Version classiqueVersion mobile

La nature en ville

 | 
Patrick Matagne

Sociétés savantes

Les sociétés savantes d’histoire naturelle : les arbres et la ville (1800-1940)

Bénédicte Percheron

Texte intégral

  • 1 Archives de Paris, Préfecture de la Seine. Service des promenades et plantations puis Direction adm (...)
  • 2 Arrêté préfectoral du 14 mars 1867, par décision municipale du 1er mars 1867. Préfecture du départe (...)
  • 3 Alain Corbin, La douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Paris, (...)

1L’arbre au xixe siècle tient une place incontournable dans les programmes de restructuration des villes européennes. Il souligne les grands axes, abrite les promenades et gagne souvent le titre de pièce maîtresse des nouveaux squares. À Paris, la création du service des promenades et plantations, en 18541, puis la fondation d’une école théorique et pratique d’arboriculture de la ville de Paris, en 18672, marquent une volonté de gestion, de normalisation et de production des arbres dans la capitale. Mais ces créations découlent surtout d’un fort engouement pour l’horticulture et l’arboriculture qui voit la fondation de nombreuses sociétés savantes spécialisées dans les années 1830. Ces sociétés introduisent parfois de nouvelles espèces, souhaitent rendre l’arbre plus productif, tout en le maîtrisant, mais recherchent également une certaine esthétique. Par leur taille parfois imposante, leur longévité, la diversité de leurs formes, leur constitution, les arbres ont suscité des émotions, comme la sidération pour Alain Corbin3, tout en donnant naissance à certains rituels, religieux ou politiques.

2Au début du xixe siècle, l’intérêt des sociétés savantes pour les arbres se retrouve essentiellement au sein des sociétés d’agriculture et d’horticulture ; la plupart des sociétés spécialisées uniquement en histoire naturelle naissant autour de 1860. Les études ou initiatives portant sur les arbres sont bien souvent conduites par des personnalités dont l’intérêt pour ces espèces est moins botanique qu’économique. De l’exploitation de l’arbre comme ressource naturelle pour l’industrie à sa culture pour l’esthétique paysagère en passant par l’étude de la botanique, les sources laissées par les sociétés savantes émanent de pépiniéristes, d’industriels ou encore de botanistes. Pour comprendre l’importance de ces sociétés, notamment le rôle de leurs publications, dans l’essor de l’arboriculture, il faut s’intéresser aux publications françaises et belges, les idées et les techniques dans ce domaine circulant entre les deux pays. Nous chercherons aussi à déterminer le rôle des sociétés savantes dans l’essor d’une normalisation des techniques de l’arbre, ces sociétés valorisant, paradoxalement, le remarquable, l’exceptionnel. Nous observerons ainsi, tout d’abord, le phénomène d’introduction d’arbres en France par les sociétés savantes ou leurs membres, avant de définir le rôle de ces sociétés dans le développement des techniques arboricoles. Enfin, pour comprendre le processus de la mise en place des premières protections des arbres considérés comme remarquables, il faudra nous attacher à l’arbre comme objet territorial, politique et pittoresque.

Les sociétés savantes et l’introduction d’arbres

  • 4 René-Antoine Ferchault de Réaumur, « Réflexions sur l’état des bois du royaume », dans Histoire de (...)

3Dans les années 1780, les sociétés d’agriculture françaises encouragent les travaux sur la culture des arbres. Les premiers Mémoires d’agriculture, d’économie rurale et domestique diffusés par la Société royale d’agriculture de Paris laissent en effet une grande place aux études sur les espèces arboricoles, notamment celles qui pourraient étoffer les forêts françaises, dont le déboisement est déploré par de nombreux savants depuis le début du siècle. René-Antoine Ferchault de Réaumur s’émeut en effet de la déforestation des bois français auprès de l’Académie royale des sciences dès 1721, dans une communication intitulée Réflexion sur l’état des bois du royaume4. Son inquiétude concerne bien plus une perte de ressources naturelles exploitables qu’une perte de la biodiversité :

  • 5 Ibid.

Ce n’est pas seulement dans les grandes villes où l’on se plaint que le Bois de toute espèce devient rare, on s’en plaint de même dans la plupart des pays où il est commun. Par-tout [sic] où il y a des établissements de Forge, de Fourneaux à Fer, de Verreries, &. on craint que ces établissements ne tombent par la suite, faute du bois nécessaire à leur entretien.5

4L’arbre au xviiie siècle est le combustible des industries urbaines et la principale source de chauffage. La déforestation frappe les bois à proximité des grandes villes, dont les terrains sont convertis en champs destinés à nourrir une population en pleine croissance. René-Antoine Ferchault de Réaumur déplore la diminution des chênes et des châtaigniers du territoire français, surexploités pour les charpentes et le chauffage. Pour pallier cette réduction des forêts, il propose une réflexion sur l’entretien des forêts, l’optimisation de la pousse des chênes et suggère que l’on détermine quel terrain conviendrait le mieux à un arbre.

  • 6 Armand Fougeroux de Blavau, « Mémoire sur les espèces de Pins qui sont à préférer pour réparer les (...)
  • 7 Ibid., p. 55-86.
  • 8 Étienne-François Turgot, « Mémoire sur les arbres résineux lu à la séance publique du 30 mars 1786  (...)
  • 9 Ibid., p. 2.
  • 10 Emma C. Spary, « Naturaliser l’arbre de la liberté : génération, dégénération et régénération au Ja (...)

