Les Belles Lettres https://books.openedition.org/lesbelleslettres CC0 courrier@lesbelleslettres.com La Maladie de l’âme La maladie de l’âme... la belle expression platonicienne n’a de cesse d’être d’actualité. Non seulement elle est prompte à revenir d’époque en époque, mais elle semble particulièrement friande de la nôtre. Que cette maladie désigne une vague tristesse, un taedium vitae, ou, plus grave, une dépression, elle implique tout à la fois la souffrance morale et la souffrance physique. L’âme et le corps sont divisés mais se retrouvent dans la douleur si bien que « la maladie de l’âme vient de ce que nous avons un corps ». De ce constat paradoxal Jackie Pigeaud tire une histoire, celle du triomphe du dualisme, du fardeau de l’âme et du corps contraints à être séparés et ensemble à perpétuité. Cette histoire trouve son origine dans le monde grec, et plus exactement dans sa philosophie. La division entre maladies de l’âme et autres maladies, c’est-à-dire maladies du corps, appartient à la philosophie. La médecine aurait été bien soulagée de cette partition. Est-ce à dire qu’elle n’entendait pas être philosophique ? Sans doute : Hippocrate en offre un bon exemple. L’accord, tacite, est le suivant : l’âme appartient au philosophe et le corps au médecin. Cicéron s’occupe des passions et Galien suspend son jugement dès qu’il approche la psyché. Chacun y trouve son compte mais les conséquences sont importantes : la partition du champ des maladies, la place du « malade » dans la société, les traitements à apporter, notamment à la folie, dépendent de ce dualisme initial. Si le legs de la médecine gréco-romaine est riche, il est aussi fort lourd et trouve des développements tout au long de l’histoire de la médecine, jusqu’à la constitution au XVIIIe siècle de la psychiatrie.
D’une écriture et d’une pensée personnelles et profondes, ce livre est un essai sur l’histoire de la pensée médicale, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. La Maladie de l’âme a été un succès dès sa parution, et ce succès n’a pas été démenti depuis. L’ouvrage n’était malheureusement plus disponible : « les livres ont leur destin » commentait l’auteur. Avec cette édition revue et augmentée, accompagnée d’une préface nouvelle, le livre connaît enfin le sort qu’il mérite.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/14850 2024-02-22 Jackie Pigeaud Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
En quête de Ninive En 1842, des archéologues français entament des fouilles aux environs de Mossoul pour retrouver Ninive, la célèbre ville biblique. L’entreprise est couronnée de succès : ils exhument des palais anciens et de nombreuses inscriptions en écriture « cunéiforme ». Il faut alors des années de recherches et tout le génie de savants comme Jules Oppert (1825-1905) pour déchiffrer ces inscriptions et comprendre la langue sémitique dans laquelle elles sont écrites : l’assyrien.

Ces découvertes font la une de l’actualité scientifique et déclenchent même de vives polémiques, par exemple lorsqu’il faut admettre que les caractères cunéiformes ont été créés pour noter une langue non sémitique, le sumérien. Sans parler du séisme provoqué par la mise au jour d’une version assyrienne du récit du Déluge, antérieure à la Bible !

Rappelant le contexte de concurrence internationale acharnée (notamment entre Anglais, Allemands et Français) et les avaries techniques liées aux conditions rudimentaires de ces explorations lointaines, l’ouvrage de Dominique Charpin raconte la naissance et le développement d’une discipline, l’assyriologie. Il montre les savants au travail, au gré des inflexions de la recherche sur le terrain, de l’évolution du contexte politique et des techniques.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/28713 2023-01-18 Dominique Charpin Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Cultes "héroïques" romains "Le sujet de cet ouvrage, Cultes « héroïques » romains, est apparemment paradoxal. En Grèce, les cultes héroïques sont très anciens, nombreux, longtemps prospères ; leur diversité est inouïe. Friedrich Pfister en a répertorié environ cinq cents.
À Rome, semble-t-il, il en va tout autrement et sur les deux volumes que Pfister consacre au culte des reliques dans l’Antiquité, c’est-à-dire, en définitive, au culte des héros, ce savant n’a pas cru devoir consacrer plus de quelques pages, sèches et décourageantes, aux héros romains. On connaît, bien sûr, le culte du fondateur Romulus, divinisé en Quirinus ; mais comme cet exemple est isolé, on le trouve suspect ; peu de savants y voient autre chose qu’un outil de propagande mis au service de la famille des Iulii, une affabulation un peu cynique, habilement exploitée par César et Auguste. Nous sommes bien loin de partager ce scepticisme."

À travers les exemples de Hercule, Énée, Romulus et Servius Tullius, cet ouvrage analyse le sens que revêtait pour les Romains l'appellation de "héros" et présente les cultes dont ceux-ci faisaient l'objet. 

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/14658 2023-01-03 Bernadette Liou Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Les manuscrits d’Onésandros Aucune étude d'ensemble n'a jamais été faite de la tradition manuscrite du traité d'art militaire d'Onésandros, le Στρατηγιϰός. Tel est l'objet de cet ouvrage. 

