Version classiqueVersion mobile

Sapientiae facies

 | 
Mireille Armisen-Marchetti

Troisième partie. Les fonctions de l’image

Chapitre VII. Image et esthétique. Les images des tragédies

Ou le plaisir du regard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sénèque le Tragique et Sénèque le Philosophe

Le problème posé par la présence dans les oeuvres de Sénèque de neuf tragédies (l’Octavie étant unanimement considérée comme apocryphe) n’est pas sans rappeler celui que soulève le goût du philosophe pour la rhétorique : la pratique du genre théâtral, comme celle de l’art du style, est perçue par les critiques comme incompatible avec la gravité philosophique, et surtout avec la condamnation stoïcienne des passions. Si en effet la rhétorique est la mise en oeuvre des passions, la tragédie, quant à elle, n’en propose-t-elle pas le pernicieux spectacle1 ? Du moins est-ce sur cet a priori, plus ou moins conscient, que reposent diverses « lectures » des tragédies, dont le but est de dénouer la contradiction supposée, et de sauvegarder la cohérence prétendument menacée de l’oeuvre du philosophe.

Tel est le cas de la conjecture fort ancienne qui distinguait Sénèque le Tragique de Sénèque le Philosophe2. Cette hypothèse est abandonnée de nos jours,...

© Les Belles Lettres, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search