Version classiqueVersion mobile

Le corps féminin dans la poésie latine tardive

 | 
Sophie Malick-Prunier

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On peut admirer à Londres, au British Museum, l’un des objets les plus étonnants qui nous soient parvenus de l’Antiquité tardive. Il s’agit d’un coffret à bijoux en argent, réalisé à Rome, dans un atelier de l’Esquilin, entre 330 et 380 ap. J.-C. La qualité du travail de l’orfèvre se révèle dans la richesse exceptionnelle des décors. Sur le couvercle, figurent en médaillon la propriétaire du coffret et son époux, richement vêtus et clairement identifiés par une inscription : Secunde et Proiecta uiuatis in Christo, « Secundus et Projecta, vivez dans le Christ. » Les autres faces du coffret sont ornées de scènes tirées tantôt de la vie domestique, tantôt de la mythologie : sur l’une d’elle, apparaît une superbe Vénus tenant un miroir, coquettement assise sur un coquillage soutenu par deux monstres marins, mi-centaures, mi-tritons1.

La confrontation entre l’inscription chrétienne et l’imagerie païenne est frappante ; elle permet néanmoins de saisir d’emblée le rapport à la fois complexe...

© Les Belles Lettres, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search