La tradition du Στρατηγιϰός d’Onésandros est représentée uniquement par des manuscrits. Aucun fragment de papyrus, que je sache, ne nous a conservé la moindre partie de ce texte. Par ailleurs, la tradition indirecte est virtuellement inexistante. 

J’ai pu étudier sur les originaux ou sur des photographies vingt-deux manuscrits présentant le texte d’Onésandros : cinq manuscrits byzantins et dix-sept manuscrits de philologues, écrits en Occident au temps de la Renaissance. Trois manuscrits de la fin du xvie siècle, connus par des recensions anciennes, ont échappé à mes recherches, soit qu’ils aient disparu depuis la date à laquelle ils furent utilisés, comme il arriva souvent pour les manuscrits ne contenant qu’un court texte isolé, soit qu’ils demeurent conservés dans des collections privées dont il n’existe pas de catalogue, ce qui est vraisemblable au moins pour un ou deux d’entre eux. 

Peu d’auteurs de l’antiquité grecque classique offrent au philologue une tradition aussi richement représentée en manuscrits très anciens. Cette particularité s’explique par le regain de faveur que connurent au xe siècle les ouvrages de technique militaire. Sous l’impulsion de Léon le Philosophe, prince éclairé, auteur lui-même (tout au moins par l’intermédiaire de ses secrétaires ou chanceliers) d’une énorme compilation sur la science militaire connue sous le nom de Tactiques ou Tactique de l’empereur Léon, on se remit à étudier les traités de stratégie, de tactique et de poliorcétique. Des spécialistes, sur l’ordre de l’empereur Léon et de ses successeurs, ou même peut-être simplement des amateurs, recueillirent ce qui, de la tradition manuscrite en onciale, avait échappé aux injures du temps.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/18568 2022-11-20 Alphonse Dain Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
La Justice du dialogue et ses limites Le point de départ de cette étude est l’examen du caractère expressément agonistique du Gorgias. En situant le dialogue de manière originale par rapport aux contemporains de Platon, en particulier Xénophon, et aux interprétations anciennes, notamment celle d’Olympiodore d’Alexandrie, et en s’appuyant sur une analyse textuelle attentive, l’ouvrage prend le contre-pied des principaux types d’interprétation du Gorgias, sur des points aussi fondamentaux que le statut de l’elenchos et de la rhétorique, sur le sens du paradoxe socratique, et sur la cohérence du dialogue, pourtant souvent contestée. Le livre défend ainsi plusieurs thèses essentielles à la pleine compréhension de la portée du Gorgias. Il montre comment la dialectique de Socrate comporte deux fonctions distinctes, selon le contexte et l’interlocuteur : réfuter et démontrer d’une part, persuader par des moyens extralogiques d’autre part. Socrate emploie en effet dans un sens à la fois conventionnel et philosophique les notions de correction, de rhétorique, de politique et de honte. Ainsi le livre montre comment la dialectique socratique dans le Gorgias se confronte à la rhétorique et à la politique véritables, auxquelles Socrate fait souvent allusion dans le dialogue. L’échec dialectique final sur lequel s’achève le Gorgias révèle, comme nul autre dialogue platonicien, ce sur quoi porte précisément le conflit entre le discours et la vie du philosophe, soucieux de justice, et le discours et la vie du rhéteur-politique, avant tout préoccupé par le pouvoir et le plaisir. De l’étude de cette présentation et de ce diagnostic du conflit, se dégage ainsi la nature même des obstacles à la vie philosophique. 

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/28715 2022-11-14 François Renaud Les Belles Lettres Les Belles Lettres
Le Héros et la déesse Trop humain selon les uns, manquant de cœur selon les autres, Énée est-il un héros raté ? Les dieux de l’Énéide sont-ils des personnages au même titre que les personnages humains ou doivent-ils être lus de façon allégorique ?
La présente étude affronte le double problème du personnel humain et du personnel divin dans l’Énéide. Elle est le fruit d’une réflexion sur l’apport de la narratologie et des théories de la lecture à l’étude des personnages dans l’épopée latine : en abordant la question en termes d’effets de lecture (l’effet-personnage), on peut envisager à la fois l’aspect affectif et projectif de la lecture, et sa dimension herméneutique. Après une partie liminaire qui vise à définir les contours de la notion d’effetpersonnage, Énée puis Junon, le héros et la déesse qui est sa grande opposante, font chacun l’objet d’une étude détaillée : les effets de lecture et leurs variations au fil du récit permettent d’apporter un éclairage nouveau sur la question de la structure de l’œuvre, sur la conception de l’héroïsme qui se dégage de l’Énéide (engageant l’interprétation idéologique de l’épopée) ainsi que sur l’esthétique de Virgile. 

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/28784 2022-11-14 Judith Rohman Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Le roi Hérode La réputation détestable d’Hérode n’est plus à faire : tyran infanticide pour les chrétiens qui l’ont immortalisé dans le massacre des Saints Innocents, roi étranger haï de son peuple d’après la tradition juive, dynaste exotique méprisé par l’opinion selon l’historiographie romaine… L’interférence constante du religieux dans le discours historique a fabriqué une légende noire où se reflète l’ombre monstrueuse des dictateurs modernes. Pourtant, les images stéréotypées qui s’accumulent, cristallisant sur Hérode de multiples représentations collectives, s’imbriquent les unes dans les autres sans jamais convaincre tout à fait.

