Version classiqueVersion mobile

Sapientiae facies

 | 
Mireille Armisen-Marchetti

Troisième partie. Les fonctions de l’image

Chapitre VI. Image et recherche philosophique. La morale : l’image militante

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sénèque moraliste

La plupart des commentateurs de Sénèque s’accordent pour faire de la morale la préoccupation première de notre philosophe. Pour notre part, nous avons cru percevoir, à propos de la « conversion de l’imaginaire », que ce que Sénèque demande à la philosophie, c’est avant tout qu’elle l’aide à vivre, qu’elle lève l’état d’angoisse et de souffrance intérieure qui accable le stultus désorienté et dépourvu d’un propositum auquel suspendre son existence. Que l’on se souvienne de la « consultation » que Paulinus, au début du De Tranquillitate, demande à ce médecin de l’âme qu’est le philosophe. Plus qu’une curiosité intellectuelle, ce sont les préoccupations existentielles qui ont amené Sénèque au stoïcisme. Comprendre le monde n’est pas une fin en soi : cela vaut dans la mesure où l’individu y apprend à se situer, à connaître ses fins dernières et à dominer sa destinée. L’image (comme l’imagination en général) joue son rôle dans l’adhésion à la morale stoïcienne. Elle cont...

© Les Belles Lettres, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search