est un auteur, journaliste et éditeur passionné de botanique et membre de (...)
  • 13 Victor Pavie, « Herborisation à Chaloché », dans Annales de la Société linnéenne de Maine-et-Loire, (...)

6Alors que quelques espèces présentes dans les rues et les champs, les friches ou les jardins, sont mentionnées dans les flores, le végétal urbain est généralement peu signalé dans les comptes-rendus d’herborisation des botanistes et les bulletins des sociétés savantes naturalistes. La flore des villes est ordinairement considérée comme banale et pauvre : selon Victor Pavie12, « La moisson qu’on y cueille est si maigre et si vile » qu’elle n’intéresse pas les botanistes13. Malgré cet apparent désintérêt, les quelques traces présentes dans les bulletins des sociétés savantes invitent à questionner les modes d’attention au végétal urbain, ainsi que les motifs de son évocation.

Des observations anecdotiques et opportunistes

  • 14 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 186-187.
  • 15 Musée d’histoire naturelle de Nantes, fonds Delalande, boîte 2, lettre de James Lloyd à l’abbé Dela (...)

7Les quelques évocations des plantes spontanées présentes en ville dans les bulletins des sociétés savantes suggèrent que ces observations s’inscrivent en partie dans des itinéraires quotidiens ou des lieux de passage lors des herborisations collectives. Ces traces dessinent des itinéraires dans lesquels les rues, les gares, les ports, les murs et remparts, les ponts sont les lieux de collecte ou d’observation les plus fréquemment mentionnés. À l’inverse, les cimetières sont complètement absents, alors que certains d’entre eux deviennent de véritables jardins et parfois des lieux touristiques au milieu du xixe siècle14. Les rares mentions de ces espaces dans la correspondance15 indiquent des pratiques d’herborisation existantes mais peu visibles, sans doute en raison du caractère sacré de ces espaces.

  • 16 H. Besnard, « Précis d’une herborisation dans le Baugeois », dans Bulletin de la Société d’études s (...)
  • 17 Alexandre Boreau, Catalogue raisonné des plantes phanérogames qui croissent naturellement dans le d (...)

8Les observations du végétal spontané en milieu urbain s’inscrivent ainsi en marge d’activités quotidiennes ou du temps consacré à l’herborisation. Lors des excursions collectives, elles ont généralement lieu en marge du temps d’herborisation, durant un temps d’attente ou au moment du départ de la ville. Elles relèvent souvent de l’opportunisme, lors du passage des botanistes à proximité d’une gare, dans une rue, ou sur une place, parfois plus ou moins en périphérie des villes. En 1881, les botanistes de la Société d’études scientifiques d’Angers se rendent en train dans le Baugeois, afin de visiter les environs de quelques communes. Dans la petite ville de Beaufort, ils traversent « à la hâte la place de l’église où [ils remarquent] en passant : Poa megastachia (Koel), Chenopodium opulifolium (Schrad) »16, la première espèce étant jugée assez commune dans le département, la seconde assez rare17. Dans ce cas, ces espèces ne sont pas spécialement recherchées et leur observation relève d’une contingence et de l’opportunisme.

  • 18 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 199 ; Rémi Luglia, Sa (...)
  • 19 Musée d’histoire naturelle de Nantes, fonds Lloyd. Lloyd, Journal, t. IX, 1860-1867, « Drapernaldia (...)

9Au contraire de perceptions peu différenciées des espèces spontanées en ville, regroupées sous le terme de « mauvaises herbes » autorisant la destruction de ces plantes en raison du désordre qu’elles introduisent dans l’espace urbain18, les quelques évocations du végétal spontané par les botanistes amateurs révèlent une perception fine des plantes présentes dans l’environnement urbain. Bien qu’anecdotique en regard des espèces observées dans d’autres espaces, l’inscription de ces plantes spontanées en milieu urbain dans les bulletins des sociétés savantes révèle une curiosité à l’égard de la flore ordinaire, familière. Leur observation relève parfois de l’opportunisme et du hasard, et se produit autant lors d’excursions collectives, de passages dans de petites villes, qu’en marge d’itinéraires et d’activités du quotidien, comme le montrent les journaux d’herborisation19. L’attention des botanistes au végétal spontané en milieu urbain est sans doute plus commune que ne le laissent entrevoir ces quelques traces. Elle est suffisamment marquée pour que la présence des espèces soit connue, parfois indiquée, en particulier lorsqu’il s’agit de plantes rares.

Les espèces rares, un cas particulier

10Si les plantes spontanées présentes dans les villes de l’Ouest ne font pas l’objet d’inventaires exhaustifs (comme le fait Vallot en 1884, et au contraire des espèces présentes dans des lieux d’herborisation considérés comme plus « naturels », qui sont soigneusement listées), car les espèces ordinaires ne sont que peu mentionnées, les localités d’espèces rares sont en revanche soigneusement indiquées.

  • 20 James Lloyd (1810-1896) est un botaniste nantais, auteur d’une Flore de la Loire-Inférieure et d’un (...)
  • 21 James Lloyd, Flore de la Loire-Inférieure, Nantes, Prosper Sébire, 1844, p. 231.
  • 22 M. Bureau, « Excursion botanique du Muséum d’histoire naturelle de Paris aux environs de Nantes et (...)
  • 23 Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, Paris, Flammarion, 1990 (Aub (...)
  • 24 Fabrice Abbad (dir.), La Loire-Atlantique…, op. cit., p. 131-138.
  • 25 Ernest Préaubert (1852-1933) est un professeur de sciences physiques passionné de botanique, et l’u (...)

11Or, ces espèces sont recherchées lors des herborisations, bien qu’elles se trouvent en dehors des terrains d’excursion habituels. Lors d’une excursion dirigée par Édouard Bureau en 1893, une espèce d’ortie rare (Urtica pilulifera L.), citée dans la Flore de la Loire-Inférieure de James Lloyd20 (1844)21, est « cherchée vainement » « dans les rues les moins fréquentées du Croisic, au pied des murs, et au Pouliguen, dans les mêmes conditions »22. Cette recherche a lieu lors du trajet entre Le Croisic, où les excursionnistes avaient herborisé sur les plages, et Batz-sur-Mer. Les littoraux, en tant qu’espaces de loisir ou de questionnements scientifiques, sont des lieux d’excursion privilégiés, et les villes reliées par le chemin de fer sont particulièrement visitées23. Le Croisic, petite ville balnéaire de la côte sauvage, rendue plus accessible par la ligne de chemin de fer Nantes – Saint-Nazaire construite en 185724, est un point de passage fréquent lors des excursions des botanistes sur la côte. Cette espèce rare semble être régulièrement recherchée à cette occasion, comme le montrent les échantillons conservés dans différentes collections (comme dans l’herbier d’Ernest Préaubert25, qui la collecte en 1885 au Croisic). Sa prospection suppose une attention particulière au végétal spontané présent dans les rues de ces petites villes touristiques.

Figure 1

Figure 1

Muséum de sciences naturelles d’Angers. Herbier Préaubert. Urtica pilulifera L., Le Croisic, 31 août 1885. En ligne sur e-recolnat [URL : www.recolnat.org] 2015.0.03820

  • 26 Félix Hy (1853-1918) est professeur de botanique à la faculté libre des sciences d’Angers à partir (...)
  • 27 L’abbé Hy, « Troisième note sur les herborisations de la faculté des sciences d’Angers en 1882 », d (...)
  • 28 John M. Merriman, Aux marges de la ville…, op. cit., p. 20-21.