Ce livre entreprend de déconstruire la légende en mobilisant toutes les sources disponibles, en proposant une relecture intertextuelle des documents, en contextualisant les rumeurs dans leur environnement réel et en interprétant les textes à la lumière des données concrètes révélées par l’archéologie.

Loin de régner depuis la tanière d’un tyran dans un paysage confus de crime et de châtiment, Hérode se révèle comme un roi qui eut ses partisans à Jérusalem autant que ses adversaires, comme un grand bâtisseur qui modernisa son royaume, comme un pionnier qui fit fleurir le désert de Judée. Son règne inaugura une fusion entre les apports de l’hellénisme, de la Rome impériale et des cultures juive et arabe, dont la continuité est caractéristique du Proche-Orient antique.  

 

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/28654 2022-09-29 Édith Parmentier Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Galien de Pergame Galien (second siècle après J.-C.) fut un des plus grands médecins de l’Antiquité. Théoricien en même temps que praticien, il nous a laissé de très nombreux ouvrages scientifiques, où il traite de la médecine sous toutes ses formes ainsi que des disciplines apparentées. À maintes reprises, il y évoque incidemment des épisodes de sa carrière, qui se déroula en grande partie à Rome.
Ce sont ces précieuses pages autobiographiques qui ont été traduites, annotées et replacées dans leur contexte. Elles intéresseront non seulement les médecins humanistes, mais aussi les historiens de la philosophie ancienne – car Galien se voulait philosophe en même temps que médecin – et, d’une manière plus générale, tous les lettrés que passionne la culture antique.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/16060 2022-09-15 Paul Moraux Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Terre natale L’existence du patriotisme romain n’est pas à prouver et l’inspiration nationale et patriotique nourrit un thème majeur de la littérature latine. « La littérature a suivi le destin de la Ville, grandissant avec elle et fléchissant à son déclin », écrit H. Bardon. « Rome avait imposé sa langue, elle avait créé des pensées, suscité des états d’âme qui portaient sa marque. Sa littérature exprima cette originalité multiple. Les meilleurs écrivains classiques ont chanté la Ville ; historiens ou poètes, ils ont dit la geste des héros archaïques, les luttes douloureuses de la liberté et de la conquête puis les règnes des empereurs. Le destin de Rome revit avec sa littérature, forte comme un sentiment ». Mais Rome était-elle une patrie ?

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/13448 2022-07-07 Madeleine Bonjour Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Sept légendes grecques L’auteur doit une explication sur le caractère particulier de cet ouvrage où la recherche érudite s’entremêle à des récits imaginaires inspirés par quelques thèmes de l’antiquité. On y retrouvera, espère-t-il, en plus d’une étude critique, des idées et des sentiments de la Grèce, c’est-à-dire un esprit d’humanisme dont il importe de maintenir la tradition. C’est contribuer, autant qu’il est en nous, à la réalisation de l’augure enthousiaste de Renan, quand il célèbre la civilisation grecque comme « une chose... dont l’effet durera éternellement ».

 