5Dans les années 1780, les membres de la Société royale d’agriculture se réfèrent encore à ce texte et cherchent des solutions pour lutter contre la déforestation. Armand Fougeroux de Blavau décrit la mécanique capitaliste à l’origine de l’inflation du prix des bois et de la disparition des arbres, dénoncée par la famille Duhamel au cours du siècle. Ces naturalistes n’avaient pas « cessé depuis plus de quarante ans, de rappeller [sic] au Public, que les bois deviendraient rares en France. Ils en voyaient annuellement s’accroître la consommation, le prix augmenter en proportion, & ils prévoyaient dès-lors que ce nouveau prix exciterait l’ardeur des usufruitiers à se défaire d’un bois qui aurait doublé de valeur, si on l’eut laissé dix ans de plus sur pié [sic] »6. Armand Fougeroux de Blavau préconise un reboisement des forêts par les pins7, une idée qui essaime au sein de la société d’agriculture. Elle publie notamment le Mémoire sur les arbres résineux d’Étienne-François Turgot en 1786. Dans cet opuscule, il souhaite encourager la culture d’espèces telles que le pin maritime, le mélèze, les cèdres de Virginie et du Liban ou encore le cyprès pour servir à la charpenterie, à la menuiserie et comme bois de chauffage8. Certaines villes, comme Le Mans, se chauffent en effet à la fin du xviiie siècle uniquement avec du bois de pin maritime9. Étienne-François Turgot contribue par ailleurs activement à diffuser des spécimens considérés comme exotiques sur le territoire français. Le Jardin des Plantes de Paris lui doit un pin de Corse (Pinus laricio), issu d’une graine rapportée d’un de ses voyages et planté par Antoine-Laurent de Jussieu en 177410.

  • 11 A. Ysabeau, « Le mûrier à papier », Revue horticole, 40e année, 1868, p. 354.
  • 12 Gil Ferrand, « “L’arbre fou”. Introduction à une ethnoécologie de l’ailante parisien (Ailanthus alt (...)

6À cette même époque, plusieurs membres de cette société s’adonnent à l’acclimatation d’espèces étrangères, autant par curiosité botanique que pour, encore une fois, lutter contre la déforestation en dehors des villes. Si leur projet initial n’est pas d’introduire des arbres rares en ville et encore moins de végétaliser l’espace urbain, c’est bien souvent au cœur des villes que sont plantées beaucoup de nouvelles espèces arboricoles. Les membres des sociétés d’agriculture sont en effet fréquemment des propriétaires urbains, conduisant des premières introductions d’espèces exotiques sur leur propre terrain. Tout d’abord, les initiatives sont personnelles et réalisées soit sur des parcelles privées, soit au cœur de jardins botaniques, où ils ont généralement une fonction officielle. Parmi les jardiniers les plus actifs dans l’introduction de nouveaux arbres en France, André Thouin, jardinier en chef du Jardin du roi avant la Révolution française, réussit l’acclimatation en France de plusieurs arbres, comme le mûrier à papier (Broussonetia papyrifera), qu’il essaie d’introduire à Paris en tant qu’arbre d’alignement le long du boulevard Bourdon, accompagné de robiniers (Robinia pseudoacacia) et d’ailantes (Ailanthus altissima)11. Mais l’expérience reste confidentielle car, au siècle suivant, les platanes, les marronniers, les ormes et les ailantes dominent les bordures des promenades et des avenues12.

  • 13 Ferdinand Denis, Les vrais Robinsons. Naufrages, solitudes, voyages, Paris, Librairie du Magasin pi (...)
  • 14 « Décret de l’Assemblée nationale concernant l’expédition relative à la recherche de M. de La Pérou (...)
  • 15 Augustin-François Silvestre, Notice biographique sur André Thouin, Paris, Imprimerie de Madame Huza (...)

7André Thouin réussit de même à introduire sur le territoire français l’arbre à pain (Artocarpus altilis), originaire d’Océanie, objet de bien des convoitises européennes (fig. 1). Le fruit de cet arbre, très nutritif, avait la réputation de pouvoir mettre fin aux famines dans les îles. L’arbre à pain est demeuré célèbre, entre autres, pour avoir déclenché la mutinerie du Bounty en 1789. La cargaison de plants d’arbres à pain, nécessitant beaucoup d’eau douce, avait imposé un rationnement d’eau très strict, provoquant la colère de l’équipage du navire, qui jeta une partie de la cargaison par-dessus bord13. En 1791, le voyage de recherche de Jean-François de La Pérouse ordonné par la France se charge d’une portée scientifique14. L’Assemblée nationale, sur une demande de la Société d’histoire naturelle de Paris, charge Joseph Antoine Bruni d’Entrecasteaux de se lancer sur les traces de La Pérouse, mais aussi de conduire une équipe de scientifiques, comprenant un botaniste, Félix Delahaye, officiellement chargé de rapporter en France des arbres à pain et de les confier à André Thouin à Paris. Après avoir conservé l’arbre dans les serres du Jardin des Plantes de Paris pendant trois ou quatre ans, André Thouin fait expédier des spécimens en Guyane, où il pourra être reproduit et exploité15.

Figure 1

Figure 1

Arbre à pain (Artocarpus altilis) : tige de fructification avec feuille séparée, fruit, fleurs et segment de fruit. Lithographie en couleurs d’après Mary Ann Burnett, vers 1843.

Collection Wellcome, Creative Commons.

  • 16 J.-L. Lefebvre, Compte rendu à la Société d’agriculture de Paris, Paris, Bureau de la Feuille du cu (...)
  • 17 Emma C. Spary, op. cit., p. 113.

8Ces personnalités, membres de la Société d’agriculture de Paris, cherchent par la suite à encourager l’introduction d’espèces par le don de graines ou de plantes au sein de cette société. À Paris, plusieurs jardiniers de renom, André Thouin, Philippe-Victoire Lévêque de Vilmorin et Jacques-Louis Descemet, proposent dans les années 1780 de distribuer gracieusement des graines, des arbres et des arbustes aux membres de la société16. Cette initiative vient compléter un système de correspondants scientifiques mis en place en 1785, qui permettait de « diffuser auprès des cultivateurs l’information agricole et peut-être aussi des graines »17. Ces introductions de plantes étrangères ne suivent cependant pas encore un programme plus vaste d’introduction d’arbres.

  • 18 M. G. Heuzé, « Éloge biographique de l’abbé Nolin », dans Mémoires publiés par la Société centrale (...)
  • 19 Ibid., p. 174.
  • 20 Marie-Noëlle Bourguet, « La collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin xviie siècle – dé (...)

