Version classiqueVersion mobile

Éloquences romantiques

 | 
Marta Sukiennicka

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Françoise Douay, « Histoire de la rhétorique au xixe siècle », dans Marc Fumaroli (dir.), Histoire (...)

1Le but de ces analyses a été de circonscrire et de définir l’éloquence romantique dans ses relations à l’héritage néoclassique et à la nouvelle esthétique littéraire qui se manifeste à l’aube du xixe siècle. Nous avons esquissé, dans la première partie, l’histoire de la rhétorique à la charnière des xviiie et xixe siècles, période de grands bouleversements politiques, sociaux et littéraires qui ont préparé le terreau pour une renaissance de l’éloquence. Ce renouveau était observable dans les traités rhétoriques qui trahissaient la sensibilité romantique de leurs auteurs – c’était notamment le cas de Joseph Droz et de Charles Nodier – en les éloignant de l’attitude antirhétorique des Lumières. Nous avons observé également que les écrivains romantiques ont reçu une excellente éducation rhétorique dont ils n’étaient pourtant pas satisfaits, à en juger par leur opinion sur les professeurs d’éloquence, émise, il est vrai, dans le contexte particulier de la « bataille romantique » au tournant des années 1830. Les trente premières années du xixe siècle signent décidément une renaissance de la rhétorique comprise à la fois comme une matière scolaire et une réflexion philosophique sur le pouvoir performatif du verbe. De fait, cette renaissance fut, selon une belle formule de Françoise Douay, à la fois une reconnaissance de la filiation avec l’esthétique classique et le début d’une vie nouvelle1.

2Dans la deuxième partie de l’étude, cette nouvelle vie de l’éloquence nous intéressait particulièrement du point de vue de la théorie et de l’esthétique littéraires. Quelques questions sont apparues : quel lien établir entre la modification du statut de l’écrivain et le retour à l’éloquence ? Dans quels lieux et sur quels sujets s’exerce l’éloquence romantique ? La vieille triade de la chaire, de la tribune et du barreau suffit-elle pour décrire la pratique romantique de l’éloquence ? Relève-t-elle toujours du modèle oral hérité des siècles classiques ou rompt-t-elle avec l’idéal de la littérature-discours pour explorer les potentialités de ce qu’Alain Vaillant appelle littérature-texte ? Quel est le lien entre la mise en place d’une fiction de l’oralité et la subjectivation du style littéraire ? Comment la vieille rhétorique influe-t-elle sur la pratique romantique des genres ? En examinant les dictionnaires de l’époque, nous avons conclu que la question des genres littéraires au début du xixe siècle reste assez ambiguë, le terme de « genre » renvoyant plutôt aux genres rhétoriques – le délibératif, l’épidictique et le judiciaire – et non à des genres poétiques comme la tragédie ou la comédie. Cette piste nous a permis de poser la question de la pratique romantique des genres rhétoriques.

3Dans la troisième partie, nous avons tenté de démontrer, exemples à l’appui, le constant recours que Nodier, Hugo, Musset et Vigny faisaient aux genres rhétoriques. L’épidictique, le délibératif et le judiciaire reviennent dans de nombreux contextes et sous diverses formes, parfois comme une parodie, parfois comme une prise de parole directe dans les débats qui agitent la société française aux alentours des années 1830. L’échec de la révolution de Juillet a aggravé le désenchantement et la méfiance à l’égard de l’éloquence, accusée d’être inopérante ou fallacieuse et mise en scène en tant que telle dans les œuvres de quatre écrivains de l’Arsenal. L’usage romantique de l’éloquence s’est ainsi avéré distancié, ironique, réflexif, correspondant bien à la poétique de la modernité, contestatrice d’anciennes valeurs esthétiques, éthiques et politiques. Aussi avons-nous pu constater que l’épidictique romantique rompt souvent avec la vieille topique de la louange, il glorifie de nouveaux héros, fait et défait, quelquefois de manière narcissique ou retorse, les réputations littéraires et politiques. Les romantiques mettent pleinement à profit le pouvoir subversif du blâme et de l’éloge puisque, dans la continuité du travail de sape révolutionnaire, ils refondent les valeurs sur lesquelles se fixe l’appréciation des hommes et de leurs actions. Le délibératif romantique est également marqué par l’expérience de la relativité et de la déroute de la parole politique. Les auteurs du cercle de Nodier reviennent souvent à l’histoire des révolutions – française, haïtienne ou florentine – et leur diagnostic est similaire : la parole éloquente est ambivalente, à la fois source de procrastination et de terreur meurtrière. Enfin, le genre judiciaire s’adapte également aux genres typiquement romantiques : que ce soit dans le mélodrame ou dans le conte fantastique, le judiciaire peut servir de tremplin énonciatif à l’auteur en lui permettant de prendre part aux discussions qui concernent, par exemple, la peine de mort.