Le progrès des études historiques a modifié le sens qu’on attachait naguère au « miracle grec ». En vérité, les Hellènes n’ont pas tout inventé de rien ; ils ont eu des devanciers, mais c’est toujours une sorte de miracle que la fécondité, la qualité de leur pensée et ce n’est pas sans raison que Paul Valéry a glorifié ce peuple par le beau titre d’« Argonautes de l’esprit », un titre qui serait plus éclatant encore si nous avions tout conservé de leur héritage où le temps n’a fait que trop de coupes claires. (...) Telle est la riche tradition légendaire dont nous nous sommes inspiré dans cet ouvrage, qu’elle fût préservée par des œuvres subsistantes ou simplement réduite à quelque vestige évocateur. Il nous est parfois arrivé de choisir, comme point de départ, tel détail d’une tragédie conservée qui nous semblait particulièrement riche de valeur émotionnelle, comme la réconciliation de Thétis après un long divorce d’avec Pélée, au dénouement heureux de l’Andromaque d’Euripide, ou bien encore cette soudaine lumière dans le sombre Érèbe, le tendre accueil d’Iphigénie au père qui l’a sacrifiée, et ce baiser filial, si touchant démenti au cruel sarcasme de Clytemnestre quand elle refuse tout honneur funèbre à l’époux quelle a trahi et dont elle a causé la perte. De même, l’histoire du petit Comatas procède, en toute liberté, d’une courte chanson de Théocrite. Mais, dans la majorité des cas, nous nous sommes inspiré de thèmes provenant d’œuvres perdues.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/13013 2022-06-22 Louis Séchan Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Térence Plaute et Térence qui s’offrent à nous, dans l’ignorance où nous sommes de ce qu’ont produit les autres, comme les seuls représentants typiques de la Comédie latine, demeurent, depuis près de vingt siècles, accolés en une sorte de diptyque consacré, dont la présentation ne varie guère. Plaute y symbolise, avec la puissance comique et l’exubérance verbale, le triomphe de la farce bouffonne, allant volontiers jusqu’à l’inconvenance, voire jusqu’à l’obscénité ; Térence, à son côté, fait figure d’« honnête homme », distingué, épris de délicatesses psychologiques, moralisant et sensible – pour tout dire, la parfaite antithèse de son pendant. Le parallèle, mis au point, sous cette forme, par Horace et Boileau, est aussi commode à développer qu’à retenir et à transmettre. Nous convenons volontiers qu’il peut s’expliquer, sinon se justifier, dans son ensemble, et dans le cadre d’un Art Poétique, tant qu’il s’agit seulement de mettre en contraste deux modes d’expression et deux formes de tempérament dramatique. Il n’en pèche pas moins, aux yeux de qui examinent sérieusement et en détail l’œuvre respective de nos auteurs, par un excès de simplification qui touche à l’injustice.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/13270 2022-06-22 Barthélémy-Antonin Taladoire Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Études de chronologie cicéronienne Nous n'avons pas ici l'ambition, qui serait démesurée, de reprendre dans son ensemble la chronologie de toute la période cicéronienne et des dernières années de la République. Nous essaierons seulement de retrouver (...) la suite des événements qui accompagnèrent immédiatement ou qui suivirent l'exil de Cicéron et qui sont avec cet exil dans un rapport plus ou moins étroit. Pour cela, nous disposons de l'oeuvre conservée, les Discours et la Correspondance. [Nous utilisons aussi] les historiens antiques Dion Cassius, Appien, Plutarque, les Periochae liviennes, Asconius et quelques autres (notamment les scholies dites de Bobbio).

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/19928 2022-05-11 Pierre Grimal Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Histoire du texte d’Eschyle Les textes que l’antiquité classique nous a transmis, dont le poids est si lourd dans le destin intellectuel et spirituel de l’humanité, ne nous sont connus la plupart du temps que par des manuscrits relativement tardifs. Pour Eschyle, le plus ancien manuscrit dont nous disposons pourrait dater des années 960-980. 

Dans le sillage de Wilamowitz, différents historiens des textes ont étudié la tradition manuscrite médiévale du premier des tragiques et ont permis d’apporter nombre d’améliorations aux éditions antérieures de ses pièces. Cependant personne ne s’est intéressé à la période précédant le premier manuscrit connu, à cette « préhistoire » pourtant fondamentale qui a décidé de la perte ou de la survie de cette œuvre. 

Il a donc paru intéressant et utile de rechercher dans cette longue période obscure les traces de l’influence du poète et de relever les indices qui permettent d’y suivre avec plus ou moins de certitude les étapes de la transmission de son texte. Rendue ingrate par le manque relatif de sources explicites, une telle enquête ne peut s’appuyer, pour l’essentiel, que sur les indications de la tradition indirecte et l’étude des documents papyrologiques.   

 

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/20005 2022-05-09 André Wartelle Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Tite-Live et les premiers siècles de Rome Peu de périodes, dans l’histoire des civilisations, suscitent autant de problèmes difficiles et de discussions que celle correspondant aux origines de Rome. Les livres I et II de Tite-Live demeurent au cœur du débat et le tableau cohérent qu’ils présentent des premiers temps de la civilisation romaine continue à être l’objet d’un examen détaillé et d’une exégèse attentive. C’est le sort, en effet, des grandes œuvres littéraires et historiques que de receler en elles d’infinies richesses dont chaque génération de chercheurs sait reconnaître une part. Pour les origines italiques et romaines, le progrès de nos connaissances dans des disciplines aussi diverses que l’archéologie, la linguistique, l’épigraphie et l’histoire des religions amène à modifier nos angles de vision et permet de scruter le texte livien selon des perspectives nouvelles. Et, en vérité, il reste encore, selon moi, beaucoup à découvrir dans des pages universellement connues, pour peu que l’on arrive à prendre, par rapport au plus classique des textes, un écart, un éloignement suffisant et que l’on fasse convenablement appel à toutes les ressources de la méthode comparative.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/19698 2022-03-21 Raymond Bloch Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
L’ΑΓΩΝ dans la tragédie grecque La forme de l’ἀγών est inhérente à l’esprit grec. Aussi loin que l’on puisse remonter dans l’histoire de la civilisation grecque, on retrouve l’amour de la compétition, et une cité ne connaissait pas plus grande gloire que de voir un de ses enfants vainqueur aux jeux panhelléniques. La passion des procès et de la plaidoirie n’est qu’un autre aspect de la même tendance : il y a dans toute affaire une cause à gagner, un adversaire à écraser. Le même tour d’esprit se retrouve dans le domaine intellectuel : une idée ne vaut que dans la mesure où elle prévaut sur l’idée adverse, un point de vue n’est satisfaisant que s’il l’emporte, après mûre délibération, sur le point de vue opposé. Aussi le penseur, l’historien, le poète comique, dans la mesure même où ils ne prennent pas eux-mêmes parti, sont-ils amenés à tout concevoir et à tout représenter sous la forme contradictoire. A cet art du pour et du contre, les sophistes ont donné ses règles d’expression.

