Version classiqueVersion mobile

Le corps féminin dans la poésie latine tardive

 | 
Sophie Malick-Prunier

Puella. Une poésie de la sensualité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La femme, l’amour, le temps

Si, pendant trop longtemps, la poésie latine tardive a été méprisée, c’est notamment parce qu’on lui reprochait un manque d’originalité dans le choix de ses sujets, allant jusqu’à un servile pillage littéraire des grands auteurs passés, qui plus est malmenés par un traitement souvent ampoulé et maladroit, à l’image de ces « acrostiches indolents » et autres « poèmes un peu niais qu’on jette au feu », dans le tableau somnolent que fait Verlaine de « l’Empire à la fin de la décadence1 ». C’est méconnaître un aspect majeur de l’esthétique tardo-antique, fondée essentiellement sur le principe de l’imitation.

D’un point de vue idéologique, d’abord, J.-L. Charlet a pu rappeler que « la renouatio était le mot-clef de la renaissance constantino-théodosienne, et [qu’]elle impliquait un retour aux sources classiques2. » Cette tendance « néo-classique3 » remet donc au premier plan les textes canoniques : Virgile, essentiellement, dont l’étude faisait partie de la form...

© Les Belles Lettres, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search