12En 1884, l’abbé Hy26 évoque dans les Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Angers la présence d’un trèfle et d’une crépide dans de nouvelles rues d’Angers (Trifolium resupinatum L., Crepis setosa Hall.), et espère que ces espèces rares « pourront y continuer leur développement sans que le pied indiscret des passants vienne troubler leur prise de possession »27. Les nouvelles rues, en marge des villes, sont souvent moins entretenues et laissent plus de place au végétal spontané28. Le signalement d’espèces rares permet d’enrichir la flore du département et d’indiquer de nouvelles localités de collecte de ces espèces, mais l’entretien des rues, le désherbage et les passages réitérés des habitants constituent un risque pour la pérennité des localités. L’attention aux conséquences de l’environnement urbain et au végétal présent dans certains espaces dépend ainsi de la valeur attribuée aux espèces spontanées.

Les villes, une cause d’appauvrissement de la flore ? les critiques des botanistes

13Au-delà des discours hygiénistes et de la valorisation des paysages pittoresques, la ville est un espace inadéquat pour les herborisations : la pauvreté de sa flore, comparée à la richesse de celle de la campagne ou des espaces « naturels », ainsi que les modes de gestion du végétal spontané n’en font pas un lieu idéal pour les herborisations. Cela suscite des critiques concernant l’urbanisation ou les modes de gestion du végétal spontané en ville, nuisant à la présence de certaines espèces.

L’urbanisation et la disparition de localités

  • 29 Quelques exemples : Reverchon, « Excursion à Baugé », dans Bulletin de la Société d’études scientif (...)
  • 30 S. Bouffier, C.-I. Brelot et D. Menjot (dir.), Aux marges de la ville…, op. cit., p. 56-57.
  • 31 Emmanuel Davy de La Roche (préface) et. al., Herborisations dans le département de Maine-et-Loire d (...)

14Les mentions des villes dans les bulletins des sociétés savantes permettent de situer l’itinéraire d’herborisation (à l’échelle départementale ou nationale) et de localiser avec plus ou moins de précision les plantes citées : ainsi, les auteurs des comptes-rendus d’herborisation des sociétés savantes précisent régulièrement que les plantes observées sont « proches », « non loin » ou aux « environs » de la ville29. Ces pratiques d’herborisation aux alentours des villes, espaces de loisir et « poumons verts » des villes30, existent depuis le xviiie siècle et sont déterminantes dans la construction du savoir sur la flore locale31. Cependant, ces espaces sont profondément modifiés par l’urbanisation.

  • 32 Guy Trigalot, Un romantique en Anjou : Victor Pavie, auteur, journaliste et éditeur. Vie, œuvre et (...)
  • 33 Victor Pavie, « Tribulations d’un botaniste », dans Annales de la Société linnéenne de Maine-et-Loi (...)
  • 34 Thomas Rouillard, « Histoire de la botanique en Anjou », dans Julien Geslin, Pascal Lacroix, Jean L (...)
  • 35 Olivier Biguet et Dominique Letellier-d’Espinose (dir.), Angers, formation de la ville, évolution d (...)
  • 36 Les fours à chaux, cités par Merlet de La Boulaye et Toussaint Bastard comme un lieu d’herborisatio (...)
  • 37 La nostalgie environnementale est définie par un « attachement de certains à l’égard de paysages co (...)

15Dans la deuxième partie du xixe siècle, les botanistes insistent dans les bulletins des sociétés savantes sur la disparition de localités périurbaines, dont beaucoup sont connues depuis le xviiie siècle, et régulièrement explorées lors des herborisations organisées dans le cadre des cours de botanique dispensés au jardin botanique ou dans les écoles de médecine et de pharmacie au début du xixe siècle. En Maine-et-Loire, Victor Pavie, botaniste amateur et écrivain romantique, très critique à l’égard du progrès32, évoque en 1858, en parlant des herborisations des botanistes du début du siècle, « ces espèces qu’ils cueillaient autrefois sous les batteries de nos remparts », et poursuit en écrivant : « Malheur, trois fois malheur à l’honnête aspirant de Flore qui herboriserait dans la banlieue avec Merlet La Boulaye pour cicerone33 ! » Les Herborisations de feu M. Merlet de La Boulaye, directeur du jardin botanique d’Angers de 1789 à 1806 et professeur de botanique dans ce jardin34, sont écrites par plusieurs de ses anciens élèves. Dans ce catalogue organisé par lieu d’herborisation, 19,4 % des localités mentionnées se trouvent directement en périphérie de la ville. En raison de leur proximité, ces lieux sont des espaces d’herborisation privilégiés par les botanistes angevins au début du siècle. Cependant, plusieurs sont peu à peu transformés par l’expansion de la ville à partir du milieu du siècle35 : certaines des localités citées par les botanistes à la fin du xviiie et au début du xixe siècle n’apparaissent ensuite que rarement, voire disparaissent des bulletins des sociétés savantes36. Bien que Victor Pavie n’évoque aucune espèce précise, cette citation révèle une certaine « nostalgie environnementale »37 liée à la disparition d’espèces, de lieux d’herborisation et de promenade connus depuis le xviiie siècle, invalidant certains supports de savoirs sur la flore.

  • 38 Louis Maulny (1758-1815) est un naturaliste manceau, auteur d’un catalogue intitulé Plantes observé (...)
  • 39 Ambroise Gentil, « Louis Maulny, naturaliste manceau », dans Bulletin de la Société d’agriculture, (...)
  • 40 M. Bureau, « Excursion botanique du Muséum… », article cité, p. 12 : « L’île de Trentemoult contien (...)

16Ces constats des conséquences de l’étalement urbain sur la flore locale et sur la connaissance de la flore sont partagés dans les villes des autres départements, bien qu’ils ne se traduisent pas par l’écriture romantique de Victor Pavie. Au Mans, l’extension de la ville autour du chemin de fer provoque la disparition d’une espèce de véronique (Veronica beccabunga L.), indiquée par Maulny38 dans les fossés du chemin du grand cimetière, qui devient l’avenue de Chanzy39. Ce phénomène s’étend aux communes périurbaines, comme à Trentemoult près de Nantes, où les activités portuaires et industrielles se développent à la faveur de l’essor du port de Nantes : l’augmentation de la population et la construction de maisons entraînent la disparition progressive de stations et de localités botaniques bien connues des amateurs de botanique locaux40. En tant que terrains d’herborisation fréquentés par des acteurs impliqués dans l’étude naturaliste locale depuis le xviiie siècle, visités par chaque génération, ils constituent aussi des lieux de construction du savoir botanique local, dont la mémoire est transmise malgré les modifications des localités.

L’entretien des villes et l’effacement du végétal spontané

  • 41 Joseph Vallot, Essai sur la flore du pavé de Paris, Paris, librairie Jacques Lechevalier, 1884, p.  (...)
  • 42 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 199.
  • 43 Il cite notamment la drave, le mouron, le brome, la scolopendre, la cymbalaire et la sagine présent (...)
  • 44 Victor Pavie, « Herborisation à Chaloché », article cité, p. 30.