Dans ce domaine, l’historien de la tragédie est amené à faire des constatations et à se poser un problème. Les constatations qui, au premier abord semblent s’imposer de façon massive, sont en réalité d’une nature assez délicate. Il est certain que l’ἀγών est très richement représenté dans la tragédie : il suffit de feuilleter un exemplaire de Sophocle ou d’Euripide pour craindre d’être écrasé sous l’abondance de la matière. Mais dès que l’on essaye, très simplement, de déterminer quelles tragédies possèdent des scènes d’ἀγών et lesquelles n’en possèdent pas, les difficultés commencent. On s’aperçoit alors que la notion technique d’ἀγών est très fuyante, que les variétés sont nombreuses, les règles complexes, et l’on se trouve souvent en présence de scènes dont on se demande si elles méritent ou non le nom d’ἀγών. A cette question on ne peut, à vrai dire, répondre que quand on a étudié de près la structure de l’ἀγών et établi, sinon des lois, au moins des constatations suffisamment précises et générales.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/17160 2021-11-26 Jacqueline Duchemin Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
La Muse trompeuse « La chose est ingénieuse, et tout à fait de ta manière : car pour ce qui est de l’usage des artifices, à nous le gâteau ! ». C’est ainsi que le personnage du parent, dans Les Thesmophories d’Aristophane, salue l’invention du dernier stratagème d’Euripide, soulignant du même coup l’importance de la ruse dans la dramaturgie de ce poète. Se proposant d’approfondir l’intuition aristophanienne, la présente étude explore, après deux chapitres liminaires consacrés au vocabulaire euripidéen de la ruse et à la typologie de ses acteurs, la fécondité dramaturgique du scénario rusé dans les tragédies d’Euripide, de son insertion dans l’intrigue globale à son développement en scènes-types de planification, de tromperie et de dévoilement. D’expédients salvateurs en pièges meurtriers, la ruse euripidéenne apparaît comme une forme théâtrale privilégiée pour l’expérimentation des ambiguïtés de la parole et du visible. À travers la mise en scène des machinations de ses astucieux héros, le poète s’inscrit dans les débats intellectuels de l’Athènes des sophistes. Mais il offre aussi une réinterprétation de l’anthropologie tragique traditionnelle, où trompeur ingénieux et dupe aveugle apparaissent comme les deux faces d’une même humanité. 

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/28487 2021-11-25 Ajda Latifses Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Romulus, Quirinus et Victoria La période entre 338 et 290 av. J.-C. marque le début de l’entreprise de conquête systématique, qui permit à Rome de devenir maîtresse de ce qui était considéré comme la « terre habitée », avec les premières étapes qu’en furent la soumission du Latium et l’achèvement des guerres, longues et difficiles, contre les Samnites. Rome était enfin sortie du conflit des ordres qui avait vu s’affronter les patriciens et les plébéiens : elle avait désormais à sa tête une aristocratie regroupant des représentants des deux parties de la cité, la nobilitas, qui lança la ville dans une politique d’expansion, rendue possible par la disparition des tensions du passé. Mais, comme tout impérialisme, l’impérialisme romain devait se fonder sur une idéologie : l’auteur montre que cela se fit par la construction d’une mémoire historique attribuant à la cité, depuis sa fondation par Romulus, une mission de domination universelle, voulue et garantie par les dieux. Cette émergence d’une idéologie d’État se traduisit par la construction de nouveaux temples, celui d’une nouvelle venue dans le panthéon romain, la déesse de la Victoire Victoria et celui de Quirinus, c’est-à-dire le fondateur de Rome divinisé. L’auteur étudie minutieusement les faits, en analysant en détail les textes des auteurs anciens mais aussi ayant recours aux données les plus récentes de l’archéologie, que la riche iconographie fournie dans l’ouvrage permet d’appréhender.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/28562 2021-11-25 Karlis Vé Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Conflit, violence et non violence dans la <em>Thébaïde</em> de Stace Quelle vision du monde et de la condition humaine la Thébaïde de Stace offre-t-elle au lecteur du premier siècle finissant ? Est-ce l’optimisme virgilien qui l’emporte ou le pessimisme de la Pharsale ?
En choisissant de raconter le mythe tragique d’Étéocle et de Polynice, Stace place au centre de son épopée le conflit et la violence criminelle du nefas. Ils sont l’œuvre de la Furie Tisiphone, qui règne sur l’épopée comme un véritable diable. En face, Jupiter et les Olympiens se montrent incapables de faire triompher le bien : ils laissent pour cela la place à des hommes, comme Thésée, et à des allégories, comme Pietas ou Clementia. Car le bien, dans la Thébaïde, c’est le refus du conflit, le renoncement à la violence. On pourra même parler de non-violence, au sens où l’entend René Girard, dont les outils anthropologiques rendent bien compte du récit statien et de son étonnante modernité.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/7744 2021-10-26 Sylvie Franchet d’Espèrey Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
L’Homosexualité féminine dans l’Antiquité grecque et romaine Autant le dire d’emblée, il va être question, dans ce travail, d’homosexualité féminine, c’est-à-dire de femmes, de relations amoureuses entre les femmes, de relations sexuelles entre les femmes (réelles, imaginaires, niées, caricaturées ou fantasmées). Si l’on examine les textes et les images des sociétés grecque et romaine depuis le viie siècle avant J.-C. jusqu’au début du iiie siècle de notre ère, on constate que les relations entre femmes ont suscité un discours rare, mais toujours particulier. Lorsque les Anciens évoquaient cette possibilité, ils le faisaient dans des contextes très différents de ceux qui suscitaient l’évocation de relations entre hommes ou entre individus de sexes opposés. Cette différence d’attitude exige une approche spécifique. Jusqu’à présent, en effet, de nombreuses questions sont restées sans réponse : quelle place les Anciens donnaient-ils aux relations entre femmes ? À quelles pratiques humaines étaient-elles associées ? Étaient-elles intégrées au système de catégorisation et d’évaluation morale des pratiques sexuelles ? Quels types de discours suscitaient-elles ? À quel imaginaire social le discours sur ces pratiques se référait-il ?

