Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Troisième partie. Le fallax opus : une poétique de la subjectivité

Conclusion. Les pourparlers joyeux de vertumne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Variation discordante autour de la figure du uates, le livre IV n’est pas une rétractation mais une subtile amplification des livres précédents, qu’il couronne et ponctue. Les lecteurs romantiques ou libertins ont été sensibles au caractère érotique de l’œuvre élégiaque lue comme un art d’aimer ou l’expression versifiée d’un mode de vie ; les pédagogues, plus sensibles à la dramatisation des formes littéraires, l’interprètent comme un art poétique. Ces deux versants sont pourtant indissociables : Properce, afin de dire la force de son amour, doit conquérir le droit de le déclarer et les péripéties de cette quête d’une légitimité contestée se lisent autant dans l’énonciation que dans l’énoncé d’une œuvre traversée par une double exigence apparemment contradictoire : le poète, qui, comme l’écrit Sartre, « refuse d’utiliser le langage »1, immortalise Cynthia, mais il esquive systématiquement la construction mythographique, l’enrôlement rhétorique et l’écriture épique. C’est ce refus, e...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search