17L’environnement urbain est peu propice à la présence et au maintien de certaines espèces spontanées. Joseph Vallot, dans son Essai sur la flore du pavé de Paris, évoque les conséquences de la circulation, des passages répétés dans les rues et de l’entretien des espaces41. À l’intérieur des villes, le végétal spontané est associé au désordre, et est donc chassé de l’espace urbain42 par des moyens de désherbage mécaniques, comme le montre ce poème de Victor Pavie où l’auteur salue la résilience de ces plantes ordinaires43 : « Des angles du vieux porche à ceux de la ruelle / Sous les coups du balai comme de la truelle / Voyez-les disparaître et renaître toujours ! »44 Ces pratiques d’entretien de l’espace urbain et de désherbage mécanique sont parfois, mais rarement, pointées comme des facteurs de disparition d’espèces spontanées connues des botanistes.

  • 45 Édouard Guéranger, « Rectifications en faveur de la flore du Maine », dans Bulletins de la Société (...)
  • 46 Ernest Germain de Saint-Pierre évoque ainsi son regret de voir disparaître les plantes de la cathéd (...)

18Au Mans, Édouard Guéranger se préoccupe de la disparition du Senebiera pinnatifida DC. des rues de la ville, disséminé par Louise Cauvin dans les années 1820 : « si la police, qui fait habituellement assez peu de cas de la botanique, ne l’avait impitoyablement fait sarcler, sans plus de façon que l’herbe la plus vulgaire », il ne se limiterait pas aux environs de la gare45. La disparition progressive de cette plante familière aux naturalistes du Mans est regrettée par l’auteur, ce qui souligne autant une forme d’attachement à un végétal familier, accessible, connu et associé à l’histoire locale, que les dissonances qui peuvent apparaître autour de la présence du végétal spontané en ville. Il évoque en même temps l’intérêt des botanistes pour des espaces urbains moins entretenus (friches, environs des gares, etc.), susceptibles d’offrir une plus grande diversité de plantes spontanées. En échappant au contrôle exercé sur le végétal, ils sont pour les botanistes des lieux de collecte, de loisir et de savoir. Les conséquences des pratiques de désherbage sont évoquées par d’autres botanistes, en soulignant un attachement à certaines plantes, par leur histoire ou leur présence dans des lieux appréciés pour leur valeur patrimoniale46.

Des lieux d’observation et de collecte privilégiés

19Si l’espace urbain dans son ensemble n’est pas propice à l’observation du végétal ou à la collecte de plantes, certains lieux sont plus fréquemment mentionnés et laissent entrevoir différentes pratiques d’herborisation, qui ne sont pas forcément propres aux botanistes des sociétés savantes. L’intérêt des botanistes amateurs se porte notamment sur la flore des monuments ou des murailles, des jardins ou des lieux de circulation et d’échanges. Cela s’associe à différentes pratiques et finalités d’herborisation.

Les jardins, un espace d’attention particulier au végétal

  • 47 Alphonse de Candolle, Géographie botanique raisonnée, Paris, Victor Masson, 1855, t. II, p. 609.
  • 48 Université catholique de l’Ouest, Herbier de Soland ; Muséum d’histoire naturelle de Nantes, herbie (...)

20Comme le souligne Alphonse de Candolle, les jardins (botaniques ou privés) sont des lieux privilégiés de circulation du végétal, qu’il s’agisse de plantes cultivées ou spontanées, introduites volontairement ou non47. Certains botanistes amateurs membres de sociétés savantes collectent parfois des plantes dans ces espaces pour leur herbier48. Si la collecte de spécimens dans les jardins privés ne pose pas de problème, tant que le lieu de provenance de la plante et le fait qu’elle soit cultivée sont indiqués, le prélèvement d’échantillons dans les jardins botaniques suscite davantage de tensions.

  • 49 Jean-Marc Drouin et Bernadette Bensaude-Vincent, « Nature for the People », article cité, p. 49.
  • 50 Jean-Marc Drouin, « Une espèce de livre vivant : le rôle des jardins botaniques d’après Augustin-Py (...)
  • 51 Le règlement du jardin botanique de Nantes de 1843 précise à l’article 5 qu’il est « expressément d (...)

21Le jardin botanique constitue un espace végétal particulier en ville, initialement dédié à l’étude et à l’enseignement de la botanique, puis de plus en plus pensé comme un espace de promenade49. Il rassemble dans un espace restreint des espèces locales, des plantes dites « exotiques » et des espèces ornementales réparties dans différents espaces (écoles botaniques destinées à la présentation des végétaux suivant la classification choisie, etc.). Outre les expérimentations, il permet ainsi l’observation de plantes dites « indigènes » ou « exotiques », la comparaison des genres et des espèces sur des plantes vivantes, l’étude de leur classification et de leurs rapports sur des spécimens dont la détermination est contrôlée par le directeur du jardin botanique50. La centralisation d’espèces rares ou provenant d’autres régions (montagnes, autres continents), dont la détermination est validée, facilite l’accès à un végétal recherché pour constituer des collections botaniques, que ce soit pour leur intérêt scientifique ou leur valeur esthétique. Ces pratiques d’appropriation du végétal des jardins sont connues et mentionnées dans les guides d’herborisation, elles sont acceptées en cas d’accord préalable du directeur ou du jardinier51, ce qui n’est pas toujours le cas.

  • 52 Archives municipales de Nantes, 1 O 16153, Jardin des plantes – ordre public 1809-1910, lettre de J (...)
  • 53 Bernard Verlot, Le Guide du botaniste herborisant, Paris, Baillière, 1884, p. 44.
  • 54 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 138-142.

22Les collectes clandestines, qu’elles aient lieu dans les écoles de botanique (où elles endommagent le matériel pédagogique mis à disposition du public) ou dans le jardin, sont vivement critiquées. Si les quelques échantillons prélevés dans les jardins botaniques présents dans les herbiers ne permettent pas d’étudier l’étendue de ces pratiques, les directeurs des jardins botaniques déplorent le manque de respect des plantations : Jean-Marie Écorchard, directeur du jardin des plantes de Nantes, se plaint en 1842 que « plusieurs des plantes que je gardais […] ont été emportées, peut-être comme échantillons d’herbiers »52. Ces collecteurs sont qualifiés de « pirates », ils dissimuleraient les échantillons prélevés dans leur « chapeau » ou leur « parapluie »53. Ces critiques sont suscitées par des comportements qui contreviennent à l’éthique scientifique (respect d’un bien commun réservé à l’étude) ainsi qu’aux règlements des jardins exigeant une maîtrise du corps et des pulsions, requise pour l’étude comme pour la promenade54.

  • 55 Georges Bouvet, « La Puccinia malvacearum Mont », dans Bulletin de la Société d’études scientifique (...)
  • 56 Albert Gaillard, « Note sur quelques champignons rares ou critiques recueillis dans les serres du J (...)

23En raison de la circulation des végétaux, de la diversité des espèces végétales et des milieux qu’ils présentent (serres dans les jardins botaniques et quelques jardins particuliers, etc.), les jardins sont des lieux propices à l’introduction et au développement de nouvelles plantes spontanées ou de champignons. À l’instar des observations réalisées dans les cultures, celles pratiquées dans les jardins permettent parfois d’identifier des agents pathogènes et les espèces qu’ils colonisent : en 1874, un champignon est observé sur un pied de mauve dans un jardin d’Angers, et son signalement a pour but de surveiller sa propagation55. En 1900, Albert Gaillard, pharmacien de formation et conservateur de l’herbier Lloyd, remarque la présence de champignons microscopiques sur les tannées présentes dans les serres chaudes du jardin. Il entreprend de les étudier en recensant systématiquement les espèces qu’il trouve sur ce milieu particulier et publie une étude des champignons « rares ou critiques » des serres du jardin botanique d’Angers, dont il décrit et dessine plusieurs espèces nouvelles56. En tant qu’espace cultivé, le jardin est un lieu d’attention particulière au végétal et au milieu dans lequel il vit, ce qui favorise l’observation d’autres plantes et organismes.