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/11928 2021-10-21 Sandra Boehringer Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Eschyle L’objet de ce livre est d’étudier spécialement l’invention dramatique chez Eschyle. C’est à lui qu’on attribue à bon droit, depuis l’antiquité, le mérite d’avoir enseigné définitivement, par des succès répétés et durables, comment les légendes héroïques pouvaient être adaptées à la scène et transformées en tragédies. Il est bien évident qu’une telle adaptation a dû être essentiellement invention et création.
Les conditions très particulières dans lesquelles la tragédie grecque s’était développée au vie siècle imposaient en effet à toute œuvre destinée à la scène une forme si différente de celle des compositions antérieures, épiques ou lyriques, qu’aucune des légendes déjà vulgarisées ne pouvait être transportée sur le théâtre sans de profondes modifications. Il était nécessaire d’en détacher certains événements, propres à émouvoir fortement un public ; il fallait, en outre, qu’ils fussent de nature à être représentés par un chœur et par un petit nombre de personnages dans un espace de temps restreint. Une double tâche était donc à remplir : d’une part, éliminer, abréger, concentrer chaque sujet en un seul moment et réduire la complexité originelle à une extrême simplicité ; puis, cela fait, procéder, par une opération contraire, à l’enrichissement intérieur du thème ainsi déterminé, varier une situation fondamentale et la développer en une succession de scènes bien liées et, autant que possible, neuves et originales. Quelle que fût, dans ce travail, la part des emprunts, celle de l’invention personnelle demeurait, en tout cas, de beaucoup supérieure. Tout le théâtre d’Eschyle atteste à quel point elle a été chez lui active et féconde. La série d’études ici réunies vise à en déterminer la nature et à en faire sentir la puissance.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/12648 2021-10-21 Maurice Croiset Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Introduction à l’Avesta Les religions du monde contemporain se réfèrent presque toutes à un livre que leurs fidèles considèrent comme sacré. L’Avesta, qui servit dans les communautés zoroastriennes d’Iran, d’Inde et dans leur diaspora, semble appartenir à cet ensemble, en témoignant des origines de la religion préislamique des tribus iraniennes.

Quelque chose toutefois exige une attention plus insistante. Presque toujours abordé comme l’expression théorique d’une doctrine religieuse ou le miroir d’une histoire et d’une géographie révolues, l’Avesta est aussi une machine littéraire dont il faut démonter les rouages. C’est-à-dire analyser avec précision le mode de transmission, les particularités de structure et les intentions liturgiques qui ont présidé aux assemblages textuels.

