Version classiqueVersion mobile

Le corps féminin dans la poésie latine tardive

 | 
Sophie Malick-Prunier

Virgo. Une poétique de l’incarnation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La courbe typologique qui nous sert de guide, dans cette étude sur les représentations du corps féminin dans la poésie latine tardive, aboutit, après la puella et la sponsa, à la figure complexe de la uirgo. Il est vrai que le thème de la virginité, entendue comme préservation de la pureté corporelle, a véritablement saturé l’ensemble des discours, à la fois profanes et chrétiens, sur les types de la jeune fille et de l’épouse. Qu’il s’agisse de la tenera puella, dont la naïve innocence et la perfection physique ne sont, dans les élégies et les épithalames, que les prémisses de son épanouissement amoureux, qu’il s’agisse encore des fières héroïnes de l’epyllion ou des figures exemplaires des éloges funèbres, toutes font l’objet de réflexions plus ou moins marquées sur les rapports troubles entre pureté et érotisme.

Héritière de l’antique idéal païen de la uirgo1, la vierge chrétienne représente l’aboutissement de la pensée antique relative au corps féminin, une véritable synthèse de ...

© Les Belles Lettres, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search