Patrimoine historique et botanique : les plantes des remparts et des monuments

  • 57 À Saint-Malo (Aimé de Soland, « Une excursion à Saint-Malo et aux environs », dans Annales de la So (...)
  • 58 Aimé de Soland (1819-1910) est un avocat, amateur d’histoire naturelle et d’archéologie, secrétaire (...)
  • 59 M. Moriceau (1799-1863) est un médecin et amateur de botanique nantais, membre de la section de sci (...)
  • 60 Moriceau, « Voyage à Belle-Île », article cité, p. 351 ; Aimé de Soland, « Une excursion à Saint-Ma (...)
  • 61 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 200 ; Joseph Vallot, (...)
  • 62 Catherine Bertho-Lavenir (dir.), La visite du monument, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Bl (...)

24Parmi les lieux urbains privilégiés par les botanistes des sociétés savantes, les remparts apparaissent assez régulièrement, de même que les monuments historiques. Les comptes-rendus qui les mentionnent sont souvent produits à la suite d’un voyage individuel, souvent dans des lieux touristiques, et leurs résultats sont rapportés dans les bulletins des sociétés savantes. Au Palais à Belle-Île, à Saint-Malo ou à Guérande, les auteurs évoquent la flore des remparts des villes qu’ils visitent ou des friches au pied des murailles57. Cette flore est étudiée ou collectée en marge des herborisations : Aimé de Soland58 observe les plantes des remparts de Saint-Malo lors d’une « promenade », les espèces présentes sur les glacis des remparts du Palais sont étudiées par le docteur Moriceau59 le matin du départ de Belle-Île (il distingue davantage des espèces propres à la région maritime que des espèces des murailles)60. Ces herborisations opportunistes se produisent dans des lieux de promenade choisis pour leur intérêt historique et pittoresque ou pour leur proximité, davantage que pour les espèces qu’ils présentent. Cette tendance n’est pas propre aux botanistes de l’Ouest : Frédéric Kirschleger, dans sa Flore d’Alsace de 1861-1862, s’intéresse à la flore des églises, Joseph Vallot évoque en introduction plusieurs botanistes intéressés par la flore des ruines et des monuments historiques, Ernest Germain de Saint-Pierre s’attache à la flore de la cathédrale de Chartres61. Cet intérêt particulier pour la flore des remparts et des monuments relève d’un intérêt pour le patrimoine historique, particulièrement marqué au xixe siècle62.

  • 63 Ernest Germain de Saint-Pierre, Guide du botaniste, op. cit., p. 100-104 ; Alphonse de Candolle, (...)
  • 64 Pascal Acot, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1994, p. 26 ; Alphonse de Candolle, Géographie bot (...)
  • 65 James Lloyd, Flore de l’Ouest de la France, Nantes, imprimerie Forest, 1854, p. 67 et p. 220.

25Ces lieux sont choisis moins pour leur intérêt botanique que pour leur intérêt historique, mais l’observation des plantes donne lieu à quelques remarques sur la particularité de ces milieux. En lien avec la géographie botanique, il s’agit d’identifier les plantes qui poussent sur un substrat spécifique, composé de roches calcaires et siliceuses dont les fragments se mêlent au sol, notamment autour des vieux murs et des murailles, mais aussi des roches63, tout en questionnant les raisons historiques de l’implantation de ces espèces64. Ainsi, lorsque de Soland évoque la flore des remparts de Saint-Malo, il observe la présence de la valériane (Centranthus ruber DC.) et de l’œillet (Dianthus caryophyllus L.), espèces cultivées et naturalisées65. Il compare ensuite la population de chaque espèce avec celle des fortifications du Mont-Saint-Michel, d’églises ou d’abbayes de Maine-et-Loire qu’il connaît (à Sainte-Gemmes et Villevêque).

26L’attention portée à la flore des murs, des remparts et monuments ne se limite pas aux lieux touristiques, bien que ces derniers soient plus facilement mentionnés dans les bulletins des sociétés savantes. Tout en revêtant l’aspect d’herborisations souvenirs et de visites de patrimoine en dilettante, l’herborisation autour de ces monuments s’inscrit dans les problématiques liées à la géographie botanique. Elle révèle des modes d’attention au végétal plus systématisés, suivant une démarche comparative, et invite à réfléchir aux facteurs d’implantation de ces végétaux.

Lieux de circulation et naturalisations : l’exemple du port de Nantes

  • 66 Alphonse de Candolle, Géographie botanique raisonnée, op. cit., p. 621-622 ; Émile Gadeceau, Les fl (...)
  • 67 Rémi Luglia (dir.), Sales bêtes ! Mauvaises herbes !…, op. cit., p. 25.
  • 68 Odile De Bruyn, « Espèces végétales exotiques et vulnérabilité environnementale : un débat ancien ? (...)
  • 69 Ernest Préaubert, « Résultat des herborisations menées en Anjou par la SESA en 1893 (Phanérogames e (...)

27Dans le cadre du développement de la géographie botanique, l’agriculture et l’horticulture, les jardins botaniques et les divers moyens de transport sont identifiés comme des vecteurs de circulation des espèces végétales, de manière volontaire ou non66. L’appréciation de ces espèces « introduites » évolue en fonction du contexte culturel, sociétal, environnemental, des usages et représentations associées à la plante67 : alors que certaines suscitent des formes d’inquiétude ou sont dévalorisées par rapport à la flore indigène (ce qui est visible dans la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe)68, d’autres sont appréciées pour leurs qualités esthétiques et ornementales69. Qu’elles soient dites échappées de jardins ou introduites par d’autres voies (transports, etc.), les botanistes s’interrogent sur les circonstances de leur introduction et sur les conditions propices au maintien de leur présence, permettant de les introduire dans les flores à titre d’espèces naturalisées. Si les espaces urbains ne sont pas toujours les premières localités d’introduction de ces espèces allochtones, la proximité et l’accessibilité des lieux facilitent l’observation de l’évolution de leur population.

  • 70 Ambroise Gentil, « Inventaire général des plantes vasculaires de la Sarthe », 2e partie, dans Bulle (...)
  • 71 Émile Gadeceau, « Rapport sur les travaux de la section de sciences naturelles pendant l’année 1885 (...)
  • 72 Émile Gadeceau (1845-1928) est un botaniste nantais intéressé par la phytoécologie, membre de la So (...)
  • 73 Émile Gadeceau, « Histoire de l’envahissement du port de Nantes par une Chénopodiacée américaine », (...)