Telle est l’ambition de ce livre retraçant l’évolution des recherches depuis les origines jusqu’aux avancées du XXIe siècle, qui ont révolutionné les thèses couramment admises jusqu’alors.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/24943 2021-10-06 Jean Kellens et Céline Redard Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Le Ménéxène de Platon et la rhétorique de son temps Parmi les dialogues de Platon, il en est un, en général dédaigné des philosophes, qui a pourtant suscité une bibliographie aussi abondante que les plus célèbres et les plus difficiles : c’est le Ménexène, dialogue à la fois simple et énigmatique. La donnée – une oraison funèbre de type traditionnel, improvisée par Socrate et encadrée par un dialogue de présentation et de conclusion – ne prêterait pas à grandes discussions si l’auteur n’était Platon. On a bien essayé de lui contester la paternité de cette œuvre, mais le témoignage d’Aristote, qu’il est difficile de récuser, est bien là ; et la querelle, depuis longtemps éteinte par un article court et précis de Diels, n’a pas été depuis durablement ranimée.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/12265 2021-08-11 Robert Clavaud Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
L’Alimentation et la cuisine à Rome On connaît beaucoup de choses sur la civilisation romaine mais ce sont souvent les aspects les plus concrets que nous connaissons le moins. Une question aussi triviale que celle de savoir comment les Romains se nourrissaient n’entrait pas dans les préoccupations des auteurs et même, si nous nous tournons vers la littérature, nous risquons d’avoir une idée fausse de la cuisine romaine. Le festin de Trimalcion, dans le Satiricon de Pétrone, est une orgie qui n’a rien à voir avec les repas habituels des Romains et le seul livre de recettes que nous ayons, celui d’Apicius, privilégie les mets rares et recherchés.
C’est pourquoi Jacques André, en philologue minutieux, a-t-il glané à travers l’ensemble de la littérature antique les renseignements sur ce que, concrètement, le Romain de base était susceptible de manger. Seul un érudit de la classe de celui qui, jusqu’à sa disparition en 1994, forma, par son enseignement à l’École Pratique des Hautes Études, des générations de latinistes à la lecture et à l’édition des textes était capable de constituer une telle somme.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/6724 2021-06-28 Jacques André Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Euripide et les légendes des Chants cypriens Quand débute l’Iliade, la guerre de Troie dure depuis vingt ans. Le récit en avait été fait dans une épopée en douze chants, les Chants Cypriens, aujourd’hui perdue, mais dont un sommaire tardif permet de restituer la trame. Cet immense trésor légendaire a fourni aux poètes tragiques d’Athènes une grande partie des sujets de leurs drames. Parmi eux, c’est surtout chez Euripide, grâce à ses pièces conservées et à son théâtre perdu, qu’on peut le mieux se représenter sous quelles formes s’est opérée cette transmutation de l’épopée au théâtre, dans une cité qui n’a cessé de connaître elle aussi les horreurs de la guerre.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/12523 2021-06-23 François Jouan Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Mythe et rhétorique Le discours politique de l’Athènes classique multiplie les allusions au passé légendaire. Faut-il voir dans ces rappels de simples ornements destinés à distraire ou à charmer l’auditoire ? Cette étude propose de montrer que les orateurs, bien au contraire, considèrent l’exemple mythique comme un élément essentiel de l’argumentation, et qu’ils ne cessent de réaffirmer sa crédibilité et son pouvoir de persuasion. Exaltant quelques figures héroïques emblématiques, s’appuyant sur quelques épisodes soigneusement sélectionnés, les orateurs retravaillent indéfiniment le passé légendaire pour le centrer autour de la figure d’Athènes. À l’instar de l’exemple historique, la parole mythique leur sert à fonder en droit les valeurs de la cité classique, à légitimer des revendications territoriales ou à orienter des choix politiques.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/12148 2021-05-27 Sophie Gotteland Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
« Basiléia » "D’Auguste (63 av. J.-C.) à Constantin (272-337) les empereurs romains ont constamment cherché à légitimer leur pouvoir ambigu par une sorte de consécration surnaturelle. D’Apollon, saint patron d’Octave et des néo-pythagoriciens, au Soleil Invincible d’Aurélien et même au Comes radié de Constantin, la continuité est remarquable. Un pouvoir qui a quelque chose de monstrueux et d’illégal (du moins par rapport aux institutions traditionnelles et au droit humain) éprouve toujours le besoin de se justifier au plan du droit divin. La religion impériale, avec ses allégories politiques et ses rites d’apothéose, n’est pas seule en cause dans cette question qui s’avère de première importance, dès qu’on veut comprendre le comportement des Césars, des bons comme des mauvais, des fous comme des sages. En sept chapitres riches de suggestions et d’hypothèses fécondes, même si l’on ne s’y rallie pas d’emblée, M. Jean Gagé montre que des princes — héritiers ou régnants — ont demandé à la magie et à l’astrologie l’auréole prestigieuse d’une vraie basiléia. Plusieurs sont allés quérir en Orient ce prestige du souverain marqué par les dieux, fût-ce à la faveur d'une mission diplomatique." (Robert Turcan, de l'Académie des inscriptions et belles-lettres). 

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/7027 2021-05-26 Jean Gagé Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Structures de l’imaginaire dans l’Énéide Les méthodes d’investigation de la critique littéraire ont considérablement évolué dans les dernières décennies : elles ont beaucoup renouvelé l’analyse des textes de littérature moderne et contemporaine ; et il serait regrettable que les analystes de la littérature et de la civilisation de l’Antiquité gréco-latine n’en tiennent pas compte, et n’en tirent pas profit, mutatis mutandis, bien évidemment. C’est dans cet esprit que nous avons abordé ce travail, et le choix du sujet lui-même se veut le fruit d’une réflexion méthodologique qui nous a amené, au terme d’une étude des principales voies empruntées par la « nouvelle critique », à sélectionner les méthodes qui nous semblaient les plus appropriées à une relecture de l’œuvre de Virgile. Dans quelle mesure cela apportait-il un éclairage nouveau, faisant progresser notre connaissance du poète mantouan ? C’est à cette question que nous nous sommes d’abord efforcé de répondre, et c’est ainsi que nous justifierons, dans un premier temps, le choix des termes « structures de l’Imaginaire », puis leur délimitation à un champ d’investigation : pourquoi l’Enéide, et pas l’œuvre de Virgile dans son ensemble.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/8409 2021-05-18 Joël Thomas Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Historiens compagnons d’Alexandre Cet ouvrage présente l’œuvre de 5 historiens qui ont accompagné Alexandre dans son expédition et qui ont, chacun à sa manière – suivant leur proximité avec Alexandre, le moment auquel ils ont pris la plume, leurs idées politiques, leur lieu de naissance, leur place dans la société – raconté leur version de la gigantesque campagne. Bien que fragmentaires, ces sources sont fondamentales pour comprendre qui était le célèbre roi macédonien. Dans leurs contradictions, elles disent aussi les défis posés à l’historien dans la connaissance d’événements aussi importants que l’incendie du palais de Persepolis, la bataille du Granique ou la rencontre d’Alexandre avec les brahmanes de Taxila. En effet, tous les écrits de ces auteurs ont disparu et ont été transmis par d’autres historiens des siècles plus tard. 