9Dans les années 1780, le gouvernement français charge le botaniste André Michaux de déterminer les espèces américaines intéressantes à acclimater en Europe. Pour sa mission, il est conseillé et dirigé par l’abbé Nolin, le directeur des pépinières de Rambouillet, réputé pour ses multiples naturalisations réussies18. Louis XVI avait en effet acquis en 1784 le domaine de Rambouillet afin d’y fonder un établissement rural et « d’y naturaliser les arbres d’Amérique les plus propres pour les constructions civiles et navales »19. André Michaux quitte la France en 1785 et ne revient qu’en 1791. Durant son séjour américain et « pour faciliter leur transplantation, Michaux crée une pépinière près de New York, suivie d’une seconde à Charleston, d’où il envoie, au cours des dix années suivantes, plus de soixante mille pieds d’arbres et quatre-vingt-dix caisses de graines, destinés à régénérer les forêts de France »20.

  • 21 Jean Girardin, « Mémoire sur la culture des plantes tinctoriales en Normandie », dans Extrait des t (...)
  • 22 Eusèbe Salverte, Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts du département de l’Aube, n(...)
  • 23 Jean Girardin, op. cit., p. 114.
  • 24 Ibid., p. 113.

10Les travaux du botaniste et les espèces qu’il rapporte d’Amérique (fig. 2) suscitent un intérêt tel qu’il obtient l’autorisation de mener une expérience d’introduction du chêne Quercitron au bois de Boulogne en 181821. Cette expérience trouve un écho au sein des sociétés savantes et est imitée en province, par des membres isolés ou sur décision collective de la société. Dans l’Aube, le poète Eusèbe Salverte demande en 1826 un demi-kilogramme de glands de ce chêne à André Michaux22 et annonce les premiers résultats de son expérience dans les Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts du département de l’Aube, qui ne semble cependant pas concluante… En Seine-Inférieure, l’introduction du chêne Quercitron est une expérimentation collective. L’écorce du chêne Quercitron fournissant une teinture couleur citrine, l’arbre ne peut qu’intéresser fortement les industriels du département, notamment les fabriques rouennaises de textile. En 1823, à l’Exposition des produits de l’industrie, André Michaux avait présenté « des tissus mérinos, teints avec l’écorce interne des jeunes chênes du bois de Boulogne, et qui offraient des presque nuances aussi parfaites que celles obtenues au moyen du Quercitron d’Amérique »23. Sur le modèle de l’expérience menée au bois de Boulogne, la Société centrale d’agriculture de la Seine-Inférieure fait venir de New York, en 1820, un baril de glands de chêne quercitron, distribués à tous ses membres. Les glands sont tous plantés en mars 1821 au sein des propriétés personnelles des sociétaires, dont beaucoup se situent en milieu urbain, notamment à Rouen et dans sa banlieue, sur les communes de Bois-Guillaume et Déville-lès-Rouen. L’importation de glands en provenance des États-Unis se poursuit en 1825, 1827 et 1831, et les plantations se multiplient dans le département, si bien qu’en 1841, il existe environ cinq cents chênes dans le département. Mais les premiers résultats du point de vue de l’industrie textile, obtenus en 1839, ne sont pas satisfaisants, ce qui explique probablement l’abandon des cultures dans cette région24.

Figure 2

Figure 2

Quercus tinctoria Bartr., copie de l’herbier d’André Michaux, Histoire des chênes de l’Amérique, 1801, Kew’s Herbarium.

Quercus tinctoria Bartr, Collections Europeana, Creative Commons.

  • 25 Aristide Dupuis, « Sur les séquoias », dans Bulletin de la Société impériale zoologique d’acclimata (...)
  • 26 Ibid., p. 258.

11Les introductions d’arbres sur le territoire européen n’intéressent pas que les sociétés d’horticulture. La Société impériale zoologique d’acclimatation de Paris, dont le but est d’introduire des espèces utiles au pays, s’intéresse à la naturalisation des séquoias. Introduit en Europe dans les années 1840, le Sequoia sempervirens est visible notamment au Jardin des Plantes de Paris, à ceux d’Angers, de Blois et de Nantes en 185925. Quant au Sequoia gigantea, il n’est présent à Paris que depuis 185426. Si la société cherche des qualités au bois des séquoias, c’est surtout pour leur aspect esthétique qu’ils sont recherchés à la fin du xixe siècle, particulièrement pour orner les parcs des grandes propriétés.

L’arbre en ville : l’essor d’une technicité

  • 27 Charles-François Bailly de Merlieux, « Cours de taille des arbres fruitiers fait par M. Dalbret », (...)
  • 28 Ibid., p. 254.
  • 29 Ibid., p. XIII-XIV.
  • 30 Louis Gaudry, Cours pratique d’arboriculture, Paris, chez l’auteur, 1848, 302 p.

12Les sociétés d’horticulture francophones, créées bien souvent aux alentours de 1830, contribuent fortement à l’essor de l’arboriculture. Par le biais de leurs bulletins, elles diffusent les informations et innovations dans ce domaine et proposent parfois un enseignement spécialisé. La Société d’horticulture de Paris, créée en 1827, commence très tôt à relayer des comptes-rendus sur les cours de taille des arbres fruitiers donnés à Paris, comme le cours de Jean-Baptiste Dalbret, dispensé en 1828, à l’école de culture pratique du Jardin des Plantes de Paris27. Comme le précise le rédacteur du compte-rendu, Charles-François Bailly de Merlieux, « ces opérations […] loin de la Capitale, sont bien rarement pratiquées et même presque inconnues »28. La taille est donc une pratique urbaine, liée à de grands centres urbains, spécifiquement à des jardins botaniques. Mais il faut attendre une initiative privée pour que des cours soient donnés par des membres de la société. En 1848, Louis Gaudry, amateur d’arboriculture, ouvre un cours public et gratuit de taille et de conduite pratique des arbres fruitiers à son domicile, au 163, rue de Grenelle-Saint-Germain29. Pour accompagner l’ouverture de son cours, il fait publier un ouvrage récapitulant les différentes notions abordées durant son enseignement (fig. 3 et 4)30. Avec ce nouveau type d’enseignement, on bascule du cours réservé aux élites scientifiques urbaines à des cours ouverts à tous.