28Dans les bulletins des sociétés savantes, l’observation d’espèces aux abords des gares ou des ports fait parfois écho à ces problématiques70. À Nantes, les botanistes de la section de sciences naturelles de la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure, dont beaucoup se regroupent à partir de 1891 dans la Société des sciences naturelles de l’Ouest de la France, précisent que « notre contrée semble se prêter merveilleusement à la naturalisation d’espèces américaines : sans parler de l’Ilysanthes gratioloides qui, victorieux dans la lutte pour la vie, a presque supplanté, à Trentemoult, le Lindernia pyxidaria, un exemple plus frappant de ces envahissements rapides d’étrangers nous est fourni par l’Elodea canadensis, découvert jadis à Nantes par notre regretté confrère Genevier et qui constitue aujourd’hui, par son extrême abondance, une véritable gêne pour la navigation »71. Le port constitue un espace privilégié d’observation et d’étude de ces espèces. Émile Gadeceau72 étudie ainsi attentivement l’évolution de la population et de la distribution de l’ansérine vermifuge (Chenopodium anthelminticum L.), observée pour la première fois par James Lloyd, en 1875 (où elle est confondue avec l’ansérine fausse-ambroisie), à Chantenay, puis à Trentemoult. L’espèce est identifiée par Gadeceau en 1890 comme étant l’ansérine vermifuge73. Ses journaux d’herborisation témoignent de recherches régulières sur cette espèce.

  • 74 Anne Vauthier-Vézier, L’estuaire et le port…, op. cit., p. 16.
  • 75 Ibid.

29En 1901, il remarque sa présence à Roche-Maurice, « le long des murs des chemins et jusqu’au bord de la Loire », et l’année suivante dans la Prairie-au-Duc. Il entreprend ensuite de la rechercher de manière systématique, l’intitulé de ses herborisations mentionnant à chaque fois « au Chenopodium anthelminticum »74. À partir de 1902, Gadeceau recherche systématiquement cette espèce sur les quais des ports, dans les chemins, talus et friches alentour, propices à la présence de plantes rudérales. Il part ainsi des ports nantais pour étendre ses recherches dans des zones plus éloignées des rives. Après avoir constaté sa quasi-absence des prés et prairies, il délimite une zone qui correspond à l’extension de la zone portuaire nantaise75. Au contraire du signalement ponctuel de nouvelles espèces ou d’espèces rares, la recherche méthodique de l’ansérine développée par Émile Gadeceau a pour objectif de délimiter son aire de répartition et de déterminer les conditions propices à sa naturalisation.

  • 76 Émile Gadeceau, « Histoire de l’envahissement… », article cité, p. 106-108.
  • 77 Anne Vauthier-Vézier, L’estuaire et le port…, op. cit., p. 16.
  • 78 Muséum d’histoire naturelle de Nantes, fonds Gadeceau, Journal d’herborisations, 30 septembre 1904.
  • 79 Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, Les presses du réel, 2012 (2007), p. 130-135.
  • 80 Robert E. Kohler, Landscapes and Labscapes. Exploring the Lab-Field Border in Biology, Chicago, The (...)

30S’il rapporte ses observations dans la revue Le Naturaliste, les bulletins de la Société des sciences naturelles de l’Ouest de la France suivent ses travaux. Il précise que cette espèce croît de préférence sur la rive nord de la Loire, exposée au sud, dans des milieux différents (vase, talus pierreux, sables) qui ont pour point commun de présenter des « associations végétales ouvertes », donc une faible concurrence permettant l’implantation de l’espèce76. Les travaux nécessaires à l’extension du port de Nantes vers l’aval (étendu jusqu’à Roche-Maurice en 1893, puis Chantenay en 1908)77 favorisent l’extension de son habitat. L’article est illustré par une photographie de l’ansérine, dont Gadeceau fait réaliser plusieurs clichés (le 30 septembre 1904 et le 14 novembre 1904)78. Le recours à cette technique permet de représenter l’espèce vivante et son milieu, éléments primordiaux dans l’étude de la naturalisation de l’espèce par Émile Gadeceau. Si l’usage de la photographie pour la représentation de spécimens fait débat, car elle apparaît moins précise qu’une représentation d’après nature79, son utilisation dans le cadre d’études phytogéographiques et écologiques est un peu plus répandue à la fin du xixe siècle80. Elle permet ainsi de documenter quelques caractéristiques du milieu (telle la faible présence d’autres végétaux) tout en témoignant de la démarche d’observation sur le terrain de l’auteur. En requérant une certaine organisation et un matériel particulier, elle la distingue d’autres pratiques d’herborisation, plus opportunistes et aléatoires.

Conclusion

31Au contraire de ce que réalise Joseph Vallot à Paris, la ville n’est généralement pas pensée comme un terrain d’herborisation. La valorisation d’espaces « naturels », dont la flore est riche et diversifiée, conduit à une vive critique de l’urbanisation, en raison de ses conséquences sur les lieux traditionnels d’herborisation et le capital floristique local. Cette vision est renforcée par le constat de la pauvreté et de la banalité de la flore urbaine, d’autant plus que les pratiques de désherbage laissent peu de place au végétal spontané. Ces critiques suggèrent, en creux, des formes d’attachement à des espaces d’herborisation ou aux espèces présentes dans des lieux familiers.

32De fait, les quelques traces de pratiques d’herborisation en ville évoquent davantage des pratiques dilettantes, opportunistes : les observations ou collectes sont réalisées pendant les temps morts des excursions, en marge des promenades aux alentours des monuments historiques ou des jardins. Les espèces mentionnées, à l’exception des espèces rares, ne font pas l’objet d’une recherche minutieuse et sont essentiellement des plantes plutôt visibles (principalement des phanérogames, peu de cryptogames). Par ces lieux, ces temps et ces choix, ces pratiques croisent les pratiques des amateurs collectionneurs ou débutants qui constituent des collections souvenirs, cherchent à acquérir facilement des spécimens de référence, rares ou « exotiques » pour compléter leurs collections. Ces circonstances d’observation ou de collecte supposent des modes d’attention au végétal différenciés au sein de la ville. Si elles ne sont pas intégrées à des temps dédiés à l’herborisation, ces pratiques ont lieu dans des espaces particuliers (jardins, monuments historiques, espaces peu entretenus et friches), associés à des temps de loisir, lors desquels une certaine attention est portée au végétal.

33Ces contextes dissimulent une perception et une connaissance plus fines de la flore urbaine, propres aux perspectives d’étude savante de la flore, qui transparaissent dans l’enregistrement des localités d’espèces rares (recherchées en marge des herborisations) et les comparaisons entre les flores de différentes localités. Si ces pratiques ne s’inscrivent pas dans une étude exhaustive de la flore urbaine en tant qu’objet d’étude, à l’instar de ce que réalise Vallot à Paris, ces évocations renvoient à des problématiques étudiées par les botanistes, qui dépassent la ville : il s’agit d’enrichir l’inventaire des espèces et des localités recensées dans le département ou la région, de comparer les localités et les milieux en lien avec l’étude de la distribution de la flore, d’étudier les processus de naturalisation des espèces (notamment dans les ports et les gares). Or, certaines de ces questions requièrent des pratiques d’herborisation rigoureuses et systématisées, qui passent par la réitération des observations, le prélèvement d’informations sur le terrain (notes, spécimens, photographies), et qui semblent davantage effectuées dans le dernier quart du siècle. En intégrant des formes d’herborisation participant de l’étude de problématiques botaniques à des temps d’activités mondaines, quotidiennes, non dédiés à la pratique de la botanique, la ville favorise l’hybridation des pratiques et des identités des botanistes, moins définies que lors des excursions organisées par les sociétés savantes en campagne. En brouillant les frontières entre le collectionneur, le promeneur, le savant et l’amateur, alors que la professionnalisation et la démocratisation de la pratique de la botanique accentuent l’écart entre savants et amateurs, ces confusions risquent d’alimenter le débat sur le statut scientifique de l’herborisation. Elles nourrissent en outre le cliché sur l’originalité des pratiques des botanistes, qui peuvent paraître incongrues dans certains espaces de la ville.

