Version classiqueVersion mobile

L’Alimentation et la cuisine à Rome

 | 
Jacques André

L’alimentation d’origine animale

4. La viande

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on en croit Ovide1, les hommes de l’âge d’or étaient végétariens. Il y a peut-être quelque vérité dans son propos en ce sens que l’importance de l’alimentation carnée, qui prédomine dans les pays froids, diminue à mesure qu’on se rapproche des régions chaudes2. Il est, d’autre part, certain que la consommation du gibier l’a emporté pendant longtemps sur celle des animaux domestiqués, à l’exception des produits de la basse-cour, parce que le gibier abondait et qu’une partie des animaux domestiques était réservée à d’autres usages qu’à l’alimentation. Il n’y a pas trace en Italie, semble-t-il, d’élevage pour la boucherie, sinon de porc. La sélection « envisage presque uniquement l’obtention de bœufs de travail »3, et Columelle juge même que c’est une aussi grosse faute de rendre les bœufs gras que de les laisser maigrir4. Il est établi que les sociétés restées au stade de la bouillie, comme l’étaient en Italie les classes rurales, consomment peu de viande, en dehors du porc, et q...

© Les Belles Lettres, 1981

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search