4Loin d’être un obstacle à l’originalité, la rhétorique avec ses genres s’avère un terreau fécond qui continue à produire des formes littéraires neuves. La voix du poète et de l’écrivain, libérée des entraves de la bienséance chère seulement à des rhéteurs sclérosés, s’énonce dans le romantisme avec une liberté nouvelle à travers une pratique d’écriture qui mélange les genres de toutes les obédiences, rhétorique et poétique confondues. Au début du xixe siècle la rhétorique fournit encore et toujours les moyens pour construire la fiction littéraire. Les écrivains de l’Arsenal ont souvent recours à un langage méta-rhétorique qui prouve leur parfaite assimilation de cette matière, ainsi que leur aptitude à renouveler les catégories et les valeurs liées à la pratique de l’éloquence. De fait, si les romantiques manifestent une certaine malveillance à l’égard de la rhétorique néoclassique, ils n’hésitent pas à dépoussiérer le vieil arsenal de figures et de moyens de persuasion. Les hôtes de l’Arsenal ne s’opposent pas à toute forme d’éloquence, au contraire, ils sont fascinés par le pouvoir créateur du verbe qui parfois s’énonce de manière affirmative – notamment chez Hugo quand il adopte la posture du mage romantique – et parfois de manière négative, nostalgique ou défiante – chez les désenchantés. Tous fustigent seulement ce qui dans la rhétorique est jugé comme boursouflé et archaïque, trop fidèle aux usages littéraires du passé et pas en phase avec leur modernité.

  • 2 Nous avons vu que José-Luis Diaz omet délibérément de prendre en compte dans ses analyses la poésie (...)

5Accessoirement, ces analyses tentaient de jeter une nouvelle lumière sur la place de Charles Nodier au sein du mouvement romantique français. Il s’est avéré que, contrairement à ce que laissaient entendre Paul Bénichou et José-Luis Diaz2, Nodier n’est pas à la marge de la révolution littéraire. Ni l’importance de son salon ni le retentissement de son œuvre littéraire ne sont à négliger dans l’histoire du romantisme français. Les œuvres de Nodier ont marqué profondément la jeune génération des romantiques : Musset revendique le style capricant et excentrique du maître de l’Arsenal, il pratique comme lui la poétique du disparate et de la dérision. Vigny fait sien le diagnostic nodiérien de l’éloquence révolutionnaire, il rejoint Nodier dans ses analyses du retrait de la poésie du monde moderne, il s’inspire de l’auteur du Roi de Bohême dans son Stello. Hugo nourrit ses romans et ses poésies de la veine fantastique et frénétique nodiérienne, il découvre avec lui le génie de Shakespeare et le charme du Moyen Âge, il s’inspire enfin de ses travaux historiographiques pour bâtir sa légende de la Révolution. Bref, Nodier ne fut pas que cet agréable conteur accoudé à la cheminée de l’Arsenal, comme Sainte-Beuve et Dumas aimaient à le représenter de manière débonnaire et quelque peu simplificatrice dans leurs articles, souvenirs et romans. Critique littéraire subtil et perspicace, sollicité par la jeune génération romantique avide de reconnaissance que le parrainage nodiérien pouvait lui procurer ; théoricien de la nouvelle littérature et de son éloquence, Nodier influença les œuvres des jeunes auteurs qui fréquentaient assidûment son salon de la rue de Sully. Par-dessus tout, il fut lui-même un écrivain éminemment moderne, luttant constamment contre la pétrification des formes et du langage, un écrivain enfin dont l’œuvre prend acte de la crise permanente que la littérature ne cessera de traverser depuis l’aube du xixe siècle.

6Au terme de ce parcours, reste à savoir si l’éloquence romantique, si fière de son indépendance à l’égard des règles et brandissant résolument le drapeau de la vérité et de la liberté, s’est elle-même transformée en une rhétorique stéréotypée et conventionnelle. À en juger par le nombre de pastiches du style hugolien ou la manière violente dont la deuxième moitié du siècle, avec les écrivains comme Flaubert ou Baudelaire, se moqueront du lyrisme romantique, nous serions amenés à répondre à cette question de manière affirmative. Néanmoins, même si la formule de l’éloquence romantique devient vite datée au-delà des années 1830, son postulat majeur, c’est-à-dire l’irrévérence à l’égard des règles et l’individualité du style transformé bientôt en un but suprême des écrivains, continueront à définir la modernité littéraire.

Notes

1 Françoise Douay, « Histoire de la rhétorique au xixe siècle », dans Marc Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, op. cit., p. 1073.

2 Nous avons vu que José-Luis Diaz omet délibérément de prendre en compte dans ses analyses la poésie nodiérienne. Pareillement, quand il analyse les scénarios auctoriaux du romantisme désenchanté, il en exclut Nodier à cause de son âge. Le désenchantement serait ainsi surtout une affaire générationnelle ; José-Luis Diaz, L’Écrivain imaginaire, op. cit., p. 565. Pour sa part, Paul Bénichou consacre plus de place à l’analyse de l’œuvre nodiérienne, mais il souligne avec (trop de ?) insistance la position excentrée, marginale de l’écrivain. Pour lui, c’est un auteur « isolé », « détaché de ce qui est, cherchant à franchir les limites de la vie » (Paul Bénichou, L’École du désenchantement, dans Romantismes français, op. cit., t. II, p. 1560-1561). Il nous semble que cette vision de Nodier en excentrique ou même « extra-terrestre » est exagérée.

© LISAA éditeur, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search