Notes

1 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale : une histoire de la nature en milieu urbain (France, xviie-xxie siècle), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017, p. 33-46, p. 129-142, 199-203.

2 Cité dans John M. Merriman, (traduit de l’anglais par Jean-Pierre Bardos) Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France, 1815-1870, Paris, Seuil, 1994, p. 20-21.

3 Sophie Bouffier, Claude-Isabelle Brelot et Denis Menjot (dir.), Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations, Paris, L’Harmattan, 2015, p. 51-57 ; Jean-Luc Pinol et François Walter, La ville contemporaine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, Paris, Seuil, 2012 (2003), p. 31-37.

4 Florence Bourillon, Les villes en France au xixe siècle, Paris, éditions Ophrys, 1992, p. 22, p. 106-107 ; Jean-Luc Marais, Le Maine-et-Loire aux xixe et xxe siècles, Paris, éditions A. et J. Picard, 2009, p. 26 ; François Dornic (dir.), Histoire du Mans et du pays manceau, Toulouse, Privat, 1988 (1975), p. 262-272 ; Fabrice Abbad (dir.), La Loire-Atlantique des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, éditions Bordessoules, 1984, p. 302-304.

5 Jean-Pierre Poussou, La croissance des villes au xixe siècle. France, Royaume-Uni, États-Unis et pays germaniques, Paris, Sedes, 1992, p. 30-38.

6 Yves Luginbühl, « Nature, paysage, environnement ; obscurs objets du désir de totalité », dans Marie-Claire Robic (dir.), Du milieu à l’environnement : pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, Paris, Economica, 1992, p. 42-44 ; Jean-Marc Drouin et Bernadette Bensaude-Vincent, « Nature for the People », dans Nicholas Jardine, James A. Secord et Emma C. Spary, Cultures of Natural History, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 420-423.

7 Krzysztof Pomian, « Collections : une typologie historique », Romantisme, no 112, 2001, « La collection », p. 14-15, en ligne : https://doi.org/10.3406/roman.2001.6168 (consulté en juillet 2022) ; Émilie-Anne Pépy, « Décrire, nommer, ordonner : enjeux et pratiques de l’inventaire botanique au xviiie siècle », Études rurales, no 195, 2015, p. 27-42.

8 Patrick Matagne, « Les naturalistes amateurs et leurs réseaux (1880-1914), ou comment occuper le “terrain”, construire une identité collective, et produire un savoir universel », dans Florian Charvolin, André Micoud et Lynn K. Nyhart (dir.), Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2007, p. 111-119 ; Volny Fages et Laurence Guignard, « Introduction », Revue d’histoire du xixe siècle, no 57, 2018, « Libido sciendi. L’amour du savoir », p. 9-20 ; Jean-Marc Drouin et Bernadette Bensaude-Vincent, « Nature for the People », article cité, p. 408-424 ; Lynn K. Nyhart, « Publics and Practices », dans Helen A. Curry, Nicholas Jardine, James A. Secord et Emma C. Spary, Worlds of Natural History, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 335-347.

9 Patrick Matagne, Aux origines de l’écologie. Les naturalistes en France de 1800 à 1914, Paris, éditions du CTHS, 1999, p. 53, p. 79.

10 Jean-Marc Drouin et Bernadette Bensaude-Vincent, « Nature for the People », article cité, p. 410-421 ; Arnaud Baubérot et Florence Bourillon (dir.), Urbaphobie. La détestation de la ville aux xixe et xxe siècles, Pompignac, éditions Bière, 2009, p. 155-156.

11 Isabelle Trivisani-Moreau, Aude-Nuscia Taïbi et Cristiana Oghina-Pavie (dir.), Traces du végétal, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 9-11.

12 Victor Pavie (1808-1886) est un auteur, journaliste et éditeur passionné de botanique et membre de la Société linnéenne de Maine-et-Loire dès 1853.

13 Victor Pavie, « Herborisation à Chaloché », dans Annales de la Société linnéenne de Maine-et-Loire, 6e année, Angers, Cosnier et Lachèse, 1863, p. 30.

14 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 186-187.

15 Musée d’histoire naturelle de Nantes, fonds Delalande, boîte 2, lettre de James Lloyd à l’abbé Delalande, 11 octobre 1845.

16 H. Besnard, « Précis d’une herborisation dans le Baugeois », dans Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, 11e et 12e années, Angers, Germain et Grassin, 1881-1882, p. 157.

17 Alexandre Boreau, Catalogue raisonné des plantes phanérogames qui croissent naturellement dans le département de Maine-et-Loire, Angers, Cosnier et Lachèse, 1859, p. 140, p. 183.

18 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 199 ; Rémi Luglia, Sales bêtes ! Mauvaises herbes ! « Nuisible », une notion en débat, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 16-26.

19 Musée d’histoire naturelle de Nantes, fonds Lloyd. Lloyd, Journal, t. IX, 1860-1867, « Drapernaldia tenuis sous la borne-fontaine du coin de la rue Pétrarque », 28 juillet 1864.

20 James Lloyd (1810-1896) est un botaniste nantais, auteur d’une Flore de la Loire-Inférieure et d’une Flore de l’Ouest de la France (1854, cinq éditions).

21 James Lloyd, Flore de la Loire-Inférieure, Nantes, Prosper Sébire, 1844, p. 231.

22 M. Bureau, « Excursion botanique du Muséum d’histoire naturelle de Paris aux environs de Nantes et sur le bord de l’Océan du 5 au 11 août 1892. Compte-rendu », dans Bulletin de la Société des sciences naturelles de l’Ouest de la France, t. III, Nantes, Muséum d’histoire naturelle, 1893, p. 22.

23 Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, Paris, Flammarion, 1990 (Aubier, 1988), 399 p.

24 Fabrice Abbad (dir.), La Loire-Atlantique…, op. cit., p. 131-138.

25 Ernest Préaubert (1852-1933) est un professeur de sciences physiques passionné de botanique, et l’un des membres fondateurs de la Société d’études scientifiques d’Angers.

26 Félix Hy (1853-1918) est professeur de botanique à la faculté libre des sciences d’Angers à partir de 1877.

27 L’abbé Hy, « Troisième note sur les herborisations de la faculté des sciences d’Angers en 1882 », dans Mémoires de la Société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers, t. XIV, Angers, Lachèse et Dolbeau, 1882, p. 330. En 1884, l’abbé Hy indique que la première espèce est rare et la deuxième, assez rare (Félix Hy, Tableaux analytiques de la flore d’Angers, première partie, Angers, Lachèse et Dolbeau, 1884, p. 52 et p. 102).