Figure 3

Figure 3

Louis Gaudry, Cours pratique d’arboriculture, Paris, chez l’auteur, 1848, 302 p. Un pêcher.

Source gallica.bnf.fr / BnF

Figure 4

Figure 4

Louis Gaudry, Cours pratique d’arboriculture, Paris, chez l’auteur, 1848, p. 299.

Source gallica.bnf.fr / BnF

  • 31 Alphonse Dubreuil, Cours élémentaire théorique et pratique d’arboriculture, Paris, Victor Masson, L (...)
  • 32 Ibid., p. 229.
  • 33 Arrêté préfectoral du 14 mars 1867, op. cit.

13Dans son ouvrage, Louis Gaudry néglige d’évoquer des cours qui existent déjà en province, notamment celui dispensé par Alphonse Du Breuil à l’École d’arboriculture de Rouen, fondée en 1839 au jardin des plantes de la ville. Cet enseignement public, Alphonse Du Breuil le réclame en 1836 par l’intermédiaire de la Société centrale d’agriculture de la Seine-Inférieure. Le contenu de cet enseignement original est retranscrit dans son Cours élémentaire théorique et pratique d’arboriculture31 paru en 1846. Ce manuel compile autant des savoirs encyclopédiques que des données pratiques. Il est un témoignage de la place assignée aux arbres sur le territoire français. Les arbres et leurs dispositions ont une utilité précise qui contribue à façonner le paysage urbain et rural. Les plantations en bordure abritent ainsi les localités exposées au vent, quant aux avenues, « elles servent à former de magnifiques promenades publiques, et surtout à purifier l’air vicié par ces grands centres de population32 ». Les publications d’Alphonse Du Breuil remportent un franc succès en France, ce qui peut expliquer sa nomination comme codirecteur de l’École théorique et pratique d’arboriculture de la ville de Paris, fondée en mars 1867 par le préfet Haussmann. Ce nouvel établissement a pour mission de former des jardiniers pour entretenir les promenades publiques façonnées par Alphand33.

  • 34 Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, séance du 16 novembre 1842, Paris, Au bureau (...)
  • 35 Pépin, « Sur la mortalité des arbres causée par les fuites de gaz souterrain », Revue horticole, Pa (...)
  • 36 Jean Girardin, Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, Paris, Au bureau de la Société (...)
  • 37 Lyon-horticole, revue bi-mensuelle d’horticulture, Lyon, Imprimerie du salut public, 1894, p. 325 e (...)

14Les arboriculteurs des années 1840, par l’étude des arbres, sont en quelque sorte les premiers observateurs des effets de la pollution urbaine sur la nature en ville. En 1842, le jardinier en chef du Muséum national, Louis Neumann, présente à la Société d’horticulture de Paris les racines d’ormes morts, arrachés sur le boulevard de l’Hôpital. Il incrimine le gaz de l’éclairage public qui, en s’infiltrant dans la terre, provoque la mort des plantations34. Rapidement, d’autres villes en France sont touchées par ce phénomène, comme Brest35 et Rouen36. À Lyon, pour pallier ce problème, un horticulteur, J. Métral, propose en 1883 un système spécial de drainage des sols et d’arrosage pour protéger des fuites de gaz les marronniers de la place Bellecour37.

15Les dangers de la pollution urbaine sur les cultures sont bien connus dans les années 1880 et transparaissent dans les écrits des arboriculteurs et des gestionnaires des jardins publics. Certains professeurs d’arboriculture déconseillent même la plantation de vergers en ville, tel Jean-Joseph Picoré, de la Société centrale d’horticulture de Nancy, en 1893, dans son ouvrage dédié aux poiriers :

  • 38 Jean-Joseph Picoré, Le poirier : études sur sa végétation et sa fructification naturelle, sa multip (...)

Les poiriers-tiges plantés en verger ou ailleurs, seront d’autant plus beaux et plus fertiles qu’ils seront situés dans un milieu exempt de toutes influences fâcheuses ; le voisinage des usines, l’intérieur des villes, les jardins trop petits englobés dans des bâtiments, la proximité des arbres forestiers qui gênent la circulation de l’air et qui s’approprient de l’action de la lumière, sont toutes des situations qui ne peuvent convenir pas plus à la culture du poirier qu’aux autres arbres fruitiers : les poussières, les fumées, le manque d’air et de lumière, font que les arbres ainsi cultivés s’étiolent, se couvrent de moisissures ou de parasites, et ne donnent que des ramifications chétives, inachevées, incapables de porter des fruits.38

  • 39 Vincent-Alfred Gressent, Leçons théoriques et pratiques d’arboriculture fruitière, Paris, Aug. Goin (...)

16À cette même période, apparaissent des discussions au sein des sociétés savantes d’horticulture sur l’usage très diffusé, depuis les années 1840, des « boues des villes ». En effet, ces boues, ou gadoue, trouvent une place de choix dans les traités d’horticulture. Elles sont décrites par l’arboriculteur Vincent-Alfred Gressent comme « un engrais excellent, d’autant meilleur qu’il renferme des matières animales et végétales, des détritus de poissons, des cendres, des suies, etc. »39.

17Mais des critiques sur l’usage de ces détritus émergent au sein des sociétés horticoles à partir des années 1890, avec la prise de conscience de la dynamique des sols, comme au sein du Cercle d’arboriculture de Belgique :

  • 40 Cercle d’arboriculture de Belgique, Bulletins d’arboriculture, de floriculture et de culture potagè (...)

