Version classiqueVersion mobile

Conflit, violence et non violence dans la Thébaïde de Stace

 | 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Chapitre II. La composition de l’épopée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si nous avons laissé pour ce deuxième temps de la recherche la composition de l’œuvre, au sens traditionnel du mot, c’est-à-dire son organisation formelle, c’est qu’il fallait avant toute chose en saisir le sens. Un « modèle » n’est rien d’autre en effet que l’association d’un sens et d’une forme. L’un et l’autre s’éclairent réciproquement, mais commencer par l’étude de l’organisation formelle serait pour un critique aussi absurde que pour un poète de faire le travail de la dispositio avant celui de l’inuentio.

Pour étudier ce monument des douze chants de la Thébaïde, pour le décomposer, l’analyser, l’interpréter, nous disposons de deux types d’aide : les résultats déjà obtenus au chapitre précédent à propos du conflit et les « règles », exprimées ou non, auxquelles se conforme le poète. Voici donc, tout d’abord, ce que nous pouvons d’ores et déjà affirmer sur la composition de la Thébaïde : elle est l’histoire de deux conflits, engagés tous deux au chant I, mais qui ont des fins déc...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search