28 John M. Merriman, Aux marges de la ville…, op. cit., p. 20-21.

29 Quelques exemples : Reverchon, « Excursion à Baugé », dans Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, Angers, Grassin, 1873, p. 47-50 ; Préaubert, « Excursion à Pouancé, Noyant-la-Gravoyère et Segré », dans Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, Angers, Grassin, 1873, p. 59-65 ; Bouvet, « Plantes rares ou nouvelles pour la flore d’Indre-et-Loire observées aux environs d’Amboise », dans Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, Angers, Barassé, 1876, p. 200-203 ; Alexandre Boreau, « Résumé des principales herborisations faites en Maine-et-Loire en 1859 », dans Mémoires de la Société académique d’Angers, vol. VIII, Angers, Cosnier et Lachèse, 1860, p. 13-21 ; id., « Précis des principales herborisations faites en Maine-et-Loire en 1865 », dans Mémoires de la Société académique d’Angers, vol. XX, Angers, Cosnier et Lachèse, 1866, p. 52-62 ; Moriceau, « Voyage à Belle-Île », dans Annales de la Société académique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. XXV, Nantes, imprimerie Mellinet, 1854, p. 338-352 ; Rostaing de Rivas, « Rapport sur les travaux de la Société académique de Nantes, pendant l’année 1858-1859 », dans Annales de la Société académique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. XXX, Nantes, imprimerie Mellinet, 1859, p. 700-710 ; Louis Bureau, « Rapport sur les travaux de la Section de sciences naturelles », dans Annales de la Société académique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, vol. IX (6e série), Nantes, imprimerie Mellinet, 1888-1889, p. 324-327.

30 S. Bouffier, C.-I. Brelot et D. Menjot (dir.), Aux marges de la ville…, op. cit., p. 56-57.

31 Emmanuel Davy de La Roche (préface) et. al., Herborisations dans le département de Maine-et-Loire de feu M. Merlet de La Boulaye, Angers, Fourier-Mame, 1809 ; Maulny, Plantes observées aux environs de la ville du Mans, Le Mans, Chambeau, 1786.

32 Guy Trigalot, Un romantique en Anjou : Victor Pavie, auteur, journaliste et éditeur. Vie, œuvre et correspondance, thèse de doctorat en littérature sous la direction de Mme Anne-Simone Dufief, université d’Angers, 2012, p. 422-425 et p. 547-556.

33 Victor Pavie, « Tribulations d’un botaniste », dans Annales de la Société linnéenne de Maine-et-Loire, Angers, Cosnier et Lachèse, 1858, p. 205.

34 Thomas Rouillard, « Histoire de la botanique en Anjou », dans Julien Geslin, Pascal Lacroix, Jean Le Bail et Dominique Guyader, La flore de Maine-et-Loire, Turriers, Naturalia Publications, 2015, coll. « Atlas floristique des Pays de la Loire », p. 64.

35 Olivier Biguet et Dominique Letellier-d’Espinose (dir.), Angers, formation de la ville, évolution de l’habitat, Nantes, éditions 303, 2016, p. 424-427.

36 Les fours à chaux, cités par Merlet de La Boulaye et Toussaint Bastard comme un lieu d’herborisations régulières (voir Muséum des sciences naturelles d’Angers, fonds Toussaint Bastard, 1 ARCH 1. Herborisations dans le département de Maine-et-Loire, carnets manuscrits, 1809-1814), ne sont que très peu cités dans les bulletins de la Société d’études scientifiques d’Angers, tandis que les environs de Saint-Laud, Frémur, Saint-Serge, cités par Merlet de La Boulaye, n’apparaissent plus du tout.

37 La nostalgie environnementale est définie par un « attachement de certains à l’égard de paysages considérés comme patrimoine (héritage) et de sites honorés comme des “monuments naturels”, ce qui n’a fait qu’accroître la conscience d’une menace de destruction de l’environnement et le désir de préserver aussi bien les paysages habités qu’inhabités » (Caroline Ford, Naissance de l’écologie. Polémiques françaises sur l’environnement 1800-1930, Paris, Alma éditeur, 2018, p. 18-19 et p. 144-175). Bien que les espaces d’herborisation en périphérie des villes ne puissent être considérées comme des « monuments naturels » à l’instar des paysages faisant l’objet des premières mesures de protection (comme la forêt de Fontainebleau en 1861), les écrits de Victor Pavie expriment un sentiment de perte à l’égard d’espaces, de paysages et d’une flore intégrés dans les savoirs et pratiques d’herborisation depuis le xviiie siècle, menacés par l’urbanisation ou les progrès de l’agriculture.

38 Louis Maulny (1758-1815) est un naturaliste manceau, auteur d’un catalogue intitulé Plantes observées aux environs de la ville du Mans (1786).

39 Ambroise Gentil, « Louis Maulny, naturaliste manceau », dans Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, IIe série, t. XXXV, 3e fasc., Le Mans, Monnoyer, 1911-1912, p. 295-296. Sur l’extension du Mans, voir François Dornic (dir.), Histoire du Mans…, op. cit., p. 21.

40 M. Bureau, « Excursion botanique du Muséum… », article cité, p. 12 : « L’île de Trentemoult contient un village portant le même nom. Ce village était autrefois presque exclusivement habité par des capitaines au cabotage. Une nombreuse population s’y est jointe et a formé presque une petite ville, au grand détriment de la végétation spontanée. » Sur l’histoire du port de Nantes, voir Anne Vauthier-Vézier, L’estuaire et le port. L’identité maritime de Nantes au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 190 p.

41 Joseph Vallot, Essai sur la flore du pavé de Paris, Paris, librairie Jacques Lechevalier, 1884, p. 3.

42 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 199.

43 Il cite notamment la drave, le mouron, le brome, la scolopendre, la cymbalaire et la sagine présents dans les rues, sur les toits, sur les murs, les bords des puits, ou dans les cours, mais précise que ces espèces sont peu considérées par les botanistes.

44 Victor Pavie, « Herborisation à Chaloché », article cité, p. 30.

45 Édouard Guéranger, « Rectifications en faveur de la flore du Maine », dans Bulletins de la Société d’Agriculture, sciences et arts de la Sarthe, t. VIII, vol. XIV, Le Mans, Monnoyer, 1861-1862, p. 920.

46 Ernest Germain de Saint-Pierre évoque ainsi son regret de voir disparaître les plantes de la cathédrale de Chartres, retirées par les cantonniers qui entretiennent le bâtiment : « La cathédrale de Chartres est désherbée chaque année ; on la nettoie [en italique dans le texte] des pauvres herbes bien inoffensives qui trouvent un maigre aliment dans les fissures de ses vénérables et solides murailles. » Voir Ernest Germain de Saint-Pierre, Guide du botaniste, première partie, Paris, Victor Masson, 1852, p. 103.

47 Alphonse de Candolle, Géographie botanique raisonnée, Paris, Victor Masson, 1855, t. II, p. 609.

48 Université catholique de l’Ouest, Herbier de Soland ; Muséum d’histoire naturelle de Nantes, herbier Bourgault-Ducoudray.

49 Jean-Marc Drouin et Bernadette Bensaude-Vincent, « Nature for the People », article cité, p. 49.

50 Jean-Marc Drouin, « Une espèce de livre vivant : le rôle des jardins botaniques d’après Augustin-Pyramus de Candolle », Saussurea, vol. 24, 1993 (Genève, Société botanique de Genève), p. 37-38 ; Patrick Matagne, « Des jardins écoles aux jardins écologiques », dans Jean-Louis Fischer (dir.), Le jardin entre science et représentation, Paris, éditions du CTHS, 1999, p. 308-312.