On nous demande si l’emploi de ces balayures dans les jardins présente quelque danger pour la salubrité. Nous n’hésitons pas à répondre affirmativement à la question, si le jardin est situé à proximité de l’habitation. Certes les balayures employées à la surface du sol sont soumises à l’influence directe des eaux météoriques et la décomposition en sera assez rapide. Toutefois la végétation des jardins d’agrément est trop peu dense pour absorber promptement les matières résultant de cette décomposition, d’où il suit que le reste de ces matières solubles et gazeuses est entraîné par les eaux d’infiltration dans les couches inférieures du sol. Or les boues de Bruxelles, d’après l’analyse faite à la station agricole de Gembloux, par M. Petermann, renferment plus de 20 % de matières organiques ; il en est à peu près de même des balayures des autres grands centres ; elles sont donc riches en engrais, mais leur emploi dans les jardins doit inévitablement contribuer à la pollution des eaux alimentaires et dès lors on fera mieux d’abandonner ces matières au profit des cultures agricoles. Le danger de l’emploi de boues et balayures comme matériaux de remblai a été exposé récemment à la Société royale de Médecine publique de Belgique par M. Louis Moreau.40

  • 41 Gustave Flaubert, Correspondance électronique de Flaubert, éd. par Yvan Leclerc et Danielle Girard, (...)
  • 42 La société agronomique de Rouen au xixe siècle porte le nom de Société centrale d’agriculture de la (...)
  • 43 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale (1869), Paris, Louis Conard, 1910, p. 314.
  • 44 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet (1881), éd. par Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, GF Flammarion, (...)

18L’arboriculture au milieu du xixe siècle a suscité l’intérêt des jardiniers professionnels, amateurs, mais aussi de ceux parfois qualifiés de jardiniers bourgeois. Cet engouement a provoqué des réactions et des critiques. Flaubert, qui associe la taille « de l’arbre et de ses rameaux sauvages »41 à une unification monotone, met en scène dans plusieurs de ses romans des bourgeois, arboriculteurs amateurs : M. Homais, dans Madame Bovary (1857), se vante de son traité de pomologie, ce qui lui vaut d’être reçu à la « société agronomique de Rouen »42 ; le marquis Gilbert des Aulnays, dans L’Éducation sentimentale (1869), prend des cours d’arboriculture tous les matins et consacre ses soirées au Cercle agricole43 ; enfin les deux comparses de Bouvard et Pécuchet concluent, après leurs échecs au verger, que « L’arboriculture pourrait bien être une blague ! »44

L’arbre comme objet territorial et pittoresque

  • 45 Don de 43 échantillons d’essences de bois du pays par Zaepffel (conservateur des forêts). Bulletin (...)
  • 46 Mémoires de la Société d’histoire naturelle du département de la Moselle, Metz, Imprimerie, librair (...)

19Au milieu du xixe siècle, des sociétés spécialisées en étude de l’histoire naturelle s’établissent dans de nombreuses villes françaises et constituent des collections, souvent ouvertes au public. Les collections d’histoire naturelle, autrefois dédiées à la curiosité, aux objets rares, souvent exotiques, se territorialisent. La volonté des sociétés savantes, à l’origine de plusieurs muséums (Colmar, Lyon ou encore Toulouse), est bien généralement de fournir un inventaire local et exhaustif de la faune et de la flore d’un département, voire d’une région. Conservées en milieu urbain, ces collections servent aussi les intérêts économiques de la ville et de façon générale de son territoire d’influence. Les recueils d’essences de bois trouvent ainsi une place privilégiée au sein des premières collections de muséums, comme à Colmar45 ou encore à Metz46.

  • 47 Jean-Louis-Auguste Loiseleur-Deslongchamps, « Roseraies et promenades horticulturales », Annales de (...)
  • 48 Ibid., p. 13.
  • 49 Ibid.

20La pratique naturaliste, notamment au sein des sociétés savantes, est avant tout une invitation à la découverte de proximité. Si le naturaliste du début du xixe siècle collecte souvent seul, avec les nouvelles sociétés d’horticulture et d’histoire naturelle, les herborisations collectives sont prétextes à la promenade et à des sorties touristiques, où les observations naturalistes se mêlent à l’attrait pour le patrimoine, le pittoresque et la gastronomie. Le Journal de la Société nationale d’horticulture de France témoigne dès 1827 de ce type d’usages. Les membres de la société s’invitent à visiter leurs propriétés, ou bien des propriétaires convient la société à venir visiter leur jardin et à admirer leurs arbres remarquables. L’article « Roseraies et promenades horticulturales »47 de Jean-Louis-Auguste Loiseleur-Deslongchamps, paru en 1846, sur sa visite du pépiniériste Godefroy de Ville-d’Avray, révèle l’importance accordée aux arbres lors de ces sorties. Les visiteurs s’attardent surtout devant le sapin pleureur à « l’effet charmant et très pittoresque »48 et devant les arbres singuliers du propriétaire, tel un « arbre remarquable, […] un Frêne pleureur, sous lequel vingt personnes peuvent se tenir à l’ombre »49.

21Les sociétés d’histoire naturelle françaises s’intéressent de même, à la fin du xixe siècle, aux arbres comme objets pittoresques, dotés d’une histoire et porteurs de traditions. Au même titre qu’un édifice patrimonial, ils sont des points d’intérêt majeurs des excursions organisées par les sociétés d’histoire naturelle. Les excursions passent nécessairement par la ville car, à partir de la deuxième partie du xixe siècle, les sociétés se déplacent via le chemin de fer, notamment en Normandie. Ce n’est pas le cas de la région toulousaine, car la société locale s’intéresse beaucoup plus au patrimoine géologique que son homologue normande. En Seine-Inférieure, la société se déplace pour visiter le patrimoine urbain, prendre un repas en commun et herboriser aux alentours des villes. Elle profite souvent de ces circuits pour visiter de vastes jardins de grandes propriétés urbaines, où des arbres de grande taille, parfois encore rares, exposent la puissance économique du maître des lieux. En 1888, la société se rend par exemple à Caudebec-en-Caux et prospecte jusqu’à Villequier. À cette occasion, elle visite la propriété d’Acher de Montgascon et s’attarde longtemps devant la particularité de son parc, orné de nombreux arbres encore peu courants dans la région :

  • 50 Ernest de Bergevin, « Compte rendu de l’excursion de Caudebec-en-Caux (27 mai 1888), zoologie et bo (...)

