Version classiqueVersion mobile

Le corps féminin dans la poésie latine tardive

 | 
Sophie Malick-Prunier

Sponsa. Une poésie de la transcendance

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ève : du corps absent à l’union des corps

Avec le personnage d’Ève, nous abordons le traitement poétique du corps de la sponsa sous un angle exclusivement chrétien. Les figures féminines, si nombreuses dans les Écritures, ont d’emblée occupé une place importante dans la poésie tardive : « D’Ève à Marie, aux saintes femmes et aux pécheresses de l’Évangile, l’Écriture proposait à la méditation du poète des figures féminines qui jouent un rôle capital et contrasté dans l’histoire chrétienne du salut1. » Tout comme chez les Pères, les attitudes vis-à-vis de cette figure particulièrement ambiguë qu’est Ève sont extrêmement variées, en fonction des personnalités et des projets poétiques propres à chaque auteur, mais aussi en rapport avec le contexte historique dans lequel ces poèmes ont été composés2.

Au sein du corpus de textes où apparaît la figure d’Ève se distinguent deux ensembles assez nets. D’une part, on trouve des auteurs dont la production poétique doit être replacée dans le conte...

© Les Belles Lettres, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search