« Callisthène était un écrivain de métier et un historien déjà confirmé, nourri au surplus de la poésie homérique et des poètes cycliques, lorsqu’il fut promu historiographe officiel d’Alexandre. Onésicrite alliait en lui, curieusement, une culture philosophique et l’expérience de la navigation ; en outre, il était doué d’une imagination débordante qui lui a fait écrire le premier « roman d’Alexandre », où beaucoup de fiction s’est mêlé à un peu d’histoire. Au contraire, Ptolémée et Aristobule ont laissé des œuvres dont le caractère de sobriété et l’impression de véracité ont séduit Arrien au point qu’il les a prises comme sources de son Anabase d’Alexandre. A ces quatre auteurs j’ai jugé utile d’adjoindre Néarque, bien connu grâce à l’Inde d’Arrien et aux extraits de Strabon ; quoiqu’il n’ait raconté qu’un épisode de l’entreprise d’Alexandre, la croisière sur l’océan Indien, il n’a pas moins dégagé par ce récit, un aspect essentiel de la grande conquête asiatique : la découverte d’un monde nouveau. » (Extrait de la Préface)

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/11508 2021-05-12 Paul Pédech Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Les Manuscrits « À l’exception de quelques textes grecs ou latins du Moyen Âge déjà avancé, aucun ouvrage ancien ne nous est parvenu sous forme d’original, exemplaire dû à l’auteur lui-même ou à son secrétaire. Nous n’avons pour ainsi dire jamais affaire à un livre autographe. Dans les cas très rares où le fait se présente […], il est à présumer que l’exemplaire autographe que nous avons entre les mains n’est qu’une transcription faite par l’auteur lui-même de ses papiers et de ses brouillons. D’ordinaire, un laps de temps très long sépare l’original des plus anciennes copies qui nous ont conservé les textes classiques de l’antiquité. » (Chapitre I)

  Partant de ce constat, cet ouvrage classique, constamment réédité depuis sa publication en 1949, détaille dans une langue simple et vivante la façon dont les manuscrits grecs et latins ont été copiés (par qui, dans quel contexte, en utilisant quelles écritures), il analyse les erreurs récurrentes apparues dans les textes au cours de ce processus, présente les jalons essentiels de toute tradition manuscrite (originaux, archétypes, prototypes) et les principes devant guider le travail d’édition critique d’un texte. 

  Ce livre s’adresse aux philologues mais également au lecteur curieux de savoir ce qui se cache derrière les éditions des textes classiques disponibles dans le commerce, avec la certitude de ne plus voir du même œil les « codex » peuplant les rayonnages du département des manuscrits des bibliothèques.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/11395 2021-05-05 Alphonse Dain Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres
Le convive et le savant Pourquoi Platon, Xénophon, Plutarque, Lucien et Athénée ont-ils choisi de placer leurs savants personnages dans des banquets ? Aucun d’entre eux ne semble pouvoir se comporter à table et dans le vin comme il le ferait dans le cercle, moins agité, d’une école. Il en va jusqu’à Socrate qui, loin de refuser les plaisirs de la chère, s’en sert pour conduire ses compagnons de boisson vers la philosophie. Car le banquet ne constitue pas le simple cadre formel de discussions plus déliées qu’ailleurs : il en devient le sujet même et permet, à partir d’une incongruité ou d’une plaisante obscurité, d’ébranler l’opinion première des convives et de créer les conditions d’une recherche partagée. Mauvais savant serait celui qui, dans de pareilles circonstances, revendiquerait un savoir établi et définitif pour refuser le plaisir symposiaque d’une conversation volontiers facétieuse à laquelle chacun, loin de toute érudition de mauvais aloi, doit, au contraire, apporter son écot. La table et le vin révèlent l’homme tel qu’il est, philosophe ou ignorant, non seulement dans ses paroles mais aussi dans ses actes : bon convive est le vrai savant.

]]>
https://books.openedition.org/lesbelleslettres/4617 2021-05-03 Yannick Scolan Les Belles Lettres fr Les Belles Lettres