Il y a là une végétation dont on a peine à se rendre compte, si on la compare avec ce que l’on a l’habitude de voir en Normandie. Des arbres gigantesques, chênes, mélèzes, cèdres de l’Atlas, cèdres du Liban, hêtres exotiques, chênes panachés.50

  • 51 Henri Gadeau de Kerville, Les Vieux Arbres de la Normandie. Étude botanico-historique, Paris, Baill (...)
  • 52 Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, Paris, Flammarion, 2e éd., c. 1908, t. I (...)
  • 53 Yann Leborgne, « Fiche d’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France. Le chêne d’Allo (...)
  • 54 Revue générale d’administration, Paris, Berger-Levrault et Cie, vol. 22, partie 3, p. 377.

22La société admire également les vieux arbres de Normandie, particulièrement étudiés par l’un de ses membres, Henri Gadeau de Kerville. Ce naturaliste passionné de photographie se préoccupe beaucoup de la disparition des vieux arbres de la région. Il lance alors un projet permettant de conserver le souvenir de ces arbres. Durant plusieurs années, il s’emploie à les photographier et fait éditer, de 1890 à 1937, les fascicules de son étude consacrée aux Vieux arbres de Normandie dans les bulletins de la Société des amis des sciences naturelles de Rouen51. Le projet qu’il qualifie de botanico-historique repose plus sur l’histoire culturelle de l’arbre que sur ses qualités botaniques. Arbres de cimetières ou arbres-chapelles, les spécimens sélectionnés s’épanouissent plus souvent en milieu rural, en raison des croyances qui leur sont attachées. Paradoxalement, Henri Gadeau de Kerville, qui est un rationaliste athée52, milite pour la conservation de ces arbres, véritables symboles religieux, menacés à la fin du xviiie siècle de destruction par la Révolution française. Après cette mise en lumière, le chêne-chapelle d’Allouville-Bellefosse (fig. 5) devient un site classé par les Monuments historiques en 193253. Ce projet photographique, précurseur de la valorisation du patrimoine naturel, est suivi quelques années plus tard, en 1899, par une circulaire du directeur général des Eaux et Forêts demandant une protection pour « les arbres renommés dans la contrée, soit par les souvenirs historiques ou légendaires qui s’y rattachent, soit par l’admiration qu’inspirent la majesté de leur port, leurs dimensions exceptionnelles ou leur âge vénérable […] »54. La sauvegarde d’arbres pittoresques, fréquemment situés en milieu rural, a ainsi déclenché le mouvement de préservation d’arbres considérés comme « monuments naturels ».

Figure 5

Figure 5

Le chêne d’Allouville, d’après un dessin d’A.-L. Marquis de 1824, dans Félix-Archimède Pouchet, The Universe, The Infinitely Great and the Infinitely Little, Londres, Blackie and son, 1876, p. 373 (collection de l’auteur).

  • 55 Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Basse-Normandie, « Bayeu (...)

23En ville, d’autres arbres symboliques attirent l’attention des sociétés savantes et obtiennent un classement au cours du xxe siècle. Les arbres de la Liberté, plantés pour certains à la Révolution française, le pendant laïc des arbres à « rituels » des zones rurales, ont parfois survécu aux changements de régime politique. Atteignant des âges notables à la fin du xixe siècle et grands témoins de faits historiques, ils font l’objet d’études de membres de sociétés savantes. À Bayeux, le platane de la Liberté (fig. 6), planté en 1797, bénéficie par exemple d’une note historique établie par E. Lalouel en 1884, commentée au sein des Mémoires de la Société des sciences, arts et belles-lettres de Bayeux. Si ces arbres stimulent la curiosité historique à la fin du xixe siècle, les plus imposants d’entre eux acquièrent le titre de monuments naturels dans les années 1930, ce qui a été précisément le cas pour le platane de Bayeux, classé en 193255.

Figure 6

Figure 6

Le platane de la Liberté de Bayeux, carte postale, c. 1900, photographie d’Alexandre Dubosq (1856-1946), collection de l’auteur.

  • 56 Journal de l’agriculture, de la ferme et des maisons de campagne, de la zootechnie, de la viticultu (...)
  • 57 Andrée Corvol, Les sources de l’histoire de l’environnement, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 48.

24Au début du xixe siècle, l’arbre n’échappe pas au productivisme et au processus d’industrialisation. Il est étudié, cultivé, voire acclimaté pour servir une industrie française en quête d’augmentation de rendement et d’autonomie économique. Les sociétés d’agriculture du début du siècle œuvrent activement pour améliorer la productivité des ressources et surtout combler les premiers effets négatifs de la déforestation. Avant même l’émergence de la notion d’écologie, l’arbre est compris dans une dynamique essentielle pour la fertilisation des terres, la gestion des eaux et même la régulation des climats… Les sociétés savantes françaises spécialisées en histoire naturelle relaient les recherches et débats autour de ces questions, en se préoccupant notamment de l’impact du déboisement sur les villes. L’introduction d’espèces « exotiques » cherche à compenser ce début de déforestation, tout en essayant d’améliorer les rendements industriels. Le xixe siècle voit aussi l’essor et l’uniformisation d’une technicité autour de l’arbre, avec un constat principal : la diffusion de l’enseignement de l’arboriculture paraît engendrer une uniformisation des pratiques horticoles, mais aussi des paysages urbains ou ruraux. En raison de leur taille, les arbres deviennent, dès le milieu du siècle, des indicateurs de la pollution urbaine. Pour cette même raison, ils attirent l’attention des premiers défenseurs de l’environnement et reçoivent une protection juridique assez précocement. Les sociétés savantes ont bien souvent joué par ailleurs un rôle déterminant dans la protection d’arbres. En 1891, une société spécialisée dans leur défense voit le jour. La Société française des amis des arbres, créée initialement à Nice, « a pour objet de lutter contre le déboisement et d’inciter l’initiative individuelle en vue de la plantation et de la propagation des arbres isolés ou en massifs »56. Suivant le modèle du classement des monuments historiques, la société fait classer les spécimens qu’elle juge remarquables57.

