Version classiqueVersion mobile

L’Alimentation et la cuisine à Rome

 | 
Jacques André

L’alimentation d’origine animale

1. Le poisson

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le thème littéraire de la frugalité de l’âge d’or a inspiré aux auteurs l’idée fausse que les premiers Romains ne tendaient pas de pièges aux poissons et laissaient les huîtres dans leur coquille1. Même si, avant leur arrivée dans la péninsule, les Latins ignoraient la mer et ses produits2, les peuples dits primitifs pratiquent généralement la pêche comme la chasse, et les Latins, une fois établis dans le Latium, ne pouvaient se priver de ressources alimentaires que la nature leur fournissait sans compter, d’autant plus qu’ils étaient directement ou indirectement en contact avec les colonies grecques dont ils ont emprunté les techniques et jusqu’à la terminologie3. Les personnages de Plaute mangent beaucoup de poisson (esturgeon, congre, murène, maquereau et sole) et de coquillages, et le repas du vieux Chrémès de Térence se compose de légumes et de menu fretin4. Cela tient peut-être aux modèles grecs de ces deux auteurs, mais, dès le IIIe siècle avant J.-C., Rome possède un marché ...

© Les Belles Lettres, 1981

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search