Version classiqueVersion mobile

Incestus et prohibitae nuptiae. L’inceste à Rome

 | 
Philippe Moreau

Première partie. Incestus. La conception romaine de l’inceste

Chapitre III. L’inceste, la nature et le corps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir essayé de cerner le rapport qu’établissait la pensée romaine entre l’inceste et le fas, conception normative d’une partie de l’« ordre des choses » ressentie comme centrale et essentielle, il faut à présent mener une enquête parallèle concernant les rapports de l’inceste et de la natura, puisque cette notion, en partie cognitive, en partie prescriptive, d’autant plus contraignante que sa valeur normative reposait prétendument sur son caractère descriptif, désigne essentiellement, comme le fas dans la pensée religieuse, un type d’ordre culturel spécialement valorisé, par les philosophes et à un moindre degré par les juristes. Il se trouve que le concept de natura trouvait à Rome un champ d’application privilégié dans le corps humain en tant qu’il est susceptible de se reproduire, et que l’inceste, forme de relation sexuelle généralement désapprouvée, n’en est pas moins susceptible de produire des engendrements. On abordera donc successivement, dans cette exploration de qu...

© Les Belles Lettres, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search