Notes

1 Archives de Paris, Préfecture de la Seine. Service des promenades et plantations puis Direction administrative des services d’architecture, des promenades et plantations. Administration du service. Horticulture et sylviculture. Création et aménagement des espaces verts (bois, parcs, jardins et squares). Édifices et mobilier urbain. Concessions. Manifestations et participations aux expositions internationales. (1825-1975), VM90 292 à 470, répertoire numérique établi par Solène Simon, 2011, p. 3.

2 Arrêté préfectoral du 14 mars 1867, par décision municipale du 1er mars 1867. Préfecture du département de la Seine, Recueil des actes administratifs de 1867, no 3, p. 194.

3 Alain Corbin, La douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Flammarion, coll. « Champs », p. 9.

4 René-Antoine Ferchault de Réaumur, « Réflexions sur l’état des bois du royaume », dans Histoire de l’Académie royale des sciences, Paris, Imprimerie royale, 24 décembre 1721, p. 284.

5 Ibid.

6 Armand Fougeroux de Blavau, « Mémoire sur les espèces de Pins qui sont à préférer pour réparer les parties de nos forêts dégarnies de chênes présenté le 28 juillet 1785 », dans Mémoires d’agriculture, d’économie rurale et domestique, Paris, L. Jorry, 1785, trimestre d’automne, p. 56.

7 Ibid., p. 55-86.

8 Étienne-François Turgot, « Mémoire sur les arbres résineux lu à la séance publique du 30 mars 1786 », dans Société royale d’agriculture de Paris, Mémoires d’agriculture, d’économie rurale et domestique, Paris, Cuchet, 1786, trimestre d’hiver, p. 41-42. La culture des arbres résineux a progressé par la suite, surtout dans les Landes, la Sologne et la Champagne. Léonce de Lavergne, « La Société d’agriculture de Paris, son histoire et ses travaux », Revue des Deux Mondes, t. 21, 1859, p. 589.

9 Ibid., p. 2.

10 Emma C. Spary, « Naturaliser l’arbre de la liberté : génération, dégénération et régénération au Jardin du roi », dans Emma C. Spary, Le jardin d’utopie : l’histoire naturelle en France de l’Ancien régime à la Révolution, trad. de l’anglais par Claude Dabbak, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, 2005, p. 154-155.

11 A. Ysabeau, « Le mûrier à papier », Revue horticole, 40e année, 1868, p. 354.

12 Gil Ferrand, « “L’arbre fou”. Introduction à une ethnoécologie de l’ailante parisien (Ailanthus altissima (Mill.) Swingle) », mémoire, Muséum national d’histoire naturelle, master Évolution, Patrimoine naturel et Sociétés, master 2 Environnement, Développement, Territoires et Sociétés, parcours Anthropologie de l’environnement, 2017-2018, en ligne : https://docplayer.fr/199119887-Museum-national-d-histoire-naturelle-l-arbre-fou-introduction-a-une-ethnoecologie-de-l-ailante-parisien-ailanthus-atissima-mill.html (consulté en juillet 2022).

13 Ferdinand Denis, Les vrais Robinsons. Naufrages, solitudes, voyages, Paris, Librairie du Magasin pittoresque, 1863, p. 188.

14 « Décret de l’Assemblée nationale concernant l’expédition relative à la recherche de M. de La Pérouse », dans Élisabeth-Paul-Édouard Rossel et Joseph Antoine Bruni d’Entrecasteaux, Voyage de Dentrecasteaux envoyé à la recherche de La Pérouse, Paris, Imprimerie impériale, 1808, p. XVII.

15 Augustin-François Silvestre, Notice biographique sur André Thouin, Paris, Imprimerie de Madame Huzard, 1825, p. 14.

16 J.-L. Lefebvre, Compte rendu à la Société d’agriculture de Paris, Paris, Bureau de la Feuille du cultivateur, An VII de la République, p. 124.

17 Emma C. Spary, op. cit., p. 113.

18 M. G. Heuzé, « Éloge biographique de l’abbé Nolin », dans Mémoires publiés par la Société centrale d’agriculture de France, Paris, Renouard, 1881, t. 126, p. 170.

19 Ibid., p. 174.

20 Marie-Noëlle Bourguet, « La collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin xviie siècle – début xixe siècle) », dans Claude Blanckaert et al. (dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, 1997, p. 184.

21 Jean Girardin, « Mémoire sur la culture des plantes tinctoriales en Normandie », dans Extrait des travaux de la Société centrale d’agriculture du département de la Seine-Inférieure, Rouen, Périaux, t. XI, 1841, p. 112.

22 Eusèbe Salverte, Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts du département de l’Aube, no XVII, 31 mars 1826, Troyes, de l’imprimerie de Sainton fils, 1826.

23 Jean Girardin, op. cit., p. 114.

24 Ibid., p. 113.

25 Aristide Dupuis, « Sur les séquoias », dans Bulletin de la Société impériale zoologique d’acclimatation, Paris, Victor Masson, t. VI, 1859, p. 277.

26 Ibid., p. 258.

27 Charles-François Bailly de Merlieux, « Cours de taille des arbres fruitiers fait par M. Dalbret », dans Annales de la Société d’horticulture de Paris, Paris, Au bureau de la Société d’horticulture, vol. II, 1828, p. 253-255.

28 Ibid., p. 254.

29 Ibid., p. XIII-XIV.

30 Louis Gaudry, Cours pratique d’arboriculture, Paris, chez l’auteur, 1848, 302 p.

31 Alphonse Dubreuil, Cours élémentaire théorique et pratique d’arboriculture, Paris, Victor Masson, Langlois et Leclercq, 1846, en ligne sur Google Livres : https://www.google.fr/books/edition/Cours_%C3%A9l%C3%A9mentaire_th%C3%A9orique_et_pratiq/Y9hEAAAAIAAJ?hl=fr&gbpv=1 (consulté en juillet 2022).