51 Le règlement du jardin botanique de Nantes de 1843 précise à l’article 5 qu’il est « expressément défendu […] de toucher ou s’approprier aucun des objets compris dans le jardin, tels que plantes, fleurs, fruits, graines, etc. ; la distribution des plantes et des graines disponibles, en faveur des agriculteurs et des curieux, étant confiée à M. le Directeur » (archives municipales de Nantes, 1 O 16153, Jardin des plantes – ordre public 1809-1910, Arrêté concernant les mesures d’ordre et de police à observer pour l’admission du public au jardin des plantes, 20 décembre 1843).

52 Archives municipales de Nantes, 1 O 16153, Jardin des plantes – ordre public 1809-1910, lettre de Jean-Marie Écorchard au maire de Nantes, 29 juin 1842.

53 Bernard Verlot, Le Guide du botaniste herborisant, Paris, Baillière, 1884, p. 44.

54 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 138-142.

55 Georges Bouvet, « La Puccinia malvacearum Mont », dans Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, Angers, Germain et Grassin, 1874-1875, p. 190-191.

56 Albert Gaillard, « Note sur quelques champignons rares ou critiques recueillis dans les serres du Jardin des Plantes d’Angers », dans Bulletin de la Société d’études scientifiques d’Angers, 1900, Angers, Germain et Grassin, 1901, p. 9-18.

57 À Saint-Malo (Aimé de Soland, « Une excursion à Saint-Malo et aux environs », dans Annales de la Société linnéenne de Maine-et-Loire, Angers, Cosnier et Lachèse, 1864, p. 161-168), au Palais (Moriceau, « Voyage à Belle-Île », article cité, p. 351 : « sur les glacis des remparts »), et à Guérande (M. Bureau, « Excursion botanique du Muséum… », article cité, p. 25 : « […] elle a conservé son enceinte du moyen-âge, et que sur ces murailles, du moins sur la partie tournée au nord, croît en quantité le Dianthus Caryophyllus L. »).

58 Aimé de Soland (1819-1910) est un avocat, amateur d’histoire naturelle et d’archéologie, secrétaire puis président de la Société linnéenne de Maine-et-Loire fondée en 1853.

59 M. Moriceau (1799-1863) est un médecin et amateur de botanique nantais, membre de la section de sciences naturelles de la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure à partir de 1847.

60 Moriceau, « Voyage à Belle-Île », article cité, p. 351 ; Aimé de Soland, « Une excursion à Saint-Malo… », article cité, p. 163.

61 Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale…, op. cit., p. 200 ; Joseph Vallot, Essai sur la flore du pavé de Paris, op. cit., p. 1-3 ; Ernest Germain de Saint-Pierre, Guide du botaniste, op. cit., p. 103.

62 Catherine Bertho-Lavenir (dir.), La visite du monument, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2004, p. 11-18.

63 Ernest Germain de Saint-Pierre, Guide du botaniste, op. cit., p. 100-104 ; Alphonse de Candolle, Géographie botanique raisonnée, op. cit., p. 420.

64 Pascal Acot, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1994, p. 26 ; Alphonse de Candolle, Géographie botanique raisonnée, op. cit., p. 607-611.

65 James Lloyd, Flore de l’Ouest de la France, Nantes, imprimerie Forest, 1854, p. 67 et p. 220.

66 Alphonse de Candolle, Géographie botanique raisonnée, op. cit., p. 621-622 ; Émile Gadeceau, Les fleurs des moissons, des cultures, du bord des routes et des décombres (plantes envahissantes), Paris, Lechevalier, 1914, p. XXV-XXIX ; Alexandre Boreau, Catalogue des plantes phanérogames qui croissent naturellement dans le département de Maine-et-Loire, op. cit., p. 97.

67 Rémi Luglia (dir.), Sales bêtes ! Mauvaises herbes !…, op. cit., p. 25.

68 Odile De Bruyn, « Espèces végétales exotiques et vulnérabilité environnementale : un débat ancien ? Le cas de la Belgique (fin xviiie siècle – années 1950) », VertigO, vol. 16, no 3, 2016, p. 12, en ligne : https://doi.org/10.4000/vertigo.18149 (consulté en juillet 2022). L’auteur de la nécrologie d’Ambroise Gentil insiste sur sa réticence à l’égard des espèces naturalisées (voir Paul-Marie Delaunay, « Ambroise Gentil. 1842-1927 », dans Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, t. LI, fasc. 2, Le Mans, Monnoyer, 1927, p. 184).

69 Ernest Préaubert, « Résultat des herborisations menées en Anjou par la SESA en 1893 (Phanérogames et Cryptogames vasculaires) », dans Bulletins de la Société d’études scientifiques d’Angers, Angers, Germain et Grassin, 1893, p. 163 ; Valérie Chansigaud, « Lorsque le nuisible vient de l’étranger : la construction historique de la notion d’espèces introduites ou envahissantes et son rapport à celle du nuisible », dans Rémi Luglia (dir.), Sales bêtes ! Mauvaises herbes !..., op. cit., p. 242-243.

70 Ambroise Gentil, « Inventaire général des plantes vasculaires de la Sarthe », 2e partie, dans Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, t. XXVI, Le Mans, Monnoyer, 1893-1894, p. 59. L’auteur présente ainsi le Xanthium macrocarpum DC., qu’il exclut de son inventaire : « M. Chevallier dit à son sujet : “En 1881, elle existait par milliers à la gare des marchandises d’Aubigné, probablement amenée avec du sable.” Elle ne pouvait être en effet qu’accidentelle et ne s’est pas maintenue. À exclure. » En 1865, à la Haute-Île, à proximité de Nantes, est observé « le Sinapis alba, plante étrangère au département, et qui aurait besoin d’être signalée de nouveau pour être rangée au nombre des plantes spontanées de la contrée » (Le Houx, « Rapport sur les travaux de la section de sciences naturelles », dans Annales de la Société académique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. XXXVI, Nantes, Mellinet, 1865, p. 854).

71 Émile Gadeceau, « Rapport sur les travaux de la section de sciences naturelles pendant l’année 1885 », dans Annales de la Société académique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, vol. VI, Nantes, Mellinet, 1885, p. 305.

72 Émile Gadeceau (1845-1928) est un botaniste nantais intéressé par la phytoécologie, membre de la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure et de la Société des sciences naturelles de l’Ouest de la France.

73 Émile Gadeceau, « Histoire de l’envahissement du port de Nantes par une Chénopodiacée américaine », Le Naturaliste, 2e série, no 284, 29e année, 1907, p. 106-108.

74 Anne Vauthier-Vézier, L’estuaire et le port…, op. cit., p. 16.

75 Ibid.

76 Émile Gadeceau, « Histoire de l’envahissement… », article cité, p. 106-108.

77 Anne Vauthier-Vézier, L’estuaire et le port…, op. cit., p. 16.

78 Muséum d’histoire naturelle de Nantes, fonds Gadeceau, Journal d’herborisations, 30 septembre 1904.

79 Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité, Dijon, Les presses du réel, 2012 (2007), p. 130-135.

80 Robert E. Kohler, Landscapes and Labscapes. Exploring the Lab-Field Border in Biology, Chicago, The University of Chicago Press, 2002, p. 125-127.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Muséum de sciences naturelles d’Angers. Herbier Préaubert. Urtica pilulifera L., Le Croisic, 31 août 1885. En ligne sur e-recolnat [URL : www.recolnat.org] 2015.0.03820
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/1798/img-1.png
Fichier image/png, 409k

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search