32 Ibid., p. 229.

33 Arrêté préfectoral du 14 mars 1867, op. cit.

34 Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, séance du 16 novembre 1842, Paris, Au bureau de la Société d’horticulture, 1842, p. 314.

35 Pépin, « Sur la mortalité des arbres causée par les fuites de gaz souterrain », Revue horticole, Paris, Librairie agricole Dusacq, avril 1844 – mars 1845, p. 287. Sur le « Cours » et le « Champ des batailles ».

36 Jean Girardin, Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, Paris, Au bureau de la Société d’horticulture, 1847, vol. 38, p. 215-218, le long du boulevard Cauchoise. À Paris, les fuites de gaz tueraient deux cents arbres par an (voir Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, xviiexxie siècle), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017, p. 110 : Alexandre Jouanet, Mémoire sur les plantations de Paris, Paris, Imprimerie horticole de J.-B. Gros, 1855, p. 61).

37 Lyon-horticole, revue bi-mensuelle d’horticulture, Lyon, Imprimerie du salut public, 1894, p. 325 et aussi Antoine Gailleton, « Marronniers de Bellecour. Amendement du sol. Rapport de M. Le maire », dans Ville de Lyon, Conseil municipal, procès-verbaux des séances, 23 octobre 1883, Lyon, Association typographique, 1883, p. 232.

38 Jean-Joseph Picoré, Le poirier : études sur sa végétation et sa fructification naturelle, sa multiplication en pépinière, sa plantation et sa culture dans le verger, Argentan, imprimerie du Journal de l’Orne, 1893, p. 67.

39 Vincent-Alfred Gressent, Leçons théoriques et pratiques d’arboriculture fruitière, Paris, Aug. Goin et Orléans, chez l’auteur, 1862, p. 39.

40 Cercle d’arboriculture de Belgique, Bulletins d’arboriculture, de floriculture et de culture potagère, Gand, C. Annoot-Braeckman, Ad. Hoste successeur, 1891, p. 78.

41 Gustave Flaubert, Correspondance électronique de Flaubert, éd. par Yvan Leclerc et Danielle Girard, Laboratoire Cérédi, université de Rouen-Normandie, 2017, lettre de Flaubert à Louise Colet, Croisset, 23 août 1846.

42 La société agronomique de Rouen au xixe siècle porte le nom de Société centrale d’agriculture de la Seine-Inférieure.

43 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale (1869), Paris, Louis Conard, 1910, p. 314.

44 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet (1881), éd. par Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, GF Flammarion, 2011, p. 91.

45 Don de 43 échantillons d’essences de bois du pays par Zaepffel (conservateur des forêts). Bulletin de la Société d’histoire naturelle de Colmar, 1re année, Colmar, Camille Decker, 1860, p. 13.

46 Mémoires de la Société d’histoire naturelle du département de la Moselle, Metz, Imprimerie, librairie et lithographie Verronnais, 1843, p. 27.

47 Jean-Louis-Auguste Loiseleur-Deslongchamps, « Roseraies et promenades horticulturales », Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, t. XXXVII, 1846, p. 13.

48 Ibid., p. 13.

49 Ibid.

50 Ernest de Bergevin, « Compte rendu de l’excursion de Caudebec-en-Caux (27 mai 1888), zoologie et botanique », Bulletin de la Société des amis des sciences naturelles de Rouen, Rouen, imprimerie Julien Lecerf, 1888, p. 128.

51 Henri Gadeau de Kerville, Les Vieux Arbres de la Normandie. Étude botanico-historique, Paris, Baillière, 1890-1937.

52 Dictionnaire biographique illustré de la Seine-Inférieure, Paris, Flammarion, 2e éd., c. 1908, t. I, p. 471-472.

53 Yann Leborgne, « Fiche d’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France. Le chêne d’Allouville », septembre 2009, en ligne (lien pour téléchargement) : https://www.culture.gouv.fr/Media/Thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/Files/Fiches-inventaire-du-PCI/Allouville-Bellefosse (consulté en juillet 2022).

54 Revue générale d’administration, Paris, Berger-Levrault et Cie, vol. 22, partie 3, p. 377.

55 Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Basse-Normandie, « Bayeux. Arbre de la liberté, site classé no 14076 », Caen, DREAL Basse-Normandie, 2013, p. 1.

56 Journal de l’agriculture, de la ferme et des maisons de campagne, de la zootechnie, de la viticulture, de l’horticulture, de l’économie rurale et des intérêts de la propriété, Paris, Au bureau du Journal de l’agriculture, vol. 1, p. 513.

57 Andrée Corvol, Les sources de l’histoire de l’environnement, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 48.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Arbre à pain (Artocarpus altilis) : tige de fructification avec feuille séparée, fruit, fleurs et segment de fruit. Lithographie en couleurs d’après Mary Ann Burnett, vers 1843.
Crédits Collection Wellcome, Creative Commons.
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/1793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 2
Légende Quercus tinctoria Bartr., copie de l’herbier d’André Michaux, Histoire des chênes de l’Amérique, 1801, Kew’s Herbarium.
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/1793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Figure 3
Légende Louis Gaudry, Cours pratique d’arboriculture, Paris, chez l’auteur, 1848, 302 p. Un pêcher.
Crédits Source gallica.bnf.fr / BnF
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/1793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Figure 4
Légende Louis Gaudry, Cours pratique d’arboriculture, Paris, chez l’auteur, 1848, p. 299.
Crédits Source gallica.bnf.fr / BnF
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/1793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 5
Légende Le chêne d’Allouville, d’après un dessin d’A.-L. Marquis de 1824, dans Félix-Archimède Pouchet, The Universe, The Infinitely Great and the Infinitely Little, Londres, Blackie and son, 1876, p. 373 (collection de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/1793/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 873k
Titre Figure 6
Légende Le platane de la Liberté de Bayeux, carte postale, c. 1900, photographie d’Alexandre Dubosq (1856-1946), collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/1793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
URL http://books.openedition.org/lisaa/docannexe/image/1793/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search